Navigation – Plan du site
2005
314

Risques environnementaux et enjeux à Clipperton (Pacifique français)

Environment hazards on Clipperton Island ( French Pacific ) : what is at stake ?

Christian Jost

Résumés

Sur l’atoll inhabité de Clipperton, quatrième territoire français du Pacifique, les écosystèmes terrestres et lagonaires se dégradent de façon préoccupante tandis que les risques naturels sont majeurs. Depuis les années soixante, un processus de désertification de la couronne a été enclenché suite à l’élimination du porc introduit à la fin du XIXe siècle et à la prolifération consécutive des crabes terrestres omnivores et à celle de milliers d’oiseaux de mer. L’absence de végétation correspondait cependant déjà à l’état naturel pré-anthropique attestant par là l’impact positif de l’homme sur ce milieu exceptionnel. Considérant ces enjeux environnementaux et, à la lumière des enjeux économiques et géopolitiques de la région, l’auteur propose après aménagement limité, la partition de l’île en une aire protégée intégrale et en un secteur d’occupation permanente qui garantirait la souveraineté française sur cette zone aux ressources convoitées.

Haut de page

Texte intégral

1L’île française de Clipperton, ou île de La Passion, a déjà fait coulé beaucoup d’encre1, et il y a encore matière à étudier avant de comprendre toutes les particularités, voire les mystères, qui entourent cet atoll si particulier. L’approche géographique globale et systémique apporte sa part de connaissances quand elle basée sur des observations de terrain mis en relation avec le contexte régional voire les enjeux mondiaux. De l’analyse écosystémique peuvent en effet se dégager de nouveaux défis pour le « propriétaire » qu’est la France de cette terre ultra marine héritée de l’histoire. Doit-on laisser cette île inhabitée à son sort comme la vision purement naturaliste et écologiste le voudrait ? Ou doit-on intervenir pour faire revivre un écosystème précieux car unique, mais en voie de dégradation peut-être irréversible ? Les constats faits par l’auteur depuis une quinzaine d’année montrent en effet qu’un processus de désertification avancée est en cours, tant de l’écosystème terrestre que de l’écosystème lagonaire et récifal.

2Les conditions environnementales de Clipperton sont des contraintes fortes pour toute vie à terre et ne résiste actuellement, en une compétition interspécifique unique au monde par les chiffres et les espèces présentes, qu’une faune de plus de 110.000 oiseaux de mer et de plus de 11 millions de crabes terrestres sur seulement 1,7 km² !    

3Dans ce contexte ce ne sont pas tant les risques dits naturels qui sont présentés ici que les risques environnementaux en termes de bouleversement et d’accélération de la dynamique d’évolution d’un écosystème insulaire depuis une cinquantaine d’année. Une présentation de l’évolution de l’environnement terrestre de Clipperton au cours du XXe siècle montre en effet ici une inversion de tendance qu’en biogéographie on qualifierait de phase rhexistasique faisant suite une phase biostasique. Pourtant cette apparente dégradation, notamment du couvert végétal qui a quasiment disparu, ne semble bien être qu’un retour à un état naturel primitif pré-anthropique. L’homme aurait-il donc eu une « main verte » par le passé alors qu’il occupait l’île ?  Est-il responsable de la désertification actuelle ou sont-ce les habitants de l’île, les crabes et les oiseaux qui par l’explosion de leur démographie ont tout abîmé ? De ces questions auquel nous tentons de répondre, en découlent d’autres qu’une approche intégrée se doit de poser. Une fois montré l’impact positif de l’homme sur ce milieu exceptionnel, doit-on le laisser se dégrader et la biodiversité se réduire, ou intervenir pour le réhabiliter ? Quels sont les enjeux environnementaux, non comptés les enjeux pour la science de disposer d’un tel observatoire pour l’étude de la migration des espèces, pour celles des relations océan-atmosphère, etc. Les convoitises étrangères sur les très intéressantes ressources marines de la zone de Clipperton, et les enjeux géostratégiques qui y sont liés dans cet hémisphère nord-américain, portent aussi leur questionnement sur la nécessité pour la France d’occuper l’atoll de La Passion de façon permanente. Une telle décision, politique, entraîne nécessairement l’évaluation des contraintes environnementales en partie présentées ici et une étude d’impact des aménagements à réaliser. Allier intérêts scientifiques, économiques, politiques et sauvegarde de la Nature apparaît en filigrane tout au long de cette présentation.  

Clipperton, l’atoll de tous les risques

4De son vrai nom de baptême français Île de La Passion, Clipperton est dans une position d’ultra périphérie marine, à 1.280 kilomètres des côtes mexicaines et à 945 kilomètres de la première terre émergée, celle de l’île volcanique de Socorro de l’archipel de Revillagigedo au nord tandis que la première île française des Marquises est à 4.000 kilomètres. Seul atoll, ou presqu’atoll car flanqué d’un rocher volcanique de 29m de haut, du Pacifique nord-oriental, Clipperton est un anneau corallien fermé de 1,7km² de terres émergées et de forme ovoïde de 3 kilomètres sur 4 kilomètres (Fig. 1). A quatre jours de mer de la côte mexicaine, de taille réduite, aux conditions climatiques équatoriales difficiles de chaleur et d’humidité et à l’accès périlleux par mer (uniquement par beau temps), Clipperton se prête difficilement à une occupation humaine sans moyens logistiques importants.

Figure 1 : L’atoll de Clipperton : localisation, bathymétrie et couvert végétal

5L’île, aujourd’hui inhabitée, n’a été occupée de façon continue que vingt ans de 1897 à 1917 par des ouvriers du phosphate et une garnison mexicaine, puis un an par les Etats-uniens entre 1943 et 1944, enfin durant des périodes de six mois maximum : 1958 (Scripps Institution et M.H. Sachet) et cinq fois trois mois de 1966 à 1969 par les missions française Bougainville, périodes durant lesquelles les études les plus importantes furent conduites. Depuis lors, la Marine nationale ne s’y rend en moyenne qu’une fois par an. Enfin, début 2005, des sponsors industriels français et mexicain ont financé un mission de quatre mois sur place de l’Association Expéditions Jean-Louis Etienne à laquelle se sont joints des scientifiques de plusieurs organismes de recherche français (CNRS, EPHE, IRD, Muséum, Universités), mexicains (ICML, UNAM, IPN) et états-uniens (NOAA), pour un inventaire complémentaire du milieu. Malgré ces courtes périodes de présence, l’impact de l’homme sur l’écosystème terrestre n’a pas été négligeable, mais pas forcément dans le sens négatif auquel on pouvait s’attendre. Un rapide rappel historique s’impose.

6Découverte le Vendredi Saint de 1711 et baptisée île de la Passion par les commandants français Martin du Chassairon et Michel du Bocage qui en dressèrent le premier plan, Clipperton ne fut déclarée possession française qu’en 1858 par Le Coët de Kerveguen qui déposa l’acte de prise de possession auprès du gouvernement d’Hawaii. L’éloignement, les difficultés d’accostage et de transbordement, du fait d’une côte corallienne accore et d’une forte houle constante, fit que la France renonça à exploiter les ressources phosphatées de l’île. En 1897, le bâtiment français Duguay-Trouin, venu en mission, rend compte d'une présence américaine et amène le pavillon états-unien. Quelques jours plus tard, c’est le Mexique qui débarque un groupe d’ouvriers qui va exploiter le phosphate jusqu’à épuisement de la ressource. C’est aussi en 1897 que sont introduits les deux premiers cocotiers de l’île jusque là décrite comme désertique ainsi que des porcs pour servir à la consommation. Dans le conflit de souveraineté qui l'oppose alors à la France, le gouvernement Mexicain décide en 1906 d'installer sur Clipperton une garnison de soldats avec leurs familles. Mais à partir de 1914, la révolution mexicaine et la Grande Guerre les plongent dans l'oubli et les ravitaillements s’interrompent. La petite communauté commandée par le capitaine Ramon Arnaud, restent dès lors sans autre ressource que les noix de coco, les oiseaux de mer et leurs œufs ainsi que les porcs en liberté qu’ils ne pouvaient plus capturer. Décimés par le scorbut et un naufrage d’Arnaud et de ses hommes partis à la poursuite d’un mirage de navire, ce ne seront que trois femmes et huit enfants qui seront miraculeusement sauvés par le Yorktown, un bâtiment états-unien, le 18 juillet 1917. C’est l’histoire des tristement célèbres « Oubliés de Clipperton » et de la plus longue occupation de l’île. L’île retombe alors dans l’oubli, occupée seulement par les oiseaux (fous, frégates, sternes, etc.), les crabes terrestres qui pullulent, et les cochons oubliés qui s’adaptent à leur nouvel environnement déshumanisé dans lequel les cocotiers, quelques espèces herbacées et quelques buissons se développent. Ce n’est qu’en 1935, après l’arbitrage international rendu en 1931 et attribuant Clipperton à la France, que le croiseur Jeanne d’Arc vient y effectuer des relevés et une couverture aérienne qui servira à établir en 1937 la carte au 1 : 20 000, toujours utilisée.

Les risques naturels à Clipperton

7Par 10° N, le secteur de Clipperton  est  dans la zone de formation des dépressions tropicales qui circulent en général du sud-est vers le nord-ouest entre les côtes mexicaines et le 125°W une quinzaine de fois par an2. Les cyclones touchent assez fréquemment l’île sans que l’on ait à ce jour de statistiques précises. La saison cyclonique s’étend du 15 mai au 30 novembre.

8A quatre mètres au plus au-dessus du niveau marin (à l’ouest de la couronne) et à deux mètres en moyenne ailleurs, la couronne n’est pas à l’abri d’une submersion partielle par aspiration dépressionnaire de la mer qui peut s’élever de deux à trois mètres. Les vagues de tempêtes franchissent occasionnellement la couronne en y étalant les débris coralliens blanchâtres au nord et à l’est, sans que l’approvisionnement en eau de mer du lagon soit suffisant pour permettre aux espèces marines de perdurer depuis la fermeture naturelle du lagon vers 1845.

9Les écrits historiques relatent la violence des phénomènes cycloniques, notamment des vents, des pluies et des vagues déferlantes (SACHET 1962). L’aléa cyclonique y est important et, en cas d’occupation humaine, le risque serait majeur. Le seul refuge possible est le Rocher ruiniforme et ses couloirs de faille et de dissolution karstique qui offrent un abri sûr mais étroit pour seulement quelques dizaines de personnes. Tout projet d’implantation humaine permanente devra prévoir des structures capables de résister à des vents violents qui ne rencontrent sur mer aucun ralentisseur, voire à aux vagues franchissantes dont la fréquence et l’impact augmentent certainement déjà actuellement avec l’élévation du niveau marin.

10Le risque cyclonique est donc bien réel pour d’éventuels occupants, mais aussi pour les navires croisant dans la zone (île non balisée mais répertoriée sur les cartes) et il est probable que les deux nouvelles épaves échouées entre 1997 et 2001 soient des navires drossés par des tempêtes sur le récif ceinturant de façon continu ce mont sous-marin.

11Située à la croisée de la dorsale nord-sud des Mathématiciens et de la fracture ouest-est de Clipperton, l’île de La Passion correspond au sommet d’un mont volcanique de plus de 3000m dont seul un neck de trachy-andésites, le Rocher, émerge à 29m au sud-est de la couronne. La datation des roches, a été réalisée pour la première fois à partir des échantillons rapportés par la mission Passion 20013, par René Maury de l'Université de Bretagne occidentale et IUEM : l'âge du Rocher est de 3,7 millions d'années ± 0,7. A défaut de résultats pouvant attester pour l’instant de l’évolution actuelle de la couronne, Clipperton a connu, par le passé, une subsidence lente accompagnée de constructions coralliennes l’amenant au stade actuel d’atoll. Aucune instrumentation permettant de mesurer la sismicité de la zone n’y a été installée à ce jour. La première borne géodésique a été implantée en février 2001 par la mission Passion 2001 avec le Laboratoire de géophysique de l’IRD de Nouméa (JOST 2003). Ce n’est qu’à l’analyse des mesures effectuées en 2005 que pourra être évalué le déplacement de la plaque tectonique. L’île est donc dans une zone de sismicité de plaques dont l’activité est mal connue de même que les effets sur la structure du bâti de l’atoll.

Dégradation environnementale de l’atoll de Clipperton : un processus naturel ?

12A Clipperton l’occupation humaine n’a été qu’épisodique et la plus longue remonte à cent ans. Pourtant l’occupation mexicaine du début du XXe siècle eut un impact décisif sur l’évolution de l’écosystème terrestre.

Le constat

13Les écrits du XIXe siècle décrivent l’île comme vierge, dénuée de toute végétation. Par la suite, les photographies prises lors de la mission française de 1935 (Fig. 2) et celles de Taylor (TAYLOR 1948), puis, les travaux de Marie-Hélène Sachet en 1958 (SACHET 1962), montrent une végétation herbacée et buissonnante couvrant 80% de la couronne de l’atoll. En 1967-1968, les études conduites lors des missions françaises Bougainville décrivent encore l’île avec un couvert végétal herbacé, quoique moins abondant qu’en 1958 (Fig. 3) (EHRHARDT 1968). En novembre 1997, vingt ans après la dernière mission scientifique, celle de l’équipe Cousteau, puis à nouveau en février 2001 (Fig. 2), l’auteur constate que la couronne corallienne est totalement désertique avec pour seule végétation, 674 cocotiers (cocos nucifera) et, sur seulement cinq petits îlots du lagon, une maigre couverture herbacée de Convolvulaceae, de Cyperaceae et de quelques Scrophulariaceae tandis que ces espèces occupaient jusqu’à 80% de la couronne en 1958 (JOST 2003). En mai 2003 et fin 2004, des observations et des photographies montrent la réapparition de quelques plaques de végétation basse herbacée près du bois de cocotiers dit Bois de Bougainville vraisemblablement due à une saison plus pluvieuse qu’avant novembre 1997 et février 2001. Mais que s’est-il passé pour que la quasi totalité de la couverture végétale disparaisse depuis cinquante ans ?

source : SHOM (1935) et Space imaging Nasa data buy program (2001)

Figure 2 : Image aérienne de 1935 (mission de la Jeanne d’Arc ; SHOM/IGN) et extrait d’une image du satellite Ikonos de  2001 4 montrant la différence de la couverture au sol et le retrait de la côte au niveau de l’ancienne passe à droite des images. Noter dans la partie supérieure gauche le Trou "sans fond" , de profondeur connue de 90m et d’un diamètre d’environ 200m, entouré du Grand récif, ancienne couronne de corail aujourd’hui mort.

Figure 2 : Image aérienne de 1935 (mission de la Jeanne d’Arc ; SHOM/IGN) et extrait d’une image du satellite Ikonos de  2001 4 montrant la différence de la couverture au sol et le retrait de la côte au niveau de l’ancienne passe à droite des images. Noter dans la partie supérieure gauche le Trou "sans fond" , de profondeur connue de 90m et d’un diamètre d’environ 200m, entouré du Grand récif, ancienne couronne de corail aujourd’hui mort.

source : Archives Marine Nationale

Figure 3 : Recouvrement de la couronne par un tapis herbacée continue d’Ipomea pes caprae et de Cyperaceae et ancienne station météo en 1967  

Essai d’explication

14En reconstituant l’évolution de la végétation au cours du siècle, on s’aperçoit que l’île était verte de 1917 à 1958, année à partir de laquelle la végétation se réduit d’année en année pour pratiquement disparaître en 1997 (JOST, 1997b, 2001, 2003). Les deux premiers cocotiers ainsi que deux porcs furent introduits en 1897 vraisemblablement par les Etats-uniens (Fig. 4), puis entretenus par les Mexicains qui occupent l’île à partir du 13 décembre 1897. Les porcs survécurent au départ des Mexicains et se multiplièrent. Une quarantaine de cochons (soit un porc pour quatre hectares), évalués en 1958 se nourrissaient d’œufs d’oiseaux, de noix de cocos au sol et de crabes (au regard des carcasses de crabes trouvées dans leurs déjections). Or ces crabes terrestres, de l’espèce Gecarcinus planatus Stimpson, évalués à 11 millions d’individus en 1967 (EHRHARDT 1968) dévorent tout ce qu’ils trouvent y compris toutes les formes de végétation à leur portée. Seuls les cocotiers purent se développer par le nombre (une pousse vivace sur environ quatre-vingt déchiquetées observé au pied des stipes en 2001) et seule la végétation des îlots fut préservée, car ces crabes ne survivent pas plus de dix minutes dans l’eau (NIAUSSAT 1986).

source : Service historique de la Marine

Figure 4 : Novembre 1897 : Les trois résidants (depuis six mois), employés de la Compagnie américaine Oceanic Phosphate Company, surnommés « les trois guanos ». Photographie prise, vraisemblablement le 24 novembre 1897,  par le Lieutenant de vaisseau Terrier du croiseur français Duguay-Trouin venu hisser les couleurs françaises.  Outre le couple de porcs et les deux premiers cocotiers en caisses, on peut noter les rails qui serviront à acheminer les sacs de guano vers le futur ponton

15Concernant la faune aviaire, les rares écrits du début du siècle, ne chiffrent pas la population des oiseaux, mais parlent d’un « grand nombre ». Puis, la population des fous masqués (Sula dactylatra), la plus importante, est passée d’un « petit nombre » en 1958 (STAGER 1964) à 4 239 individus en 1968 (EHRHARDT 1976) et à environ 110 000 en 2001 (Fig. 5) (JOST 2003, « 55.000 au sol et environ la même proportion en vol en quête de nourriture »), tandis que celle des fous bruns à ventre blanc (Sula leucogaster) a chuté de 15 300 à environ 1 000 individus dans la même période (Tableau 1). Ce bouleversement démographique étonnant, qui s'amorce durant les décennies 1960-1970, s’explique en grande partie par le comportement des oiseaux (l’un, le fou masqué, étant plus défensif de sa couvée que l’autre, le fou brun) et par la multiplication du nombre de crabes après la disparition du porc (JOST et al. 2005 à paraître). Stager, ornithologue participant à la mission de la Scripps Institution, constata en effet en 1958 les dommages occasionnés par les porcs aux oiseaux et à leur nichée et note la présence d'un « petit nombre » de fous masqués (Tableau 1). Le porc, espèce prédatrice allochtone, est donc aussi responsable de la limitation de la population d’oiseaux nichant au sol comme les fous. Les membres de l'expédition décidèrent alors de les supprimer.

Figures 5a et 5b : Extrait d’une image satellite Ikonos 07/2001 (résolution 1 mètre) du nord de la couronne : les points blancs correspondent aux nids des fous ; océan et récif frangeant en haut, secteur nord de la couronne au centre, lagon en bas. Une des méthodes de comptage des oiseaux (par quadrat et satellite) utilisable pour certains secteurs (ici densité faible de 70 nids à l’hectare soit 140 individus environ hors saison de reproduction). Les fous masqués nichent à même le sol enlevant ainsi une pellicule de gravier corallien patiné et révélant le corail blanc; effet renforcé par le guano. Ici (5b), fou masqué au nid défendant sa couvée contre l’attaque d’un crabe.

Tableau 1 : Evolution de la faune ornithologique à Clipperton

16Début 2005, les ornithologues Le Corre M. et Weimerskirch H. dénombrent 32 espèces dont 24 espèces migratrices5. Parmi les 8 reproducteurs dénombrés, il est intéressant de noter que la population de 120.000 fous masqués qu’ils dénombrent est voisine des 110.000 individus estimés en 2001 (JOST et al. 2005). L’explosion démographique des fous masqués se confirme donc et fait de Clipperton la plus importante colonie de fous du monde (PITMAN 1998).

17Les porcs, introduits par l’homme, semblent donc bien être les principaux responsables à la fois du contrôle de la population de crabes et du développement de la couverture végétale, mais aussi de la limitation du nombre d’oiseaux, notamment des Sulidés qui nichent au sol. En éliminant une partie des crabes et en fertilisant le sol, ils ont permis le développement d’une végétation basse. C’est un exemple rare d’un impact positif indirect de l’homme sur un écosystème insulaire aussi fragile que celui d’un atoll qu’il faut toutefois nuancer par l’impact négatif sur la faune aviaire, quoique les descriptions anciennes ne fassent pas état d’une population d’oiseaux très importante.

18La dégradation du milieu est aussi manifeste dans le lagon fermé, d’eau douce en surface, eutrophisé et quasiment sans vie. Les deux passes existant dans la couronne au nord et au sud-est près du Rocher se sont naturellement fermées entre 1840 et vraisemblablement 1849, constat confirmé en 1858 par Le Coët de Kerveguen (Fig. 6). Il est cependant possible que l’ancienne passe du Rocher s’ouvre à nouveau naturellement dans les prochaines années au regard du rétrécissement de la bande de terre et du franchissement fréquent des vagues attesté par les débris coralliens lavés et sans patine couvrant la couronne au droit de l'ancienne passe sud-est (Fig. 2).

Source : 6a et 6b (Avelar, 1992) ; 6c (Juet, 2004)

Figures 6a, 6b, 6c : Cartes de 1840 de Sir Edward Belcher, de 1849 de Sir Hennig Master (corrigée en 1897) et de 1858 de Le Coët de Kerveguen, montrant la fermeture des deux passes du lagon attestée en 1858 par Le Coët de Kerveguen qui signale un lagon d’eau douce.

19En profondeur les eaux ont un taux de salinité-chlorinité élevé, parfois plus que l’eau océanique au large (NIAUSSAT 1986). Elles sont également riches en hydrogène sulfuré (H2S) limitant les plongées et l’exploration notamment dans le Trou "sans fond" et faisant penser à des émanations relictuelles d’une activité volcanique profonde. Le lagon est un « milieu de culture » microbiologique, planctonologique, qui abritait encore dans les années cinquante plusieurs espèces de poissons et de crustacés alors qu’en 1980 ne sont recensés que deux espèces de poissons aujourd’hui probablement disparues. L’écosystème lagonaire est en train de mourir et de se désertifier comme l’écosystème terrestre.

Les enjeux

20Quoique inhabitée, l’île fait régulièrement l’objet de visites clandestines de pêcheurs voire de contrebandiers. Plusieurs bateaux de pêche venant des pays voisins d’Amérique centrale ont déjà été appréhendés par la Marine nationale. Six thoniers navires-usines ont même été observés début 2005 dans les eaux territoriales de Clipperton. Les ressources de la zone en thons et thonidés sont en effet parmi les plus riches au monde et les estimations des années 1990 de 30.000 tonnes de poissons pêchés par an dans la seule ZEE sont certainement aujourd'hui largement dépassées6. Ces présences étrangères, attestées sur l'île par les graffitis sur la cabane du nord-est de l’île, par les coupes de certains cocotiers, ou encore par les traces d’atterrissage d’aéronefs, et par les très nombreux déchets qui ne sont pas tous apportés par la mer, contribuent à dégrader le milieu laissé sans surveillance. Mais quels intérêts auraient la France à faire surveiller cet îlot désert et à le réoccuper de façon permanente ?

21Hormis dans les eaux océaniques très riches, les ressources de la zone se trouvent au fond de l’océan sous forme de nodules polymétalliques à la teneur en métaux très intéressante (JOST 2003), que la France pourra peut-être un jour exploiter avec intérêt7.

22Sur le plan politique et territorial, l'arbitrage rendu en 1931 par le roi d'Italie Victor Emmanuel III dans le conflit de souveraineté qui opposait la France et le Mexique, n'est pas considéré comme impartial par la plupart des Mexicains. A l'écoute des entretiens et interviews de rue réalisés pour le film "Clipperton, l'île de La Passion" (JOST 2004b), l'opinion publique apparaît majoritairement pour une appartenance voire une restitution de l'île au Mexique, les réponses étant presque toujours : "Clipperton ? Si ! La isla que los Franceses nos han tomado" (Oui ! l'île que nous ont pris les français !). Certains groupes montrent un intérêt croissant pour Clipperton : en 2004, l'homme d'affaire Manuel Arango a produit un film sur Clipperton (AmraM et Arango 2004) dans lequel la position est claire : "If no Frenchman has ever lived on the island and Mexicans have been born and died there, why is Clipperton a French possession? […] Most people think the island should be Mexican territory". ("Si aucun français n'a jamais vécu sur l'île et que des Mexicains y sont nés et y sont morts, pourquoi Clipperton est-elle une possession française ? […] La plupart des gens pensent que l'île devrait être un territoire mexicain") If no Frenchman has ever lived on the island and Mexicans have been born and died there, why is Clipperton a French possession? […] Most people think the island should be Mexican territory" (v.o. en anglais, à supprimer). Il a également financé la mission scientifique mexicaine 2005. En 1992 l'ancien diplomate et ministre de l'Education Miguel González Avelar publia à titre personnel un ouvrage en ce sens, arguant de l'antériorité de la découverte de l'île par les Espagnols (AVELAR 1992) et signa encore en 2001 dans la revue culturelle El Espejo de Urania une lettre suivie d'une pétition adressée au président mexicain Vicente Fox lui demandant d'intervenir auprès de la France pour récupérer Clipperton (BRAVO 2001). Certaines rumeurs, que la logique tend à accréditer, affirment aussi que Washington encourage le Mexique à revendiquer l'île, la possession de Clipperton permettant à la France d’être membre de droit (et de poids) de l’Inter-American Tropical Tuna Commission (I.A.T.T.C). D’autres Mexicains nous disent cependant ne pas être contre la souveraineté française sur Clipperton, moyennant peut-être certains accords, car la voix de la France, en tant que puissance internationale au sein de cette commission nord-américaine des pêches, a plus de force que celle du Mexique comme contre-pouvoir à l’hégémonie étatsunienne dans la région. Même s'il n'existe aucune revendication officielle de la part du Mexique, les intérêts multiples et variés que présente Clipperton, tant au Mexique qu'en France, attisent plus d'une passion dont la plus fédératrice reste la passion scientifique pour ce bout de terre.

23Les enjeux sont ainsi multiples : géopolitiques, scientifiques, environnementaux et économiques.

24Aux enjeux environnementaux et au souci de préservation des écosystèmes terrestres et marins dans leur état naturel actuel, deux réponses sont possibles :

  • - La première réponse consisterait, après réouverture et aménagement des deux anciennes passes, à laisser un secteur de la couronne en réserve intégrale et interdite de tout accès et à autoriser une implantation humaine contrôlée sur l’autre partie de la couronne. Une implantation sur la section nord-est la plus petite limiterait la perturbation de l’écosystème. Pour s’affranchir des crabes omniprésents, un système de clôture et de culture sur pilotis déjà expérimentés pourrait les cantonner dans une partie de la couronne ; l’introduction d’une espèce prédatrice du crabe comme le porc peut être envisagé après évaluation in situ de la consommation en crabes, mais aussi en œufs d’oiseaux, d’un couple de porcs. Les autres contraintes, d’énergie, de ressource en eau, d’approvisionnement en vivres frais, de protection contre les risques, sont plus affaire de logistique et de moyens.

  • - La deuxième réponse serait de laisser l’île dans son état actuel et de préserver cet écosystème unique au monde, ou ce qu’il en reste, en le déclarant Réserve de la Biosphère et en n’autorisant que l’installation de capteurs et stations de mesures (station météo, marégraphe, etc.) et quelques visites scientifiques. C’est l’idée de création d’un « observatoire de l’océan » proposé en 2005 par « l’Expédition Clipperton ». Toutefois la vision écologiste de spécialistes de la faune ou de la flore souhaitant créer un sanctuaire totalement indemne de présence humaine hormis quelques scientifiques privilégiés, ne répond pas aux enjeux de la dégradation « naturelle » en cours et encore moins au enjeux géostratégiques et économiques actuels.

25L’une des solutions n’empêche cependant pas l’autre, les études approfondies de cette île restant nécessaires avant toute occupation humaine, celle-ci devant limiter au maximum les transformations du milieu. Certes une réouverture de passe est un aménagement important dont les effets sur le lagon seraient l’afflux des eaux marines dans le lagon  et conséquemment un retour progressif à la vie par introduction et installation des espèces récifales, mais ce processus de renaissance n'est-il pas aussi intéressant à étudier que la mort lente actuelle du lagon qui passionne certains scientifiques ?

26Quels avantages pourrait retirer la France d’une implantation de l’homme sur Clipperton ?

  • en tout premier lieu l’intérêt d’une occupation serait  de confirmer la souveraienté française sur la Zone Economique Exclusive des 200 milles nautiques et de permettre ainsi l’exploitation française des ressources halieutiques ;

  • en deuxième lieu, elle autoriserait également les autorités françaises à demander l’extension à 350 milles nautiques de la souveraineté française sur les fonds dont la topographie et la géologie sont dans la continuité de celle de l’île8, ce qui reste à confirmer par une cartographie précise des fonds par sondeur multifaisceaux notamment sur la dorsale des Mathématiciens vers le nord ; mais d'ores et déjà des collègues scientifiques mexicains ont manifesté leur intérêt pour une étude conjointe avec les français, celle-ci pouvant permettre l'extension de la souveraineté mexicaine jusqu'à la zone étendue de Clipperton9, à l'instar de l'extension réalisée récemment entre la Nouvelle-Calédonie et l'Autralie.

  • L’installation d’une base scientifique serait d’un intérêt exceptionnel sur cet atoll unique du Pacifique nord-oriental : tête de pont pour les études des relations océan-atmosphère et notamment du phénomène El Nino, l’étude des coraux et la dispersion des espèces dans le Pacifique ; le suivi des migrations d’espèces marines et des oiseaux ;  l’étude des mouvements tectoniques des plaques, des variations du niveau marin, d’une renaissance de l’écosystème lagonaire, etc.

  • Une base hauturière dans les eaux profondes des fosses du lagon permettrait aux thoniers français de disposer d’un havre et de pêcher dans la ZEE, comme l’envisageait déjà en 1983 le projet Niwes (NIWES, 1983). Il conviendrait toutefois de limiter les infrastructures et de développer des accords de « relâche » avec les ports mexicains, comme l’ont fait les armateurs de navires espagnols pêchant dans la zone, afin de réduire au minimum la présence de bâtiments dans le lagon.

  • une base ou plutôt une petite section militaire spécialisée dans la surveillance et la protection, protégeant les résidants des éventuelles visites clandestines, permettrait d’affirmer la présence française et de surveiller les routes maritimes de cette zone stratégique proche des Etats-Unis, et notamment celles de la drogue et de la contrebande pouvant exister entre la Colombie et le Mexique ; le contrôle de la zone de pêche permettrait également à la France, en cas d’accords, de prélever des redevances de pêche des armateurs de thoniers étrangers, redevances dont les montants calculés sur les seules ressources prélevées actuellement illégalement pourrait dépasser les dix millions d’euros par an (JOST 2003).

  • une base de tourisme contrôlé, d’aventure, de pêche au gros et de plongée sportive devrait être évitée tant les dividendes récoltés seraient faibles et la perturbation du milieu forte. L’île et sa zone marine sont actuellement déjà utilisées par des sociétés de tourisme états-uniennes qui amènent des amateurs de pêche au gros et de plongée pour 5.000 US$ et même par « l’Expédition Clipperton » de Jean-Louis Etienne qui a invité le touriste pour une nuit sur place pour 4950 €…

27Le potentiel de cette possession française est donc loin d’être négligeable, mais il convient d’être très prudent face à l’extrême fragilité de ce milieu exceptionnel. La réouverture de deux passes au droit de celles qui existaient par le passé et la mise en défens d’une partie de l’île ou la réintroduction d’une espèce prédatrice du crabe, véritable fléau gênant considérablement toute activité humaine et empêchant toute repousse végétale, seraient les transformations à apporter pour enrayer le processus actuel de désertification. L’expérimentation, préalable à toute application de solution, a déjà été faite, sur un siècle complet, et les résultats ont montré une évidente amélioration et diversification de l’écosystème.

Conclusion

28Les aléas cycloniques et la montée du niveau de l’océan, en l’attente d’une meilleure évaluation de la sismicité de la zone, apparaissent comme les risques majeurs pouvant affecter l’environnement et les éventuels occupants de Clipperton. La fréquentation sauvage de pêcheurs ou de contrebandiers qui s’accompagne de quelques dégradations reste occasionnelle sauf sur le récif et dans la ZEE dont les ressources sont pillées. La désertification actuelle de l’écosystème terrestre de Clipperton n’est cependant pas à considérer comme une dégradation anthropique. La végétation, réduite aux cocotiers et quelques îlots, est simplement revenue au stade naturel qui précédait l’arrivée de l’homme au XIXe siècle. La réduction du couvert depuis les années soixante résulte certes en partie d’une action humaine, celle de l’élimination du porc qu’il avait introduit soixante ans plus tôt, mais surtout de la prolifération dès lors possible des crabes dévoreurs du tapis herbacé. L’autre impact remarquable de cette action a été l’explosion démographique des fous masqués qui forment aujourd’hui la plus grande colonie au monde. L’île est ainsi aujourd’hui à l’état quasi désertique occupée par des dizaines de milliers d’oiseaux, dont de nombreux migrateurs, et par des millions de crabes véritables rois de Clipperton. L’exubérance de cette vie sauvage n’a d’égale que l’originalité de la chaîne trophique très fragile car dominée par deux espèces au détriment des autres et surtout de la flore dans une lutte interspécifique unique et dévastatrice. Et dans le lagon fermé, on constate la mort de l’écosystème corallien et on assiste à la transformation du milieu en « bouillon de culture » bactériologique et planctonique dans une eau douce en surface et sursalée et à hydrogène sulfuré en profondeur. Dans ce milieu que l’on ne peut que qualifier de dégradé et d’appauvri, et malgré son intérêt scientifique indéniable en l’état, ne convient-il pas d’intervenir pour le faire revivre, l’enrichir et le diversifier comme ce fut le cas après l’occupation humaine des Mexicains ?

29Une véritable politique de gestion de l’environnement reste à mettre en place par les différents gouvernements des territoires français d’outre-mer, y compris dans ce Domaine public d’Etat qu’est Clipperton. L’idée écologique de création d’un observatoire de l’océan est louable et à encourager, mais reste insuffisante à plus d’un titre. En effet, au regard des seuls risques et enjeux environnementaux, il conviendrait d’agir rapidement non seulement pour protéger la faune et la flore terrestres et marines contre les agressions et occupations sauvages, mais aussi pour réhabiliter ces écosystèmes en train de mourir et éviter la disparition d’espèces. Il faut tout d’abord créer un véritable sanctuaire de la vie sous forme d’une Réserve intégrale, à proposer peut-être ultérieurement en Réserve de la Biosphère. L’aire protégée inclurait la plus grande partie du lagon, de la couronne et de la zone marine aux limites à déterminer en plusieurs scénarios tenant compte à la fois des enjeux environnementaux tels que décrits, mais aussi des enjeux liés à une présence humaine permanente, seule garante de la souveraineté française.  Il faut en effet aussi tenir compte des enjeux économiques et géopolitiques auxquels seule la planification rapide d’une implantation humaine réduite et contrôlée peut répondre. Ses effets, strictement mesurés et limités, pourraient ainsi être également bénéfiques voire salvateur pour le milieu écologique. Il ne s’agit cependant pas d’autoriser une occupation de la totalité de l’atoll. L’aménagement par réouverture des deux anciennes passes isolerait deux parties de la couronne, l’une en Réserve intégrale pour observations de l’évolution de l’écosystème à l’état naturel, tandis que l’autre portion pourrait être utilisée.

30L’équilibre biologique s’avère une fois de plus ne pas véritablement exister, seule l’évolution est lente ou rapide. L’homme reste devant ce choix crucial pouvant, par l’introduction d’une espèce, favoriser le développement de la faune ou celui de la flore…

31A l’examen de ce cas particulier qu’est l’écosystème terrestre de l’atoll de Clipperton, on comprend mieux la nécessité de réaliser des études géographiques intégrées, globales et pluridisciplinaires qui ne prennent pas seulement en compte le point de vue écologique, mais toutes les dimensions physique et biogéographique des milieux, ainsi que les dimensions historique, économique et géopolitique, de ces possessions héritées de l’histoire. Rien de bien nouveau en géographie, mais cela renforce l’idée que, face aux risques naturels et à la dégradation des écosystèmes, la protection de l’homme n’est pas dissociable de celle des autres espèces.

Notes

321 411 références portant uniquement sur l'île, dont 324 références de publications "scientifiques", parmi lesquels 38 ouvrages, 169 articles de périodiques, 43 rapports et thèses, 22 textes officiels, 6 cartes, plus 62 références d'articles de presse, 8 films et 17 sites internet. (JOST 2005)

332 Source : National Hurricane Center, Florida International University, Miami

343 Mission conduite par l’auteur en collaboration avec l’IRD avec l’assistance de la Marine nationale. Datation réalisée par René Maury, U.B.O./I.U.E.M. Brest. Publication commune à paraître.

354 Extrait d’Image Ikonos du 07/07/2001 - copyright Space Imaging, NASA Data Buy Program, fournisseur des données Ikonos dans le cadre d’une collaboration avec Serge Andrefouet et Frank Muller-Karger, University of South Florida

365 Le Corre M. et Weimerskirch H., 2005, site internet « Expédition Clipperton ». Reproducteurs : Fou masqué, Fou Brun, Fou à pieds rouges, Foulque américaine, Poule d’eau, Paille en queue, Sternes : fuligineuse et blanche, Noddi noir, Noddi brun

376 20 000 tonnes évalués en 1988 – GOUJON, 1988; plus de 30 000 tonnes aujourd’hui. La présence de six thoniens observés dans la ZEE par « l’expédition Clipperton » le 25/01/2005 ne fait que confirmer le pillage des ressources françaises et la nécessité d’occuper l’île de façon permanente.

387 Les premiers prélèvements de nodules dans la ZEE française ont été effectués en 1997 par la mission océanographique mexicano-française SURPACLIP de l’UNAM, à laquelle a participé l’auteur (JOST, 1997b). L’IFREMER a acquis une concession de 150.000km² du champs de nodules s’étendant entre Hawaii et Clipperton et a effectué en 2004 une étude d’impact d’une éventuelle exploitation.

398 Voir Convention Internationale sur les Droits de la Mer signée à Montego Bay en 1986, ratifiée par la France en 1996 ; annexe 4 précisant qu’une demande d’extension de souveraineté peut être faite, dans un délai de 10 ans suivant la ratification par le pays demandeur, sur les fonds marins en continuité topographique et/ou géologique prouvée avec le continent ou l’île

409 Courrier de la Dra V. Solis (UNAM) à C. Jost de 1998 confirmant l'intérêt mexicain pour une étude conjointe sur les fonds marins en vue d'une extension des souverainetés française et mexicaine sur les fonds océaniques.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Amram  Robert et Manuel Arango, 2004. Clipperton, Isla de la Pasión. DVD 2 versions : 110' et 45'. Édité par Alti Corporation y Concord SA de CV, Mexico.

Avelar  M. G., 1992, Clipperton, isla mexicana, Mexico, Fondo de cultura economica.

Bravo R. R., 2001, Clipperton, Isla Mexicana. El Espejo de Urania 4, Acapulco, pp. 6-11

Ehrhardt J.P., 1968, "Recensement en 1968 de la population de Gecarcinus planatus Stimpson sur l'atoll de Clipperton", Rapport particulier No.40 CRSSA/BIO-ECO, Paris.

Ehrhardt J.P., Niaussat P.M., 1972, "Clipperton" (2 parties),  La Revue Prytanéenne (nouvelle série), No.110 et No.112

Ehrhardt J.P., 1976, “La faune ornithologique de Clipperton en Juillet 1968". Cahiers du Pacifique, No.19, 169-178.Goujon M., 1988, "Les ressources thonières de Clipperton. Analyse et réflexions", Mémoire de D.D.A., Rennes, ENSA,.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jost C., 2005, "Bibliographie de l’île de Clipperton – Île de a Passion", Journal de la Société des Océanistes, Paris, N°.120, juin 2005.
DOI : 10.4000/jso.481

Jost C., Andrefouët S., 2005, "Review of long term natural and human perturbations and current status of Clipperton Atoll, a remote island of the Eastern Pacific", Pacific Conservation Biology, (à paraître)

Jost C., Yang G., 2004, "Panier de crabes à Clipperton", Tahiti Pacifique, Papeete, No.164, 39-41

Jost C., 2004b, "Clipperton, Ile de La Passion", Documentaire VHS de 26’ avec livret d’accompagnement de 20p., CDP NC Nouméa/SCEREN Paris

Jost C., 2004a, Site web www.clipperton.fr/, 75p. Jost C., 2003, "Clipperton - Ile de la Passion : une aire française du Pacifique à protéger", in Lebigre J.M. et Decoudras P.M. (eds.) Les aires protégées insulaires et littorales tropicales, Pessac, CRET, Coll. Iles et Archipels N°32, 223-243.

Jost C., 1998, "Géopolitique : Clipperton-Ile de la Passion : richesse ignorée ?" Tahiti-Pacifique, Papeete, No.92, 15-20.

Juet H., 2004, Clipperton, l’île de la Passion, Paris, Thélès.

Niaussat P.M., 1986, Le lagon et l'atoll de Clipperton, Trav. Mémoires de.l’Académie des Sciences d’Outre-Mer/Inst. du Pacifique, Paris.

Niaussat P.M., 1974, "Bilan des récentes missions biologiques sur l’atoll de Clipperton. Etat actuel de la question", C.R. Acad. Sc. Outre-Mer, Paris1975, 4e trim.

Niwes N., 1983, Implantation humaine et mise en valeur économique de l’îlot Clipperton. Avant-projet.

Pitman R.L., Jehl J.R., 1998, "Geographic variation and assessment of species limits in the "Masked" Boobies of the Eastern Pacific Ocean", Wilson Bulletin, June 1, 1998

Sachet M.H., 1959, "Vegetation of Clipperton Island", Proceedings of the IX International Botanical Congress, No.2, 337-338.

Sachet M.H., 1962, Monographie physique et biologique de l'île de Clipperton, Annales de l'Institut Océanographique, Monaco, T. XI, No.1.

Sachet M.H., 1962, "Flora and vegetation of Clipperton island", Proc. of Calif. Acad. Sci., San Francisco, 4th series, 31, No.10, 249-307.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Stager K.E., 1964, "The birds of Clipperton island, Eastern Pacific", The Condor, No.66, 357-371.
DOI : 10.2307/1365428

Taylor W.R., 1948, Forgotten Island, London, The Shakespeare Head.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3552/img-1.png
Fichier image/png, 199k
Crédits source : SHOM (1935) et Space imaging Nasa data buy program (2001)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 2 : Image aérienne de 1935 (mission de la Jeanne d’Arc ; SHOM/IGN) et extrait d’une image du satellite Ikonos de  2001 4 montrant la différence de la couverture au sol et le retrait de la côte au niveau de l’ancienne passe à droite des images. Noter dans la partie supérieure gauche le Trou "sans fond" , de profondeur connue de 90m et d’un diamètre d’environ 200m, entouré du Grand récif, ancienne couronne de corail aujourd’hui mort.
Crédits source : Archives Marine Nationale
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Crédits source : Service historique de la Marine
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Crédits Source : 5a :  Space Imaging, traitement C. Jost, 5b : C. jost
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3552/img-5.png
Fichier image/png, 128k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3552/img-6.png
Fichier image/png, 293k
Crédits Source : 6a et 6b (Avelar, 1992) ; 6c (Juet, 2004)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3552/img-7.png
Fichier image/png, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Jost, « Risques environnementaux et enjeux à Clipperton (Pacifique français) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 314, mis en ligne le 01 juillet 2005, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/3552 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3552

Haut de page

Auteur

Christian Jost

CNRS - PRODIG UMR 8586 - 191, rue Saint-Jacques, 75005 Parishttp://prodig.univ-paris1.fr/umr/fiches_chercheurs/fiche_jost.htmwww.clipperton.fr

jost@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page