Navigation – Plan du site
2003
240

Le déterminisme des landes atlantiques : quelle réalité ?

The determinism of atlantic moors : what reality ?
Yves Petit-Berghem

Résumés

Les landes atlantiques couvrent encore, en Europe occidentale, de très grandes superficies. L’auteur étudie la répartition de ces landes en fonction des principaux facteurs écologiques. Les données bioclimatiques et les sols sont d’abord évoqués. Les conséquences des activités humaines sont ensuite mises en évidence car, pendant très longtemps, la lande a été le fondement majeur de tout le système agraire. En conclusion, l’auteur met en exergue des gradients et considère que les échelles tant spatiales que temporelles sont essentielles dans la recherche de ce déterminisme. Bien que celui-ci ne soit pas facile à appréhender, l’homme joue un rôle important dans la naissance des landes, leur localisation, et leur évolution.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions J.R. Wattez pour ses conseils et l’envoi de plusieurs de ses articles.

1En Europe occidentale, en position littorale, des étendues plus ou moins vastes sont occupées par des landes dont certaines peuvent être tenues pour naturelles. Apparaissant là où les contraintes sont les plus fortes (zones régulièrement battues par les vents chargés d’embruns), leur évolution semble bloquée et ces formations végétales paraissent donc d’une grande stabilité. En réalité, ce postulat n’en est pas un tant les situations sont diverses et nuancées dans des pays de vieille civilisation agraire où la main de l’homme n’est jamais très loin.

2En bordure de côte, les landes ne s’organisent pas toujours selon des dispositifs linéaires, elles s’intègrent aussi dans des mosaïques spatialement mouvantes où végétations naturelles et végétations cultivées s’imbriquent. Si le végétal répond à une certaine logique spatiale liée à son autoécologie, c’est aussi un être vivant qui peut susciter intérêt, indifférence ou mépris : l’homme opère des choix et aménage la nature littorale en fonction des techniques dont il dispose.

  • 1 Plante dont l’aire de répartition correspond strictement aux régions les plus occidentales et nord (...)

3Les landes littorales ne sont pas des formations zonales, elles échappent donc au seul déterminisme de la zonation climatique. Mais, si l’on s’en tient aux seuls facteurs du milieu, le déterminisme semble être d’abord de nature climatique : c’est le climat (régime thermique, humidité atmosphérique ; bilan thermique) qui règle des faits de répartition d’ordre floristique. La présence d’espèces eu-atlantiques1 comme l’Ajonc de Le Gall (Ulex gallii) est strictement liée aux landes littorales. C’est le climat littoral qui induit le type biologique dominant (chaméphyte) et des formes de croissance particulières (formations à coussinets : coussins d’ajoncs ou de genêts ras en front de mer). Ce déterminisme climatique paraît double car interviennent deux échelles qui ne fonctionnent pas selon les mêmes logiques : l’une est liée à un gradient latitudinal délimitant le bioclimat tempéré, l’autre est sous la dépendance d’un gradient de la contrainte liée à l’ambiance littorale. Ces deux échelles d’application peuvent autoriser plusieurs niveaux de perception et donner deux interprétations différentes des paysages. A la première est associée la chorologie de la formation, la lande stricto sensu marquée par son degré d’atlanticité et donc par son cortège d’espèces atlantiques et eu-atlantiques. La seconde rejette au second plan les caractères floristiques et s’attache à décrire la physionomie de la formation : proportion des individus ligneux, taille des individus, degré de couverture etc. Les effets géographiques de ces deux niveaux scalaires ne sont évidemment pas les mêmes : la petite échelle climatique évoque la lande comme une formation dense relativement paucispécifique où peu de plantes viennent former des végétations buissonnantes xéromorphes ; la grande échelle parle de paysages dont le caractère majeur est dans la disposition resserrée ou plus éclatée de leurs éléments végétaux. C’est à cette échelle que peuvent se manifester des écosystèmes particuliers faisant le contact ou la transition entre deux communautés biologiques différentes. C’est par exemple le cas des landes-pelouses, véritable mosaïque végétale, associant buissonnaie basse et ouverte et tapis herbacé ras plus ou moins continu.

4Les facteurs édaphiques semblent à placer en second lieu dans la mesure où ils n’interviennent que dans la différenciation entre faciès (nature du substratum expliquant la répartition landes silicicoles/landes calcicoles ; économie en eau réglant les motifs landes humides/landes sèches). Mais comment agissent précisément les dynamiques pédologiques ? Le sol est-il à lui seul discrétisant ?

5Enfin, comment se place le facteur anthropique ? A première vue, il est soit prioritaire, soit sous-jacent. Prioritaire lorsque les transformations opérées par les sociétés ont été tellement fortes que tout le fonctionnement de la lande actuelle en dépend ; sous-jacent lorsque des landes, apparemment tenues pour naturelles, se maintiennent grâce à des activités humaines récurrentes (fauche, pâturage etc.) ou, à l’inverse, ne doivent leur existence qu’à travers la libération des diverses pratiques anthropiques dont elles ont fait l’objet par le passé. Sur ce dernier point, la tendance que montre certains fronts de mer finistériens à se couvrir de fougères (Cotentin ou Basse-Bretagne) atteste, soit que la lande a été cultivée à un moment ou à un autre à des intervalles plus ou moins longs, soit que la formation landeuse se soit comportée en formation pyrophytique (répétition des feux liée à la pratique ancienne de l’écobuage).

6La recherche d’un éventuel déterminisme amène donc à formuler un certain nombre de questions. Quels sont précisément les paramètres du milieu géographique contrôlant la localisation des landes ? Comment se manifestent-ils ? Quels sont leurs effets ainsi que leurs liens? Sont-ils tous égaux dans leur action ? Montrent-ils l’unité de la lande ou au contraire sa diversité ? Nous tenterons de répondre à ces questions aux différentes échelles géographiques en recherchant l’existence de gradients et en hiérarchisant le poids des divers facteurs régissant la répartition des landes. Par ailleurs, cette recherche du déterminisme ne doit pas faire abstraction du temps. La dynamique temporelle met en évidence des potentialités qui ont pu à un moment ou à un autre s’exprimer. Sans parler de déterminisme historique, nous verrons que la lande atlantique n’est intelligible qu’en la recadrant dans une histoire, une histoire naturelle indéniable mais pas toujours prévisible, une histoire des hommes faite de lenteurs et de soubresauts dont les marques restent encore visibles dans les paysages.

7Par commodité, nous choisissons dans le développement qui suit de séparer les différents facteurs et voir quelles sont leurs actions aux différentes échelles géographiques. Il est bien évident que sur le terrain ces facteurs se combinent, se neutralisent, ou encore s’entrechoquent.

Une contrainte majeure : le vent

  • 2 P. Ozenda, Les végétaux dans la Biosphère, Paris, Doin, 1982, p. 277-282.

8Sur le plan biogéographique, le domaine atlantique s’étale sur plus de 20 degrés de latitude (figure 1) et comprend le nord et l’ouest de la péninsule ibérique, la France, les Iles Britanniques, et les côtes orientales de la mer du Nord jusqu’à la Norvège2.

Fig. 1 - Régions et domaines floristiques de l’Europe occidentale et centrale (d’après P. Ozenda, 1982)

A, région arctique ; M, région méditerranéenne ; P, région ouest-asiatique (représentée ici par son domaine pontique).
1 à 5, domaines de la région euro-sibérienne : 1, domaine atlantique ; 2, domaine nordique ; 3, domaine médio-européen ou subatlantique ; 4, domaine pannonique ; 5, domaine nord-est européen.

  • 3 G. Rougerie, Géographie de la biosphère, Paris, A. Colin, 1988, p. 65-67.

9Dans ce domaine se développent des formations végétales variées parmi lesquelles apparaissent les landes. Les landes atlantiques sont des formations végétales basses dominées par un fonds d’espèces atlantiques, principalement les Éricacées (bruyères) et les Fabacées représentées surtout par les ajoncs3.

  • 4 A. Da Lage, G. Métailié, Dictionnaire de biogéographie végétale, Paris, CNRS Editions, 2000, p. 40.

10Les landes évoquées sont toutes strictement littorales4, elles doivent leur existence première à l’action du vent qui fait obstacle à la croissance des arbres. Généralement, ces landes littorales sont localisées entre le rebord d’un plateau sur lequel elles débordent parfois et le rebord d’une falaise où elles s’accrochent également (figure 2). En Bretagne ou en Normandie, les falaises vives à partir desquelles les landes prennent appui ont une énergie variable, petite falaise de moins de 10 m de hauteur, haute falaise de plus de 30 m. Ces falaises, le plus souvent sculptées dans des roches cristallines, sont par ailleurs recouvertes de formations superficielles, dépôts limoneux importants de la baie de Morlaix à celle de Saint-Brieux, coulées de head périglaciaire du Cotentin occidental que les grandes marées font descendre par pans entiers etc. Les versants qui opèrent la jonction entre les falaises vives et les plateaux sont eux-aussi recouverts de head et occupés par des têtes de vallons de nombreux cours d’eau. Le vent traduit l’âpreté des conditions littorales. Mais comment se manifeste-t-il ? Quels sont ses effets ?

Fig. 2 - L’insertion des landes dans les paysages côtiers : l’exemple de la presqu’île de la Hague

  • 5 Plus à l’intérieur des terres, le vent moins fort autorise la venue de plantes plus hautes. Biotome (...)
  • 6 La lande, par définition, caractérise une végétation suffrutescente.

11En domaine littoral, les biogéographes ont remarqué depuis longtemps la zonation des écosystèmes ou des groupements végétaux en bandes juxtaposées dont l’alignement est souvent perpendiculaire à un gradient écologique majeur. Ce gradient est lié au vent et à ce qu’il induit sur les communautés végétales (adaptation physiologique et morphologique des plantes, zonation linéaire etc.). Il se manifeste quelles que soient les latitudes et répond au caractère azonal du climat littoral. Le vent est suffisamment structurant pour montrer à l’observateur les modifications de la composition et de l’organisation des communautés le long du gradient qu’il commande. Bien qu’il soit difficile de parler de gradient en domaine littoral tant les facteurs géographiques introduisent d’éléments de complexité (topographie, tracé du trait de côte etc.), le vent, par sa fréquence et son intensité, représente un facteur limitant qui agit selon la « loi du maximum » : sa violence quotidienne empêche la croissance normale d’une forêt en bordure de côte. La forêt est donc remplacée par la lande. Cette lande n’apparaît pas immédiatement en retrait du trait de côte : son arrivée est graduelle puisque la buissonnaie qui la caractérise est précédée par la pelouse aéro-haline. Cette gradualité trouve son application dans les grandes discontinuités structurales que sont les bandes biogéocénotiques et les biotomes rencontrés en domaine littoral (Palierne et Renaud, 1990 ; Petit-Berghem, 1996). Les biotomes généralement facilement repérables sur le terrain constituent des seuils écophysiologiques, des marqueurs physionomiques et des paliers de progression dans la dynamique de la végétation. Le biotome du sous-arbrisseau5 peut être retenu ici pour qualifier cette limite à partir de laquelle la lande6 apparaît. Cette limite facilement perçue quels que soient les angles de vue n’est pas comparable à une ligne aux contours nets et préétablis. Naturellement instable dans le temps car soumise à des impulsions de nature variée (aléas climatiques, interventions humaines, dynamique spatiale propre à chaque espèce), elle a toutefois son importance écologique car elle traduit la réponse naturelle de la formation capable d’adapter sa biologie aux conditions ambiantes qu’elle rencontre.

12L’adjectif adlittoral tel qu’il est défini dans le dictionnaire de biogéographie végétale peut également être utilisé ici pour qualifier cette végétation buissonnante sans contact direct avec la mer car située un peu en retrait du trait de côte et soumise par intermittence aux embruns.

13En outre, des recherches ont montré que le caractère fondamental des landes littorales est leur xérophilie (Bourlet, 1980). Cette caractéristique essentielle est directement liée au vent. Car il accroît la transpiration des plantes, ceci a pour conséquence la baisse de la photosynthèse donc de la croissance non seulement des parties aériennes mais aussi des racines. La réduction de ces dernières diminue encore les possibilités d’alimentation de la plante en eau à partir desquelles s’opère la transformation de la structure globale des landes.

14Bien qu’essentiel, le vent ne doit pas occulter les autres facteurs écologiques, en particulier les composantes thermiques et hydriques des bioclimats.

Les conditions bioclimatiques

  • 7 P. Birot, Les régions naturelles du globe, Paris, Masson, 1970, p. 146-151.

15Les landes sont aux moyennes latitudes tour à tour sous la dépendance des masses d’air polaires et tropicales qui entraînent une instabilité des types de temps et une grande variabilité des paramètres climatiques. La frange atlantique de l’Europe du Nord-Ouest est marquée par l’existence d’un climat tempéré océanique qui peut se décliner en plusieurs variantes selon la localisation en latitude. Un gradient climatique Nord-Sud se manifeste7 : la température moyenne annuelle décroît régulièrement depuis les régions méditerranéennes, où elle atteint fréquemment les 14° C au Portugal, jusqu’en Scandinavie où cette moyenne oscille entre 4° C et 8° C.

16Le gradient thermique est de l’ordre de 0,4° C par degré de latitude, il est régulier si l’on s’en tient strictement aux bas pays et donc si l’on fait abstraction de facteurs géographiques comme les reliefs qui induisent bien entendu des perturbations.

17Les quantités de précipitations reçues obéissent à un gradient pluviométrique plus difficile à appréhender même si globalement le volume annuel des précipitations augmente vers les hautes latitudes (Bergen reçoit presque 2 m d’eau, mais Porto est plus arrosée que Brest ; dans les Iles Britanniques, l’opposition des façades engendre des différences importantes de précipitations : Aberdeen apparaît bien sec comparativement à Valentia).

  • 8 G. Houzard, « Diversité des formations végétales primitives et des bioclimats de l’Arc atlantique » (...)

18Mais, bien plus que des moyennes annuelles souvent trompeuses, ce qui importe pour la végétation, c’est la saison « chaude », c’est-à-dire les mois biologiquement actifs (avril à septembre) qui permettent de définir le bioclimat (figure 3)8.

Fig. 3 - Les indicateurs bioclimatiques

19Nous avons une large gamme de bioclimats depuis le tempéré tiède de la péninsule ibérique et de la façade atlantique française (figure 3) jusqu’au froid modéré ou plus sévère de la côte norvégienne.

Fig. 4 - Profil bioclimatique de quelques stations climatiques

  • 9 Les côtes sont de plus des zones toujours privilégiées sur le plan thermique.
  • 10 C. Romão, « Manuel d’interprétation des habitats de l’Union Européenne (Version EUR 15) », p. 37. D (...)

20Bien que la somme des moyennes semestrielles d’avril à septembre s’abaisse régulièrement depuis le sud vers le nord, les mois d’été restent suffisamment chauds pour permettre l’activité végétale. Le froid n’est pas un facteur limitant9 d’autant plus que certaines plantes constitutives des landes ont une aire d’extension très étendue vers le nord comme la Bruyère Callune ou la Fougère aigle. Cependant, un froid trop fort et permanent, comme c’est le cas au nord de la Norvège, induit l’apparition de landes qui ne sont plus atlantiques : les espèces changent (Camarine, Myrtille), les paysages également (landes subarctiques trouées de tourbières10).

21La variable hydrique du bioclimat définissant le biofaciès est essentielle. Son apport est double : d’une part comprendre comment les landes atlantiques se différencient entre elles (landes hygrophiles et landes sèches), d’autre part estimer, par le biais du rapport P/T, la contrainte hydrique qui peut limiter la venue et la croissance des plantes atlantiques. Bien entendu, il faudrait pour affiner le bioclimat de chaque station estimer plus précisément le budget de l’eau qui résulte de la mise en balance entre l’offre donnée par les précipitations et la demande de la végétation exprimée par ETP (Evapotranspiration Potentielle).

  • 11 L’optimum de développement de la lande atlantique semble toutefois correspondre à des totaux pluvio (...)

22Quoi qu’il en soit, les climats favorisant les landes, très océaniques par les températures, ne sont pas tous très arrosés. Des différences importantes sont notées selon les façades océaniques et la disposition du relief côtier. Bénéficiant d’un effet d’abri, la façade orientale des Iles Britanniques (cf. Aberdeen) apparaît modérément arrosée par rapport aux étendues bordières qui s’étirent en position occidentale. Au niveau de la mer, c’est toujours plus de 1000 mm d’eau qui s’abattent sur les Hébrides et l’ouest des Highlands : la lande est remplacée par des tourbières où les sphaignes abondent et par des prairies à Molinie. Bien que cet effet façade soit perceptible, notamment dans l’extrême nord des Iles Britanniques, les landes ne sont pas exclues à l’ouest : celles-ci se développent sur d’étroits liserés côtiers au nord-ouest du Pays de Galles, et en Angleterre, sur les immenses étendues sauvages de l’Exmoor où elles alternent avec des forêts littorales. Donc, globalement, les totaux peuvent être fort variables11 ; par contre, il faut un grand nombre de jours de précipitations (entre 180 et 250).

  • 12 P. Dupont, « Richesse, originalité et diversité des landes ibéro-atlantiques », Bulletin d’Ecologie(...)
  • 13 P. Blandin (dir.), « La nature en Europe », Paris, Bordas, 1992, p. 121.

23Un rapport P/T inférieur à 4 définit une déficience hydrique ; lorsqu’il est inférieur à 2, c’est la sécheresse, et l’activité végétale est pratiquement réduite à zéro. Les bioclimats tempérés tièdes de la façade atlantique sont caractérisés par des étés secs où P/T se situe entre 2 et 3 ; la sécheresse estivale est compensée par plusieurs mois d’optimum hydrique et par des totaux de précipitations annuelles relativement élevés. L’ambiance humide combinée à la fréquence des brouillards permet à la lande ibéro-atlantique de se développer : c’est une lande riche sur le plan floristique (une douzaine de bruyères ; une dizaine de genêts) mais pénétrée par des éléments de flore méditerranéenne12. Il est à noter que diverses plantes atlantiques constitutives de ces landes sont très voisines des méditerranéennes : Erica cinerea va au-delà des limites du secteur ibéro-atlantique (León dans des garrigues où la sécheresse estivale est très prononcée) tandis qu’Erica ciliaris se retrouve jusqu’aux montagnes d’Andalousie et du nord du Maroc (Dupont, 1980). Cette lande ibéro-atlantique atteint son optimum de développement en Galice ou sur la côte cantabrique où les étés sont relativement frais13. La sécheresse estivale explique sa dégradation en formation buissonnante méditerranéenne de type matorral. A partir de l’embouchure du Douro, les reliefs côtiers s’abaissent et une plaine littorale assez étroite se développe jusqu’en Estrémadure. Le climat devient mésoméditerranéen, ce dont témoigne la composition de la végétation (chênaies méditerranéennes).

24Une flore méditerranéenne occidentale est présente dans certains types de landes, par exemple Daphne gnidium, Smilax aspera et même Lavandula stoechas près du littoral du sous-secteur galicien.

  • 14 R. Corillion, Notice détaillée des feuilles armoricaines. Phytogéographie et végétation du Massif a (...)

25La contrainte hydrique s’atténue modérément sur les littoraux français : les mois secs n’existent plus mais le semestre chaud comprend de nombreux mois subsecs et déficients préjudiciables aux espèces atlantiques. En Vendée, la lande atlantique est remplacée par une chênaie verte14 ; cette lande est par contre bien présente en Basse-Bretagne et dans le Nord Cotentin. G. Houzard a montré que les franges littorales pouvaient subir des déficits hydriques marqués. Dans le Léon et le Trégorrois, ce dernier a montré qu’il était fréquent que l’indice semestriel d’aridité (période d’avril à septembre) tombe à 20 et qu’il ne dépasse pas 22 ou 23 au cap de la Hague et à la pointe de Barfleur (Houzard, 1980).

  • 15 J.P. Trzpit, « Le vent, une composante fondamentale de l’environnement en milieu littoral : l’exemp (...)

26Des déficits hydriques sont possibles chaque année, mais la lande rase et sèche se complaît dans cette position de finistère armoricain. La lande xérophytique peut surprendre dans ces contrées que chacun imagine humides et venteuses. A la station de la Hague, les précipitations sont pourtant loin d’être médiocres (figure 4) : plus de 650 mm relativement bien répartis tout au long de l’année. L’offre climatique n’est donc pas ridicule, mais cette offre est contrebalancée par une demande excessive émanant d’une végétation littorale constamment soufflée par le vent et donc soumise à un stress hydrique important du fait du fort pouvoir évaporant de l’air marin. Le vent exacerbe l’ETP, dessèche les tissus, et entraîne corrélativement des besoins en eau importants. La végétation répond à cette contrainte et s’adapte en développant des xéromorphoses (appareils foliaires de petite taille, épines etc.) analogues à celles des milieux secs méditerranéens15.

27Dans les Iles Britanniques, nous sommes en situation de surplus hydrologique : l’ambiance humide combinée à la fraîcheur des températures permet aux landes de se développer sans coup férir. Mais lorsque l’eau devient surabondante, ce sont les tourbières qui prennent le relais (façade ouest des Iles Britanniques, nord de l’Ecosse).

  • 16 M. Bournérias, C. Pomerol, Y. Turquier, La Manche du Havre à Avranches, Guides naturalistes des côt (...)

28Bref, les landes atlantiques répondent à un certain déterminisme climatique. Les facteurs climatiques, parmi d’autres, fixent le cadre dans lequel évoluent les êtres vivants. En position littorale, l’action du vent est essentielle : le vent est prégnant, les plantes des landes s’adaptent à sa violence et à sa fréquence, il modèle la végétation, induit des écotypes16, et confère à première vue aux landes une certaine stabilité. Les bioclimats interviennent ensuite. Ces bioclimats permettent d’opérer des découpages dans le domaine atlantique et donc d’introduire des éléments de diversité. Des gradients bioclimatiques induisent des gradients écologiques et des seuils biologiques, et les aires de répartition des principales espèces de lande reflètent dans une large mesure ces gradients.

29Mais, le climat n’est pas suffisant car, à l’échelle régionale, des bioclimats analogues peuvent donner des formations végétales différentes. Lors de la coexistence de plusieurs formations végétales sous le même bioclimat, des rapports de force s’établissent rapidement et l’une d’entre elles peut prendre rapidement le dessus sur les autres : c’est le cas de l’Aquitaine où les landes concurrençaient sérieusement la forêt avant l’afforestation sous le Second Empire ; c’est aussi l’exemple des Iles Britanniques où la chênaie acidiphile ne laissait que des « bouts de landes » dans les sections littorales très éventées. Le bioclimat n’explique pas tout : aux conditions bioclimatiques viennent s’ajouter les données pédologiques.

Le rôle des sols et des conditions de drainage

  • 17 Il existe toutefois quelques landes calcicoles comme celles du nord-ouest de l’Allemagne qui repose (...)

30Sur le plan synécologique, les landes atlantiques sont en majorité des landes silicicoles17 associées aux terrains des massifs anciens.

  • 18 Ce n’est cependant pas le cas aux Pays-Bas et au nord-ouest de l’Allemagne où des landes sont inféo (...)

31L’acidité est liée au départ à la nature du substratum qui est souvent siliceux (roches granitiques et métamorphiques)18 ; elle est ensuite renforcée par l’action des eaux d’infiltration qui entraînent un lessivage, et par les espèces atlantiques acidifiantes qui ajoutent leurs méfaits à ceux des pluies. Toutefois, en bordure de côte, l’acidité initiale du substrat peut être atténuée par l’action de « saupoudrage » liée aux vents marins chargés de sables coquilliers.

32Les landes rases sont occupées par des sols pauvres, acides, et très minces de type ranker. Les affleurements de roches dures et peu altérables (faciès gréseux par exemple) se prêtent bien aux végétations basses masquant mal le substrat. Les landes plus hautes sont caractérisées par une évolution podzolique de ces sols : le podzol bien constitué indique une lande vieillie et suffisamment stable pour avoir engendré une évolution pédologique déjà importante.

  • 19 Mais il faut noter que ce substrat crayeux est souvent transformé en argile à silex par l’action du (...)

33Sur le plan autoécologique, les distributions irrégulières de certaines plantes landicoles sont liées pour partie aux facteurs pédologiques. Si la Bruyère cendrée et la Callune se développent préférentiellement sur les substrats siliceux, des stations isolées de ces deux Éricacées peuvent se rencontrer sur des substrats calcaires19 ; ces bruyères sur craie (« chalk heath ») ont été décrites par A.G. Tansley sur les falaises anglaises (Wattez, 1985).

34Dans les landes, certaines chaméphytes possèdent une large amplitude trophique : il n’est donc pas étonnant de les rencontrer sur des sols à richesse chimique et pH très variable. La Bruyère vagabonde (Erica vagans) en est une belle illustration sur le littoral atlantique français (Dupont, 2001) : la plante est capable de s’associer à l’Ajonc d’Europe pour former des formations landicoles développées sur des substrats argilo-limoneux, subacides, et assez bien pourvus en bases ; c’est précisément le cas des landes littorales développées sur le plateau maritime des côtes ouest des îles de Groix et de Belle-île. De même, Erica vagans peut former en Espagne dans le sous-secteur cantabrique de véritables landes calcicoles en compagnie d’une espèce de genêt (Genista hispanica subsp. occidentalis).

35La circulation de l’eau dans le sol intervient à son tour. L’eau stagnante n’est guère favorable au maintien de la lande. Si le sol est trop marécageux, nous passons à des tourbières, le bog des Iles Britanniques, en particulier de l’Irlande.

  • 20 C. Romão, « Manuel d’interprétation des habitats de l’Union Européenne (Version EUR 15) », p. 33. P (...)

36Beaucoup de plantes n’arrivent pas à former des faciès bien développés si le sol devient trop humide. C’est le cas des fougères qui disparaissent au bas des versants de vallées aux fonds très mal drainés. Parmi les éricacées, seules les bruyères à 4 angles (Erica tetralix) arrivent à s’installer sur les terres marécageuses acides. D’après certains botanistes, notamment A. Lecointe et M. Provost, ce type de végétation supporte sans doute l’humidité plus qu’il ne la recherche. En été, son sol peut être aussi sec que celui de la Bruyère cendrée. Par contre, en hiver il passe plusieurs mois sur un terrain gorgé d’eau, chose qu’Erica cinerea ne peut supporter (Lecointe et al., 1974). Des landes tourbeuses sont aussi possibles mais ces landes sont, d’une part, moins représentées à la surface du globe que les landes mésophiles ou xérophiles, d’autre part, elles sont souvent de faible ampleur, mal structurées, et alternent sur de courtes distances avec des communautés herbacées20. Souvent l’acidité et la quasi permanence de l’eau permettent la venue d’espèces génératrices de tourbe comme les sphaignes (Godat et al., 2003).

37Sur les tourbières, les plantes des landes ne sont pas toutes exclues : la Callune peut par exemple s’installer en restant confinée au sommet des petites bosses des tourbières bombées. La Callune sera par contre incapable de former une callunaie luxuriante dans un tel milieu. A l’inverse, un manque d’eau peut contribuer à dégrader la lande ou du moins à l’ouvrir : cette lande devient concurrencée par les herbes, les graminées, capables de constituer des pelouses silicicoles.

38Pour en finir avec ce registre pédologique, il importe de souligner l’importance de la topographie qui commande le fonctionnement de la nappe phréatique et les processus hydrogravitaires sur les versants.

  • 21 F. Morand, « Colloque de biogéographie. Introduction à la séance consacrée aux landes », Bulletin d (...)
  • 22 G. Rougerie, Biogéographie littorale, Paris V, CDU, 1967, p. 13.

39L’érosion ne doit pas être sous-estimée. Selon F. Morand, c’est avec le vent une autre cause de l’absence de la forêt21. Bien que les roches dures soient altérées, l’érosion ne permet pas la maintenance de sols suffisamment développés pour que des arbres puissent s’élever à la hauteur d’une forêt. L’eau de mer et l’eau des pluies plaquées avec violence par les tempêtes contre les falaises dénudent les rochers et empêchent l’installation des landes. L’érosion de type géomorphologique (éboulements, glissements en masse, grosses coulées) doit être différenciée de l’érosion « épidermique » affectant la partie la plus superficielle du substratum rocheux et surtout la couverture vivante des versants (complexe sol-végétation). Ce sont des processus tel que le ruissellement aréolaire qui empêchent la germination des plantes. A proximité immédiate du rivage, ce sont les rochers qui terminent la terre et seules les pelouses aéro-halines supportent ces conditions extrêmes. Aux quelques herbacées viennent s’adjoindre des végétaux inférieurs très rustiques comme les lichens. Sur le plan biogéographique, on se trouve sur la lisière des peuplements continentaux, mais on n’est pas encore parvenu en milieu marin22. Plus à l’arrière, dès que l’épaisseur du sol et la pente le permettent, les landes apparaissent. Sur les versants d’éboulis, la lande se disloque car les sols sont précaires et trop instables. Sur des versants couverts de coulées de solifluction (head) ou d’arènes granitiques, le volume de sol prospecté par les racines est plus important, des végétaux comme la Fougère aigle sont capables de coloniser rapidement, même en situation de front de falaise très exposé. Dans le Cotentin occidental, des toposéquences sont fréquemment observées en bordure de côte (figure 5) : landes xériques (Erica cinerea et Calluna vulgaris) sur les buttes rocheuses ou les sommets des versants rocheux abrupts ; landes mésophiles à Ulex europaeus à la base des versants ou à mi-pente ; enfin, des formations tourbeuses à Erica tetralix localisées sur les bords des ruisselets et dans les vallons où se concentrent les eaux de ruissellement.

Fig. 5 - Transect au nord de la réserve de Vauville (Cotentin occidental, Manche)

  • 23 J.R. Wattez, « Influence de facteurs géomorphologiques et topographiques sur la répartition des lan (...)

40Mais il est difficile de définir précisément des seuils à partir desquels le milieu serait potentiellement apte à héberger des formations landeuses d’autant plus qu’il peut exister des phénomènes de compensation entre facteurs. Par exemple, des sols peu rétentifs en eau corrigent les effets d’une pluviosité excessive. Inversement, des sols tourbeux très acides peuvent créer localement des conditions de sécheresse physiologique23.

41En résumé, les sols varient (nature, richesse trophique, et état d’humidité) mais les dynamiques pédologiques sont toujours les mêmes : dominent sans conteste les processus de lessivage et de podzolisation pour toutes les landes atlantiques. En bordure de côte, l’érosion est une donnée permanente génératrice de déséquilibres et de mobilité écologique (variabilité des cortèges floristiques d’une année sur l’autre) qui, associée à d’autres phénomènes, devient un élément important dans la répartition et la dynamique du tapis végétal.

42Bref, paramètres climatiques et sols se combinent et expliquent en partie la trame spatiale des landes atlantiques. Intégrer climat et sol est nécessaire mais pas suffisant car, même si cette combinaison géographique reste valable aujourd’hui, elle s’applique surtout au passé, aux landes primitives, originelles, celles qui existaient avant le Néolithique et les grandes interventions humaines. Ne pas intégrer l’homme dans cette combinaison serait un non-sens. Comment l’homme intervient dans ce déterminisme, quelles sont ses modalités d’action ?

L’empreinte humaine

  • 24 A. Miossec, « Une discontinuité majeure ; les littoraux », Limites et discontinuités en géographie, (...)

43Le littoral n’est pas que de nature, il est aussi d’œkoumène. Ce dernier marque l’occupation durable de l’espace par l’homme. Comme le dit A. Miossec24, ce littoral est affecté par des logiques fonctionnelles qui expriment le fait « que chaque homme ou chaque collectivité, qui se constitue autour d’une fonction, quelle qu’elle soit, entend tirer parti au maximum des avantages que présente un milieu, un lieu ou un espace. Pour cela, chaque groupe met au service de cet objectif singulier toute son intelligence, toutes les techniques que permet le développement économique et social : le lieu est alors jugé unique et défendu comme tel, contre les aspirations des autres protagonistes ».

La lande, fondement du système agraire traditionnel

44La lande n’est pas un « désert atlantique », elle ne doit pas être opposée à l’espace agricole. Dans les temps anciens (jusqu’à la fin du XIXe siècle), les landes s’inscrivaient dans les agrosystèmes et s’intégraient parfaitement bien aux systèmes agraires traditionnels.

  • 25 P. Flatrès, Géographie rurale de quatre contrées celtiques : Irlande, Galles, Cornwall et Man, Renn (...)

45L’extension des espèces acidiphiles a été rendue possible par les modes d’exploitation ancestraux. P. Flatrès, géographe ruraliste, et qui fut un grand spécialiste des Iles Britanniques, nous disait que l’exploitation agricole traditionnelle était comme une île au milieu de la lande mais intimement associée à celle-ci25. Autour de la ferme s’étendait « l’in-field » ou cultures de terres chaudes, parcelles de terres les plus belles alternativement ensemencées et laissées en jachère plusieurs années ; plus loin se déployait « l’out-field », domaine de la lande à l’état naturel. Cette lande n’était pas laissée en l’état, elle était cultivée à de longs intervalles et était donc rajeunie périodiquement. A cette fin, les landes étaient fréquemment encloses de clôtures temporaires dans le but d’obtenir deux ou trois récoltes de grains après quoi le terrain était à nouveau remis à l’état d’incultes. La jachère pouvait être maintenue herbeuse pour servir à la pâture, mais elle pouvait aussi être rapidement couverte d’ajoncs. L’ajonc venait naturellement sur des terres anciennement labourées et cultivées, mais il était aussi ensemencé (jannières inscrites au cadastre) : une véritable « culture de l’ajonc » existait, notamment dans le massif armoricain (surtout la Bretagne), moins dans les contrées celtiques d’Outre Manche. L’ajonc pouvait remplir différentes fonctions :

  • il était semé à la fin des périodes de culture pour enrichir la terre (richesse de la plante en azote) ;

  • il était pilé et servait de fourrage ;

  • il servait de litière tout comme certaines bruyères ou la Fougère aigle.

46D’autres pratiques bien connues des paysans d’aujourd’hui étaient en rapport avec une volonté farouche de fertiliser les terres : l’étrépage et/ou l’écobuage (concernant surtout les bruyères) produisait le fumier qui enrichissait les terres les plus ingrates.

47Il n’est pas trop fort d’affirmer que les landes atlantiques ont été pendant longtemps le fondement majeur de tout le système agraire traditionnel.

48Ce rôle important joué par la lande atlantique se voit encore de nos jours clairement dans les paysages.

  • 26 La Hague n’est pas un cas isolé. Par exemple, dans le sud du Massif armoricain, sur des sols tempor (...)

49Par exemple, la lande littorale à proximité du cap de la Hague (Nord Cotentin) montre aujourd’hui des murets sur des espaces très exposés et où la pente est très marquée. Ces murets qui servaient autrefois à délimiter des parcelles sont la marque d’une occupation de l’espace par l’agriculture qui dut être très forte et nous renseigne donc sur la pression qu’a dû subir cet espace, pression liée aux très fortes densités de population qu’a connues la Hague au milieu du XIXe siècle. De nos jours, les levées de terre à partir desquelles s’élèvent ces murets permettent non seulement de déceler sans difficulté les anciennes limites de propriétés mais aussi de comprendre la localisation de certaines plantes landicoles : les murets forment en quelque sorte des micro-milieux spécifiques26.

50En bordure de côte, la lande était donc finement appropriée et supportait des cultures d’autant plus que la proximité du littoral permettait aux sols minces et pauvres d’être enrichis au moyen d’engrais naturels (goémon) ramassés sur les plages.

51Lorsque le rôle joué par les landes dans l’économie rurale s’est affaibli en raison des modifications structurelles de l’agriculture, la friche a gagné et la nécessité de tirer partie des vastes surfaces désormais incultes qu’elles représentaient s’est manifestée dans un bon nombre de régions : il fallait valoriser ou plutôt revaloriser ces « incultes ».

La valorisation de l’inculte

  • 27 A. Guilcher, J. Beaujeu-Garnier, L’Europe du Nord et du Nord-Ouest, t. 1, Paris, PUF, 1958, p. 160- (...)

52Beaucoup de landes côtières ont été transformées en terres de labour. Cette transformation peut se comprendre aisément dans certaines contrées du nord de l’Europe où la limite supérieure des terres cultivées se situe au niveau de la mer (cas des archipels écossais : Hébrides, Orcades, Shetland)27. Les modifications furent douces et progressives ou plus radicales comme dans les landes morbihannaises (Wattez, 1995) rapidement converties en champs de maïs après labourage et amendement du sol.

  • 28 L’expansion de cette espèce compétitive qu’est la Molinie est l’indication d’une intense perturbati (...)

53En Galice, en France (Aquitaine, Bretagne, Normandie), dans les Iles Britanniques (nord de l’Ecosse, sud de l’Angleterre, nord de l’Ecosse) ou encore au Danemark, de vastes étendues de landes ont été boisées. Ce sont les résineux qui ont été subventionnés (par la « Forestry Commission » en Grande Bretagne, par le « Fonds Forestier National » en France) et donc majoritairement retenus dans ces entreprises d’afforestation ; plusieurs vagues se sont succédé à partir de la fin du XIXe siècle. Parfois ces boisements avaient une justification économique. Par exemple, en Bretagne (Morbihan), les pins plantés étaient destinés aux exploitations minières du nord et de l’est de la France. Les tentatives de reboisement n’ont pas été toutes couronnées de succès, mais elles ont toutes transformé les paysages et bouleversé les équilibres écologiques. La plantation de pins dans les landes à éricacées délaissées a profondément modifié le tapis végétal de celles-ci : bruyères et ajoncs ont fortement régressé tandis que proliférait la Molinie. Quand le boisement ne se justifiait plus, l’exploitation des pins ou leur mort n’a pas entraîné le retour des espèces landicoles ; parfois la Molinie28 a pris plus d’extension encore au point de voir se former de véritables moliniaies landicoles (landes de Lessay dans la Manche).

54D’autre part, des landes ont été asséchées, d’autres ont été supprimées pour laisser place à des projets divers (urbanisation, sites industriels etc.). Cette valorisation de l’inculte que certains ont appelé « une amélioration des terres » en est-elle vraiment une ? Le débat reste ouvert.

  • 29 L. Brigand, F. Bioret, « Réflexions sur l’influence du mouton dans les modes de gestion des milieux (...)

55L’immixtion de l’homme dans les paysages landeux ne fut pas toujours directe et d’application locale (rôle des notables, des administrations communales etc.), elle fut dans certains cas plus insidieuse et liée à un contexte socio-politique dépassant le cadre local ou national. Par exemple, à Clare Island29 (île à l’entrée de la baie de Clew sur la côte ouest irlandaise), les éleveurs irlandais ont considérablement gonflé leurs troupeaux ovins en exploitant habilement et à fond les possibilités offertes par la Politique Agricole Commune au début des années 1990. Cette importante charge en moutons a entraîné la disparition de certaines espèces rares ou menacées, ainsi que la modification voire la disparition des communautés végétales de landes, au profit d’une pelouse rase dominée par les espèces refusées par les moutons (Jonc squareux, Fougère aigle).

56Mais les landes littorales n’ont pas été toutes transformées et couvertes de forêts. Soit le conservatisme des paysans constituait un frein aux changements (presqu’île de la Hague), soit les dures conditions physiques du milieu littoral annihilaient toutes les entreprises.

57Ainsi, beaucoup de landes ont évolué d’elles-mêmes sans inquiéter outre mesure la population. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Les landes en raréfaction sont-elles devenues marginalisées ? Pourquoi restent-elles en place ? Quelles sont leurs nouvelles fonctions ?

L’utilité des landes aujourd’hui

58Les landes atlantiques aujourd’hui préservées le sont car on a pris conscience à temps de leur rareté et donc de leur grande valeur scientifique et patrimoniale.

59En effet, dans certaines régions, comme en Normandie, le regard sur la lande a évolué : sous la pression des naturalistes et des organismes de protection de la nature (Conservatoire du Littoral etc.), nous avons reconsidéré la lande en redécouvrant son intérêt écologique et paysager. L’émergence d’une pensée environnementaliste depuis une trentaine d’années a permis d’édicter un certain nombre de lois et donc d’apporter des réponses juridiques à la gestion d’un espace où interfèrent des dynamiques propres à la nature et d’autres qui marquent le fonctionnement de la société (Miossec, 2002). Mais la mise en protection n’est pas chose évidente puisqu’il faut sans cesse convaincre à partir d’arguments scientifiques dans un contexte juridique qui ne permet pas d’imposer. La protection qui exprime aussi des limites (cf. zonage, POS) ne suffit pas. En France, les espaces couverts de landes littorales en grande partie préservés sont également des espaces qu’il faut savoir gérer : il n’est pas question de laisser la lande littorale complètement en l’état même si celle-ci se situe en front de mer, en situation très exposée. Les nouvelles directives de protection de la nature (cf. documents d’objectifs de la directive Natura 2000) imposent aussi des interventions, des mesures, mais toujours conservatoires et qui vont dans le sens d’une gestion prudente et raisonnée des paysages.

60Que pouvons-nous retenir de ces relations homme-nature ?

  • 30 Cf . A. Miossec, « Une discontinuité majeure ; les littoraux », Limites et discontinuités en géogra (...)
  • 31 J.P. Corlay, « Facteurs et cycles d’occupation des littoraux », Géographie humaine des littoraux ma (...)

61Il est manifeste que la lande atlantique s’inscrit dans une dynamique gouvernée, pour partie, par les activités humaines. La lande forme une entité socio-spatiale au même titre que d’autres formations végétales inscrites dans la longue durée des processus anthropiques. Si l’immixtion de l’homme est évidente, son rapport à l’espace et ses interventions dans leurs représentations et leurs pratiques le sont moins. Bref, la permanence de son action ne doit pas masquer la diversité des actes et des conséquences qui en découlent sur la dynamique de la formation. De sorte, peut-on résumer les différentes formes d’intervention anthropique et analyser leurs effets en termes de dynamisme végétal et d’évolution paysagère ? Une réflexion en trois temps s’impose. Tout d’abord, il faut envisager la lande avant les grandes interventions anthropiques. A ce moment, la lande inscrite en périphérie des finages fait partie d’un espace agrovégétopastoral. Bien que parfaitement intégrée dans les agrosystèmes, elle est aussi défrichée dans le but d’accroître la surface cultivable. Ces défrichements ne prennent pas un caractère systématique et la formation peut reprendre le dessus sur les terres momentanément laissées en jachère. Mais, la reprise par la végétation spontanée doit se différencier de celle assistée par la main de l’homme. Sur ce point, il est important de rappeler qu’une plante très caractéristique de la lande, l’Ajonc d’Europe, pouvait prendre un caractère soit spontané, soit cultivé. Les cadastres anciens s’efforçaient d’ailleurs d’opérer la nuance : ils distinguaient les terres vaines et vagues et ces terres cultivées d’ajoncs. Mais quand ces deux entités foncières étaient mitoyennes en bordure de côte, il ne s’agissait toutes proportions gardées que de landes battues par les vents ! On comprend mieux la domination actuelle de la plante dans un grand nombre de finistères européens. Dans le même ordre d’idées, la forte représentation des Éricacées (notamment de la Callune) dans les landes bretonnes d’aujourd’hui est directement liée aux pratiques d’étrépage et d’écobuage pendant des siècles. Jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle, dans un contexte de forte pression démographique, la lande ne recule pas ou très peu puisque la société littorale la perçoit comme utile et même fondamentale pour l’économie locale. Cette perception de l’utile bifurque au moment où la lande n’est plus vue comme un élément central du système agraire. C’est le second temps de la lande, celle de sa destruction ou de son altération. A partir de ce moment, la lande a deux destins différents. Soit elle est supprimée et remplacée par des géosystèmes artificialisés (constructions, végétation de substitution etc.), soit elle est simplement altérée (défrichements limités, enrésinement réduit etc.) et conserve donc son emprise spatiale. Dans le premier cas, il s’agit d’interventions radicales qui interdisent le retour de la lande ou alors l’autorisent au bout d’un certain temps. Mais il s’agit dans ce cas d’une lande de substitution bien différente de la végétation d’origine. Dans la seconde hypothèse, la lande entretenue grâce à la rémanence de pratiques ancestrales ne disparaît pas. Elle conserve ses grands traits physionomiques même si la main de l’homme a pu d’une certaine manière dévier et réorienter les potentialités végétales. Enfin, le troisième temps de la lande est celui des réactions et des remises en question qui naissent à partir du moment où désordres et conflits d’usage mal maîtrisés imposent de nouvelles règles d’organisation de l’espace littoral. Ces règles introduites par le droit littoral et les directives européennes de protection de la nature sont le reflet d’un « littoral d’institution »30 où contraintes juridiques et aspirations individuelles se mêlent. La lande devient alors un savoureux compromis entre des externalités31 (stratégies initiées de l’extérieur) dont le poids est croissant et des contingences locales (rôle des collectivités locales, des élus, des milieux associatifs) qui s’expriment souvent avec force.

62Finalement, délimiter les landes atlantiques littorales en Europe occidentale n’est guère facile car ces landes ne répondent pas qu’à une offre biopédoclimatique, elles doivent également leur déterminisme au jeu des pratiques humaines, un jeu permanent, parfois subtil, et qui s’est exprimé très différemment selon les époques. La difficulté de la recherche est encore renforcée par la prise en compte de la durée des processus évolutifs. Celle-ci est génératrice de discontinuités, de ruptures ou d’évolutions plus lentes. Le temps de la nature n’évolue pas au même rythme que celui des hommes. Mais, quelle échelle de temps doit-on privilégier ? Comment emboîter les différentes « temporalités » (échelle des temps géologiques, des temps historiques des derniers millénaires, des temps plus courts du dernier siècle etc.) ?

Les landes atlantiques : quelle potentialité ? quel déterminisme ?

La potentialité d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui

63La potentialité, c’est-à-dire la possibilité qu’a la lande atlantique de s’installer puis de se développer, est une donnée évolutive.

64Les héritages quaternaires sont essentiels car, en définitive, beaucoup de landes sont jeunes, leur acte de naissance correspond au moment où s’amorce la reconquête de la végétation dès le Tardiglaciaire. En considérant les derniers millénaires, il est juste d’affirmer que les climats ont changé, et donc, en bordure de côte, les contraintes climatiques ont également changé. La détérioration du climat au Subboréal et au Subatlantique, postérieure à l’optimum climatique, explique pour partie les changements de potentialité. En Europe occidentale, l’optimum climatique vers 6000 BP avait entraîné une élévation du niveau de la mer ; des végétaux arborescents qui avaient pu s’installer en bordure de côte ont péri du fait de cette élévation : nous retrouvons en France et dans les Iles Britanniques des restes de forêts submergées qui témoignent de ces vicissitudes climatiques.

65Le couple internalités-externalités (facteurs endogènes-facteurs exogènes) est d’après J.P. Corlay « une clé fondamentale de la compréhension de l’occupation des littoraux, de ses formes et de son évolution ». Les externalités évoquent des stratégies économiques ou environnementales initiées de l’extérieur (décisions émanant d’institutions, des pouvoirs centraux etc. ; décisions d’aménagement qui naissent en dehors des zones côtières elles-mêmes). Les internalités relevant de l’analyse à grande échelle géographique expriment les conditions de site et l’environnement socio-politico-culturel local dans lequel s’insère la lande.

66Dans un passé plus récent, des changements sont aussi perceptibles : le vent, certes fréquent et violent en bordure de côte, l’était encore plus au petit âge glaciaire, période d’instabilité climatique et marquée par la recrudescence des tempêtes. Les changements climatiques ont donc ouvert la voie à des modifications physionomiques et floristiques de la végétation.

67Ce poids du passé ne doit donc pas être sous-estimé. Il permet aussi d’expliquer les liens de parentés des différentes landes atlantiques. Ces traits communs sont nombreux : une flore spécialisée avec un fond floristique qui se retrouve à chaque fois ; la jeunesse de la formation consécutive à la déglaciation ; son intégration dans les agrosystèmes traditionnels dès le Néolithique.

Intégrer les différentes potentialités

68Chaque lande a son histoire mais aussi sa propre dynamique.

69Les landes sont les témoins d’une longue histoire. Les déterminants naturels doivent être appréhendés dans le temps présent mais nous devons aussi tenter d’apprécier leur action dans le passé. De même, la potentialité doit intégrer la main de l’homme et les divers choix qu’il a pu faire au cours du temps.

  • 32 A. Lecointe., M. Provost, De la forêt à la lande, Cahiers du département de géographie de l’univers (...)

70D’un point de vue dynamique, la genèse tout comme l’évolution des landes ne sont pas faciles à cerner. La simple formule : landes océaniques climaciques et landes intérieures anthropiques n’est pas valide. Pourquoi ? Parce qu’il est difficile de répondre aux diverses hypothèses que les chercheurs peuvent émettre quant à l’origine des landes ou à leur devenir. La lande est-elle l’étape finale de la succession végétale ? N’est-elle qu’un stade transitoire progressif ou régressif ? Il est difficile de trancher quels que soient les lieux et les contextes historiques envisagés. Certes, il est souvent dit que certaines landes (celles à bruyères32) paraissent plus stables que d’autres (celles à genêts ou à ajoncs), mais il s’avère bien délicat et même dangereux d’en déduire des modèles de dynamique évolutive. Mais, n’est-ce pas un faux problème quand on sait que le temps est, par définition, générateur de changements ?

71Ainsi, si certaines landes littorales d’aujourd’hui, façonnées par les éléments, et parfois difficilement accessibles, peuvent paraître stables pour le commun des mortels, cette stabilité n’est qu’un leurre : la lande ne traduit pas un état final, un paysage qui resterait immuable et figé, mais exprime plutôt des états provisoires traduisant des situations d’équilibres appelés à être remis en cause par des changements climatiques, des évolutions des sols, des phénomènes d’érosion littorale, et surtout par des pratiques sociales variées qui trouvent leur origine dans les mentalités individuelles ou collectives des personnes et des sociétés.

72Travailler sur le déterminisme des landes atlantiques, c’est inclure plusieurs potentialités, et c’est aussi avoir conscience que ces landes sont toujours aujourd’hui des ressources, des espaces, où les regards se croisent.

Conclusion : bilan et problèmes posés

73La lande atlantique s’inscrit dans un espace dynamique difficile à enfermer dans des limites spatiales précises. Cette question délicate de la discrétisation concerne aussi d’autres formations végétales confrontées depuis toujours aux problèmes de limites et de discontinuités (Simon, 2000 et 2002). Dans le cas présent, la difficulté est encore aggravée par la position d’interface que la lande occupe, cet « écotone littoral » pris au sens large du terme ou lieu d’interpénétration qui s’exprime autant dans une bande que sur une ligne. Sans résoudre ce problème épineux des limites, nous avons tenté ici de déceler l’existence ou non d’un déterminisme. Ce travail de synthèse n’est pas un aboutissement mais peut ouvrir peut-être d’autres pistes de recherche. Plus modestement, il s’est attaché à mettre en évidence des gradients et à poser un certain nombre de problèmes qui relèvent de l’analyse géographique.

74La végétation de la lande atlantique répond à une organisation suivant plusieurs gradients qui s’enchevêtrent à des échelles spatiales différentes. Trois gradients peuvent ici être retenus :

  • Le gradient de la contrainte (= la contrainte éolienne).
    C’est le plus important, le plus sélectif, et le plus rapidement perceptible à la vue. Sa logique spatiale est transversale. C’est lui qui permet à la lande de se différencier assez facilement à première vue des formations voisines. Il montre une authentique discontinuité que le géographe aménageur aura tout intérêt à prendre en considération en cas d’intervention. Le vent a une réelle capacité pour modeler la végétation et même l’uniformiser au point de gommer l’action des autres facteurs écologiques. Ces derniers impulsent également des variations mais ils ne sont pas aussi sélectifs que le vent. C’est aussi le gradient le plus stable à l’échelle tout au moins des observations humaines puisque directement lié à l’interface terre/mer et aux conséquences que cela engendre.

  • Le gradient bioclimatique.
    C’est un gradient aux effets modérateurs qui exprime des transitions progressives et montre bien les variations de la diversité spécifique de la formation. En excluant les effets de façade, sa logique est latitudinale. Les bioclimats expliquent les aires de répartition des principales espèces constitutives des landes. Ils expliquent également l’appauvrissement floristique de la formation depuis le sud du domaine atlantique jusqu’à ses marges septentrionales.

  • Le gradient pédologique.
    Il est double (trophique et hydrique) et se manifeste à grande échelle. A l’échelle stationnelle, les cortèges floristiques et les sols, étroitement liés, constituent les éléments les plus représentatifs du milieu. Nous constatons une grande variété de sols avec une large amplitude pour les deux gradients (trophique et hydrique). La végétation de la lande réagit surtout au fonctionnement du sol et à ses propriétés hydrodynamiques et beaucoup moins à sa morphologie traduite par les horizons. Aussi, le contexte topoclimatique réglant les conditions de drainage est important pour comprendre ses effets. Les sols sont le reflet d’une mosaïque regroupant sur de courtes distances des groupements différenciés traduisant davantage la diversité écologique que l’unité de la formation. Bien que les sols jouent un grand rôle dans les milieux naturels dont ils sont peut-être le meilleur enregistreur, ils n’ont pas cette faculté (contrairement au vent) de séparer des ensembles végétaux définis surtout par leur physionomie. Le sol n’est pas un facteur à lui seul discrétisant, c’est pour cela qu’il est rarement étudié séparément en biogéographie ; il entre souvent dans le cadre d’analyses mésologiques.

75La recherche du déterminisme n’est pas l’affaire que de gradients spatiaux. Nous l’avons notamment montré en évoquant les trois temps de la lande : les actions renouvelées des sociétés littorales sont fondamentales et expliquent bien souvent la physionomie actuelle de la formation, son paysage, qui ne peut se lire qu’en intégrant les pratiques du passé et les actions en cours. Les interventions humaines sont toujours à replacer dans un contexte social dans ses dimensions économique, politique, idéologique, culturelle et technique qui dépend lui-même du lieu mais aussi du moment. Plus généralement, les facteurs du milieu parmi lesquels nous incluons l’homme déterminent des processus évolutifs qui impriment certains caractères à la lande. En d’autres termes, l’environnement physique, humain, culturel, lié au littoral de nature et d’œkoumène provoque des altérations, des constructions, des réactions et des rétroactions ; à leur tour, ces processus modifient la lande, sa physionomie comme sa composition floristique. Les problèmes à résoudre résultent donc de processus multiples qui opèrent et doivent être saisis à des échelles de temps, d’espace, et d’analyse différentes.

76Enfin, la recherche du déterminisme pose le problème des facteurs de causalité et la question de l’homogénéité et/ou de l’hétérogénéité spatiale et temporelle.

77Force est de constater que la lande atlantique s’inscrit dans un système (figures 6 et 7) composé d’éléments en interaction. Les relations de cause à effet entre deux éléments du système sont rarement linéaires car elles sont souvent fonction d’autres variables. Ainsi, si la correspondance entre un type de sol et un groupement végétal peut révéler une relation mutuelle causale, elle peut aussi montrer une simple coïncidence sous l’influence d’un troisième agent. De plus, ces éléments sont eux-mêmes interconnectés par des liaisons dont la nature et l’intensité peuvent évoluer dans le temps.

Fig. 6 - Le système landeux : un système fonctionnel

Fig. 6 - Le système landeux : un système fonctionnel

Fig. 7 - Le système landeux : un système emboîté et hiérarchisé

  • 33 A titre d’exemple, la lande du cap Fréhel en Bretagne dominée par quelques espèces d’ajoncs et de b (...)

78La forte hétérogénéité spatiale et temporelle peut se comprendre aisément dans notre cas dans la mesure où la lande s’intègre dans ce système dynamique dont toutes les composantes (biotique, abiotique, humaine) se modifient en permanence. Cette forte hétérogénéité explique, en partie, la diversité des espèces. Pourtant, elle n’a pas toujours été perçue et admise par tous. En fait, comme le dit C. Lévêque (Lévêque, 2001), la reconnaissance de l’hétérogénéité soulève la question des stratégies d’échantillonnage33. Cette reconnaissance pose aussi le problème des échelles et des critères à prendre en compte. Une simple approche naturaliste à grande échelle n’est pas suffisante. Ainsi, en prenant l’association végétale comme référence et en la considérant comme le meilleur intégrateur de tous les facteurs écologiques responsables de la répartition de la végétation et de la distribution des paysages, la phytosociologie, malgré sa force inductive, conduit parfois à des généralisations hâtives et oblitère certains paramètres sociaux ou culturels pourtant essentiels à la compréhension des agencements spatiaux. Dès lors que l’on s’intéresse à des formations végétales inscrites dans la longue durée des processus évolutifs, l’échelle pertinente doit à mon sens relever autant de critères socio-culturels que de données naturalistes.

Haut de page

Bibliographie

1. BIROT P. (1970), Les régions naturelles du globe, Masson, Paris, 518 p.

2. BLANDIN P. (dir.) (1992), La nature en Europe, Bordas, Paris, 1992, 220 p.

3. BOURLET Y. (1980), Les landes de Bretagne septentrionale. Etude de biogéographie végétale, Norois, n° 107, p. 417-432.

4. BOURNERIAS M., POMEROL C., TURQUIER Y. (1984), La Manche du Havre à Avranches, Guides naturalistes des côtes de France, Delachaux et Niestlé, Paris, 264 p.

5. BRIGAND L. BIORET F. (1994), Réflexions sur l’influence du mouton dans les modes de gestion des milieux insulaires : Ouessant et Clare (Irlande), Norois, n° 164, p. 559-564.

6. CORILLION R. (1971), Notice détaillée des feuilles armoricaines. Phytogéographie et végétation du Massif armoricain, CNRS, Paris V, 197 p.

7. CORLAY J.P. (1998), Facteurs et cycles d’occupation des littoraux, Géographie humaine des littoraux maritimes, CNED-SEDES, Paris, p. 97-170.

8. DA LAGE A., METAILIE G. (coord.) (2000), Dictionnaire de biogéographie végétale, CNRS EDITIONS, Paris, 579 p.

9. DUPONT P. (1980), Richesse, originalité et diversité des landes ibéro-atlantiques, Bulletin d’Ecologie, t. 11, 3, p. 405-411.

10. DUPONT P. (2001), Atlas floristique de la Loire-Atlantique et de la Vendée, SILOË EDITEUR, Société des Sciences Naturelles de l’Ouest de la France, Nantes, 175 p.

11. FLATRES P. (1957), Géographie rurale de quatre contrées Celtiques : Irlande, Galles, Cornwall et Man, Rennes, 618 p.

12. GOBAT J.M., ARAGNO M., MATTHEY W. (2003), Le sol vivant. Bases de pédologie. Biologie des sols, Presses polytechniques et universitaires romandes, Collection Gérer l’environnement, 568 p.

13. GUILCHER A., BEAUJEU-GARNIER J. (1958), L’Europe du Nord et du Nord-Ouest, t. 1, PUF, Paris, p. 169-179.

14. HOUZARD G. (1980), Les massifs forestiers de Basse-Normandie : Brix, Ecouves et Andaines, Thèse de doctorat d’Etat, Université de Caen, 2 vol., 667 p.

15. HOUZARD G. (1993), Diversité des formations végétales primitives et des bioclimats de l’Arc atlantique, Norois, t. 40, p. 109-125.

16. LECOINTE A., PROVOST M. (1974), De la forêt à la lande, Cahiers du département de géographie de l’université de Caen, n° 9-10, p. 77-84.

17. LEFEUVRE J.C., BARNAUD G. (1988), Ecologie du paysage : mythe ou réalité ?, Bulletin d’Ecologie, vol. 19, n° 4, p. 493-522.

18. LEVEQUE C. (2001), Ecologie. De l’écosystème à la biosphère, Dunod, Paris, 502 p.

19. MIOSSEC A. (2002), Une discontinuité majeure : les littoraux, Limites et discontinuités en géographie, DIEM, Sedes, Paris, p. 95-106.

20. MORAND F. (1971), Colloque de biogéographie. Introduction à la séance consacrée aux landes, Bulletin de l’Association de Géographes Français, n° 393-394, p. 403-414.

21. OZENDA P. (1982), Les végétaux dans la biosphère, Doin, Paris, 431 p.

22. PALIERNE J.M., RENAUD E. (1990), Quand la forêt cache l’arbre, Cahiers Nantais, n° 35-36, p. 195-223.

23. PETIT-BERGHEM Y. (1996), Etude de la dynamique des milieux forestiers du littoral du Nord de la France, Thèse de doctorat nouveau régime, Université des Sciences et Techniques de Lille, 2 vol., 473 p.

24. PROVOST M. (1993), Atlas de répartition des plantes vasculaires de Basse-Normandie, Presse Universitaire de Caen, Caen, 90 p.

25. ROMÃO C. (1997), Manuel d’interprétation des habitats de l’Union Européenne (Version EUR 15), 109 p.

26. ROUGERIE G. (1967), Biogéographie littorale, CDU, Paris V, 119 p.

27. ROUGERIE G. (1988), Géographie de la biosphère, A. Colin, Paris, 288 p.

28. SIMON L. (2000), Les forêts de plaine en Europe : écologie, dynamisme et faits de répartition, L’information géographique, vol. 64, n° 1, p. 37-57.

29. SIMON L. (2002), De la plante à la formation végétale : les limites des découpages, Limites et discontinuités en géographie, DIEM, Sedes, Paris, p. 141-150.

30. TRZPIT J.P. (1999), Le vent, une composante fondamentale de l’environnement en milieu littoral : l’exemple du littoral normand, Actes du colloque de Caen « Littoraux : entre environnement et aménagement », PUC, Document MRSH Caen, 1999, p. 59-70.

31. WATTEZ J.R. (1985), Influence de facteurs géomorphologiques et topographiques sur la répartition des landes à Ericacées, Colloques phytosociologiques, t. 13, p. 461-468.

32. WATTEZ J.R., WATTEZ A. (1995), Les landes à Ericacées et les formations landicoles annexes subsistant dans la région alréenne (département du Morbihan), Documents phytosociologiques, vol. XV, Camerino, p. 175-181.

Haut de page

Notes

1 Plante dont l’aire de répartition correspond strictement aux régions les plus occidentales et nord occidentales de l’Europe (Provost, 1993).

2 P. Ozenda, Les végétaux dans la Biosphère, Paris, Doin, 1982, p. 277-282.

3 G. Rougerie, Géographie de la biosphère, Paris, A. Colin, 1988, p. 65-67.

4 A. Da Lage, G. Métailié, Dictionnaire de biogéographie végétale, Paris, CNRS Editions, 2000, p. 40.

5 Plus à l’intérieur des terres, le vent moins fort autorise la venue de plantes plus hautes. Biotomes de l’arbrisseau, de l’arbuste et de l’arbre se succèdent. Sur le plateau, les arbres ont souvent une origine artificielle en particulier ceux qui épousent les limites de parcelle.

6 La lande, par définition, caractérise une végétation suffrutescente.

7 P. Birot, Les régions naturelles du globe, Paris, Masson, 1970, p. 146-151.

8 G. Houzard, « Diversité des formations végétales primitives et des bioclimats de l’Arc atlantique », Norois, 1993, t. 40, p. 111.

9 Les côtes sont de plus des zones toujours privilégiées sur le plan thermique.

10 C. Romão, « Manuel d’interprétation des habitats de l’Union Européenne (Version EUR 15) », p. 37. Développement notamment des fourrés de saules subarctiques, code 31.622 de la typologie CORINE (version 91) des habitats de l’Union Européenne et code 4080 dans le formulaire Natura 2000.

11 L’optimum de développement de la lande atlantique semble toutefois correspondre à des totaux pluviométriques annuels compris entre 650 et 1200 mm.

12 P. Dupont, « Richesse, originalité et diversité des landes ibéro-atlantiques », Bulletin d’Ecologie, 1980, p. 408.

13 P. Blandin (dir.), « La nature en Europe », Paris, Bordas, 1992, p. 121.

14 R. Corillion, Notice détaillée des feuilles armoricaines. Phytogéographie et végétation du Massif armoricain, Paris, CNRS, 1971, p. 60.

15 J.P. Trzpit, « Le vent, une composante fondamentale de l’environnement en milieu littoral : l’exemple du littoral normand », dans A. Coudé et G. Coudé-Gaussen (dir.), Littoraux entre aménagement et environnement, Caen, MRSH, 1999, p. 63.

16 M. Bournérias, C. Pomerol, Y. Turquier, La Manche du Havre à Avranches, Guides naturalistes des côtes de France, Paris, Delachaux et Niestlé, 1984, p. 201. A titre d’exemple, la sous-espèce maritime du Genêt à balais (Sarothamnus scoparius subsp. maritimus), forme couchée du Genêt à balais, est rencontrée fréquemment en bordure de la Manche.

17 Il existe toutefois quelques landes calcicoles comme celles du nord-ouest de l’Allemagne qui reposent sur des moraines pas tout à fait décalcifiées, ou encore celles du sud-est de l’Angleterre qui surplombent les falaises de craie ; ces dernières sont, à l’inverse des silicicoles, généralement de substitution : elles sont injectées de phanérophytes pionniers (bouleaux) ou opportunistes (érables) et représentent de ce fait, soit un reste de forêt, soit une forêt en gestation (exemple de la chênaie méso-acidiphile développée autour d’Hastings ou de Folkestone dans le Kent).

18 Ce n’est cependant pas le cas aux Pays-Bas et au nord-ouest de l’Allemagne où des landes sont inféodées aux moraines décalcifiées à partir desquelles se sont développés les sols. Par ailleurs, aux Pays-Bas, en Grande Bretagne ou en France, nous pouvons trouver des formations landicoles sur des substrats sableux des dunes littorales.

19 Mais il faut noter que ce substrat crayeux est souvent transformé en argile à silex par l’action du pluvio-lessivage.

20 C. Romão, « Manuel d’interprétation des habitats de l’Union Européenne (Version EUR 15) », p. 33. Parmi ces landes humides atlantiques, notons au sud de l’Angleterre et en Bretagne, les formations à Erica tetralix et Erica ciliaris, habitat prioritaire sur sols paratourbeux ou asséchés et minéralisés en surface lorsqu’il s’agit de sols tourbeux (hydromor). Cet habitat correspond au code 31.12 de la typologie CORINE (version 91) et au code 4020 du formulaire Natura 2000.

21 F. Morand, « Colloque de biogéographie. Introduction à la séance consacrée aux landes », Bulletin de l’Association de Géographes Français, n° 393-394, p. 407.

22 G. Rougerie, Biogéographie littorale, Paris V, CDU, 1967, p. 13.

23 J.R. Wattez, « Influence de facteurs géomorphologiques et topographiques sur la répartition des landes à Ericacées », Colloques phytosociologiques, t. 13, Bailleul, 1985, p. 468. Selon A. Baudière cité par J.R. Wattez, la Bruyère cendrée peut se retrouver dans des conditions aussi opposées que celles de « landes sèches » ou de groupements développés sur sol tourbeux. Pour ce dernier type de milieu, l’acidité extrême stoppe ou freine l’absorption des bases et crée ainsi des conditions de sécheresse physiologique.

24 A. Miossec, « Une discontinuité majeure ; les littoraux », Limites et discontinuités en géographie, ed. Sedes, 2002 , p. 99-100.

25 P. Flatrès, Géographie rurale de quatre contrées celtiques : Irlande, Galles, Cornwall et Man, Rennes, 1957, p. 121.

26 La Hague n’est pas un cas isolé. Par exemple, dans le sud du Massif armoricain, sur des sols temporairement engorgés d’eau, c’est la Bruyère ciliée (Erica ciliaris) qui domine alors que la Bruyère cendrée se réfugie sur les buttes rocheuses et sur de simples levées de terre correspondant aux anciennes limites de propriétés.

27 A. Guilcher, J. Beaujeu-Garnier, L’Europe du Nord et du Nord-Ouest, t. 1, Paris, PUF, 1958, p. 160-161.

28 L’expansion de cette espèce compétitive qu’est la Molinie est l’indication d’une intense perturbation du milieu.

29 L. Brigand, F. Bioret, « Réflexions sur l’influence du mouton dans les modes de gestion des milieux insulaires : Ouessant et Clare (Irlande) », Norois, n° 164, 1994, p. 562-563.

30 Cf . A. Miossec, « Une discontinuité majeure ; les littoraux », Limites et discontinuités en géographie, ed. Sedes, 2002, p. 102.

31 J.P. Corlay, « Facteurs et cycles d’occupation des littoraux », Géographie humaine des littoraux maritimes, Paris, CNED-SEDES, 1998, p. 104.

32 A. Lecointe., M. Provost, De la forêt à la lande, Cahiers du département de géographie de l’université de Caen, 1974, n° 9-10, p. 80. D’après ces deux auteurs, les landes à bruyères paraissent les plus stables car « par leur masse, leurs sécrétions racinaires, leur litière acidifiante et difficilement décomposable, elles bloquent la pédogenèse ou alors elles provoquent une évolution très défavorable, la podzolisation, créant un milieu qu’elles sont pratiquement seules à pouvoir supporter ».

33 A titre d’exemple, la lande du cap Fréhel en Bretagne dominée par quelques espèces d’ajoncs et de bruyères a longtemps été considérée comme un milieu homogène. Cette homogénéité qui était liée à la pratique de l’échantillonnage aléatoire a été remise en cause par des recherches ultérieures aboutissant à une réalité plus complexe (Lefeuvre et al., 1988) : une lande découpée en seize unités de végétation, unités organisées et différenciées en fonction des profils topographiques, de l’épaisseur et de l’humidité des sols.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4167/img-1.png
Fichier image/png, 135k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4167/img-2.png
Fichier image/png, 76k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4167/img-3.png
Fichier image/png, 28k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4167/img-4.png
Fichier image/png, 62k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4167/img-5.png
Fichier image/png, 200k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4167/img-6.png
Fichier image/png, 23k
Titre Fig. 6 - Le système landeux : un système fonctionnel
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4167/img-7.png
Fichier image/png, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Petit-Berghem, « Le déterminisme des landes atlantiques : quelle réalité ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 240, mis en ligne le 27 juin 2003, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4167 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4167

Haut de page

Auteur

Yves Petit-Berghem

Laboratoire Géophen, LETG-UMR 6554 du CNRS, UFR de Géographie, Esplanade de la Paix, Université de CAEN, BP 5186 14032 CAEN CEDEX France
petit-berghem@geo.unicaen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page