Navigation – Plan du site
2004
283

La gestion des peuplements forestiers touchés par les tempêtes de décembre 1999 : l’exemple de la forêt domaniale de Perche-Trappe (Orne)

The management of forested areas hit by the December 1999 storms : the example of the Perche-Trappe State forest in the Orne district

Yves Petit-Berghem

Résumés

Les violentes tempêtes de l’hiver 1999 (26 et 28 décembre) ont durement frappé les forêts françaises : 140 millions de m3 de bois ont été renversés, soit un volume correspondant à 3 années de récolte habituelle. En Basse-Normandie, la forêt de Perche-Trappe fait partie des massifs domaniaux les plus touchés. Emblême de la chênaie-hêtraie normande, cette forêt comporte aussi des peuplements résineux dont certains n’ont pas résisté aux coups de vent. Les chablis ont généré des clairières au sein desquelles s’expriment de nouvelles dynamiques végétales. Pour rendre compte de ces dynamiques et des stratégies en matière de restauration et de gestion conservatoire, le Parc naturel régional du Perche a commandé une étude auprès du laboratoire Géophen de l’université de Caen afin que celui-ci réalise un diagnostic écologique dans des parcelles anciennement enrésinées. Ce diagnostic montre la forte réactivité de la végétation mais aussi la pauvreté biologique des sols associée à des problèmes de tassement. La question de la reconstitution paysagère est abordée et une réflexion est engagée sur les méthodes et les pratiques de gestion conservatoire à employer. Ces dernières destinées à optimiser la biodiversité pourraient être confiées à des agriculteurs locaux sensibilisés au préalable à la protection du milieu.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Un bilan chiffré des chablis s’avère difficile à établir encore aujourd’hui. Pour dresser ce bilan (...)

1Des masses d’air très contrastées ont provoqué les violentes tempêtes de l’hiver 1999 dont les victimes restent encore aujourd’hui largement dans les esprits. Ces tempêtes de fin décembre 1999 ont été exceptionnelles en intensité et en étendue. En France, les 140 millions de m3 de bois couchés par les vents correspondent à près de 7 % du stock sur pied d’avant la tempête ; ces 140 millions représentent l’équivalent de trois années de récolte commercialisée et autoconsommée. En Basse-Normandie, environ 2 millions de m3 de bois1 (dont 1/3 pour les forêts gérées par l’ONF) ont été renversés, principalement dans le département de l’Orne mieux pourvu en forêts (plus de 500000 m3 uniquement dans les forêts soumises pour ce département [1, 2]). Avec plus de 60000 m3 de chablis, la forêt de Perche-Trappe n’a pas été épargnée et il faudra de longues années pour reconstituer le paysage dévasté. C’est dans ce contexte que le Parc naturel régional du Perche a confié au laboratoire Géophen de l’université de Caen la réalisation d'un programme de recherche portant sur l’impact des tempêtes sur les paysages arborés percherons et les stratégies de restauration du milieu [3].

2La question de la reconstitution pose le problème du choix des objectifs et des nouvelles pratiques de gestion. Comment gérer l’après tempête ? Quels sont les nouveaux enjeux ? Que faut-il préconiser pour répondre à ces enjeux ? Comment réagir face aux nouvelles dynamiques végétales ? Faut-il se limiter à reconstituer la formation végétale d’origine ou, encore, le système écologique historique de référence ? Pour tenter de répondre à ces questions, le développement qui suit comporte d’une part un diagnostic écologique destiné à évaluer la reprise de la végétation et la qualité des sols, d’autre part une réflexion et des propositions de gestion pour la reconstitution des paysages dévastés. Les acteurs de cette reconstitution seront évoqués en particulier les agriculteurs appelés à participer activement à la gestion durable d’un territoire d’exception.

Présentation du contexte de l’étude et de la zone de prospection

3Pour faire face aux dégâts des tempêtes et envisager une restauration du patrimoine naturel, des crédits d’Etat ont été accordés pour 10 ans (2000-2010) à la Basse-Normandie (environ 620000 euros). En 2001, une subvention a été versée au Parc naturel régional du Perche (avenant au IV e contrat de plan Etat-Région 2000-2003) afin que celui-ci soit le maître d’ouvrage pour la reconstitution de ses massifs. Pour le Parc, la tempête fut un bon prétexte et même une opportunité pour mener un partenariat intéressant. Le programme de recherche mené sur 2 ans (septembre 2000-septembre 2002) s’est concentré sur quelques sites peu productifs présentant un très fort intérêt en matière de biodiversité, du fait notamment d’une hydromorphie marquée. Ces sites ont concerné en priorité des peuplements non adaptés aux conditions stationnelles, en particulier des parcelles de résineux installées dans des milieux tourbeux ou paratourbeux.

4Nous avons choisi la forêt domaniale de Perche-Trappe pour rendre compte de l’expertise de terrain et des stratégies en matière de reconstitution du milieu. D’une superficie de 3230 ha, cette forêt est située à l’extrémité nord-ouest du territoire du Parc et est assez représentative des forêts domaniales percheronnes : de belles chênaies-hêtraies associées à des peuplements résineux de différentes générations. Ces derniers n’ont pas été épargnés par les tempêtes. Les plus affectés ont été les peuplements situés dans les dépressions tourbeuses autour de la haute vallée de l’Avre (figure 1). En toute logique, ils ont retenu notre attention pour délimiter l’aire d’étude et mener le travail d’expertise. A première vue, le volume important de chablis de résineux (épicéas) s’explique par la conjonction de plusieurs facteurs : exposition directe aux grands vents d’ouest, contexte édaphique contraignant (limon avec hydromorphie en profondeur et formations résiduelles à silex bloquant la pénétration des racines), contexte sylvicole défavorable (absence d’éclaircies). Ce dernier point peut s’expliquer par la culture des forestiers de l’Orne, peu enclins à intervenir dans des parcelles enrésinées qui produisent peu. En effet, jusqu’à la fin des années 1980, le but était de produire du beau bois de chêne et non des produits de faible valeur donnés par les résineux. De plus, dans la forêt domaniale, les forestiers se heurtaient à des difficultés d’ordre technique (machines peu aptes à intervenir sur des sols hydromorphes) et d’ordre sylvicole (forte densité de plantation au départ, soit 2500 plants à l’hectare en moyenne). Les premières coupes d’éclaircie apparaissent en 1987. A partir de 1994, elles sont réalisées à partir du bord des berges et consistent en un bûcheronnage manuel et un débardage au porteur. En 1996, l’ONF privilégie le débusquage des produits résineux par le cheval de trait, méthode déjà utilisée dans certaines tourbières mais lourde à mettre en place et pas rentable sur le plan économique.

5La tempête de 1999 a été un facteur d’accélération puisqu’elle a occasionné d’importants volumes de chablis dans des peuplements résineux mal adaptés qui auraient disparu à moyen terme. Les produits chablis ont été exploités en 2000 et 2001 (avec une décote de 40 à 50 % par rapport à la valeur sur pied de 1999), un important travail a été fait grâce à la réactivité des forestiers ; ceux-ci en ont profité pour prélever les bois sur pied qui restaient dans les parties les plus tourbeuses. Ces bois constitués uniquement de résineux représentaient ¼ du peuplement survivant des parcelles affectées.

Figure 1 : Localisation du secteur d’étude (forêt domaniale du Perche – Trappe : haute vallée de l’Avre comprenant notamment la parcelle 122)

Chablis et diagnostic écologique : l’exemple de la parcelle 122

6Le diagnostic écologique du milieu est un préalable à la gestion. Il vise, dans le cadre d’une phase d’inventaire, à décrire les éléments structurants du milieu et à identifier les enjeux patrimoniaux. Quelles sont les espèces remarquables dont la conservation impose une attention particulière ? Les communautés végétales traduisent-elles un dysfonctionnement du milieu ? Annoncent-elles le retour de la forêt de feuillus ? Cinq parcelles ont fait l’objet d’un diagnostic écologique. Parmi celles-ci, la parcelle 122 a été sélectionnée (figure 1) pour rendre compte du travail effectué. Ce choix est légitimé par le fait qu’elle est très représentative de la zone affectée : large bande d’épicéas détruite, accrus forestiers en formation, tourbe de surface en voie d’assèchement etc.

7Dans cette parcelle, la tempête a permis de « casser » des blocs d’arbres de même âge comme le préconisait d’ailleurs le plan d’aménagement établi pour la période 1999-2018. Les trouées occasionnées par ces chablis étaient au départ modestes. Les forestiers en ont profité pour éclaircir davantage et prélever les bois sur pied à proximité. Ainsi, le bois d’épicéas qui s’étendait sur 500 m de long et 100 à 200 m de large n’existe plus. Les souches d’épicéas restent les témoins de cette sombre pessière. Elles sont espacées de quelques mètres seulement (moins de 2 m parfois) et témoignent des fortes densités de peuplement initiales précédemment évoquéesi.

Quelles potentialités végétales

Figure 2 : Chablis et diagnostic stationnel : l’utilisation des grilles écologiques pour trois secteurs tests (parcelle 122 et abords immédiats)

Commentaire
Secteur 1
Nous retrouvons un nuage regroupant des espèces hygrophiles peu acides à neutrophiles. Cette zone comprend des herbacées turficoles (Scutellaria galericulata, Calamagrostis canescens), des forestières ou pré-forestières ou d’autres plantes plus banales (Circaea lutetiana) ;
Un deuxième nuage montre des espèces hygrophiles franchement acides (bordure de l’Avre) ;
Un troisième nuage montre des stations fraîches couvertes d’espèces légèrement acidiphiles.
Secteur 2
Les plantes associées à l’aulnaie sont à majorité acidiphiles sauf dans les parties les plus entrouvertes où se développent préférentiellement Humulus lupulus et Lythrum salicaria ;
Le noisetier apparaît bien à l’écart (caractère mésophile sur les parties plus asséchées) ;
Les creux inondés sont occupés par deux espèces communes de jonc.
Secteur 3
Un premier nuage regroupe des espèces turficoles et/ou caractéristiques des forêts humides et fraîches ;
Un second nuage regroupe des forestières et des plantes typiques des mégaphorbiaies.
Y. Petit-Berghem, UMR 6554 du CNRS, Laboratoire Géophen, Université de Caen

8La végétation peut être utilisée comme un indicateur dans la mesure où elle intègre un grand nombre de paramètres écologiques. De plus, elle est le premier témoin de l’évolution du milieu. Les relevés avaient pour objet d’évaluer la reprise de la végétation et donc les potentiels de réactivité spontané. Les espèces à valeur patrimoniale importante ou celles qui ont été les plus réactives à la perturbation engendrée par les chablis ont été placées dans des grilles écologiques. Trois grilles ont été retenues pour trois secteurs offrant des potentialités différentes. Pour faciliter l’analyse, nous avons placé les plantes aux affinités écologiques voisines (situation proche vis-à-vis des deux gradients) dans un même nuage de points. Chaque nuage est donc révélateur de conditions écologiques particulières (figure 2).

9Dans le secteur 1, les chablis ont contribué à dégager un volume de tourbe sous chaque arbre arraché. Il s’est créé ainsi une microtopographie avec des cuvettes de dimension variable. Des plantes mésophiles à hygrophiles sont l’expression d’une topographie chaotique faite de petites bosses et de creux typiques d’un milieu perturbé (Circaea lutetiana, Centaurea nigra, Hieracium vulgatum etc.). En été, certaines petites mares étaient asséchées et montraient une surface vaseuse craquelée. Ce n’était pas le cas du côté de l’Avre où nous pouvions trouver des végétaux amphibies dans la zone d’inondation de la rivière (Callitriche stagnalis, Scutellaria galericulata).

10Un peu en retrait, des plantes bien recouvrantes (Wahlenbergia hederacea, Scutellaria minor, Carex curta) témoignent d’un passé certainement prairial. On peut imaginer qu’un tel milieu pouvait être géré au XIX e siècle et au début du XX e.  La prairie humide non enrésinée n’était pas alors considérée comme une contrainte mais comme un atout. Elle était en effet susceptible de produire du foin, certes de qualité très moyenne, en période de sécheresse. Avant son changement d’affectation vers la gestion forestière, il est probable que ce milieu était plus ouvert et trouvait sa place dans une agriculture plus extensive que l’actuelle. A proximité des chablis, d’autres éléments reliques (arbres isolés, mares, herbages) restent les témoins de ces anciennes pratiques agricoles. Enfin, les hygrophiles turficoles habituellement trouvées dans les espaces dénudés des tourbières acides sont aussi présentes (Carex curta, Epilobium obscurum, Scutellaria minor). Certaines de ces espèces sont associées aux phases pionnières des aulnaies ou des bétulaies pubescentes. Elles pourraient annoncer un jeune taillis de feuillus qui prendrait place juste en bordure de l’Avre.

11Le secteur 2 montre une jeune aulnaie infiltrée de bouleaux toujours très réactifs à la pleine lumière. Les hygrophiles lianescentes (Lonicera periclemenum, Humulus lupulus) expriment sans conteste les potentialités sylvatiques de cette zone. Cette forêt en gestation est encore encombrée par de nombreux trous d’eau occasionnés par les chablis. Les ornières liées aux passages d’engins mécaniques ainsi que les zones de surcreusement à proximité des mottes racinaires des arrachis sont recouvertes de joncs. La forte fréquence de Juncus conglomeratus traduit un sol tassé ou une remontée de la nappe. Par ailleurs, des plantes comme les lysimaches ou les salicaires montrent des sols relativement riches en éléments nutritifs voire un début d’eutrophisation.

12Au nord, à l’extrémité de la parcelle, nous sommes en limite de forêt domaniale. Les coupes opérées par les forestiers marquent avec une grande netteté cette limite. Derrière celles-ci apparaît le domaine privé avec un bois de bonne dimension. Sur sa bordure externe se développent aulnes, bouleaux, saules, et quelques chênes dont certains sont dépérissants. Les deux premiers feuillus deviennent majoritaires à l’intérieur du bois accompagnés des saules et de quelques viornes obiers (secteur 3). Ce bois est franchement tourbeux comme le montre l’omniprésence au sol des sphaignes ou les touradons de molinie. Le sous-bois est occupé par une belle fougère en voie de raréfaction, l’Osmonde royale, dont la récolte est strictement réglementée en Basse-Normandie [5]. Bien que subcosmopolite, sa distribution régionale s’est rétrécie. Son abondance ici peut s’expliquer par l’absence de drains au sol et une gestion sylvicole inexistante. Elle est abondante tant à l’intérieur du bois qu’à sa périphérie (en lisière ou en bordure de l’Avre). Sur les bords de l’Avre, une petite mégaphorbiaie a pu être notée avec le développement d’hélophytes (Phalaris arundinacea).

13Ce bois arrivé à maturité montre que le retour de la forêt est tout à fait possible dans toute la partie tourbeuse de la parcelle 122 (photo 1). Certaines espèces forestières comme Corylus avellana ou Alnus glutinosa se sont échappées de ce bois et se maintiennent de l’autre côté de l’Avre. A ce niveau, les plantes caractéristiques des ourlets (cf. Eupatorium cannabinum, Geranium sp., Teucrium scorodonia) accompagnées des pré-forestières (Lonicera peryclemenum, Viburnum opulus, Humulus lupulus, Crataegus monogyna) confirment cette potentialité forestière.

Photo 1 : Vue générale de la parcelle 122 (Forêt domaniale de Perche-Trappe)

Auteur : Y. Petit-Berghem

Légende : Les épicéas introduits par l’Office National des Forêts n’ont pas tenu le choc face à des vitesses de vent supérieures à 130 km/h. Les quelques épicéas survivants ont été prélevés afin de faciliter le travail des forestiers. La parcelle directement exposée à de nouvelles conditions écologiques (apport de lumière, remontée de la nappe) est affectée aujourd’hui par de nouvelles dynamiques végétales.

Des sols appauvris et tassés

14Trois fosses ont été ouvertes en avril 2002. Ces fosses sont séparées d’une dizaine de mètres chacune, elles sont toutes situées dans la parcelle 122 mais traduisent des contextes stationnels différents (figure 3).

Figure 3 : Transect biogéographique dans la parcelle 122 (F1, F2, F3 : fosses pédologiques)

15Les analyses sur le terrain et en laboratoire montrent des sols lessivés à tendance podzolique et à degré d’hydromorphie variable. Ces sols sont marqués par un appauvrissement naturel et anthropique comme l’avaient déjà souligné des analyses antérieures [6]. Les pratiques de gestion anciennes ont bien évidemment leur part de responsabilité (coupes, enrésinement) dans cet appauvrissement. Ces sols sont aussi conditionnés par la nappe d’eau oscillante, leur structure est souvent massive et tassée avec parfois un compactage de surface provoqué par les engins de débardage.

16Hormis F3, nous avons affaire à un sédiment limoneux (colluvions limoneuses = formations de pente) : la part de limon (exprimée ici par un volume) est toujours forte quelle que soit la profondeur du sol (figure 4).

Figure 4. Description analytique simplifiée des trois profils de sol

Les mesures ont été effectuées au laboratoire Géophen : analyses granulométriques à l’aide du granulomètre laser Coulter, pH à l’aide d’un pHmètre standard à sonde électronique, couleurs à l’aide du code international Munsell. Les horizons ont été définis à partir du Référentiel pédologique français [7] complété par le catalogue des types de station forestière du Perche Eure et Loir et Loir et Cher [8].

17Les limons grossiers deviennent majoritaires lorsque la proportion de matières organiques décroît. La quantité d’argile est relativement stable jusqu’à 30 cm de profondeur alors que la proportion de sable est fort changeante ; cette quantité augmente légèrement lorsque nous nous rapprochons de la nappe phréatique. Des graviers, des cailloux et des pierres ont pu être notés (silex) rendant l’enfoncement de la tarière parfois très difficile. Mais le taux d’éléments grossiers ne fut jamais suffisant pour le prendre en compte dans la dénomination granulométrique. Bien que chargés en humidité, les horizons de ces sols ne sont pas trop lourds et l’enracinement des arbres peut se faire sans trop de contraintes. La couleur de ces sols est indicatrice de leur richesse en matière organique et de leur fonctionnement hydro-dynamique. L’ouverture des fosses n’a pas été suivie en période pluvieuse d’un remplissage d’eau en quelques heures. Les horizons s’éclaircissent rapidement, ils drainent moyennement bien et prennent une teinte jaune ou jaune gris en profondeur (avec parfois des taches brunes liées à la réapparition fugace de matière organique).

18Ces deux sols présentent des pH bas offrant des conditions de nutrition médiocres à assez mauvaises pour les plantes et notamment dans les cas où la couche formant l’horizon O est épaisse (plusieurs cm). Pourtant, les peuplements portés par F1 étonnent par leur hauteur dominante qui, pour le chêne sessile, le positionne dans la première classe de fertilité définie régionalement [8]. Toutes les strates végétales comportent logiquement une forte proportion de plantes acidiphiles, les systèmes racinaires de ces plantes développés à divers niveaux de profondeur prospectant une terre toujours très acide.

19La troisième fosse (F3) montre un  matériel de nouveau limoneux mais des pH plus doux par rapport aux autres profils. Peut-être, peut-on y voir (pour Ag et H) une plus forte proportion d’azote et d’éléments minéraux en relation avec une matière organique contenant de nombreuses plantes (jeunes feuillus et plantes herbacées) en décomposition.

20La présence d’un horizon complètement réduit à moins de 40 cm de profondeur est sans conteste favorable aux saulaies, aulnaies, et aulnaies-frênaies. La pierrosité est faible, le sol est noirâtre sur une grande épaisseur ; l’horizon Ag montre une structure fibreuse avec des sphaignes et du bois mort plus ou moins décomposé en abondance. Le rabattement de la nappe est suffisant pour permettre à des essences comme l’Aulneii de se développer.

21La proximité immédiate de l’Avre ainsi que la texture particulière de ce sol (domination des limons, notamment des limons fins) expliquent que nous ayons déjà une certaine diversité de communautés végétales : cariçaie bien représentée, bétulaie pionnière (susceptible de disparaître ?), aulnaie-saulaie en formation etc. D’un point de vue pédologique, le maintien d’une gamme d’essences feuillues de production faible serait souhaitable car cela permettrait d’améliorer la minéralisation des litières [9].

22D’une manière générale, la forte proportion des limons dans un tel site pourra poser problème en cas d’interventions lourdes et répétées. La dégradation morphologique des sols est toujours favorisée dans des matériaux limoneux plus ou moins anciens, en milieu acide, et à engorgements temporaires. Cette dégradation est liée à la sensibilité aux tassements et à l’érosion. Cette sensibilité sera d’autant plus forte que l’hydromorphie sera forte. Le tassement des sols est  toujours renforcé par le maniement d’engins agricole (tracteurs, remorques) ou d’outils trop lourds et par des sols trop humides. Si le sol est gorgé d’eau, il perd de sa portance et n’est plus capable de supporter le passage d’engins agricoles ou forestiers. Il est évident que cette faible portance n’est guère favorable aux travaux de récolte et de semis. Pour corriger cette dégradation des sols ou du moins l’amoindrir, les rémanents pourraient être évacués puis broyés. Le débardage à cheval constitue un excellent moyen d’intervention qui se révèle très efficace sur des sites sensibles ou peu accessibles. Le coût est probablement supérieur à celui du débardage au treuil mais la qualité du travail effectué est incomparable. Par ailleurs, les résidus broyés pourraient être utilisés comme litière dans les élevages hors-sol, comme support de cultures ou encore comme matériaux de consolidation des sentiers. Au regard de la qualité actuelle des sols, la sylviculture ne semble pas une priorité dans un site qui naturellement ne pourra donner que des produits de faible valeur.

Comment gérer une zone intra-forestière humide à fort potentiel de biodiversité ?

23Les chablis sont souvent associés à un paysage désolé où les arbres morts enchevêtrés alternent avec des « chandelles » de quelques mètres de hauteur. Le diagnostic écologique a montré que ce paysage affligeant est aussi paradoxalement un vecteur de biodiversité. Les chablis ont créé une diversité de biotopes favorable à la venue de nouvelles espèces végétales ou animales. L’éclaircissement du couvert a bouleversé le cycle de la forêt et a permis à des espèces pionnières de faire leur réapparition. Dans les parcelles à hydromorphie marquée, nous avons pu ainsi rencontrer des espèces typiques des espaces dénudés des milieux humides et/ou des tourbières acides (Scutellaria minor, Osmunda regalis, Salix aurita,Calamagrostis canescens). Ces espèces sont la plupart associées aux phases pionnières des aulnaies ou des bétulaies pubescentes [10].

24Les tourbières de bas de versant sont peu épaisses et acides comme l’ont prouvé la présence importante des sphaignes. Toutefois, les variations saisonnières des niveaux d’eau et l’exposition à la lumière et au soleil ont permis à d’autres végétaux (herbes, plantes ligneuses etc.) essentiellement acidiphiles de se développer. Dans ce secteur potentiellement très intéressant, la question de la reconstitution paysagère se pose. Le choix entre les méthodes de reconstitution par plantation, régénération naturelle, ou méthodes mixtes, dépend de l’objectif que l’on se fixe (reboisement ou non), des essences présentes (capacité des espèces à occuper le milieu), de la compétence et de la motivation des gestionnaires, et du diagnostic écologique réalisé dans les parcelles. Les deux derniers points sont importants et doivent permettre de limiter le risque d’échec associé à la reconstitution.

25Cette reconstitution du milieu est déjà en route (figure 5) : s’observe dans toutes les parcelles affectées une dynamique progressive secondaire où les feuillus supplantent les résineuxiii. Cette évolution n’est pas contraire aux orientations forestières puisque la révision de l’aménagement (1999/2019) suggérait déjà d’appliquer dans cette forêt une gestion favorisant non seulement le chêne mais également un ensemble d’essences feuillues d’accompagnement. Mais cette expansion des feuillus pourra rapidement devenir problématique en ce sens que l’assèchement induit par la forte consommation d’eau des ligneux risque d’assécher la tourbière. Or, il faut que la tourbe reste en contact avec la nappe sinon la tourbière risque de trop s’assécher et d’atteindre un stade dit minéralisé. La vigilance s’impose et des choix devront être faits. Faut-il maintenir, en définitive, les îlots boisés ? Oui répondent les forestiers à condition qu’ils ne banalisent pas le site ! Il y aurait peut-être une alternative qui consisterait à dire que la reconstitution n’est réellement possible qu’en cas de restauration du milieu. Dans ce cas, le gestionnaire s’attacherait à restaurer le milieu dégradé et appauvri afin que ses écosystèmes retrouvent un état et une dynamique aussi proches que possibles de ceux que l’on considère comme originels, donc typiques ici d’un milieu tourbeux ou paratourbeux « sain » fonctionnant de manière autonome et non perturbé par des aménagements mal intentionnés (drainage, boisement artificiel, sylviculture). Les opérations de restauration pourraient concerner la formation végétale (structure, composition floristique) mais aussi s’appliquer au biotope lui-même (régulation hydrique, stabilisation des sols). Lorsque le milieu a subi des modifications profondes, la restauration serait obligatoirement accompagnée d’une réhabilitation afin de corriger les effets de perturbation ou de dégradation subis par les écosystèmes, en y créant les conditions d’un certain fonctionnement naturel. Cette réhabilitation pourrait ici consister à masquer les traces d’anciens travaux d’exploitation ou d’aménagement (par exemple, reboucher les drains, supprimer les derniers résineux etc.).

Figure 5 : Cartographie végétale des parcelles 104, 107 et 122 et de leur abords immédiats

26Ainsi, en associant restauration et réhabilitation, les gestionnaires s’attacheraient à traiter tant les conséquences que les causes qui ont amené un dysfonctionnement du milieu et un appauvrissement écologique du site. Dans cet espace où la gestion de l’eau a toute son importance, ce n’est qu’une fois l’hydrologie du site restaurée que pourraient être envisagées des interventions de gestion conservatoire ou de restauration complémentaires (encadré 1 ; voir aussi le site http://www.pole-tourbieres.org.). Comme le montre le document conclusif du récent colloque « Agriculture et Biodiversité » [12], des pratiques agraires traditionnelles telles que la fauche ou l’étrépage peuvent optimiser la biodiversité à condition bien sûr qu’elles soient adaptées aux potentialités du milieu.  Bien conscient que la biodiversité en forêt ne se réduit pas au seul cortège des espèces forestières, l’ONF en concertation avec le Parc pourra faire appel à des agriculteurs locaux pour leur proposer des interventions légères qu’il s’agira de planifier selon certaines règles (pas d’intrants, fauches tardives dans les secteurs les plus humides) et dans un cahier des charges adapté pour répondre aux nouveaux enjeux de la biodiversité.  Les agriculteurs pourraient s’y retrouver car la fauche ou le faucardage de la tourbière permettrait de récolter du foin ou de la litière pour le bétail et de produire du fumier ou du compost pour les cultures. Force est de constater que le thème de la protection de l’environnement trouve un écho favorable auprès de certains agriculteurs échaudés par les incohérences de l’agriculture intensive et acceptant très mal l’extension des friches ou des accrus forestiers. La loi d’orientation agricole de juillet 1999 a reconnu le caractère multifonctionnel de l’agriculture en instituant notamment les contrats territoriaux d’exploitation (CTE). Le Parc a adopté les CTE dans sa charte et s’est engagé dans la définition de leurs orientations [13]. Le ministère de l’Agriculture et du Développement durable continue à promouvoir des relations contractuelles entre les pouvoirs publics et les agriculteurs, il a institué des CAD (contrats d’agriculture durable) en 2003 avec un meilleur recentrage environnemental. Bref, le maintien de la tourbière dans ce site d’exception s’avère un enjeu majeur qui colle aux réalités locales (forte proportion d’agriculteurs dans cette région sensibilisés à la protection du patrimoine naturel) et répond aux attentes de la société (conservation des zones humides revendiquée tant par les élus, les milieux associatifs, les professionnels de l’environnement etc.).

Encadré 1. Fauche et étrépage : deux pratiques de gestion conservatoire

27Enfin, dans cette réflexion sur la reconstitution des paysages dévastés, les gestionnaires ne devront pas oublier les lisières forestières, zones de corridors et d’interpénétrations complexes toujours intéressantes en termes de biodiversité floristique et faunistiqueiv. Celles situées au contact de la chênaie-hêtraie répondent à des conditions écologiques particulières comme l’ont montré les relevés pédologiques : des banquettes composées de colluvions sablo-limoneuses bien drainées.  Celles en bordure de l’Avre comportent une flore et une entomofaune diversifiées. Pour ces lisières, une structure en gradins (stratification progressive) et des interventions légères seraient à recommander : maintien de plages herbacées, structuration progressive avec un ourlet et un manteau, fauches tardives (septembre) ou précoces (mars) une ou deux fois par an afin de favoriser une mosaïque de végétations à la fois prairiales et forestièresv. Pour stimuler cette mosaïque ou la conforter, l’appel aux animaux d’élevage ne serait pas à exclure. En associant plusieurs pratiques extensives (pâturage, fauche), la fermeture naturelle par les ligneux, synonyme souvent d’appauvrissement spécifique, serait évitée. Le recours à l’utilisation de mesures incitatives (contrats agri-environnementaux) pourrait permettre d’atteindre cet objectif plus facilement. Cette politique incitative répondant parfaitement à la charte paysagère s’inscrirait dans une certaine continuité puisque le Parc s’est affirmé dès sa création en 1998 comme un lieu de mise en œuvre des nouvelles dispositions agri-environnementales. Ainsi, des activités traditionnelles confiées à des agriculteurs permettraient, sous réserve d’un entretien pérenne garanti, le retour puis la préservation d’une grande partie de l’intérêt écologique du sitevi, un souhait que chaque acteur revendique puisque la haute vallée de l’Avre a été retenue pour entrer prochainement dans le réseau Natura 2000 [14].

Conclusion

28La tempête de 1999 a détruit des paysages chers aux Percherons et dont la qualité jugée incontestable permettait d’en faire des éléments forts du patrimoine naturel régional. Le Perche a perdu des arbres, ceux des forêts bien sûr, mais également ceux qui formaient le maillage du bocage normand. Les dégâts certes limités par rapport à d’autres régions ont laissé place à la dynamique de restauration des paysages dévastés.

29Bien que la haute vallée de l’Avre préoccupe directement les structures gestionnaires (ONF, Parc), l’objectif de restauration ne se limite pas aux dépressions tourbeuses. Une stratégie générale de type conservatoire est retenue dans la gestion des secteurs sensibles, stratégie qui n’exclut pas le maintien d’un objectif de production dans le cadre d’une « sylviculture raisonnée » et d’essences objectifs adaptées. A cet égard, une réflexion est aussi engagée sur les modes de gestion forestière et de restauration de certaines zones appauvries écologiquement, voire en état de dysfonctionnement du fait de la gestion passée et des incendies. Il est prévu notamment de restaurer les sols en appliquant des amendements calciques afin de retrouver un fonctionnement « normal » et « durable » des stations. Ces opérations d’amendement concerneraient en particulier la hêtraie-chênaie atlantique à houx qui présente sur la Trappe un sylvofaciès dégradé [15] mais susceptible de restauration sur stations de plateau. Ces essais sur la fertilisation des sols pourraient aussi avoir des conséquences sur la production fourragère ; il n’est donc pas exclu que le partenariat entre les agriculteurs et les forestiers se renforce à l’avenir.

Haut de page

Bibliographie

Dhôte JF., 2000, « Composition, structure et résistance des peuplements », in Bergonzini JC , Laroussinie O.  (eds.), Les écosystèmes forestiers dans les tempêtes, Paris, ECOFOR , 101-116.

Office National des Forêts, 2000, « Après les tempêtes », Arborescences, No.84, 1-49.

Petit-Berghem Y., 2002, Impacts des tempêtes sur les paysages arborés percherons. Repérage des dégâts, potentialités présentes, et stratégies de restauration du milieu. Université de Caen (Laboratoire Géophen) et Parc Naturel Régional du Perche, 117 p.

Balandier P., Rapey H., Ruchaud F., de Montard FX., 2002, « Agroforesterie en Europe de l’ouest : pratiques et expérimentations sylvopastorales des montagnes de la zone tempérée », Cahiers Agricultures, No.11, 103-113.

Provost M., 1993, Atlas de répartition des plantes vasculaires de Basse-Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen, 90 p.

Ponge JF., Charnet F., Allouard JM., 2000, « Comment distinguer Dysmoder et Mor ? L’exemple de la forêt domaniale de Perche-Trappe (Orne) », Revue Forestière Française, No.2, 23-33.

Baize D., Girard MC. (Coord.), 1995, Référentiel pédologique, Paris,  INRA, 332 p.

Charnet F., 1988, Catalogue des types de station forestière du Perche Eure et Loir et Loir et Cher, Orléans, Ministère de l’Agriculture et Conseil Régional du Centre, 581 p.

Le Tacon F., Selosse MA., Gosselin F., 2001, « Biodiversité, fonctionnement des écosystèmes et gestion forestière. Deuxième partie : interventions sylvicoles et biodiversité », Revue Forestière Française, Vol.LIII,  55-80.

Lemée G., 1937, Recherches écologiques sur la végétation du Perche, Paris, Faculté des sciences, 388 p.

Dupieux N. (Coord.), 1998, La gestion conservatoire des tourbières de France. Premiers éléments scientifiques et techniques. Programme Life-Nature : « Tourbières de France », Paris, Espaces Naturels de France, 244 p.

Ligue pour la protection des oiseaux (Coord.), 2003, Document conclusif du colloque « Agriculture et Biodiversité » (18 octobre 2002), Paris, Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, 36 p.

Laurens L., 2000, « L’agriculture dans les parcs naturels régionaux, entre multifonctionnalité et concertation », Hommes et Terres du Nord, No.4, 238-245.

Administration des forêts (15 e conservation, inspection de Mortagne), 1847, Forêt du Perche : procès verbal d’aménagement de la série de Ste-Nicole et plan provisoire d’exploitation, Alençon, Archives départementales de l’Orne, 174 p.

Houzard G., 1980, Les massifs forestiers de Basse-Normandie: Brix, Andaines et Ecouves. Essai de biogéographie (thèse de doctorat d’Etat), Université de Caen, 667 p.

Haut de page

Notes

1  Un bilan chiffré des chablis s’avère difficile à établir encore aujourd’hui. Pour dresser ce bilan et corriger certaines informations statistiques fournies par les forestiers, de nombreuses données d’observation de la Terre ont été utilisées en association avec les observations de terrain. Le satellite Spot 5 a permis d’affiner certaines évaluations et de proposer une cartographie des dégâts avec une nouvelle gamme de résolutions spatiales (cf. document sur le site http://spot5.cnes.fr/applications/forets.htm).

i  Les éclaircies tardives opérées dans cette parcelle (au bout de 12 ans) sont à l’opposé d’une sylviculture dynamique et ont représenté sans conteste un risque supplémentaire de chablis. Il est aujourd’hui admis que les éclaircies fortes et précoces sont nécessaires pour la bonne santé du peuplement et sa capacité à résister aux aléas climatiques [4]. Il est également reconnu que des peuplements de résineux insuffisamment ou trop tardivement éclaircis issus des reboisements de l’après guerre sont plus fragiles que les autres (voir à ce sujet les réflexions intéressantes de P. Riou-Nivert sur le site http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim/biblio/pigb15/09_tempete.htm).

ii  Lorsque le rabattement de la nappe est insuffisant (moins de 20 cm), l’aulne ne va se développer qu’au stade arbustif et d’autres essences prendront le relais (notamment les saules).

iii  D’une manière plus générale, la surface couverte de résineux (pin sylvestre, sapins, épicéas) est appelée à diminuer dans l’avenir. Certains résineux ont montré leur limite en cas d’aléas climatiques. De plus, les forestiers ont la mémoire du temps ; ils se souviennent des incendies catastrophiques et de leur récurrence depuis que les résineux ont été introduits dans la forêt (les incendies les plus importants sont ceux des années 1914, 1921 et 1929 avec une surface atteinte autour de 900 ha).

iv  Il importe de ne pas négliger les lisières car l’histoire nous enseigne que les bords des forêts sont souvent très exposés en cas d’intempéries. Les ouragans de 1859 et de 1862 le prouvent tout comme les bris liés à des chutes de neige les 23 et 24 octobre 1850 : « Les dommages ont été plus considérables sur le bord des routes, les lisières, et dans les coupes de taillis, sur les baliveaux, que dans l’intérieur du massif où les arbres se sont soutenus mutuellement » [14].

v  Le maintien de bandes enherbées le long de l’Avre pourra favoriser notamment les auxiliaires de culture (oiseaux, chauve-souris, insectivores, rapaces, carnivores etc.) et la faune sauvage. Par ailleurs, les agriculteurs savent déjà l’importance des milieux prairiaux en tant que support de la biodiversité dans les milieux cultivés.

vi  Il n’est pas exclu que ces pratiques traditionnelles s’intègrent dans une mise en valeur pédagogique de la tourbière. Celle-ci pourrait prendre la forme d’un parcours de découverte assorti de panneaux explicatifs montrant l’origine de la tourbière, ses rapports avec la géologie locale, la gestion opérée avec les pratiques agro-environnementales associées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Petit-Berghem, « La gestion des peuplements forestiers touchés par les tempêtes de décembre 1999 : l’exemple de la forêt domaniale de Perche-Trappe (Orne) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 283, mis en ligne le 31 août 2004, consulté le 20 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4252 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4252

Haut de page

Auteur

Yves Petit-Berghem

Laboratoire Géophen, LETG-UMR 6554 du CNRS, UFR de Géographie, Esplanade de la Paix, Université de CAEN, BP 5186 14032 CAEN CEDEX France
petit-berghem@geo.unicaen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page