Navigation – Plan du site
Des évolutions dans les comportements spatiaux des entreprises

L'évolution des comportements spatiaux des entreprises : confirmation en 2002 du tournant favorable esquissé en 2001 ?

Jean Bouinot

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette note relative à l’année 2002 fait suite à celle qui avait été consacrée à l’année2001 (CYBERGEO, 15/05/2002, 6 pages), les deux s’appuyant sur l’analyse de la période 1945-2000 et de ses sous - périodes présentée dans le chapitre « Les nouvelles logiques d’entreprise : des effets territoriaux contrastés » in Données urbaines n°3  coordonné par Marie-Flore MATTEI et Denise PUMAIN, Paris, Anthropos, 2000 ; pp.227-234).

Texte intégral

Introduction : une mise en perspective initiale de l’année 2002

1Sous l’expression de comportement spatial d’une entreprise on désignera l’ensemble de ses décisions affectant son « portefeuille » de sites d’implantation : ouverture d’un nouveau site, extension d’un site préexistant, fermeture totale ou partielle d’un site sans ou avec transfert (délocalisation).

2Les tendances qui animent ces comportements spatiaux intéressent directement les collectivités locales puisqu’ils affectent sélectivement leur potentiel fiscal et leur taux de chômage ; il y a des gagnants et des perdants, ces derniers étant souvent plus nombreux que les premiers.

3Les comportements qui ont prévalu au cours de la décennie passée et surtout depuis 1995, ont été globalement négatifs. En 2001 s’est esquissé un tournant comportant des évolutions favorables aux collectivités locales (voir CYBERGEO,15//05/2002) ; on se demandera donc si 2002 a confirmé le virage ébauché en 2001.

4Pour répondre à cette question en privilégiant l’examen des retombées dans et sur l’espace français on rappellera, en les résumant, les changements apparus en 2001 par rapport au modèle prévalant antérieurement (section1). Dans un deuxième temps on dressera un bilan de confirmation partielle des « nouveautés » de 2001 en 2002 (section.2). Dans un troisième temps on sera conduit à analyser les secousses qui ont perturbé le monde de la finance avec des répercussions variées en 2002 (section.3). Enfin on essaiera de cerner les évolutions et révolutions propres à 2002 (section.4).

Le tournant de 2001

5Le tournant s’entend par rapport au modèle dominant antérieurement à savoir le dogme d’une rentabilité de  15 % en faveur des actionnaires. Pour y parvenir il était de bon ton de se recentrer sur ses métiers de base par au moins l’une des 4 voies rappelées dans le schéma ci-après.

61°) En 2001, les entreprises se sont largement libérées de la tyrannie des marchés et des exigences exorbitantes de rentabilité des fonds de pension en qualité d’investisseurs (le Prix Nobel d’économie Joseph STIGLITZ, dans son ouvrage « la grande désillusion »,  stigmatisait pour sa part le « fanatisme des marchés », 2002). Ce retour à la sagesse a mis un bémol aux restructurations internes par des réductions drastiques d’effectifs : l’entreprise affichait des bénéfices et annonçait leur augmentation future moyennant une compression du personnel, le tout salué par une hausse des cours en Bourse de l’action de l’entreprise concernée.

72°) Le volume des fusions-acquisitions a reculé entre 2000 et 2001 de 50 % à l’échelle mondiale, ce qui a constitué également une évolution favorable car ce type d’opération révèle « des doublons » et se traduit généralement par la suppression des doubles emplois en sites et en hommes.

83°) L’externalisation i.e. la sous-traitance lato sensu concerne plusieurs catégories de fonctions ou d’activités de l’entreprise : fonctions banales comme le nettoyage des bâtiments, fonctions nobles concernant la stratégie à développer, fonctions amont de la chaîne de valeur imparties à des fournisseurs de plus en plus impliqués dans la recherche-développement (cas des équipementiers dans le secteur de la construction automobile). On ne dispose pas certes de statistiques en la matière mais on a tout lieu de penser que l’externalisation ne cesse de se développer pour la plupart des fonctions assurées par une entreprise.

94°) La déverticalisation est un cas particulier d’externalisation : l’entreprise délègue toutes ses activités de production à un partenaire auquel elle revend le cas échéant ses usines avec, dans la meilleure des hypothèses, reprise d’une partie du personnel. Mais le partenaire peut tout aussi bien délocaliser (voir infra) ce qui se traduit par des pertes d’emploi en France. La déverticalisation, engagée dans le secteur de l’habillement, gagne progressivement tous les secteurs d’activité.

105°) La délocalisation, pour sa part, maintient l’activité de production au sein de l’entreprise mais le résultat est identique à savoir des suppressions d’emplois par cette dernière dans les lieux où ses usines étaient initialement implantées. Il y a des territoires perdants en France et des territoires gagnants à l’étranger.

116°) Les signes d’un retour à la diversification des métiers d’une entreprise. En 2001 quelques entreprises avaient engagé une diversification de leur portefeuille d’activités allant ainsi à l’encontre du « credo » du recentrage sur les métiers de base.

Les confirmations partielles en 2002 des changements intervenus en 2001

12Avec la tourmente des marchés financiers en 2002 sur laquelle nous reviendrons (voir infra section 3) le dogme d’une rentabilité à 2 chiffres en faveur des actionnaires a fait long feu.

131°) Au rang des autres tendances confirmées on citera tout d’abord la poursuite du recul des opérations de fusions-acquisitions. En volume l’évolution 2002/2001 serait de (-30%) selon Thomson Financial, ce qui donne à l’échelle mondiale un peu moins de 1200 milliards de dollars (près de 3000 milliards en 2000). Les raisons sont identiques :

  • prise de conscience du résultat mitigé des fusions,

  • vigilance toujours forte des autorités chargées de surveiller la concurrence et donc de prévenir des abus de part dominante de marché.

14Est venue s’ajouter en 2002 la crainte de se marier avec un partenaire dont les comptes ont été manipulés (voir infra section 3) mais les résultats restent similaires à savoir des réductions d’effectifs. Ainsi Hewlett-Packard et Compaq dont la fusion a été approuvée le 7 mai 2002 a réduit au niveau mondial son effectif de 11,5 %. En France la compression est de 20 % ; l’usine (ex-Compaq) d’Annecy se trouve vouée à la fermeture parce qu’elle doublonne avec celle de Grenoble (ex-HP) qui est maintenue mais perd toutefois 25 % de ses effectifs.

15Ce recul général des opérations de fusion-acquisition ne doit pas cacher des évaluations géographiques contrastées : (-28 %) en Allemagne mais (+ 13%) en France. Il y a tout lieu de présumer que la chasse aux doublons s’est accélérée dans notre pays, infligeant des pertes lourdes dans les territoires concernés. On doit à nouveau regretter l’absence de statistiques spatialisées sur les fermetures d’usines et les pertes d’emplois correspondantes(Les statistiques aisément disponibles portent sur le nombre de défaillances d’entreprises par secteur et par région) Et on ne perdra pas de vue que les fusions affectent en priorité la fonction fabrication, sans épargner toutes les autres fonctions.

162°) Même remarque pour les restructurations internes (licenciements et fermetures d’usines) qui semblent toutefois s’être poursuivies en 2002 à un rythme plus intense. La presse s’est fait l’écho de cas qui menacent l’économie de toute une ville (exemple des fermetures d’usines de Daewoo en Lorraine ou encore de l’usine Sollac à Biache, commune de 4000 habitants où résidaient 120 salariés sur les 420 salariés frappés par l’arrêt de cette filiale d’Usinor). Mais les entreprises apprennent à être discrètes et les restructurations ont tendance à s’opérer dans le silence.

173°) Pour la déverticalisation et la délocalisation la tendance devient très complexe :  

18- la « mode » de l’entreprise sans usine a donné lieu à la constitution d’un club privé de 300 membres (« Fabless Semiconductor Association ») ;

19- Les usines changent de main à l’image de titres cotés en Bourse. Ainsi Solectron, le géant américain de la sous-traitance électronique, achète en 2000 une usine Matra-Nortel située à Douarnenez pour la revendre en février2003 de manière à adapter ses capacités de production à l’évolution de son volume de commande en cartes électroniques, etc.

20- Les sous-traitants, à force de bénéficier de la délégation de production d’entreprises conservant uniquement l’assemblage final du produit, menacent d’assurer eux-mêmes la totalité de la fabrication et de se transformer dès lors en redoutables concurrents de leurs donneurs d’ordre ;

21- Les usines changent de main et dans le même temps passent d’un continent à l’autre. Le vaste mouvement de délocalisation qui affecte la France et plus généralement les Etats de l’Union européenne s’est fait dans un premier temps en faveur des pays de l’Europe de l’Est ; à présent il bénéficie en priorité à la Chine  devenue le « premier atelier » du Monde ;

22- La délocalisation, essentiellement du travail en usine, n’a rien d’inéluctable ; on a vu apparaître quelques cas de relocalisation, celui du groupe Nathan qui avait transféré la production de jeux électroniques à Hong Kong (1987) pour ensuite la rapatrier à Lannion (1994) ou encore celui de l’entreprise belge Albert de textile habillement qui a relocalisé en 1997 ses unités d’assemblage à Roubaix après les avoir délocalisées à Bombay. Selon Pascal Viginier (2002, p. 179) qui cite ces deux exemples « la relocalisation est motivée par la nécessité de connecter étroitement les activités de conception, de fabrication et de marketing … connexion favorisée par la proximité … ». C’est la stratégie retenue avec succès par le groupe de Giorgio Armani qui déclarait au quotidien le Monde du 26 octobre 2002 : « Mon métier est de ceux qu’il faut faire totalement … pratiquement tout est réalisé en interne ». Avec ce mode de production et de distribution intégré le couturier italien renverse la démarche précitée en considérant que la Chine n’est pas un atelier mais un marché où le premier magasin récemment implanté est géré en direct. Devraient suivre vingt à trente boutiques d’ici cinq ans.

23Mais pour le moment les délocalisations l’emportent largement sur les relocalisations et sur les stratégies d’intégration des différents maillons de la chaîne de valeur.

244°) Seul revirement esquissé en 2001 qui est resté un feu de paille, le retour à la diversification des métiers exercés. La préférence s’exerce plutôt en faveur de la diversification de la gamme des produits relevant d’un même métier avec un double souci de renouvellement accéléré et d’une qualité sans cesse accrue pour prendre de vitesse les pays émergents.

Les secousses en 2002

25La partie la plus visible de l’iceberg qui ne fait que refléter la majorité des autres traits caractéristiques de 2002 s’affiche dans la volatilité extrême des marchés financiers.

261°) Le yoyo boursier en 2002 a dépassé celui que l’on avait constaté pendant la guerre du Golfe et même lors du krach boursier d’octobre 1987. Cette volatilité extrême des cours couplée avec un recul général de la valeur des actions (en 2002 le CAC 40 a reculé de 33%) a de nombreuses causes qui ont tétanisé les investisseurs classiques à long terme et laissé la place à un retour des fonds d’investissement, spécialistes décriés de la reprise d’entreprise en raison de leur comportement de raider.

272°) Parmi les multiples sources à l’origine de la volatilité des cours en bourse - dont on ne dressera pas l’inventaire - figurent en bonne place les scandales liés à la diffusion de comptes trompeurs, soit parce qu’ils ont été tout simplement manipulés soit parce qu’ils reposent sur des pratiques certes légales mais aux effets pervers (rachat-annulation d’actions, obligations convertibles, etc.). La vérité finissant par s’imposer on a assisté à une série de faillites retentissantes en 2002 : après celle d’Enron le 2 décembre 2001, celle de KMart le 22 janvier 2002, celle de Global Crossing le 28 janvier, celle de World Com le 21 juillet etc. pour ne citer que quelques exemples de mastodontes multinationaux entraînant dans leur chute le licenciement de milliers d’emplois, les sites français n’étant évidemment pas épargnés. Côté positif de cette descente aux enfers, la prise de conscience de la nécessité de développer la normalisation comptable i.e. d’asseoir la production de l’information financière sur des principes assurant sa fiabilité et appliqués universellement i.e. par tous les Etats.

28La remarque vaut du reste pour les comptabilités locales (M14, M4, etc.) dont le socle conceptuel reste léger et laisse la porte ouverte à des bombes à retardement qui ne seront pas sans conséquence sur les effectifs des villes concernées.Toutefois  le nombre de cas de dérive restera sans commune mesure avec ceux du secteur privé.

293°) La suspicion pesant sur les marchés financiers a été aggravée par la montée des doutes sur l’objectivité des analystes financiers. En 2002 ont éclaté des affaires éclaboussant les géants de la finance. A l’évidence leurs analystes avaient tendance à recommander l’achat d’actions d’entreprises déterminées afin d’obtenir ultérieurement des mandats d’affaires avec ces dernières et certains analystes en ont même tiré un avantage personnel sous la forme de commissions sur les affaires générées. Parmi les accusés de ce type de conflit d’intérêt on décompte Merrill Lynch, Credit Suisse Group, Citigroup, premier groupe financier mondial, etc. Les banques françaises n’ont pas été directement touchées mais elles doivent également améliorer la « muraille de Chine » séparant activités de recherche et activités de conseil.

30Face à ces secousses un point d’interrogation fin 2002 demeure : quelle sera l’évolution du paysage bancaire ? Pour certains les fusions, comme celle qui a été engagée entre le Crédit Agricole et le Crédit Lyonnais vont se poursuivre avec leur cortège inévitable de réduction d’emplois. Pour d’autres ce serait plutôt le statu quo. Pourquoi ? Selon Moody’s : « La création de valeur ne passe pas obligatoirement par la fusion ; les processus d’intégration sont compliqués ; nous avons été amenés à dégrader des notes » et d’ajouter : « il y aura toujours de la place en Europe pour des banques de petite et moyenne taille ».

Évolutions et révolutions en 2002

31Certains faits et événements intervenus en 2002 sont de l’ordre de la mutation définitive rompant définitivement avec le passé. D’autres correspondraient plutôt à la montée en puissance d’une tendance amorcée auparavant.

La fin du modèle de l’économie mixte d’Etat

32Le 4 décembre 2002, le gouvernement a mis sur les rails la privatisation de France Télécom. A cette occasion le ministre de l’Economie a déclaré : « le gouvernement constate que l’obligation juridique d’une détention majoritaire du capital de l’entreprise a été une des causes de la crise financière actuelle ». La messe est dite ! Le gouvernement ne déclare-t-il pas dans le même temps : « Nous n’avons pas à terme à rester au capital d’entreprises comme Renault, Crédit Lyonnais ou Thomson Multimédia ».

33La déclaration du 4 décembre sonne bel et bien le glas des entreprises de dimension nationale dont l’Etat était l’actionnaire majoritaire, voire le propriétaire unique. Il faudra évidemment, pour passer des intentions aux réalisations, modifier la loi du 26 juillet 1996 disposant que l’Etat détient directement la majorité du capital de France Télécom etc.

34Ici encore il faut s’attendre à des retombées sociales négatives qui affecteront l’ensemble du territoire pour les entreprises gérant les réseaux nationaux ; outre France Télécom, le cas de référence, EDF-GDF et la SNCF notamment. Petites et grandes villes subiront des suppressions d’emplois dans des entreprises par ailleurs soumises à la pression compétitive de leurs homologues des autres pays de l’Union Européenne, Bruxelles leur faisant obligation de s’ouvrir à la concurrence.

35Exemple d’illustration qui déborde l’année 2002, celui de la SNCF annonçant le 22 janvier 2003 la suppression de plus d’un millier d’emplois ; à partir du 15 mars 2003 elle sera soumise à la concurrence pour le trafic du fret international ;  une compétition qui risque d’être sévère et destructrice d’un nombre d’emplois supérieur à celui annoncé si l’on considère que dès fin janvier cinq concurrents s’étaient déjà manifestés pour louer des créneaux horaires à RFF (Réseau ferré de France) propriétaire du réseau de lignes ferroviaires dans l’Hexagone.

Vers une nouvelle approche communautaire des règles de la concurrence entre entreprises privées

36L’année 2002 a été aussi marquée  par une contestation pertinente des raisonnements  tenus par Bruxelles pour déterminer les comportements d’entrave à la concurrence. Rappelons tout d’abord les objectifs poursuivis en la matière.

L’ouverture à la concurrence aux fondements de la construction communautaire

37La libre concurrence entre entreprises au sein de l’Union européenne est en effet censée entraîner une diminution des prix au profit des acheteurs et une amélioration de la compétitivité des entreprises européennes sur le plan international d’où une croissance économique plus rapide. Avec des entreprises fortes les exportations augmenteraient et les importations diminueraient. On trouvera un exposé d’ensemble des gains attendus dans l’ouvrage « 1992 – Le défi » (Flammarion, 1988, 247 pages) issu du rapport sur « le coût de la non-Europe » soit l’absence de marché unique.

La contribution des États harmonisée par Bruxelles

38 Il apparaît ainsi clairement que l’exercice réel de la concurrence dépend tout d’abord des règles posées et effectivement appliquées par chaque Etat membre pour supprimer les entraves à la libre circulation des personnes, des capitaux et des services. A cette fin le traité de Rome a fait disparaître les droits de douane et l’Acte unique de 1986 toutes les barrières non tarifaires à l’échéance de 1992. Est aussi prévenu le risque de distorsion par l’octroi d’aides financières publiques aux entreprises privées, ce type de soutien pouvant toutefois être apporté par des collectivités locales :. ces aides sont en effet « admissibles » dans certains cas notamment lorsqu’elles ont pour objet de favoriser des régions au niveau de vie anormalement bas et/ou frappées par un grave sous-emploi.

Évolutions sur le comportement attendu des entreprises

39 L’exercice réel de la concurrence dépend ensuite du comportement des entreprises elles-mêmes, à commencer par le respect du droit de la concurrence. Aussi bien Bruxelles, à juste titre, surveille les ententes sur les prix.

40Est aussi interdite l’exploitation abusive d’une position dominante aboutissant à la pratique de sur-prix au détriment des consommateurs. La Commission redoute qu’il en soit ainsi à la suite de fusions-acquisitions et met un veto à ces regroupements d’entreprises en se fondant sur un critère de part de marché (exemple de l’interdiction de la fusion Scania-Volvo). Mais on sait que tout récemment la Cour de Justice des Communautés européennes a désavoué le veto opposé par la Commission à la fusion des voyagistes Airtour et First Choice (6 juin 2002). D’autres désaveux pris dans le même sens ont fini par mettre en cause une insuffisante justification des refus de projets de fusions par les services du commissaire à la concurrence Mario Monti. Pourquoi ?

41La référence à la part de marché qui serait détenue après une fusion pour interdire cette dernière apparaît insatisfaisante comme anticipation inéluctable de comportements abusifs.

42Deuxièmement une fusion peut comporter des conséquences qui ne sont pas systématiquement négatives lorsqu’elles entraînent  des économies d’échelle techniques donc des réductions de coûts et consécutivement des diminutions de prix de vente, ce qui constitue l’un des deux objectifs majeurs poursuivis par la politique communautaire de promotion de la concurrence.

43Enfin se trouve invoquée en faveur d’examens moins étroits des projets de fusion l’impératif de répondre à armes égales à la compétition avec les Etats-Unis.

44Enfin Outre-atlantique comme sur le vieux continent les aides publiques ont largement contribué à de grands succès industriels (exemple d’Airbus). Bref la politique de Bruxelles ne doit plus être unidimensionnelle : la réflexion sur les grandeurs et limites de la concurrence est désormais engagée et devrait en 2003 se concrétiser par une approche renouvelée des règles du jeu concurrentiel.

45Au total on doit pouvoir anticiper des décisions mieux raisonnées de Bruxelles qui donneraient leur accord à des projets de fusion avec des conditions plus souples concernant notamment la revente d’actifs au nom du risque d’abus de position dominante : lorsque la revente est épargnée, le ou les sites correspondants ont plus de chance de survivre que s’ils sont cédés à des concurrents. Ces derniers, en cas de crise par exemple, seraient en effet tentés de les fermer en priorité.

La montée en puissance de la notation sociale

46La notation sociale et environnementale des sociétés, encore appelée audit éthique, n’est pas nouvelle. En bref l’objectif est d’apprécier pour une entreprise donnée :  

  • sa politique des ressources humaines,

  • sa transparence vis-à-vis des actionnaires,

  • ses relations avec la société civile,

  • son impact sur l’environnement naturel.

47L’agence pionnière en France pour procéder à ce type d’évaluation fut Arese fondée en 1997 et depuis lors intégrée à une agence à ambition européenne Vigeo, créée en juillet 2002 par Nicole Notat, ancienne secrétaire nationale de la CFDT, avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations et des Caisses d’Epargne. Cette création intervient à une période significative, celle d’une crise de confiance à l’encontre des marchés financiers et des comptes des entreprises (voir supra section 3, 1°, 2° et 3°). Dans cet univers, les sociétés deviennent plus soucieuses de leur image si bien que l’on peut s’attendre à la concrétisation rapide de projets d’agences de notation sociale élaborés par des syndicats mais aussi par des agences de notation financière.

48Que peut-on attendre de ce nouveau type d’évaluation, complémentaire de l’audit financier classique ? Avec un peu d’optimisme des comportements des entreprises plus respectueux du territoire d’implantation de leur sites d’activité et désormais tout aussi soucieuses de leur capital humain que de leurs actionnaires. Plus généralement la notation sociale et environnementale pourrait contribuer à combattre l’importance prise par la performance à court terme, source d’une navigation à vue compromettant l’avenir. Le nomadisme des usines, traitées comme dans un jeu de casino (voir supra section 2, 3°)., devrait aussi connaître un ralentissement sous la pression de la notation sociale.

Conclusion : 2002 une année difficile à décrypter

49Au rang des évolutions favorables engagées en 2001, on mettra le ralentissement de 30 % du volume mondial des fusions-acquisitions. En effet il n’est guère de fusion, opération de concentration financière, qui ne soit poursuivie par une rationalisation technique soit des suppressions d’emplois et des fermetures de sites. Il faut immédiatement mettre un double bémol en ce qui concerne la France où d’une part les fusions ont augmenté (+13% pour 2002/2001) où d’autre part s’est amorcée une reprise du regroupement dans le paysage bancaire. Enfin, et ceci ne concerne pas uniquement la France, la Commission européenne s’apprête à assouplir sa position face aux projets de fusions dont elle a à connaître (cf. supra section.4, 2°).

50Autre tendance positive qui a connu une montée en puissance en 2002, la pratique de l’audit éthique et de la notation sociale et environnementale. On doit en attendre des politiques moins tournées vers les actionnaires et a contrario plus orientées vers la préservation du capital humain et des sites d’implantation des entreprises.

51En revanche la vague de faillites de multinationales américaines acculées en 2002 à révéler la manipulation de leurs comptes s’est traduite par une onde de choc préjudiciable à leurs filiales implantées en dehors des USA. Sur notre sol le choc, avec son cortège de fermetures de sites et de suppression d’emplois, a été aggravé par une croissance économique nationale de l’ordre de 1 % (1,8 % en 2001). Il faut attendre quelques mois pour disposer de statistiques spatialisées sur les faillites par grands secteurs.

52Le double nomadisme des usines en défaveur de la France (déverticalisation et changement de propriétaire d’une part, délocalisation et changement de pays d’implantation) ne s’est pas démenti en 2002. En la matière statistiques et cartographie feront, jusqu’à nouvel ordre, défaut. Il apparaît pourtant essentiel de pouvoir faire la balance avec les investissements internationaux en France qui passeraient entre 2001 et 2002 du 12ème rang mondial au 5ème rang mondial d’après une enquête du Cabinet AT Karney.

53La fin de l’économie mixte d’Etat i.e. la privatisation des grandes entreprises nationales a été définitivement déclarée en 2002. Celles qui gèrent des réseaux sur tout le territoire sont progressivement confrontées à la concurrence internationale sous l’impulsion de Bruxelles et à court terme, soit dès 2003, il faut s’attendre à des compressions parfois drastiques de personnel.

54Les retombées économiques et sociales des faits et évènements marquants intervenus en 2002 sont globalement négatives. La géographie de ces retombées est plus malaisée que jamais à dresser. On peut toutefois supputer qu’elles ont affecté toutes les régions et que nombre de villes, quelle que soit leur taille, n’ont pas été épargnées.

55L’année 2003 s’annonce avec un paysage un peu moins sombre et marquera peut être un changement profond de la politique de l’Etat pour combattre les disparités territoriales : elle consisterait davantage à accompagner la création de richesses qu’à transférer du revenu, bref à aider à créer des emplois plutôt que de redistribuer des ressources entre les territoires de l’Hexagone.

56La manière concrète de corriger « les inégalités de ressources entre les collectivités territoriales », suivant les termes du nouvel article 72-2 de la Constitution proposé par le projet de loi constitutionnelle relative à l’organisation décentralisée de la République, sera un test à cet égard.

57Dans ce tableau plutôt sombre on voudrait noter in fine une rupture au terme de laquelle 2002 pourra aussi être considérée comme l’année des doutes sur la supériorité de la gestion privée comparée à la gestion publique. A l’usage il s’avère que des entreprises privées ne font pas nécessairement mieux que le secteur public ; ainsi le  3 octobre 2002 le réseau ferré britannique a été de fait renationalisé. Si l’on considère en outre les défaillances comptables et financières accompagnées de faillites historiques de géants du privé en 2002 également, on voit que l’administration publique soutient la comparaison tant par son savoir faire que par ses instruments de gestion, trop souvent dénoncés comme archaïques.

Haut de page

Bibliographie

STIGLITZ Joseph, Prix Nobel d’économie (2002) : La grande désillusion, Paris, Fayard, 2002, 325 pages (Edition originale en langue anglaise : 2002)

VIGINIER Pascal, rapport du groupe du Commissariat Général du Plan présidé par, (2002) : La France dans l’économie du savoir : pour une dynamique collective, Paris, La documentation Française, 2002, 287 p.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3516/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bouinot, « L'évolution des comportements spatiaux des entreprises : confirmation en 2002 du tournant favorable esquissé en 2001 ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Des évolutions dans les comportements spatiaux des entreprises, mis en ligne le 17 mars 2003, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3516

Haut de page

Auteur

Jean Bouinot

Professeur à l’Université Paris 1

Jean.bouinot@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page