Navigation – Plan du site
2000
128

Les Chinois d'outre-mer des Tchou à Deng Xiaoping : des origines historiques et géographiques d'un phénomène migratoire plus que millénaire

Chinese Overseas, From the Chou to Deng Xiaoping : Historical and Geographical Origins of a Migratorial Phenomenon Spanning Over a Millenium
Pierre-Arnaud Chouvy

Résumés

Les Chinois d'outre-mer forment ce que l'on estime être la diaspora la plus riche au monde. Ils se sont implantés partout dans le monde au fur et à mesure de plus de quinze siècles d'un phénomène migratoire sans équivalent. Les causes de cet exode, puisque d'exode il s'agit si l'on parle de diaspora, plongent dans l'histoire de la Chine ancienne et dans les valeurs profondes de sa civilisation. Confucianisme et stratégie chinoise ont très fortement contribué à former ce que certains appellent désormais une "tribu globale" dont les capitaux pourraient même dépasser ceux de la République populaire de Chine elle-même.

Haut de page

Texte intégral

Diaspora chinoise ou Chinois d'outre-mer ?

1La Chine ne se limite pas, loin de là, au territoire et à la population de la République populaire de Chine (RPC). Si quelque un milliard deux cent quinze millions peuplaient la RPC en 1996 , la communauté chinoise expatriée comptait, au milieu de la décennie 90, environ cinquante-cinq millions de personnes.

2On a pu parler de ces expatriés en employant différents vocables qui, que ce soit en chinois, en anglais ou en français, ont tous prêté à controverse. L'utilisation du terme de diaspora -dispersion en grec- pour désigner les communautés chinoises émigrées par exemple, a pendant longtemps choqué certains esprits pour lesquels le terme ne devait désigner que les populations arménienne, grecque et surtout juive, implantées hors de leurs terres d'origine. Certes, désormais, l'expression de "diaspora chinoise" est plus fréquemment rencontrée et acceptée, à l'instar de l'usage étendu que l'historien Arnold Toynbee faisait du terme.

3Adam McKeown estime quant à lui que la diaspora chinoise n'est pas simplement la somme des communautés chinoises émigrées de par le monde. Elle peut être distinguée à partir de quelques critères, certes réducteurs mais conservant néanmoins une certaine pertinence. La diaspora est ainsi caractérisée par sa mise en réseau, ses flux et ses interactions, sa mondialisation ou transnationalisation, et sa déterritorialisation. La diaspora est une communauté émigrée dispersée qui a une conscience propre et entretient celle-ci par le biais des réseaux qui la lient à son origine géographique et culturelle. Les liens émotionnels revêtent ici une importance particulière puisque la diaspora est un produit historique et présente une forte historicité : l'identification à une forme de victimisation est très forte et détermine l'attribution du label de diaspora comme la mise en mémoire d'une origine historique, géographique et culturelle. La diaspora peut également être définie par sa construction contre et par l'Etat-nation : en Chine, comme nous allons le voir, les réseaux des diasporas ont très souvent été subversifs vis-à-vis de l'Etat et de ses restrictions à la mobilité. Formées contre l'Etat, les diasporas l'étaient donc aussi par celui-ci.

4Nous pouvons ainsi décider ici avec Adam McKeown que la diaspora peut servir de

«base à une histoire qui commence avec l'établissement de liens entre des lieux, et des flux, des interactions et transformations qui prennent place à travers ces liens».

5Comme la culture et la tradition donc, la diaspora est caractérisée par un dynamisme et un mouvement historique qui transforment des systèmes d'institution et permettent d'identifier les tendances modificatrices des structures et des organisations.

6Diaspora chinoise donc dans la mesure où les réseaux, la transnationalisation et la déterritorialisation sont des caractéristiques premières des communautés chinoises émigrées ; mais également Chinois d'outre-mer ou, selon le terme chinois, huaqiao. Huaqiao est un mot composé, hua pouvant signifier pays, et qiao exprimant l'idée de séjour, le fait de "rester loin de chez soi de façon temporaire". Même s'il est généralement entendu que le huaqiao séjourne hors de Chine , ce "loin de chez soi" peut tout aussi bien se trouver en Chine. Un autre terme chinois, nanyang, littéralement "Océan du Sud", désigne l'Asie du Sud-Est continentale et insulaire. Mais l'acception chinoise actuelle du terme tend à ne plus désigner que les Chinois de Malaysia, Singapour, les Philippines et l'Indonésie, c'est-à-dire tous les lieux qui, hors de la Chine continentale, devaient être rejoints par voie maritime. De la même façon, les Chinois d'outre-mer ne devraient être que ces Chinois qui se trouvent outre-mer et non ceux qui résident en Asie du Sud-Est continentale. Mais la majeure partie de ces expatriés ayant migré par voie maritime, via Hong Kong au XIXème siècle, le terme reste néanmoins pertinent, même s'il n'implique pas les caractéristiques dynamiques qui sont propres aux diasporas.

7Diaspora chinoise ou Chinois d'outre-mer désignent donc désormais ces multiples communautés de Chinois expatriés de par le monde, même si de nombreuses et complexes réalités sociologiques et migratoires, éminemment différentes entre elles, sont englobées sous ces termes réducteurs. Le choix des termes est beaucoup plus important que ce que l'on pourrait penser au premier abord. En effet, dans le regain de tension actuel entre Taiwan et la RPC, l'emploi du terme de guolia -qui signifie aussi bien nation, pays, qu'Etat- prête tellement à confusion que les dirigeants taiwanais tendent à insérer des mots d'anglais dans leurs discours en Chinois. Que ce soit par rapport aux migrants, à leur pays ou Etat d'origine, à leur nationalité même, le choix des mots peut donc aisément prêter à controverse.

8Les Chinois d'outre-mer, puisque c'est le terme qui, selon l'usage le plus répandu, sera retenu ici, sont disséminés depuis l'Asie du Sud-Est, où l'on ne peut manquer de remarquer l'importance de leur implantation, jusqu'en Amérique du Nord et en Europe occidentale, en passant par les Caraïbes, l'Amérique du Sud, l'Afrique, l'Australie et bien sûr une grande partie de l'Asie, comme en Russie orientale ou en Asie centrale par exemple. Certains auteurs, comme Joel Kotkin et Maria Hsia Chang, choisissent alors de parler de "tribu globale" (global tribe), pour décrire les principales diasporas, dont la chinoise. Ils estiment, à l'instar de beaucoup d'autres, que celle-ci détiendra une position de leader dans le commerce transnational du XXIème siècle .

Les origines socio-culturelles et géographiques de la poussée vers le sud des Chinois de la Chine ancienne

9Les raisons profondes ayant mené à de telles migrations des Chinois hors de leur terre d'origine relèvent de la succession de multiples facteurs au cours de la très longue histoire de Chine. Certes, si nombre de ces facteurs peuvent être qualifiés d'endogènes, puisqu'ils sont propres à la culture chinoise et à son évolution, Wang Gungwu souligne néanmoins, dans l'introduction de The Encyclopedia of the Chinese Overseas, que toutes les migrations impliquent également des facteurs d'attraction qui, eux, sont externes. Mais traitant ici des facteurs endogènes, l'histoire socio-politique et économique de la Chine ancienne apporte quelques éléments d'explication quant au phénomène migratoire chinois.

10Les Chinois ont commencé à émigrer outre-mer, alors plus précisément par voie terrestre, dès les tout premiers siècles de l'histoire de Chine, lorsque, au XIème siècle avant J.C., les Tchou (Zhou) ont mis un terme au règne des rois Shang. Ils mirent en place une confédération de "royaumes du centre" dont le régime centralisé contrastait avec celui des Shang. Leur règne devait s'avérer être extrêmement sévère et martial et reposer d'une part sur une noblesse très concernée par ses privilèges comme, d'autre part, sur des idéaux moraux et des codes d'honneur très forts. Enfreindre les règles de cette société nouvellement constituée était violemment réprimé et, si une certaine paix et une certaine tranquillité s'installèrent en Chine, nombreux furent les récalcitrants qui se réfugièrent qui en Mandchourie, qui en Corée ou au Japon. D'autres fuirent dans les steppes du nord, vers les déserts occidentaux des hordes nomades, ou encore au sud du Yangtze, vers les montagnes humides et les côtes peuplées de Taï.

11Il est un personnage de cette époque et de cette tradition, le duc de Tchou, successeur des rois Wen et Wu, qui est toujours très admiré dans la Chine contemporaine, non pas tant pour les méthodes qu'il a employées mais pour les résultats qu'il a obtenus. Ainsi, Confucius qui, parmi d'autres, considérait les premiers Tchou, et parmi eux le duc, comme étant les "maîtres de la discipline et du sens commun", les imita lors de sa prise de fonction en tant que Premier ministre et ministre de la justice, lorsque sa première action consista à ordonner une exécution capitale.

12Mais la fin du règne des Tchou, avant que les Qin ne les supplantent en 221 avant J.C., vit une période de guerres intestines s'installer, la période des "Royaumes combattants", en 453 avant J.C. Croissance démographique, avancée des fronts pionniers, et développement de structures étatiques complexes s'accentuèrent à partir de cette époque. L'administration et la bureaucratie se développèrent sur la base d'un clientélisme issu des divisions de pouvoir entre la noblesse et les chefs du royaume. Les gens du commun purent dès lors profiter d'un accès sans précédent à l'éducation et à l'administration et, parmi eux, de nombreux commerçants réalisèrent les nouvelles opportunités que l'accès au pouvoir politique pouvait représenter, favorisant un développement de la collusion politico-économique. En effet, la situation était désormais loin du rigorisme des premiers Tchou, et une compétition s'amorça entre les commerçants qui cherchaient à accéder au pouvoir politique, et les officiels du régime qui convoitaient les richesses des premiers.

13La corruption était de plus en plus importante et les activités commerciales furent méprisées voire réprimées, alors que les activités politiques étaient assimilées à une forme de commerce. Comme l'explique Sterling Seagrave, cette situation et la répression contre la corruption qui s'ensuivît provoquèrent parmi les premiers déplacements forcés de population au sud du Yangtze, dans le royaume alors indépendant de Yueh (actuelles provinces de Anhui et Zhejiang).

14L'opposition fondamentale existant entre d'une part, un empire agraire contrôlé par une bureaucratie centralisée et, d'autre part, les aspirations purement mercantiles des populations commerçantes, allait avoir de profondes répercussions sur le développement économique de la Chine, comme sur la création des multiples communautés de Chinois d'outre-mer.

15Ainsi, celui que l'on a appelé le Premier Empereur (Shi Huangdi) ou le Premier Auguste souverain, c'est-à-dire le roi de Qin (221 avant J.C.) accentua énormément une dynamique déjà amorcée sous les Tchou. La formidable poussée méridionale des populations chinoises commence en effet réellement à cette époque, après que l'Empereur eu maille à partir avec des brigands et eu décidé, en 214 avant J.C., d'envoyer ceux-ci et les autres populations méprisées dans le sud-est, dans le royaume indépendant de Yueh. Il termina ensuite la conquête de ce royaume qui avait déjà été entreprise en 333 avant J.C. par les Tchou, en le colonisant avec des dizaines de milliers de criminels, de brigands et de marchands qui furent forcé de quitter le nord de la Chine avec leurs familles. C'est dans cette Chine côtière du Sud que les futurs Chinois d'outre-mer, ces "enfants de Yueh" comme Sterling Seagrave les appelle, prendront leur départ.

16La Chine du Nord avait toujours été le berceau d'une civilisation agraire contrôlée par une bureaucratie centralisée, et les confucianistes orthodoxes assignèrent les commerçants au bas de l'échelle sociale, avec les brigands et les criminels, occupant une position inférieure à celle des agriculteurs et des artisans. Les commerçants étaient en effet considérés comme des êtres dangereux dans la mesure où la prospérité du pays reposait sur l'agriculture et non sur le commerce  : ils vivaient du profit qu'ils tiraient du travail d'autrui et ne produisaient rien qui puisse bénéficier à la communauté, à l'inverse du rôle joué par les agriculteurs dans la société.

17Ainsi les marchands ont-ils dû lutter contre les vues du confucianisme orthodoxe qui les confinaient au bas de l'échelle socio-politique. L'Empire exerça un contrôle très strict sur les sources d'enrichissement et força donc les communautés commerçantes à la défensive et à la ruse, voire à la fuite, en appliquant les principes stratégiques de Sun Tzu. Celui-ci rédigea le premier traité de stratégie au monde, au Vème siècle avant J.C. L'invisibilité, la discrétion, la ruse et la fuite constituent quelques-unes des ses techniques stratégiques de base, techniques que les Chinois d'outre-mer reprendront à leur avantage au cours de l'histoire. Les triades et les sociétés secrètes chinoises du monde entier se basent ainsi toujours sur ces principes qui ont également nourri les guérillas anticoloniales d'Asie du Sud-Est et celles de Mao.

18Le mandarinat, quant à lui, s'étant progressivement constitué à partir des sphères éduquées de la haute société, finit par contraindre les commerçants à trouver des moyens de collaborer avec cette autorité toute puissante de l'Etat : une certaine forme de corruption, ou du moins de collusion politico-économique, ne manqua alors pas de se développer.

19Ce n'est donc pas par hasard si l'immense majorité des Chinois d'outre-mer provient désormais de ces régions côtières méridionales de Chine, du Zhejiang, du Fujian et du Guangdong. En effet, plus de 90 % des Chinois d'outre-mer auraient leurs origines quelque part au sein de ces trois provinces . Mais les facteurs internes ayant provoqué les migrations ont continué à évoluer au cours de l'histoire, et le développement du commerce maritime chinois est un élément clé qui permet de comprendre la diffusion des Chinois d'outre-mer.

Les routes commerciales maritimes et terrestres et les cycles d'ouverture / fermeture des politiques commerciales et migratoires chinoises

20L'opposition chinoise millénaire des sphères politique et économique a forcé les commerçants chinois à émigrer toujours plus au sud, soit par voie terrestre, soit, lorsque cela était possible, par voie maritime.

21Les migrations par voie terrestre se firent vers l'Asie du Sud-Est continentale dont les grandes orientations méridiennes du relief permirent, non sans mal toutefois, de drainer les flux. La colonisation du royaume du Yueh par les Chinois Han avait eu pour première conséquence d'en déplacer les populations autochtones taï vers l'Asie du Sud-Est continentale. Les commerçants chinois empruntèrent d'ailleurs après eux certains axes physiographiques dont certains devinrent de grandes routes commerciales. Ainsi, si la principale route de la soie, qui courait d'est en ouest -depuis Beijing jusqu'à Kachgar, actuelle Kashi, dans le Xinjiang, et au-delà vers la Perse- ne concernait pas l'Asie du Sud-Est, certaines de ses branches méridiennes y diffusèrent néanmoins le commerce chinois.

22La "route du jade" par exemple, qui reliait la Chine du Sud aux Indes et au Siam par la Birmanie, était connue depuis au moins le IIIème siècle avant J.C. par les marchands chinois qui faisaient déjà le commerce du jade et des pierres précieuses avec l'Inde et la Birmanie. Elle deviendra la célèbre "Route de Birmanie" lors de la Seconde Guerre mondiale, prolongeant vers le Yunnan la "Route Stilwell" qui reliait le nord-est de l'Inde à la Birmanie. L'Asie centrale, elle, était également connue des marchands chinois puisque l'explorateur Chang Chien y avait rencontré les descendants grecs de l'armée d'Alexandre le Grand en 139 avant J.C .

23Les migrations chinoises outre-mer se firent, comme leur nom l'indique, par voie maritime et les plus importantes implantations chinoises d'Asie du Sud-Est procédèrent de cette façon. Mais le commerce maritime, et donc les expéditions navales, pâtirent de ces conceptions négatives du commerce jusqu'à ce que la dynastie des Song du Sud soit forcée, par les invasions nomades du nord, de se déplacer dans le sud en 1127, à Hangzhou, au débouché du Yangtze. Ce faisant, elle accrut sa dépendance à un commerce maritime auquel les Song du Nord s'étaient toutefois déjà essayés en 987, lorsqu'ils dépêchèrent quatre flottes dans les mers du Sud. Si les Song du Sud ne constituèrent pas un empire mercantile, le commerce maritime y fut néanmoins réellement encouragé.

24Le commerce ne souffrit ensuite point de ce que les hordes mongoles envahirent et réunirent les Chines du Nord et du Sud puisque, à l'inverse des vues confucianistes, celles des Mongols ne tenaient aucun grief contre l'entreprise et le commerce privés. Les communications internes à la Chine furent même améliorées par les deux mille chevaux affectés au nouveau système de courrier qu'ils élaborèrent. L'ère mongole se traduisit donc par une diversification et une intensification des contacts chinois avec des terres étrangères. Le Japon et Java par exemple furent de celles-là, et le corps expéditionnaire chinois à Java constitua l'une des toutes premières implantations chinoises d'outre-mer lorsqu'une partie des troupes choisit de s'épargner l'inconfort du voyage de retour. Quant à l'annexion du Yunnan par les Mongols, elle rapprocha à son maximum historique les frontières de la Chine de celles de l'Asie du Sud-Est continentale.

25Après le retrait du dernier des khans mongols, en 1368, les Ming s'installèrent au pouvoir en Chine et le commerce s'en ressentit une fois de plus. Par périodes cycliques, les premiers empereurs Ming jouèrent avec les encouragements et les répressions successives du commerce, s'aidant des commerçants pour consolider les bases fragiles de l'Etat et les réprimant ensuite en se saisissant de leurs biens. La peur inspirée par les pratiques des Ming provoqua des émigrations massives et plongea les Chinois d'outre-mer dans la clandestinité. La peur des représailles fit que le commerce fut de plus en plus assimilé à du trafic illégal et, lorsque l'exode prit des proportions alarmantes, les Ming assimilèrent l'émigration à un acte criminel. Toute expédition maritime était désormais proscrite et les Chinois d'outre-mer, craignant pour leur vie s'ils rentraient en Chine, devinrent des expatriés permanents. Une telle situation s'était alors traduite pour l'Empire par une importante perte de capital, celui-ci étant en effet désormais à l'abri de leur prédation.

26Ce phénomène de migration a bien sûr favorisé les contacts du monde chinois avec l'extérieur. Ainsi, selon Sterling Seagrave, "l'un des plus extraordinaires enfants de Yueh", et certainement celui qui a le plus fait pour l'ouverture du monde aux Chinois, fut Ma Sanbao.

27Ma Sanbao, né sur les plateaux du Yunnan en 1371 dans une famille pauvre de Hui, était un eunuque d'une carrure et d'une taille exceptionnelle, sa stature ayant probablement été due à un déséquilibre hormonal consécutif à sa castration. Les Hui, ou Chin Haw, les Panthay des Birmans, sont des Chinois musulmans, descendants de Umar al-Bukhari, ce boukhariote que les Mongols avaient chargé sous la dynastie Yuan (XIIIème siècle) de gouverner le sud-ouest de la Chine. Dès cette époque, les avantages procurés par la localisation géographique du Yunnan ont été appréciés des Mongols qui convoitaient la Birmanie. Le commerce caravanier de la route de Birmanie est ainsi depuis passé aux mains des Hui, lesquels, dès le XIVème siècle, accomplissaient le hadj, le pèlerinage à la Mecque, via la route du jade, future "Route de Birmanie" (Burma Road).

28Après la reconquête du Yunnan contre les Mongols en 1381, Ma Sanbao fut intégré à l'escorte du duc de Yan, l'usurpateur du trône et futur Empereur Yongle (1403-1424) de la dynastie Ming. Après s'être vu confier le commandement des services secrets de l'Empereur, exclusivement composés d'eunuques, Ma Sanbao obtint le commandement de la plus grande expédition navale que l'histoire de Chine ait jamais connu. Devenu l'amiral Cheng Ho (Zheng He selon d'autres orthographes), il organisa sept expéditions en vingt-huit ans qui l'amenèrent, à visiter quelque trente-sept pays, depuis le Champa de la côte vietnamienne jusqu'aux côtes kenyanes, et en passant par le Golfe Persique.

29La marine des Ming surpassait en taille les marines européennes réunies et le premier grand périple qui débuta en juillet 1405 réunissait 27 870 hommes répartis sur 371 navires dont le plus long atteignait 135 mètres. A cette époque, les jonques chinoises privées commerçaient déjà depuis plus de mille ans, depuis Yueh en fait, avec les différents ports d'Asie du Sud-Est et même d'Afrique. Si les vents de mousson, découverts par les Phéniciens, posaient des contraintes saisonnières aux navigateurs chinois, ils facilitaient énormément leurs trajets : chaque voyage commençait en automne à partir des bouches du Yangtze pour rejoindre le mouillage de Taiping, près d'Amoy au Fujian, et bénéficier de la mousson de nord-est en décembre. Conséquence des restrictions commerciales des Ming, les Chinois d'outre-mer étaient déjà très nombreux à s'être implantés sur les côtes d'Asie du Sud-Est, comme dans la région du détroit de Malacca que la troisième expédition de Cheng Ho permit de contrôler en 1409.

30Ces voyages eurent pour effet d'augmenter encore le nombre de Chinois installés en des points divers de l'Asie du Sud-Est côtière où ils affichaient les caractéristiques propres aux diasporas : leur isolement géographique et linguistique accentua l'importance d'être intégrés dans des réseaux de relations commerciales, réseaux et communautés unifiés en fonction des différents dialectes pratiqués.

31Si le souvenir de Cheng Ho reste très fortement ancré parmi les communautés de Chinois d'outre-mer d'Asie du Sud-Est, que ce soit en Thaïlande, à Malacca, ou encore en Indonésie, il est une autre grande figure du commerce maritime qui sut ne pas se faire oublier.

32Après la légalisation du commerce maritime en 1567, la Chine fut confrontée à une commercialisation agricole sans précédent, à l'expansion de la production artisanale et de la concurrence économique, et à une mobilité sociale consécutivement augmentée. Le commerce maritime se développa sans frein aucun, surtout grâce aux Hokkien du Fujian. Zheng Zhilong et son fils Zheng Chenggong, plus connu sous le nom de Coxinga, furent de ces Hokkien qui, à partir de Amoy, générèrent des dynamiques commerciales et un sens de l'entreprise sans précédent. La défaite de la dynastie Qing face aux Mandchous en 1644 poussa Coxinga à lutter contre l'envahisseur, faisant de Amoy un bastion de la résistance. Coxinga, né en 1624 d'un père hokkien et d'une mère japonaise, devint ensuite le premier héros des Chinois d'outre-mer lorsqu'il transforma Taiwan en un Etat indépendant, et sa mémoire est donc toujours honorée tant en Chine qu'au Japon.

33L'apparition d'un tel personnage était directement liée aux sévères restrictions commerciales des Ming qui avaient involontairement favorisé le développement d'une économie interlope basée sur la contrebande et le piratage. L'arrivée des Européens dans le commerce régional n'avait pas non plus manqué de dynamiser ce qui était déjà un commerce florissant  : en effet, en 1500, la demande européenne pour les produits chinois avait déjà fortement encouragé le marché noir. Les Ming avaient bien tenté de relâcher leurs restrictions en instaurant un système de licence, mais une explosion de la corruption se déclara rapidement, et les tensions consécutives entre le pouvoir central et les commerçants provoquèrent l'éclosion d'une rébellion ouverte depuis le Zhejiang jusqu'au Guangdong.

34En 1658, Coxinga lança une vigoureuse offensive terrestre contre les Mandchous, son armada, composée de milliers de navires, assiégeant Nanking pendant plusieurs semaines après avoir remonté le Yangtze. Défait, il opéra sa retraite et celle de ses neuf cents navires et vingt-cinq mille marins, se tournant vers Taiwan où il attaqua la forteresse de Zeelandia le 30 avril 1661. Les Hollandais tinrent pendant neuf mois avant de capituler et de pouvoir quitter l'île. Coxinga mourut le 23 juin 1662 d'une violente forme de malaria cérébrale et les Qing ne récupérèrent Taiwan qu'en 1683, après avoir procédé au déplacement forcé des populations des provinces côtières chinoises.

35Depuis Yueh, les provinces côtières avaient en effet servi de refuge à la résistance au pouvoir central et Coxinga y comptait également nombre de partisans dans sa lutte contre le règne mandchou. Vingt-cinq kilomètres de bande côtière furent ainsi vidés de leur population, interdisant l'exploitation des fertiles vallées alluviales et condamnant des centaines de milliers de familles à errer dans le pays.

36Dix-neuf ans d'une telle politique territoriale, de 1662 à 1681, augmentèrent encore considérablement le nombre de Chinois d'outre-mer, la ruine économique provoquée par un tel dépeuplement contribuant bien sûr à la migration d'une partie importante de la population. Celle-ci se réfugia également dans l'application des principes de Sun Tzu, en constituant des sociétés secrètes et des codes de conduite qui les mettaient à l'abri de l'autorité centrale. Les Mandchous ne levèrent leurs restrictions sur le commerce maritime qu'en 1684, alors que celles portant sur l'émigration ne le furent officiellement qu'en 1893.

Les racines des Chinois d'outre-mer

37L'immense majorité des Chinois d'outre-mer est originaire d'une des trois provinces côtières de Zhejiang, Fujian et Guangdong. Compte tenu de l'histoire économique et politico-territoriale de la Chine depuis ses origines, il est aisé de comprendre pourquoi ces trois provinces ont fourni l'essentiel des migrations d'outre-mer des Chinois.

38Quatre grandes divisions existent au sein des réseaux et des communautés de Chinois d'outre-mer. Ces divisions sont basées sur une identité linguistique et de localité : en Chine l'on hérite de son origine géographique, laquelle est fondamentale dans les mécanismes de définition identitaire. Même à l'autre bout du monde depuis plusieurs générations, le pays natal d'une famille et de tous ses membres reste celui des aïeux. Même l'âme, selon un dicton chinois, retourne à ce lieu natal.

39Quatre grandes divisions, basées sur l'origine géographique et linguistique, existent donc : les Teochiu, les Hokkien, les Hakka et les Cantonais. Ces divisions procèdent de sentiments identitaires vécus et ne tiennent pas forcément compte des divisons linguistiques telles qu'elles sont formulées par les linguistes. Ainsi, les Teochiu et les Hokkien appartiennent au groupe dialectal Minnan, lui-même partie du groupe Min, mais les locuteurs de l'un ou de l'autre dialecte n'en ont que très rarement conscience.

40Selon Sterling Seagrave, les Teochiu forment ce que l'on estime être le plus puissant et le plus riche des réseaux souterrains, et l'une des toutes premières multinationales du monde. Les membres de ces réseaux font preuve d'une loyauté exceptionnelle à l'organisation, et sont liés entre eux par leur dialecte et leur provenance originelle de sept districts villageois (hsien) de Swatow, dans le Guangdong. Les sept syndicats teochiu constituent ce que l'on dénomme couramment comme les Chiu-Chao : cette prononciation cantonaise de "Teochiu" est ainsi quotidiennement utilisée à Hong Kong, que ce soit par la police ou la presse.

41Si les Teochiu sont les plus riches des Chinois d'outre-mer, il n'y a qu'en Thaïlande où ils constituent la majorité de ceux-ci. Bangkok réunit ainsi la plus grande population teochiu urbaine mondiale. Par ordre de grandeur de population, ils arrivent en deuxième position au Vietnam, en Malaysia, à Hong Kong, à Singapour, au Canada et aux Etats-Unis. Quant à leurs activités commerciales, elles vont du trafic de riz qu'ils ont dominé pendant la Seconde Guerre mondiale, à celui de l'héroïne du Triangle d'Or. Les Hokkien et d'autres syndicats se chargent également du transport et de la commercialisation de l'héroïne, activités hautement lucratives et convenant parfaitement aux structures, aux règles de comportement et codes de conduite de ces organisations.

42Les Hokkien, auxquels appartenaient Coxinga et son père, s'ils ne forment pas les plus riches des syndicats de Chinois d'outre-mer, sont les plus nombreux et les plus répandus dans le monde. La grande majorité d'entre eux est installée à Taiwan, à Singapour, en Malaysia, aux Philippines et en Indonésie. Le parti que les Hokkien choisirent durant la Seconde Guerre mondiale les défavorisa au profit des Teochiu qui, eux, s'étaient ralliés aux Japonais. Persécutés par les Japonais en Asie du Sud-Est, ils perdirent la position dominante qu'ils y occupaient depuis le début du XIVème siècle alors que les Teochiu bénéficièrent grandement de leur ralliement et de celui de la Thaïlande au Japon.

43Les Cantonais, originaires du delta de la rivière des Perles, présents surtout en Indonésie, ont vu leur nombre diminuer considérablement depuis la guerre du Vietnam lors de laquelle ils furent persécutés.

44Le dernier groupe est celui des Hakka, et ce sont les derniers venus, comme leur nom, "derniers venus" ou "hôtes", l'indique. En Chine, leur statut est déconsidéré et, selon Lynn Pan, ils sont des migrants et des huaqiao par excellence. Ils ont toujours peuplé les périphéries des bassins versant dont G. William Skinner a fait la base de son approche régionale chinoise. Du Jiangxi au Guangxi et du Fujian au Guangdong, les Hakka entrèrent en contact avec les "natifs' (Punti ou bendi) à la suite des différentes crises économiques que connut la Chine. Une forte animosité caractérisait ces contacts, et la solidarité dont les Hakka font preuve s'est probablement développée en réaction à l'hostilité à laquelle ils étaient confrontés. Leur habitat montagnard et leurs habitations aux caractéristiques défensives sont également très certainement issus de la concurrence brutale à laquelle ils se livrèrent avec les Punti.

45Les Hakka ont longtemps vendu leur riz aux Teochiu qui le commercialisaient le long des côtes de la mer de Chine méridionale. Ils finirent par accompagner les Teochiu dans leurs voyages jusqu'à Hong Kong et Hainan et, lorsque ces derniers devinrent les principaux commerçants en riz du Vietnam et de Thaïlande, la participation active des Hakka en fit le quatrième groupe le plus important des Chinois d'outre-mer : après les Hokkien, les Teochiu et les Cantonais. Leur influence provient également du fait qu'ils ont fourni nombre de leaders politiques, comme Sun Yat-sen, l'éphémère président de la république de Chine de 1911 et l'instigateur de la réorganisation du Kuomintang, le parti nationaliste, et Lee Kuan Yew, Premier ministre de Singapour de 1959 à 1990.

46Les syndicats des Chinois d'outre-mer ne sont pas à confondre avec les organisations de type triade. Les triades ont leur origine dans la lutte que les Hokkien et d'autres groupes linguistiques menèrent contre l'envahisseur mandchou. L'organisation anti-mandchou qui résulta de cette alliance pluri-linguistique fut appelée Hung-Men ou Ligue Hung, du nom de premier Empereur Ming, Hung Wu. Même si le phénomène de société secrète dressée contre les centres du pouvoir impérial existait déjà avec le combat mené par les Sourcils Rouges contre la dynastie Han (206 avant J.C. - 220 après J.C.), la première triade considérée comme telle fut la Hung-Men au XVIIème siècle. Aux XVIII et XIXème siècle, de nombreuses sociétés secrètes se développèrent en Chine mais leur motivation semblait plus être de nature pécuniaire que révolutionnaire. Après la révolution de 1911, les triades perdirent toute légitimité en tant qu'instrument de restauration d'un ordre perdu, et elles se reconvertirent dans le crime organisé. Elles s'implantèrent à Hong Kong en même temps que les Britanniques et investirent considérablement dans le crime organisé, leurs différentes organisations devenant plus de lâches confédérations de gangs que de réelles triades. On estime que quelque 300 000 membres des triades étaient installés à Hong Kong en 1947.

47Les triades ont joué des rôles importants dans l'histoire de Chine  : la société du Lotus Blanc, apparue sous les Song au XIIème siècle en Chine du Nord, fomenta par exemple en partie la rébellion des années 1790 contre les Manchous. La rébellion des Taipings, qui recruta surtout parmi les Hakka, entre 1851 et 1865, et celle des Boxeurs, entre 1896 et 1900, connurent également la participation du Lotus Blanc, parmi d'autres triades.

48Les triades teochiu sont considérées par la police de Hong Kong comme étant parmi les plus dangereuses et secrètes, et les années précédent la rétrocession de Hong Kong à la République populaire de Chine (1997) ont été marquées par la peur d'une guerre des gangs et de leur exportation en Royaume-Uni. Ainsi, le Organized Crime Unit britannique a-t-il mis en place une structure d'évaluation de l'implantation des triades au Royaume Uni, le Project Chopstick. Macao, dont la rétrocession est désormais accomplie (20 décembre 1999), est quant à lui bien plus atteint par la violence liée aux affrontements des triades, et le gang 14-K de Wan Kuok-koi, dit "Broken Tooth", y fait beaucoup parler de lui à la fin des années 1990.

Conclusion

49L'origine des Chinois d'outre-mer, comme des syndicats et des sociétés secrètes, dont les triades, réside donc dans la longue répression qu'ont subie les commerçants chinois au cours de l'histoire. La poussée vers le sud des Chinois Han avait commencé dès l'époque du royaume de Yueh et s'était accentuée outre-mer lors de sa conquête par les armées Chin, à la fin de la période des Royaumes Combattants, phénomène encore accentué lorsque les armées Han reconquirent le sud de la Chine. L'invasion mongole, en renversant les Song, provoqua une vraie hémorragie de réfugiés et nombre d'entre eux allèrent gonfler les communautés d'outre-mer. Ensuite, ce furent la répression et les restrictions des Ming sur les côtes méridionales qui furent dévastées par les déplacements forcés sous les Mandchous.

50Certes, d'autres facteurs internes ont poussé à l'émigration d'une partie de la population chinoise à l'étranger. Les calamités naturelles, récurrentes en Chine, forcèrent également de nombreux Chinois à émigrer lorsqu'ils avaient tout perdu, comme lors des famines de 1846, 1849 et 1877, qui tuèrent plus de vingt-trois millions de personnes. Si la période d'avant le XIXème siècle fût caractérisée par des migrations à destination de l'Asie du Sud-Est, lors de la suivante, lorsque l'expansionnisme européen se doubla d'une politique annexionniste de type impérialiste, ce fut vers le reste de l'Asie, l'Afrique et tout le Pacifique que les Chinois migrèrent, avec le Coolie Boom.

51La nature de ces sociétés secrètes et de ces réseaux des Chinois d'outre-mer doit beaucoup aux principes stratégiques de Sun Tzu : les membres de ces sociétés durent rendre leurs activités éminemment discrètes afin de pouvoir les protéger et les étendre à d'autres domaines. Les Chinois d'outre-mer également ont dû cacher le fruit de leur travail et le mettre à l'abri, d'autant plus que toutes les communautés chinoises d'outre-mer ont été prises pour cibles à une époque ou à une autre par les populations natives des endroits où ils s'étaient réfugiés. Le cas de l'Indonésie de la fin des années 1990 vient encore d'en fournir un exemple particulièrement violent.

52A la fin des années 1990, quelque 86 % des milliardaires d'Asie du Sud-Est sont issus des syndicats et des réseaux d'outre-mer alors que ces derniers ne touchent que 10 % de la population de la région. On estime le Produit Intérieur Brut cumulé des Chinois d'outre-mer en Asie à environ 450 milliards de dollars US, et les seuls dépôts bancaires de Taiwan dépassent 330 milliards de dollars. Les liquidités dont disposent les Chinois d'outre-mer ont été estimées par un banquier de Singapour à plus de deux mille milliards de dollars, sans compter le marché des valeurs et des titres. A titre de comparaison, le Japon ne comptait en 1990 que trois mille milliards de dollars de liquidités.

Haut de page

Notes

Les valeurs confucéennes et les principes de Sun Tzu se sont complétés en Chine pour provoquer et permettre un exode millénaire qui a généré la diaspora la plus riche au monde. Ce n'est qu'après 1978, lorsque Deng Xiaoping déclara qu'il était désormais prestigieux de s'enrichir, que la Chine est devenue un lieu potentiel d'investissement pour les Chinois d'outre-mer. La République populaire de Chine cherche en effet désormais à rapatrier ces capitaux chinois exilés, même si la peur viscérale des sociétés secrètes reste bel et bien présente dans l'esprit de ses dirigeants, comme l'affaire Falun Gong semble l'indiquer. De Hong Kong à Taiwan, en passant par Macao, la Chine cherche à retrouver les richesses qu'elle a perdues au cours des siècles, mais il semble qu'il lui faille d'abord pouvoir restaurer une confiance que son histoire a malmenée.

1 Données de la Far Eastern Economic Review, Asia 1999 Yearbook, Hong Kong

2 Seagrave S., 1995, Lords of the Rim  : The Invisible Empire of the Overseas Chinese, London, Corgi Books

3 McKeown A., 1999, Conceptualizing Chinese Diasporas, 1842 to 1949, The Journal of Asian Studies, Vol. 58, N° 2, Ann Harbor, Association for Asian Studies

4 …diaspora as a self-conscious identity is a phenomenon that grew with the rise of nation states, rather than only in opposition to them. McKeown A., Op. cit.

5 …the basis for a history that starts from the connection between places, and the flows, interactions, and transformations that take place through these connections. McKeown A., Op. cit.

6 Chouvy P.A., 1996, Géopolitiques de l'intégration dans l'espace polyethnique et interétatique du Triangle d'Or, Université de Provence, Mémoire de Maîtrise, p. 36

7 le sojourner de Wang Gunggwu : 1991, China and the Chinese Overseas, Singapore, Times Academic Press : 3-21

8 Pan L. (General Editor), 1999, The Encyclopedia of the Chinese Overseas, Cambridge, Harvard University Press

9 Voir ainsi la catégorisation des migrants chinois opérée par Wang Gungwu (trader, coolie, sojourner, descent pattern) et reprise par Adam McKeow : Gungwu W., Op. cit. ; McKeow A., op. cit.

10 New York Times, Taiwan's New Doctrine Unintelligible in Chinese, Faison S., 21 juillet 1999

11 Voir par exemple le titre du recueil d'articles de Wang Gungwu (1991) : China and the Chinese Overseas

12 Kotkin J., 1993, Tribes : How Race, Religion, and Identity Determine Success in the New Global Economy, New York, Random House ; Chang M.H., 1995, Greater China and the Chinese "global tribe", in Asian Survey, October 1995, Vol. 35, N° 12, pp. 955-968, Berkeley, University of California, Berkeley : According to Joel Kotkin, the fading of ideology and the emergence of an international economy have led to the ascendance of "global tribes," that is, cultural groups whose members are geographically dispersed, maintain worldwide business and cultural networks, and share a strong sense of a common origin as well as important values on the primacy of science and knowledge in general

13 "Initially, all migrations involve push or pull factors" : 9

14 Voir : Szynkiewicz S., 1989, Interactions between the nomadic cultures of central Asia and China in the Middle Ages, in One World Archaeology, Comparative Study in Archaeology, Londres / Boston, Unwin Hyman

15 Taï désigne un groupe linguistique dont font partie les Thaï, les Lao et les Shan par exemple. Daï est l'orthographe pidgin utilisé par les Chinois pour désigner les locuteurs du sud-ouest de la Chine : Wijejewardene G., 1990, Thailand and the Tai : Versions of Ethnic Identity, in Ethnic Groups across National Boundaries in Mainland Southeast Asia, Singapore, Institute of Southeast Asian Studies : 48

16 Seagrave S., Op. cit. : 26

17 Ibidem : 32

18 Granet M., 1994 (1929), la civilisation chinoise, Paris, Albin Michel : 117

19 Seagrave S., Op. cit. : 67

20 Sun Tse, 1993, L'Art de la guerre, Paris, Presses Pocket ; voir également Seagrave S., Op. cit. : 33-48 ; Mao a puisé ses principes fondamentaux parmi les grands classiques chinois, dans L'Art de la guerre et dans le roman de chevalerie historique des Trois Royaumes, tout en les marxisant : Dassé M., 1993, Les guérillas en Asie du Sud-Est, Paris, L'Harmattan : 133 ; Les lectures de Sun Tzu et des Trois Royaumes influencent toute l'Asie par le biais des diasporas chinoises, comme en Thaïlande par exemple.

21 Gungwu W., 1991, Op. cit. : 79

22 Seagrave S., Op. cit. : 81 ; Booth M., 1999, The Dragon Syndicates. The Global Phenomenon of the Triads : 86 (région dite de Sam Yap ou Sze Yap)

23 Seagrave S., 1995, Op. cit. : 71-79

24 Ibidem

25 Seagrave S., Op. cit. : 101

26 Des milliers d'individus, sans critère d'âge furent ainsi castrés par les soldats chinois afin terroriser et de soumettre une population qui avait collaboré avec les Mongols : Ibidem : 98-115

27 Forbes A., Henley D., 1997, The Haw : Traders of the Golden Triangle, Bangkok, Teak House Publishing : 29 ; Une autre version existe expliquant la présence des Panthay dans le sud de la Chine. Une armée musulmane serait venue au secours de l'Empereur et à la demande de celui-ci, et n'aurait pas osé repartir en terre musulmane en raison de leurs nombreuses expositions à diverses pollutions religieuses, telle que celle d'avoir consommé du porc par exemple. Il est vrai que quelque 20 000 soldats musulmans étaient réellement accourus au secours de l'Empereur (Hsuang Tsung, 712-756) qui était confronté à une rébellion au Tibet. : Yegar M., 1966, The Panthay (Chinese Muslims) of Burma and Yunnan : 73-74 ; Voir également à propos des relations entre la Chine et ses populations musulmanes : The Frontier Post (Peshawar) : Islam in China, A Picture of Past and Present, Butt J.M., 04-06-99

28 Seagrave S., Op. cit. : 98-115

29 Respectivement au temple San Pao ; au plus vieux puit de Malacca, Sam Bao Kung ; et au temple de Tajue où les sino-indonésiens rendent un hommage annuel à la date anniversaire de la première visite de l'amiral : Seagrave S., Ibidem

30 Pan L., Op. cit. : 49

31 Seagrave S., Op. cit. : 116-153

32 Voir Gungwu W., Op. cit., Pan L., Op. cit., Seagrave S., Op. cit.

33 Pan L., Op. cit. : 25

34 Comme dans le South China Morning Post (Hong Kong) par exemple.

35 Skinner G.W., 1977, Regional Systems in Late Imperial China, 2nd annual meeting of the Social Science History Association, Ann Harbor, Michigan

36 Pan L., Ibidem

37 Crime and Justice International, July-August 1996, On the Triad Trail, Isabel Hopton, Office of International Criminal Justice, Chicago : http ://www.acsp.uic.edu/OICJ/PUBS/Cji1204.htm

38 Voir : Booth M., 1999, The Dragon Syndicates. The Global Phenomenon of the Triads

39 Crime and Justice International, March-April 1995, GrayArea Phenomena : The Changing Nature of Organized crime and International Terrorism, Dick Ward, Office of International Criminal Justice Chicago : http ://www.acsp.uic.edu/oicj/pubs/cji1102.htm

40 Crime and Justice International, July-August 1996, On the Triad Trail, Op. cit.

41 A la fin de la Seconde Guerre mondiale, les triades s'attaquèrent au communisme, et le gouvernement nationaliste de Chiang Kai-shek favorisa leur développement. En Chine du Sud, la campagne du Kuomintang était dirigée par le lieutenant général Kot Siu Wong, lequel avait son quartier général au numéro 14 de la Po Wah Road, à Canton, d'où le nom de la triade 14-K : Black D., 1991, Triad Takeover, A Terrifying Account of the Spread of Triad Crime in the West, Londres, Sidgwick & Jackson

42 Asiaweek, Mean Macau Streets : Why China's Army is not the best institution to clean them up, 04-06-1999 ; Far Eastern Economic Review, Macau : Officers of the Law, Bruce Gilley, 15-07-1999

43 Seagrave S., Op. cit. : 14-15 ; Foreign Affairs and Trade Department of Australia, Overseas Chinese Business Networks in Asia, April 1999

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Arnaud Chouvy, « Les Chinois d'outre-mer des Tchou à Deng Xiaoping : des origines historiques et géographiques d'un phénomène migratoire plus que millénaire », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 128, mis en ligne le 03 mars 2000, consulté le 28 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4375 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4375

Haut de page

Auteur

Pierre-Arnaud Chouvy

Doctorant en géographie
Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne
http ://www.geocities.com/pachouvy
pachouvy@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page