Navigation – Plan du site
2001
195

La nouvelle carte du Québec : illustration de la nation ?

The new Quebec map : illustrating the Nation ?
Frédéric Lasserre

Résumés

Alors qu’une profusion de réflexions sont diffusées aujourd’hui sur le concept de nation québécoise, peu d’entre elles abordent l’idée qu’une nation est aussi un concept géopolitique, et suppose un territoire. Ce constat est à mettre en relation avec l’extrême pauvreté de la représentation cartographique du Québec. La publication récente d’une nouvelle carte, conçue par des instances plus politiques, et qui trouve un accueil très positif au sein du public, illustre cependant une conception du territoire du Québec très différente des cartes précédentes. Elle illustre à quel point la carte est aussi un outil géopolitique, établissant un lien entre représentation graphique du territoire et définition du territoire national.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 "Le géographe et l’aménagement du territoire", discours du ministre Léonard, janvier 1980.

1On peut voir une profusion de réflexions sur la "nation québécoise" sur les rayons des libraires du Québec. Alors que, au Canada anglais, l’un des thèmes majeurs de discussion identitaire consiste à deviser, sans doute pour mieux s’en convaincre, des différences entre le Canada et les voisins américains, au Québec, la question soulevée par ces réflexions sur la nation québécoise porte non pas sur l’existence de cette nation, mais plutôt sur sa définition. Qu’englobe-t-elle ? Quels groupes sociaux et/ou linguistiques en font partie, ou devraient en faire partie ? Dans un discours prononcé en janvier 1980, le ministre québécois de l’Aménagement, Jacques Léonard, posait ainsi la question, au sujet du Québec : "de quel territoire s’agit-il ?"1. Mais le foisonnement de ces questions et des conséquences qu’en tirent leurs auteurs masque l’absence de réflexion sur le territoire du Québec, sur le territoire de cette nation que l’on prétend définir.

  • 2 Il est vrai que le réseau routier et la densité de population au nord du 50e parallèle est assez fa (...)
  • 3 http://www.atlasduquebec.qc.ca/atlas/accueil.htm

2La représentation cartographique même du Québec paraît déficiente. Parmi les cartes diffusées auprès du grand public, on recense tout d’abord la carte routière du ministère des Transports du Québec au 1/1 000 000e, vendue par les Publications du Québec, et qui illustre le système routier québécois au sud du 50e parallèle, soit sur un tiers du territoire seulement2. Un agrandissement du corridor Montréal-Québec y est intégré au 1/500 000e. Il y a aussi la carte officielle, dessinée par le ministère des Ressources naturelles (MRN), dite "carte jaune" du fait de sa teinte en format affiche. On note aussi, création du département de géographie de l’Université du Québec à Montréal, la présence d’un Atlas du Québec sur internet, en cours de construction3. Mais c’est là tout ce que le citoyen lambda peut trouver ; il n’aura pas moyen de se procurer non plus la pléthore de cartes régionales ou locales, routières ou de randonnées, qui sont monnaie courante dans de nombreux pays européens. Ainsi, le territoire québécois apparaît-il peu illustré, peu représenté cartographiquement. Cette lacune illustre-t-elle un faible investissement affectif du territoire par les Québécois ? Le succès de la nouvelle carte publiée par les Publications du Québec depuis 1998 permet-elle au contraire d’en imputer la cause à une simple pauvre tradition de représentation graphique du territoire ? Et cette carte traduit-elle, justement, un renouvellement de la réflexion spatiale du gouvernement québécois ?

Où est la nation ?

3Apparue au cours de la Révolution tranquille, dans les années 1960, l’idée de nation québécoise suscite encore de fervents débats. Il ne s’agit pas tant de discuter de son existence, aujourd’hui admise par le plus grand nombre, mais de cerner ce que recouvre la notion. Pourtant, parmi les nombreuses réflexions qui se publient chaque année, peu évoquent l’idée que le concept de nation, pour politique qu’il soit, recouvre aussi une dimension géopolitique, puisque tôt ou tard se pose la question du territoire de cette nation. Elle ne va pas autant de soi que bon nombre de Québécois le pensent, ne serait-ce que parce que, justement, la notion de nation québécoise recouvre des acceptions encore assez différentes.

  • 4 Unique mention en préambule au développement qui suit, "Le projet souverainiste du Québec […] devra (...)
  • 5 Claude Bariteau, "Le Québec comme nation politique, démocratique et souveraine", in Michel Venne (d (...)
  • 6 Danielle Juteau, "Le défi de l’option pluraliste", in Michel Venne (dir.), Penser la nation québéco (...)
  • 7 Jocelyn Létourneau, "Penser le Québec (dans le paysage canadien)", in Michel Venne (dir.), Penser l (...)
  • 8 Frédéric Lasserre, Le Canada d’un mythe à l’autre. Territoire et représentations territoriales, HMH (...)

4Ainsi, dans un recueil de réflexions de nombreux intellectuels sur la nation québécoise, publié suite à un colloque organisé par le Programme d’études sur le Québec de l’université McGill le 8 octobre 1999, on ne recense que 4 articles sur 16 qui mentionnent la problématique de son territoire ; et encore, l’article de Denys Delâge ne fait-il que passer fort rapidement sur la notion de territoire4. Si les trois autres penseurs la mentionnent, c’est en tant que fondement d’une nation civique : "la nation est politique et l’espace public, son territoire d’affirmation"5 ; "l’État du Québec, c’est ainsi qu’il se désigne, ne peut agir qu’au nom de ceux qui habitent son territoire"6 ; Jocelyn Létourneau, quant à lui, développe une thèse, déjà exposée par l’auteur de ces lignes, sur le renforcement contemporain des représentations territoriales de la nation : "cette culture publique [québécoise] partagée n’est pas à fondement ethnique, mais bien territorial. […] La dualisation de la collectivité canadienne, sur une base territoriale plutôt qu’ethnique, est l’un des processus (re)structurants parmi les plus puissants qui caractérisent actuellement le pays."7 Il corrobore l’idée, que j’ai déjà développée ailleurs8, d’enracinement de la notion de nation canadienne dans la vastitude d’un territoire structuré sur des bases fonctionnelles d’un océan à l’autre ; et d’effacement concomitant de la notion de collectivité canadienne-française dispersée sur un vaste territoire, vestige de l’empire français des Amériques, au profit de celle d’une nation québécoise enracinée dans son territoire, le Québec, pourtant créature administrative britannique.

5Noter cette absence relative ne relève pas de l’observation accessoire. En effet, un des axes majeurs du débat sur la notion de nation québécoise se rapporte à sa nature civique ou ethnique, pour en reprendre les termes, ou, autrement dit, de savoir si cette représentation de la nation québécoise ne traverse que sa composante francophone – et ce, sans préjuger de sa tolérance, dans un Québec indépendant, envers ses composantes anglophone et allophone - ou si, au contraire, la nation québécoise englobe nécessairement, parce qu’il s’agit du Québec, toutes les composantes de la société, quelle que soit leur origine linguistique. Sans doute par souci de prévenir tout procès d’intolérance, de nombreux intellectuels indépendantistes avancent la thèse que le Québec est devenu une nation politique ou civique, à vocation inclusive, et qui se définit donc comme l’ensemble des citoyens habitant son territoire. On en déduit ainsi, bien que le raisonnement ne soit pas poussé jusque là dans les discours, que ce sont donc les frontières du Québec qui définiraient la nation, par ailleurs majoritairement francophone.

Qu’englobe la nation ?

  • 9 Que l’on se réfère à la définition d’Ernest Renan : "Une nation est donc une grande solidarité, con (...)
  • 10 Les trois principaux partis, représentés à l’Assemblée Nationale du Québec, le Parti québécois (PQ) (...)

6En lieu et place de développements sur cette idée d’une nation québécoise ancrée dans son territoire, notion encore rare, comme on l’a vu, les débats portent souvent sur l’intégration des minorités à cette nation (minorités anglophone et autochtones, mais surtout minorités issues de l’immigration récente, ou allophones), ou sur la nécessité historique de l’indépendance, achèvement, présenté comme nécessaire, de la construction nationale. Ces prises de position négligent le fait que, d’une part, la nation, représentation sociopolitique de l’histoire, peut parfaitement exister sans nécessairement se donner un État indépendant9. Alors que le concept de nation québécoise ne fait plus débat au sein de la classe politique du Québec10, et que même certains analystes anglophones, comme Charles Taylor, reconnaissent son existence, on néglige, d’autre part, de préciser ce que cette nation englobe au sein de la population québécoise. Et pour cause : tout d’abord, le mouvement indépendantiste s’efforce de minimiser le fait que le concept d’une nation québécoise mobilise essentiellement les composantes francophones de cette société, et qu’elle trouve très peu d’ancrages au sein des composantes anglophone et allophone. Par ailleurs, les fédéralistes du Parti libéral du Québec (PLQ), souvent soucieux des prérogatives du Québec au sein de l’État fédéral canadien, semblent répugner à donner des arguments aux détracteurs du concept de nation québécoise en soulignant son caractère fondamentalement francophone, et donc pas aussi détaché de cette dimension culturelle que le souhaiteraient les indépendantistes, très soucieux d’aller chercher des voix dans les communautés allophones pour un éventuel troisième référendum. De cet équilibre des calculs politiques, résulte la notion très largement diffusée d’une nation québécoise, certes, mais aux contours indéterminés, que de nombreux intellectuels souverainistes souhaiteraient civique, c’est à dire englobant l’ensemble des groupes culturels qui composent la société québécoise, mais sans aller jusqu’au bout de leur raisonnement, à savoir que c’est alors le territoire qui définit le Québec, et que le Québec devra assumer sa forte part d’héritage politique britannique.

  • 11 Ainsi Raymond Barbeau parle-t-il de Laurentie pour nommer le futur pays indépendant qu’il appelle d (...)

7En effet, l’accent est souvent mis sur le français comme langue publique et sur la part d’héritage historique (ponctuée d’éléments conflictuels comme la Cession de 1763, la rébellion des Patriotes de 1837-38, la rébellion des Métis francophones de 1885…) ; or, les groupes anglophones et allophones adhèrent difficilement à cette représentation de l’histoire ; non pas parce qu’ils estiment qu’elle est inexacte, mais parce qu’en tant que représentation, mettant l’accent sur des éléments historiques particuliers, elle produit un discours auquel ils ne sauraient s’identifier. Adopter le discours d’une nation, certes francophone, mais définie sur une base territoriale, permettrait sans doute de contourner cet écueil, mais risquerait de poser alors, aux yeux de certains souverainistes, la question de la légitimité de l’État du Québec, héritier de la colonie britannique de la Province of Quebec, puis du Bas-Canada. Ce caractère britannique de l’État du Québec, institué par la Proclamation royale de 1763, l’Acte de Québec de 1774 puis l’Acte Constitutionnel de 1791 – et largement oublié de nos jours - est pourtant la raison qui a poussé certains souverainistes québécois, dans les années 1960, à proposer de rejeter la notion de Québec pour bâtir un État indépendant sous un autre nom11.

Le souvenir du Canada français

  • 12 Jean Morisset, L'identité usurpée. 1- L'Amérique écartée. Nouvelle Optique, Montréal, 1985, p. 20 ; (...)

8Les représentations territoriales et historiques des Québécois ne facilitent pas l’identification d’un territoire qui serait la seule base de définition de la nation québécoise. En effet, si l’idée de "nationalité canadienne-française", pour reprendre l’expression employée à la fin du XIXe siècle, s’évanouit concurremment à l’avènement de l’idée de nation québécoise, l’attachement au Canada n’en demeure pas moins important au sein de la population, même francophone, du Québec. Le Canada était une réalité francophone, autre nom de la Nouvelle-France ; ses habitants se sont longtemps définis comme Canadiens, par opposition aux occupants, les "Anglais". "Les Montagnes Rocheuses font partie de notre héritage : Marquette et Joliet y étaient les premiers", disait René Lévesque, pourtant ardent promoteur de l’idée nationale au Québec. Peu à peu, les immigrants britanniques ont repris les symboles identitaires canadiens : ainsi, la feuille d’érable, aujourd’hui indissociable de l’État fédéral, était à l’origine le symbole de la Société Saint-Jean Baptiste, groupe de pression francophone. Pour Jean Morisset, l’abandon de l’identité canadienne au profit de la québécoise, incarnée donc dans le territoire d’une colonie britannique, constitue l’aveu de défaite suprême des francophones du Canada : "En se créant une identité québécoise sur le dos d’une identité canadienne méprisée, le peuple franco-américain du Pays de Canada a rejeté ses fondements identitaires et mythiques les plus profonds. Ce qui apparaît, a posteriori, comme l’aliénation achevée et l’abdication suprême."12

  • 13 Jocelyn Létourneau, "Penser le Québec (dans le paysage canadien)", in Michel Venne (dir.), Penser l (...)

9Cette composante canadienne de l’identité québécoise, que bon nombre de Québécois ne jugent pas contradictoire, est à la base des "ancrages multiples" dont parle Jocelyn Létourneau13 : une identité duelle, constituée d’un fort investissement identitaire envers le Québec, considéré comme le foyer de référence, et un attachement latent envers le Canada, perçu comme une construction d’origine française en terre d’Amérique et dont on garde la mémoire, perçu aussi comme un héritage politique contemporain dont les valeurs sont désormais celles des Québécois.

Une nation civique implique des relations avec l’ensemble des citoyens, donc une conscience territoriale.

  • 14 Lettre du 7 décembre 1982 adressée à Pierre George, Paris.
  • 15 Juan-Luis Klein et Suzanne Laurin, "L’éducation géographique", dans J-L. Klein et S. Laurin (sous l (...)
  • 16 Klein et Laurin, op. cit., 1999, p.3
  • 17 Klein et Laurin, "Conclusion : citoyenneté active et conscience territoriale", dans Klein et Laurin (...)
  • 18 "Géographie et conscience territoriale", texte signé de nombreux géographes et universitaires, La P (...)

10Un autre écueil à l’émergence d’une définition territoriale de la nation réside dans la faible conscience territoriale des Québécois. Certes, une représentation du territoire existe ; mais la conscience du territoire demeure encore faible. "Le pouvoir québécois se vit encore en termes peu spatialisés", notait une lettre du Bureau du sous-ministre de l’Environnement du Québec en 198214. "Tout se passe comme si la géographie québécoise n’avait pas travaillé à construire sa propre représentation territoriale15", du moins, à préciser les représentations des Québécois, à les structurer, à les rationaliser. "Au Québec, le territoire est resté de l’ordre du sensible, de l’intuition, de l’expérience peu rationalisée. […] Au moment de réfléchir et d’agir, les citoyens sont devant une forme ‘d’analphabétisme territorial’". De cette situation, il résulte une survalorisation, positive ou négative, accordée aux représentations territoriales du Québec construites de l’extérieur. "Bon nombre d’événements illustrent cela. Mentionnons, à titre d’exemples, les positions développées lors des crises autochtones, l’absence de débat de fond sur la montée des partitionnismes, le flou dans lequel se développe le débat sur la décentralisation, ou encore l’éclat que font régulièrement des magazines européens ou américains avec leurs interprétations du ‘dilemme québécois’"16. Les deux auteurs soulignent l’importance de la connaissance géographique, de la conscience de son territoire et, partant, de celui des autres, pour asseoir une véritable citoyenneté, une véritable communauté civique : "le territoire joue un rôle dans la configuration et la définition de la collectivité. Il délimite spatialement les liens sociaux et participe à leur reproduction. Il médiatise les rapports de l’humain à l’environnement, du social au physique, de l’individu au collectif, du privé au public, du local au global17." "L’expression ‘conscience territoriale’ signifie donc, au sens large, l’engagement civique qui résulte de la conscience d’appartenir à un espace socialisé, un ‘lieu pratiqué’".18

Défense et illustration de la nation canadienne

11La relative absence de représentation territoriale précise du territoire du Québec contraste avec la pratique canadienne. Le gouvernement fédéral ne s’est jamais fait faute d’illustrer le fondement de la représentation dominante du Canada, un vaste espace, d’un océan à l’autre, que ne vient mailler aucune césure culturelle. Les groupes de citoyens peuvent être divers, en témoigne la politique officielle de multiculturalisme ; mais leur diversité culturelle ne s’enracine pas dans le territoire, ne développe pas d’identité territoriale.

  • 19 Cité par Kenneth McRoberts, Un pays à refaire. L’échec des politiques constitutionnelles canadienne (...)
  • 20 Louis Dupont, "My nation is not a country, my country has no nation", Political Geography, vol.13, (...)
  • 21 Kenneth McRoberts, Un pays à refaire, op. cit., pp.48-49

12Cette pratique est relativement récente, car, lors de la fondation de la Confédération, en 1867, le Dominion du Canada n’était pas conçu, par le personnel politique que l’on a appelé par la suite les "Pères de la Confédération", comme l’avènement d’une nouvelle nation, bien au contraire : l’union des colonies britanniques d’Amérique du Nord devait surtout faciliter la défense des terres de l’empire britannique en Amérique face au voisin américain, perçu, à tort ou à raison, comme expansionniste. Après la guerre de Sécession, Londres, évaluant le potentiel militaire des États-Unis, a décidé de retirer ses troupes et de confier les affaires militaires des colonies à un gouvernement qui unirait leurs forces. Le gouvernement fédéral n’incarnait pas, aux yeux des gouvernements des colonies qui acceptaient de se fédérer, le reflet d’une quelconque nouvelle nation à laquelle ils souhaitaient adhérer, mais bien simplement un système administratif commode, et destiné à préserver l’ordre impérial. Ainsi, le premier Premier ministre du Canada, Sir John A. Macdonald, déclarait en 1891 : "Je suis né britannique et mourrai britannique"19. Ce n’est qu’après la Deuxième Guerre mondiale que se développe une identité nationale canadienne, alors pourtant même que le Canada était formellement indépendant du Royaume-Uni depuis le Statut de Westminster de 1931. Ottawa entreprit alors de prendre des mesures destinées à renforcer, à promouvoir ce sentiment national : celui-ci est une construction récente et encore en évolution20. En 1946 est adoptée la loi sur la citoyenneté canadienne, lui conférant ainsi un statut distinct de la citoyenneté britannique. En 1949, la Cour Suprême devient l’ultime recours judiciaire, cependant qu’est aboli le droit de porter des causes devant le Comité judiciaire du Conseil privé de Londres : les affaires juridiques proprement canadiennes ne relèveraient plus de la Couronne britannique. À partir du début des années 1950, le terme de "Dominion" est discrètement écarté, et Ottawa commence à parler de "nation" canadienne21.

13Faute de pouvoir se définir par une culture très différente de celle du voisin méridional, et soucieux de ne donner aucune légitimité territoriale à la moindre revendication identitaire, le gouvernement fédéral a repris l’idée canadienne-française, rapidement adoptée par les anglophones, d’un vaste espace d’un océan à l’autre. Cette représentation a été abondamment illustrée grâce aux timbres et aux pièces de monnaies, notamment, avec des séries illustrant certaines régions du Canada, ou accordant, dans des séries postérieures, un élément à chaque province ou territoire, et dont le dernier avatar est la suite de pièces commémoratives de 25 ¢ de 1999.

14On observe ainsi, dès 1927, plusieurs séries philatéliques qui représentent divers paysages canadiens. Une lecture attentive révèle que ces paysages, localisables ou non, constituent toujours une suite, un ensemble cohérent : chaque timbre se veut un représentant archétypal des paysages de l’Atlantique, du Bouclier, de la vallée du Saint-Laurent, des Prairies, des Rocheuses, puis, à partir de 1967, de l’Arctique.

  • 22 Frédéric Lasserre, Le Canada d’un mythe à l’autre. Territoire et représentations territoriales, HMH (...)

15Les paysages représentés sont aisément identifiables, et tel semble être le but : émettre une série dont le citoyen pourra comprendre, au premier coup d’oeil, la volonté de constituer un portrait du Canada et de ses régions, schématiquement définies précédemment. De plus, lorsque des paires sont émises (1972, villes de Québec et de Vancouver ; 1977, Parcs nationaux de Fundy et de Kluane), on veille à ce qu’elles représentent des points fort éloignés l'un de l'autre, presque à chaque bout du pays : Vancouver et Québec, la baie de Fundy et les montagnes de Kluane, réunies au sein de la même paire, est-il meilleure illustration de l'unité du Canada malgré son immensité, de sa cohésion d’un océan à l’autre ? À travers ces séries de paysages, d’archétypes régionaux, transparaît l’intention de souligner, certes la dimension extrême du pays, mais surtout, à travers la récurrence de ces archétypes, son unité, et l'appartenance indiscutable de chacun de ces paysages à l'ensemble canadien, de l'Atlantique au Pacifique en passant par l’Arctique22.

  • 23 John de Visser et al, TransCanada Trail. The 16 000 km Dream, Boston Mills Press, Toronto, 2000
  • 24 "The Trans Canada Trail will forge a link to the country's three oceans. There's a strong symbolism (...)

16Avatar contemporain de ce désir d’illustrer le territoire canadien uni d’un océan à l’autre, le Sentier national canadien, décidé en 1992 pour le 125e anniversaire de la Confédération, est un long chemin pédestre bâti de l’Atlantique au Pacifique et à l’Arctique, qui a fait l’objet d’importantes campagnes de promotion publicitaire et de financement populaire en 1995, 1997, puis en 1998-99 ; des séquences publicitaires pour des automobiles 4x4 le prenaient comme faire-valoir ; de nombreux articles ont été publiés pour le décrire ; et des livres pour conter le plus long sentier touristique du monde (16 000 km)23. La charge émotive que la construction de ce sentier représente au Canada anglais transparaît à travers ce témoignage : "Le Sentier national canadien forgera un lien entre les trois océans du pays. Il y a là un symbolisme fort. C’est aussi important que la construction du chemin de fer national"24. Il est par ailleurs intéressant de noter que seule la version française de son nom comporte la mention "national", puisqu’en anglais il s’agit du Trans Canada Trail.

17À l’inverse, au Québec, on recense fort peu d’illustrations de l’espace dans le quotidien, même de marque de relation du territoire avec ses habitants. Par exemple, sur le réseau routier, aucune indication, autre que les noms des rivières et des municipalités, ne vient ponctuer le cheminement des voyageurs, ce qui contraste avec la pratique française, notamment, d’indiquer à chaque hameau, à chaque gorge, à chaque col, à chaque tunnel ou viaduc, le nom, voire l’altitude de l’objet géographique ainsi identifié, signifiants de la représentation d’un territoire habité, arpenté, parcouru, nommé : en un mot, pensé.

  • 25 François Michel, Pierre Commenge et Volker Theinhardt, La France de découverte en découverte, Bayar (...)
  • 26 G. Bruno, Le tour de France par deux enfants, Eugène Belin, Paris, 1893

18Il n’y a pas non plus, au Québec, le pendant des ouvrages de vulgarisation géographique pour les enfants que l’on trouve en France, comme La France de découverte en découverte25, héritier moderne et moins politisé du Tour de France par deux enfants26, conçu et publié précisément à cette époque pour renforcer la conscience territoriale des écoliers…

Les cartes du Québec : l’ancien et le nouveau

Une conception utilitariste de l’espace cartographié

19La représentation cartographique la plus connue des Québécois demeure celle de la carte routière, déclinée selon la même projection et le même graphisme depuis des années, et la carte officielle, préparée et réalisée par le ministère des Ressources naturelles. Cette carte, dite "carte jaune" du fait de sa couleur dominante en grand format (publié en 1989), présente le Québec, en projection Mercator classique, enserré dans un cadre qui borne strictement l’espace représenté au seul territoire du Québec. Étriqué, le très maigre espace autour du Québec semble dire que la représentation cartographique de la carte ne fait pas sens seule : elle doit être comprise une fois replacée dans un tout, qui reste à interpréter : s’agit-il du Canada ? De l’Amérique du Nord ? De sa partie orientale ?

Figure 1 : Carte officielle du Québec, ministère des Ressources naturelles (MRN)

20Quelques agglomérations sont représentées, quelques routes (aucune sur la carte verte en format lettre, 1984, Fig. 1), mais l’impression générale qui se dégage d’un tel document, où l’accent est mis sur l’espace et le réseau hydrographique, est celle d’un territoire vide et isomorphe.

21La version de la carte publiée en juillet 2000 sur le site du MRN27 simplifie le chevelu hydrographique, mais présente encore moins de localités dans le sud du Québec, où se concentre pourtant 95% de la population, tout en mettant davantage l’accent qu’auparavant sur les aménagements hydroélectriques du ‘nord’, par exemple en renforçant la visibilité graphique des réservoirs, Cabonga, Gouin, Manicouagan, Caniapiscau, Robert-Bourassa, La Grande 1 et 2 (Fig. 2).

Figure 2 : carte du Québec du MRN, 2000.

22Il pouvait sembler étonnant que la responsabilité de concevoir la carte officielle du Québec incombe au ministère des Ressources naturelles, non pas que la direction que la cartographie qui a présidé à sa conception ne soit pas compétente, mais bien parce que l’image du territoire qui en découlerait risquait fort de refléter les représentations dudit ministère. Pour celui-ci, le Québec est un vaste pays, certes habité dans sa partie méridionale, mais riche de vastes forêts boréales à exploiter, de vastes espaces à prospecter, de puissantes rivières à harnacher. La carte produite corrobore cette hypothèse. Le Québec qu'elle représente ne semble porter qu’une population réduite assez également répartie sur les deux tiers de son territoire, et il ne paraît pas structuré par des habitants que l’on ne voit guère. De même, il semble n’entretenir aucune relation avec son cadre nord-américain. En un mot, l’image de la carte officielle de 1984 n’était pas porteuse de sens : elle dépeint un espace, mais non pas un territoire en tant qu’il pourrait être pensé, parcouru, aménagé.

La nouvelle carte : un Québec habité et situé dans le monde

23En 1998, le groupe de travail chargé de la commémoration du 50e anniversaire du drapeau québécois, rattaché au ministère des Relations avec les citoyens et de l'Immigration, s’est lancé dans la réalisation de ce qui, au départ, se voulait une affiche, et non une carte officielle du Québec. L’idée principale derrière ce projet cartographique était de refléter le territoire du Québec. De le refléter, et donc de le situer dans son contexte nord-américain, à savoir l’est de l’Amérique du Nord : la Nouvelle-Angleterre, les Grands Lacs, l’Ontario, les provinces maritimes du Canada, l’ouest de l’Atlantique sont ainsi aisément identifiables, ainsi que les axes de communication, vallée du Saint-Laurent permettant de remonter profondément en Amérique du nord à partir de l’océan ; couloir du lac Champlain et de la vallée de l’Hudson entre Montréal et New York ; système des Grands Lacs ; infrastructures ferroviaires et routières majeures, dessertes maritimes. Il s’agissait aussi de souligner la mise en valeur du territoire. Pour cela, une projection différente (Lambert conique conforme) et une mise en perspective qui mettent en valeur le sud du Québec ont été adoptées, en dépit des difficultés pratiques inhérentes à ce choix – introduction d'une distorsion qui fait considérablement varier l’échelle. La population est mieux située et de très nombreuses localités sont indiquées, tout comme sont nommés un grand nombre des éléments qui constituent ce territoire. On remarquera aussi que le nom même de ce territoire – Québec – est également mieux mis en valeur. Prenant le contre-pied des cartes officielles précédentes, la nouvelle carte établit la marque d’une population sur un espace qu’elle considère comme son territoire, et situe celui-ci dans son contexte régional.

La carte illustre la nation

24Après un accueil initial un peu surpris, la plupart des ministères ont rapidement adopté la nouvelle carte ; elle occupe une place importante sur le site internet du Premier ministre, ce qui lui confère un statut quasi officiel28 (Fig. 3). Le premier ministre du Québec, Bernard Landry, pensait sans doute à celle-ci et à sa projection novatrice lorsqu'il a estimé qu'une "carte du continent tracée selon les flux économiques esquisserait des contours nouveaux. On y verrait que le Québec fait partie intégrante de l'économie régionale du nord-est de l'Amérique29". La représentation du territoire du Québec introduite par cette carte va en effet dans le sens des discours de M. Landry qui insiste sur l'avènement de la nation québécoise. Le MRN lui-même, au début réticent et surpris de voir une carte du Québec préparée par un autre service gouvernemental, a non seulement adopté la nouvelle carte (sans pour autant se départir de son ancienne représentation), mais encore s’en est servi pour illustrer des cartons d’invitation à des réceptions, tout en s’en inspirant pour concevoir des cartes destinées à un plus large public ; en témoigne la dernière carte du relief, publiée en mai 2001, et pour laquelle un réel effort de vulgarisation et de mise en page a été effectué. Enfin, la carte-affiche a été distribuée, via l'Association des Professeurs d'Hisoire et l'Association des Professeurs de Géographie dans les écoles secondaires du Québec.

  • 30 Propos d’employés de bureau recueillis par un fonctionnaire du ministère des Transports, gouverneme (...)

25Il semble que ce soit, au reste, la vertu première de la nouvelle carte du Québec : d’être lisible par le plus grand nombre, de faire sens, de permettre de se situer, de s’associer à un territoire. Proposée, à l’automne 2000, à l’initiative d’une étudiante en journalisme à d’autres étudiants de première année de géographie, de journalisme et de sciences politiques à l’université Laval, la carte y a connu un très vif succès : plusieurs dizaines de copies ont été vendues en quelques minutes. Il semble que la nouvelle carte soit populaire parce qu’elle permet une lecture facile de ce qu’est le territoire du Québec. En témoignent ces réflexions recueillies en 1998 : "Sur celle-là [la carte jaune], même si tu la regardes, tu ne sais pas où tu restes. Tu ne te vois pas. Sur celle-ci [la carte affiche], c’est bien plus facile de se situer. On sait tout de suite où on reste, où est-ce qu’on est. On se situe tout de suite30."

Figure 3 : la nouvelle carte du Québec

26Satisfait de l’accueil très favorable du public envers sa carte, conforté par les compliments que représente la diffusion de la carte sur le site du premier ministre et par l’adhésion des divers ministères, certains fonctionnaires du groupe de travail ont alors lancé une réflexion quant à la possibilité de créer un Institut de cartographie, sur le modèle de l’IGN français, afin de constituer un organisme capable d’illustrer le territoire, de le représenter et d’assurer la diffusion de ses cartes auprès du public.

27Indice de la force de représentation de la carte pour illustrer un territoire et des prétentions géopolitiques, le ministère des Relations internationales a fait imprimer, à l’occasion du Sommet des Amériques d’avril 2001, qui se tenait à Québec, une carte postale arborant la nouvelle carte et la mention "Une nation d’Amérique et d’avenir" (Fig. 4).

Figure 4 : Le Québec, une nation d’Amérique et d’avenir.

28Enfin, soulignant le rôle de l'illustration cartographique du territoire dans la représentation nationale, la présence de ce groupe de travail au sein du ministère des Relations avec les citoyens et de l'Immigration, ministère dont le mandat consiste à promouvoir l'émergence de l'idée d'une nation civique québécoise, constitue un symbole éloquent, du désir de diffuser l’idée de la nation et de son territoire au plus grand nombre. Avec ce rattachement administratif, c’est le concept de nation civique qui transparaît : la nation québécoise est l’ensemble des habitants du Québec, y compris les anglophones et les allophones. Reste à savoir si, au cours des prochaines années, cette conception nationale passera des francophones aux autres groupes de la société québécoise.

29La naissance de la nouvelle carte du Québec a souligné deux points importants : tout d’abord, le déficit de représentation cartographique manifeste et l’expression du souhait populaire de la diffusion d’une illustration qui ne soit pas simplement l’image exacte mais aride d’un espace dont les ressources naturelles sont à exploiter, mais bien l’image d’un territoire pensé, vécu, conçu, bref représenté. Ensuite, l'arrivée de la carte dans les bureaux gouvernementaux constitue une convergence entre l'action gouvernementale et l'action militante tant du Parti libéral du Québec (PLQ, opposition) que du Parti québécois envers leur territoire. La nation que ce dernier invoque en presque toute occasion doit peut-être s’élargir à tous les groupes de la société québécoise, et il s’agit là d’un projet politique. Pour ce faire, illustrer la conception territoriale de la nation québécoise grâce à une belle carte s’est avéré un levier providentiel.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 "Le géographe et l’aménagement du territoire", discours du ministre Léonard, janvier 1980.

2 Il est vrai que le réseau routier et la densité de population au nord du 50e parallèle est assez faible...

3 http://www.atlasduquebec.qc.ca/atlas/accueil.htm

4 Unique mention en préambule au développement qui suit, "Le projet souverainiste du Québec […] devrait consister à réaliser sur son territoire le pacte des peuples fondateurs…", Denys Delâge, "Le Québec et les Autochtones", in Michel Venne (dir.), Penser la nation québécoise, Québec Amériques, Montréal, 2000, p.215.

5 Claude Bariteau, "Le Québec comme nation politique, démocratique et souveraine", in Michel Venne (dir.), Penser la nation québécoise, op. cit., 2000, p.239

6 Danielle Juteau, "Le défi de l’option pluraliste", in Michel Venne (dir.), Penser la nation québécoise, op. cit., 2000, p.203.

7 Jocelyn Létourneau, "Penser le Québec (dans le paysage canadien)", in Michel Venne (dir.), Penser la nation québécoise, op. cit., 2000, p.105

8 Frédéric Lasserre, Le Canada d’un mythe à l’autre. Territoire et représentations territoriales, HMH, Montréal, 1998

9 Que l’on se réfère à la définition d’Ernest Renan : "Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu'on a faits et de ceux qu'on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune." La définition de la nation est donc politique : celle-ci existe, de façon parfaitement subjective, dès lors qu’un groupe d’individu nourrit la représentation, l’idée qu’ils forment une nation. Qu'est-ce qu'une nation ?, par Ernest Renan, conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882

10 Les trois principaux partis, représentés à l’Assemblée Nationale du Québec, le Parti québécois (PQ), le Parti libéral (PLQ) et l’Action démocratique (ADQ), estiment tous trois que le Québec constitue une nation

11 Ainsi Raymond Barbeau parle-t-il de Laurentie pour nommer le futur pays indépendant qu’il appelle de ses vœux en 1961 dans J’ai choisi l’indépendance, Éditions de l’Homme, Montréal.

12 Jean Morisset, L'identité usurpée. 1- L'Amérique écartée. Nouvelle Optique, Montréal, 1985, p. 20 ; cité par Frédéric Lasserre, Le Canada d’un mythe à l’autre. Territoire et représentations territoriales, op. cit., 1998, p.186.

13 Jocelyn Létourneau, "Penser le Québec (dans le paysage canadien)", in Michel Venne (dir.), Penser la nation québécoise, op. cit., 2000, p.113

14 Lettre du 7 décembre 1982 adressée à Pierre George, Paris.

15 Juan-Luis Klein et Suzanne Laurin, "L’éducation géographique", dans J-L. Klein et S. Laurin (sous la dir.), L’éducation géographique. Formation du citoyen et conscience territoriale, Presses Universitaires du Québec, Sainte-Foy, 1999, p.2

16 Klein et Laurin, op. cit., 1999, p.3

17 Klein et Laurin, "Conclusion : citoyenneté active et conscience territoriale", dans Klein et Laurin (dir.), L’éducation géographique, op. cit., 1999, p. 239

18 "Géographie et conscience territoriale", texte signé de nombreux géographes et universitaires, La Presse, Montréal, 8 juin 1999

19 Cité par Kenneth McRoberts, Un pays à refaire. L’échec des politiques constitutionnelles canadiennes. Boréal, Montréal, 1998, p.22

20 Louis Dupont, "My nation is not a country, my country has no nation", Political Geography, vol.13, n°2, 1994, pp.188-191

21 Kenneth McRoberts, Un pays à refaire, op. cit., pp.48-49

22 Frédéric Lasserre, Le Canada d’un mythe à l’autre. Territoire et représentations territoriales, HMH, Montréal, 1998, pp.133-136

23 John de Visser et al, TransCanada Trail. The 16 000 km Dream, Boston Mills Press, Toronto, 2000

24 "The Trans Canada Trail will forge a link to the country's three oceans. There's a strong symbolism. It's as relevant as the opening of the national railway.", John Bellini, dans Helena Katz, "Trans Canada Trail Blazer", McGill News, Université McGill, Montréal, automne 2000

25 François Michel, Pierre Commenge et Volker Theinhardt, La France de découverte en découverte, Bayard, Paris, 1995

26 G. Bruno, Le tour de France par deux enfants, Eugène Belin, Paris, 1893

27 http://www.mrn.gouv.qc.ca/5/50/501/générale.asp#générale

28 http://www.premier.gouv.qc.ca/premier/francais/le_quebec/index_horizon.html

29 Le soleil, 17 octobre 2001

30 Propos d’employés de bureau recueillis par un fonctionnaire du ministère des Transports, gouvernement du Québec, 8 janvier 1998. C’est moi qui souligne

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Lasserre, « La nouvelle carte du Québec : illustration de la nation ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 195, mis en ligne le 12 octobre 2001, consulté le 30 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4323 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4323

Haut de page

Auteur

Frédéric Lasserre

Frederic.Lasserre@ggr.ulaval.caProfesseur adjoint, département de Géographie, Université Laval, Québec. Chercheur régulier, Institut québécois des Hautes études internationales (IQHEI), Québec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page