Navigation – Plan du site
2003
251

L’apport des petites agglomérations dans la croissance urbaine en Algérie

The contribution of small towns to the urban growth in Algeria
Mohamed Chadli et Ali Hadjiedj

Résumés

La dynamique du système urbain en Algérie est marquée par l’expansion spectaculaire des grandes villes (plus de 100 000 habitants) du nord, depuis l’indépendance et jusqu’à 1980. Actuellement, les grandes villes continuent de croître, mais c’est surtout dans les petites et moyennes villes (3 000 à 50 000 habitants) que les niveaux de croissance les plus élevés sont enregistrés.

Le processus d’urbanisation connaît donc un nouvel essor. Il s’agit de l’extension des petites agglomérations, qui ont imprégné le système urbain en Algérie. Ce sont surtout celles du sud et du centre qui sont marquées par le mouvement d’urbanisation.

C’est par une quantification des différentes strates et une illustration graphique, que nous essaierons de mettre en évidence l’apport des petites agglomérations dans le processus d’urbanisation.  

Haut de page

Texte intégral

1Les grandes villes d’Algérie ont le plus souvent attiré l’essentiel des études consacrées au phénomène urbain. Or la plus grande proportion de la population vit toujours dans de petites agglomérations ou carrément dispersée. Evidemment, tous les indicateurs confirment la diminution de cette proportion au profit des villes dans les années à venir. Ceci ne doit en aucun cas diminuer l’importance des petits centres à l’échelle locale et régionale. Aujourd’hui, tous les aménageurs sont conscients du rôle qu’on doit allouer au développement local pour remédier aux distorsions issues du développement des grandes villes. En effet, la population algérienne est caractérisée par une évolution rapide vers un type de peuplement aggloméré. La population agglomérée représente 80,8 % de l’ensemble de la population en 1998, cette proportion était de 61,2 % en 1977 et 70,8 % en 1987. Mais, la population urbaine, qui constitue 58 % de la population totale, se trouve encore dans sa grande majorité dans des villes petites et moyennes (entre 3 000 et 50 000 habitants).

Le surpeuplement des grandes villes et ses conséquences

  • 1 S’inspirant de la charte nationale de 1976, les gouvernements qui se sont succédés ont intensifié l (...)

2Au lendemain de l’indépendance, l’entretien des grandes villes a bénéficié de la plus grande proportion des efforts de développement. Les grandes villes constituent actuellement encore la préoccupation majeure des pouvoirs publics, des urbanistes et des chercheurs à cause de leur poids démographique et leur rôle économique devenu incontournable1. Cette situation a conduit à la polarisation de la quasi-totalité de la masse salariale, dans des zones à assez forte densité démographique. Le tableau 1 montre que les wilayas les plus urbanisées détiennent plus de la moitié de l’ensemble des personnes occupées, tandis qu’elles contiennent 33,8 % seulement de la population algérienne. Les grandes villes concentrent donc la majorité de l'emploi (d'après le recensement de la population et de l'habitat de 1987). Ceci montre l’écart de développement qui continue d’ailleurs de se creuser entre les grandes villes du nord du pays et le reste de l’Algérie.  

3Malgré la volonté de réduire le poids omniprésent des grandes villes (plus de 100 000 habitants) d’Algérie, celles-ci ont continué à capter l’essentiel des activités économiques. Cette situation devient de plus en plus préoccupante avec la restructuration économique entamée en 1996 pour assainir les entreprises nationales, et n’en maintenir que les plus viables. Cette politique s’accompagne du désengagement remarqué de l’Etat de nombreux secteurs économiques et sociaux et en particulier celui de l’emploi. Dans ce domaine toute l’initiative est laissée au privé, or celui-ci cherche en premier lieu le profit facile et rapide qu’il trouve surtout dans les grandes villes. Les conséquences directes de cette situation sont le surpeuplement et le chômage, ce qui entraîne de nombreux problèmes, et cause de graves préjudices pour la gestion des grandes agglomérations. En effet, partout on assiste impuissant à la propagation des constructions anarchiques déformant nos villes, et compromettant le fonctionnement des différentes structures urbaines.

4Les habitants des villes subissent les conséquences néfastes d’une croissance urbaine hasardeuse. Le chômage atteint des proportions inquiétantes (31 %), selon le rapport annuel du conseil national économique et social de 1999.

Tableau n°1 POPULATION URBAINE OCCUPEE EN 1987 

* y compris les wilaya de Tipaza et Boumerdes    source : RGPH 1987 dans statistiques n° 54

5Sur les 2 459 624 demandeurs d’emploi, la majorité est recensée dans les grandes agglomérations urbaines. Actuellement le marché de l’emploi traverse une crise très aiguë, caractérisée par la faiblesse d’offre d’emploi, accentuée par les licenciements massifs des travailleurs dans tous les secteurs dus à la restructuration économique amorcée depuis 1996.  

6La crise du logement a atteint dans les centres urbains des proportions alarmantes. Aux besoins exprimés qui s’élèvent à 500 000 logements selon le conseil national économique et social, il faut ajouter le nombre des mariages contractés annuellement, évalué à 130 000, qui représentent des demandes potentielles de logement. L’habitat précaire figure lui aussi parmi les fléaux de l’urbanisation en Algérie, son nombre est estimé à plus de 523 000 logements dont la quasi-totalité se trouve dans les villes.

7Il ressort que les grandes villes sont appelées à connaître de graves crises à tous les niveaux, si rien n’est fait pour une véritable politique d’aménagement du territoire, qui vise la dynamisation des petites villes, la revitalisation des campagnes algériennes et la décongestion des grandes villes.

Une croissance spectaculaire de la population agglomérée

8L’espace rural algérien, caractérisé par un mode de peuplement dispersé, a enregistré un exode massif de sa population au profit des centres agglomérés depuis 1966, qui s’est accentué au cours des décennies 1977-1987 et 1987-1998. (En Algérie, l’agglomération est définie comme étant un groupe d’au moins 100 constructions, tel qu’aucune d’elles ne soit séparée de la plus proche de plus de 200 mètres).

9Selon la figure 1, la population agglomérée s’est accrue de 7 358 538 entre 1987 et 1998. Certes, le grossissement des hameaux sous l’effet de la vitalité démographique est incontestable, mais la population dispersée qui vivait en harmonie avec la nature, habite de plus en plus dans les agglomérations chefs-lieux. En plus des facteurs habituels (travail, équipements) qui favorisaient l’exode rural, il y a le facteur sécuritaire qui a complètement bouleversé les tendances habituelles. En effet, sous l’effet de l’insécurité et de la peur, la population rurale a dans certaines régions, quitté la campagne et s’est réfugiée dans les agglomérations chefs-lieux. Ainsi, la part de la population éparse a diminué, durant la décennie 1987-1998 en passant de 29,3 % à 19,2 % de la population globale.  

Figure 1

10Cette situation entrave toutes les tentatives de bonne gestion des grandes villes et risque de compromettre la structuration du monde rural et son développement.  

11Cependant, les pouvoirs publics ont bien voulu remédier à ce phénomène de dépeuplement des campagnes en menant diverses opérations de développement et de mise en valeur du monde rural, malheureusement, elles n’ont pas toutes abouti au but escompté. Cette politique d’aménagement du territoire devait d’une part atténuer une urbanisation anarchique des grandes villes du Nord porteuses de problèmes et d’inquiétudes et d’autre part, agir pour une urbanisation harmonieuse et diffuse sur l’ensemble du territoire afin d’arrêter la désertion des campagnes algériennes.

12Ainsi, on a réalisé certains projets comme l’électrification rurale, l’ouverture de pistes et la construction d’équipements sociaux (écoles, dispensaires…). Ces investissements dont l’unique actionnaire est l’Etat, ont cependant entraîné un accroissement urbain sans précédent des petites agglomérations.  

  • 2 Un seuil minimum de 5000 habitants est fixé pour le statut d’agglomération urbaine. Cependant, comp (...)
  • 3 Cette proportion est de 44,8 % au Maroc, 56,7 % en Tunisie, 46 % en Egypte, 23 % au Nigeria et 51 % (...)

13La croissance urbaine se fait donc de plus en plus au profit d’agglomérations périphériques et lointaines des grandes villes. La population urbaine2 est passée de 31,4 % en 1966 à 49,6 %3 en 1987, et 58 % en 1998.

  • 4 Au cours de la décennie 1977 et 1987  le taux d’accroissement naturel de la population en Algérie é (...)

14Le mode de peuplement en Algérie mérite une attention particulière, non seulement en raison du taux d’accroissement naturel de la population qui est parmi les plus élevés du monde4, mais surtout par sa dispersion spatiale.  

La promotion administrative : facteur essentiel dans l’accroissement des agglomérations chefs-lieux

15Il faut souligner que l’Algérie a privilégié au début des années soixante-dix surtout l’investissement industriel de base, pour valoriser les matières premières nationales (acier, matières plastiques, mécanique utilitaire, chimie). « Quant aux équipements urbains et ruraux (infrastructure, habitat et équipements socio-sanitaires) ils ne connurent, pour leur part, qu’un développement tardif au regard de l’importance du programme industriel » (CH. RAHMANI, 1982, p.18). Etant donné que la localisation de cette industrie lourde était les grandes villes du nord, les distorsions territoriales, déjà présentes au lendemain de l’indépendance, se sont accentuées, et entraînèrent un déséquilibre régional, marqué par la concentration de plus de 80 % de la population algérienne dans la bande côtière. (Carte 1)

Carte 1

16Dans ces conditions, les pouvoirs publics ont mis en place une politique d’aménagement du territoire, axée sur le développement de l’intérieur et le sud du pays. Cette démarche est mise en oeuvre par le redéploiement de l’autorité administrative, en augmentant le nombre de wilaya qui passe de 15 au lendemain de l’indépendance à 31 en 1974, et 48 en 1985, et la promotion de plus de 1000 agglomérations au rang de chef-lieu de commune. Cette restructuration territoriale a favorisé la création de certaines activités industrielles et de services dans des régions qui étaient déshéritées.  

  • 5 Suite au découpage administratif de 1985, 17 nouvelles wilaya ont été créées, le nombre de wilaya d (...)

17Cette politique de restructuration du territoire a abouti au développement des villes promues au rang de chefs-lieux de wilaya, et réduit ainsi des aires d’influences (du moins pour ce qui est de l’administration) qui s’exerçaient parfois sur de vastes territoires. La création de nouvelles communes a concrétisé l’encadrement et la promotion des nouvelles entités spatiales, qui à leur tour commencent à attirer de plus en plus de ruraux. Ce phénomène est observé particulièrement dans les régions ayant subi des mutations économiques profondes dues essentiellement à la création parfois massive d’emplois dans l’industrie et le bâtiment,  ou à la promotion administrative5 et les services induits.

Figure 2

La figure°2 montre bien que les gros fournisseurs d’emplois sont les secteurs de l’industrie avec le BTP et l’administration

Source : enquête emploi, office national des statistiques, février 2000

Une urbanisation accélérée où les petites agglomérations chefs-lieux s’affirment davantage

18Ce qui caractérise la croissance  urbaine en Algérie est certes le gonflement spectaculaire des grandes villes du nord (plus de 50 000 habitants), mais, depuis les années quatre-vingt, elle est surtout le fait de l’expansion des petites agglomérations urbaines se trouvant dans la périphérie des grandes villes ou ailleurs. Si le nombre d’agglomérations en général, a continué de croître durant les  vingt  dernières années, passant de 3686 en 1987  à 4055 agglomérations en 1998, comme nous l’indique le tableau 2, le rythme de croissance est différemment perçu selon la taille, et la dispersion géographique des agglomérations.

19Le tableau 2 montre qu’à l’exception de la catégorie moins de 4 000 habitants qui a connu une baisse, ce qui s’explique d’ailleurs par le glissement de sa population vers d’autres catégories, toutes les autres catégories d’agglomérations ont connu une augmentation, et en particulier celle de 4 à 10 000 habitants et de 10 000 à 20 000.

20Même si les projections continuent d’être dirigées surtout vers les grandes villes, à cause de leur poids démographique, économique et politique, les petites agglomérations chefs-lieux existent aussi, au point de connaître des taux de croissance souvent supérieurs à ceux des grandes villes.

21Les agglomérations de moins de 30 000 habitants regroupent plus de la moitié de la population algérienne agglomérée en 1998. De plus, si on incorpore la population éparse, pour laquelle la petite ville est censée garantir les services et l’encadrement, c’est plus de 60 % de la population qui se trouve concernée.

Tableau 2 EVOLUTION DES AGGLOMERATIONS PAR CLASSES DE TAILLE

Source : Recensement général de la population et de l’habitat 1987 et 1998

Figure 3

22Le dynamisme démographique observé dans les petites agglomérations n’est pourtant pas le fruit d’une quelconque reprise économique locale, car le peu d’investissement qui existe actuellement profite surtout aux grandes villes du nord du pays. La situation se détériore de plus en plus dans les petites ACL, suite au tarissement des aides de l’Etat et la mondialisation qui profite surtout  aux grandes villes. Les projets qui étaient programmés dans certaines petites agglomérations sont gelés ou carrément transférés vers les grandes villes côtières et en particulier Alger, cette situation est aggravée par le peu d’intérêt des investisseurs privés pour les petites villes.  

23L’augmentation très forte de la population dans les petites agglomérations chefs-lieux s’explique beaucoup plus par leur proximité du monde rural et constitue ainsi la première destination de ruraux à la recherche de la sécurité. L’absence d’initiatives locales et le manque de soutien des autorités centrales aux petites collectivités peuvent être aussi à l’origine de cet exode massif.

24Les cartes de l’évolution des agglomérations de 4 000 habitants et plus montrent que le mouvement de concentration est général, bien que les régions de l’intérieur de l’Algérie restent marquées par l’expansion des anciens centres et la naissance de nouveaux autres.

Une urbanisation variable selon la taille  

25En examinant les données des deux derniers recensements, on constate facilement que le regroupement de la population s’est fait à un rythme très accéléré au cours des vingt dernières années (1977-1998). Néanmoins, ce peuplement parfois brusque et massif est très différencié selon la taille des agglomérations et leur dispersion dans l’espace. En dépit de leur diminution entre 1977 et 1998 (tableau°1), les centres de moins de 4 000 habitants détiennent toujours plus des trois quarts du nombre total des agglomérations. Par contre, la classe de 4 000 à 10 000 habitants a plus que doublé au cours des vingt dernières années (1977-1998).

26La diminution des centres de moins de 4 000 habitant s’explique par la conjoncture socio-économique que traverse le pays depuis les années quatre-vingt-dix. La majorité des entreprises publiques se trouvant dans les petites villes, déjà fragilisées par un environnement difficile, n’ont pu résister à la crise économique. Le plus souvent, leur création était le fait de décision politique, les petites entreprises publiques sont vite éliminées par l’ajustement structurel en cours. Ce mouvement de concentration de la population est général, mais beaucoup plus marqué dans les wilaya du centre et du Sud du pays. Si le nord a connu une croissance relativement modérée durant la période 1977 –1987, au cours de la période 1987-1998, les agglomérations du nord ont reçu elles aussi des flux importants de ruraux à la recherche du travail, mais surtout fuyant l’insécurité dans la campagne. Ce gonflement des agglomérations rapide et massif pose de nombreux problèmes aux collectivités locales dans les domaines du travail, du logement et des services socio-éducatifs.

27Ainsi, le gonflement des agglomérations se fait à un rythme très accéléré. Ceci s’explique par le taux d’accroissement naturel qui reste fort en 1998 (2,28 %), en dépit de sa baisse relative par rapport à 1987 où il était de 3,02 %, et l’exode des ruraux vers les agglomérations chefs-lieux de communes. Il faut cependant souligner que le plus grand apport démographique est enregistré dans les agglomérations de moins de 20 000 habitants.

Evolution des agglomerations de 4 000 habitants et plus  Cartes 2 et 3

Conclusion

28Le développement rapide des grandes agglomérations en général et des petits centres en particulier, est lié à la promotion administrative et la diffusion de l’activité industrielle.

29Ainsi, le dynamisme des petites agglomérations, est impulsé par la création des emplois dans l’administration et les services dans le secteur étatique qu’exigent les attributions territoriales issues du découpage administratif de 1985.

30Cette situation, qui s’accompagne de nouveaux flux de population, de produits et d’activités induites peut être un atout pour l’aménagement du territoire, dans le cas où l’expansion des petits centres servirait comme relais pour le rayonnement sur un espace semi-urbain ou rural qui, malgré les efforts de promotion et de développement, reste répulsif.

31Dans le cas contraire, ces petits centres ne seraient que des agglomérations de population dépourvus d’équipements pour les habitants du chef lieu et sans rayonnement sur les espaces environnants.

Haut de page

Bibliographie

Agence Nationale d’Aménagement du Territoire, 1994, Demain l’Algérie, Alger.

BOUKERZAZA Hosni, 1991, Décentralisation et aménagement du territoire en Algérie, OPU, Alger.

Conseil National Economique et Social, 1998, La ville algérienne ou le devenir urbain du pays, Alger octobre.

COTE Marc, 1993, L’Algérie ou l’espace retourné, Média-Plus, Constantine, Algérie.

D’HONT Olivier, 1985, Les Kébé de Nouakchott. Contribution à l’étude de la sédentarisation en milieu urbain de population nomade sinistrée. Doctorat 3°cycle, Paris V.

FONTAINE Jacques, 1983, L’Algérie : volontarisme étatique et  ménagement du territoire, OPU, Alger.

Office National des Statistiques :

- les collections statistiques n° 3, 4, 21, 22

- données statistiques par wilaya  1993

- recensement général de la population et de l’habitat 1987 et 1998

PRENANT André, 1985, Réduction de l’exode rural et nouveau mode de fixation des migrants par les petites villes et les villes moyennes en Algérie, C.E.R URBAMA, fascicule 17, 471-557

RAHMANI Cherif, 1982, La croissance urbaine en Algérie, OPU, Alger.

Haut de page

Notes

1 S’inspirant de la charte nationale de 1976, les gouvernements qui se sont succédés ont intensifié l’implantation des unités industrielles dont le grand bénéficiaire était surtout les grandes villes du nord. Ce n’est que plus tard et après s’être rendu compte des conséquences néfastes d’une telle politique sur l’aménagement du territoire en général et la structure des grandes villes en particulier, que les futurs investissements industriels s’orientent vers les petites et moyennes villes.

2 Un seuil minimum de 5000 habitants est fixé pour le statut d’agglomération urbaine. Cependant, compte tenu de la promotion administrative de certaines agglomérations (chefs-lieux de wilaya ou de daira), nombre d’entre elles ne répondant pas à ce critère ont été classées comme urbaines. Le chef-lieu de wilaya ou de daira peut être considéré comme ville en dépit de son nombre d’habitants (moins de 5 000 hab.) car la présence d’équipements administratif, éducatif, juridique et culturel dans ces chefs lieux d’agglomérations, favorise des revenus suffisants pour un mode de vie urbain. Le critère économique est aussi présent : le nombre d’occupés doit être  égal à 500 au moins et dont 50 % d’entre eux exercent une activité non agricole. Source : collections statistiques n° 97,  décembre 2000, Office National des Statistiques, Alger.

3 Cette proportion est de 44,8 % au Maroc, 56,7 % en Tunisie, 46 % en Egypte, 23 % au Nigeria et 51 % en Iran

4 Au cours de la décennie 1977 et 1987  le taux d’accroissement naturel de la population en Algérie était de 3,02 %, Entre 1987 et 1998, il a légèrement baissé pour devenir  2,2 %. En 1977 le taux d’accroissement naturel  était de : 2,3 % en  Tunisie 3,0 % au Maroc, 2,4 % en Egypte  et 0,6 % en France

5 Suite au découpage administratif de 1985, 17 nouvelles wilaya ont été créées, le nombre de wilaya devient ainsi 48 au lieu de 31. Le nombre de communes  a  aussi connu une augmentation, passant  de 703 à 1541.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Chadli et Ali Hadjiedj, « L’apport des petites agglomérations dans la croissance urbaine en Algérie », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 251, mis en ligne le 20 octobre 2003, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3851 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3851

Haut de page

Auteurs

Mohamed Chadli

Chargé de cours, USTHB, Alger mdchadli@yahoo.fr

Ali Hadjiedj

Professeur, Directeur du Laboratoire Géographie et Aménagement du Territoire, USTHB, Alger

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page