Navigation – Plan du site
2005-2002
Journée à l'EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales). Echelles et territoires, Paris, France, 29 avril 2002
264

Note sur la notion d’échelle dans la géographie française de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle

Notes on the Notion of Scale in French Geography at the End of the Nineteenth Century and the Beginning of the Twentieth

Marie-Claire Robic

Résumés

Il existe peu de réflexion sur la notion d’échelle dans la géographie française de la fin du XIXe siècle. Cependant, la notion est maniée dans des débats qui relèvent du projet, pédagogique ou politique, ou de la spécificité épistémologique de la discipline, ou enfin des principes de découpage du monde.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans la géographie française de la fin du XIXe siècle, et sous réserve d’inventaire, le terme d’échelle semble réservé à la cartographie. Ainsi dans l’Atlas général Vidal-Lablache il existe une planche spéciale dédiée aux « Cartes à grande échelle », dont la légende confronte des cartes « géographique », « chorographique » et « topographique » ou à grande échelle (supérieure à 1/200 000). Un lexique reprenant la terminologie de la hiérarchie cartographique peut toutefois être utilisé en géographie pour désigner les approches distinctes, de plus en plus détaillées, qui vont du globe à l’étude régionale et à la topographie locale. Ce lexique est courant par exemple chez Bertrand Auerbach (l’un des pionniers de la géographie universitaire de la fin du XIXe siècle, proche de Vidal de la Blache, cf. Robic, 1999), qui a été l’un des premiers promoteurs de la « géographie régionale » (Auerbach, 1893), qu’il appelait dans un premier temps géographie « chorographique » (Auerbach, 1890). Au-delà de cette acception cartographique de l’échelle, plusieurs débats signalent toutefois un problème d’appréhension géographique d’espaces d’étendue ou de propriété différentes, et au total d’une pertinence inégale du point de vue de la géographie.

Tout et parties

2Ainsi lorsque Paul Vidal de la Blache (1896) étudie la signification de ce qui lui semble être le principe de la tradition géographique scientifique, l’« unité terrestre », il met en valeur l’interrelation des parties et du tout et il souligne la transcendance du tout. « L’explication n’appartient qu’à la Terre, prise dans son ensemble » (Vidal de la Blache, 1896, p. 142), affirme-t-il ainsi dans un article après l’avoir affiché dans la préface de son Atlas (cf. Robic, 2004).

3Il développe de manière récurrente l’idée de la relation fondamentale entre les parties et le tout :

L’idée que la Terre est un tout, dont les parties sont coordonnées, fournit à la géographie un principe de méthode dont la fécondité apparaît mieux, à mesure que s’étend son application. Si rien n’existe isolément dans l’organisme terrestre, si partout se répercutent des lois générales, de sorte que l’on ne puisse toucher à une partie sans soulever tout un enchaînement de causes et d’effets, la tâche du géographe prend un caractère différent de celui qui lui est attribué. Quelle que soit la fraction de la Terre qu’il étudie, il ne peut s’y enfermer. Un élément général s’introduit dans toute recherche locale. […] Ces analogies ou « conformités », selon le mot bien connu de Bacon, dès que l’homme a commencé à dominer l’ensemble des phénomènes terrestres, elles se sont signalées à son attention. (Vidal de la Blache, 1896, p. 129).

4Par la métaphore de la syllabe et du mot, il insiste sur la place dépendante du détail par rapport à l’ensemble :

Ce qu’il [Buffon] appelle l’étude ‘de la nature en grand’ n’est pas, quoiqu’on en ait dit, le mépris du détail, mais la juste subordination du détail à l’ensemble. Profondément imbu du sentiment de l’ordre et de l’enchaînement des phénomènes, il ne prétend pas étudier la nature avec des yeux de myope ; il ne veut pas fractionner des traits qui, si on les isole, ressemblent à des syllabes qu’épellerait un enfant sans l’intelligence du mot auquel elles appartiennent. (id., p. 135) 

5Il enjoint le géographe à prendre la Terre comme référence ultime de toute recherche localisée :

Un besoin de l’esprit nous pousse à rapporter le détail isolé, par lui-même inexplicable, à un ensemble qui l’éclaire. Les groupements partiels, par régions ou parties de monde, ont leur sens et leur raison d’être, mais ils ne reflètent qu’imparfaitement la seule unité d’ordre supérieur qui ait une existence sans fractionnement ni restriction. De toutes parts nous voyons se manifester des affinités qui ne cadrent point avec les divisions traditionnelles : types de côtes qui enjambent les hémisphères, types de climats qui alternent à l’est et à l’ouest des continents, déserts apparaissant d’un hémisphère à l’autre d’après la correspondance des zones. L’explication n’appartient qu’à la Terre, prise dans son ensemble. […] Au-dessus des mille combinaisons qui varient jusqu’à l’infini la physionomie des contrées, il y a des conditions générales de formes, d’étendue, de position, d’échanges, qui ramènent sans cesse l’image de la Terre. Les études locales, quand elles s’inspirent de ce principe de généralité supérieure, acquièrent un sens et une portée qui dépassent de beaucoup le cas particulier qu’elles envisagent. (id., p. 141-142)

6Vidal de la Blache s’inscrit donc bien dans une tradition de recherche sur l’échelle. Car l’interrelation entre tout et parties est l’une des composantes récurrentes de la réflexion sur la proportion et sur l’échelle (Hamon, 1991) et la prégnance de la totalité sur toute relation est primordiale, comme l’attestent en architecturologie la référence à la « dure obligation du tout » (Venturi) et le recours à une méta-échelle englobant toutes les autres, qui sont élémentaires (Boudon et al., 1994, p. 188).

7Privilégiant à l’inverse l’analyse par les parties, Lucien Gallois, le « lieutenant » de Vidal, comme on l’a souvent désigné, souligne en incipit de son livre Régions naturelles et noms de pays l’importance épistémologique du choix du cadrage régional adopté : « Le choix des divisions qu’il convient d’adopter dans l’étude des différentes régions du globe dépend de la conception même qu’on a de la géographie. » (Gallois, 1908, p. 1).

8Ces deux textes majeurs de l’école française de géographie émergente balisent des réflexions sur les composantes scalaires de la géographie, dont la division entre géographie générale et géographie régionale (ou spéciale), triviale pendant longtemps, est une expression. Mais ils orientent aussi vers des réflexions sur la spécificité de la démarche géographique et sur les correspondances entre tout et parties qui entrent en résonance avec d’autres manières d’envisager l’échelle que sa définition cartographique. Elles signalent une certaine complexité, évoquant des problèmes de pertinence, de correspondance, d’extériorité, qui ont été approfondis dans d’autres démarches disciplinaires telles celles engagées encore en architecturologie (Boudon, 1971 et 1991).

Projet et pertinence

9Aussi peut-on aller au-delà de la référence convenue au couple général/régional (versus local) dans l’étude de l’intérêt accordé aux échelles dans la géographie de la fin du XIXe siècle. Sans penser tendre à l’exhaustivité et en première approche, on pourrait évoquer trois ou quatre dimensions des débats qui animent les géographes dans cette période. Notons avec M.-V. Ozouf-Marignier (2000) que, s’il est souvent question du rôle du petit « pays » et de la « région naturelle », le débat est loin de s’y réduire.

  • 1  Enseignant en Sorbonne, spécialiste de géographie coloniale, Dubois a cofondé avec Vidal de la Bla (...)

10L’une de ces dimensions relève du projet poursuivi, qui peut être notamment pédagogique, scientifique ou politique. Ainsi des interrogations des géographes sur le cadre approprié pour enseigner ou pour organiser territorialement la France : petit pays, région, province, ou territoire national ? En témoignent par exemple des articles de Paul Vidal de la Blache (1888) et de Marcel Dubois1 (1892) qui entrent dans une polémique pédagogique, Dubois critiquant un enseignement qui prendrait le parti, beaucoup trop particulariste selon lui (et qu’il attribue à tort au projet vidalien), d’adopter un découpage en pays pour enseigner la géographie de la France. Les travaux de Vidal de la Blache sur la région (1910) et ceux d’Élisée Reclus sur le pays (1905) participent, avec beaucoup d’autres (Ozouf-Marignier, 2000), d’un débat politique sur la décentralisation.

11Une autre dimension de débat est épistémologique. Elle relève donc d’un projet scientifique, car elle engage une réflexion sur les types de savoir ou de pratique cognitive engagés. Il s’agit alors de définir la géographicité propre d’une opération de découpage spatial, tel l’acte de discerner des entités régionales complexes, qui distingue le géographe des autres praticiens, par exemple le géologue et le botaniste :

  • 2  Voir aussi Gallois, 1908, qui vise notamment les géologues.

S’il suffit au géologue, pour discerner un pays, de déterminer la composition du sol, le géographe – ou plus modestement le chorographe – ne saurait se contenter de cette primordiale constatation. Un pays n’est pas seulement une individualité physique, il est aussi une individualité politique (dans le sens le plus large du mot) […] (Auerbach, 1890, p. 176)2.

12Certains géographes vont jusqu’à constituer le petit pays en « cellule » de base du système géographique, en étalon de mesure :

De même qu’il existe des unités métrique et tactique [ou encore, en 1893, p. XII : monétaire], l’on pourrait dire que le pays est l’unité géographique. (Auerbach, 1890, p. 176)

Les pays s’agrègent comme les cellules vivantes d’un organisme qui est la patrie. (Auerbach, 1893, p. XV).

13L’un des combats consiste à découvrir des entités « naturelles », en opposition à l’arbitraire ou à la contingence du découpage administratif, comme l’affirment volontiers Vidal de la Blache (1888), Reclus (1905) et Gallois, 1908) :

[…] il serait peu raisonnable de prendre pour guide, en matière géographique, des divisions historiques ou administratives. […] Quand on repasse en esprit les incidents historiques, les hasards de succession, les nécessités de circonstance qui ont influé sur la formation de ces groupements territoriaux, on conçoit quelque doute sur l’accord qui peut exister entre une province et une région naturelle. (Vidal de la Blache, 1888, p. 3)

14Plus originale est la distinction opérée par Gallois (1908) lorsqu’il prétend que le géographe sait discerner la « région géographique » là où le sens commun distingue plus volontiers des entités de taille inférieure.

15Une deuxième dimension scientifique concernerait la pertinence théorique ou méthodologique. On distinguerait dans cet ordre la question du « bon découpage » qui, depuis Strabon, propose de rechercher les linéaments naturels d’un espace, comme un anatomiste qui opère selon les joints et les masses organiques du corps à détailler. Si ce réflexe géographique se retrouve dans l’usage de la métaphore organiciste, dans la recherche de la cellule de base d’un organisme, à la manière d’Auerbach, ou dans la détermination des parties d’une individualité (cf . Vidal de la Blache), la démarche est peu théorisée.

16Les vues de Dubois (1898) sur l’inégal intérêt que représentent les régions du globe selon leur degré d’humanisation pourraient éventuellement entrer dans ce cadre, car elles induisent à ses yeux une inégale complexité, donc des conséquences sur les systèmes de causalité et sur les échanges interdisciplinaires à promouvoir :

Ce [les régions polaires] sont parages où le rôle du physicien prime et efface à peu près celui du géographe. […] la première condition d’une étude des rapports entre la terre et l’homme, est apparemment l’existence d’êtres humains. L’intérêt diminue ou s’accroît suivant qu’on envisage des pays plus ou moins peuplés, d’une civilisation plus ou moins complexe. Au désert, c’est une étude poignante de misère, d’oppression, d’épreuve de l’être humain, mais une étude relativement simple, puisque c’est à peu de chose près, celle de l’action climatérique rigoureuse sur des groupes d’hommes très clairsemés. Combien complexe et délicat au contraire l’art d’analyser, dans un pays comme le nôtre, la part de chacune des conditions, physiques ou humaines, naturelles ou historiques, dont le jeu nous éblouit ! (Dubois, 1898, p. 241-242)

17On inclurait certainement dans ce problème de pertinence scientifique les réflexions cursives d’un Gallois (1898 et 1908) sur les « principes de différenciation » du globe, car il signale la hiérarchie menant des grandes divisions zonales, produites par le facteur climatique, aux petits pays, liés au facteur pédologique, en passant par l’altitude et par la causalité géologique :

Mais les phénomènes de climat agissent généralement sur des aires assez étendues, et si, dans l’intérieur de ces aires, on veut faire une étude de détail, n’est-ce point au relief, à la nature du sol, qu’il faudra prêter attention ? » (Gallois, 1899, p. 43-44)

« Mais suivant que l’on considère à la surface du globe des régions plus ou moins étendues, l’importance relative de ces causes [de différence physionomique] augmente ou diminue. La plus décisive, celle qui marque le plus puissamment son empreinte, c’est, sans aucun doute, le climat. […] Mais le climat ne détermine que de très grandes régions. […] Après le climat, ce qui introduit la plus de différences dans les régions du globe, c’est l’altitude […]. Ces unités [simples] on ne les rencontre vraiment que dans les pays de faible relief, et il n’y a plus alors qu’un seul principe de différenciation qui intervienne : la nature du sol. (Gallois, 1908, p. 217-219)

18Enfin, une dimension empirique est présente dans les analyses relatives aux dimensions contemporaines de l’action telles qu’elles sont menées notamment par Vidal de la Blache à propos des régions françaises (Vidal de la Blache, 1910). La confrontation avec ce que nous appellerions aujourd’hui un changement d’échelle de la vie économique le conduit à esquisser une théorie de la relativité des divisions régionales, fonction de la capacité historique de mobilisation des hommes et des marchandises. Ici, l’ampleur des transformations sensibles au cours du XIXe siècle le conduit à discuter effectivement de changements qualitatifs de relations liés à des changements quantitatifs de vitesse et capacité de transport et à des changements qualitatifs dans la production. « Mesure », « proportion » et « disproportion », « rapport », « étendue », et enfin « échelle » appartiennent alors à son vocabulaire pour signifier un dimensionnement nouveau des projets d’organisation spatiale à concevoir :

Qu’arrivera-t-il si ce cadre [l’ancien département] rétrécit la vue, s’il nous trompe sur les proportions, s’il fausse les rapports ? Ce ne serait point d’un simple remaniement administratif, d’une sorte de mise au point qu’il s’agirait : il y aurait à corriger une périlleuse illusion d’optique, à prévenir le vice de conformation que l’usage d’un mauvais instrument risque de produire dans l’organe […] Or il nous semble qu’il existe en effet dans ce cadre et les phénomènes qu’il prétend circonscrire, une disproportion qui va s’accentuant, et que les législateurs de la Constituante étaient dans l’absolue impossibilité de prévoir. […]Une conséquence de ces changements a été que les mesures auxquelles nous étions habitués à rapporter les choses se sont modifiées. On s’est rendu compte que toute action pour être efficace doit prendre plus de champ, embrasser plus d’espace, coordonner un plus grand concours d’efforts. Le mot d’évolution dont on fait fréquent abus, est ici d’application stricte ; c’est le seul qui rend compte de l’allure progressive et générale du phénomène. (Vidal de la Blache, 1910, p. 822-823)

Les rapports d’étendue ont subi une profonde transformation. (id., p. 828)

La carte qu’on trouvera plus loin montre, mieux que ne le feraient sans doute de plus longues explications,l’application qui d’après nous pourrait être faite de certains principes généraux. [Il existe d’ailleurs] des tentatives pour coordonner des efforts embrassant plus d’espace, organiser des œuvres collectives sur une plus grande échelle et avec une plus grande étendue de moyens. (id., p. 845-846).

19Sa proposition de carte des « groupements régionaux » traduit iconographiquement cette nouvelle échelle du projet politique moderne. La métropole, ou « nodalité » régionale, est promue comme pivot de l’organisation nouvelle à l’échelle nationale.

20Mais ces propos souvent au fond polémiques ne se transcrivent pas dans des œuvres programmatiques ou de synthèse. Le Dictionnaire d’Albert Demangeon (1907) n’évoque que l’échelle cartographique. Quant au traité consacré aux Sciences géographiques, l’ouvrage d’un hétérodoxe de l’école française de géographie, Camille Vallaux (Orain, 2003, p. 64-66), il n’engage pas non plus de discussion sur la notion d’échelle, sauf définition de la géographie comme science de groupements ou d’ensembles spatiaux : science « molaire » (et non pas moléculaire) ou de l’observation des « choses de la surface du globe par masses » (Vallaux, 1925) qui distingue le géographe des naturalistes par exemple. Ce parti pris l’amène à envisager des méthodes de description synthétique régionale, fondées sur le « tour d’horizon » paysager, et des recherches d’ordre statistique qualifiant l’« ordre de grandeur » caractéristique de tel ou tel élément quantifiable (comme l’hydrographie, la population, etc.). Mais ce projet méthodologique visant l’étude de la différenciation régionale de la surface terrestre ne débouche pas sur un problème scalaire spécifié.

21Au tournant des XIXe et XXe siècles, sans être un problème complètement nouveau semble-t-il, mais dans le contexte de la promotion de la géographie au sein de pratiques cognitives concurrentes, la question de la « bonne échelle » pour la géographie suscite donc prises de position et discussions engageant les divers modes de la pertinence géographique.

Haut de page

Bibliographie

Auerbach Bertrand, 1888, « Caractère et tendance de la science géographique », Annales de l’Est, II, p. 44-66.

Auerbach Bertrand, 1890, « La Lorraine, essai de chorographie », Revue de géographie, I, p. 175-185.

Auerbach Bertrand, 1893, Le Plateau lorrain. Essai de géographie régionale, Paris, Nancy, Berger-Levrault.

Boudon Philippe, 1971, Sur l’espace architectural, Paris, Dunod.

Boudon Philippe (dir.), 1991, De l’architecture à l’épistémologie. La question de l’échelle, Paris, PUF.

Boudon Philippe, Deshayes Philippe, Pousin Frédéric, Schatz Françoise, 1994, Enseigner la conception architecturale, Paris, Les Éditions de la Villette.

Demangeon Albert, 1907, Dictionnaire de la géographie, Paris, Armand Colin.

Dubois Marcel, 1892, « Question de méthode », Avertissement de la Géographie de la France et de ses colonies, Paris, Masson.

Dubois Marcel, 1898, « La géographie et l’éducation moderne », Revue internationale de l’enseignement, XXXV, p. 232-243.

Gallois Lucien, 1908, Régions naturelles et noms de pays, Paris, Armand Colin.

Hamon Philippe, 1991, « La Hiérarchie : Littérature et architecture : Tout, parties, dominante », in Boudon Philippe (dir.), De l’architecture à l’épistémologie. La question de l’échelle, Paris, PUF, p. 147-166.

Orain Olivier, 2003, Le plain-pied du monde. Postures épistémologiques et pratiques d’écriture dans la géographie française au XXe siècle, Thèse de doctorat, Université de Paris I, 405 p.

Ozouf-Marignier M.-V., 2000, « Le Tableau et la division régionale : de la tradition à la modernité », in Robic M.-C. (dir.), Le Tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de la Blache. Dans le labyrinthe des formes, Paris, Éditions du CTHS, p. 151-181.

Reclus Élisée, 1905, Introduction au dictionnaire géographique et administratif de la France, Paris, Hachette.

Robic Marie-Claire, 1999, «Bertrand Auerbach (1856-1942), éclaireur et “ sans grade” de l’école française de géographie », Revue géographique de l’Est, 39 (1), p. 37-48.

Robic Marie-Claire, 2004, « Un système multi-scalaire, ses espaces de référence et ses mondes. L’Atlas Vidal-Lablache », Cybergeo : Revue européenne de géographie, n° 265.

Vallaux Camille, 1925, Les Sciences géographiques, Paris, Félix Alcan.

Vidal de la Blache Paul, 1888, « Des divisions fondamentales du sol français », Bulletin littéraire, 10 octobre et 10 novembre, p. 1-7 et 49-57.

Vidal de la Blache Paul, 1896, « Le principe de la géographie générale », Annales de géographie, p. 129-142.

Vidal de la Blache Paul, 1910, « Régions françaises », Revue de Paris, 10 décembre, p. 821-849.

Haut de page

Notes

1  Enseignant en Sorbonne, spécialiste de géographie coloniale, Dubois a cofondé avec Vidal de la Blache les Annales de géographie en 1891, mais a été vite écarté de cette direction.

2  Voir aussi Gallois, 1908, qui vise notamment les géologues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claire Robic, « Note sur la notion d’échelle dans la géographie française de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 264, mis en ligne le 24 mars 2004, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3961 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3961

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Robic

Equipe E.H.GO, UMR 8504, Géographie-cités (CNRS, Université de Paris I, Université de Paris VII, ENS Lettres &Sciences humaines)
robicmc@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page