Navigation – Plan du site
2002
229

L'héritage d'Henri Baulig (1877-1962)   éléments biographiques, bibliographie complète, inventaire des notes manuscrites

Heritage of Henri Baulig (1877-1962) biographical issues, complete bibliographical elements, handwritings inventory
Christophe Masutti

Résumés

Nous voulons ici établir le compte-rendu de l’héritage documentaire et manuscrit d’H. Baulig, dont la renommée internationale en géomorphologie a contribué à celle de l’Institut de Géographie de Strasbourg. Sa pensée, influencée notamment par W. M. Davis, peut se dévoiler au mieux à travers deux types d’inventaires. D’abord celui de ses notes manuscrites, jamais dévoilées à ce jour, conservées à l’actuel Institut de Géographie de Strasbourg, puis celui, exhaustif, de sa bibliographie. Mettre ainsi en relation ces inventaires permet d’éclairer la biographie d’H. Baulig, d’établir les enjeux de ses travaux à Strasbourg, et de comprendre le cheminement de sa pensée. C’est avant tout un outil de travail que nous voulons présenter ici, tant pour l’historien de la géographie que pour le géographe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Etienne Juillard, "Henri Baulig (1877-1962), Le savant, Le professeur, L’homme", Bulletin de la Fac (...)

1Comme l’affirme Etienne Juillard1, Henri Baulig nous apporta dans ses Essais de géomorphologie une "rare leçon de courage scientifique en reprenant des articles antérieurs tout en nuançant sa pensée et en se critiquant lui même, pour sauver ce qui pouvait l’être". Qu’est-ce donc qui devait être sauvé à ce prix-là Il s’agit d’un point de vue, d’une conception générale d’un système d’explication de la genèse des formes s’appuyant sur les idées de William Moris Davis la conception finaliste du "cycle d’érosion" impliquerait que chaque forme observée représente une étape dans une évolution vers une forme finale possiblement atteinte " si les facteurs en jeu ne sont pas modifiés".

2Comprendre aujourd’hui la démarche d’Henri Baulig n’est pas chose aisée. Car c’est tout un champ de recherche qu’il faut connaître, celui de la géomorphologie, qu’Henri Baulig a contribué à ériger en discipline, au premier plan de la scène internationale, en y consacrant sa vie à la Faculté des Lettres de Strasbourg.

3Mettre en relation les éléments de sa biographie, un inventaire de ses notes disponibles et ses publications effectives présente l’avantage de repérer les passages les plus importants de sa démarche scientifique, la dimension internationale du chercheur et ses méthodes de travail. Nous voulons présenter ici un document de travail, pour le géographe autant que pour l’historien de la géographie, un compte-rendu, en somme, de l’héritage d’un grand nom de la géographie française.

Eléments biographiques

  • 2 Cité par John Craig, "Maurice Halbwachs à Strasbourg", Revue Francaise de Sociologie, X, 2, 1979, p (...)
  • 3 Ce dont le doyen C. Pfister lui sera gré dans une note favorable adressée au rectorat, stipulant qu (...)

4Après l’armistice de 1918, les autorités politiques et universitaires françaises confèrent à l’Université strasbourgeoise un double rôle contribuer à la réintégration de l’Alsace-Lorraine dans le cadre français et diffuser la culture française dans cette partie frontalière qu’est l’Alsace. Pour reprendre les termes du doyen Christian Pfister "Il faut qu’à Strasbourg la France fasse mieux que l’Allemagne, l’honneur national y est engagé. De la prospérité de l’Université de Strasbourg dépendra en partie le renom et le rayonnement de la France dans le monde"2. Ainsi, suite à sa candidature pour un poste vacant dans Strasbourg libérée, H. Baulig, alors chargé de cours à l’université de Rennes, reçoit en avril 1919 un ordre de mission particulier, puisqu’il s’agit, outre les obligations habituelles d’enseignement de recherche, de réorganiser totalement l’Institut de Géographie. 3

  • 4 D’après Richard Kleinschmager, "Henri Baulig et la géographie dans la transition de 1919", dans Les (...)

5Il y passera le plus clair de sa vie, contribuant à faire de Strasbourg le lieu "d’un développement exceptionnel de la géographie"4. Aujourd’hui, deux équipes associées au CNRS cohabitent au sein de l’UFR de Géographie de l’Université Louis Pasteur le CEREG (Centre d’études Eco-Géographiques, issu du Centre de Géographie Appliquée fondé en 1956 par Jean Tricart) et le laboratoire "Image et Ville" (héritier du Laboratoire de Recherches Régionales, crée en 1959 par E. Juillard).

  • 5 E. Juillard (ibid.) rapporte qu’H. Baulig était "de milieu modeste", la longueur de ses études pour (...)
  • 6 La fréquentation de ce grand initiateur de la géomorphologie qu’était W. M. Davis (1850-1934) joua (...)
  • 7 Voir G. Baudelle, "L'assise bretonne. Emmanuel de Martonne et la fondation du laboratoire de géogra (...)

6Avant d’être nommé à Strasbourg, H. Baulig accomplit à Paris, sa ville natale, des études de Lettres et un Diplôme d’Etudes Supérieures en Géographie. Il fut élève de P. Vidal de la Blache à la Sorbonne (où il étudia de 1896 à 1903) licencié ès lettres en 1900, et obtint son DES de géographie après sept années d’études en tout5. De 1904 à 1905, il fut boursier du Gouvernement Français à l’Université d’Harvard. Il y resta deux années de plus en tant qu’instructeur, collaborant avec W. M. Davis, puis de 1907 à 1908 à l’Université Georges Washington pour la même fonction6. Après avoir été chargé de travaux pratiques de géographie à la Sorbonne, c’est à Rennes qu’il remplit ses premières fonctions de chargé de conférences de novembre 1912 à avril 19197.

  • 8 Le Plateau Central de la France et sa bordure méditerranéenne : étude morphologique, où il approfon (...)
  • 9 Auparavant doyen de la faculté de Droit à Strasbourg, J. Duquesne dirigea le Centre d’Etudes German (...)

7Sa thèse commencée vraisemblablement aux Etats-Unis, et retardée par un report signalé au rectorat en 1921, ne fut soutenue qu’en 19288, le travail à l’Institut de Géographie de Strasbourg à partir de 1919 lui prenant un temps considérable (il y était alors maître de conférences 2e classe à partir de janvier 1921, puis maître de conférence 1e classe en janvier 1923). Après cette soutenance de thèse, Emmanuel de Martonne appuie fortement la demande du Conseil de la Faculté pour que la charge de cours de géographie soit transformée en chaire. H. Baulig fut alors nommé professeur sans chaire en octobre 1928 (la chaire fut créée en avril 1930), et c’est le 17 septembre 1938 qu’il accédera aux fonctions de directeur du Centre d’Etudes Germaniques de Strasbourg, succédant à Joseph Duquesne9, à la veille des années noires de la guerre.

8La ville de Strasbourg évacuée au début de septembre 1939, le Centre d’Etudes Germaniques trouva refuge à Clermont-Ferrand, où H. Baulig a pu reconstituer son équipe et organiser de manière intermittente des cours dits d’administration, sous le nom de "Centre d’Etudes Européennes". La veille du débarquement, le 5 juin 1944, il fut arrêté et emprisonné par la Gestapo durant presque deux mois, libéré le 29 juillet. En 1946, il eut le plaisir de pouvoir réinstaller le Centre d’Etudes Germaniques à Strasbourg.

  • 10 Pour complément sur la biographie d’H. Baulig, voir J. B. Hanson-Lowe, "Henri Baulig : esquisse d’u (...)

9Tout en poursuivant ses activités, il prit sa retraite en 1947, devint professeur honoraire la même année, dirigea le Centre encore pendant trois ans, puis fut élu membre correspondant de l’Académie des Sciences, section Géographie et Navigation à partir de 1949. Trois distinctions honorifiques couronnant la fin de sa carrière méritent d’être signalées   chevalier de la Légion d’Honneur en 1946, il accepta celle d’Officier de la légion d’Honneur en 1953, et reçut entre temps la médaille d’or Charles Daly (USA) en 1948 pour les deux volumes de la Géographie Universelle, Amérique septentrionale, parus en 1935 et 1936. Il mourut non loin de Strasbourg, à Ingwiller, en août 1962 à l’âge de 85 ans. 10

10De ces années à la Faculté de Strasbourg, H. Baulig laisse un héritage exceptionnel que l’historien de la géographie ne peut ignorer. L’actuel Institut de Géographie de l’ULP possède la quasi-totalité des articles tirés à part et autres ouvrages qu’Henri Baulig a reçus du monde entier, preuve aussi que, depuis son institut de province, H. Baulig a su entretenir, même pendant sa retraite, des relations internationales de premier ordre. L’ensemble de ces documents représente un cliché de l’état mondial de la géographie des années vingt aux années cinquante. Cette collection confirme, tacitement, l’effort qu’a pu fournir H. Baulig pour constituer un tissu de relations internationales et d’échanges depuis Strasbourg et participer aux orientations de la géographie mondiale. Pour la plupart annotés et classés, ces documents constituent une imposante collection que l’Institut de Géographie a su jusqu’à présent conserver à l’abri des nuisances.

11L’inventaire de ce fonds ne serait pas autant remarquable sans prendre aussi en compte les enjeux soulevés par la tâche qui incombait à H. Baulig. En effet, si, en 1919, il a accepté l’offre d’un poste à Strasbourg, c’est aussi par esprit patriotique il s’agissait de restructurer une université que l’annexion avait germanisée. Tâche délicate, donc, mais il fallait un personnage tel qu’H. Baulig pour la mener à bien en organisant non seulement la transition mais aussi la renommée par sa rigueur et son courage, dont l’exemple le plus frappant est la création d’un vocabulaire de la géomorphologie dont les traces se retrouvent toutes entières dans ses notes.

  • 11 C’est toute la trame de l’article que H. Baulig a publié dans la Revue Internationale de l’Enseigne (...)

12Certes, d’un premier abord, nous pourrions avancer que les activités d’H. Baulig ne se sont pourtant pas toutes orientées dans cette optique. Les besoins de l’enseignement, tâche qu’il accomplissait, aux dires de ses étudiants, avec passion et exigence, lui ont fait valoir de multiples travaux d’ordre local sur l’Alsace et diverses études de cas, dont nous retrouvons les traces à la lecture de ses articles publiés dans des revues régionales, en Belgique et en France notamment. Mais comment ne pas accomplir la tâche qui lui était attribuée à Strasbourg sans prendre en considération la place primordiale que prenait l’enseignement dans ce contexte Il s’agissait de transformer le Geographisches Seminar, créé par Georg Gerland en 1875, puis dirigé par Karl Sapper (élève de Ratzel) de 1910 à 1918, en véritable Institut de Géographie, et le réinscrire dans le contexte de la recherche française. 11

13Nous comprenons alors mieux pourquoi H. Baulig fut choisi pour remplir cette mission. Il était, avec E. de Martonne, l’un des meilleurs spécialistes de la géomorphologie de l’entre-deux-guerres en France. A cette spécialité s’ajoutent les affinités intellectuelles très françaises avec son maître, Vidal de la Blache. Or, une partie du rayonnement de l’Université wilhelminienne avait en effet tenu au rôle du prédécesseur direct d’H. Baulig à la chaire de géographie, K. Sapper, lui-même éminent spécialiste des volcans, de la géomorphologie des régions chaudes, et, de surcroît, l’un des créateurs de la géomorphologie climatique. Un géomorphologue contre un autre, tel fut l’enjeu contextuel de la nomination d’H. Baulig à Strasbourg.

  • 12 H. Baulig a participé chaque congrès durant sa carrière : Le Caire, 1925 ; Cambridge, 1928 ; Paris, (...)

14Constatant les manques de la bibliothèque du Geographisches Seminar, ainsi que l’insuffisance des Seminar Arbeiten, qualifiant ceux-ci d’ "excellents exercices pour dessinateurs" et d’ "aimables distractions pour jeudis pluvieux", H. Baulig s’attendait donc à avoir le soin de réorganiser matériellement mais surtout intellectuellement l’Institut de Géographie. Place très importante, donc, qu’il a su assumer, mais aussi place privilégiée, puisqu'il lui était recommandé de faire valoir l’Institut non seulement en France mais surtout de façon internationale. Pour sa part, il participa, par exemple, aux différents Congrès de Géographie 12 et publia certains de ses articles des plus théoriques dans des revues étrangères, telles que, par exemple les Annals of Association of American Geographers ou le Journal of Geomorphology.

15Parce qu’elles ouvrent alors plusieurs niveaux de lecture supplémentaires et à cause de leur importance capitale dans la compréhension de la démarche d’H. Baulig, nous voulons maintenant décrire ses notes manuscrites, que l’actuel Institut de Géographie conserve dans ses locaux. Ces notes sont difficilement datables, mais il est permis d’assurer qu’elles sont toutes postérieures à 1919 et concernent uniquement la période strasbourgeoise.

16De plus, elles permettent au lecteur d’établir une trame dans la pensée de l’auteur. Ainsi, nous pouvons voir notamment que les lectures d’H. Baulig peuvent se comprendre autour de deux problématiques d’une part la recherche sur la géomorphologie en tant que discipline, et d’autre part, la recherche des précurseurs, à partir, sans doute mais non exclusivement, des supports fournis par les collections du Geographisches Seminar. Il s’ensuit naturellement un inventaire des notes critiques sur les auteurs qui ont influencé la pensée d’H. Baulig (W. M. Davis, bien sûr, mais aussi Karl G. Gilbert, ou encore Mark A. Melton), donnant lieu, simultanément, aux notes préliminaires à l’affirmation des théories et à l’argumentation déployée, sous forme finale, dans les publications effectives. De ce dernier type de notes, nous pouvons citer les plus remarquables celles concernant la terminologie de la géomorphologie, et celles sur la théorie des cycles.

17Afin d’établir la relation des notes d’H. Baulig avec ses publications, il s’ensuivra une liste bibliographique la plus exhaustive que nous ayons pu établir.

Les notes manuscrites

18Nous distinguons plusieurs types de documents. Des fiches de lectures d’articles ou d’ouvrages, des fiches de notes de réflexion sur des idées ou des concepts, des annotations sur les tirés à part, des parties de brouillons d’articles, quelques lettres sans valeur scientifique, souvent des réponses à la réception d’un tiré à part.

19Quatre dossiers permettent de différencier les niveaux de lecture des fiches de notes  

  • 1. Historique, généralités sur la géomorphologie

  • 2. Principes, généralités

  • 3. Classification, terminologie

  • 4. Morphométrie

Historiques, généralités  sur la géomorphologie

20Il s’agit de fiches de notes et de lecture dont la problématique récurrente concerne les précurseurs de la géomorphologie.

Historique et auteurs :

21on y trouve notamment des notes sur O. Elie de Beaumont et B. Studer.

Histoire de la géologie :

  • Les époques, les systèmes : notes de lecture essentiellement sur Zittel.

  • Orogénèse, système des montagnes : ensemble de citations de Elie de Beaumont, Buffon, Humboldt, et Zittel.

  • Ch. Darwin, géologie : notes de lecture de l’Origine des espèces et conclusions sur la géologie.

  • Généralités: notes de lecture sur Cournot : Considérations sur la marche des idées et des évènements dans les temps modernes.

  • Problèmes divers : fiches de notes suite à ces lectures, notes plus précises sur la problématique rivières / vallées.

Périodes et auteurs :

22notes bibliographiques conclusives sur les filiations entre auteurs dans différentes thématiques telles que : "la face de la terre", "voyages et explorations", "histoire de la géomorphologie".

Principes, Généralités

23Il s’agit de notes critiques et constructives mêlant réflexions personnelles et notes de lectures dont le ton général est l’ébauche d’une épistémologie de la géomorphologie.

Précurseurs, classiques :

24notes de lecture plus approfondie de Zittel.

Géomorphologie, logique :

  • Analogie : recherches sur la méthode analogique appliquée à la géomorphologie. Notes de lectures critiques : K. G. Gilbert et A. Philippon.

  • Déduction : recherches sur la méthode déductive appliquée à la géomorphologie. Notes de lectures critiques sur F. von Wolff notamment.

  • Hypothèses multiples : notes de lecture sur Chamberlin (The Method of Multiple Working Hypotheses (1897))

  • Méthodes des autres sciences : brèves notes de lecture sur B. Nogaro, La valeur logique des théories économiques (1947).

Erreurs / fautes :

25partie très objective et honnête sur les erreurs et difficultés rencontrées à la lecture des précurseurs de H. Baulig. Pistes et idées pour comprendre ces erreurs.

Morphologie et géologie :

26notes critiques sur les méthodes employées dans les deux domaines et leurs correspondances.

Processus, mécanismes :

27notes d’étude sur les deux notions.

Cycles :

28notes critiques sur les différentes sortes de cycles : cycles d’érosion, cycles glaciaires, fluviaux, etc. Recherche de définitions. Note importante (3 pages) sur la théorie des cycles.

Classification, terminologie

29Recueil de notes de lectures très diverses dont le sous-dossier le plus important concerne la terminologie géomorphologique. Ce dernier comporte, outre des fiches de lectures sur Cotton, une quinzaine de sous-titres explicites :

30Terminologie géologique

31Terminologie descriptive

32Terminologie génétique

33Terminologie, termes populaires, locaux

34Terminologie, passage d’une langue à l’autre

35Terminologie, noms (propres) géographiques

36Terminologie, mots fabriqués

37Terminologie, extension, restrictions, variations de sens

38Terminologie, synonymes, priorités

39Terminologie, fausses étymologies

40Terminologie, sens mal définis

41Terminologie, impropriétés

42Terminologie, confusions, êtres imaginaires

43Terminologie, formes mauvaises

44Terminologie encombrante

45Terminologie, divers (autres termes plus éloignés)

Morphométrie

46Trois sous-dossiers importants constituent trois recueils de notes de lecture précises sur trois auteurs, numérotations des pages incluses, permettant de suivre la propre lecture d’H. Baulig. Viennent ensuite des séries de notes réflexives relatives à ces lectures ou influencées par elles.

M. A. Melton,

47An analysis of the relations among elements of climate, surface properties, and geomorphology, Office of Naval Research, technical report n°11, 1957.

Charles Pierre Péguy :

  • "Principes de morphométrie alpine", Revue de Géographie Alpine, 1942, pp. 493-582.

  • Haute Durance et Ubaye, esquisse physique de la zone intra-alpine des Alpes françaises du Sud, thèse de Lettres, Grenoble, 1947.

  • "Introduction à l’emploi des méthodes statistiques en géographie physique", Revue de Géographie Alpine, 1948, pp. 1-103.

S. A. Schumm,

48"Evolution of Drainage System and Slopes in Badlands at Perth Ambay, New Jersey", Bulletin of Geological Society of America, vol. 67, 1956, pp. 597-646.

Généralités :

49fiches de notes relatives aux lectures précédentes, conclusions.

Statistique :

50fiches de notes de lectures sur les emplois de la méthode statistique.

Illustrations

51Trois notes manuscrites renvoyant au titre "les concepts fondamentaux de la géomorphologie" dans Essais de Géomorphologie, Paris, Les Belles Lettres, 1950.

Note 1 :

Un recto-verso renvoyant aux Essais, "concepts fondamentaux de la géomorphologie", pages 39, au sujet du problème de la finalité (géomorphologie : théorie finaliste). Il s’agit de la lecture du paléontologue Jean Piveteau, "Aspects du problème de la finalité dans les sciences de la nature", Livre Jubilaire Ch. Jacob, Paris, Faculté des sciences, Laboratoire de géologie (Gentilly, impr. de Letouzey et Ané), 1949, pp. 333-343.

Les renvois à Leibniz, Euler, Cuvier, Lucien Cuénot et G. Bachelard sont d’H. Baulig.

Note 2:

Toujours sur la finalité. La note renvoie à la page 40 des Essais, même partie. C’est une citation de P. Vidal de la Blache, recopiée par H. Baulig : "Les caractères distinctifs de la géographie", Annales de Géographie, XXII, 1913, pp. 289-299. La citation se trouve page 290.

A noter, sous le mot "Finalité" en haut à gauche, Baulig a écrit : "=Davis". Dans la citation, après "des formes de déblaiement ou de dénudation", H. Baulig marque entre crochets : "[accumulation ?]".

Note 3 :

Il ne s’agit pas de citation mais des définitions de l’équilibre statique et de l’équilibre dynamique. La note renvoie à la page 37, elle a été écrite plus tard, semble-t-il en 1958, comme écrit en haut a droite.

52 

53    

54  

Haut de page

Bibliographie

Nous avons voulu ici établir une bibliographie aussi exhaustive que possible des écrits d’H. Baulig. Nous la présentons sous forme chronologique. Il est remarquable qu’un regroupement peut puisse être établi concernant les articles écrits dans les Annales de Géographie.

1908-1920

"L’Atlas du Canada", Annales de Géographie, 17, 1908, 360-363.

"Sur la distribution des moyens de transport et de circulation chez les indigènes de l’Amérique du Nord", Annales de Géographie, 17, 1908, 433-456.

"Les ressources naturelles du Nord et du Nord-Ouest canadien", Annales de Géographie, 18, 1908, 451-462.

"Ecoulement fluvial et dénudation, d’après les travaux de l’U.S. Geological Survey", Annales de Géographie, 19, 1910, 385-411, 1 pl. carte.

"Observations météorologiques du François Arago au large de Terre-Neuve", Annales de Géographie, 20, 1911, 305-310.

"Le développement géographique des chemins de fer aux Etats-Unis", France-Amérique, 1912, 152-164 et 209-214.

"Les plateaux de lave du Washington Central et la Grande Coulée", Annales de Géographie, 22, 1913, 149-159, 2 pl. photos.

Traduction, sous la direction de Emmanuel de Margerie, de Ed. Suess, La face de la Terre, tome III, 2e partie, 1911, 927-956, et tome III, 3e partie, 1913, 1066-1206 et 1632-1694.

"La géographie politique de l’Ouest de la France, d’après un ouvrage récent [d’André Siegfried]", Annales de Bretagne, 29, 1914, 407-438.

"Le "Geographishes Seminar" de l’Université de Strasbourg", Revue Internationale de l’Enseignement, mai-juin 1920, 206-211.

1921-1925

"La nouvelle carte d’Alsace et de Lorraine au 1/50000e", Annales de Géographie, 30, 1921, 384-385.

"La 13e excursion géographique inter-universitaire", Annales de Géographie, 31, 1922, 59-64.

"Questions de morphologie vosgienne et rhénane", Annales de Géographie, 31, 1922, 132-154 et 385-401.

"La population de l’Alsace et de la Lorraine en 1921", Annales de Géographie, 32, 1923, 12-25.

La deuxième édition de la feuille n°209 (Alais) de la carte géologique détaillée de la France au 80000e, 1923, 4 pages. Publication privée. Réimpression avec additions dans Le Plateau Central, 1928, 552-558.

"La population des Etats-Unis en 1920", Annales de Géographie, 33, 1924, 543-566.

"La notion de profil d’équilibre : histoire et critique", C. R. du Congrès International de Géographie du Caire, III, 1925, 51-63.

"The International Geographical Congress at Cairo", Geographical Review, 15, juillet 1925, 470-474.

Bibliographie alsacienne I, 1918-1921, Chap. I, Géographie, 1-44. – Chap. II, 1921-1924, 297-339, publications de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1925.

1926-1930

"Le relief de la Haute Belgique", Annales de Géographie, 35, 1926, 206-235, 1 pl. photos.

"Sur une méthode altimétrique d’analyse morphologique appliquée à la Bretagne péninsulaire", Bulletin de l’Association de Géographes Français, juillet 1926, 7-9. Réimprimé, avec additions dans Le Plateau Central, 1928, 562-574.

"L’Agout tributaire de l’Aude", Annales de Géographie, 36, 1927, 33-39.

"Une nouvelle "géographie stratigraphique" [par M. Gignoux]", Annales de Géographie, 36, 1927, 60-64.

"La Crau et la glaciation würmienne", Annales de Géographie, 36, 1927, 499-508.

"Le cyclone de Miami", Annales de Géographie, 37, 1928, 273-274.

Exercices cartographiques, Strasbourg, publications de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1928, 53 p. - Deuxième édition revue, 1931, 53 p. - Troisième édition, 1949.

Le Plateau Central de la France et sa bordure méditerranéenne. Etude morphologique, Paris, In-8, 1928, 591 pages, 11 pl. cartes, coupes et profils, 16 pl. photos.

"Les hauts niveaux d’érosion eustatique dans le Bassin de Paris", Annales de Géographie, 37, 1928, 289-305 et 385-406.

"Sur le degré de précision des cartes marines", Annales de Géographie, 37, 1928, 370-372.

"Les formes du relief dans le Plateau Central de la France et sa bordure méditerranéenne : résultats généraux", C. R. Ac. Sc., 188, 1929, 335-337.

"Compte-rendu de l’excursion d’Alsace", Bulletin de l’Association de Géographes Français, 1929, 73-78.

"A propos des pénéplaines du Bassin de Paris [réponse à G. Denizot]", Annales de Géographie, 38, 1929, 67-68.

"L’aménagement des Grands Lacs et du Saint-Laurent", Annales de Géographie, 38, 1929, 92-94.

"Applications nouvelles de la photographie aérienne au Canada", Annales de Géographie, 38, 1929, 94-96.

"L’aviation commerciale aux Etats-Unis", Annales de Géographie, 38, 1929, 415-416.

"Les inondations du Mississipi en 1927", Annales de Géographie, 38, 1929, 81-84.

"Sur le sens des mots "serre", "serra" et "sierra", Annales de Géographie, 38, 1929, 171-173.

"A propos des rivages pliocènes sur la rive gauche du Rhône", Etudes Rhodaniennes, 5, 1929, p. 324.

"Un nouveau répertoire des sciences sociales [Social Science Abstract]", Annales de Géographie, 39, 1930, 190-192.

"Le littoral dalmate", Annales de Géographie, 39, 1930, 305-310.

"La XXIIe excursion géographique interuniversitaire", Annales de Géographie, 39, 1930, 511-515.

"L’industrie cotonnière dans le Nord et dans le Sud des Etats-Unis", Annales de Géographie, 39, 1930, 218-220.

"L’Amérique à la conquête de l’Europe [d’après C. Pomaret]", Annales de Géographie, 40, 1930, 218-220.

1931-1935

"Les méthodes de prospection du sous-sol", Annales d’histoire économique et sociale, III, 1931, 281-282.

"Présentation de deux cartes morphologiques du Plateau Central de la France", Congrès International de géographie, Tome II, Section II, Paris, 1931, 1-11, 1 pl. carte.

"Le Sud-est du Massif Central", Congrès International de Géographie, Tome II, Section II, Excursion A 2, Paris, 1931, 26 pages, 1 pl. coupes.

"L’évolution économique et sociale des Etats-Unis de 1825 à nos jours [d’après D. Pasquet Histoire politique et sociale du peuple américain, t. II, 1931]", Annales de Géographie, 40, 1931, p. 670-676.

"La forêt et la pluie [d’après G. Rempp, Forêt de Haguenau]", Annales de Géographie, 41, 1932, 438-439.

"Remarques sur le calcaire de Bogy, près Annonay (Ardèche)", C. R. Société Géologique de France, 18 janvier 1932, 20-21.

"La genèse du relief appalachien d’après Douglas Johnson", Annales de Géographie, 41, 1932, 500-511.

"A propos du relief armoricain et de l’origine du loess breton [réponse à Y. Milon]", Bulletin de l’Association de Géographes Français, 67, 1933, 51-55.

"André Nordon [notice nécrologique - en collaboration avec Emmanuel de Martonne]", Annales de Géographie, 42, 1933, 101-102.

"L’excursion interuniversitaire belge en Alsace [en collaboration avec C. Sitting]", Bulletin de la Société Belge d’Etudes Géographique, 1933, 170-185, 1 pl. photo.

"La Nouvelle Angleterre d’aujourd’hui et de demain", Annales de Géographie, 43, 1934, 321-322.

"Morphologie et stratigraphie", Bulletin de l’Association de Géographes Français, 82, 1934, 102-111. [réponse à L. Aufrère, la dissymétrie du Bassin de Paris, ibid. 78, 1934, 45-56].

"Sur les surfaces d’aplanissement du Bas Rhône", Annales de Géographie, 43, 1934, 636-640.

"Présentation d’une carte générale des anciennes surfaces d’aplanissement dans le Plateau Central de la France", Congrès International de Géographie, Varsovie, 1934, Tome II, Section II, 447-449.

"Sur les derniers mouvements du sol dans la basse vallée du Rhône", Etudes Rhodaniennes, 11, 1935, 87-89.

"Sur le climat des époques glaciaires", Annales de Géographie, 44, 1935, 561-573.

"Tempête de poussière aux Etats-Unis", Annales de Géographie, 44, 1935, 556-557.

Géographie Universelle, Tome 13, Amérique Septentrionale, 2 vol., Publié sous la direction de P. Vidal de la Blache et L. Gallois, 1935-1936, 640 pages.

The Changing Sea Level. Four Lectures given at the University of London, Institute of British Geographers, Publication n°3, London, George Philipp and Son, 1935, 46 pages [réimpr. 1958].

1936-1940

"Captures fluviales et déversements ", Mélanges de géographie et d’orientalisme offerts à E.-F. Gautier, Tours, Arrault et Cie.,1937, 24-33.

"Quelques problèmes de morphologie vosgienne", L’Alsace géologique, géographique et géophysique, Strasbourg, s.d., 1938, 13-22.

"Deux méthodes d’analyse morphologique appliquées à la Haute Belgique", Bulletin de la Société Belge d’Etudes Géographiques, 9, 1939, 165-184.

"Une carte du déficit d’écoulement dans l’Est et le Centre des Etats-Unis", Annales de Géographie, 48, 1939, 494-503.

"Projet de vocabulaire géographique [populaire]", Bulletin de l’Association de Géographes Français, 123, 1939, 125-127.

"L’outillage de la Géographie", Encyclopédie Française, Tome 18, 1939, 10-11.

"Questions de terminologie. I, Conséquent, subséquent, obséquent", Journal of Geomorphology, I, 1938, 224-229. "II, Jeune, mûr, vieux", ibid., II, 1939, 121-132.

"Sur les "Gradins de Piémont", Journal of Geomorphology, II, 1939, 281-304.

"Causalité et finalité en géomorphologie", Geographiska Annaler, Glaciers and Climate, Stockholm, 1940, 320-324.

"Reconstruction of Stream Profiles", Journal of Geomorphology, III, 1940, 3-12.

"Le profil d’équilibre des versants", Annales de Géographie, 49, 1940, 81-97.

"Les limagnes du Sud, d’après L. Gachon", Annales de Géographie, 49, 1940, 216-221.

1940-1945

"Marc Bloch géographe", Annales d’Histoire Sociale, 1945, 5-12.

1946-1950

"Le site de Strasbourg", Mélanges 1945, I. Etudes Alsatiques, Publications de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1946, 1-8, 1 pl. carte.

"Au 92", De l’Université aux camps de concentration, Publication de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1947, 21-37.

"L’Alsace, esquisse géographique", Urbanisme, n°111-112, 1946, 18-26.

"La géographie est-elle une science ?", Annales de Géographie, 57, 1948, 1-11. (Réimpr. dans le Bulletin de la Société Belge d’Etudes Géographiques, 17, 1948, 17-26).

"Problèmes des terrasses", Union Géographique Internationale, Sixième rapport de la Commission pour l’étude des terrasses, 1948, 109 pages. - Eclaircissements et répliques, 16 pages.

"Le problème des méandres", Bulletin de la Société Belge d’Etudes Géographiques, 17, 1948, 103-143.

"L’œuvre de William Morris Davis", Information Géographique, 3, 1948, 101-108.

"Les chaînons du Grand Bassin", Annales de Géographie, 57, 1948, 258-263.

"La perche et le sillon : mots et choses", Mélanges de philologie romane... offerts à Ernest Hoepffner, Paris, Les Belles Lettres, 1949, 139-149.

"Dénudation quaternaire et dénudation pliocène", Annales de Géographie, 58, 1949, 145-146.

"La vallée et le Delta du Mississipi", Annales de Géographie, 58, 1949, 220-232 et 325-334.

"William Morris Davis as a Master of Method", Annals of the Association of American Geographers, 40, 1950, 188-195.

"Quelques observations sur un compte-rendu d’excursion géographique ", Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 29, 2, novembre 1950, 116-117.

"Question de terminologie : structure et tectonique", Bulletin de l’Association de Géographes Français, n°208-209, mars-avril 1950, 60-62.

Essais de géomorphologie, Publications de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1950, X-161 pages, incl. bibliographie principale d’H. Baulig. Trad. russe, 1956. Trad. polonaise 1958.

1951-1955

"Géomorphologie Davisienne", Information géographique, 1951, 93-100.

"Isaiah Bowman", Annales de Géographie, 60, 1951, 48-50.

"Eustatisme et isostasie", C. R. Ac. Sc., 234, 1952, 781-783.

"Le profil des versants en climat sub-aride, d’après T. J. D. Fair", Annales de Géographie, 61, 1952, 46-49.

"Vocabulaire franco-anglo-allemand des termes relatifs aux terrasses et surfaces d’aplanissement (en collaboration avec P. Macar)", Union Géographique Internationale, Septième rapport de la commission pour l’étude des terrasses et surfaces d’aplanissement, 1952, 71 pages.

"Essais d’une théorie des terrasses fluviales", Bulletin de la Société Belge d’Etudes Géographiques, 21, 1952, 69-96.

"Cycles et climat en géomorphologie", Cinquantième anniversaire du Laboratoire de Géographie de Rennes (1902-1952), Volume jubilaire offert à M. Emm. de Martonne, 1952, 215-239.

"Le relief de l’Afrique australe, d’après L. C. King ", Annales de Géographie, 61, Université de Rennes, 1952, 218-225.

"Surfaces d’aplanissement", Annales de Géographie, 61, 1952, 161-183 et 245-262.

"Sur la surface prévolcanique de l’Escandorgue", Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, 24, 1952, 189-200.

"Journées d’information géographique, par S. Desvignes et M. Rochefort ", Information Géographique, 16, 1952, 204-206.

"L’érosion du lit fluvial par les basses eaux", Comm. Serv. Géol. Portugal, 33, 1952, 6-11.

"Les hauts niveaux de base du pliocène", Revue de Géographie de Lyon, 28, 1953, 205-221.

"Vallées et rivières : histoire d’une notion scientifique", Mélanges géographiques offerts à Ph. Arbos, II, Clermont-Ferrand, Institut de Géographie de Clermont-Ferrand, 1953, 33-40.

"Ablation en surface et érosion linéaire", Revue de Géographie de Lyon, 28, 1953, 229-231.

"Les Etudes Américaines, géologie et géographie de M. Emm. de Margerie", Annales de Géographie, 62, 1953, 68-70.

"Le relief des Pays-Bas et de la Belgique d’après deux récentes cartes morphologiques", Annales de Géographie, 62, 1953, 118-127.

"La vie et l’œuvre d’Emmanuel de Margerie", Annales de Géographie, 63, 1954, 82-87.

"Emmanuel de Margerie", Geographical Review, 44, 1954, 600-602.

"La morphologie littorale et sous-marine de M. André Guilcher", Annales de Géographie, 64, 1955, 1-16.

1956-1961

"Pénéplaines et pédiplaines", Bulletin de la Société Belge d’Etudes Géographiques, 25, 1956, n°1, 25-58. Traduction anglaise de C. A. Cotton, Bull. Geol. Soc. America, 68, 1957, 913-930.

"La géomorphologie en France jusqu’en 1940", La Géographie française au milieu du XXe siècle, Baillière, 1956, 27-35.

"La morphologie fluviale", Encyclopédie Française III, 1957.

Vocabulaire franco-anglo-allemand de géomorphologie, Public. Fac. Lettres Strasbourg, 1956, XIV-230 pages.

"Les méthodes de la morphologie, d’après Pierre Birot", Annales de Géographie, 66, 1957, 97-124 et 221-236.

"Europe and its borderlands : a review", Scottish Geographical Magazine, vol. 73, n°2, sept. 1957, 125-128.

"La leçon de Grove Karl Gilbert", Annales de Géographie, 67, 1958, 289-307.

"Les mesures traditionnelles en Tunisie", Cahiers de Tunisie, n°21-22, 1958, 201-203.

"Contingence et nécessité en géographie humaine", Annales Economies, Sociétés, Civilisations, 1959, 320-324.

"Morphométrie", Annales de Géographie, 68, 1959, 285-408.

"Géographie générale et géographie régionale", Mélanges géographiques canadiens offerts à Mr. Blanchard, Québec, Presses Universitaires de Laval, 1959, 47-52.

"Une histoire économique des Etats-Unis", Annales Economies, Sociétés, Civilisations, 1960, 151-158.

"La géographie du fer et de l’acier", Annales Economies, Sociétés, Civilisations, 1960, 779-788.

"Préface", Atlas de la France de l’Est, 1960.

"L’atlas linguistique de l’Alsace : vocabulaire, ethnographie, histoire, géographie", Revue Géographique de l’Est, I, 1961, 5-13.

Haut de page

Notes

1 Etienne Juillard, "Henri Baulig (1877-1962), Le savant, Le professeur, L’homme", Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 41ème année, 1962-1963, pp. 165-169.

2 Cité par John Craig, "Maurice Halbwachs à Strasbourg", Revue Francaise de Sociologie, X, 2, 1979, pp. 273-292.)

3 Ce dont le doyen C. Pfister lui sera gré dans une note favorable adressée au rectorat, stipulant que le dévouement d’H. Baulig excuse grandement le retard de sa thèse (soutenue en 1928, cf. infra).

4 D’après Richard Kleinschmager, "Henri Baulig et la géographie dans la transition de 1919", dans Les sciences dans la tourmente franco-allemande, les trois universités de Strasbourg, 1872-1945, ouvrage collectif (C. Bonah, E. Crawford, J. Olff-Nathan, F. Olivier-Utard, L. Strauss, M. Walker et B. Weiss), Strasbourg, à paraître.

5 E. Juillard (ibid.) rapporte qu’H. Baulig était "de milieu modeste", la longueur de ses études pour obtenir son DES peut sans doute se comprendre, au moins en partie, par les difficultés rencontrées pour financer ses études.

6 La fréquentation de ce grand initiateur de la géomorphologie qu’était W. M. Davis (1850-1934) joua un rôle capital dans la formation intellectuelle d’H. Baulig. Dans Le Plateau Central de la France, H. Baulig utilise le système "davisien" d’explication de la genèse des formes. Cette explication repose sur l’idée finaliste de "cycle d’érosion" où chaque forme observée représente un stade vers une forme finale si les facteurs en jeu ne sont pas modifiés.

7 Voir G. Baudelle, "L'assise bretonne. Emmanuel de Martonne et la fondation du laboratoire de géographie de Rennes (1899-1905)", dans G. Baudelle, M.-V. Ozouf-Marignier, M.-C. Robic (dir), Géographes en pratiques (1870-1845), Le terrain, le livre, la cité, Rennes, PUR, pp.37-54.

8 Le Plateau Central de la France et sa bordure méditerranéenne : étude morphologique, où il approfondit et généralise les idées de W. M. Davis sur les "cycles d’érosion". Le délai dû à la guerre et aux besoins de réorganisation universitaires explique la soutenance tardive de la thèse.

9 Auparavant doyen de la faculté de Droit à Strasbourg, J. Duquesne dirigea le Centre d’Etudes Germaniques de 1932 à 1938. Crée en 1921, le Centre d’Etudes Germaniques, annexe de l’Université de Strasbourg et accolé à la Faculté des Lettres, avait pour but d’utiliser la situation de Strasbourg en Rhénanie pour encourager les étudiants à tirer parti du milieu franco-allemand présent, en collaboration avec le Centre d’Etudes Germaniques de Mayence, créé la même année.

10 Pour complément sur la biographie d’H. Baulig, voir J. B. Hanson-Lowe, "Henri Baulig : esquisse d’un portrait d’une grande figure de la science française", dans le Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 4/1965, pp. 277-285. E. Juillard, "Henri Baulig (1877-1962) : le savant, le professeur, l’homme", dans le Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 2/1962, pp. 165-173. E. Juillard, "Henri Baulig (1877-1962)" dans Les Géographes français, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, BN, 1975, pp.119-131 (Bulletin de la Section de Géographie, T. LXXXI). C. Klein, "Henri Baulig", dans Nouveau dictionnaire de bibliographie alsacienne, 2/1983, p.131. C. Klein, Henri Baulig (1877-1962). Sa Contribution à l’enrichissement de la géomorphologie générale, Gap, éd. Ophrys, 1999, 175 p. P. Marthelot, "Henri Baulig", dans le Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 2/1962, pp. 175-177. H. Nonn, "Henri Baulig", dans Encyclopédie de l’Alsace, tome I, Publitotal, Strasbourg, 1982, pp. 524-525.

11 C’est toute la trame de l’article que H. Baulig a publié dans la Revue Internationale de l’Enseignement en 1920 : "Le Geographisches Seminar de l’Université de Strasbourg". (cf. infra.)

12 H. Baulig a participé chaque congrès durant sa carrière : Le Caire, 1925 ; Cambridge, 1928 ; Paris, 1931 ; Varsovie, 1934 ; Amsterdam, 1938 ; Lisbonne, 1949 ; et Washington, 1952.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Masutti, « L'héritage d'Henri Baulig (1877-1962)   éléments biographiques, bibliographie complète, inventaire des notes manuscrites  », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 229, mis en ligne le 22 novembre 2002, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3520 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3520

Haut de page

Auteur

Christophe Masutti

Institut de recherches interdisciplinaires sur les sciences et la technologie (IRIST), Université Louis Pasteur, Strasbourg I, France christophe.masutti@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page