Navigation – Plan du site
2005-2002
6èmes Rencontres de Théo Quant, Besançon, France 20-21 février 2003. Articles sélectionnés par Cybergeo
253

« Quantifier » le paysage au long d’un itinéraire à partir d'un échantillonnage photographique au sol

Quantifying landscape along an itinerary using ground level photographic sampling
Madeleine Griselin et Sébastien Nageleisen

Résumés

Les échantillonnages photographiques représentatifs d'un espace, enregistrés dans des banques d’images, permettent aujourd’hui d’avoir accès à un nouveau panel d’informations sur le paysage (architecture du paysage, ambiances, couleurs…). L’exemple présenté est issu d’une enquête permettant de caractériser de manière objective les paysages vus depuis deux projets d'itinéraires pédestres vers Compostelle en Franche-Comté. Il s’agissait de se mettre dans la situation des futurs utilisateurs en photographiant le paysage tel qu’il s'offre à la vue du piéton marchant vers Compostelle et d'apprécier la variation paysagère qui rythme la marche, pouvant la rendre agréable ou fastidieuse. À partir de l’analyse des photographies, traitées par triptyque, une typologie des paysages rencontrés est réalisée. La navigation dans les banques d'images et l'intégration dans un SIG permettent de visualiser les paysages tout au long des tracés. Une représentation en histogramme facilite la distinction visuelle des types et permet de dégager les variations, les “ rythmes ” du paysage. La prise en compte des processus de perception par les utilisateurs d’un espace montre à quel point le paysage se construit à travers les déplacements. Une même région, assez homogène au premier abord, va se révéler très diversifiée – en approche linéaire – par les rythmes qu'engendre la marche. Cette pratique permet de lier espace, mobilité et temporalité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1“ Quantifier ” le paysage, tel que le voient ses divers utilisateurs, est-il une vue de l'esprit ? La photographie au sol, la gestion électronique des données, le système d'information géographique sont autant d'outils qui permettent de rendre au paysage sa continuité spatiale et temporelle. L'exemple est pris à propos d'itinéraires pédestres, mais pourrait s'appliquer aussi bien à d'autres approches linéaires et d'autres modes de déplacement.  

Paysages vus du sol et banques d'images

2Depuis de nombreuses années, les géographes de Besançon utilisent la photographie au sol pour rendre compte de la variation spatiale et temporelle du paysage. Cette approche, par son caractère transversal, favorise les navigations à travers les éléments du processus paysager (système producteur, système paysage visible, système paysage perçu).  

3Si par le passé, cette filière analogique de la vue tangentielle (ou “ vue du dedans ”) était exclusive pour appréhender le paysage, elle pourrait désormais sembler supplantée par la filière digitale privilégiant une approche indirecte et modélisée, à partir de la vision “ du dessus ” qu'offrent l'image satellite et le MNT.

4Les deux approches sont de fait très complémentaires : la demande sociale forte d'un retour au terrain donne un nouveau souffle à l'échantillonnage par photographies au sol et cela d'autant plus que les techniques de l'information autorisent désormais l'acquisition et la gestion de grandes quantités d'images.

5Ces dernières années, plusieurs programmes de recherche ont été développés à ThéMA en ce qui concerne l'analyse systématique du paysage vu du sol, sur des entités aréolaires ou linéaires (cf. biblio). L’approche linéaire des paysages est novatrice : en dehors des travaux initiés par notre équipe (sur les itinéraires culturels ou les rivières), des géographes lyonnais appréhendent ainsi les cours d’eau (Cossin et Piégay, 1997 et 1998) et des chercheurs de Santiago de Compostelle ont abordé de cette façon le chemin de Saint-Jacques en Galice (Valcárcel-Díaz & al., 1993). La technologie numérique facilite grandement les campagnes de collectes ainsi que le stockage de l’information. Outre qu'ils autorisent la navigation dans d'importantes collections d'images, les gestionnaires électroniques de données (GED) permettent de structurer l’information de manière très complète et d'accéder aux documents par requêtes très sophistiquées. Les SIG et le multimédia, quant à eux, permettent un retour à l'espace et un rendu du continuum spatio-temporel du paysage.

Le paysage et ses utilisateurs : de l'aire au linéaire  

6Le paysage n’est pas seulement un ensemble de vues possibles : c’est aussi des pratiques, des cultures, une mémoire. Il convient donc de mieux comprendre les logiques perceptives des utilisateurs potentiels.  

7Si, par définition, le paysage relève d'entités surfaciques, il est – dans la plupart des cas – abordé de manière linéaire par ses utilisateurs. Que ce soit à pied, à cheval, en voiture, en TGV, en canoë... , on se déplace linéairement dans le paysage et on le perçoit donc au long d'itinéraires : le déplacement et le rythme qu’il induit sont donc une des bases de la perception paysagère. C’est à travers le mouvement que l’observateur entre en contact avec ce qui l’entoure. Un même paysage ne sera pas perçu de la même manière selon qu'il sera vu latéralement à 300 km/h depuis un TGV, ou vu par un piéton dont la marche autorise un arrêt à chaque pas et donne une vision proche de 180°. Au long d'une même rivière, la perception sera différente pour le kayakiste glissant au ras de l'eau et pour le cavalier cheminant sur la berge, perché sur sa monture.

8Il convient donc pour “ quantifier ” le paysage à partir de photographies au sol de se mettre en lieu et place de l'utilisateur potentiel. Il faudra tenir compte de la vitesse du déplacement et du champ de vision (qui sont liés) dans l'élaboration de l'échantillonnage.   

Application aux chemins de Compostelle développés en Franche-Comté

9L’exemple présenté s’inscrit dans la dynamique des chemins de Compostelle à travers l’Europe. Depuis quelques années, la marche au long cours connaît un engouement certain, notamment sur les chemins de Compostelle, classés au patrimoine mondial de l'Unesco et premier itinéraire culturel européen. Le Conseil de l'Europe en stimule le développement en amont des têtes de pont “ historiques ” (Fig. 1).

Figure 1 – Chemins de Compostelle “ historiques ” et développements contemporains

Comparer deux itinéraires pédestres

10La Franche-Comté a été sollicitée pour proposer une traversée de la région qui relierait les itinéraires développés récemment par l'Alsace, la Bourgogne et Rhône-Alpes. Entre histoire et nature, deux tracés ont été retenus : la voie de la vallée du Doubs et celle de l'Ognon (Fig. 2).  

11Afin de déterminer, entre ces deux projets comtois, l'itinéraire le plus adapté, une étude comparative nous a été demandée. Comment évaluer les deux itinéraires Doubs et Ognon ? Comment proposer des éléments de choix à leurs traceurs potentiels ? À quel point, les pratiques de l’espace peuvent-elles conduire à des schémas paysagers particuliers ?

12S'il est relativement facile de donner les critères physiques (longueur, dénivelée, profil en long), il est moins aisé de comparer – donc de “ quantifier ” – les paysages traversés au sein d'une région homogène.

Figure 2 – Projets d'itinéraires : deux tracés pour une région homogène

L'échantillonnage photographique

13Une enquête paysagère a donc été réalisée en avril 2002, de façon concomitante sur les deux itinéraires. Il s’agissait de se mettre dans la situation de l’utilisateur : le paysage a été saisi tel qu'il s'offre à la vue d'un piéton marchant vers Compostelle, soit dans le sens est-ouest. Nous dégageons ainsi des traits caractéristiques du paysage visible, mais orientés vers une utilisation type. Nous rejoignons donc l’idée que les diverses pratiques de l’espace influencent fortement la manière de voir le paysage.

14La méthode impose d’établir une procédure adaptée d’échantillonnage photographique permettant une reconstitution du continuum spatial. Il est indispensable que celle-ci soit représentative et la moins subjective possible. Il s’agit aussi d’établir un compromis entre la masse d’information et les impératifs de gestion.

15Suite à d'autres expériences menées en matière d'enquêtes paysagères au long d'itinéraires (cf. biblio), il a été retenu, pour la présente étude, un échantillonnage par photographies numériques en trois prises : la vue centrale étant l’axe du chemin, les deux autres, à gauche et à droite, recouvrant légèrement le cliché axial. Au total donc, un triptyque faussement panoramique, représentant près de 100° de vision, constitue le relevé paysager en chaque point (Fig. 3).  

16Alors que pour les études précédentes, nous avions retenu un échantillonnage spatial défini par des temps de parcours (un point toutes les demi-heures de marche, ou 15 minutes de canoë), ici, sur chaque itinéraire comtois, les points photos ont été positionnés préalablement sur les cartes, tous les deux kilomètres linéaires du parcours, ce qui représente 108 points pour la voie du Doubs, 94 pour celle de l’Ognon (Fig. 3).  

Figure 3 – L'échantillonnage photographique des deux itinéraires comtois vers Compostelle

La gestion électronique des données

17À la suite de la campagne photographique, nous avons entré les clichés dans un Gestionnaire Électronique de Données (Phraséa), chaque photographie est ainsi liée à une fiche élaborée en fonction des objectifs visés. Dans cet exemple, chaque image est géoréférencée (latitude, longitude, altitude), datée, décrite.  

18Les puissants outils de requête du GED permettent ensuite d’extraire l’information souhaitée, de combiner plusieurs niveaux de recherches (dans le même esprit qu’un SIG), et de visualiser les sélections d’images sous forme de chutiers. L’image devient alors interactive et l’information dégagée fait l’objet d’une cartographie adaptée.

Résultats : inventaire, typologie et rythmes du paysage

De la banque d'image à la carte

19En renseignant les clichés, on dégage les caractéristiques du paysage vu par le marcheur en chacun des points d'échantillonnage des deux tracés. Intégrées dans un SIG, ces informations, traitées caractères par caractères, ou en croisant ceux-ci, permettent d'établir un certain nombre de cartes thématiques pour différents aspects (présence d'eau, ouverture du paysage, scénographie, etc.), (Fig. 4).

Figure 4 – Exemples de cartes thématiques

Typologie des clichés de paysage et distribution spatiale

20À partir de l'analyse de chaque triptyque, on réalise une typologie des paysages rencontrés, fondée sur les objets (forêts, culture, village, eau...) et sur la scénographie (ouvert, fermé, composite...).

21On dégage ainsi dix types du plus “ naturel ” (immersion en forêt) au plus “ anthropisé ” (immersion dans l'habitat), (Fig. 5).

Figure 5 – Typologie des clichés de paysage des deux itinéraires comtois

22Un comptage des occurrences permet de caractériser globalement les deux chemins (Fig. 6) : entre Belfort et Saint-Symphorien, l'itinéraire de l'Ognon apparaît plus “ naturel ”, marqué par des horizons ouverts, l'importance des arbres (forêts, bosquets) et un habitat plutôt clairsemé ; pour celui du Doubs s'imposent la présence de la rivière et du canal, les marques beaucoup plus abondantes de l'urbanisation, l'étendue de la forêt de Chaux. Les deux itinéraires sont bien représentatifs des paysages attendus en Franche-Comté ; certaines ressemblances sont frappantes, montrant bien qu’il existe une unité régionale.

Figure 6 – Occurrences et distribution spatiale des types de paysage

Les rythmes du paysage

23Le déplacement engendre des combinaisons qui seront perçues comme lentes, ou rapides. Ces “ signatures paysagères ” peuvent révéler des continuités, des ruptures. Supposons qu'un marcheur se déplace dans une région de prairies-bosquets : un arrêt au hasard, il se retrouve entouré d’arbres, sans pour autant avoir l’impression d’être en pleine forêt. L’espace traversé influence la perception du paysage observé. Créer un itinéraire, pédestre ou autre, c’est donc aussi créer un nouveau rythme, offrir un nouveau regard sur l’espace traversé.  

24Tous les marcheurs s’accordent à dire que si un chemin de halage est très agréable par la présence d’eau et son caractère plat, il devient vite ennuyeux par l’absence de dénivelé, la rectitude et l’homogénéité paysagère. Globalement pour un piéton, plus de deux kilomètres d’un paysage uniforme est source d’ennui, quel que soit le milieu.  

25L'espace traversé par les deux chemins comtois, a priori assez homogène, va se révéler au long des deux tracés, très différent par le rythme des changements.

26En plus de sa couleur, attribuons à chaque type de paysage une valeur de 1 à 10 pour visualiser, de façon linéaire, la variation paysagère et figurer le rythme des scènes rencontrées ; la surimposition du profil en long permet d'intégrer les variations d'altitude qui viennent enrichir les rythmes de succession des paysages (Fig. 7).  

Figure 7 – Les rythmes du paysage entre Belfort et St-Symphorien

27L’itinéraire de l’Ognon apparaît nettement plus rythmé que celui du Doubs. Ce dernier pêche par des passages répétitifs, doublés par l’absence d’accidents de terrain, qui doivent considérablement lasser le marcheur. Cette monotonie marque les cinquante premiers kilomètres de parcours où l’on est en zone urbaine et au bord du canal. On retrouve cette configuration autour de Besançon.  

28Une analyse de voisinage permettrait de quantifier plus précisément les rythmes de variations du paysage.  

29Nature des vues et contrastes de l'une à l'autre doivent être pris en compte dans la création d'itinéraires attrayants, au même titre que la sinuosité du parcours et ses variations d'altitude. Notons que dans le cas présent, l'analyse paysagère doit impérativement être complétée par la prise en compte des données relatives à l'hébergement et au ravitaillement des marcheurs.

Conclusion

30L'analyse paysagère systématique à partir de photographie au sol au long d'itinéraires permet de restituer la vision des différents utilisateurs d'un espace l'abordant linéairement. Le principe d'échantillonnage photographique réduit nécessairement l'information globale que le couplage avec l'image satellite, l'occupation du sol et le MNT peut généraliser. On ne travaille ni dans les mêmes dimensions (vue du dedans pour l'une, vue du dessus pour les autres), ni à la même échelle. Pour preuve l'exemple de l'itinéraire du Doubs en bordure des bassin de décantation de Tavaux : l'image satellite détermine un milieu totalement aquatique que la présence d'un petit talus fausse totalement quand on est au sol (Fig. 8).  

31De fait, les approches sont complémentaires, d'autres études en cours (sur les itinéraires de Compostelle en particulier) s'attacheront à coupler les données au sol et celles vus du ciel pour généraliser l'information et rendre encore plus au paysage son continuum au long d'itinéraires.

Haut de page

Bibliographie

BORODKINE R., GRISELIN M., ORMAUX S., 2001, "Towards a Landscape Information System", in actes (sur CD-Rom et Internet) du colloque GeoComputation 2000, 5th International Conference on GeoComputation, University of Greenwich, Chatam Maritime (GB), 23-25 August 2000. (http://www.geocomputation.org/2000/GC012/Gc012.htm)

COSSIN M. et PIEGAY H., 1999, “ Vers une analyse quantitative des micropaysages rivulaires : présentation des premiers résultats ”, Actes des 3e rencontres de ThéoQuant, février 1997, pp. 45-53.

COSSIN M. et PIEGAY H., 1998, “ Les paysages des cours d'eau ”. Revue géographique de Lyon - Volume 73 - 4 / 1998, 273.

FOLTÊTE J.-C., 1991, La haute-vallée du Doubs entre Villers-le-Lac et Soubey : essai d’un guide des paysages. Mémoire de maîtrise sous la direction de S. Ormaux. 152 p.

FOLTÊTE J.-C., 1999, “ Paysages de la haute vallée du Doubs ”, Images de Franche-Comté, n° 19, pp. 21-24.

GRIFFOND-BOITTIER A., GRISELIN M. et NAGELEISEN S., 2003, Paysages au fil de l’eau : un patrimoine conducteur pour le développement touristique de la vallée de l’Ognon (Franche-Comté) ; poster, FIG Saint-Dié et rapport de fin d’étude pour le Contrat de rivière de l’Ognon (80 p. + banque d’images).

GRIFFOND-BOITTIER A., GRISELIN M. et NAGELEISEN S., 2003, Paysage et développement touristique de la vallée de l’Ognon (Franche-Comté) ; rapport de fin d’étude pour le Contrat de rivière de l’Ognon (80 p. + banque d’images + rendu multimédia).

GRISELIN M., 2000, Chemin de St-Jacques de Compostelle : expertise technique qualitative des sentiers empruntés de la Haute-Saône au Cap Finesterre (Coruña), rapport de fin de contrat pour le compte de la FFRP, 40 p. et volume d'annexes, 195 p. `

GRISELIN M., 2001, “ Chemins de Saint-Jacques de Compostelle : un patrimoine paysager ” in Itinéraires de pèlerinage au Portugal et en Europe : nouvelles approches des chemins de pèlerinage, colloque organisé par le Conseil de l'Europe dans le cadre de la campagne “ L'Europe, un patrimoine commun ”, Lisbonne 9-12 novembre 2000, 14 p. 14 fig. (site saint-jacques-france.org).

GRISELIN M., 2001, La traversée de l'Aubrac par le chemin de Compostelle : banque d'images sur CD-Rom + commentaires à destination du Conseil Général de l'Aveyron. Rapport de fin de contrat : CD-Rom + document papier de 20 p.  

GRISELIN M., 2002, Paysages de pèlerinage : sur les chemins de Compostelle, poster, Festival International de Géographie, Saint-Dié, thème "Géographie et religion", octobre 2002.  

GRISELIN M., NAGELEISEN S., 2002, “ Chemins de Compostelle en terre comtoise ”, Images de Franche-Comté, n° 26, pp. 18-21.  

GRISELIN M. et NAGELEISEN S., 2003, “ L’analyse paysagère à partir de photographies au sol : un outil d’aide à la décision ”, poster, 1er prix ex æquo du meilleur poster des 6e rencontres de ThéoQuant, Besançon, 20-21 février 2003..

GRISELIN M., ORMAUX S., 2000, “ Les nouveaux médias pour une nouvelle culture du paysage ”. Colloque International Multimédia et construction des savoirs, Besançon-Belfort-Montbéliard 25-29 mai 1999, pp. 63-76.

GRISELIN M., ORMAUX S., 2001, “ Analyse systématique du paysage visible à partir de photographies au sol : exemple du bassin Loven Est, baie du Roi, Svalbard ”, actes des 4es rencontres de Théo Quant, Besançon : 11-12 février 1999, p. 63-72.

GRISELIN M., ORMAUX S., 2002, “ Le sens par la navigation : le multimédia pour expliquer le paysage ”, in actes du colloque Géopoint 2000, Avignon, 29-30 mai 2000, pp. 137-148.

GRISELIN M., ORMAUX S., 2003, Paysages vus du sol, principes d'analyse systématique : applications en milieu arctique (Spitsberg), sous forme de CD-Rom trilingue (français, anglais, espagnol) : document à destination de l'enseignement supérieur. Prix Enseignement de la recherche du Festival du film de chercheur de Nancy, 2002.

GRISELIN M., ORMAUX S., WIEBER J.C., 2003, sous presse, “ Autour du paysage ” : ensemble d'articles interactifs sur le paysage et son analyse, Hypergéo-Cybergéo, 20 p. de texte + 40 écrans de figures.  

NAGELEISEN S., 2001, Paysages et banques d'images, mémoire de maîtrise, Université de Franche-Comté, ThéMA, 120 p.$

NAGELEISEN S., 2002, Mieux observer pour mieux intervenir : constatations et propositions pour une intégration des images au cœur des études paysagères, mémoire de DEA, Université de Franche-Comté, ThéMA, 25 p.

ORMAUX S., 1999, Propos sur le paysage, mémoire d'HDR, Université de Franche-Comté, ThéMA, 265 p.

VALCÁRCEL-DÍAZ M., RODRÍGUEZ-GUITIÁN M., MARTÍNEZ-CORTIZAS A. et PÉREZ-ALBERTI A., 1993, As Paisaxes do Camiño Francés en Galicia, Publication de la Xunta de Galicia, 139 p. 44 fig., 53 ph. + annexes.

TORRES-LUNA de P., PÉREZ-ALBERTI A. et LOIS-GONZÁLEZ R.C. (ss la dir de), 1993, Los Caminos de Santiago y el territorio, Congreso Internacional de Geografia, 20-23 sept 1993, pub. de la Xunta de Galicia, 48 communications, 962 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine Griselin et Sébastien Nageleisen, « « Quantifier » le paysage au long d’un itinéraire à partir d'un échantillonnage photographique au sol », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 253, mis en ligne le 13 janvier 2004, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/3684 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3684

Haut de page

Auteurs

Madeleine Griselin

ThéMA, 30 rue Mègevand 25000 Besançon
madeleine.griselin@univ-fcomte.fr

Sébastien Nageleisen

ThéMA, 30 rue Mègevand 25000 Besançon
s_nageleisen@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page