Navigation – Plan du site
2000
117

Le Patrimoine agraire de la Grande Canarie au travers de son vocabulaire spécifique rural1

Agricultural heritage in the Great Canary Island through a specific rural set of words
Irène Dupuis

Résumés

Centrée sur les systèmes ruraux, les traditions agricoles et l'utilisation des sols de la Grande Canarie, cette étude porte sur le vernaculaire actuel grand canarien, qui s'est construit au fil des siècles et se distingue nettement des autres pays hispanophones. Ces mots et concepts sont abordés en tant qu'indices et révélateurs de l'évolution et des dynamiques des structures économiques et sociales locales, dont celles des systèmes hydrauliques et fonciers, des pratiques agricoles ainsi que des unités de mesure.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette réflexion s´appuie sur un lexique des correspondances et des nuances entre vocabulaires agrai (...)

1La diversité des réalités rurales n´est pas sans rapport avec la diversité lexicale importante dans l´aire linguistique hispanophone, comme dans beaucoup d'autres langues. Du reste, l´analyse du lexique canarien, différent d´une île à l´autre et à l´intérieur d´une même île, apparaît comme un puissant outil d´appréhension et d´identification du patrimoine agraire d´une île de l´archipel atlantique : la Grande Canarie (Cf. carte n°1).

Carte 1 : Situation des îles Canaries

2On constate l'étendue de la surface sur laquelle s'étend l'archipel, 500 km environ, ainsi que l'éloignement entre les îles. L'île de Fuerteventura ne se trouve qu'à 80 km du Sahara occidental.

3L´objet de cet article est double. Tout d´abord, la présentation de certaines spécificités du lexique canarien permettra l'exposé des particularités de cette île à l´intérieur de l´archipel. Parallèlement et à partir de ces exemples, il s´agira aussi de répertorier quelques clefs méthodologiques utiles au chercheur pour l´approche d´autres réalités rurales. L´intérêt de cette réflexion repose sur la pertinence des critères retenus pour le géographe : en effet, pour lui la langue ne constitue pas nécessairement un objet de recherche en tant que tel, mais elle est toujours un outil de travail essentiel à la communication avec les autochtones et pour la lecture des écrits locaux. La mise en perspective des mots et des concepts révèle non seulement l'organisation des catégories de la pensée, liées aux manières de faire et de penser l'espace, mais aussi l'histoire d'une société dans son territoire.

4Malgré quelques tentatives centrées sur la sémiolinguistique dans les années 70-80, les géographes semblent avoir montré peu d´intérêt pour la linguistique. Cette voie n´a été pas véritablement poursuivie, même si trois axes en relation avec la linguistique ont été explorés depuis - la délimitation des aires linguistiques ; l'étude du vocabulaire disciplinaire, dans une optique épistémologique ; enfin les lexiques liés à l'espace et au territoire, la toponymie. A ce jour, ni les géographes, ni les agronomes n'approchent le lexique agricole comme un outil de compréhension du terrain.

5Centrée sur le versant lexical courant du monde agraire canarien et les apports potentiels issus de cette démarche, cette contribution à la réflexion du rapport terrain/langue se situe donc en marge des domaines mentionnés. Elle est construite autour de cinq thèmes qui sont autant de champs sémantiques : l'étude de la structure mentale de l'espace insulaire, les unités de mesure, l'aménagement des parcelles, les traditions agricoles et les aménagements hydrauliques. Auparavant, nous décrirons la méthode de travail utilisée et l'archipel des Canaries. Enfin, une réflexion générale sur la formation du vocabulaire scientifique géographique et agraire en vigueur aux Canaries permettra de former des hypothèses sur l´exceptionnelle pérennité et l´actualité de ce langage localisé. On s´interrogera notamment sur les processus d´adoption lexicale, et sur sa durabilité comme patrimoine immatériel dans un contexte rural aux mutations rapides.

La méthode

6Pour le géographe, il s'agit, lors des travaux de terrain, de saisir les éléments déterminants de la constitution et du façonnage de la société dont il étudie un aspect. Une étude du lexique "vivant" complète l'approche plus académique de terrain et évite parfois aussi de lourdes confusions. De plus, au-delà de la dimension concrète des choses, les représentations en œuvre dans une société, révélées par les mots, sont tout autant d'informations essentielles pour sa compréhension, dans la mesure où ces schémas mentaux influent sur son organisation, et réciproquement.

7Compte tenu du fait archipélagique, on ne peut partir de l'idée d'homogénéité du lexique et de son usage entre les îles. C'est pourquoi, rappelons-le, cette contribution ne prétend être précise que sur le lexique agraire de la Grande Canarie. Les mots de la géographie, dont ceux du relief, ne sont pas abordés. Ces restrictions sont dues à la nature de l'enquête, menée avec beaucoup plus de précisions pour le milieu agricole de cette île. Parfois, nous verrons que les définitions et les usages varient encore à l'intérieur d'une même île. Enfin, et pour voir en quoi ce lexique est différent du lexique continental, seront accompagnés d'un astérisque tous les termes inconnus dans le Dictionnaire de la Real Academia Española (DRAE, plus loin) ou dans le dictionnaire d'usage de l'espagnol de Maria Moliner , dont l'acception est différente, ou encore dont l'emploi serait résiduel en Espagne continentale.

8Malgré une bonne maîtrise de la langue espagnole, l'entreprise d'une mise en relation des mots canariens et des choses du domaine agricole local s'est avérée indispensable lors de mon étude de terrain. L'aventure était double, car mes connaissances en matière agraire étaient insuffisantes pour une bonne compréhension des concepts utilisés dans l'archipel. Ces lacunes linguistiques et thématiques ne pouvaient être comblées qu'à l'aide d'une étude rigoureuse du sens des mots, étude qui m'a ouvert des perspectives en matière cognitive que je n'avais pas initialement soupçonnées.

9La méthode employée pour révéler le sens attribué aux mots repose essentiellement sur les enquêtes de terrain auprès d'agriculteurs, de techniciens agricoles et de personnes non spécialistes à la Grande Canarie. Il s'agissait d'aboutir, au travers d'une vingtaine d'entretiens semi-directifs avec des agriculteurs, à un échantillon significatif - à défaut d'être représentatif - du type d'exploitation (taille, produit, degré de technicité) et distribué sur tout le territoire, à différentes altitudes sur les versants au vent et sous le vent. Effectuées de manière systématique, les enquêtes donnent un éventail des sens donnés à un même mot et des termes relatifs à un même concept. Après la vague d'enquête, j'ai utilisé un ouvrage fondamental, le Tesoro lexicográfico del español de Canarias,(TLEC). C'est un thesaurus au sens espagnol, c'est à dire qui reprend les définitions - multiples - apportées par les études qui ont exploré ce lexique. Les informations issues de ces matériaux sont apparues «décalées», parfois même contradictoires. Or, depuis le début de mes enquêtes, une question n'a cessé de m'accompagner, puis est devenue centrale lors de la lecture des écrits. Pourquoi tant de définitions différentes concernant le sens des mots, entraînant parfois un flou confondant ? Trois éléments pourraient être avancés : l'espagnol des Canaries n'a pas fait l'objet de normalisation académique d'une part, ni de recensements complets au sein de "dictionnaires" spécialisés d'autre part. Enfin, la discontinuité territoriale et les différences profondes entre les îles expliquent partiellement l'étendue des sens. Paradoxalement, la variété linguistique canarienne constitue sans doute l'un des domaines hispaniques le plus connu. De nombreux chercheurs d'horizons divers, linguistes, mais aussi ethnologues, historiens, commentateurs, notaires locaux... se sont intéressés à ces parlers. On dénombre à ce jour environ 500 études, apportant des définitions lexicales, réalisées dans les trois dernières décennies !Certaines d'entre elles ont été effectuées dans une optique "folklorique", frôlant la moquerie gentille : les Canariens ont longtemps été perçus comme les "bons sauvages" de l'Espagne... La véracité et la précision n'étaient pas toujours les premières préoccupations de ces auteurs. Enfin, même si les intentions étaient plus "scientifiques", nombre d'entre eux n'ont pas appréhendé la dimension géographique de ce lexique, les variations entre les îles et les zones. En contre-exemple, citons le travail extraordinaire du lexicologue et académicien espagnol Manuel Alvar, Atlas lingüístico y etnográfico de las Islas Canarias, écrit entre 1975 et 1978. Cette œuvre majeure offre la géographie précise des mots. Les différences sémantiques ou d'usage entre les résultats d'Alvar et les miens me sont apparues, en partie du moins, comme le produit naturel de la dimension dynamique de la langue.

10Ainsi, l'interprétation que j'ai choisie de privilégier repose sur ces enquêtes, mon expérience de terrain et les résultats tirés de ma connaissance plus globale de l'archipel.

L'archipel des Canaries

11Situé à l'Ouest du Sahara occidental, l'archipel canarien est composé de sept îles d'origine volcanique (Cf. carte no. 2). Son évolution est profondément marquée par l'essor de l'agriculture d'exportation, pilier de l'économie jusqu'en 1960. De sa colonisation au XVème siècle jusqu'à la fin du XIXème siècle, l'archipel est exploité à la fois pour son double rôle de place de production et de transit dans les échanges transatlantiques. C'est au travers de ce rôle que l'archipel est devenu un carrefour de civilisations, qui ont laissé, très inégalement, leurs traces tant dans le territoire que dans la langue.

12Depuis sa "redécouverte" au XVème siècle, l'intérêt stratégique et agricole de l'archipel en fait un territoire très convoité. Il est officiellement attribué à la Couronne d'Espagne en 1481. Sa conquête, lente et violente, anéantie les populations autochtones. Les terres des "îles royales" sont réparties auprès de l'ensemble des colons, hommes venus de Castille et d'Andalousie principalement, du Portugal et de Gênes dans une moindre mesure. L'obtention de terres dépend non seulement du mérite guerrier, mais aussi du respect de l'obligation de planter de la canne à sucre. La main d'œuvre non qualifiée, libre ou esclave, est essentiellement composée d'Africains, de populations autochtones, de Berbères et de métisses. La direction technique des exploitations et de la production est assurée par des Portugais, originaires surtout de Madère, là où les artisans possédaient des savoir-faire liés à l'exploitation de la canne à sucre. Avec le cycle sucrier, c'est une économie dépendante de l'extérieur qui se met en place. Dans un deuxième temps, des Galiciens, des Castillans et des Flamands s'établissent côté au vent, lorsque les conditions agricoles permettent le développement de nouvelles cultures, et participent pleinement au commerce international. Le siècle des marchands, le XVIème, s'épanouit à son aise dans les îles fertiles. Les cycles agricoles, caractérisés par des agricultures d'exportation, se succèdent au gré des événements internationaux. A partir du milieu du XIXème siècle, l'économie est partiellement contrôlée par les étrangers européens, notamment des Britanniques dont la présence capitale se concrétise, en autres choses, par la construction du premier port commercial de l'archipel à la Grande Canarie.

Carte 2 : L'archipel canarien : les reliefs contrastés des îles

13La Couronne d'Espagne s'appropriera dans un premier temps des îles hautes et fertiles, dites îles royales. Tenerife, avec le Teide à 3700m environ, représente le sommet de l'Espagne actuelle.

14Officiellement, le castillan est la langue de la Communauté Autonome des Canaries. Parallèlement, et en termes linguistiques, le canarien est reconnu variété du castillan, en raison des particularités syntaxiques, morphologiques lexicales et phonologiques qui le caractérisent. Les apports issus d'autres langues sont nombreux ; pour le domaine agricole il s'agit essentiellement de l'arabe, du portugais et des espagnols des pays d'Amérique centrale, enfin, dans une moindre mesure, des langues préhispaniques autochtones.

15Le secteur agricole canarien suit les grandes tendances de l'agriculture du monde occidental des dernières décennies : diminution des surfaces cultivées accompagnée d'une nette augmentation des rendements, modernisation des techniques, disparités entre les différents types d'agriculture. En résumant, les contrastes principaux avec le reste de l'Europe portent sur l'exiguïté des surfaces cultivées et des exploitations (0.5 ha en moyenne), les problèmes de disponibilité en eau douce et la dichotomie agriculture d'exportation/ agriculture vivrière. Les disparités entre les îles sont en partie dues à leur orographie. Les îles dites "hautes", dont les reliefs captent l'humidité apportée par les alizés, bénéficient d'un versant au vent nettement plus arrosé que le versant sous le vent. Les nombreux étagements bioclimatiques entraînent une grande diversité de cultures comparativement aux surfaces cultivées . Le climat sec est le sort des îles "basses", aride pour Fuerteventura et Lanzarote.

L'île tropicale de l'archipel

16La Grande Canarie occupe une place particulière à l'intérieur de l'archipel. L'importance relative des surfaces cultivables, des ressources hydriques suffisantes à l'exploitation des terres, une baie protégeant le port, tous ces éléments font de cette île celle qui participe le plus au processus américano-canarien. Elle est caractérisée par une culture sociale à prédominance "tropicale", et non méditerranéenne comme dans le reste de l'archipel.

17Avant de passer à l'examen du patrimoine rural, une remarque portant sur la structuration de l'espace apparaissant au travers des mots me semble intéressante. En effet, l'analyse des représentations d'un espace par ses habitants, et les noms qui lui sont rattachés , constituent des éléments riches en information pour le géographe. Ces observations permettent d'affiner une approche plus "scientifique" ou "rationnelle", et d'apprécier le décalage entre réalité et représentation, démarche aussi très instructive .

Une représentation de l'espace insulaire organisée selon deux axes, vertical et horizontal

18Les mots qui se réfèrent à l'espace perçu par les habitants de la Grande Canarie reflètent deux dimensions : horizontale et verticale. La première apparaît comme bipolaire entre le "Nord" et le "Sud" qui renvoient respectivement au versant au vent et à celui sous le vent. Cette dimension relève un sentiment profond de discontinuité spatiale, malgré l'exiguïté de cet espace d'à peine 1532 km². Néanmoins, cette représentation altère, au moins sur un point, la réalité. L'axe de séparation des versants selon la direction des alizés est orienté Nord-Ouest/Sud-Est, et non Ouest-Est, comme le suggèrent les termes employés. Ce décalage trouve son explication, à mon sens, dans l'évolution récente de l'usage du territoire et des techniques. En effet, jusqu'au XVIIIème, le Sud de la Grande Canarie était peu occupé, en raison de son aridité. Depuis lors, l'évolution des techniques hydrauliques a permis l'exploitation de cette portion de territoire, par la mise en culture dans un premier temps, puis par l'essor du tourisme vers 1960. Autrement dit, le "Sud" correspondrait aujourd'hui au "territoire du tourisme", perdant sa connotation climatique d´antan. Il serait le lieu du loisir, par opposition avec le "Nord", lieu de travail. La géographie de ce concept varie selon l'âge des personnes interrogées et selon les îles. On le retrouve dans les îles hautes, à La Palma et à Tenerife, et s´il existe dans les îles basses, comme Lanzarote et Fuerteventura, ce doit être sous une forme très altérée, car les différences d'usage du territoire sont beaucoup moins marquées. A El Hierro ces références sont inexistantes, ce qui semble logique compte tenu des caractéristiques du relief et de sa situation géographique.

19La dimension verticale s'exprime au travers de trois espaces, fixés par les termes qui s'y réfèrent : le littoral (la costa), les zones de moyennes altitudes (las medianías*) et les sommets (la cumbre*). La cumbre, littéralement "le sommet", indique à la Grande Canarie l'ensemble des zones de haute altitude ; c'est pourquoi je choisis de le transcrire par un pluriel. Considérant qu'il n'existe pas de représentation déterminant les limites avec précision, fixons-les à partir de 1200m environ. Peut-être pourrions-nous aussi prendre comme point de repère le climat (suivant l'altitude et l'orientation, soit de tendance atlantique, soit de montagne sèche et une frange de région méditerranéenne dans son Sud), les types de cultures (notamment les vergers de zone tempérée) et des communications routières difficiles. A la frange intermédiaire correspondent les medianías , terres souvent fertiles aux influences atlantiques qui permettent aussi la mise en culture sèche, surtout au Nord. La costa s'étend du niveau de la mer jusqu'à 300m environ d'altitude.

20L'usage quotidien de ces termes relatifs à la fragmentation de l'espace ne peut laisser indifférent le visiteur. Dans la dimension altitudinale, elle souligne sans équivoque l'existence de trois mondes verticaux, trois franges de territoire qui communiquent peu entre elles jusque dans les années 1980. Les conséquences de cet isolement relatif se font encore sentir aujourd'hui. En termes sociaux, les représentations se distingueraient selon les franges altitudinales. La société est marquée par l'endogamie en medianías jusque dans les années 1970, le littoral est la frange la plus capitalisée. Pour l'espace agricole, cette séparation lexicale reflète des différences marquées : la capitalisation des exploitations, leur taille, les cultures, sont autant d'éléments distinctifs qui se repèrent à vue d'œil. Depuis une dizaine d'années, ces différences qualitatives tendent néanmoins à diminuer lentement, surtout en raison de l'évolution des techniques et de l'amélioration du réseau routier, mais les disparités restent grandes. Pour l'espace horizontal, l'éloignement entre les habitants du Nord et ceux du Sud a succédé à l'apparition du tourisme de masse : une mentalité oisive semblerait caractériser les 20-40 ans, au point que certains entrepreneurs du "Nord" se refusent à embaucher les gens du "Sud", considérés comme moins bons travailleurs.

La coexistence d'unités de mesure anciennes et métriques

21La question des différences entre les zones apparaît dans un autre domaine, celui des unités de mesure. Celles les plus couramment utilisées pour les volumes d'eau sont la azada* ou asada *, la pipa* et l'heure d'eau. La azada équivaudrait à 12 heures d'eau. Mais le volume d'une heure d'eau varie au gré du débit du lieu d'extraction, pouvant aller d'un 1 litre à 10 l/s pendant une heure. Cette acception de la azada est unique, puisque dans le reste de l'Espagne elle désigne un outil agricole, la houe. Certains mettent les deux significations en relation par le fait que le lit pouvait être creusé à l'aide de l'outil de manière à laisser passer le débit désiré. Cette hypothèse n'est pas à rejeter, d'autant plus que l'outil est connu dans tout l'archipel, mais plus souvent sous le nom de sacho ou zacho. Sous-unité de la azada, la pipa est une mesure médiévale de vinen Europe que l'on retrouve comme mesure d'eau surtout à La Palma et à Tenerife, ainsi qu'au Portugal, en raison très probablement de l'importance de la culture de la vigne jusqu'au Traité de Méthuen en 1703. Preuve de l'actualité de ces termes, lorsqu'en janvier 1999 une bourrasque éclate sur l'archipel, les articles de presse décrivant les crues parlent en azada pour la Grande Canarie, en pipa pour La Palma et Tenerife.

22Les unités de superficie sont aussi particulières - la fanegada, et le celemín qui la divise - sont liées à des mesures de volume du même nom. La fanegada, mot d'origine arabe, est une portion de terre dans laquelle on plante une fanega de grains. L'unité de superficie peut correspondre à 4900 m2 à Tenerife et jusqu'à 12000 m2 à Fuerteventura, île aride. D'après mes informations, à la Grande Canarie la fourchette de cette mesure semble assez faible, soit de 5400 m2 à 5555 m2. Mais il est possible que l'amplitude soit supérieure, à l'image de l'extrême disparité de la qualité des sols suivant les zones. La cohabitation de deux unités de mesure, le système métrique et une unité de rendement, semble rare, du moins en Espagne.

23Il n'est pas certain qu'une étude pointue permette d'aboutir à une sectorialisation et à une répartition spatiale simple de l'emploi de ces unités. Car les facteurs entrant en jeu sont multiples, et bien plus complexes que la dichotomie agriculture d'exportation/vivrière, côte ou medianías, langue écrite/ langue orale et même le degré de capitalisation. Aux Canaries, le système métrique domine pour les formalités administratives et le recensement agricole national. Peut-être l'emploi de l'hectare est-il plus important sur le littoral et dans les exploitations modernes. Mais le secteur tomatier de pointe littoral offre un contre-exemple intéressant, puisque le celemín (1/12 de fanegada) y est utilisé comme unité de base des contrats écrits d'exploitation en métayage précaire. Le maintien de cette unité est-il dû à sa mention dans la réglementation de cette province ? Une corrélation pourrait être faite avec d'autres facteurs, comme l'absence ou l'existence d'aides à l'agriculture (calculées sur une base métrique ou de poids) et, le cas échéant, à la nature du bénéficiaire de l'aide. Le secteur tomatier ne bénéficie pas d'aide à la production (attribuée à l'exploitant direct), mais d'aides aux structures, attribuées au producteur (exploitant indirect). Ces faits contribuent-ils au maintien de deux unités, réparties selon le rapport à la production, le celemín pour l'exploitant, et l'hectare pour le producteur ? Le cas échéant, le schéma serait sans doute inversé pour l'agriculture de medianías - qui bénéficie d'aides à la production - où l'exploitant est souvent le propriétaire de la terre, ou du moins le producteur. Placé en contact direct avec les formalités administratives, il côtoie l'hectare au quotidien. L'exemple que nous venons de détailler montre que l'emploi des mesures répond plus à la nature des rapports sociaux de production qu'aux autres dynamiques agricoles.

24La généralisation des cultures hydroponiques en zone littorale, assurant l'homogénéité potentielle des substrats, devrait modifier à terme l'usage des unités anciennes. Cette technique déconnectera le rapport intrinsèque du rendement en fonction de la qualité de la terre. Pour conclure sur ce point, l'usage de cette unité de superficie liée à une mesure de volume met avant tout en relief la conscience implicite de grandes disparités de rendement. On ne perdra pas de vue que sa petitesse correspond aussi évidemment à l´exiguïté des parcelles et des exploitations, ainsi qu´à la rareté des terres cultivables.

Un héritage riche et complexe en matière d'aménagement des parcelles

25A la limitation de l'exiguïté, les Canariens répondent tout au long de leur histoire par des efforts considérables visant à augmenter la surface cultivable. Outre des cultures de fonds de calderas (cf. photo no. 1) et des cultures dérobées à la fin de l'été dans les réservoirs naturels d'eau (cf. photo no. 2), les terrassements parsèment le paysage, comme ailleurs dans les zones au relief accidenté et pentu. Certains noms attribués aux différentes techniques correspondent à ceux de l'Espagne continentale tels que terrazas, bancales (terrasses anciennes)..., à l'exception de la sorriba * non recensée dans le DRAE ni le Moliner, ce qui contraste avec l'extension de cet aménagement sur les littoraux de l'archipel. Les sens de sorriba relevés par TLECsont très nombreux, pour résumer soit on se réfère aux différentes étapes de la préparation de la terrasse le plus souvent destinée à des bananeraies, soit à l'élévation des murs l'entourant. A la Grande Canarie, il s'agit d'une création de parcelle : le terme désigne tant l'action, la préparation, que le résultat, la parcelle. Un point essentiel la différencie des autres types de terrasses : la provenance de la terre. Celle-ci est le plus souvent issue des zones hautes de l'île, là où elle est plus fertile. En effet, les littoraux, zones les plus sollicitées par le secteur agricole en raison de leur climat, se caractérisent le plus souvent par des sols pauvres, salinisés et peu profonds. D'après mes recherches, cette technique semble être rare ailleurs dans le monde, à l'inverse de son pendant, l'acheminement de terre depuis une zone basse vers une zone haute. L'introduction du terme semble être portugaise, comme celui de natero*, autre type de terrasse (nateiros et surriba en Portugais).

Photo 1 : Culture de fond de caldera

La caldera de los Marteles, 1600 m environ. Le fond de caldera est cultivé de céréales fourragères, essentiellement du blé. L'humidité apportée par les alizés constituent la seule source hydrique. Cette culture sèche d'été est possible grâce à la présence de la mer de nuages.

Photo 2 : Culture à la dérobée dans une retenue d'eau

La presa de las Cuevas Blancas à 1700 d'altitude environ, Grande Canarie. A la saison sèche, les sols humides du réservoir asséché sont utilisés pour une culture de maïs fourrager. A la première pluie, le maïs est récolté. Dans le fond un troupeau de chèvres pâture.

26Les contraintes fortes du relief, qui sont partiellement compensées par le dynamisme de certaines franges de l'agriculture à la Grande Canarie, rendent compte du récent essor des cultures hors-sol. On trouve en tête celles dites, à tort, hydroponiques, n'utilisant comme substrat que du lapilli en gravier fin (0.1 à 1cm de diamètre). Les cultures aéroponiques sont déjà en expérimentation dans un grand nombre de coopératives horticoles. Bien que cela ne concerne que dans une moindre mesure la Grande Canarie, rendons hommage aux extraordinaires et anciens savoir-faire dont ont su faire preuve les Canariens dans leurs pratiques culturales. En effet, ils ont su tirer au mieux profit des grandes vertus hygrométriques de substrat à base de lave ou de sable, comme le démontrent les cultures sèches horticoles.

Une tradition agricole tropicale différenciée de celle des îles voisines

27Mais revenons-en au patrimoine agricole de la Grande Canarie, qui se différencie par une tradition plus tropicale que ses voisines, révélée par la présence du rhum et du maïs. D'un point de vue hydrique, le maïs et la canne à sucre sont des cultures dont les besoins en eau sont nettement supérieurs à ceux des produits équivalents de la société méditerranéenne ; la vigne et le blé. La tradition du rhum s'explique partiellement par l'établissement des premières cultures de la canne à sucre à la Grande Canarie à la fin du XVème, avant de s'étendre vers les autres îles. Les Portugais jouent un rôle important dans cette mise en place technique. Dans certaines communes, leur présence est si forte dès la conquête que les documents notaires liés à la répartition des terres (les datas*) sont rédigés dans leur langue. Transposée dans le Nouveau Monde dès le milieu du XVIème siècle, la canne à sucre disparaît aux Canaries et laisse place, à la fin du XVIIème, au maïs. Cette corrélation géographique expliquerait t-elle la tradition de moudre les grains (grâce aux moulins de la canne ?) pour en tirer une farine, puis la griller ? En tout cas, cette habitude alimentaire perdure à ce jour, même si le maïs est majoritairement importé. La farine est utilisée quotidiennement dans l'alimentation (pour le petit déjeuner, les potages, l'alimentation infantile) et porte l'un des rares mots préhispaniques existant à ce jour dans le vocabulaire agraire : le gofio. C'est sous cette forme que les autochtones consommaient les quelques céréales qu'ils cultivaient, blé, orge et gros haricots blancs. Cette désignation du maïs est une sorte de reliquat linguistique de la présence lusophone, puisque c'est seulement aux Canaries, au Salvador et dans quelques zones frontalières entre l'Espagne et le Portugal que l'on nomme cette plante el millo *, du Portugais o milho par contraste avec maíz (du taïno, Caraïbes) utilisé dans le reste du monde hispanique.

28Précédant cette culture, l'introduction de la pomme de terre dans l'archipel remonte au début du XVIIème siècle, constituant rapidement l'un des produits alimentaires de base. Depuis la fin du XIXème et jusque dans les années 1970, elle représente aussi une source de devises dans ses échanges, essentiellement avec la Grande-Bretagne. Son extension s'explique partiellement par la possibilité d'atteindre deux à trois récoltes annuelles, dont une en culture sèche. Le terme canarien est l'ancien terme espagnol papa *, issu lui-même du quechua (Mexique) et n'a pas évolué vers patata, à la différence de certains pays d'Europe soumis à l'influence du portugais batata. Aux Canaries, batata désigne exclusivement la pomme de terre douce.

Des systèmes hydrauliques contrastés

29A l'instar des thèmes précédents, la pratique de l'irrigation constitue ici une culture, un savoir-faire essentiel et différenciateur. La nécessité d'organiser la répartition des eaux, indispensable pour l'implantation de la canne à sucre, se fait sentir dès la conquête. Les heredamientos* ou heredades* sont les institutions privées qui perdurent à ce jour pour l'extraction et la distribution des eaux captées, à coté d'organisations plus modernes comme les communautés d'irriguants. Dans les premières, la racine heredar, hériter, indique la nature de la transmission de ce droit d'eau. La disponibilité réduite des ressources hydriques et leur éloignement des zones destinées à l'agriculture d'exportation justifient l'importance des investissements privés dans l'aménagement hydraulique. Galeries drainantes horizontales (mina de agua*), puits, retenues et barrages (presa, estanque, balsa), réservoirs individuels couverts ou non (aljibe et tanque cf. photo no. 3) sont tout autant d'ouvrages hydrauliques, anciens et modernes, d'extraction ou de rétention d'eau, qui parsèment le paysage. A l'amont de la distribution aux particuliers, se trouve souvent une cantonera *, édifice où sont rassemblées et distribuées les eaux d'une association hydraulique par un système de structures en peigne, de manière à les répartir équitablement. Cet édifice s'appelle aussi tronera (de "meurtrière" d'une tour) au nord de la Grande Canarie et partidor en Espagne. Une bonne partie de cette terminologie hydraulique est issue de l'arabe. Les mots débutant par "a" et "al", comme atarjea, aljibe, acequia, en sont un héritage direct linguistique et technique. L'aljibe, qui s'écrit aussi alhibe (cf. note 15), est un réservoir recouvert alimenté à partir des eaux de pluie. Il a joué un rôle plus ou moins important selon le degré d'aridité des îles, constituant parfois la seule ressource en eau. La acequia (cf. photo no. 4) et la atarjea désignent les canaux d'irrigation principaux et secondaires. La atarjea * est un terme qui ne s'emploie plus que de manière résiduelle en Andalousie et au Mexique, mais il est toujours en usage aux Canaries.

Photo 3 : Un exemple d'aménagement individuel : un réservoir individuel

Un réservoir individuel (tanque) d'un exploitant, presque à sec, surplombé de trois terrasses d'orangers et de citronniers.

Photo 4 : Aménagement pour l'irrigation : une acequia

Barranco de Fataga (sud de Grande Canarie), 600 m d'altitude environ. L'acequia en béton, à ciel ouvert, longe la courbe de niveau.
En arrière plan, on distingue difficilement les anciennes terrasses, dont les murs de soutènement se sont écroulés.

30La répartition des eaux se fait selon un cycle établi, la dula*, dont le nombre de jours varie selon l'association hydraulique (12 à 20 jours environ). Ce terme, considéré comme un archaïsme par certains, signifie en arabe le tour d'accès aux pâturages. Très usité dans les îles, il indique ici le tour d'eau et par extension, la quantité d'eau qui revient à un propriétaire ou membre d'une association hydraulique, ou encore le temps durant lequel un agriculteur peut irriguer ses champs. La définition grande canarienne est plus restreinte que celle de Tenerife où elle désigne aussi la parcelle irrigable. Ce terme n'est pas inconnu dans l'environnement continental, surtout en Aragon et Navarre , où son sens est exclusivement lié au tour de pâturage. Selon le TLEC, les très rares similitudes sémantiques se situent à Grenade, en Andalousie. Soulignant à mon sens le rôle capital de l'eau, nombreux sont les noms désignant la personne chargée de veiller à la répartition de celle-ci. A la seule Grande Canarie, repartitor semble dominer, à côté de ranchero* à Fataga, acequiero à la Aldea, et canalero* qui semble offrir un sens plus commun dans l'archipel. Ranchero est le terme le plus péjoratif d'entre tous, parce qu'il évoque les problèmes de rapport de forces dans une zone agricole pauvre et sèche. D'ailleurs, le mot aguateniente, le propriétaire d'eau, a une connotation fortement péjorative dans tout l'archipel, désignant une personne autocratique et sans scrupule. Ceci souligne à quel point l'eau constitue une richesse bien plus importante que la terre, ce que l'on comprend d'autant mieux en sachant qu'elle reste une propriété privée. Le passage définitif de l'ensemble des eaux au domaine public est prévu pour 2042 !

31Globalement, plusieurs tendances se dégagent dans le panorama hydraulique : l'eau douce disponible est en forte diminution depuis les années 1970, ce qui a accéléré la modernisation des exploitations parallèlement à la réduction du système semi-collectiviste d'exploitation des eaux, comme le montre l'augmentation flagrante du nombre d'exploitations indépendantes en eau. A ce jour, deux systèmes hydrauliques coexistent donc ; le système ancien, hérité de l'époque coloniale, l'autre très moderne, dans lequel sont utilisées micro-irrigation de pointe, potabilisatrices, désaleuses... Parallèlement, la Grande Canarie se classe juste derrière les Emirats Arabes et la Californie en nombre de désaleuses par km². Dans les années 1980, le réseau de canaux d'irrigation est progressivement remplacé par des tuyaux semi-collectifs et individuels en P.V.C. (cf. photo no. 6). Depuis la généralisation du réservoir individuel, la dula occupe nécessairement une place moins importante dans la vie des agriculteurs, puisqu'ils réceptionnent directement l'eau dans leur réservoir et l'utilisent ensuite à leur gré. Il en découle une géographie interne de l'emploi de dula, rare sur le littoral, puisque la majorité des grandes exploitations s'approvisionnent par le biais de puits ou de désaleuses individuels, souvent illégaux. Ce terme tendra très probablement à disparaître dans l'usage courant qui évolue avec les techniques et surtout avec les modes de répartition des eaux.

Photo 5 : Paysage hydraulique à Tenerife

32Paysage rural déstructuré : on peut observer les diverses strates d'aménagement hydraulique, de la cantonera (petite construction basse, recouverte, à vocation collective, plus ancienne) aux générations successives de tuyaux de transport des eaux, jusqu'aux minces tuyaux de couleur noire, en PVC, qui n'approvisionnent qu'un seul exploitant. Cette photo rend clairement compte du processus d'individualisation de la répartition des eaux agricoles. Ce phénomène s'est accompagné d'une diminution sensible de la disponibilité en eau douce.

Une langue à la croisée des chemins, à l'image de sa situation géographique

33Après ces brèves descriptions, on peut tenter d'esquisser, sans prétention, les schémas d'introduction de certains mots et les raisons possibles de leur conservation et de leur évolution. Nous nous aiderons de certaines théories linguistiques et sociolinguistiques.

34C'est délibérément que la question de la classification du parler canarien n'a pas été abordée dans cet article. Les faits de la langue et de discours sont l'objet d'étude de la linguistique, non celui de la géographie. Ajoutons que la perception de la classification est vécue très différemment selon si l'on se place dans la francophonie ou dans le monde hispanique. Compte tenu de l'immense territoire recouvert par cette langue, il n'est guère étonnant que les variétés du castillan y soient pleinement acceptées et nommées par le pays auquel elles correspondent : espagnol du Pérou, du Mexique... Au niveau national, les règles semblent changer, puisque les linguistes définissent le canarien comme dialecte du castillan, au même titre que l'andalou, celui de Murcie ou d'Extrémadure . Dans cette hiérarchie, le catalan, le galicien, le basque apparaissent comme langues, au même rang que le castillan. Pour ma part, j'ai décidé de suivre le précepte du linguiste français A. Martinet, selon lequel aucune communauté un peu vaste n'est linguistiquement homogène . Si l'on se fonde sur ce principe, et contrairement à une idée fort répandue selon laquelle un dialecte est une langue non compréhensible sans initiation, alors le canarien, oral et écrit, représente une variété géographique du castillan. Ma position n´est pas celle des linguistes canariens ni des Académiciens espagnols. Cette question de la classification transcende largement les aspects purement linguistiques, dominés, dans le cas présent, par des considérations plus politiques. Comment déclarer que les langues parlées par des plusieurs millions de personnes en Amérique latine ne seraient que des dialectes de la langue coloniale ? Quoi qu´il en soit de cette classification et des postures politiques implicites, les différences que l'on peut observer entre le castillan et le canarien se situent essentiellement au niveau du lexique et de la phonologie. Voyons d'abord la douloureuse rencontre du castillan et des Canaries.

35L'arrivée de conquérants victorieux occupant de vastes régions est souvent suivie par la disparition des langues parlées localement, ainsi que le constate Cavalli-Sforza. Tel est le cas des Canaries où il y avait probablement plusieurs langues dans certaines îles, et que la pression de la colonisation a fait disparaître. Leurs traces dans le canarien ne perdurent véritablement que pour certains toponymes, et sont très marginales dans les autres secteurs. Pour le lexique rural, de tous les mots que j'ai rencontré, seul gofio a été conservé et s'est même diffusé à un grand nombre de pays latino-américains, accompagné d'une extension de sens.

36Nous l'avons vu précédemment, le canarien a puisé ses mots dans les langues des peuples avec lesquels il a été en contact, directement ou non. En Espagne, la cohabitation de deux systèmes linguistiques pendant la longue période précédant la Reconquête, du VIème au XVème siècle, explique largement les interférences lexicales entre l'arabe et le castillan d'alors. L'emprunt de mots à d'autres langues est un phénomène courant en présence de techniques ou d'objets nouveaux. C'est ce qui s'est passé pour désigner des techniques hydrauliques apportées par les Maures, tout comme certaines céréales ou encore des systèmes de répartition de biens collectifs pour ne citer que les domaines que nous abordons ici. Lors de la conquête des Canaries, les conquérants sont donc logiquement porteurs de cette langue fortement enrichie de l'arabe.

37Considérant que les contacts avec les Maures ont précédé l'arrivée des Espagnols et la probable origine berbère des langues autochtones, certains linguistes espagnols se sont interrogés sur le cheminement du lexique arabe dans le canarien. M. Almeida et C. Diaz Alayón ont conclu que la diffusion de certains termes a dû se faire à partir l'Espagne péninsulaire - et non de manière directe et indépendante sur les milieux canarien et méridional espagnol. Par exemple, l'intégration du signifiant dula a été accompagnée de glissements de sens, se référant initialement au système de répartition de pâturages (référence au bétail) puis à celui de la répartition de l'eau. Ce glissement de sens semble s'être réalisé uniquement dans l'archipel, comme le confirme la rareté de cette acception dans le reste de l'Espagne. Même si l'arabe constitue un patrimoine "commun" au castillan et au canarien, le sens des mots empruntés s'est souvent différencié du sens original avec le temps. Cet éloignement progressif est à mettre en rapport tant avec l'éloignement géographique qu'avec l'histoire particulière de cet archipel.

38Parallèlement, la présence du portugais dans le canarien indique, dans une certaine mesure, l'influence culturelle des Portugais sur ce territoire insulaire, éminemment liée à la main d'œuvre qualifiée présente à la fin du XVème siècle. Comme pour les apports maures, les emprunts au lexique lusophone ont correspondu aux nécessités pratiques de désignation de techniques nouvelles, en particulier celles relatives à la création de parcelles (sorriba, natero). Mentionnons ici deux points de toute autre nature. Tout d'abord, la tentative infructueuse portugaise pour la conquête de l'archipel. Le Traité papal d'Alcaçobas, signé en 1481, mit terme à la lutte pour ce territoire, délimitant les zones d'expansion des deux pays. C'est ainsi que les Canaries furent attribuées à la Couronne espagnole et que les Açores et Madère revinrent au Portugal ultérieurement. D'autre part, les Portugais, grands navigateurs, ont laissé de nombreuses traces de leur langue lors de leur expansion coloniale, au point que les linguistes parlent d'une racine commune à base portugaise des sabirs et créoles du monde. Aucun de ces éléments n'explique cependant l'emprunt et le maintien d'un terme lusophone désignant le maïs, millo. Les Portugais auraient-ils ramené cette céréale d'Amérique latine ? L'archipel espagnol a t-il servi de laboratoire pour cette culture avant son expansion vers le reste de l'Europe, comme pour d'autres cultures ? Pourquoi les Portugais n'ont-ils pas adopté le terme original, maíz, comme dans le cas de patata ? Ceci dit, un lien semble indiscutable entre millo et milium, terme latin désignant quelques graminées, qui a donné millet en français. Quelles que soient les véritables raisons, la pérennité de ce terme aux Canaries n'en reste pas moins intéressante et conduit à approfondir le thème des distanciations lexicales entre le castillan et le canarien.

39On remarque qu'un grand nombre de mots du lexique rural représentent une version ancienne du castillan, et plus exactement celui de la période de la conquête. Selon A. Martinet, la diminution de la fréquence et de l'intimité des contacts entre deux segments de la population entraînerait un processus de différenciation linguistique . Quelle est alors la nature de la variété canarienne ? N'est-elle que géographique ou recouvre t-elle aussi une variété sociale du castillan, en raison du repli du secteur agricole en termes de relations sociales, et du fait que seules les classes bourgeoises et commerçantes restaient en contact avec le reste de l'Espagne ? Ce processus a sans doute contribué à la cristallisation de l'espagnol médiéval dans le canarien rural.

40Cette hypothèse de A. Martinet pourrait aussi servir de base à l'explication des variations intra-archipélagiques et infra-insulaires. Ici, compte tenu du type de développement économique de l'archipel, l'homogénéité lexicale (récente ?), même relative, peut surprendre. Les échanges commerciaux réguliers, pour une large part agricole, qui caractérisaient cette économie archipélagique constituent sans doute la source de cette homogénéité. Reprenons les cas de maíz et de millo. Le terme est reconnu de manière unanime dans toutes les îles, avec des phonologies différentes. Mais le gofio désigne exclusivement la farine grillée de maïs à la Grande Canarie jusque dans les années 1970, tandis qu'à Tenerife elle se réfère à la farine de blé, mélangée à des pois chiches à La Palma, et d'orge pour les îles arides de Lanzarote et de Fuerteventura. Ces glissements de sens correspondent donc à la réalité des pratiques locales.

41Un autre élément, cette fois-ci beaucoup plus récent, intervient dans la conservation de la richesse du canarien. La recherche portant sur des thématiques canariennes, longtemps empêchée sous le franquisme, a la particularité d'être essentiellement réalisée par des chercheurs issus de l'archipel. L'isolement géographique réel joint à un certain mépris des Espagnols continentaux à l'égard des Canariens ont entretenu cette situation, aujourd'hui encore très fréquente. Ces chercheurs utilisent donc, tant dans leur langue orale et écrite que dans leurs concepts, des éléments présentés dans une acception canarienne. De plus, une partie des publications ne sortent pas de ce territoire, puisqu'elles ne sont mises à disposition que dans la région d´origine, à l'image de l'organisation quasi fédérale de l'Espagne. Ces éléments, joints à une revalorisation des régionalismes en Espagne depuis une dizaine d'années, semblent permettre le maintien affiché des différences de conception et de terminologie sans avoir à les expliciter ou à les dissimuler.

42En dépit d'un contexte général contribuant fortement à la conservation de ces variations géographiques, ce lexique est en constant renouvellement, s'adaptant aux changements socio-économiques et socioculturels comme nous l'avons montré à propos de la terminologie hydraulique. L'intégration récente de l'archipel à l'Union européenne, en 1989, constitue sans doute le changement le plus important des quarante dernières années. Cet événement joue un rôle capital dans l'agriculture de ces îles et leurs systèmes agraires, entraînant nécessairement avec lui une évolution du lexique rural.

Conclusion

43La réflexion sur les rapports entre système linguistique et réalité sociale a été inaugurée par F. de Saussure. Depuis lors, d'autres disciplines, comme l'ethnolinguistique et la sociologie du langage, ont beaucoup travaillé dans cette direction. Les orientations actuelles se sont éloignées de cet objet, constatant que tous les faits de société ne s'avèrent pas éclairants pour les faits de langue, et surtout pour les variations linguistiques. Mais pour le géographe, relever les rapports entre faits de langue et faits de société est une démarche enrichissante susceptible d'améliorer sa compréhension globale d´une zone tout en y étant fidèle.

44Cette étude au travers des mots, certes très partielle, confirme que tout système lexical est bien le produit d´une histoire, d´une géographie et des échanges de toutes sortes avec d´autres sociétés... La géographie des termes discutés ici confirme une spatialisation complexe des mots, à l'image de la complexité des pratiques. Celles-ci apparaissent finalement comme l'élément le plus déterminant dans la localisation des mots, derrière les conditionnants purement géographiques. C'est dans ce sens que ce parler constitue, dans son versant rural, un véritable patrimoine immatériel.

45Les exemples que nous avons choisis d'étudier correspondent, selon moi, à des domaines de réflexion incontournables pour l'approche d'une réalité agraire. Reprenons-les un par un. La représentation de l'espace par les habitants constitue une source précieuse d'informations. L'évolution de ces représentations, dans le cas des Canaries, n'est évidemment pas due à des modifications climatiques, mais bien au fait que l'évolution de la société (importance croissante des loisirs) et des techniques a permis de réduire l'importance de certains conditionnants géographiques. L'organisation hydraulique est d'autant plus essentielle qu'elle est une réponse proportionnelle à l'aridité de la zone et/ou à des besoins très élevés. Comprendre son évolution, c'est porter attention non seulement à l'avancée des techniques hydrauliques, mais surtout à celle des rapports entre utilisateurs. Les traditions agricoles et agraires, comme les produits, donnent une bonne idée du substrat culturel et de la place qu'occupe une zone dans ses échanges avec l'extérieur ainsi que des rapports de force avec d'autres populations et du fonctionnement interne de la société. Dans cette optique, la place laissée à l'agriculture vivrière par rapport à celle d'exportation est un second révélateur. L'étude des unités de mesure est une source moindre d'informations, il apparaît cependant indispensable d'utiliser, à l'oral du moins, les mêmes mesures que celles des interlocuteurs, sous peine de créer une distance peu propice à la collecte d'informations, surtout dans une société qui a développé une grande méfiance à l'égard des étrangers.

46L'évolution du lexique se produit donc au gré des événements qui touchent directement le milieu agraire comme des facteurs conditionnants de la langue usitée et médiatisée en cette région. La disparition de cette spécificité lexicale en faveur d'une langue uniformisée risquerait de masquer les différences profondes entre les milieux continental et insulaire, et de ne plus rendre compte des spécificités de celui-ci, de son évolution, ni de la constitution - la genèse - de ce milieu agraire. Dans ce contexte où le tourisme domine tous les autres secteurs de la vie économique, perturbant et remettant profondément en question l'identité de ce peuple, ce patrimoine, tant immatériel - la langue - que matériel - le milieu agraire - constitue à mon avis autant de points de repère indispensables que l'un des versants les plus précieux de la structuration de l'identité canarienne.

Haut de page

Notes

1 Cette réflexion s´appuie sur un lexique des correspondances et des nuances entre vocabulaires agraires canariens, castillans et français que j´ai réalisé dans le cadre de mes recherches pour le doctorat sur Les effets des politiques communautaires sur les agricultures des régions ultrapériphériques de l´Union Européenne.

2 Selon L. Mondada et J.B. Racine, l'intérêt des géographes pour la sémiolinguistique remonte aux années 1970, succédant à la remise en cause profonde de la géographie régionale. "Géographie et sémiolinguistique", in Encyclopédie de géographie, 1992. Dans son article "Les éleveurs, une catégorie oubliée de migrants forcés", in Déplacés et réfugiés, la mobilité sous contrainte, collectif, ed. IRD (ex Orstom), 1999, Jean Boutrais utilise une méthode qui s'approche de la nôtre.

3 Citons, à titre d'exemple, l'ouvrage de Béatrice Collignon Les Inuits, ce qu'ils savent du territoire (ed. L'Harmattan, 1996) où la toponymie est explorée de manière originale.

4 Dictionnaire monolingue espagnol de référence.

5 Tesoro lexicográfico del español de Canarias, ouvrage collectif, ed. Viceconsejería de Cultura y Deportes del Gobierno de Canarias, 3 tomes, 1996, 2ème édition. Avec le concours de l'Académie Royale Espagnole. 1ère édition 1987.

6 El español de Canarias - Guía bibliográfica, 1988, in T.L.E.C, Tome I, Introduction.

7 Évoquées par Pline, bien connues des Carthaginois, fréquentées par les Arabes, les îles furent "retrouvées" par les Français vers 1334. Leur découverte officielle, par un Normand du nom de Béthencourt, remonte à 1402.

8 Soit la Grande Canarie, Tenerife et La Palma, îles fertiles dont la Couronne d'Espagne s'était emparée, laissant les autres aux seigneurs. Le rachat des îles seigneuriales par la Couronne - Lanzarote, Fuerteventura, La Gomera et El Hierro - se fit ultérieurement

9 Article 3 de la constitution espagnole.

10 La délimitation des communes, des zones hautes à la frange littorale, confirme la diversité des ressources disponibles à chaque étage bioclimatique.

11 Tout comme les toponymes et les mots du relief que nous avons choisi de ne pas aborder. Pour plus d'informations sur les toponymies, le Cabildo de l'île vient d'éditer un ouvrage collectif exhaustif La toponimia de Gran Canaria, février 1999, préfacé par l'académicien Manuel Alvar.

12 Qu´étudie la géographie des représentations. On peut citer, à titre d'exemple, quelques géographes français qui ont abordé cette thématique, Hervé Gumuchian, Représentation et aménagement du territoire 1991, Armand Frémont, La région espace vécu, 1976, A. Bailly et al. Géographie régionale et représentations, 1995. Certains travaux de Joël Bonnemaison et Paul Claval traitent cette problématique en milieu insulaire.

13 Le terme est construit à partir de a medias, "à moitié", les zones du milieu, les zones intermédiaires.

14 A titre comparatif, il semblerait que l'espace soit appréhendé de manière horizontale à Cuba, île basse.

15 L'orthographe de certains mots est variable, surtout pour les consonnes "s" et "z", et "j" et "h". Ce flou vient du fait que le parler canarien ne fait pas de distinction phonétique entre ces lettres, contrairement au castillan.

16 Vocabulario de las voces canarias, José Valenzuela Silva in TLEC, Tome I, page 357.

17 La pipe est une grande futaille prévue pour la conservation de vins ou de liqueurs.

18 Lexicon of international and national units, dir. W. E. Clason, ed. Elsevier publisching Company, Londres, 1964.

19 Unité ancienne de volume et de superficie, en grains ou liquide. Fanega et fanegada sont souvent employées l'une pour l'autre à la Grande Canarie. La référence à la superficie est de loin la plus fréquente. En Espagnol courant, le terme, recensé pour 64 ares, serait employé en Castille (DRAE).

20 Même si les fonctionnaires du Ministère de l'Agriculture régional, les techniciens des Instituts de recherche utilisent à l'oral les anciennes mesures au détriment du système métrique.

21 Ces contrats sont signés au regard d'une loi qui concerne uniquement la province de la Grande Canarie, l'une des deux de la Communauté Autonome des îles Canaries. Il serait d'ailleurs intéressant de comparer les pratiques dans la province de Tenerife. Il ne nous pas été possible de retrouver la date de cette loi.

22 TLEC, tome III, p 2485-87.

23 A Lanzarote, la culture de vigne se fait dans des arenados* naturels constitués de cendres volcaniques. Dans le creux des gerias* sont plantés les pieds, les branchages sont protégés par des murets orientés contre les vents dominants. Il existe aussi les arenados artificiels qui consistent à recouvrir le sol végétal d'une couche de piroclaste, technique fréquente à Fuerteventura. Le jable* est une technique très utilisée à Tenerife qui emploie du sable pour recouvrir le sol végétal. Certains linguistes font le rapprochement phonétique entre deux les termes, se rappelant de la présence française précédant la conquête espagnole. Las gavias* et nateros* sont des parcelles en terrasse, construites de manière à utiliser au mieux les eaux de ruissellement, permettant la culture sèche de céréales et arbres fruitiers. W. Rodriguez Brito évoque avec précision ces techniques dans Agua y agricultura en Canarias, Ed. Centro de la cultura popular canaria, 1996.

24 En Arabe, dûla ou dwala. TLEC, tome I, p 1081-1082.

25 Antonio Llorente, El léxico del tomo I del "Atlas lingüístico y etnográfico de las Islas Canarias", Université d'Extrémadure, 1987, TLEC.

26 Manuel Alvarez García, Aragonesismos, 1986, cité dans le Tesoro Lexicográfico del Español de Canarias,p 1082.

27 Teniente est issu de la terminologie militaire, le lieutenant.

28 Entretien avec Wladimiro Rodriguez Brito, Chargé de l'environnement à Tenerife, 1998.

29 Alors que les variations linguistiques entre le castillan et l'espagnol du Pérou... sont probablement plus importantes que celles observées entre le castillan et ses variantes géographiques espagnoles.

30 In Langue et fonction : une théorie fonctionnelle du langage, Denoël, 1969.

31 Que l'on retrouve encore dans des écrits, par exemple Qui sommes-nous ? Une histoire de la diversité humaine, Luca et Francesco Cavalli-Sforza, Albin Michel, col. Sciences d'aujourd'hui, 1994, Paris.

32 La faiblesse numérique des populations autochtones lors de la conquête, l'état d'avancement de cette société, stade néolithique, et l'absence d'écriture expliquent d'autant mieux pourquoi les langues locales ont disparairu, contrairement à ce qui s'est passé en Amérique latine.

33 El Español de Canarias, Santa Cruz de Tenerife, 1988.

34 Sabir commun qui se serait développé lors des premiers contacts avec l'Afrique, et qui se serait ensuite répandu jusqu'aux ports d'Extrême Orient. La localisation des sabirs et créoles est une donnée significative puisque tous se situent à proximité de l'une des grandes voies de navigation maritime et qu'il faut bien établir un rapport entre l'existence et l'histoire de ces systèmes et celles des voyages océaniques. P 171-173 in La sociolinguistique, J. Garmadi, PUF, 1981.

35 224 pp., in Eléments de la linguistique générale, André Martinet, Paris, Armand Colin, 1960.

36 p 1863, F. Guerra Navarro, Contribución al léxico popular de Gran Canaria, Ed. Peña Pancho Guerra, 1965, in TLEC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Dupuis, « Le Patrimoine agraire de la Grande Canarie au travers de son vocabulaire spécifique rural », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 117, mis en ligne le 06 janvier 2000, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4328 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4328

Haut de page

Auteur

Irène Dupuis

UMR 7533 Ladyss-CNRS, Département de Géographie, Université Paris 8, 2, rue de la Liberté - 93526 Saint-Denis Cedex 02

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page