Navigation – Plan du site
2003
238

Nouvelles temporalités, changements spatiaux et inégalités sociales. L’exemple des villes pétrolières du Casanare (Colombie)

New times, spatial change and social inequalities. The example of oil producing cities of Casanare (Colombia)
Jean-Marc Fournier

Résumés

L’objectif de cet article est d’essayer de montrer, à partir de l’exemple de villes pétrolières colombiennes, les liens entre recomposition des temporalités et évolution des espaces géographiques. Dans une perspective de géographie sociale, on cherche également à saisir les conséquences de ces transformations sur les inégalités sociales. Sont identifiés des espaces-temps qui s’esquissent à peine ou qui sont au contraire fortement définis : les espaces-temps pétroliers liés à la mondialisation, les espaces-temps des élites dites circulantes, les espaces-temps des travailleurs du pétrole, les espaces-temps des couches populaires qui vivent dans les périphéries, les espaces-temps très fluctuants de la guérilla, les espaces-temps festifs devenus plus marchands, les espaces-temps des spéculateurs qui contrarient la planification urbaine, etc.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le début des années quatre-vingt-dix, la découverte puis l’exploitation de pétrole dans le département du Casanare ont provoqué l’arrivée de très nombreux migrants et des changements spectaculaires. La présence d’acteurs locaux, nationaux et internationaux, d’horizons socialement divers, et dont les logiques et intérêts ne sont pas basés sur les mêmes échelles de temps, a conduit à une diversification rapide des temporalités. La notion de temporalité fait ici référence au temps vécu au niveau individuel comme au niveau collectif. C’est fondamentalement le temps dont la société fait l’expérience (Akoun et Ansort, 1999). L’objectif de ce texte est de tenter de saisir les recompositions temporelles en cours et leurs éventuels liens avec les changements de l’espace géographique. Dans une optique de géographie sociale, on cherche également à montrer les interférences entre ces recompositions et les inégalités sociales. La maîtrise du capital temps et du capital espace, entendus comme la capacité à conjuguer différentes temporalités pour en tirer parti et comme l’aptitude à pratiquer des espaces géographiques à différentes échelles pour en tirer avantage, semble en effet devenir un élément important de la mobilité sociale, qu’elle soit ascendante ou descendante.

2Deux hypothèses majeures sont avancées. La première part de l’idée qu’à l’avenir, les villes changeront peut-être autant, voire plus, temporellement que spatialement (Ascher, 1997a). Depuis quelques années, les publications sur les temps des villes ont en effet été multipliées dans le contexte européen et français avec des apports théoriques s’appliquant à bien d’autres régions du monde (Boulin et Mückenberger, 2002 ; Paquot, 2001 ; Bailly et Heurgon, 2001 ; Ascher et Godard, 2000 ; Pény et Wachter, 1999). Une des idées maîtresses qui en émerge est que, au cours des dernières décennies, les changements temporels ont peut-être été moins importants que les changements spatiaux (Ascher, 1997a). Les surfaces urbanisées ont doublé, des quartiers entiers ont disparu ; des espaces immenses ont basculé dans l’urbanisation. Dans la même période, l’organisation temporelle de la vie quotidienne a certes évolué, mais probablement beaucoup plus lentement. Dans le contexte particulier des villes pétrolières colombiennes, peut-on affirmer que les changements temporels sont plus importants que les changements spatiaux ? Comment ont évolué les temporalités dans le cadre du boom pétrolier ? Les stratégies d’appropriation et de contrôle de l’espace géographique sont-elles liées à l’apparition de nouveaux temps ?

3La seconde hypothèse retenue est la suivante : la diversité croissante des temporalités et les pratiques spatiales socialement différenciées contribuent à reproduire les inégalités sociales. De nombreux auteurs observent en différents points du globe une tendance à l’éclatement spatial, à la dispersion temporelle, à l’individualisation des modes de vie et à la désynchronisation. Les groupes sociaux, les classes d’âges et les genres n’ont ni les mêmes emplois du temps, ni les mêmes « emplois d’espaces » (Paquot, 2001). Ils n’ont pas non plus les mêmes moyens de gérer et de maîtriser leurs « espaces-temps ». La notion d’espace-temps se réfère ici, pour en donner une définition minimale, à un mode d’organisation du temps particulier associé à une organisation spécifique de l’espace géographique. On considère que les structures et les fonctions de l’espace géographique sont construits pour répondre aux découpages des temps de la société, qu’ils soient économiques, sociaux, politiques ou culturels. Dans un contexte colombien marqué par l’incertitude socio-économique, les citadins se feraient stratèges du juste-à-temps et de la gestion simultanée de tâches multiples. Le temps deviendrait en conséquence un des critères d’exclusion : être exclu de la société, ça serait être exclu du temps comme du lien social (Chesnaux, 1996). Les catégories socialement les plus démunies seraient aussi celles qui seraient les moins aptes à moduler leurs temps, à l’adapter, à l’ajuster et à le recomposer.

  • 1 Institut de Recherche pour le Développement.
  • 2 Centre d’Etudes sur le Développement Economique de l’Université des Andes à Bogota.
  • 3 Une quinzaine de chercheurs ont participé à ces travaux, et notamment à la réalisation d’une enquêt (...)
  • 4 Intégralement enregistrés et dactylographiés, ces 167 entretiens ont été rassemblés dans un rapport (...)
  • 5 Analyse des Lexèmes Co-occurents dans les Enoncés Simples d’un texte.
  • 6 Une douzaine d’entretiens complémentaires a été effectuée auprès d’administrations publiques (servi (...)
  • 7 On a d’abord repéré dans les entretiens les informations relatives au temps afin d’établir une prem (...)

4Cette étude repose fondamentalement sur l’analyse de trois villes : Yopal, 43 000 habitants en 1996 et capitale administrative du Casanare ; Aguazul et Tauramena, respectivement 11 000 et 7 000 habitants, qui sont les plus grandes concentrations urbaines à proximité de la principale plate-forme pétrolière et des puits. Ce travail s’inscrit dans un programme de recherche beaucoup plus large sur les mobilités dans le Casanare associant l’IRD1 et le CEDE2et coordonné par F. Dureau et C.-E. Flórez3. L’interprétation ici présentée est orientée par l’usage de diverses sources d’information. Il s’agit tout d’abord de l’enquête qualitative réalisée par M.-C. Hoyos et I. Salazar (1997) qui rassemble 167 entretiens4 qui ont fait l’objet d’une analyse qualitative doublée d’une analyse textuelle par le logiciel Alceste5. Nous avons complété cette information par nos propres entretiens sur le terrain6. Cet échantillon n’étant que partiellement représentatif de la société locale, nous avons constitué une base bibliographique de nombreux rapports produits par divers acteurs locaux, régionaux et nationaux. En Colombie, relativement peu de régions ont fait l’objet d’autant d’études aussi récentes. Pour l’ensemble de ces sources, la question du temps n’était pas directement posée. C’est a posteriori l’importance des références au temps qui nous a conduit à les rechercher systématiquement et à tenter de les interpréter7. Cet article s’intéresse donc aux résultats de ces travaux et à leur interprétation dans le cadre général des liens entre temps et espaces.

5L’étude des temporalités et des impacts spatiaux qui en découlent mobilise diverses notions relatives au temps. Dans cette étude, le boom pétrolier correspond à la période qui débute en 1991. Les bouleversements marqueront durablement la région : on peut d’ores et déjà parler d’une époque pétrolière. Celle-ci comprend diverses phases industrielles, économiques et urbaines liées à la succession des travaux et à l’organisation des chantiers. Lorsque ces phases se renouvellent dans un ordre immuable et sans discontinuité, on peut parler de cycle pétrolier. Par ailleurs, de nouveaux rythmes apparaissent illustrés, par exemple, par la contractualisation du travail : la durée du travail change, les horaires sont décalés et les emplois du temps sont modifiés. On observe également de nouveaux moments, nocturnes ou festifs par exemple, ou des instants telles les opportunités d’embauche à saisir dans de courts intervalles de temps. Enfin, limité aux années quatre-vingt-dix, ce travail n’intègre pas le temps long de l’histoire.

Phases et rythmes de l’industrie pétrolière

6Les activités pétrolières sont organisées autour de quatre grandes phases successives qui définissent un premier grand découpage chronologique (Dureau et Flórez, 2000). La première phase, dite d’exploration, consiste à réaliser des études de faisabilité par l’appréciation des réserves de pétrole et des bénéfices financiers potentiels. La deuxième phase vise à effectuer de nombreux travaux : il s’agit d’une période d’emploi intense de travailleurs qualifiés et non qualifiés pour construire les routes, les ponts, les puits, les oléoducs, etc. La troisième phase est celle du pompage puis du transport du pétrole brut qui nécessite beaucoup moins de personnes. Une quatrième phase peut être identifiée : celle du raffinage et de la fabrication de produits dérivés avant exportation. Mais elle ne s’applique pas dans le cas du Casanare puisque le pétrole est acheminé brut par oléoduc jusqu’à la côte atlantique, avant d’être exporté. La diversification des activités industrielles locales en est d’autant plus réduite. La durée de chacune de ces quatre grandes phases peut être très variable, elle peut s’étendre sur plusieurs mois comme sur plusieurs années. Il existe de nombreux décalages temporels d’un gisement à un autre qui s’expliquent notamment par la rotation des compagnies spécialisées dans une tâche particulière. D’un point de vue de la mise en valeur de l’espace géographique, la région peut être comparée au modèle économique et spatial, récurrent en Amérique latine, de l’enclave minière et du front de colonisation (Bataillon et al., 1991) : c’est une région rurale et périphérique qui a été radicalement transformée, urbanisée et intégrée dans l’économie mondiale en quelques années. L’espace géographique est utilisé de manière très ponctuelle et répond en grande partie aux seuls besoins du système productif pétrolier.

Un univers hors-sol lié au monde par le temps

7La principale plate-forme pétrolière a été construite dans une zone initialement dépourvue de route et très isolée. Sa localisation est exclusivement justifiée par la présence de pétrole. C’est paradoxalement un monde hors-sol. Il s’agit d’un monde clos, en marge de la réalité locale, qui regroupe les lieux de stockage, tant du pétrole, des matériels que des hommes. C’est un univers équipé des technologies industrielles les plus avancées, grillagé et surveillé nuit et jour par des militaires. En dépit de la violence et de l’insécurité, le travail de nuit a été imposé pour réaliser des tâches continues ou urgentes : le temps est ici clairement un gisement de productivité (Flórez et al., 1999). Ce lieu de travail est aussi un lieu de résidence, de détente - on y trouve une piscine - où il est possible de rester de longs moments. Les logements en préfabriqué sont mobiles : à tout moment, ils peuvent être démontés pour être remontés dans une autre région. Comme ailleurs, la volatilité des implantations industrielles et leur fonctionnement en réseau tendent à s’affranchir de la durabilité du cadre bâti (Fournier et Gouëset, 2000). Le système d’exploitation du pétrole est par ailleurs basé sur des associations de compagnies qui ne sont pas figées puisque plusieurs recompositions ont déjà eu lieu. Il existe une douzaine d’associations mais une compagnie prédomine : British Petroleum Exploration. Le système de sous-traitance qui associe de grandes entreprises internationales est également sujet à une certaine volatilité industrielle.

8Les temps des compagnies pétrolières sont ceux de la ponctualité des horaires, de la programmation des flux de capitaux, des retours sur investissement qui exigent le respect de calendriers prévisionnels. Ces temps sont liés aux temps mondiaux des cotations en bourse des compagnies et des cours du pétrole. Une hausse ou une baisse des prix du pétrole peut inciter à développer ou à diminuer les activités locales. De la sorte, la mondialisation synchronise les cycles économiques et tend à unifier les cycles d’activité jusqu’aux échelles les plus fines.

Le découpage postfordiste du temps par les compagnies pétrolières

  • 8 « Cela fait un an et demie que je vis ici (…). Je ne sais pas si je vais rester ici ou non. Tout dé (...)

9Pour les employés directs des compagnies, les contrats de travail durent 28, 30 et plus rarement 45 jours, en fonction des aléas du déroulement des tâches et des impératifs des cahiers des charges. Ces temps de travail sont intenses et flexibles, certains salariés pouvant être mobilisés à tout moment, de jour comme de nuit. Une période de repos s’en suit car la législation colombienne oblige à recruter pour un an tout salarié ayant travaillé plus de 60 jours consécutifs (Dureau et Flórez, 2000). Ce système permet également de pallier la grande variabilité des besoins en effectifs et l’importance des demandes d’emplois. Les nouvelles manières de produire réorganisent et ajustent les rythmes de travail humain. Il en découle des incertitudes pour les travailleurs8.  

  • 9 « Mon travail est temporaire (…). Cela fait dix ans que je travaille là-dedans. Combien de temps ça (...)

10Le système de production fait appel à une très forte sous-traitance. Il offre classiquement la possibilité de réduire rapidement les activités et les heures improductives tout en s’affranchissant des questions sociales de licenciement. Mais surtout, cette externalisation démultiplie les employeurs et évite la concentration des pressions financières de la part des groupes armés sur quelques compagnies pétrolières, de surcroît étrangères. Nombreuses sont les entreprises spécialisées dans la soudure, la plomberie, la géodésie, les forages géologiques, le transport de produits pétroliers, etc. Cette chaîne d’entreprises crée une grande quantité d’intermédiaires. Les travailleurs perçoivent la précarité mais aussi la liberté, toute relative, qu’offre ce système en terme de temporalités comme en terme d’opportunité salariale9.  

11Le système de location de véhicules illustre bien les ambiguïtés de cette organisation du travail. Les compagnies pétrolières louent en effet à la journée des véhicules avec chauffeur pour le transport de personnels ou de matériels. Ces activités se sont vites révélées très lucratives. De nombreux indépendants ont alors vendu un bien, un terrain, une petite exploitation agricole, ou encore un commerce pour pouvoir s’acheter un véhicule. L’offre ayant fortement augmenté, les compagnies sont devenues logiquement plus exigeantes en choisissant les véhicules les plus récents et dotés des dernières normes de sécurité. Pour ne pas être exclu du marché et renouveler son véhicule à temps, il faut désormais l’amortir plus rapidement. Les conséquences négatives d’une baisse soudaine de l’activité sont importantes pour ces personnes qui ont parfois risqué tout leur capital financier et qui ne sont bien souvent que des chefs d’entreprises improvisés d’un jour à l’autre. Au quotidien, ces personnes connaissent de longs temps d’attente, non travaillés et non payés, et des temps de travail intenses où aucune opportunité ne peut être perdue. Et sur ce marché devenu étroit, le système de paiement différé jusqu’à plusieurs mois pénalise les petites entreprises (Flórez et al., 1999).

12Pour de nombreux secteurs d’activité, le comportement spéculatif des entreprises est important. La haute rotation de personnels offre potentiellement des emplois à un large éventail d’individus. Mais ces emplois sont très flexibles et ils ne permettent pas de stabiliser durablement les revenus des foyers (Fournier et Gouëset, 2000). Certains entrepreneurs déplorent la trop forte rotation de personnels qui empêche de professionnaliser certaines tâches. La pratique du rebusque, la recherche d’activités complémentaires le soir ou le week-end, en vue d’obtenir un supplément de salaire, compartimente les emplois du temps et amène à se déplacer constamment. Si les horaires administratifs ou scolaires suivent les normes et les calendriers nationaux, les rythmes et la durée du travail, les phases d’organisation des chantiers, etc. définissent les temps des compagnies pétrolières qui accélèrent les rythmes antérieurs des sociétés locales. L’introduction d’un découpage postfordiste du temps dans une région jusqu’alors relativement isolée modifie pour tous les temporalités.

Les dimensions sociales de la construction des temps et des espaces

  • 10 « On se rend compte qu’il y a des personnes qui arrivent ici et qui n’ont pratiquement rien. Mais i (...)

13La rapidité de la réussite de quelques migrants est spectaculaire. Néanmoins, elle est loin d’être partagée par tous. Des inégalités sociales liées à la gestion des temporalités apparaissent10. L’étude de deux groupes sociaux bien distincts, les migrants socialement défavorisés et l’élite dite circulante, nous permet de saisir quelques aspects de ces inégalités sociales tant dans leurs rapports au temps que dans leurs incidences géographiques.  

Les stratégies spatio-temporelles des migrants socialement défavorisés

14Les malleros sont des travailleurs en attente sur les lieux de grands chantiers, qu’ils soient pétroliers ou non. Pour les compagnies pétrolières, c’est un réservoir de main d’œuvre mobilisable à tout moment. Il s’agit d’une forme de travail itinérant. Le système fonctionne par recrutements massifs et ponctuels (Flórez et al., 1999). Dans les représentations collectives, ce groupe, qui peut totaliser plusieurs centaines de personnes, se déplace avec les entreprises d’une région à une autre, d’un chantier à un autre. Il existe une mémoire des anciens chantiers et une certaine histoire du groupe. Parfois plus légendaire que réel, ce passé est construit en référence à d’autres lieux, ce qui n’aide pas à se projeter durablement dans un espace local. Pour les malleros, les espaces sont investis successivement dans le temps et non dans une logique réticulaire et pour une même période de temps.

  • 11 « Ici, il y a des gens qui vont et qui viennent sans arrêt. Et quand ils ne travaillent pas ici, il (...)

15Il est difficile de quantifier ces travailleurs en attente. Les enquêtes ont cependant montré la grande variabilité des taux de chômage et des effectifs (Dureau et Flórez, 2000). La gestion de cette ressource humaine qui ne travaille pas nécessite, selon les témoignages des employeurs, parfois plus de travail, de doigté et de subtilité que la gestion du personnel effectivement employé. Dans une certaine mesure, les employeurs disposent du temps des malleros. En effet, cette attente unilatérale n’est pas un temps libre : il n’y a pas la possibilité de chercher un emploi ailleurs alors que les occasions d’exercer des activités temporaires sur place sont réduites. L’attente fait donc partie du travail puisque c’est une condition pour y avoir accès11. Pour certaines personnes, l’attente n’est pas forcément perçue comme une perte de temps. Mais si l’attente est trop longue, le départ s’impose à cause du coût de la vie plus élevé qu’ailleurs.  

  • 12 « Je suis venu l’année dernière pour travailler. Je suis resté deux mois, je ne connaissais personn (...)

16Pour les migrants en dehors des malleros qui connaissent des employeurs, des contremaîtres ou qui ont un bon réseau de connaissances, il est envisageable d’habiter à distance et de se déplacer rapidement le moment venu. On peut ici avancer la notion de multiterritorialité puisque le « temps de veille » de l’emploi à saisir n’oblige pas à être sur place. La notion de multiterritoire est ici entendue comme la pratique et l’appropriation régulière de plusieurs espaces qui peuvent être très divers et sans lien les uns avec les autres. Les réseaux sociaux de solidarité jouent dans ce cadre un rôle important (Hoyos et Salazar, 1997). Ils font appel à la famille, aux amis, aux connaissances et fonctionnent souvent d’après les lieux d’origine. Par exemple, un migrant fait venir un ami de sa ville d’origine. Il l’accueille afin qu’il obtienne un travail préalablement convoité. Son temps d’accès au marché du travail est réduit si on le compare à un migrant qui n’est pas intégré dans un réseau local12. Pour pallier cet handicap, les migrants les moins aidés cherchent à habiter le plus proche possible des lieux de recrutement et de travail. La stratégie spatiale est claire. On a vu par exemple apparaître des logements autoconstruits autour d’un relais routier composé à l’origine d’une seule station service à essence et d’une auberge. En quelques années, ce lieu stratégique a attiré plus de 500 familles. Y habiter permet d’être rapidement averti des possibilités d’emplois. Du coup, mais aussi à cause d’une meilleure insertion dans les réseaux sociaux, ces migrants ont eu accès à davantage d’emplois que les personnes nées localement (Flórez et al., 1999). Les enquêtes et les entretiens montrent bien que le fait de savoir être au bon endroit permet de saisir le bon moment pour être inséré dans le marché du travail local.

17Cependant, pour les travaux qui requièrent des compétences particulières, les entrepreneurs préfèrent embaucher des personnes recommandées, même s’il faut les faire venir de loin, plutôt que des personnes inconnues habitant sur place. La rémunération du travail en fonction de la tâche à réaliser, et non en fonction du temps effectivement passé pour l’effectuer est un facteur supplémentaire d’inégalités pénalisant ceux qui ne savent pas gérer leurs temporalités. La capacité ou non à gérer dans le temps plusieurs activités, y compris la recherche d’un emploi principal, joue un rôle important dans les mécanismes d’ascension sociale.

18Les stratégies des migrants sont le plus souvent utilitaristes et de court terme. D’une manière très générale, il s’agit d’hommes qui se déplacent d’abord seuls. Le phénomène de bi-résidence est notable (Dureau et Flórez, 2000). Il fonctionne à l’échelle régionale et, dans une moindre mesure, nationale. Il fait alterner des temps de travail solitaire et des temps de repos en famille. Au bout de quelques années, certains migrants envisagent une phase d’installation de plus long terme et font venir leur compagne et leurs enfants le cas échéant. Ils abandonnent alors la location, relativement coûteuse d’une chambre de célibataire en centre-ville pour habiter, plus ou moins illégalement, dans un quartier autoconstruit plus périphérique. C’est le signe d’une plus grande appropriation de l’espace, d’un marquage spatial plus fort et, simultanément, d’une inscription plus longue dans le temps.

La maîtrise des temporalités et des échelles géographiques par l’élite sociale

19Certains cadres et hauts dirigeants de l’industrie pétrolière cumulent des expériences de chantiers ailleurs en Amérique latine et dans le monde. Pour des motifs professionnels, ils peuvent par exemple avoir l’occasion de se rendre aux Etats-Unis pour quelques jours. Leur mobilité est importante. Ils utilisent l’avion entre Bogota et la capitale du Casanare (40 minutes) puis l’hélicoptère ou le 4x4 pour rejoindre la principale plate-forme pétrolière. Un cadre peut donc aisément venir de Bogota et se rendre sur la plate-forme pour une journée. On cherche à réduire au maximum les temps de déplacement des cadres pour limiter les coûts, en temps et en salaire, que cela représente. Il s’agit en quelque sorte d’abolir les distances, ce qui n’est pas particulièrement aisé dans cette région. Pour le même trajet, un ouvrier qui prend le bus met au moins huit heures pour atteindre la capitale régionale. Et il doit encourir le risque d’une embuscade, qui interdit d’ailleurs l’éventualité d’un déplacement de nuit. Arrivé sur place, il doit ensuite prendre un autre bus qui met plusieurs heures pour franchir quelques dizaines de kilomètres étant donné le mauvais état d’une partie de la route restée à l’état de piste. Le temps d’un aller simple pour un ouvrier peut donc correspondre à un aller et retour assorti d’une journée de travail pour un cadre supérieur. Il faut ajouter que les transports aériens subissent moins d’aléas que les transports terrestres. Un contretemps peut toujours survenir qui oblige l’ouvrier à étaler son déplacement sur deux journées. De plus, les transports terrestres les meilleurs marchés sont souples : arrêts à la demande, plus ou moins fréquents en fonction du taux de remplissage du véhicule, modification mineure de l’itinéraire pour un passager, etc. Ce mode de fonctionnement rallonge le temps total du trajet et surtout le rend fluctuant. Les transports aériens sont, eux, soumis à de plus fortes contraintes tels que les créneaux horaires fixés en fonction du trafic de l’aéroport international de Bogota, ce qui n’interdit pas des retards fréquents. L’élite sociale réduit donc ses temps de déplacement par l’utilisation de modes de transport et de communications rapides tandis que les groupes populaires subissent les délais des transports et de leurs connexions. Cependant, les perceptions du temps des populations socialement défavorisées ne s’expriment pas forcément en ces termes car l’attente fait partie de l’ordre des choses (Hoyos et Salazar, 1997).

20Les exemples des migrants situés en bas de l’échelle sociale et de l’élite sont des situations extrêmes qui reflètent d’une certaine manière les « deux Colombies » (Blanquer et Gros, 1996). Mais ils montrent surtout les inégalités sociales dans la maîtrise du capital temps (tirer parti de différentes temporalités) et du capital spatial (aptitude à utiliser diverses échelles géographiques). Pour les cadres, le travail dans le Casanare est une expérience qu’ils revendiquent et tenteront de valoriser ; c’est le signe d’une capacité d’adaptation dans un contexte difficile. Pour les migrants socialement défavorisés, cela peut aussi être le cas mais pas toujours : l’échec à obtenir localement un premier emploi peut impliquer un retour et une dilapidation du capital financier investi dans la migration (Flórez et al., 1999).  

21En général, on observe que les catégories sociales les plus élevées gèrent le temps de telle manière qu’elles maximisent leurs usages de l’espace géographique. A l’opposé, les groupes sociaux les plus défavorisés subissent plutôt les attentes et les contretemps des distances à parcourir. Ils éprouvent plus de difficultés à organiser leurs emplois du temps, à résoudre les équations temporelles qui leur sont posées. Leurs stratégies spatiales de déplacement et d’appropriation des lieux en sont d’autant plus réduites, même s’il existe des exceptions à la règle. Entre ces deux pôles, on observe toute une palette de groupes sociaux aux usages des temps et des espaces urbains variés.

22Plus généralement encore, les travaux essayant de faire correspondre des types de temps sociaux à des groupes sociaux sont anciens. D’après Gurvitch (1961), il y a une pluralité de temps sociaux au sein d’une même société, selon les groupes sociaux et les types d’activités. Cette pluralité n’empêche pas la domination d’un temps global, un temps total ou encore un temps dominant. Balandier (1995), affirme, lui, que dans la société dite traditionnelle, le temps est conçu selon la référence au passé, à la tradition ou encore à la conformité. Sa grille de lecture l’amène à dire que la société dite moderne se caractérise, au contraire, par une gestion du temps fondée sur la création et l’innovation, en rupture avec le passé. Et que la société actuelle, dite surmoderne, c’est la société du mouvement continuel, des changements rapides, des temporalités accélérées, voire de l’urgence. Elle est centrée sur l’instant, le temps de l’immédiat, de l’éphémère, le temps de la performance, le temps des images, etc. Castells (2001) oppose ainsi, dans la société en réseau émergente, « la logique de l’intemporalité, structurée par l’espace des flux, à celle des temporalités multiples et subordonnées, liées à l’espace des lieux ». En suivant cette interprétation, on pourrait dire que l’élite sociale appartient à l’espace des flux et qu’elle fonctionne selon une certaine intemporalité puisque les déplacements ne leur coûtent pas ou peu si on considère le temps de l’horloge. A la limite, en comparaison avec le reste de la société locale, on pourrait presque dire que ces personnes sont ubiquistes. A l’inverse, les migrants socialement défavorisés pourraient plutôt s’inscrire dans l’espace des lieux, plus contraignant car soumis à des temporalités plus longues. Enfin, le temps dominant pourrait être celui de l’économie pétrolière.

Les transformations socio-spatiales rapides des villes

23C’est dans les villes que les liens entre l’évolution des temporalités et les transformations de l’espace géographiques sont les plus lisibles. C’est aussi là que s’amorce le plus la ségrégation socio-spatiale.

Les temps des élus et des aménagements urbains

24En 1991, le département du Casanare est créé dans le cadre de la décentralisation colombienne. Cette nouvelle échelle géographique de gestion renforce par certains aspects les pouvoirs régionaux et locaux. Les calendriers électoraux rythment alors plus clairement les projets de développement. Le mandat d’un maire est de trois ans ; celui d’un gouverneur également. La rotation d'une partie des agents administratifs occupant les postes de responsabilité, qui s’explique par le clientélisme politique, ne permet pas vraiment d’observer de continuité dans les projets municipaux, ni même d’établir de mémoire administrative. Un deuxième facteur tend à redéfinir le rôle des élus locaux : la forte augmentation des finances locales liées aux royalties versées par les compagnies pétrolières (Flórez, Dureau et Mendez, 1997). En quelques années, certains budgets municipaux ont été multipliés dans un rapport de un à trois. Dans un laps de temps relativement court, des choix et des investissements de long terme ont pu être effectués. Par exemple, un stade dit olympique a été construit dont le nombre de places est le double du nombre d’habitants. Surdimensionné, il a été abandonné avant l’achèvement de sa construction, probablement à cause de la corruption qu’engendre ce type de travaux très coûteux. Il faut ajouter que l’accession à un mandat politique est  une source traditionnelle d’enrichissement personnel. Ce stade est révélateur de l’euphorie de la croissance économique et de l’existence de projections démographiques fantaisistes. Il révèle surtout les difficultés, pour les dirigeants, à se projeter sans risque d’erreur dans le futur.

25Face à la croissance urbaine, les pouvoirs publics locaux des villes pétrolières du Casanare ont équipé en services urbains (eau, égouts, électricité, éclairage public, rues goudronnées, parcs de jeux pour enfants, etc.) des terrains périurbains afin de proposer à la vente des lots viabilisés prêts à bâtir (Maldonado, 1997). Diverses expériences ont été menées, tel un lotissement de vente de logements sociaux constitués de deux pièces de base (une pièce d’eau et une pièce pour dormir), à charge aux habitants d’agrandir eux-mêmes leur logement par la suite. L’édification progressive de pièces supplémentaires suit donc étroitement leurs possibilités de financement. L’urbanisation est pensée évolutive et durable dans le temps. Si elle n’était galvaudée et polysémique, on pourrait ici évoquer la notion de développement durable. Dans cet exemple, on peut dire que la « mutabilité » des espaces urbains (Paquot, 2001) est prise en compte dans la mesure où un quartier peut être aisément densifié, ou non, en fonction de la conjoncture socio-économique. Mais ce projet n’a pas fonctionné car une partie des habitants n’avait pas les ressources financières pour acheter ces logements tandis qu’une autre partie ne souhaitait pas investir face aux incertitudes du marché de l’emploi. En dépit de cette expérience peu concluante, il apparaît de plus en plus important de penser le temps dans le cadre de l’aménagement urbain car les rythmes, longtemps synchronisés par une organisation tayloriste du travail, sont désormais plus fragmentés. Pour les groupes sociaux défavorisés, l’alternative consiste à habiter illégalement dans un quartier dit autoconstruit et périphérique qui permet de constituer très progressivement, et surtout de manière irrégulière et relativement imprévisible, un capital immobilier, aussi limité soit-il. Cette forme d’urbanisme correspond le mieux au court et très court terme de ces populations. La vie, et parfois la survie, au jour le jour, n’autorisent pas ces habitants à se projeter dans un temps autre que celui du quotidien. Les espaces qu’ils investissent correspondent aux lieux qui ne sont pas convoités.

26La difficulté des pouvoirs publics à organiser la production de l’espace urbain et à utiliser le temps comme un matériau de construction de la ville relève donc largement des incertitudes tant individuelles que collectives. Il en découle des localisations résidentielles de plus en plus périphériques et des temps de transports rallongés. Dans les quartiers autoconstruits avec des parpaings, de la tôle et des cartons, il n’est pas impossible de trouver de petits commerces proposant des jeux électroniques pour les enfants ou l’accès à internet tandis que certains clients possèdent éventuellement un téléphone portable. Se dessine une nouvelle forme de quotidienneté où se côtoient l’hypermodernité technologique et les bricolages de la précarité (Deler, Le Bris, Schneier, 1998). Les nouvelles technologies, l’instantanéité et la simultanéité concourent à modifier les modes de vie des urbains et à imposer de nouvelles normes temporelles (Pény et Wachter, 1999). Même dans ces quartiers périphériques, les notions de vitesse et d’accessibilité tendent à remplacer celles de distance ou de proximité (Paquot, 2001). Parallèlement, l’évolution des pratiques de mobilités, liées à un zapping de plus en plus intense entre divers territoires définissent la multi-territorialité (Alvergne, 2000), même si cette notion ne s’applique pas à tous les migrants. La question de la mobilité devient alors essentielle pour saisir les évolutions socio-spatiales (Bonnet et Desjeux, 2000).

Espace de domination et espace du pire

27Deux types d’espaces opposés ont été ici choisis pour rendre compte des liens entre les temporalités, le pouvoir ou l’absence de pouvoir et l’appropriation de l’espace géographique.

28La maison de fonction du maire d’une des villes pétrolières, située dans le centre-ville, est entourée de très hauts murs. Autour, les espaces ont été dégagés tandis qu’une partie surélevée de la bâtisse permet d’observer facilement toute personne approchant le bâtiment à plusieurs dizaines de mètres à la ronde. Le vide créé autour de ce bâtiment est une technologie de contrôle de l’espace (Foucault, 1975). On pourrait dire que c’est l’espace de représentation du pouvoir politique local ou encore un espace de domination. Cette mise en scène est aussi une mise en sens qui semble avoir pour objectif d’assurer la pérennité de la fonction, la durabilité du mandat. En effet, plusieurs maires de la région ont été assassinés au cours des années quatre-vingt-dix. Le rapport au temps personnel des maires, leur rapport à la mort et à la finitude ne sont donc pas des données à écarter pour saisir leurs actions. Ce constat s’applique également à toute personne dans une position de pouvoir, qu’il soit économique ou politique, et dans une moindre mesure à toute la société. Les temps des populations en position de domination se distinguent également par le processus d’appropriation de leurs espaces résidentiels. Avec la croissance urbaine, ont émergé des lotissements situés nettement en dehors de la ville. Il s’agit de quartiers entourés de grilles et disposant de services communs avec piscine, terrain de tennis, etc. Les temps résidentiels et les temps de loisirs se déroulent alors dans des lieux fermés réservés à un certain groupe social. Cette nouvelle forme d’urbanisme, qui émerge dans nombre de villes d’Amérique latine et d’ailleurs, contribue au développement de l’entre soi caractéristique des élites (Prévot Schapira, 2000).

29A l’opposé, le quartier Barrio El Chino donne une idée des différences de conception du temps selon la position sociale. Cette zone rassemble environ 80 familles installées dans des logements précaires autoconstruits avec des matériaux non durables (Maldonado, 1997). La particularité de ce lotissement est d’être situé dans le lit d'un cours d'eau temporairement asséché. Dans une certaine mesure, c’est ce que l’on pourrait appeler un espace du pire. Ces familles socialement défavorisées cherchent, à leur manière, à tirer au mieux parti des opportunités économiques. Elles ne souhaitent donc pas forcément investir localement, et dans la plupart des cas, elles ne le peuvent absolument pas. De fait, elles sont reléguées dans un espace périphérique, caché par des arbres et uniquement accessible par un chemin étroit et tortueux. C’est un espace de court terme. L'appropriation de cet espace, un cours d’eau asséché, est en effet limitée à la période de sécheresse car une inondation surviendra inévitablement dès la reprise du régime normal du cours d'eau. Puis dès la première grande crue, dont la temporalité est soumise aux variables climatiques, un déménagement précipité s’imposera.

30Ces familles vivent dans des conditions sociales extrêmement précaires qui se lisent tant par leur localisation résidentielle que par leur rapport au temps. A l’inverse, le maire exprime son pouvoir et la durabilité de celui-ci par un logement robuste, ostensiblement coûteux et qui marque fortement l'espace. Ces deux exemples bornent pratiquement les extrêmes sociales. Ils illustrent l’éventail des ancrages spatiaux qui reflètent les niveaux de pouvoir. Mais au bout du compte, les familles défavorisées comme le maire sont soumis au court terme : d’une part, celui du mandat et du risque d’assassinat, et d’autre part, celui du risque d’inondation du logement. En considérant l’ensemble des groupes sociaux en présence, on observe des espaces urbains relativement morcelés et éclatés. La tendance est à la ségrégation socio-spatiale (Dureau et Flórez, 2000). Nombreux sont les terrains vacants, laissés à l’abandon ou mal entretenus : la spéculation immobilière, un mécanisme qui oblige à jouer finement et conjointement sur le temps et sur l’espace, est particulièrement développée. A l’instar de l’espace régional, l’espace urbain est largement mis en valeur de manière discontinue.

Nouveaux temps et lieux de fêtes

31Le système d’embauche contractuelle des compagnies pétrolières par période de 28 à 30 jours définit un jour de paie. Il correspond au début d’une période de repos et d’attente d’un autre contrat. Ce jour là, les employés se retrouvent dans les bars et divers lieux festifs, parmi lesquels les établissements de prostitution situés en périphérie des villes. Pour faire face à la demande, des prostituées se déplacent d’autres régions pour travailler quelques jours, puis elles repartent (Hoyos et Salazar, 1997). Ces temps correspondent à des temps de commerces et de travail pour les personnes, majoritaires, qui vivent des emplois indirects du pétrole. Les salariés du secteur pétrolier deviennent donc momentanément des consommateurs à haut pouvoir d’achat, ce qui tend à étendre les horaires des commerces jusque tard dans la nuit. Les villes sont transformées le temps de quelques jours, certains quartiers sont métamorphosés. Ces temps collectifs s’opposent aux temps plus solitaires du monde du travail.

32L’impératif de rentabilité pour les uns, le pouvoir d’achat des consommateurs qui souhaitent consommer à n’importe quelle heure ainsi que le besoin de défoulement, causé par un mois de travail continu et intense, expliquent en partie ces décalages nocturnes. On peut aussi considérer qu’il s’agit de pauses indispensables, de temps festifs nécessaires pour une société soumise aux tensions permanentes de la guérilla. Ces nouveaux temps de festivités sont traduits dans l’espace. Dans la capitale du Casanare par exemple, une zone rose proche de la place centrale est apparue. Il s’agit d’une concentration de bars, de restaurants et de boîtes de nuits. Il y a correspondance entre un nouvel espace géographique et un temps festif redéfini. Ces moments ne sont absolument pas nouveaux dans le Casanare. Mais la marchandisation de ces moments correspond à une évolution des espaces urbains par leur spécialisation. Il faut ajouter que si les boutiques ont en général des horaires fixes, les marchands informels, installés dans la rue et qui ont été multipliés avec l’essor du pétrole, n’ont pas vraiment d’heure. Leurs horaires sont ceux des passants et potentiels consommateurs. Comme ailleurs, le temps civil se confond de plus en plus avec le temps de l’économie (Boulin et Mückenberger, 2002).

La gestion du temps : une condition d’accès à l’usage des espaces par la mobilité ?

33Dans les villes pétrolières du Casanare, les temps des sociétés locales préexistantes à l'essor du pétrole, les temps de l'industrie pétrolière, les temps des migrants, les temps des élus politiques, les temps des promoteurs immobiliers, les temps des propriétaires de logements, ou de commerces ou encore les temps des administrations diffèrent (Fournier et Gouëset, 2000). Deux interprétations pourraient expliquer cette diversité de temporalités. La première est de dire que, aujourd’hui, l’accélération, l’intensification et le débit continu des communications à travers le monde modifient considérablement les rythmes sociaux et locaux. Le passé ne semble plus jouer le rôle de repère sur le chemin linéaire d’un progrès orienté de manière improbable par l’Histoire (Lassave et Querrien, 1997). La seconde interprétation considère que le propre des moments des mutations urbaines est sans doute d’être des périodes de perte de concordance des temps (Lepetit et Pumain, 1993). La prise en compte simultanée de ces deux interprétations permettrait peut-être de cerner la réalité au plus près. Mais de ce point de vue, il reste encore aujourd’hui difficile de dresser un bilan de notre zone d’étude.

L’éternel quart d’heure face aux contraintes de la violence

  • 13 « Ici le temps n’existe pas. Ici, l’avenir, c’est aujourd’hui. Je dirais même plus : l’avenir c’est (...)
  • 14 « Celui qui reste ici, il voit tout se transformer sous ses yeux (…). Les choses se passent avec un (...)

34La notion de boom pétrolier, voire de fièvre pétrolière, est souvent apparue dans les entretiens. L’utilisation de ces expressions semble indiquer la conscience et la certitude du caractère éphémère des activités. Il faut être très mobile pour connaître et bénéficier de toutes les possibilités économiques, avant le retour, perçu inévitable, à une situation moins favorable. Cette conception a notamment émergé avec l’utilisation de l’expression populaire colombienne « d’avoir son quart d’heure ». Cela signifie qu’il existe dans la vie de chacun un ou plusieurs moments décisifs pendant lesquels il faut savoir profiter des opportunités offertes. L’importance et le prolongement de ces moments dans le Casanare permettent de parler d’un « éternel quart d’heure » (Hoyos et Salazar, 1997). Ce temps, rare et de très courte durée, apparaît ici comme éternel. Il s’agit en réalité d’un leurre pour de nombreux habitants. Certaines personnes préfèrent en effet travailler dans le secteur pétrolier mais de manière discontinue et avec un salaire élevé que dans un autre secteur, financièrement et socialement mois valorisant, mais en continu. De cette manière, ils ont l’impression de gagner beaucoup d’argent. Mais au bout du compte, l’importance des temps non travaillés et le coût de la vie élevé ne se traduisent pas mécaniquement par une amélioration significative de leurs conditions de vie. Les perceptions du temps en sont brouillées13 tandis que les difficultés à s’adapter aux nouveaux temps sont réelles14.

35Les opportunités exceptionnelles en présence dans le Casanare pourraient le définir comme un monde des possibles. Le thème de la violence, consubstantiel et récurrent dans l’analyse de la société colombienne (Pécaut, 1996), contrebalance fortement cette première appréciation. Si l’arrivée de la violence a augmenté avec le développement des activités pétrolières, elle existait bien avant. Les forces armées en présence peuvent être très schématiquement individualisées comme suit : l’armée, la guérilla (qui comprend divers groupes dont l’ELN, l’Armée de Libération Nationale et les FARC, les Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes), les paramilitaires (groupes privés de défense de terres privées), les vigiles privés (surveillance de logements, commerces, entreprises, etc.) et les délinquants dits communs. Les rapports de force entre ces groupes sont complexes et recomposés en permanence. D’une manière générale, l’armée protège les infrastructures de pétrole tandis que les groupes de la guérilla exercent des pressions sous forme d’attentats et n’y renoncent que moyennant finances. Les luttes impliquent également l’économie de la drogue. Les temps de la violence connaissent des moments intenses (attentats) et des moments de répits pendant lesquels l’attente est source d’inquiétudes parfois durables. Ces temps de la violence sont spatialisés : des territoires, définis ici comme des espaces à conquérir par les armes puis à défendre, sont clairement identifiés dans les zones rurales et périurbaines. La violence est donc une menace permanente qui empêche de construire le long terme et favorise une certaine « présentification » du temps (Paquot, 2000).

Temporalités et mobilités

36Les travaux de recherche sur les questions des temps urbains ont été multipliés ces dernières années. S’agit-il d’un effet de mode ? D’un engouement pour un vocabulaire nouveau mais dissimulant en réalité des processus plus anciens ? Penser conjointement le temps et l’espace n’est-il pas finalement un simple exercice de cadrage très général ne permettant pas vraiment de dégager de nouvelles explications ? Il importe ici de rappeler quelques notions fondamentales pour aller au-delà de cet exemple colombien relativement monographique. La notion de time-geography est apparue dès le début des années soixante (Hägerstrand, 1985). Ce concept considère le temps et l’espace comme des ressources des sociétés. Sa modélisation distingue trois types de contraintes pour mobiliser ces ressources : la capacité physique des individus, la capacité à la concentration et la capacité à réguler. La conjugaison de ces contraintes conduit à délimiter des circuits ou chemins structurés, la compétition dans les sociétés étant vive pour l’usage de ces circuits. La transposition de cette théorie à notre étude n’est pas aisée. Pour être rapide, on pourrait cependant retenir que c’est l’élite sociale qui utilise majoritairement les circuits ou chemins permettant l’exploitation simultanée des deux ressources que sont le temps et l’espace et que cela arrive plus rarement ou beaucoup plus rarement pour les groupes défavorisés et très défavorisés.  

37La notion de time-space compression (Harvey, 1989) correspond, elle, d’abord à ce que Marx a décrit comme la contrainte, imposée aux sociétés par le capitalisme, d’annihiler l’espace par le temps. L’idée de compression illustre l’extrême rapidité du processus, son accélération dans le temps de l’histoire et aussi l’expérience des sociétés qui la subissent. Même si notre étude du Casanare n’est pas diachronique, l’époque pétrolière qui se dessine semble bien en adéquation avec cette théorie dans la mesure où, pour la majorité des personnes, les nouveaux temps sont plus imposés que choisis. Enfin la notion de time-space distanciation (Giddens, 1984 cité par Johnson, 2000) est utilisée pour rendre compte de l’extension des systèmes sociaux à travers le temps et l’espace, systèmes qui englobent progressivement les sociétés restées en dehors du temps et de l’espace. Les sociétés sont donc partie prenante du processus. La notion veut aussi pouvoir offrir une vision historique et comparative des sociétés. Pour le Casanare, cela permet de nuancer l’idée de la venue d’agents extérieurs bouleversant seuls l’ordre établi localement. La connivence d’acteurs locaux dans le changement des temporalités et des espaces est essentielle.

38Parallèlement, dans une autre optique, le développement de la chronogéographie, par la réalisation de cartes traçant des isochrones a permis de progresser dans la formalisation des liens entre temps et espace. En France, la question des temporalités urbaines a fait l’objet de divers travaux pluridisciplinaires notamment par le biais de la modélisation (Pumain et Lepetit, 1993). La notion d’espace-temps (Pumain, Bretagnolle et Degorge-Lavagne, 1999) permet, dans un autre sens que celui retenu dans cet article, de mieux comprendre la croissance urbaine à partir des interactions sociales qui s’y construisent. Les temps de déplacement quoditiens conditionnent de la sorte la taille des villes et leur évolution.

39Les travaux sur les temporalités urbaines en Amérique latine sont encore rares. Ils apparaissent généralement dans des logiques historiques (Abreu, 1996), à travers la question des transports urbains ou encore à partir de la question des mobilités. Dans la perspective retenue, la mobilité est une ressource fondamentale conditionnée par la maîtrise du temps. La gestion du temps serait alors une condition d’accès à l’usage des espaces par la mobilité (Dureau et Lévy, 2002). On parle maintenant de schémas directeurs temporels, de chrono-urbanisme, d’aménagement juste-à-temps car il devient difficile de concilier « la ville qui dort, la ville qui travaille, la ville qui s’amuse et la ville qui bouge » (Godard O., 1997a). Après des décennies de traitement spatial de la ville, différentes manifestations d’un traitement temporel de l’espace urbain voient le jour (Dureau, 1999). En Europe mais aussi en Amérique latine, des agences du temps ont été créées ou sont en projet. On voit ici combien la notion de temps est indissociable de celle d’espace ; les enjeux à analyser les temps multiples des structures spatiales sont importants (Elissalde, 2000).

Conclusion

40On peut identifier dans les villes pétrolières du Casanare ce que l’on peut appeler des espaces-temps qui s’esquissent à peine ou qui sont au contraire fortement définis : les espaces-temps pétroliers liés à la mondialisation, les espaces-temps des élites dites circulantes qui jouent des calendriers en même temps que des échelles géographiques, les espaces-temps des malleros qui habitent à proximité des lieux d’embauche, les espaces-temps des couches populaires qui construisent en périphérie des logements autoconstruits avec des matériaux temporaires, les espaces-temps très fluctuants de la guérilla qui contrôle des territoires aux marges des villes, les espaces-temps festifs devenus plus marchands, les espaces-temps commerciaux en dehors des lieux traditionnels, les espaces-temps des spéculateurs qui contrarient la planification urbaine, etc. Rappelons que la notion d’espace-temps fait ici correspondre un mode d’organisation du temps particulier à une organisation spécifique (structures et fonctions) de l’espace géographique. Dans notre étude, ce sont les extrémités sociales qui présentent le plus clairement des espaces-temps tandis que la situation est moins claire pour les groupes sociaux intermédiaires. En réalité, il semble encore difficile de confirmer totalement notre première hypothèse de départ selon laquelle les changements temporels prennent le pas sur les changements spatiaux. L’industrie pétrolière a généré une économisation du temps tandis que le contexte de violence tend à le présentifier. Au total, les logiques temporelles sont très diversifiées et induisent une mise en valeur ponctuelle et un fonctionnement réticulaire des espaces. Ce phénomène n’est pas nouveau mais il est ici particulièrement lisible à cause de la brutalité des changements.

41En revanche, notre seconde hypothèse semble davantage vérifiée : la diversité croissante des temporalités et les pratiques spatiales socialement différenciées tendent à reproduire les inégalités sociales. La maîtrise fine du temps est un élément de plus en plus important pour les habitants des villes pétrolières du Casanare. La capacité à résoudre les équations temporelles posées sont liées à la maîtrise et à l’appropriation des espaces. En fonction de leur position sociale, les temps urbains sont tantôt exploités ou tantôt subis par les habitants. Il faut cependant nuancer le constat : les années quatre-vingt-dix ne constituent qu’une coupe dans le temps pour habitants comme pour les villes pétrolières elles-mêmes. Une étude sur le temps long de l’histoire permettrait de relativiser l’épisode du boom pétrolier et de comprendre avec plus de justesse les différences sociales liées aux pratiques spatio-temporelles. Cela autoriserait de surcroît à mieux comprendre les bénéfices de ces temps dont la société fait l’expérience.

Haut de page

Bibliographie

Abreu M., 1996, Le Rio de Janeiro du début du dix-neuvième siècle et ses différentes temporalités, Bulletin de l’Association des Géographes Français, n° 1, p. 30-38.

Akoun A., Ansort P., 1999, Dictionnaire de sociologie, Le Robert/Seuil, voir p. 532.

Alvergne C., 2000, Comment les temps deviennent-ils une préoccupation pour l’aménagement du territoire ?, Territoires 2020, Etudes et prospectives, n° 2, décembre 2000, Paris, La documentation Française, p. 71-75.

Ascher F., 1997a, Demain, la ville de tous les temps, in : Obadia A., (coord.), Entreprendre la ville, nouvelles temporalités, nouveaux services, Paris, Ed. de l’aube, p. 17-32.

Ascher F., 1997b, Du vivre à temps au chrono-urbanisme, Annales de la recherche urbaine, n° 77, p. 113-122.

Bailly J.-P., Heurgon E. (dir.), 2001, Nouveaux rythmes urbains : quels transports ?, Ed. de l’aube, 221 p.

Balandier G., 1995, Le présent de la surmodernité, Sciences Humaines, n° 55, p. 22-24.

Bataillon C., Deler J.-P., Thery H. (ed.), 1991, Géographie universelle, vol. Amérique latine, Paris, Hachette-Reclus, 480 p.

Blanquer J.-M., Gros C. (dir.), 1996, La Colombie à l’aube du troisième millénaire, Ed. IHEAL, 438 p.

Boulin J.-Y., Mückenberger U., 2002, La ville à mille temps, les politiques des temps de la ville en France et en Europe, Ed. de l’aube, Datar, 221 p.

Bonnet M., Desjeux D., 2000, Les territoires de la mobilité, PUF, 225 p.

Castells M., 2001, La société en réseaux, l’ère de l’information, Fayard, deuxième édition, 671 p.

Chesnaux J., 1996, Habiter le temps, passé, présent, futur, esquisse d’un dialogue politique, Paris, Bayard, 344 p Deler J.-P., Le Bris E., Schneier G. (dir.), 1998, Les métropoles du sud au risque de la culture planétaire, Karthala, 421 p.

Dureau F., Lévy J.-P. (dir.), 2002, L’accès à la ville, les mobilités en questions, L’Harmattan, Coll. Habitat et Sociétés.

Dureau F., Flórez C.E., 2000, Aguaitacaminos, las transformaciones de las ciudades de Yopal, Aguazul y Tauramena durante la explotación petrolera de Cusiana-Cupiagua, Bogotá, Ediciones Uniandes, 364 p.

Dureau F., 1999, Les mobilités à géométrie variable des habitants de Bogota, Espace, Populations, Sociétés, n° 2, p. 329-344.

Elissalde B., 2000, Géographie, temps et changement spatial, L’Espace Géographique, n° 3, p. 224-236.

Flórez C.-E. et al., 1999, Movilidad espacial y pobreza en el contexto de un mercado de trabajo regional, Documento CEDE, Bogotá, Universidad de los Andes, 136 p.

Flórez C.-E., Dureau F., Mendez R., 1997, Movilidad espacial en ciudades de zonas de expansión : los casos de Yopal, Aguazul y Tauramena (Casanare), resultados de la encuesta cuantativa, Documento CEDE, Bogotá, Universidad de los Andes, 700 p.

Foucault M., 1975, Surveiller et punir, naissance de la prison, Gallimard, 324 p.

Fournier J.-M., Gouëset V., 2000, Petróleo y desarrollo regional en el Casanare : un enfoque geográfico, Documento CEDE, Bogotá, Universidad de los Andes, 144 p.

Giddens A., 1984, The constitution of society, Cambridge, Polity Press, cité par Johnston R. J. et al. (dir.), 2000, The dictionary of human geography, Oxford, Blackwell, p. 837.

Godard O., 1994, Le développement durable et la question urbaine, Le Courrier du CNRS, n° 81, Ed. Descartes et Cie, p. 49-50.

Godard F., 1997a, Gérer les temporalités, du travail à la ville, in : Obadia A. (dir.), Entreprendre la ville, nouvelles temporalités, nouveaux services, Paris, Ed. de l’aube, p. 400-408.

Godard F., 1997b, A propos des nouvelles temporalités urbaines, Annales de la recherche urbaine, n° 77, p. 7-14.

Gurvitch G.,1961, La multiplicité de temps sociaux, Paris, Centre de documentation universitaire, Les cours de Sorbonne, Faculté des Lettres de Paris, 129 p.

Hägerstrand T., 1985, Time-geography : focus on the corporeality of man, society, and environment, in : Aida L. (dir.), The sciences and praxis of complexity, Tokio, The United Nations University, p. 193-218.

Harvey D., 1989, The condition of postmodernity, Oxford, Blackwell, 378 p.

Hoyos M. C., Salazar I., 1997, El eterno cuarto de hora, estudio cualitativo, Movilidad espacial en ciudades de zonas de expansión : los casos de Yopal y Tauramena (Casanare), Documento n° 6, Bogotá, Cede, Orstom, 127 p.

Lassave P., Querrien A., 1997, Emplois du temps, Annales de la recherche urbaine, n° 77, p. 3-5.

Lepetit B., Pumain D., 1993, Temporalités urbaines, Paris, Anthropos, 316 p.

Obadia A. (dir.), 1997, Entreprendre la ville, nouvelles temporalités, nouveaux services, Paris, Ed. de l’aube, 462 p.

Maldonado M., 1997, La configuración urbana desde la dimensión ambiental, Documento CEDE, Bogotá, Universidad de los Andes, 62 p.

Paquot T. (dir.), 2001, Le quotidien urbain, essais sur les temps des villes, La Découverte, Institut des villes, 191 p.

Pecaut D., 1996, Présent, passé et futur de la violence in : Blanquer J.-M., Gros C. (dir.), 1996, La Colombie à l’aube du troisième millénaire, Ed. IHEAL, p. 17-63.

Pény A., Wachter S. (dir.), 1999, Les vitesses de la ville, Ed. de l’aube, 195 p.

Picon A., 1994, Temps des professions et temporalités des projets, Le Courrier du CNRS n° 81, Ed. Descartes et Cie CNRS, p. 52-54 Prévot Schapira M.-F., 2000, Ségrégation, fragmentation, sécession dans les grandes villes latino-américaines : l’exemple de l’agglomération de Buenos Aires, in : Dorier-Apprill E. (dir.), Les très grandes villes dans le monde, Ed. du temps, p. 351-372.

Pumain D., Bretagnolle A., Degorge-Lavagne M., 1999, La ville et la croissance urbaine dans l’espace-temps, Mappemonde, n° 55, p. 38-42.

Haut de page

Notes

1 Institut de Recherche pour le Développement.

2 Centre d’Etudes sur le Développement Economique de l’Université des Andes à Bogota.

3 Une quinzaine de chercheurs ont participé à ces travaux, et notamment à la réalisation d’une enquête en deux vagues concernant 2 000 personnes. Neuf rapports ont été publiés par le CEDE et un ouvrage de synthèse a été publié : Dureau F., Flórez C.-E., 2000, Aguaitacaminos, las transformaciones de las ciudades de Yopal, Aguazul y Tauramena durante la explotación petrolera de Cusiana-Cupiagua, Bogotá, Ediciones Uniandes, 364 p.

4 Intégralement enregistrés et dactylographiés, ces 167 entretiens ont été rassemblés dans un rapport de plus de 500 pages comprenant des fiches de synthèse et des mots-clés. Ils se décomposent comme suit : migrants arrivés dans les villes pétrolières depuis moins d’un an (25), migrants installés depuis plusieurs années et travaillant dans l’industrie du pétrole (20) ou en dehors (35), autres types de migrants (6), personnes nées sur place (24) et liées aux activités pétrolières (3), employés du secteur public (22), employés du secteur privé (12), sous-traitants (4), propriétaires terriens (7), élu politique (1) et visiteurs (9).

5 Analyse des Lexèmes Co-occurents dans les Enoncés Simples d’un texte.

6 Une douzaine d’entretiens complémentaires a été effectuée auprès d’administrations publiques (services du logement, services publics, planification, etc.) mais aussi d’ONG, de compagnies pétrolières, etc.

7 On a d’abord repéré dans les entretiens les informations relatives au temps afin d’établir une première typologie identifiant les temps liés au travail, les temps liés au logement, au transport, aux entreprises, aux administrations, etc. Pour chaque entretien, les mots les plus utilisés ont été répertoriés et on a calculé leur fréquence d’utilisation par rapport à l’ensemble des entretiens. Ont ensuite été recherchées à l’aide du logiciel Alceste les corrélations entre la position sociale des individus et la manière dont le temps est décrit. Enfin, on a tenté de mettre en évidence d’autres liens en prenant en compte les espaces géographiques pratiqués.

8 « Cela fait un an et demie que je vis ici (…). Je ne sais pas si je vais rester ici ou non. Tout dépend de comment les choses vont tourner. Si ça va, je reste. Sinon, je pars pour aller là où il y a plus de travail. Je n’ai pas grand chose ici (…). Penser à l’avenir, pour moi, cela n’a pas beaucoup de sens… » (soudeur, 24 ans).

9 « Mon travail est temporaire (…). Cela fait dix ans que je travaille là-dedans. Combien de temps ça va durer ? Ça dépend du comportement de chacun (…). Je pense que je vais rester le temps qu’il me conviendra. Si quelqu’un travaille bien, il reste ; sinon : au revoir ! (…). Un jour, je vais partir et arrêter ce travail (…). Ce qui intéresse les gens ici, c’est gagner de l’argent. Beaucoup d’argent. Peu importe le travail. Mais celui qui a beaucoup d’argent dépense aussi beaucoup » (technicien, 33 ans).

10 « On se rend compte qu’il y a des personnes qui arrivent ici et qui n’ont pratiquement rien. Mais ils sont, disons, bien préparés. Et au bout d’un an, on voit qu’ils habitent le plus beau quartier, qu’ils ont une voiture toute neuve et qu’ils ont trois ou quatre comptes bancaires (…). Et nous qui habitons ici depuis toujours, on reste les pauvres de toujours ; on n’a pas cette vision futuriste d’apprendre à chercher de l’argent » (conseiller municipal, 47 ans).

11 « Ici, il y a des gens qui vont et qui viennent sans arrêt. Et quand ils ne travaillent pas ici, ils attendent, ils jouent aux cartes entre eux (…). Ils attendent qu’on leur dise :"nous avons besoin de trois personnes". Alors ils vont attendre devant le bureau d’embauche. Mais ils ne font rien, ils vivent là-bas sur place, ils mangent, ils dorment sur place parfois en attendant qu’on les appelle » (commerçante, 25 ans).

12 « Je suis venu l’année dernière pour travailler. Je suis resté deux mois, je ne connaissais personne et je n’ai rien trouvé. Alors je suis parti. Maintenant, un ami qui vit ici m’a dit qu’il y avait du travail alors je viens voir s’il y a quelque chose » (aide maçon, 21 ans).

13 « Ici le temps n’existe pas. Ici, l’avenir, c’est aujourd’hui. Je dirais même plus : l’avenir c’est aussi hier, c’est tout ce que je n’ai pas eu hier. Ici, je ne pense pas à un avenir meilleur, je cherche à satisfaire mes besoins passés, ceux que je n’ai jamais pu avoir. La vie est dure. On prend ce qu’on trouve. Et on verra bien demain » (responsable d’équipe, 39 ans).

14 « Celui qui reste ici, il voit tout se transformer sous ses yeux (…). Les choses se passent avec une vitesse vertigineuse. C’est incroyable, on a envie de dire "mais arrêtez un peu !" ; on ne comprend pas comment les choses changent. On ne comprend pas ce qui nous arrive, tout va si vite… » (vendeur ambulant, 43 ans).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Fournier, « Nouvelles temporalités, changements spatiaux et inégalités sociales. L’exemple des villes pétrolières du Casanare (Colombie) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 238, mis en ligne le 25 mai 2003, consulté le 28 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4150 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4150

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Fournier

Centre de Recherche sur les Espaces et les Sociétés UMR ESO CNRS
Maison de la Rercherche en Sciences Humaines
Université de Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page