Navigation – Plan du site
Débats socratiques en géographie

Débats socratiques en géographie

СОКРАТИЧЕСКИЕ ЧТЕНИЯ ПО ГЕОГРАФИИ
Viatcheslav Shuper

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte revu et corrigé par Christine Kosmopoulos

Texte intégral

  • 1  Le rapport parmi les plus intéressants des Deuxièmes Débats Socratiques en Géographie, celui de Va (...)

1La coopération étroite et fructueuse avec les philosophes, surtout avec les philosophes des sciences, est une grande tradition de la géographie russe. Cette coopération est née à l'époque brejnévienne comme aspiration à la science pure, à l’abri de la pression idéologique et politique, et comme manifestation de solidarité et d’entraide à l’égard de cette dernière. “Le poète est plus qu’un poète en Russie” – a dit à l’époque notre célèbre poète E. Evtouchenko, symbole de la tendance libérale. Ainsi, la science fondamentale servait de pays d’immigration intérieure pour de nombreux personnes capables et ambitieuses, qui voulaient prendre une distance plus importante par rapport au régime qui leur inspirait le dégoût. La science elle-même était sous tutelle du parti et la pression idéologique devenait parfois absolument insupportable1, mais, chose paradoxale, la philosophie marxiste-léniniste (nom officiel de la philosophie en URSS, aucune autre philosophie n’avait pas de droit à l’existence) était en tête de la libération intellectuelle, et l’atmosphère y étaient bien plus libérale que dans les sciences exactes et les sciences de la nature. C’est elle qui fournissait des dissidents en nombre inquiétant pour le pouvoir, c’est là les arguments (ou les stigmates) idéologiques, assez dangereux à l’époque, qui étaient considérés déjà dans les années 70 comme de mauvais ton. Il faut préciser que ce n’était pas “une tempête dans un verre d’eau” – l’Académie des sciences de l’URSS était un empire avec plus de 100 000 collaborateurs scientifiques, techniques et administratifs et plusieurs centaines d'instituts de recherche, parfois énormes. Le corps enseignant de l’école supérieure, beaucoup plus nombreux, était compté à part.

2Les contacts intellectuels entre les philosophes et les géographes étaient intenses, mais ils n’étaient pas réguliers. On souhaitait un cadre pour ces contacts, qui a été créé en 1984 sous la forme du Comité pour la méthodologie de la géographie auprès de Présidium de la Société de Géographie de l’URSS. Le Comité regroupait 20 géographes et 9 philosophes représentants différents instituts de recherches et universités des villes de l’URSS. Plusieurs personnalités de renom, géographes comme philosophes, étaient parmi les membres du Comité, mais celui-ci devait son existence à ses vaillants présidents. Bonifaty Kedrov, de l’Académie des Sciences de l’URSS, philosophe libéral, mais avec de l’influence au sein du parti, une personne admirable qui essayait d’aider tout le monde, accepta le poste de Président Honoraire en raison de sa santé déjà très fragile et alors que ses forces ne lui permettaient pas de gérer le travail du Comité qui l'intéressait beaucoup. Il nous a quitté un an plus tard en laissant ce superbe cadeau. Le Professeur Serge Lavrov, Vice-President de la Société de Géographie de l’URSS, est devenu Président du Comité. Nous devons beaucoup à cette personne qui n’est plus parmi nous.

3Le Comité tenait séance dans différentes villes de l’URSS, une ou deux fois par an. On yinvitait également des chercheurs qui n’étaient pas membres, si leurs compétences pouvaient rendre leur participation intéressante dans les discussions. Les problèmes débattus étaient très variés. Il s'agissait des interdépendances entre la classification et la régionalisation, et surtout des effets paradoxaux qui y surgissent, des possibilités et des limites d’application de la méthodologie des sciences exactes en géographie sociale et, avant tout, des idées d’isomorphisme en ontologie ainsi qu’en épistémologie qui inspiraient beaucoup les chercheurs soviétiques à l’époque et qui s’avéraient souvent fructueux. Le Comité  a pris fin avec la fin de l’URSS – ses dernières séances se sont tenues en Crimée (Ukraine) en octobre 1991.

4La dissolution de l’URSS et l'apparition de l’État Russe qui n’englobait que la moitié de la population de l'URSS, a créé un nouveau cadre historique pour les activités professionnelles des géographes en Russie, séparés dorénavant de leurs collègues dans des anciennes républiques de l’URSS  qui sont devenues des états indépendants (les centres les plus remarquables de recherches en géographie au-delà de la Russie se trouvaient en Estonie, en Ukraine et en Géorgie.) Cette fracture n'a fait que s'amplifier avec le temps. On recherchait alors de nouvelles formes pour les activités intellectuelles exercées au temps de l’URSS au sein du Comité pour la méthodologie de la géographie. Les Débats Socratiques en Géographie ont été organisés en mai 1993 pour assurer la succession, mais également pour répondre aux nouveaux défis. Les Débats avaient lieu à Rostow le Grand, une petite ville historique à 60 km au sud-ouest de Iaroslavl, avec le kremlin si puissant qu’on y tenait les séances à l’intérieur de ses murailles…. Le principe était de discuter de la question de l’inconnu en géographie, au lieu de présenter des résultats nouvellement reçus comme on le faisait toujours. L'analyse critique des connaissances acquises et la formulation des objectifs pour des recherches ultérieures étaient au centre des débats et l’aphorisme de Socrate “Je sais que je ne sais rien” est devenu le principe d’organisation de ces discussions. Les difficultés économiques n’ont rendu possible l’organisation des Deuxièmes Débats Socratiques en Géographie qu’en mai 2001. C’est la Fondation Russe pour les Sciences Humaines qui débloqua la somme nécessaire, plus que modeste du point de vue des européens, mais tout à fait suffisante en Russie pour inviter une trentaine de participants tous frais payés et publier le recueil des rapports. Ples, une petite ville très pittoresque au bord de la Volga, à 70 km au-dessous de Kostroma fut choisie pour y tenir ces débats. La rupture longue de huit ans ne permettait pas de concentrer les efforts sur un seul axe: il y avait tant de problèmes à discuter! On essayait surtout de comprendre le monde qui change et le rôle de la science dans ce monde. Le monde actuel en proie à l’irrationalisme ne favorise pas un climat propice au développement de la science, mais l’irrationalisme a des racines intellectuelles à l’intérieur de la science même, et les géographes ne peuvent plus exercer leur métier en ignorant les problèmes épistémologiques.

5Si le problème de la démarcation est un problème parmi d'autres pour les philosophes des sciences, c’est le problème primordial pour bon nombre de chercheurs qui travaillent en sciences sociales, y compris en géographie sociale. C’est justement ce problème qui a été au centre du brillant rapport de Vladimir Porus, doyen de la Faculté de Philosophie de l’Université de l’Académie d’Education de Russie et qui a suscité des réactions très vives de la part des autres philosophes, participant aux débats. On était si à l’aise dans l’Univers Popperien, une bonne boussole à la main! Cet univers existe toujours et on est libre de rester fidèle aux idéaux de sa jeunesse. Popper, apôtre de l’objectivité en science, insistait pour que la réalité subjective soit étudiée par des méthodes objectives. Mais si le monde fonctionne suivant le principe “Perception is reality” est-ce la meilleure approche pour le comprendre ? La majorité écrasante des participants aux débats se trouvait obligée de soutenir le rationalisme ébranlé, au lieu de contribuer à son déclin, pour en tirer un certain profit.

6Trois arguments ont été avancés. Le premier, le plus évident, c’est la stérilité méthodologique du postmodernisme. La critique des prédécesseurs, exprimée par les auteurs appartenant à ce courant de pensée, n’est ni sans intérêt, ni sans fondement, mais leurs propres idées sont infiniment plus vulnérables à la critique et ne peuvent subsister que dans le monde irréel et irrationaliste où la critique est exclue - comme héritage du totalitarisme intellectuel. Mais on ne peut pas renoncer à la critique afin de laisser ces bonnes gens libres de critiquer la science des Temps Nouveaux ! D’un autre côté, les géographes qui ne peuvent rien prouver puisque la vérité objective n’existe plus, ne peuvent plus travailler comme des scientifiques impartiaux, protégés par un certain code d’honneur (“Mon royaume n’est pas de ce monde”) et défendant ce code. Ils sont réduits au rôle d'experts plus ou moins qualifiés, servant toujours les intérêts de celui qui les paie. Une telle situation est plus dangereuse pour la société en pleine déroute que pour les scientifiques eux-mêmes.

7Le deuxième argument nous a été fourni par George Soros, bien connu dans le monde entier comme financier et philanthrope, et beaucoup moins comme épistémologue, disciple de Karl Popper. Soros considérait toujours ses activités sur les marchés des finances comme une application pratique de sa philosophie – la philosophie du rationalisme critique. Ses succès peuvent être considérés à force comme une preuve d’efficacité des approches objectivistes pour l'étude des évènements sur les marchés financiers qui sont parmi les plus irrationalistes de ce monde et dont la réflexibilité ne facilite pas la tâche du chercheur. Cet argument seul peut rassurer les partisans de l’objectivisme en géographie sociale, mais rien ne prouve qu’il est unique. La capitulation intellectuelle est toujours plus facile que la résistance au pessimisme, mais il vaut mieux s’inspirer des paroles de Guillaume le Tassiturne “Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer” plutôt que d’accepter les évènement tels qu’ils sont sans les trouver positifs même au moindre degré.  

  • 2  Hayek F. von. Scientisme et sciences sociales. Essai sur le mauvais usage de la raison. Paris, Pre (...)
  • 3  Stewart J.Q. The development of social physics // American Journal of Physics. 1950. V.18, No 5.

8Le troisième argument découle de l’analyse de l’ouvrage particulièrement importante de Friedrich von Hayek “Scientisme et sciences sociales”2 publié en anglais en 1952. Ce livre a eu beaucoup moins d’influence sur la mentalité des chercheurs que bien d’autres appartenant à ce classique de la pensée libérale puisque l’atmosphère intellectuelle dans la communauté scientifique n’était pas favorable a l’époque. L’article de J.Q.Stewart3 qui n’était peut-être pas le manifeste de la nouvelle époque dans les sciences sociales peut quand même servir de balise si on cherche à délimiter cette époque dont l’ambition était de reconstruire les sciences sociales en prenant la physique comme modèle. Cette aspiration noble et audacieuse était l'enfant légitime des succès de la science physique après la création de l’arme nucléaire et du statut social acquis par cette science. Les succès ultérieurs de l’exploration du cosmos ainsi que la course aux armements à l'époque de la guerre froide ne pouvaient que conforter ce statut. Les chercheurs soviétiques aux convictions libérales, de moins a moins effrayés par les répressions après la mort de Staline, étaient plus qu’enthousiasmes pour ces “théories bourgeoises” et surmontaient la résistance des conservateurs pour trouver les instruments efficaces de la recherche réellement scientifique et l’arme puissante contre la pression idéologique et politique. Qui pouvait écouter avec sympathie les arguments contre une tendance aussi prometteuse?

  • 4  Popper K. Misère de l’historicisme. Paris, Presses Pocket, 1988.

9Mais les arguments de von Hayek étaient plus que sérieux et on paie maintenant très cher la négligence intellectuelle d’un demi-siècle. Selon lui, une distinction très importante existe entre les lois de la nature et les lois de la société: ces dernières ne peuvent déterminer le cours des évènements que si elle sont reconnues par des groupes sociaux. On peut toujours citer des exemples dans l’histoire où les lois économiques furent bafouées ou ignorées. Von Hayek n’est pas le premier à attirer l’attention sur cette distinction fondamentale. Déjà à la fin des années trente Karl Popper avait introduit la notion de l’effet Edype – l’interdépendance entre la prédiction et l’évènement prédit, inconnu dans les sciences de la nature, mais très connu en sciences sociales4. Mais le verdict de von Hayek est beaucoup plus sévère: il est impossible de formuler des lois en sciences sociales du même type que dans les sciences de la nature et ceci n’est pas un cas particulier, mais bien la règle générale.

10On peut trouver néanmoins certaines failles dans ce rideau de fer et ces failles nous ouvrent des mondes gigantesques et particulièrement intéressants. Les phénomènes d’auto-organisation, inconnus au début des années cinquante, constituent une de ces failles. Ces phénomènes ne sont pas rares et peuvent être observés un peu partout où les méthodes quantitatives peuvent être appliquées. C’est tout comme avec A. von Leeuwenhoek, qui, ayant inventé le microscope, a découvert les micro-organismes omniprésents. L’appareil mathématique de la dynamique non-linéaire peut nous servir de microscope. L’application des idées synergétiques au développement de la théorie des places centrales avec des résultats intéressants et inattendus a été présentée par André Vajenine, mais ce sont les problèmes d’auto-organisation qui ont bénéficié d’une attention encore plus importante lors des débats qui ont suivi un an plus tard.  

11Les Troixièmes Débats Socratiques en Géographie ont eu lieu à Staraia Roussa, une petite ville historique, également très pittoresque à 100 km environ au sud de Novgorod. Il y avait déjà beaucoup moins d’impressionnisme dans le programme et les débats, puisque les débats ont été consacrés au problème concret : “La Russie dans le monde moderne: recherche de nouvelles approches intellectuelles”. Le premier rapport était de Serge Kapitsa, et portait sur la modélisation de la situation démographique dans le monde. C’était justement ce rapport, très riche en idées et résultats qui a déterminé le niveau des discussions lors des débats. L’application de l’appareil mathématique de la dynamique non-linéaire démontrait, selon cet orateur, que la population de notre planète n’a jamais été déterminée, contre toute évidence, par des facteurs exogènes, mais toujours par des facteurs endogènes, ce qui lui a permis d’avancer le principed’impératif démographique. C’est justement le modèle phénoménologique (les processus sont bien décrits par des équations, mais leur nature reste inconnue) qui prédit la stabilisation de l’humanité à la fin de ce siècle au niveau de 12-14 mlrd., dont les 90% seront atteints en 2050. La vérification de ce modèle par des pronostics rétrospectifs a donné des résultats très encourageants.  

12Les conséquences philosophiques de ce modèle sont d’une importance particulière et ont été discutées avec beaucoup d’attention. C’est l’accélération des processus historiques à la veille de la transition la plus importante de l’histoire de l’humanité – la stabilisation de la population de la terre et après – sa décroissance après la croissance presque ininterrompue pendant toute l’histoire et la préhistoire, qui change notre conception du monde. On était absolument persuadé pendant de longues décennies que cette accélération ne résultait que des progrès de la science et de la technologie et à présent on doit corriger ces idées. Il faut s’attendre aux mutations les plus profondes de toutes les institutions sociales et même à la ré-apparition d'institutions anciennes, voire médiévales.  

13Si Louis Pasteur, physicien de formation, a profité de sa manière de penser pour résoudre le problème de biogénèse là où les biologistes, plus armés de bon sens que de méthodes d’expérimentation avancées, étaient très peu efficaces, S.Kapitsa, physicien-théoricien, quant à lui  a obtenu un résultat purement géographique, mais inaccessible aux géographes professionnels. Il a démontré que les villes du monde entier obéissaient à la règle “rang-taille” le long de toute la période historique qui peut nous fournir des données plus ou moins fiables. Mais il est bien évident pour chaque géographe “normal” que l’interaction entre l’Europe et l’Amérique ne pouvait pas exister avant la découverte de cette dernière et que même les contacts entre l’Europe et la Chine étaient très sporadiques au Moyen-Age. Considérer les villes de régions aussi éloignées et aussi peu liées entre elles comme éléments d’un même système, c’est une absurdité absolue. Mais la physique théorique est bien moins aimable avec le bon sens que la géographie. Pour les serviteurs de l’autre reine, beaucoup plus puissante, l’interaction – c’est quelque chose de bien plus abstrait, une notion mathématique à la limite, mais les hypothèses les plus insolites s’avèrent parfois les plus fructueuses. Est-ce qu’on doit négliger de tels alliés? On voit bien que nos aspirations méthodologiques des décennies écoulées ne sont pas à jeter à la poubelle comme une bouteille vide qui n’a probablement jamais été pleine. C’est une épée qu’on doit aiguiser puisqu’elle pourra encore nous servir. De toute façon, on n’a pas encore inventé d’arme réellement plus efficace. Nous devons reconsidérer nos idées sur l’auto-organisation en les rendant moins banales et plus abstraites.

14L’approche synergétique s'est également exprimée dans le rapport de Serge Tarkhov sur les mutations des réseaux de transport après le krach de l’URSS. Ce chercheur ne partage pas l’idée commune selon laquelle les réseaux de transport ont été développés afin de servir la population et les entreprises. Il montre, en se basant sur des données empiriques très abondantes, que les réseaux de transport de toute taille (pays grand ou petit, région, ville) ont tendance à se développer suivant leurs propres régularités, et que les facteurs exogènes, traditionnellement considérés comme des forces motrices de leur développement ne font qu’accélérer ou ralentir le train des évènements. Le brillant rapport de Serge Kourdumov - ancien directeur de l’Institut Keldich des mathématiques appliquées de l’Academie des Sciences de Russie et leader des recherches synergétiques en URSS et après en Russie, - qui a clôturé les débats,– était consacré a l’auto-organisation de la société, aux structures des interdépendances entre les différentes collectivités, les collectivités et les individus. Ce rapport, applaudi avec enthousiasme, peut être considéré comme un manifeste synergétique, une riposte à l’épidémie de scepticisme dans les sciences sociales et de la société toute entière.

15Un autre rapport, présenté par Ovsey Chkaratan, célèbre sociologue russe, analysait la place de la Russie dans la société de l’information. C'est ce rapport qui a déterminé l’axe principal des discussions qui ont partagé les participants des débats entre “monistes”, partisans des idées du trajectoire du développement en fin de compte unique pour toute l’humanité, ce qu’on peut nommer " impératif de globalisation",  et “dualistes”, les alarmistes qui s’attendent a la confrontation entre l’Ouest et l’Est. Le rapport d’Ovsey Chkaratan, profond, brillant et pessimiste, peut être considéré comme le manifeste du dualisme historique, puisque la confrontation entre la civilisation individualiste occidentale avec les Etats-Unis en tête et la civilisation collectiviste orientale, dont le leader est la Chine, serait selon l'auteur inévitable. Elle ne prendra pas forcément des formes tragiques, mais de toute façon elle sera dramatique et c’est là ce qu’on peut espérer de mieux.  

16Une illusion aussi agréable que dangereuse est de considérer la démocratie comme un état normal de la société. La démocratie n’est qu’un bel oiseau qui se pose pour plus ou moins de temps sur un rocher froid et lugubre. Le déclin de la démocratie en Occident n’a été anticipé que pour très peu de temps par la “démocratie dirigée” en Russie. Le rapprochement de la Russie et de l’Occident,  avant et après le 11 Septembre 2001 doit plus au regret de l’Occident qu’au progrès de la Russie. Ces propos amers d’Ovsey Chkaratan étaient appuyés par ceux de Serge Kourdumov, qui tendaient à prouver que le progrès infini d’un milliard de la population de la Terre et la stagnation de la majorité écrasante de l’humanité ne peuvent créer qu’une structure très fragile et peu durable. C’est ce que souffle au moins l’approche synergétique.

  • 5  Vichnevski A. La faucille et le rouble. La modernisation conservatrice en URSS. Paris, Gallimard, (...)

17La discussion lors de “la table ronde” consacrée au livre d’Anatole Vichevski5 a  démontré l’absence totale de toute antagonisme entre “les monistes” et “les dualistes”, ainsi que leur bonne compréhension mutuelle. Les premiers ne peuvent pas nier la décadence des principes et des institutions auxquels l’Occident doit ses énormes succès, l’affaiblissement de l’Etat et la démoralisation de la société dont l’idéologie est absente et la religion très affaiblie. La menace plus que sérieuse d’instabilité créée par la misère et la stagnation d'une partie très importante de l’humanité n’est pas non plus à ignorer. Les seconds, les "dualistes", ne peuvent nier les cas relativement nombreux de modernisation réussie, la baisse de la fécondité et même la démocratisation dans des certains pays. La conclusion qu’Anatole Vichnevski fait à la fin de la table ronde visait à rendre les désaccords plus nets au lieu de les camoufler. C’est seulement comme ça que la confrontation intellectuelle entre “les monistes” (S.Kapitsa, A.Vichnevski, S.Tarkhov, A.Treivich, V.Chouper) et “les dualistes” (O.Chkaratan, S.Kourdumov, L.Smirnyaguine, B.Rodoman) pouvait devenir prometteuse d'un point de vue intellectuel. Est-ce que la modernisation technologique conduit à la convergence sociale profonde ou non ? La Chine n’a montré aucun autre modèle de société plus efficace que  la société occidentale, selon A.Vichnevski: Ce pays adopte les innovations au fur et à mesure que les structures archaïques de l’Etat totalitaire le permettent et son avenir n’est point sans nuages. C’est justement l’absence de modèle alternatif efficace (ou simplement existant) qui sert d’argument le plus puissant aux monistes, mais ils comprennent bien qu'en l’état actuel des choses, ce n’est pas le bon moment pour célébrer la victoire.

  • 6  La synchronisation historique est une conception qui suppose que les évènements historiques, même (...)

18Les problèmes proprement géographiques ont été également très discutés lors de ces débats. La symétrie entre l’espace et le temps, bien connue des géographes, mais également des historiens, en qualité de synchronisation historique6, a été à l’origine des débats et c’est justement cette symétrie qui a permis au géographes d’assumer la fonction de synthèse interdisciplinaire tout au moins au niveau de la formulation des problèmes. Le professionnalisme des géographes a reçu son plein épanouissement dans le rapport d’André Treivich consacré à l’analyse géographique des arguments des partisans de l’isolationnisme en Russie. Ces tendances dangereuses deviennent de plus en plus sensibles dans le pays et la perspective d'intégrer  l’OMC a provoqué des contradictions très sérieuses au sein de la société russe. Les isolationistes prônnent que l’expérience chinoise ne peut pas nous servir d’exemple. Les conséquences de l’entrée a l’OMC seraient positives, voire bénéfiques même (la croissance rapide des investissements étrangers), mais la Russie ne dispose ni de main d’oeuvre aussi peu coûteuse, ni de conditions climatiques aussi favorables pour la production. Par conséquent l’industrie russe ne sera jamais compétitive, sauf dans les secteurs d’énergie et des matières premières. Alors, la fermeture du pays est préférable pour son avenir en tant que puissance industrielle, que son ouverture vers le monde.

19De nombreux arguments des isolationnistes étaient analysés dans le rapport d’André Treivich les uns après les autres d’une manière très détaillée et l’orateur constatait qu’ils étaient le plus souvent sont assez fondés, ce qui ne l'a pas amené à partager les conclusions de ses contradicteurs. Les arguments des isolationnistes sont réellement très résistants à la critique, mais seulement si on envisage le développement de la Russie comme pays industriel. Ils deviennent beaucoup moins convaincants si on admet que l’avenir de la Russie, c’est la transformation en société postindustrielle et cela malgré les obstacles plus que sérieux et le coût social très élevé. Explorer le cadre géographique d’une telle transformation, voila le défi pour les géographes russes !

  • 7  L’orateur a été décoré à l’époque de l’ordre par le Président Boris Eltsine pour l’élaboration de (...)

20Le rapport de Leonid Smirnyaguine consacré à l’analyse comparative du fédéralisme américain et russe, très peu élogieux à l’égard de ce dernier n’était pas moins sévère avec les géographes russes compte tenu de leur rôle dans la société. Certes, pas mal de nos collègues travaillent dans des organismes d'Etat, y compris au Ministère des Finances où ils sont responsables du fédéralisme budgétaire, c’est-à-dire de l’organisation des flux financiers entre les régions et le centre fédéral. Mais en même temps, la Fédération de Russie ne dispose pas de politique régionale élaborée et réellement efficace7, alors que le progrès du pays ne pourra que contribuer à la croissance de l’inégalité régionale.  

21La réforme de la Constitution de plus en plus discutée doit apporter des changements radicaux à l’organisation spatiale de la Fédération, mais les géographes sont absolument absents sur le terrain, ce qui pourra coûter très cher au pays, puisque les députés de la Douma qui s’en occupent font preuve d’une ignorance profonde et zélée. Les géographes ne travaillent pas de manière systématique avec les mass medias, sauf à de rares exceptions près,  et ne font presque rien pour résister à la dégradation progressive du niveau intellectuel de la société dont la géographie souffre elle-même beaucoup. Le système de formation des géographes est très archaïque et ne facilite pas leur future carrière au service de l’Etat ou dans les mass medias. Tel était le diagnostique établi par Leonid Smirnyaguine.

22Très critiques, les participants des débats n’étaient dans l'ensemble pas trop  pessimistes. Certes, la critique apporte le soulagement intellectuel, mais la raison beaucoup plus sérieuse, c’est le redressement du pays qui a démarré.

23On regrette beaucoup que la barrière linguistique constitue l’obstacle quasi insurmontable à la participation de nos collègues étrangers aux Débats Socratiques en Géographie, dont les textes des rapports et les comptes rendus des discussions sont publiés en russe. Le présent article n’est qu’une modeste tentative pour faire part des idées discutées lors de ces débats et de l’atmosphère qui y régnait.

Haut de page

Notes

1  Le rapport parmi les plus intéressants des Deuxièmes Débats Socratiques en Géographie, celui de Valéry Poulyarkine, était justement consacré aux conséquences de la pression idéologique sur la théorie, la méthodologie  et l’histoire de la science en géographie soviétique.

2  Hayek F. von. Scientisme et sciences sociales. Essai sur le mauvais usage de la raison. Paris, Presses Pocket, 1991

3  Stewart J.Q. The development of social physics // American Journal of Physics. 1950. V.18, No 5.

4  Popper K. Misère de l’historicisme. Paris, Presses Pocket, 1988.

5  Vichnevski A. La faucille et le rouble. La modernisation conservatrice en URSS. Paris, Gallimard, 2000.

6  La synchronisation historique est une conception qui suppose que les évènements historiques, même éloignés les uns des autres en temps et espace, peuvent avoir des structures similaires. Une telle approche rend possible, par exemple, la comparaison entre la décennie 1789-1799 en France et la décennie de Eltsine en Russie

7  L’orateur a été décoré à l’époque de l’ordre par le Président Boris Eltsine pour l’élaboration de la politique régionale de la Fédération de Russie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Viatcheslav Shuper, « Débats socratiques en géographie », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Débats socratiques en géographie, mis en ligne le 29 janvier 2003, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3514

Haut de page

Auteur

Viatcheslav Shuper

Institut de Géographie, Académie des Sciences de Russie, Moscou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page