Navigation – Plan du site
2005-2002
Journée à l'EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales). Echelles et territoires, Paris, France, 29 avril 2002
265

Un système multi-scalaire, ses espaces de référence et ses mondes. L’Atlas Vidal-Lablache

A Multi-scalar System, its Referential Spaces and its Worlds. The Atlas Vidal-Lablache

Marie-Claire Robic

Résumés

À la différence de productions qui lui sont contemporaines, monoscalaires mais ethnocentrées (Levasseur) ou cosmopolites (Reclus), ou multiscalaires à emboîtements des niveaux d’échelles (Geddes), l’atlas de Vidal de la Blache a une structure complexe, multiscalaire et polymorphe car il use d’« espaces de référence » différents d’une planche à l’autre. Cette structure est rendue possible par un assemblage iconographique et textuel qui repose sur une unité composite, la planche d’atlas, formant une composition devenue canonique : cartes, cartons, légende. L’étude de l’ensemble du dispositif iconographique et de l’apparat textuel montre que l’ouvrage est multiscalaire à double titre. D’abord parce que, conformément à l’épistémologie vidalienne, chaque région du monde est dotée de ses propres espaces de référence, qui lui donnent sa dimension spécifique. D’autre part parce que la Terre est en principe l’unité de référence ultime, la méta-échelle englobante. Cette méta-échelle recouvre en fait trois « mondes » dissociés, économique, impérial et de la civilisation, formant trois méta-échelles intermédiaires. Au-delà du souci d’universalité, les métropoles de l’un et de l’autre de ces mondes (la France et l’Europe) restent centrales dans ce système de représentation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cet ouvrage paraît de la fin 1890 à 1894, en 24 livraisons plus une livraison supplémentaire compo (...)
  • 2  Nous pensons au compte rendu de l’atlas publié en 1895 par Bertrand Auerbach (une analyse critique (...)

1Comment représenter la Terre et ses parties avec pertinence, en géographe moderne ? L’Atlas général Vidal-Lablache, publié en feuilles séparées puis en volume complet de 1890 à 1894 chez Armand Colin1, est la réponse pratique à cette question. Réalisation finale d’un projet entamé vers 1885 par Paul Vidal de la Blache, il traduit matériellement une ambition que l’auteur rappelle en préface au terme de la fabrication de l’ouvrage. C’est à cette préface souvent célébrée que les commentateurs se sont référés généralement pour qualifier la démarche vidalienne et pour louer l’innovation qu’elle représentait dans la géographie de la fin du XIXe siècle : selon les chroniqueurs, l’Atlas a été reçu à la fois comme le premier chef d’œuvre de Vidal de la Blache et comme l’acte inaugural de la géographie scientifique moderne (les cartes murales Vidal-Lablache, qui précèdent cette réalisation chez Colin, étant une innovation d’ordre plus strictement pédagogique). Mais, au-delà de la préface si souvent invoquée, qu’en est-il de l’atlas lui-même ? Peu d’études l’ont examiné de près, la critique se contentant, sauf exceptions2, de ressasser l’exemplarité de l’objet à travers ses intentions explicites et ses préceptes préliminaires. Aussi cet article étudiera-t-il l’ouvrage lui-même, dans ses caractéristiques matérielles de recueil de cartes, avec ses choix de représentation, d’assemblages, de succession, comme avec son para-texte – titraille, légende et commentaires.

  • 3  Cf. le dossier dans lequel il s’insère, à l’initiative de Nicolas Verdier.
  • 4  Sur la question de l’échelle, voir Robic (2004) dans ce même dossier de Cybergeo.

2Déconstruire cet ouvrage au filtre du thème « Échelles et territoires »3, impliquerait une série d’analyses que nous ne mènerons pas à fond. Cette ambition supposerait notamment de mettre l’atlas en contexte au regard des ces deux notions. Sous réserve d’un inventaire qui reste à approfondir, ni l’une ni l’autre ne sont frontalement abordées par Vidal, pas plus qu’elles ne sont travaillées systématiquement par ses contemporains ; cependant la question de l’échelle est abordée à l’époque par plusieurs biais4. En revanche, l’atlas manifeste une vive sensibilité au problème de la représentation des régions et pays du monde, comme le montrent quatre indices : 1. l’ensemble des feuilles comprend tous les niveaux spatiaux, du niveau le plus local (telle la représentation de la bourgade de Triel à l’échelle 1/20 000, sur une planche intitulée « Cartes à grande échelle »), au planisphère, à la mappemonde ou au globe ; 2. l’économie interne des planches manifeste une tension entre le monde et ses parties en faisant coexister des cartes d’échelles et de configuration différentes ; 3. la réalisation matérielle de l’atlas vise, explicitement, à établir de multiples rapports entre la « Terre » considérée dans son universalité et ses diverses « contrées », selon le mot récurrent utilisé par Vidal dans sa préface : « […] en effet, la Terre est un tout dont les diverses parties s’éclairent mutuellement. […] Comment faire pour répondre à cette nécessité de méthode, dans une collection dont les exigences m’interdisaient de multiplier outre mesure les cartes générales de la Terre ? Cette difficulté m’a préoccupé ; et l’on verra dans l’emploi fréquent de cartons, de figures, et de différents moyens de rappel, mon désir de tenir l’esprit toujours attentif à l’ensemble, un avertissement de n’avoir pas à séparer le cas particulier des faits généraux. » ; 4. enfin, l’auteur convie le lecteur à circuler entre les échelles : « Mais je ne puis me faire d’illusion sur la valeur de ces procédés, et il faudra le plus souvent que le lecteur ait recours aux cartes générales pour y trouver un commentaire des cartes particulières. » L’Atlas est donc un espace de représentation complexe qui met en jeu graphiquement et par contrat de lecture les rapports entre la Terre et ses parties. On est là au cœur de la question de l’échelle (Hamon, 1991) et, dans ces va-et-vient entre parties qui se donnent sens, au cœur des notions de pertinence de la mesure (Boudon, 1971, 1991).

3Nous nous proposons ici d’éclairer l’étude interne de l’atlas par une hypothèse de recherche et par deux cadrages. L’hypothèse de recherche, que nous ne développerons pas, revient à estimer que les conditions de possibilité du travail vidalien reposent sur les propriétés anthropologiques du monde qu’il s’apprête à représenter : un « monde fini » dont les cartes dressées par les Occidentaux ne montrent pratiquement plus d’espace inconnu (cf. Palsky, 1995 ; Robic, 2003). Nos deux cadrages seront une vue cavalière de la dynamique de la recherche géographique dans laquelle s’inscrit Vidal de la Blache au cours des années 1880-1890, précédée, à titre comparatif, d’un aperçu de dispositifs géographiques analogues à son atlas dans leur projet de montrer le monde pour le réfléchir. Puis nous plongerons dans l’Atlas pour discerner dans cet objet matériel les structures et les partis-pris significatifs, qui sont parfois éclairés et parfois ignorés par la préface vidalienne. Nous pourrons alors repérer les espaces de référence qui lui donnent sens.

Un projet cartographique pour un monde fini

Face au monde : des projets contemporains mobilisant des principes scalaires, iconographiques et sociaux contrastés

4La singularité de l’Atlas général Vidal-Lablache peut être mise en valeur au regard de plusieurs dispositifs marquants de la représentation géographique de la fin du XIXe siècle. Le premier d’entre eux est constitué par la série des atlas scolaires publiée par Émile Levasseur, qui est l’un des plus producteurs les plus prolifiques de documents pédagogiques en même temps que l’un des plus ardents propagandistes de la géographie scolaire durant le dernier tiers du siècle. Attentif à la qualité de la production cartographique, détaillant volontiers les contraintes qu’il se donne en matière de lettre et de légende cartographiques, il a diffusé des cartes aux factures standardisées. Sur les planches relatives aux continents, à côté de la schématisation géométrique qui redouble les contours des côtes et qui est sa marque spécifique (Robic, 1991b), nous retiendrons ici le carton montrant systématiquement « La France à l’échelle de cette carte ».

Document 1 : La planche « Afrique » de l’Atlas de géographie physique, politique et économique de Levasseur&Périgot

  • 5  Sur cet atlas économique une planche spéciale présente de manière synoptique les pays relevant des (...)

5Si cette figuration entre dans l’objectif pédagogique de relativiser les images des lieux par une indication de leur grandeur ou, la grandeur de la France étant jugée connue, de mettre en œuvre ce que Jean-Marc Besse (2003) appelle une « imagination réalisante », il n’empêche que la récurrence de l’étalon France sur les cartes de l’atlas a pour effet de donner une représentation stéréotypée et ethnocentrée du monde. De même, des atlas étrangers, tel An Atlas of economic geography (Bartholomew, 1914), donnent systématiquement la mesure du monde par une représentation des cartes thématiques des continents à l’échelle de l’Angleterre (ici la légende dit : « England on same scale »)5.

  • 6  Je remercie Soizic Alavoine, doctorante à E.H.GO, pour ces informations (voir sa thèse en cours su (...)

6Le géographe anarchiste Élisée Reclus milite lui aussi pour des représentations mono-scalaires du monde. Il s’agit de réaliser un globe, seule représentation qui lui paraisse vraie, infiniment meilleure que la carte plane, et réaliste, donc parfaitement édifiante pour le public de l’Exposition universelle de Paris (1900) auquel il le destine. Gigantesque globe terrestre conçu initialement au 1/100 000, son échelle devrait être identique pour les hauteurs et les surfaces (Alavoine, 2003). Si Reclus admet la réalisation d’un atlas, c’est aussi à condition qu’il soit d’échelle uniforme (Reclus, 1903). Par rapport aux réalisations communes, le propos de Reclus est donc radical : représentation standardisée donc, d’échelle unique mais sans étalon cette fois, et telle qu’il n’y ait aucune distorsion d’un lieu à l’autre. Ses projets visent moins à représenter le monde et ses parties qu’à être des substituts de la nature, à vocation plus politique que strictement didactique. Mais ses propositions ne se sont jamais concrétisées en fait, sauf une probable réalisation d’atlas mono-scalaire à cartes bombées dont les planches ont toutes disparu6.

7L’organisation de l’Outlook Tower de Patrick Geddes, à Édimbourg, représente encore un troisième dispositif de représentation du monde attentif aux échelles. Élaboré dans un objectif de réforme sociale plutôt que pour promouvoir une discipline savante, il n’en touche pas moins à la géographie, comme le montre la richesse du véritable musée cartographique et géographique disposé en son sein (Chabard, 2001), et l’intérêt que, avec son concepteur, ses visiteurs ont manifesté à cette discipline. Pièce centrale d’une « enquête civique » (Civic Survey), la tour d’observation emboîte les niveaux d’analyse en poupées gigognes depuis le monde, situé au rez-de-chaussée, jusqu’à la ville d’Édimbourg et ses quartiers, observés depuis une chambre obscure, en passant par le monde anglophone, par l’Europe et par l’Écosse. Tous les lieux du bâtiment, pièces, escalier, terrasse, sont investis d’une fonction de représentation, mais dans un étagement progressif qui superpose des niveaux discontinus d’analyse centrés sur le site de l’édifice.

Une dynamique de recherche scientifique

8La dynamique de la recherche géographique dans les années 1880-1890 se marque par l’épanouissement de formulations nombreuses de savoirs sur le monde. Avec de multiples interférences, elles sont issues des entreprises coloniales qui procèdent au partage du monde, soutenues par des sociétés de géographie à leur apogée, des sphères semi-savantes, qui assurent le succès de publications nouvelles telle la Revue de géographie créée par Ludovic Drapeyron en 1877, et de l’expansion universitaire qui partout en Europe promeut la discipline géographique. Pour jalonner cette affirmation universitaire qui voit se mettre en place des instruments de professionnalisation scientifique tels les chaires universitaires, les diplômes et de nouvelles revues savantes, on reprend souvent la date du Congrès international de géographie de Berne (1891), où les professeurs en arrivent à dominer en nombre les autres catégories de participants.

9Vidal de la Blache et quelques collègues de plusieurs générations participent à cette organisation d’une science universitaire en se manifestant notamment au congrès international de géographie de Paris de 1889. Ils y figurent en trublions, comme les promoteurs d’une discipline en rupture avec la seule géographie locale, strictement patriotique voire nationaliste, soutenue par des militaires ou des revanchards de tout poil, et comme les promoteurs d’une science complexe, mêlant considérations anthropologiques et historiques et considérations naturalistes, en rupture avec les déterminismes naturalistes prévalents chez les géographes physiciens ou chez les autres spécialistes des « sciences géographiques ». Les mots d’ordre de ce que nous appellerons les « vidaliens » du congrès de Paris sont dès lors de combiner la géographie générale et la géographie locale (ce que leurs adversaires en discussion désignent par la « topographie », ou par Heimatskunde) et d’associer à la géographie physique toutes les sciences qui peuvent lui servir d’auxiliaire.

10La fondation en 1891 des Annales de géographie prolonge cette entreprise de promotion d’une certaine géographie démarquée de ses formes antérieures. L’avertissement au lecteur prétend instituer une géographie scientifique distincte de l’érudition aimable ou de la chronique d’actualité, disqualifiant au passage les bulletins des sociétés de géographie et les travaux d’amateurs. La visée de cette revue fondée par Vidal de la Blache et par son collègue Marcel Dubois, spécialiste de géographie coloniale, est de construire une connaissance cumulative et explicative, désireuse « de raisonner, de lier, d’interpréter ». En un projet intermédiaire toutefois, la revue prétend articuler le savoir savant et la connaissance éclairée, se donnant l’ambition mixte de « satisfaire à ces obligations du métier de géographe sans cesser d’enregistrer avec soin ce que recherche la curiosité de tout homme cultivé ».

  • 7  On remarquera le maintien du nom Vidal-Lablache utilisé pour les cartes scolaires, alors même que (...)

11La parution des planches de l’Atlas général Vidal-Lablache. Histoire et géographie, avec sa première livraison du début 1890 et sa « Préface » datée de janvier 1894, est annoncée par la librairie Armand Colin dans la continuité de l’excellence déjà atteinte selon elle par la série des cartes murales Vidal-Lablache7. Mais cette fois l’atlas représenterait ensemble un modèle pédagogique et scientifique à vocation plurielle puisqu’il devrait combler, selon l’Avis des Éditeurs, « les hommes d’étude, les gens du monde et les écoliers ». Qu’est-ce que cet atlas finalement mal connu malgré son succès immédiat, les plagiats dont il aurait fait l’objet et la banalisation du dispositif qui se retrouve encore aujourd’hui dans les atlas scolaires courants ?

Visites commentées de l’Atlas

Les principes de la « vue raisonnée »

12Le mot-clé à retenir de cette production, qui apparaît dès la première phrase de la préface est celui de « vue raisonnée » : « J’ai cherché dans ce recueil à réunir sur chaque contrée l’ensemble des indications nécessaires pour en obtenir une vue raisonnée », dit la préface. La « vue raisonnée » est apparue à bien des égards une métaphore de la géographie vidalienne (Robic, 1991a). Vidal de la Blache qualifie aussi son ouvrage à l’aide de l’expression triviale  « espèce de dossier », description technique voire policière du travail géographique, mais étiquette sans panache pour ce qui était désigné autrefois, comme il le rappelle, « Théâtre » ou « Miroir du monde ». La forme « dossier » de l’atlas est un dispositif matériel finalisé : il « a pour but de placer sous les yeux l’ensemble des traits qui caractérisent une contrée, afin de permettre à l’esprit d’établir entre eux une liaison ». Allons plus loin en suivant l’équivalence établie par notre auteur : « c’est en effet, dit-il, dans cette liaison que consiste l’explication géographique d’une contrée. » Si l’essence de la connaissance géographique est dans la liaison entre les « traits qui caractérisent une contrée », si la consistance de cette « espèce de dossier » permet au lecteur de l’établir, alors ce dispositif concret est une métaphore du projet géographique.

13Mais quelle est cette consistance matérielle du dossier géographique ? Retournons au paragraphe premier de la préface : « La carte politique du pays est accompagnée d’une carte physique ; elles s’éclairent l’une par l’autre, et trouvent un complément dans des cartes ou des figures schématiques dont la géologie, la climatologie, la statistique ont fourni le sujet. » Le dossier est constitué par la juxtaposition de cartes distinctes, leur mise en regard, comme on étale sous les yeux les pièces d’un dossier d’instruction pour en délivrer le secret.

  • 8  Nous désignons par planche une unité désignée par un titre. Elle peut aussi être numérotée dans le (...)

14Il apparaît que la planche cartographique de l’atlas, avec sa combinatoire de carte principale, cartons, coupes et graphiques, matérialise en une page ou deux l’investigation géographique, que ce soit celle de l’auteur qui la met en œuvre ou celle du lecteur qui la recompose dans le mouvement conjoint de l’œil et de l’esprit. Un exemple topique pourrait être la planche8 « Espagne et Portugal », qui paraît dès 1890 en une double page physique et politique. Une autre planche typique serait celle de l’« Autriche-Hongrie », choisie en raison de la richesse des codes graphiques et cartographiques utilisés. Moyennant la lecture de deux planches séparées, les Îles britanniques rentrent dans le principe de base, comme le montre André Meynier (1969) qui estime leur représentation exemplaire de l’ouvrage et, par là, témoin de l’originalité de l’atlas vidalien parmi ses contemporains : « Chaque pays est représenté par plusieurs cartes juxtaposées. Voici, par exemple, la feuille des îles Britanniques : une carte physique où les couleurs sont choisies non suivant un type uniforme pour l’Atlas mais en fonction des caractères propres du pays ; une carte dite « politique », classant les villes suivant leur population, un croquis agricole (prédominance des céréales, des pâtures, terres incultes), un croquis minier, un industriel et commercial, une classification des ports, un carton sur Londres et ses environs. Une brève notice accompagne chaque carte dans laquelle l’auteur s’attache, en quelques lignes, à bien dégager les traits essentiels et qui constitue une excellente introduction à la géographie régionale. » (Meynier, 1969, p. 18-19)

  • 9  Les superpositions d’informations sur une même carte, du genre « croquis régional » tel qu’il a ét (...)

15L’auteur assume doublement les contraintes matérielles en avouant d’une part que le modèle idéal est respecté au mieux, qu’il est « constitué, suivant les cas, d’une façon plus ou moins complète » et en appelant d’autre part le lecteur, on l’a vu, à feuilleter le volume, c’est-à-dire à pratiquer une lecture active. Le principe de juxtaposition est donc respecté, moyennant une circulation entre les planches quand l’ampleur de l’information disponible et l’intérêt accordé au pays permettent de tendre vers une certaine exhaustivité, ce qui suppose la multiplication des planches9 au détriment de la lisibilité immédiate, synoptique, des feuilles d’atlas. L’Avis des Éditeurs attirait l’attention sur cette façon de faire en soulignant que la qualité du travail ne résidait pas seulement dans le soin pris à rassembler les informations mais encore dans une composition à visée démonstrative : « L’Atlas historique et géographique de M. Vidal-Lablache ne se bornera pas à cela. La façon dont il présentera ces documents en fournira, pour ainsi dire, un commentaire perpétuel. Pour l’histoire comme pour la géographie, l’auteur a voulu arriver à de véritables démonstrations. C’est dans cette vue qu’il a déterminé l’ordre nouveau des cartes et le groupement des cartons dont la table ci-jointe indique le nombre et la variété. Il suffit de parcourir cette table pour voir que, si l’on ne peut donner une matière plus riche, il est difficile aussi de la mieux ordonner. »

La planche « Suisse » comme modèle 

16La Suisse nous paraît constituer le modèle de cette méthode d’investigation géographique par la planche synoptique. Splendide, colorée, pleine et dense, la planche, qui est publiée dès la première livraison de l’atlas en 1890, juxtapose les informations en multipliant les traits physiques et les caractères politiques du pays.

Document 2 : La planche « Suisse » de l’Atlas général Vidal-Lablache

17La carte principale, au 1/1 000 000, sans titre, au fond hypsométrique vigoureux, représente aussi, précisément, la toponymie urbaine et hydrographique et la nomenclature savante morphologique. Lui fait face dans le quadrant bas à droite une image plus réduite de la « Suisse divisée en cantons » ; elle est en quatre couleurs (cinq avec le bleu des lacs), elle comporte la nomenclature politique, elle conserve le fond hydrographique et elle retrace schématiquement les directions principales du relief. Encore plus réduite, au 1/3 000 000 cette fois, un carton situé au coin supérieur droit montre la « Suisse économique », une Suisse agricole et industrielle, avec un graphique circulaire répartissant les forêts, les cultures et pâturages, les vignes et enfin les incultes. Au centre, en bas, figurent deux cartons plus petits encore et d’échelle plus petite, qui montrent la répartition cartographique et statistique des religions et des langues. À leur côté, en bas à gauche, un planisphère est consacré à « L’extension du commerce suisse » (il est assorti d’un graphique opposant les structures de l’exportation et de l’importation). Restent quatre petits cartons à droite de la carte principale. Deux profils topographiques est-ouest et nord-sud sont accompagnés d’un « carton d’ensemble » de la Suisse qui situe le tracé des coupes. Ils encadrent un dernier carton intitulé « Fleuves alpestres », qui, au 1/35 000 000, déroule une vaste région européenne allant du rebord oriental du Massif Central à la Mer Noire et de la Baltique et Mer du Nord à la Méditerranée, où sont représentées les axes de réseaux hydrographiques dans les grandes masses du relief européen.

  • 10  Le commentaire débute toutefois par la qualification de la Suisse comme « rencontre » climatique d (...)

18Planche modèle, cette représentation de la Suisse l’est en effet au regard des partis pris qui ont présidé à sa réalisation, que nous étudierons maintenant. C’est une planche composée, montrant des groupes de « traits » ou de faits hétérogènes qui relèvent effectivement de la géographie physique et de la géographie politique. La géographie physique fait la part belle à l’expression du relief, avec la figuration en bistre des lignes de pente, une représentation en blanc des altitudes supérieures à 1000 mètres et la représentation des glaciers en bleu. La géographie politique prise au sens large (l’expression de « géographie humaine » n’apparaît qu’au tout début des années 1890 et ne se diffuse chez les vidaliens qu’au tournant des années 1900) recouvre l’organisation du territoire politique, la division linguistique, la division religieuse et la géographie économique du pays. Le contrat est donc rempli, celui de « placer sous les yeux l’ensemble des traits qui caractérisent une contrée » (avec des lacunes, pourrait-on penser, du côté de la géologie, du climat et de la biogéographie10).

19Mais précisons cette expression vidalienne. Soulignons d’abord que cette représentation simultanée se fait à des échelles cartographiques différentes et dans le cadre de projections distinctes. Elles vont en effet, sans compter le planisphère, du millionième, échelle de la carte principale, au trente-cinq millionième, en passant par le cinq millionième. Là n’est peut-être pas l’essentiel toutefois. Remarquons en effet que d’une carte ou du groupe de cartes à l’autre, le découpage spatial retenu est différent. Ici c’est un cadre serré sur les limites politiques. Là, il déborde plus amplement sur les contrées voisines, l’Allemagne, l’Autriche et la France, lorsqu’il s’agit surtout de montrer des appartenances et des continuités culturelles englobantes ; d’ailleurs les plages colorées couvrent alors la carte au lieu de s’arrêter aux frontières de la Suisse. Et ici, dans ces rencontres de territoires, il y a implicitement de telles redondances que c’est à peine si une légende figure dans le carton, tant s’impose visuellement, par la lettre et par l’implantation, le fait que le rose désigne la langue française, le jaune l’allemand, et le violet l’italien. Là, dans un autre carton, c’est à toute l’Europe centrale, du versant méridional des Alpes aux versants oriental et nordique qu’il convient de se référer pour se représenter (et pour penser ?) l’hydrographie.

20Si cette planche est composée, comme toutes les planches de l’atlas, elle n’est pas stéréotypée. Meynier signalait à propos des Îles britanniques la spécificité des limites altitudinales choisies. On peut généraliser son observation à l’ensemble des choix opérés : il est bien vrai que la légende de la carte physique est spéciale à la Suisse (à la rigueur elle aurait pu se retrouver pour l’Autriche, mais il n’existe pas de carte équivalente) ; il est vrai aussi que « nulle part ailleurs » (selon une expression récurrente du texte vidalien) dans l’atlas ne se retrouvent les mêmes cartons culturels, de sorte que la représentation que l’on a de la Suisse politique superpose la singularité des cantons à la division linguistique et à la mosaïque religieuse – tandis que par exemple les ensembles comme l’Autriche-Hongrie ou les Balkans sont représentés par d’autres traits caractéristiques, telle la bigarrure ethnique et religieuse ou bien la diversité ethnique, linguistique et religieuse. La représentation de la Suisse donne donc à voir les traits d’une individualité géographique que la planche dans son ensemble dessine, met à plat.

Pour chaque pays, deux partis pris

21L’analyse de ces planches nous permet de dégager deux conclusions essentielles. D’abord, il apparaît qu’à chaque contrée reviennent ses cartons thématiques particuliers, c’est-à-dire correspond son ensemble propre de « traits » pertinents : à chaque pays ses phénomènes pertinents. On a vu aussi que les échelles de représentation d’un pays et que le découpage spatial diffèrent d’une carte à l’autre. Chaque thème attire donc son échelle cartographique. Mais plutôt que de s’arrêter à l’aspect strictement scalaire, la seconde conclusion que nous dégagerons de ces observations relève de l’ordre de la référence : à chaque phénomène représenté s’impose moins une échelle cartographique (dont la détermination est guidée pour partie par les contingences matérielles de la page), qu’un cadre de représentation particulier, ce que nous appellerons un « espace de référence » particulier, tels l’espace linguistique de l’isthme européen et l’espace hydrographique des bassins du nord et du sud européens dans la cas de la Suisse. En somme : à chaque phénomène localisé son espace de référence propre.

22La conjugaison de ces deux principes fait de chaque pays identifié une individualité particulière. Elle construit, puisqu’il s’agit d’en produire la connaissance, une épistémologie idiographique, qui vise à mettre en valeur la spécificité de l’objet identifié : ce que Vidal de la Blache appelle encore dans sa préface la physionomie ou la « caractéristique » du pays (ce terme est en italique dans le texte). L’atlas Vidal-Lablache, dans sa construction matérielle est donc, par le truchement de ces planches dont celle de la Suisse constitue un cas exemplaire, une métaphore de l’épistémologie vidalienne.

23Mais ajoutons un point sur le dispositif iconographique. Ce dispositif : une planche juxtaposant des cartes et des figures graphiques et statistiques, dont la combinaison visuelle produit ou du moins suggère l’image mentale caractéristique du pays représenté, produit une certaine synthèse non pas uniquement parce qu’il y a une superposition de traits hétérogènes, ni seulement parce qu’il y a, en amont, une sélection parmi les possibles des phénomènes les plus pertinents pour cet objet, mais encore parce qu’il y a un jeu sur des espaces de référencecirconstanciés. Soit deux éléments que ne signale pas la préface : ni la sélection des traits, ni le choix du cadre de référence (ni d’ailleurs celui de l’échelle cartographique, que n’indique pas nécessairement le terme de « carton ») n’y sont évoqués explicitement.

24En revanche, le commentaire qui figure au bas de la planche peut compléter l’interprétation de ce document iconographique complexe. Ainsi, il attire l’attention sur le caractère microcosmique de la Suisse, la qualité de résumé de l’Europe qu’elle assume du point de vue climatique et biogéographique : elle montre, analyse Vidal, « des différences de niveau qui vont de 197 mètres (Locarno) à 4 638 (pic Dufour dans le mont Rose) ; elle résume ainsi presque tous les climats de l’Europe, depuis celui de l’olivier dans les vallées du Tessin, jusqu’aux frimas polaires : à 800 mètres cessent les cultures ; à 1 700, les forêts cèdent la place aux pâturages ; au-delà de 2 400 mètres, neiges. » Ce que la planche suggère, le commentaire l’affirme. Ainsi donc de cette nature de microcosme européen. Ainsi d’une influence internationale, a priori contradictoire avec sa position au cœur des Alpes : la planche juxtapose le territoire propre et le planisphère économique, tandis que le commentaire signale que ce bloc montagnard et continental, loin d’être enclavé, est un lieu de transit et d’échanges internationaux. Tourisme estival, routes transalpines, commerce mondial, émigration temporaire sont notés dans un commentaire qui voit dans cette circulation une condition de son influence extérieure : « Malgré son éloignement de la mer, la Suisse entretient des relations lointaines, grâce à la facilité avec laquelle ses habitants consentent à s’expatrier pour un temps (onze à douze mille émigrants par an). » (version de 1894)

  • 11  Il s’agit de la nomenclature, dont l’Avis remarque aussi le soin qui a été accordé à sa lisibilité (...)

25L’Avis des Éditeurs signalait l’intérêt de ce dispositif textuel : « Un texte très bref, placé au bas de chaque carte, donne les explications qui s’y rapportent. Ainsi, sans dénaturer la caractère de l’Atlas, on a ajouté aux enseignements qui résultent du groupement des cartes et de l’agencement de la ‘lettre’11, un léger complément qui facilite l’intelligence des principales périodes de l’histoire et des grands phénomènes géographiques. »

Un système multi-scalaire comme système « Tout et parties »

Deux principes : connexité et analogie

Comprendre le local : intégration verticale et espaces de référence

  • 12  Nous reprenons l’expression de Georges Nicolas-Obadia (1984) qui nous semble particulièrement adap (...)

26Avons-nous épuisé les caractères du dispositif ? La préface développe deux points de vue ou deux principes de la méthode géographique, celui de connexité et celui d’analogie. En quoi, et jusqu’où les planches ou/et l’atlas les mettent-ils en œuvre ? L’étude qui suit vise à analyser la construction de ce système « tout/parties »12 dans lequel la réalisation de cet atlas prend sens.

27Un premier point de la préface stipule que l’élément de la méthode géographique appliquée ici consiste à « montrer […] une contrée sous différents aspects – comme on soumet à un jour différent les diverses faces de l’objet que l’on veut connaître – [afin de] mettre en lumière le principe de connexité qui unit les phénomènes géographiques. » Vidal précise ce point de méthode en disant encore : « Qu’il s’agit de faits climatériques, botaniques, économiques, c’est le rapport avec le lieu que j’ai cherché à noter. » Il poursuit : « La caractéristique d’une contrée est ainsi une chose complexe, qui résulte d’un grand nombre de traits et de la façon dont ils se combinent et se modifient les uns les autres. » Combinaison locale de caractères variés, donc : tel est le principe de connexité, qui engage une problématique souvent appelée verticale, celle des relations nouant entre eux des phénomènes multiples et hétérogènes qui se rencontrent en un lieu ou sur un espace donné.

28Mais ce n’est pas tout, remarque Vidal : « Il faut aller plus loin, et reconnaître qu’aucune partie de la Terre ne porte en elle sa propre explication. » On entend donc le précepte qu’il faut sortir du local, et que c’est dans cette référence extérieure qu’il faut comprendre le principe des « analogies », qu’il invoque. Reprenons sa phrase : « Le jeu des conditions locales ne se découvre avec quelque clarté qu’autant que l’observation s’élève au-dessus d’elles, et qu’on est en mesure d’embrasser les analogies que ramène naturellement la généralité des lois terrestres. » Poursuivons un peu l’explication : « Et en effet, la Terre est un tout dont les diverses parties s’éclairent mutuellement. Ce serait, conclut-il, se mettre un bandeau sur les yeux que d’étudier une contrée isolément, comme si elle ne faisait pas partie d’un ensemble. » Le deuxième principe est donc celui de l’intégration du local dans des ensembles de niveau supérieur – des catégories ou types d’espace, comme dans le cas des « chaînes de plissement d’âge récent », auquel renvoie une étude des Alpes, ou dans celui des « déserts du globe » pour le Sahara. Jusqu’ici au fond rien de nouveau par rapport à l’analyse iconographique : nous retrouvons cette notion d’espace de référence, des espaces qui peuvent, on le voit dans les explications données, ne pas être contigus à la région étudiée.

La légitimité du Tout terrestre : une méta-échelle

29Un point crucial s’impose toutefois : la référence à une entité supérieure, à la totalité qu’est la Terre, ensemble qui non seulement regroupe les innombrables « contrées » ou « parties » que l’on peut y découper, mais qui se caractérise surtout par l’unité de ses lois et donc par la légalité épistémologique qui s’attache à cette entité. Car Vidal précise plus loin sa conception d’une entité fonctionnelle liant les parties au tout en évoquant les « lois générales de l’organisme terrestre ». Ce principe de l’unité terrestre, qui confère au globe le statut d’unité spatiale de référence du point de vue de la science, engage une contrainte méthodologique indépassable. Elle consiste à référer systématiquement la partie au tout, donc non seulement la région aux ensembles voisins (soit par la proximité, soit par la ressemblance), mais plus fondamentalement la partie à la totalité englobante légitime, la Terre.

  • 13  Dans son article, Vidal rappelle les acceptions de l’unité terrestre que les savants des diverses (...)

30Peut-être doit-on voir là le sens du titre, Atlas général Vidal-Lablache ? Ce pourrait signifier, bien sûr, qu’il est général parce qu’il joint les deux dimensions d’un atlas, l’histoire et la géographie, - ce qui figure dans un sur-titre - , ou encore qu’il est général parce qu’il ne se restreint pas comme certains de ses concurrents à une catégorie de phénomènes telle la toponymie ou l’économie. En fait d’autres atlas portent ce titre, tel l’Atlas général de géographie. Physique, politique et historique de L. Dussieux (vers 1850) et encore l’Atlas général d’histoire et géographie de Pierre Foncin, publié par A. Colin avant celui de Vidal de la Blache pour les lycées et collèges. Le qualificatif de général signalerait qu’il s’agit de cartographier l’ensemble terrestre et non l’une de ses parties. Mais la confrontation avec l’usage que fait Vidal de l’expression de géographie générale, notamment dans l’article qu’il confie aux Annales de géographie en 1896 conforterait notre hypothèse : il s’agit là d’ancrer la notion de géographie générale dans ce qu’il appelle « l’unité terrestre », qui est d’ordre biologique en cette fin du XIXe siècle13. On est ici dans le cadre d’une méta-échelle (Boudon et al, 1994) qui englobe toutes les autres, qui les subsume toutes en représentant un ultime niveau totalisateur des espaces de référence possibles.

31La préface explicite longuement les contraintes de ce principe d’analogie ultime en soumettant cette « nécessité de méthode » aux contraintes éditoriales. Ne pouvant « multiplier outre mesure les cartes générales de la Terre », l’auteur a dû multiplier les ruses pour rappeler visuellement son principe : « Cette difficulté m’a préoccupé : et l’on verra par l’emploi fréquent de cartons, de figures, et de différents moyens de rappel, mon désir de tenir l’esprit toujours attentif à l’ensemble, un avertissement de n’avoir pas à séparer le cas particulier des faits généraux. » Il s’avoue « sans illusion sur la valeur de ces procédés » , faisant donc appel à la pratique de lecture pour contourner la difficulté.Retournons toutefois aux planches pour relever quelques-uns de ces modes de rappel à l’ordre, de mise en garde contre un esprit trop localiste : pour visualiser, pour rendre sensible la relation de la partie au Tout et par là pour honorer la nécessité épistémologique d’intégrer cette relation pour comprendre l’objet étudié.

Que sont les cartes générales ?

32Que seraient ces signes, ces rappels de la totalité Terre ? Que révèlent-ils du monde que l’auteur pense géographiquement signifiant, c’est-à-dire suffisamment significatif d’un état contemporain et de sa dynamique pour faire l’objet d’une sélection dans un atlas nécessairement limité ? Le choix des découpages du monde présentés dans les 124 pages et 91 planches de la partie géographique est extrêmement riche. En réduisant drastiquement le dispositif, trois cas se présentent. Dans le premier groupe de planches, un grand espace est mis en regard du pays étudié ; dans le deuxième, le pays considéré et la Terre sont mis en regard ; dans un troisième groupe, la planche figure directement la Terre par un ou plusieurs cartes générales.

  • 14  L’ensemble est une « planche » unique puisque le commentaire se poursuit d’une page à la suivante.
  • 15  Les deux commentaires sont ici indépendants. La carte européenne de l’industrie est rapprochée de (...)

33Les deux premiers cas peuvent être illustrés par de très nombreuses planches qui jouent de dispositions ingénieuses d’une double page à l’autre. Relevant simultanément de ces deux cas, la planche de la France agricole dispose ainsi sur une page une carte nationale tandis que, en face, une feuille14 des « Produits alimentaires » montre un planisphère, des cartons de vignobles français et des cartes analytiques de France (édition 1912). La planche « France. Industrie », qui présente une carte de la France industrielle entourée d’un carton sur la Lorraine et d’un autre sur les bassins houillers européens, fait face à une « Europe. Industrie » formée d’une grande carte de l’Europe et d’un planisphère des matières premières et des marchés principaux du monde15. Ce dispositif de planches économiques présente donc des cartes complémentaires organisées en poupées gigognes. La Suisse est à nouveau exemplaire de ces combinaisons, avec le planisphère, une carte de l’Europe alpine et l’aperçu des espaces humains de l’isthme européen. Quel est ce monde du planisphère ? C’est celui, attendu, sinon de la banque, du moins du négoce… Par le choix de ce carton intitulé « Extension du commerce suisse » l’auteur a signifié l’une des relations les plus pertinentes de la Suisse avec la terre entière, une relation économique internationale dont un graphique précise la consistance en soulignant la dépendance alimentaire, la faiblesse des matières premières propres et la suprématie des objets fabriqués à l’exportation. Sur le planisphère, un point rouge central apparaît, c’est la place suisse au cœur du commerce mondial.

  • 16  Il s’agit d’une feuille intitulée « Sphère terrestre », d’une planche double intitulée « Transform (...)
  • 17 Sauf la planche des voies de communications, ces sept planches prennent place en tête de l’atlas gé (...)
  • 18  Il faudrait ajouter douze cartons constitués de planisphères, qui sont plus ou moins repérés comme (...)

34Quant aux planches générales représentant la terre, elles sont peu nombreuses dans l’atlas, puisqu’elles sont constituées de sept planches16 montrant en document principal la sphère, un planisphère ou une mappemonde. On peut y adjoindre la représentation de très grandes divisions, polaires ou océaniques, soit quatre planches supplémentaires17. Au total, seulement onze planchessur les quatre-vingt-onze du recueil ont un intitulé global ou quasi-global18.

35Dans l’un ou l’autre groupe, quelques planches attirent l’attention par un curieux renversement des références. Ainsi de la planche « Océan pacifique » sur laquelle, outre quelques cartons représentant à grande échelle des îles et des archipels pacifiques, un carton figurant la France se singularise dans le coin bas, à droite de la planche, - comme sur les cartes de Levasseur : il s’agit d’une « France à l’échelle de la carte », qui se découpe en rose sur son fond continental et marin.

Document 3 : La planche « Océan pacifique » de l’Atlas général Vidal-Lablache

36On observe là, pour la première fois dans l’ordre de l’ouvrage, un renversement de la relation tout-parties puisque sur cette carte quasi-mondiale, c’est la… mère-patrie qui fait figure de référence. Ailleurs, dans le cas de l’ « Asie orientale » par exemple, une « Chine en Asie » de dimension eurasiatique et une « France à l’échelle de la carte » se côtoient. Ailleurs encore, ce sont les Îles britanniques, elles aussi en rose, qui inversent le rapport du pays – par exemple l’Australie – à un espace de référence englobant. Quelles sont donc les logiques de ces jeux de référence diversifiés ?

Ethnocentrismes et mondes de référence

37Que la visée soit parfois, comme dans les cartes de Levasseur, de rendre sensible la grandeur des contrées par le rappel d’un pays bien connu, cela est certain. D’autres signes révèlent toutefois que le propos ne se réduit pas à un artifice pédagogique et que s’impose dans l’atlas un ethnocentrisme qui contrevient à l’universalisme de la préface et des premières cartes générales.

Ethnocentrismes français et européen

38Par exemple, dans la planche « Océan pacifique », le nom des possessions françaises est souligné en rouge, les autres colonies comportant seulement l’initiale de leur métropole ; les cartons situés à gauche détaillent les colonies françaises, tandis que la droite de la planche est réservée à quelques autres archipels ; en outre le commentaire est redondant lorsqu’il note que, dans ce Grand Océan, « la France ne serait qu’une île inférieure d’un tiers à la Nouvelle-Guinée ». Sur la planche des « Grandes voies de communication », les câbles français sont distingués de tous les autres par une couleur bleue. Ailleurs le territoire français est l’étalon qui figure en commentaire. Ceci est vrai pour la carte d’Amérique du nord, dans lequel les différences d’échelles sont soulignées : « La France tiendrait 16 fois dans le Dominion et 17 fois dans les États-Unis » ; ceci vaut également pour la Suisse, avec des disproportions inversées : la contrée est « treize fois plus petite que la France… » selon les premiers mots du commentaire.

  • 19  À propos de Madagascar, et en Asie orientale, plus curieusement, dans une carte d’ensemble où l’In (...)
  • 20  Neuf avec Madagascar.

39Cet ethnocentrisme national se conjugue souvent avec le possessif, le « notre » des légendes qui s’adressent implicitement à un lectorat français. Mais il s’agit aussi d’un référent plus généralement métropolitain ou impérial, car un dispositif identique apparaît dans le cas des deux puissances coloniales, France et Angleterre, dans cette disposition cartographique « à l’échelle » des deux métropoles. Comme la France, qui figure en étalon ou mesure de quelques planches touchant de près à des colonies19, les Îles britanniques ou l’Angleterre figurent en cartons accompagnant la représentation du Canada et de l’Australie. En outre, dans l’économie générale de l’atlas, les planches consacrées à chacune de ces deux puissances sont suivies du cortège de leur empire, et chacune d’elles dispose d’un état des lieux, mondial et particulier, grâce des planches consacrées à leurs colonies assorties d’un planisphère. Le cas français précise l’espace de la francophonie et la localisation des Chambres de commerce hors d’Europe. Les empires italien, portugais et espagnol, belge et néerlandais, états-unien, ont droit chacun à un petit carton individualisé. Dans ce jeu des empires, France et Îles britanniques sont les grandes gagnantes, avec vingt-trois planches pour la première, dont huit planches de colonies20 qui suivent la présentation en quatorze planches de la métropole et qui précèdent la planche de l’« Alsace-Lorraine » ; avec dix planches pour l’Empire britannique, dont six planches pour les colonies.

40La disposition des planches dans l’atlas ajoute du sens aux divisions majeures du monde. Elle accorde ainsi aux continents une place qui est mal assignée par la seule intitulation. Parmi les continents qui en constituent une trame manifeste, l’Europe est privilégiée. Succédant à la Grande France, qui est le premier espace faisant suite aux planches générales, l’Europe est dotée d’environ cinquante-neuf planches soit trente-six encore sans la France et ses colonies, alors que les continents suivants ont droit à huit planches pour l’Asie, cinq pour l’Afrique, dix pour l’Amérique (tel est l’ordre). Vingt-et-une planches seulement sont consacrées aux territoires non-européens soit, en restituant les colonies et les territoires relevant des grands empires, trente-cinq planches au total pour l’espace situé hors Europe.

Trois mondes de référence

  • 21  L’« Avertissement » à la nouvelle édition de 1909 souligne l’importance des changements dus aux tr (...)

41Discrétion donc du niveau mondial lorsqu’il est traité seul, surreprésentation de la France, poids du fait colonial - et notamment de l’empire français, accompagné de l’omniprésence de sa métropole - , hiérarchie des continents marquée par l’européocentrisme et relégation classique de l’Afrique21 au dernier rang, tels sont les résultats de ces comptages qui enregistrent dans une certaine limite la visibilité des différents lieux de la terre et la visibilité relative des parties par rapport au tout.

42Or cette discrimination entre les grands sous ensembles de la Terre est sensible encore dans de multiples commentaires. À la lecture des légendes, il s’esquisse une série de mondes distincts qui complexifient l’unité du grand tout postulé par la préface. Coiffant parfois la mère-patrie, coiffant la métropole française et ses consœurs expansives et concurrentes (l’indication de l’évolution des « sphères » ou des « zones d’influence » ou encore des « partages d’influence » et des « sphères d’intérêt » est un fil rouge du commentaire des planches d’Asie et d’Afrique), l’Europe est dominante, mais dans des rôles distincts.

43L’Europe se trouve ainsi représentée en actrice majeure d’un monde économique en voie d’expansion. « L’industrie européenne empruntant ses matériaux au monde entier, il n’y a qu’un planisphère qui permette d’embrasser l’ensemble des contrées qui lui servent de tributaires », affirme ainsi la légende de la planche « Europe. Industrie », qui confronte une carte européenne et un planisphère. Ce monde économique serait bipolaire, avec, à côté de l’Europe, les États-Unis (et un autre pôle mineur en Inde). « Mais si l’Europe est le principal atelier du monde, elle n’est pas le seul. Les États-Unis et Bombay lui font concurrence, les uns sur les marchés d’Amérique et d’Extrême-Orient, l’autre sur ceux de l’Océan Indien », dit encore la légende. «Le plus grand courant commercial est celui qui relie l’Europe et les États-Unis ; à ses deux extrémités […] sont les deux plus grands marchés », estime le commentaire de la planche des « Grandes voies de communication ». Un réseau universel de communications est l’artisan de l’évolution de ce monde : « C’est par les chemins de fer surtout que l’Europe met sa marque sur le globe. » ; « En Australie, dans la République argentine, au Canada, on voit le réseau grandir avec la colonisation européenne ; il attaque plus timidement l’Afrique par des lignes de pénétration. Il enveloppe l’Inde, il sillonne le Japon, mais son heure ne fait que commencer en Chine. » ; « Le réseau télégraphique […] entoure le globe d’une ceinture, transmet aux marchés les plus éloignés et aux principales étapes maritimes les ordres instantanés d’après lesquels escadres ou paquebots libres (tramp steamers) peuvent régler leurs mouvements ». Ainsi, le commentaire de la planche « Grandes voies de communication » duplique le message visuel mondial des planisphères, en le renvoyant à un foyer d’initiative économique et technique européen.

  • 22  « La transformation profonde de la carte politique de l’Afrique résulte des explorations qui ont r (...)
  • 23  « Aucun lien politique solide n’existe entre les tribus qui occupent le Sahara. Le trait principal (...)

44Un second ensemble dominé par l’Europe apparaît, le monde du politique, pour une grande part confondu avec celui des empires coloniaux et par là avec l’impérialisme européen. Mais il est plus compliqué, car il existe aussi, on l’a vu, des empires centrés sur les États-Unis, et des empires plus exotiques, en Asie et en Afrique. La Chine a sa sphère, menacée sur ses côtes et par les menées russes et anglaises en Asie centrale. En Afrique, l’auteur remarque à la fois la normalisation politique qui se produit sous la coupe européenne22, l’existence d’anciens États classiques d’origine islamique menacés par cette progression européenne, et des vestiges d’un ordre politique primitif23. La géographie politique du monde est donc un ensemble en voie d’unification sur le mode de l’État occidental et de l’empire d’origine occidentale, sauf cas exceptionnel tel l’État chinois.

  • 24  « L’Afrique nègre et fétichiste du centre et du sud est officiellement partagée entre peuples euro (...)
  • 25  Ainsi, en Indochine, des « tribus regardées comme sauvages par les Annamites, qui cultivent les pl (...)

45Parmi les distinctions que nous n’avons pas marquées encore figure la grande séparatrice qu’est la civilisation. Seuls les commentaires suggèrent une telle distinction dans le monde, par quelques remarques cursives. Nous inclurions dans ce référentiel quelques notations sur la persistance du fétichisme en Afrique24. Nous y verrions aussi plusieurs analyses des populations des montagnes asiatiques, avec lesquelles les peuples riziculteurs de plaines et d’autres foyers de civilisation, au Japon et en Inde, font contraste25.

46L’économique, l’impérial, le culturel, trois mondes intermédiaires coexistent donc sous couvert de l’unité terrestre, dans des imbrications que le jeu des espaces de référence et parfois des commentaires permet de spécifier.

Conclusion

47L’Atlas général Vidal-Lablache est donc un système multi-scalaire au sens où il constitue un dispositif iconographique chargé de rendre compte de réalités composites, de contrées toutes uniques mais qui sont toutes, par essence, des entités complexes. Les contrées doivent notamment cette complexité au fait qu’elles relèvent d’espaces de référence de type et de taille extrêmement variés. Elles échappent totalement, en cela, à l’échelle unique d’un Levasseur ou d’un Reclus ; mais, multipliant les échelles, elles les font varier et elles les imbriquent, à l’inverse de l’empilement de Geddes. L’échelle, au sens cartographique du terme, est alors un artefact impliqué par l’obligation d’une représentation synoptique des entités spatiales multiples et hétérogènes qui contribuent à la connaissance géographique d’un lieu. Ce qui prévaut sur l’échelle cartographique, c’est l’espace de référence qui donne sa grandeur, sa dimension, son sens, au lieu considéré. Ce sont ces espaces de référence qui, de manière multiple « donnent l’échelle » du lieu, dans le même sens que celui d’échelle en architecturologie où, pour Philippe Boudon (1971, 1991), elle constitue une pertinence particulière de la mesure, et elle dit comment passer d’un espace à l’autre en supposant, à la différence de la « proportion » qui est un rapport strictement interne, la mesure d’un édifice ou d’une partie d’un édifice par rapport à un élément extérieur à lui-même. Parmi ces espaces de référence, et les transcendant tous comme une méta-échelle, l’espace ultime est le Tout terrestre, auquel toute connaissance géographique légitime d’une région du monde doit renvoyer en dernière instance. Trois autres espaces de référence, trois mondes englobants intermédiaires entre le local et le tout donnent aussi leurs dimensions à la compréhension des parties et du tout terrestre.

48À bien des égards, il y a une coïncidence remarquable entre la doctrine telle qu’elle apparaît dans la préface de Vidal de la Blache et la matérialité du texte et de l’image combinés dans l’atlas. Celui-ci est donc le « commentaire illustré de la méthode et de la doctrine de M. Vidal de la Blache […] un plan d’éducation géographique », ainsi que l’affirme l’un de ses rares critiques, Bertrand Auerbach (1895, p. 610-611). L’atlas fonctionne donc bien comme une métaphore de la géographie vidalienne. Mais est-il, comme le dit encore Auerbach (1895, p. 612), « exactement […] l’expression figurée de la science géographique » ? L’analyse des espaces de référence et des systèmes de référence présents dans l’atlas montre une complexité plus grande que le rapport à une ultime entité « unité terrestre » le laisserait supposer. Dans cet Atlas général, il y aurait au principe de la représentation vidalienne non pas un monde mais plusieurs mondes : des mondes qui s’enchevêtrent, se combinent parfois dans une planche ou une feuille et qui, s’ils ne sont pas pris en compte explicitement dans le projet, sont invoqués dans les commentaires ou bien rendus manifestes par divers signes iconographiques.

  • 26  On n’y voit pas de ces cartes coloriées évoquées par Le petit prince…Notons aussi que plusieurs ca (...)
  • 27  Ce thème du musée ethnographique se retrouve fréquemment dans les articles de Vidal relatifs au dé (...)

49Ces mondes sont donc au nombre de trois : un monde économique, un monde-empires, un monde-civilisations. Le monde économique, c’est un monde dualiste où l’on peut distinguer les puissances principales et leurs tributaires : les grands marchés et les réserves de ressources, avec les lignes de commerce, les entrepôts et les relais qui l’irriguent. Deux foyers, l’Europe et les Etats-Unis, dominent ce monde en expansion qui tend vers l’universalité. Le monde-empires, c’est un globe approprié en territoires exclusifs par quelques centres concurrents, c’est celui du grand partage colonial, qui admet pour échelle la métropole. Il n’y a guère de traces dans cet atlas de couleurs propres aux diverses métropoles : sauf exception, le rouge désigne ici l’attribut impérial en général. Le monde colonial vidalien édulcore donc par rapport à d’autres représentations la division de la terre26 mais, en détaillant au moins deux têtes d’empire, il se révèle moins ethnocentrique que d’autres représentations impériales du globe tel l’atlas économique de Bartholomew (1914). Enfin le troisième référentiel est constitué par le monde de la civilisation, avec sa partition en Monde occidental et Ailleurs, cet Ailleurs à qui l’ethnographie ou le musée ethnographique est réservé27. S’il est foncièrement inégal, des degrés le caractérisent probablement, ou du moins des « grandes civilisations » peuvent-elles exister au-delà du seul Occident.

50Subsumant tous ces mondes, il existe par l’image et par le verbe l’« organisme terrestre », un monde vivant, monde unique, qui est aussi celui du mouvement, de la mobilité, de la modification — celui de la vie du globe et celui de la circulation humaine, celle-ci étendant l’œkoumène à toute la Terre. Il est transcrit à la fois dans l’une des premières planches, celle des « Transformations de la surface terrestre », et dans la planche des « Grandes voies de communication ». Les rares blancs sur les cartes se rétractent comme peau de chagrin d’une édition de l’atlas à l’autre. Exploré, cartographié patiemment dans ses détails, comme le soulignent les avertissements des rééditions, ce monde est le monde « fini » de la fin XIXe-début XXe siècles. C’est celui que Reclus (1905-08) dit « prêt à s’unifier », celui que, dans un discours intitulé « les limites de notre cage », Jean Brunhes (1909) invite à explorer désormais par l’intelligence. C’est le « closed space » que reconnaissent les géographes anglophones de l’époque (Kearns, 1984). En ce tournant des XIXe-XXe siècles, ce monde fini devient le laboratoire scientifique, le « territoire » que les savants-géographes doivent reconnaître désormais par la science : « Le monde fini est point de départ, et non d’arrivée » (Palsky, 1995, p. 144-145). Ces mondes qui font référence, ces échelles ultimes donnant la mesure du monde dans l’Atlas général Vidal-Lablache, relèvent aussi de trois territoires : celui du marchand, celui du soldat colonisateur et celui du « nous et les autres ». Le territoire du savant les subsume tous dans une opération qui les ignore.

Haut de page

Bibliographie

Auerbach Bertrand,1895, « Atlas général Vidal-Lablache », Annales de l’Est, p. 609-612.

Alavoine Soizic, 2003, » Un globe terrestre pour l’exposition universelle de 1900. L’utopie géographique d’Élisée Reclus. », L’Espace géographique, 2, p. 156-170.

Bartholomew LL.D., 1914, An Atlas of Economic Geography, London, Oxford University Press.

Besse Jean-Marc, 2003, Face au monde. Atlas, jardins, géoramas, Paris, Desclée de Brouwer, 244 p.

Boudon Philippe, 1971, Sur l’espace architectural. Essai d’épistémologie de l’architecture, Paris, Bordas.

Boudon Philippe, 1991, De l’architecture à l’épistémologie, la question de l’échelle, Paris, PUF, 364 p.

Boudon Philippe, Deshayes Philippe, Pousin Frédéric, Schatz Françoise, 1994, Enseigner la conception architecturale, Paris, Les Éditions de la Villette, 316 p.

Brunhes Jean, 1909, « Les limites de notre cage », Le Correspondant, 10 décembre, p. 833-862.

Chabard Pierre, 2002, « L’Outlook Tower, anamorphose du monde », Le Visiteur, p. 64-75.

Geddes Patrick,1915, The Evolution of Cities, London, William and Nordgate.

Hamon Philippe, 1991, « La Hiérarchie : Littérature et architecture : Tout, parties, dominante », in Boudon Philippe (dir.), De l’architecture à l’épistémologie. La question de l’échelle, Paris, PUF.p.147-166.

Kearns G., 1984, « Closed space and political pratice : Frederick Jackson Turner and Halford Mackinder », Environment and planning D : Society and Space, 1, p. 23-34.

Levasseur Émile, Périgot Charles, s.d. (après 1870), Atlas de géographie physique, politique et économique (France, Europe, Terre), Paris, Delagrave.

Meynier André, 1969, Histoire de la pensée géographique en France (1872-1969), Paris, PUF, 224 p.

Nicolas-Obadia Georges, 1984, L’espace originel. Axiomatisation de la géographie, Berne, Peter Lang, 313 p.

Palsky Gilles, 1995, « Un monde fini, un monde couvert », in Poutrin Isabelle, Le XIXe siècle. Science, politique et tradition, Paris, Berger-Levrault, p. 131-145.

Palsky Gilles, 1996, Des chiffres et des cartes. Naissance et développement de la cartographie quantitative française au XIXe siècle, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 331 p.

Reclus Élisée, 1903, « L’Enseignement de la géographie », Bulletin de la Société belge d’astronomie, 1, p. 3-9.

Reclus Élisée, 1905-1908, L’Homme et la Terre, 6 vol., Bruxelles, Librairie Universelle.

Robic Marie-Claire, 1991a, « La stratégie épistémologie du mixte : le ‘dossier’ vidalien », EspacesTemps, 47-48, p. 53-66.

Robic Marie-Claire, 1991b, « Variation sur la forme : l’exercice cartographique à l’école (1868-1889) », Mappemonde, 2 et 3, p. 38-44 et 34-40.

Robic Marie-Claire, 1995, « Carte et topographie : quand pédagogues, savants et militaires définissent l’intelligence du terrain (1870-1914) », in Bousquet-Bressolier Catherine (dir.), L’oeil du cartographe et la représentation géographique du Moyen-Age à nos jours, Paris, Éditions du CTHS, p. 245-265.

Robic Marie-Claire, 2003, « Geography », in Porter Theodore H., Ross Dorothy (ed.), The Modern Social Sciences, The Cambridge History of Science, Vol. 7, Cambridge, Cambridge University Press, p. 379-390.

Robic Marie-Claire, 2004, « Note sur la notion d’échelle dans la géographie française de la fin XIXe-début XXe siècles », Cybergeo : Revue européenne de géographie, n° 264.

Vidal de la Blache Paul,1894, Atlas général Vidal-Lablache. Histoire et géographie, Paris, Armand Colin (nombreuses rééditions).

Vidal de la Blache Paul, 1896, « Le principe de la géographie générale », Annales de géographie, p. 129-142.

Vidal de la Blache Paul, 1898, « La géographie politique, à propos des écrits de M. Frédéric Ratzel », Annales de géographie, p. 97-111.

Vidal de la Blache Paul, 1903, « La géographie humaine, ses rapports avec la géographie de la vie », Revue de synthèse historique, 7, p. 219-240.

Haut de page

Notes

1  Cet ouvrage paraît de la fin 1890 à 1894, en 24 livraisons plus une livraison supplémentaire comportant l’index de plus de quarante mille noms. La page de couverture porte en titre Atlas Vidal-Lablache, avec un sur-titre figurant en haut de la page, Histoire et géographie. Elle annonce dès le début 137 cartes et 248 cartons (la numérotation des planches va jusqu’à 131 seulement à cause de l’usage d’une numérotation alphanumérique). Dans la 24e livraison, qui contient la Préface signée par l’auteur, une feuille portant le titre Atlas général Vidal-Lablache annonce la fin de la publication de l’« atlas général Vidal-Lablache », ainsi que la sortie d’un Atlas classique Vidal-Lablache et de la partie géographique de celui-ci sous le titre Atlas géographique. La couverture finale accompagnant l’index en juin 1894 et le volume portent bien ce titre d’atlas général, qui accompagne les diverses rééditions (notamment 1909, 1912, 1918 avant la fin de la guerre, 1922 – « nouvelle édition conforme aux Traités de paix », 1930). L’atlas a obtenu le prix Barbié du Bocage de la Société de géographie de Paris (1895). A défaut de la première édition de l’atlas (qui peut être consultée au Département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, Rue de Richelieu, et à la bibliothèque de l’équipe E.H.GO, 13 rue du Four), des éditions datant du début du XXe siècle se trouvent en général dans les Instituts de géographie.

2  Nous pensons au compte rendu de l’atlas publié en 1895 par Bertrand Auerbach (une analyse critique élogieuse mais approfondie et avertie, qui tente de distinguer l’ouvrage des atlas historiques classiques fabriqués par les historiens et qui veut en montrer, planches à l’appui, la doctrine géographique sous-jacente), et aux deux pages que lui consacre André Meynier (1969).

3  Cf. le dossier dans lequel il s’insère, à l’initiative de Nicolas Verdier.

4  Sur la question de l’échelle, voir Robic (2004) dans ce même dossier de Cybergeo.

5  Sur cet atlas économique une planche spéciale présente de manière synoptique les pays relevant des différents empires à l’échelle de leur métropole (Allemagne, France, Portugal, USA, Hollande), l’Empire britannique bénéficiant d’une double représentation des colonies avec les Iles britanniques, d’abord à l’échelle unique (a uniform scale) du 1/60 000 000, puis, sur la même page, à une « échelle uniforme relative à leur population blanche ».

6  Je remercie Soizic Alavoine, doctorante à E.H.GO, pour ces informations (voir sa thèse en cours sur Élisée Reclus, Paris I).

7  On remarquera le maintien du nom Vidal-Lablache utilisé pour les cartes scolaires, alors même que l’auteur semble distinguer la particule à partir de 1889 et qu’il signe la préface de son nouveau patronyme. Ses notices sont signées des initiales V.-L.

8  Nous désignons par planche une unité désignée par un titre. Elle peut aussi être numérotée dans les tables (mais pas toujours). Une planche comporte une ou deux pages. On désignera parfois par feuille une planche courant sur une seule page. Il arrive qu’une même légende coure sur deux planches distinctes par leur titre. Numéro de page et numéro de feuille se confondent ; quelques pages sont démultipliées par l’ajout d’une lettre, la numérotation des cartes s’adjoignant alors un code alphanumérique. Les planches peuvent comporter quelques variantes d’une édition à l’autre, et les légendes sont mises à jour, avant même les éditions d’après guerre qui ajustent frontières, découpages territoriaux et toponymie.

9  Les superpositions d’informations sur une même carte, du genre « croquis régional » tel qu’il a été institué à titre didactique dans les instituts de géographie d’après 1945 (par exemple par Meynier), est utilisé à dose homéopathique dans le cas de cartes économiques notamment.

10  Le commentaire débute toutefois par la qualification de la Suisse comme « rencontre » climatique de l’Europe.

11  Il s’agit de la nomenclature, dont l’Avis remarque aussi le soin qui a été accordé à sa lisibilité et à sa hiérarchie, comme sur les cartes murales. Ce point a fait aussi l’objet d’une grande attention de la part de Levasseur.

12  Nous reprenons l’expression de Georges Nicolas-Obadia (1984) qui nous semble particulièrement adaptée à la relation entre « la Terre et ses parties » explicitement travaillée par Vidal de la Blache dans l’atlas et nous retrouvons en cela les considérations sur l’échelle de Hamon (1991).

13  Dans son article, Vidal rappelle les acceptions de l’unité terrestre que les savants des diverses époques ont adoptées depuis l’Antiquité, son vocabulaire propre enregistrant l’idée de vie dans l’expression d’« organisme terrestre ».

14  L’ensemble est une « planche » unique puisque le commentaire se poursuit d’une page à la suivante.

15  Les deux commentaires sont ici indépendants. La carte européenne de l’industrie est rapprochée de la carte mondiale des « Matières premières et marchés principaux » qui oppose aux « Foyers industriels attirant et transformant les matières premières » les régions productives de matières premières et les régions hors du circuit commercial. Ce que le commentaire justifie d’ailleurs par l’incipit.

16  Il s’agit d’une feuille intitulée « Sphère terrestre », d’une planche double intitulée « Transformations de la surface terrestre », d’une feuille sur les « Comparaisons géographiques », et de planches doubles intitulées « Mappemonde : Terres et mers » « Courants&Climats », « Produits agricoles », « Voies de communications ».

17 Sauf la planche des voies de communications, ces sept planches prennent place en tête de l’atlas géographique. Les regroupements opérés ci-dessous et les nombres sont contestables car les dispositions dans l’atlas ne sont pas complètement rigoureuses. On pourrait ajouter aux grands ensembles d’autres entités sub-continentales, telles l’Inde ou l’Australie, ou le cas du Bassin méditerranéen, et évoquer les divisions intra-continentales tels les Alpes, la Plaine centrale del’Europe, l’Europe centrale ou les Balkans, l’Asie occidentale. Nombre de planches regroupent les États en ensembles, tels les pays scandinaves pour l’Europe. Enfin, très souvent, des cartons situent dans un cadrage plus large l’espace principal figuré.

18  Il faudrait ajouter douze cartons constitués de planisphères, qui sont plus ou moins repérés comme tels dans la table des matières, dont une carte des densités de population, une de la navigation fluviale et des ports, une de l’extension du commerce suisse, une des matières premières et grands marchés, une des produits alimentaires, une de l’extension des langues espagnole et portugaises et six empires.

19  À propos de Madagascar, et en Asie orientale, plus curieusement, dans une carte d’ensemble où l’Indochine est bien visible. Dans l’économie de l’atlas, Madagascar est située exceptionnellement au sein du groupe consacré à l’Afrique. En 1894, elle était sous protectorat depuis 1885, l’expédition d’avril à septembre 1895 en faisant une colonie.

20  Neuf avec Madagascar.

21  L’« Avertissement » à la nouvelle édition de 1909 souligne l’importance des changements dus aux transformations politiques, à l’extension ferroviaire et à la poursuite des explorations. « L’Afrique continue à exercer la patience des cartographes », remarque-t-il.

22  « La transformation profonde de la carte politique de l’Afrique résulte des explorations qui ont révélé l’intérieur de ce continent. La conférence tenue à Berlin (1885) marque une étape importante », dit d’entrée le commentaire de la « Carte politique », qui poursuit ailleurs : « Il eût été jadis illusoire de chercher dans les divisions de la géographie politique de l’Afrique la même rigueur et la même fixité qu’en Europe. Les délimitations précises font en partie défaut sauf dans les contrées soumises à l’action européenne », - planche « Afrique septentrionale et centrale ».

23  « Aucun lien politique solide n’existe entre les tribus qui occupent le Sahara. Le trait principal de la géographie politique est ici l’exploitation par le nomade des petits groupes sédentaires formés dans les oasis. », - id.

24  « L’Afrique nègre et fétichiste du centre et du sud est officiellement partagée entre peuples européens ; c’est un domaine qui s’ouvre, les ‘Indes noires’ », - « Afrique centrale et méridionale » ; « les expéditions [des royaumes musulmans] pénétraient de plus en plus à travers les populations fétichistes », id.

25  Ainsi, en Indochine, des « tribus regardées comme sauvages par les Annamites, qui cultivent les plaines découvertes du littoral » (« Indo-chine »), et des différences perceptibles entre Annamites du Tonkin et « populations aborigènes (Moïs, Méos) [qui] occupent les montagnes » (« Tonkin ») ; inversement, du « foyer de la civilisation japonaise » rassemblé autour de ses « fou ou capitales » (« Japon ») et de l’ancienneté de la civilisation en Inde et de l’existence de plusieurs hauts-lieux (« Mieux que d’autres foyers d’antique civilisation, l’Inde continue à montrer la puissance nourricière qu’y favorise la formation précoce d’une grande société. » ; « la vallée inférieure du Gange foyer de civilisation indigène », dans « Inde anglaise ». L’Amérique du sud aurait connu, aussi, un « développement de civilisation indigène » (« Amérique du Sud »).

26  On n’y voit pas de ces cartes coloriées évoquées par Le petit prince…Notons aussi que plusieurs cartes sont ici dues à Louis Raveneau et à Paul Dupuy et non à Vidal de la Blache.

27  Ce thème du musée ethnographique se retrouve fréquemment dans les articles de Vidal relatifs au développement de la géographie politique ou humaine, où il souligne polémiquement (parfois contre Ratzel), l’unité humaine, qui ne révèlerait selon lui qu’une différence de degrés de civilisation (Vidal de la Blache, 1898 et 1903).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claire Robic, « Un système multi-scalaire, ses espaces de référence et ses mondes. L’Atlas Vidal-Lablache », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 265, mis en ligne le 25 mars 2004, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3944 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3944

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Robic

Directeur de recherche (CNRS)
E.H.GO, UMR Géographie-cités (CNRS, Paris I, Paris VII, ENS Lettres&Sciences humaines), 13 rue du Four, 75006 Paris
robicmc@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page