Navigation – Plan du site
Débats sur le Web

Enquête LMD sur le web

Colette Cauvin et R. Schlumberger

Texte intégral

1En relation avec la mise en place des LMD, une enquête sur le web a été entreprise en janvier 2003 afin de connaître les orientations et les choix des diverses universités délivrant des diplômes de géographie ou d’une discipline similaire. Grâce à R. Schlumberger (laboratoire Image et Ville) de nombreux sites ont été consultés et analysés. Qu’elle en soit remerciée.  

2Cependant, la lecture des informations a été plus malaisée que prévue en raison, en particulier, de la multiplicité des langues (plus de 7 à ce jour) et des types de diplômes : merci à A.M. Meyer pour son aide avec la langue allemande et à l’ULP (relations internationales) pour les équivalences connues des divers diplômes. La seconde difficulté est riche d’enseignement pour l’élaboration d’un site d’informations universitaire : la plupart des sites ne sont ni clairs ni renseignés ! Même après une lecture approfondie, on ne sait quelles sont les spécialités de telle ou telle université, quelles sont les offres concrètes de cours, les titres étant très insuffisants, pour ne serait-ce que deviner le contenu sous-jacent.

31. Compte tenu de ces remarques, le résultat de cet effort de consultation n'est sans doute pas optimal : l’étude ne peut être bien évidemment considérée ni comme exhaustive, ni comme tout à fait représentative. En effet, sur les 242 sites, 188 ont été consultés : les universités des pays à langues non connues ou pour lesquelles il aurait été trop difficile de disposer d’un traducteur rapidement (Tchéquie, Pologne, Suède…) ont été éliminées de l’enquête. En définitive, en raison des pages non accessibles à la date de leur consultation, ou incomplètes ou encore incompréhensibles, 55 sites ont été retenus fournissant des exemples pour l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, les Pays-Bas et la Suisse, mais sans représentativité statistique.  

42. Un site, non européen, est à signaler par sa richesse et son intérêt : l’UQAM qui fournit une masse d’informations bien présentées, pour un programme de géographie très réfléchi et bien “composé” (avis personnel !). Cette université propose une licence avec les notions de “majeure - mineure”, tout à fait utilisables en France : elles permettraient d’offrir des formations avec diverses ouvertures. En particulier, on pourrait, sur ce modèle, envisager :

  • une majeure en géographie (ce que l’UQUAM a mis en place)  

5avec

  • une mineure en histoire pour les étudiants qui envisageraient une filière enseignement, ou une autre mineure en géologie, pédologie… pour ceux qui souhaiteraient faire de la géographie physique par la suite, ou encore (parmi d’autres) une mineure en sociologie, droit, psychologie, urbanisme… pour une orientation en géographie humaine.  

6Le mastère comprend, quant à lui, deux spécialités “évolutives” en fonction des programmes de recherche en cours.  

73. Dans plusieurs universités européennes (surtout anglo-saxonnes), un système, analogue à celui de l’UQAM, permet aux étudiants d’obtenir un même élément de diplôme reconnu dans deux facultés différentes. Une majeure (ce terme étant très pratique ici) en géographie acquise (par exemple) à la Faculté de Science, faculté d’appartenance de la majeure “géographie”, est reconnue comme une majeure également dans la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de l’Université en question.  

84. Un constat est à faire (compte tenu des informations obtenues) : À l’exception des universités anglo-saxonnes, peu d‘universités ont déjà mis en œuvre les LMD. En France, une proposition claire apparaît à Grenoble ; une mise en place est signalée en Italie au Polytecnico de Milan (avec des options très méthodologiques), en Allemagne à Bochum et Salzbourg. Des systèmes sont proposés qui peuvent être considérés comme des systèmes de transition à Barcelone, Glasgow et Bâle (comme exemples).

95. Il faut signaler que toutes les universités, quel que soit le pays d’appartenance, offrent un corpus méthodologique solide comprenant des statistiques et des mathématiques, de la cartographie et des SIG, de la photographie aérienne et de la télédétection, des techniques d’enquêtes, de l’informatique et l’apprentissage de la dissertation et de communication (orale). Ces enseignements commencent toujours, dès la première année, avec un minimum commun plus ou moins important. Ils sont prolongés, avec éventuellement des spécialisations, jusqu’en 4e ou 5e année (si le cursus comprend 5 ans).

106. En ce qui concerne les thèmes dominants dans les diverses universités européennes, souvent peu visibles sur les sites, ils apparaissent très répétitifs, essentiellement en raison de descriptions incomplètes. Etant donné que les sites explorés ne sont pas nécessairement représentatifs, et sont incomplets, que les thèmes ne sont pas toujours exprimés, les résultats ci-après sont donc à considérer avec la plus grande réserve ; ils ne sont qu’indicatifs.  

11Les pourcentages sont calculés par rapport à l’ensemble des citations des thèmes par les universités (90 seulement) :

  • en premier (15,5%) l’environnement (structures et processus) où les risques dominent (risques naturels surtout). Les risques urbains sont (en apparence) quasiment absents ;

  • en second, les maîtrises/DEA/doctorats liés au territoire (10 %) mais très souvent associés à l’urbanisme (7,8%) et ou à l’aménagement (7,8 %) ;

  • la géographie théorique et quantitative apparaît avec 5,6%, associée avec les termes structures, dynamiques spatiales ; alors que la modélisation n’est nommée en tant que telle que dans 1,1 % des cas !

  • la mobilité et les migrations ressortent avec 4,5 % ;

  • en géographie humaine, les autres propositions sont très diverses : régionale, géographie historique, archéologique, culturelle, tourisme, transports… et représentent environ 13 % de citations éparses (1 % pour chacune d’elles en général) ;

  • en géographie physique, excepté les paysages et la géomorphologie-géosystèmes qui regroupent l’un et l’autre 5,6 % des propositions, les thèmes sont très dispersés : climat et paléoclimat (4,5%), hydrologie, biogéographie, géographie physique, mer et littoral, moyennes montagnes… (12 % au total).

  • les SIG ne sont annoncés comme spécialité que dans 3,5 % des citations.

  • il reste encore quelques propositions ponctuelles sur les espaces tropicaux, des espaces spécifiques (monde arabe, pays ibériques…).

127. Une information intéressante : le site d’Exeter (GB) a le mérite d’expliciter clairement la mise en place et le fonctionnement des ECTS. A consulter sur ce sujet pour ceux qui s‘y intéressent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Cauvin et R. Schlumberger, « Enquête LMD sur le web », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Débats sur le Web, mis en ligne le 27 février 2003, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3517

Haut de page

Auteurs

Colette Cauvin

Articles du même auteur

R. Schlumberger

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page