Navigation – Plan du site
1997
Colloque "3O ans de sémiologie graphique"

Intervention de Mr. Christopher Board

Christopher Board

Texte intégral

1C'est un grand plaisir d'avoir été convié à cette réunion de cartographes à Paris. Le Dr Michael Wood, Président de l'Association Cartographique Internationale m'a demandé de présenter à Jacques Bertin et à vous tous son bon souvenir et ses salutations. Pour ma part, je voulais féliciter les organisateurs/animateurs de ce colloque d'avoir eu l'imagination de célébrer le trentième anniversaire de la publication de la Sémiologie Graphique. Cette oeuvre a influencé, peut-être dirigé, une génération des cartographes. Il a introduit du réel mêlé de théorie aux pratiques cartographiques. Son objectif : comment réaliser de bonnes cartes, efficaces dans la communication de leur message.

2J'ai un bon souvenir de la visite de la magnifique exposition "Cartes et Figures de la Terre" au Centre Pompidou en 1980. Il y avait en particulier, un panneau, peut-être plusieurs, intitulé(s) "Mauvaises Cartes" et rassemblées par Monsieur Bertin. Chaque mauvaise carte avait été barrée d'un X comme deux entailles faites par des coups d'épée. Jacques Bertin a lutté à tire-larigot pour imposer des règles d'excellence en cartographie. Aujourd'hui, je suis sûr que la Sémiologie Graphique est toujours une source très significative pour développer des règles pour les systèmes-expert (mentionnés ce matin par M. Luc de Golbéry). J'estime que pour la plupart des cartographes, mêmes les Anglo-Saxons, le concept le plus durable ou permanent, sera celui de table de variables visuelles et de niveau de quantification des données. Nous avons vu ce matin, grâce à M. Palsky, comment se sont développées les idées bertiniennes, comment a été étendue par Bertin, la liste des variables. Donc, on ne sera pas surpris de trouver des cartographes qui s'intéressent à ajouter des variables comme par exemple le temps, la variabilité, la qualité des données. En effet, l'ouvrage Sémiologie Graphique est ouvert à ceux qui veulent le lire, le comprendre. C'est une oeuvre à lire, pas seulement à voir ! J'ai rencontré Jacques Bertin pour la première fois, je crois, à Amsterdam, mais certainement à Prague en 1969, où nous assistions à la première réunion du Groupe de Travail de l'A.C.I. nommé "Cartographic Information". Cette réunion était présidée par le Dr. Ing. Antonin Kolacny auteur du modèle simple de la communication cartographique. Il est triste que ni Bertin ni Kolacny, ne puissent continuer leurs travaux avec les autres membres du groupe - pour des raisons différentes, respectivement professionnelles ou politiques. En 1972 à Ottawa, au Canada, à la conférence d'A.C.I. Jacques Bertin et moi avons discuté vigoureusement des idées qui touchent à la communication graphique et cartographique. Je lui a demandé comment il était sûr que des cartes dessinées selon le système Bertin sont efficaces. Sa réponse fut "Je le sais, je le sais". Or, les débats sur les différentes façons d'utiliser les cercles proportionnels ont démontré que les cartographes même bien formés ont quand même des choix. Quelques-uns de ces choix sont meilleurs que d'autres. Comment sait-on que ce sont les meilleurs? Comme nous l'avons vu, après la communication de Mme Béguin, les solutions ne sont pas faciles à trouver. Je vous en remercie.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/356/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/356/img-2.png
Fichier image/png, 1,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christopher Board, « Intervention de Mr. Christopher Board », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 12 décembre 1997, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/356 ; DOI : 10.4000/cybergeo.356

Haut de page

Auteur

Christopher Board

London School of Economics and Political Science

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page