Navigation – Plan du site
2000
133

La societe oasienne du Djerid et les représentations paysagères

The djerid oasis society and landscapes patterns
Lamia Latiri

Résumés

L´enquête réalisée dans le Djerid1, permet de dégager des modèles paysagers2 issus de l´héritage historique, des représentations religieuses, des pratiques sociales, de la période coloniale, du tourisme, et enfin de la crise économique locale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Latiri lamia, post-doc laboratoire LADYSS. Thèse portant sur la représentation de la nature et du paysage dans la culture arabo-musulmane entre les VIII-XIe siècles avec une étude de cas : La mise en paysage des systèmes d´irrigation dans les oasis du sud tunisien. Thèse d´Université. Paris I- Panthéon-Sorbonne, janvier 1999, 2 tomes.

Texte intégral

Objectif et méthodologie.

  • 3 Ibid.

1Dans la même lignée que les travaux engagés et réalisés par Y. Luginbühl3 sur les représentations sociales du paysage dans le monde occidental, cet article a pour objectif de présenter les modèles paysagers en usage dans le sud tunisien et leurs implications dans la gestion des ressources naturelles.

  • 4 Les personnes qui ont participé à l´enquête ont été choisies au hasard des rencontres. Certaines d´ (...)
  • 5 Lors d´un premier voyage de reconnaissance du terrain, une série de photographie a été prise des pa (...)

2La méthodologie s´appuie sur une enquête semi-directive composée d´un échantillon de 40 personnes4 et de la présentation d´une série de 28 photographies5 illustrant des paysages divers.

3L´enquête a permis de formuler l´hypothèse de l´existence de "modèles paysagers" qui alimentent une culture sensible du territoire et organisent sa lecture, en identifiant des références formelles, grâce auxquelles il est possible de lire un espace et de le qualifier.

4Les résultats obtenus permettent de constater ce qui reste des représentations léguées par l´héritage musulman, de déterminer les représentations locales et de voir s´il s´en est construit de nouvelles au contact de la période coloniale et du tourisme.

5Deux groupes ont été identifiés : celui des sédentaires de souche qui se présentent comme des citadins avec une culture immémoriale. Ils cumulent généralement deux activités, un travail dans le secteur public et un second dans l´exploitation agricole.

  • 6 Dans la traduction stricte, il s´agit de celui qui perçoit le 1/5 de la récolte à la place d´un sal (...)
  • 7 L´entretien avec ce groupe s´est déroulé en langue arabe comme pour les sédentaires. A aucun moment (...)

6La majorité possède des palmeraies héritées de père en fils. La gestion se fait selon le mode de faire valoir indirect. Sont inclus une partie des khammessa6 devenus propriétaires de leur propre jardin. Il s´agit d´une culture très urbaine. Cet aspect semble être plus fort que dans la culture occidentale où c´est le rural qui l´emporte. Le second groupe est constitué d´une population nomade sédentarisée7 qui a eu accès à la propriété par différentes voies et dont l´espace porteur de paysage est le désert. Sont inclus, ceux qui ont des activités dans le tourisme. Le témoignage de ces deux groupes montre qu´il existe certaines sensibilités entre eux. Ils ont une perception et une représentation du milieu et de la nature très différentes, dans la mesure ou leurs pratiques sont complètement à l´opposé les unes des autres. Par ailleurs, il a fallu s´adapter à leur disponibilité.

7L´attitude conservatrice propre aux régions du sud a valu la présence permanente d´un accompagnateur lors de la réalisation de l´enquête. Chaque personne qui connaissait un Ancien, détenteur de la tradition locale et de ses usages, se faisait un devoir de le présenter pour parler des particularismes et des richesses de la culture locale. Les entretiens ont été réalisés en langue arabe, ce qui a nécessité une transcription en français en respectant autant que possible la tournure et l´état d´esprit des témoignages. L´article aborde : les paysages religieux qui sont en étroite relation avec les croyances religieuses musulmanes et dont le modèle paradisiaque est l´expression la plus récurrente. Les paysages historiques issus notamment des legs culturels anciens. Les paysages locaux qui sont construits grâce aux rapports et pratiques sociaux. Les paysages touristiques édifiés à la faveur des médias (télévision, cinéma, etc.). Enfin, l´apparition récente d´un modèle défaitiste qui représente les perturbations socio-économiques et culturelles que vivent les djeridi par rapport à la modernité.

Le concept paysage dans le Djerid.

  • 8 Pour la définition du mot "paysage" dans la langue arabe voir Thèse, op-cit, pp. 12 et article à pa (...)

8A la question centrale qu´est-ce que le paysage8  ? un oasien répond :

"Je vais vous raconter une histoire, qui illustre ce qu´est le paysage pour moi : Il y avait un berger qui ne connaissait que son environnement montagneux et ses animaux de compagnie, son chien, son bouc et son troupeau de moutons. Un jour le roi de la région le convoqua pour qu´il lui compose un poème. Lorsque le berger fut en sa présence il lui dit :

"Tu es comme le chien dans le respect de l´amitié,

Comme un bouc qui gravit les difficultés,

Comme une noria, qui donne à profusion et ignore le péché".

Le vizir demanda alors au roi de le punir pour avoir osé le comparer à ses animaux de compagnie. Mais le roi qui avait d´autres desseins en tête, demanda à ce qu´on envoie le berger pendant une année sur les rives de l´Euphrate pour qu´il découvre d´autres horizons. Lorsque le séjour du berger arriva à son terme, le roi le convoqua et lui demanda de lui dire un poème. Le berger dit :

"Le regard de biche des courtisanes, entre al-Rousaf et le pont,

A attiré sur nous, sans qu´on sache comment, le sentiment amoureux"...

Le Roi dit alors : Nous l´avons envoyé pour l´éduquer, mais il s´est volatilisé".

Cette histoire illustre bien que le sentiment de la nature et du paysage est quelque chose qui s´apprend. Le berger avait au début décrit les choses dont il avait l´habitude et qui représentaient quelque chose d´important pour lui. C´est sa perception de son environnement qui lui a permis de composer les vers à l´intention du roi. Lors de son voyage, il a découvert d´autres espaces différents des siens, qui lui ont permis de prendre du recul par rapport à son milieu. Cela explique donc comment on peut voir les choses et se les représenter en fonction de ce que l´on connaît déjà et de ce que l´on apprend à connaître".

9Instituteur à la retraite, exploitant, 70 ans, originaire de Tozeur.

10Au XIVe siècle, Ibn Khaldun écrivait :

  • 9 Ibn Khaldun, Al Muqqadima. p. 90

"La mémoire sert de dépôt (ida´) à tous les objets perçus, imaginaires ou non. Elle est comme un magasin qui les conserve jusqu´au moment où l´on en a besoin" 9

11Ces deux témoignages, situés dans un espace-temps différent, donnent un aperçu des modalités d´apprentissage et de perception du paysage. Ibn Khaldun, fait allusion aux stéréotypes qui peuvent être affectés à la perception du monde sensible et à sa requalification. L´enquête révèle l´existence de modes locaux de différenciation et de catégorisation des paysages.

Les représentations liées à la palmeraie.

Le paradis céleste, l´oasis et les Djeridi.

12A la question "qu´évoque l´oasis pour vous ?" les oasiens, sans distinction d´âge et de condition, présentent les vers d´un poème ancien :

"Visite Tozeur si tu veux voir un paradis, où les eaux coulent à flot  ;

Une rivière coule sur le sable blanc, comme une feuille brillante et se laisse admirer par l´observateur,...

Ces jardins sont comme autant de paradis et la terre est comme le musc dont la brise révèle la senteur,

Les palmiers sont comme autant de mariées dont la cime se déploie dans le ciel..."

Un second témoignage évoque le lien qui existe entre le paradis musulman et l´oasis  :

"Il existe une corrélation entre l´oasis et le paradis décrit dans le Coran. C´est une croyance très forte dans le Djerid. L´oasien s´estime être un homme chanceux et privilégié, puisque le Paradis dont parle Allah se trouve incarné dans l´oasis, par sa richesse, sa diversité et le sentiment de paix qui y règne. La similitude se traduit évidement par métaphore ou par rapprochement. C´est un lieu où peut s´extasier tout être humain. Un sentiment profond de plénitude, de sérénité s´empare de l´être. Même un touriste peut éprouver ce genre de sentiment. Cette superposition que nous faisons de la lecture de l´espace oasien et du paradis se trouve confirmée dans notre imaginaire par le biais des histoires coraniques et bibliques, comme celle de Noé ou des sept dormants. L´oasis est pour nous un lieu béni par Dieu".

13Enseignant retraité, exploitant, 65 ans, originaire de Tozeur.

  • 10 Voir les explications du Cheikh Si Hamza Boubaker,Le Coran, éd. Maisonneuve & LaRose, 1995, pp. 75- (...)
  • 11 Cf. S. II, 26.
  • 12 Habitants du Djérid.
  • 13 Les propos du prophète Mahomet.

14La redondance de propos similaires dans le discours djéridi suppose qu´ils effectuent une superposition de lecture notamment, entre l´oasis et le paradis céleste. Dans le Coran, il s´agit de descriptions qui, par les eaux vives, les paysages et les scènes qu´elles évoquent sont destinées à frapper l´imagination des fidèles. L´Islam use des mêmes procédés que les autres religions monothéistes : le paradis selon la Bible et l´Evangile est un magnifique jardin céleste10. La description qu´en donne le Coran est comprise dans un sens symbolique et allégorique11. L´imaginaire du musulman étant conditionné par la notion du Paradis, celle de paysage lui devient préexistante du fait des adjectifs qualificatifs attribués à l´espace et aux lieux. Dans le discours des djéridi12 les références religieuses sont nombreuses, ponctués par des versets ou des hadith13. La corrélation entre la dimension transcendantale du paradis et terrestre de l´oasis s´exprime à travers plusieurs points  : la sacralité du palmier, l´aura de l´oasis, et l´eau, élément fondamental à l´émergence de la vie. Ces trois notions sont régies par un code moral et des pratiques sociales bien définis. D´évidence, la construction sociale du paradis se fait selon une symbolisation exacerbée de l´oasis. Les notions de paradis, jardins, paysages deviennent des synonymes qui finissent par devenir interchangeables.

15Cependant, le groupe des nomades sédentarisés ne s´exprime pas sur le modèle paradisiaque, ce qui ne signifie pas pour autant qu´il soit absent de leur représentation. Ce manque est dû, notamment à ce que nous n´avons pas eu l´opportunité de les interroger à notre convenance. Les oasiens de souche voyaient d´un mauvais œil que l´on puisse s´intéresser à une population sans tradition sédentaire. D´autre part, ce groupe préférait parler de l´espace désertique, de leur ancien mode de vie et de leur pratique pastorale. Cette attitude est compréhensible dans la mesure où il s´agit de personnes qui vivent dans la nostalgie du passé et leur sédentarisation est ressentie comme une punition. Dans ce contexte, l´oasis est loin d´être un modèle paradisiaque.

16Indépendamment des nomades sédentarisés, et à travers les différents témoignages des sédentaires, il semble que dans l´imaginaire local, le modèle du paradis préexiste à celui de l´oasis. Ce n´est plus le paradis qui se transpose sur un espace déjà occupé et organisé par l´homme ; mais l´espace est d´abord paradis dans lequel on s´établit. Il apparaît que ce modèle efface tout ce qui lui est antérieur. Dans un contexte très différent de celui des représentations, Ibn Khaldun faisait le même constat. On serait tenté d´avancer cette hypothèse. Qui du modèle paradisiaque et de celui fabriqué de toutes pièces par le travail de l´homme est à prendre en considération en premier lieu ? Dans un monde où l´on est quotidiennement confronté aux impératifs de la modernité, l´individu se réfugie dans les valeurs sûres du passé musulman. Comme l´écrit B. de Cessole :

  • 14 Cf. Valeurs actuelles, N°3210, 6 au 12 juin 1998. Naipaul, Un sceptique aux pays des croyants, par (...)

"Partout le fondamentalisme musulman réclame l´éradication du passé et nie le présent, tantôt au bénéfice d´une régression impossible vers l´Islam des origines tantôt au profit d´une projection messianique dans le futur"14.

  • 15 Cf. Le Bulletin du comité français d´histoire de la géologie. Ce point de vue est le lieu commun de (...)
  • 16 Cf. A. Berque.
  • 17 La comparaison entre les mécanismes des représentations dans le monde occidental et musulman a fait (...)

17On est dans le vif des problèmes des représentations, celles considérées comme propre au monde musulman, et celles provenant du modernisme occidental et depuis peu de la mondialisation. Le débat entre ceux qui croient que le paysage existait  bien avant que l´homme ne l´instaure en objet de contemplation15 et ceux qui défendent la thèse d´un paysage né à travers le regard de l´homme porté sur la nature et affirment qu´il n´a aucune réalité en dehors de cette perception16, est encore vif entre scientifiques intéressés par la question du paysage en Occident17.

Le palmier, élément de la structure paysagère oasienne.

"Durant sa vie le palmier passe par trois phases importantes. Lorsqu´il est encore jeune, il porte le nom de "fassila", "séparer, couper", car on le sépare de sa mère. Le mot "fassila" renvoie aussi au Genre. Les plantations des palmiers se faisaient selon le principe de l´entraide, "al-maouna" ; tout le monde participait à cette tâche. Le jour de la plantation s´appelle "yaoum-al-ghars", le jour du sevrage du pied-mère et de l´arrachage des jeunes plants pour les transplanter s´appelle "yaoum-takli´-el-ghars". Lorsque le palmier entre dans sa première phase de production on l´appelle "al-widia". Ce mot provient de la racine du verbe "wada" qui veut dire "être généreux et affectueux". Le palmier commence à offrir ses premiers fruits. Quand il pousse encore un peu plus on lui donne le nom de "jabara", car il est de taille élancée, harmonieuse et complète ; c´est d´ailleurs un attribut féminin très utilisé en poésie populaire pour décrire une belle femme. C´est la phase de l´adolescence du palmier. Lorsqu´il atteint l´âge adulte on lui donne le nom de "rib´iya", c´est à dire qu´il a atteint le printemps de sa vie, c´est la phase du plein épanouissement du palmier et il est en pleine production. Lorsqu´il atteint l´âge de la vieillesse on le dit "sahuk" ou "bassika", il atteint une très grande hauteur et devient de moins en moins productif. Toutes les phases de la vie du palmier sont celles de l´être humain"

18Enseignant retraité, exploitant, 75 ans, originaire de Tozeur.

  • 18 Terme employé par les oasiens pour désigner la forêt.

"La signification que peut revêtir le jardin ou la "ghabba"18pour un Djeridi, c´est que c´est un espace qui représente toute la vie et nous inspire la vie ; c´est le poumon par lequel nous respirons, la source de notre nourriture. Le palmier nous fournit nourriture, bois, cordage et nous permet de construire nos maisons et nos meubles, c´est l´arbre roi dans notre région."

19Cadre, exploitant, 55 ans, originaire de Tozeur.

"Le palmier dattier constitue l´ossature même de l´oasis. Il est inconcevable pour nous de l´arracher. Le palmier est sacré à nos yeux, c´est comme un père ou un frère, nous ne pouvons nous en défaire que s´il meurt de lui même. C´est pour cette raison qu´il est très difficile de rajeunir l´oasis traditionnelle  ; on assiste à une opposition farouche à l´arrachage des palmiers".

20Entrepreneur, 55 ans, exploitant, originaire de Tozeur.

  • 19 Les statistiques montrent un rapport de 4 sur 1, c-à-d, quatre palmiers pour un arbre fruitier d´un (...)
  • 20 Nous le retrouvons dans les Sourates suivantes : S. VI, 99, 141, S. XVIII, 42, S. XX, 71, S. XXVI, (...)
  • 21 Le plus connu des Hadith est celui où il préconise d´être généreux avec lui comme s´il était un mem (...)

21L´enquête révèle que pour les oasiens, le palmier est béni parce qu´il aurait été créé par Dieu avec un morceau de l´argile qui servit à créer Adam. Il l´est aussi parce qu´il aurait nourri Marie quand elle fut chassée par sa tribu. La palmeraie19 devient "sacrée" et se dote d´une personnalité. Outre que l´oasis est un espace et un lieu de travail, elle est aussi un être à part entière, faisant partie de la famille. La citation du palmier 22 fois dans le Coran20, les propos de Mahomet concernant ses bienfaits21, renforcent cette appartenance et font du palmier un objet de la nature qui rentre dans le clan familial, c´est-à-dire qu´il est un des membres d´un groupe et a son rôle propre.

  • 22 Cf. Latiri, ibid., t1, p. 128.

22Les divers témoignages suggèrent d´autres modalités : une relation fonctionnelle au palmier (nourriture, bois, cordage...), une relation avec la nature et enfin une relation symbolique. De part ses caractéristiques, (taille, phases de la vie et de la croissance, état sanitaire, couleur des fruits), le palmier finit par ressembler à l´être humain. Symbole de l´éternité, il reste une constante dans les territoires oasiens de l´Islam, et de ce fait, il est devenu l´arbre de l´Islam22.

Des palmeraies pour les "générations futures".

"Ils nous ont laissés, nous mangeons, nous laissons, ils mangeront"

23Exploitant, 85 ans, originaire de Tozeur.

"Le palmier peut vivre jusqu´à 120 ans, il survit donc à trois générations. Moi qui suis âgé aujourd´hui de 70 ans, je vois les palmiers qu´ont plantés mon grand père et mon père et ceux que j´ai plantés moi-même. Les arbres de mon grand-père seront les premiers à rentrer en phase de sénescence, il faudra penser alors à les remplacer. Le renouvellement de la palmeraie se fait de façon progressive et jamais brutale. On laisse le plant de palmier se développer au pied du pied mère jusqu´à ce qu´il atteigne une taille correcte, ce n´est qu´à ce moment là que l´on procède au sevrage et que l´on coupe le pied sénescent"

24Enseignant retraité, 70 ans, exploitant, originaire de Tozeur.

25Cet ancien adage rapporté par un oasien, résume le concept moderne de biens légués aux générations futures. La pérennité et le renouvellement de la palmeraie sont tributaires de cette démarche. Le principe est appliqué par tous sans exception. Il est le fondement de la survie de l´oasis. L´un des khammessa interrogé explique :

  • 23 Hadith fort connu dans les milieux de musulmans pratiquants.

"Travail pour ta vie comme si tu étais éternel et travaille pour le jour du jugement dernier comme si tu devais mourir demain23.".

26khammess, 55 ans, ghabet kbounba, originaire de Tozeur.

Perception esthétique de la palmeraie.

"Ce qui me plaît, c´est l´étendue des palmeraies, la beauté des arbres et l´abondance des eaux courantes".

27Cadre, exploitant, 55 ans, originaire de Tozeur.

"Le plus bel endroit de Tozeur est son entrée. On voit s´étendre la palmeraie à perte de vue. L´oasis est l´oasis, elle se suffit à elle-même, c´est une entité esthétique que l´on doit prendre dans son ensemble et non de façon fragmentaire".

28Exploitant, 70 ans, originaire de Dégache.

  • 24 Om Kalthoum fut une chanteuse égyptienne très appréciée dans le monde arabe. Abdel Basset est un le (...)

"La vue de verdure fortifie la vue, elle est agréable à l´œil. Il n´existe pas au monde quelque chose de plus gracieux que la verdure, l´eau est la voix mélodieuse d´une chanteuse comme Om Kalthoum ou celle de Abdel Basset24.".

29Khammess, 59 ans, originaire de Tozeur.

  • 25 Y. Luginbühl, Paysages, textes et représentations du paysage du siècle des Lumières à nos jours, éd (...)

30Dans la poésie populaire épique et surtout lyrique, la femme, sujet principal des poèmes djeridi, se voit comparée au palmier dans sa beauté et sa grâce. Cette image lyrique de l´arbre n´a pas été étrangère aux romantiques du début du XIXe siècle. Y. Luginbühl25. rapporte que l´arbre était perçu à cette époque comme l´essence supérieure du monde naturel :

" L´arbre est beau, l´arbre vit et se renouvelle, l´arbre permet à l´homme de respirer et de s´abriter, l´arbre est un symbole des plus hautes qualités morales. Ainsi les élites françaises de la fin du XVIIIe siècle et bien au-delà ont-elles vu l´arbre".

31Par ailleurs, Y. Luginbühl fait remarquer que les romantiques ont réutilisé ces images symboliques de l´arbre dans les populations paysannes pour construire leur propre représentation symbolique. Force est de constater que l´image d´Epinal de l´arbre est identique dans les deux cultures même si les processus qui y amènent sont différents. La comparaison entre le palmier et l´arbre en Occident n´est pas bâtie sur des sociétés ayant toutes deux un lien étroit avec la culture d´une essence identique (la vigne par exemple ou l´olivier) ; mais ce qui est probant, quel que soit l´essence considérée, ce sont les processus qui suscitent ce type de représentation où l´arbre devient un symbole. Cette symbolique est d´autant plus forte qu´elle rentre dans le processus de la construction de l´identité locale et devient un emblème :

"Selon la coutume et la tradition consacrée, on n´est un vrai homme et un vrai Djeridi que si l´on possède des palmiers  ; ne serait-ce qu´un seul pied et de l´eau. C´est ce qui fait la différence entre les vrais enfants du pays et les autres. L´identité du Djeridi passe par la possession de palmiers  ; c´est notre emblème, comme l´olivier est l´emblème de votre région. D´ailleurs, lors des travaux de récurage et de nettoyage du wadi, ne sont conviés à cette tâche que les autochtones. Pour avertir du commencement des travaux qui avaient lieu deux fois par an, le crieur public appelait et disait "oh ! propriétaires, paysans, enfants du pays, les travaux d´entretien de l´oasis commencent aujourd´hui... " sont donc exclus tous ceux qui ne possèdent pas de palmier, ceux qui ne comptent pas dans la vie de l´oasis".

32Commerçant en dattes, 75 ans, originaire de Tozeur.

33La possession de palmiers dattiers devient un élément essentiel dans le renforcement de la position sociale. L´arbre devient un signe de reconnaissance et un facteur déterminant dans l´identité locale.

  • 26 Il a été démontré dans la thèse que le Coran et la tradition donnent au musulman les règles qui rég (...)
  • 27 Ibid., t1, p. 99. Le chap. III traite des modèles paysagers présents dans la géographie arabe des V (...)

34En définitive, les travaux de recherches bibliographiques et les résultats de l´enquête concordent à démontrer l´hypothèse que la construction du modèle paradisiaque est inspirée par le Coran26.. Les descriptions coraniques du paradis sont sans doute un des moments les plus importants de l´histoire du sentiment paysagiste musulman. Cette référence est tout aussi présente dans les ouvrages des géographes arabo-musulmans des VIIIe-XIe siècles27. que dans la société locale du Djerid. L´empreinte de ce modèle est restée intacte durant des siècles, forgeant l´une des représentations sociales possibles du paysage. Ce modèle réunit toutes les richesses de la nature dont l´homme musulman s´inspira pour répondre à son idéal d´être sensible. L´exemple du palmier dans l´édification du concept paysage local du Djérid est particulièrement édifiant. Les propos de Y. Luginbühl concernant la place de l´arbre dans l´imaginaire occidental, trouvent leur juste place dans le contexte oasien : le palmier est considéré par les oasiens

  • 28 Cf. Y. Luginbühl,  ibid., p. 246.

"comme l´essence supérieure du monde vivant parce qu´il représente la totalité de la nature en raison de son intérêt économique, social, de son esthétique et de sa symbolique. C´est une essence destinée au bien-être des hommes tant sur le plan individuel que communautaire28.".

35Cependant, ce concept a subi des transformations au cours du temps, le faisant dévier de son sens initial vers un champ plus stratégique et opératoire. La politique gouvernementale, coloniale et actuelle, visait et vise à bâtir une politique autoritaire de repeuplement monovariétal des palmeraies, plus rentable et en conformité avec ses stratégies économiques, en dépit des conflits sociaux qu´elles font naître.

Les modèles paysagers locaux

Le système d´irrigation traditionnel :

"Je suis contre ce bétonnage systématique de toutes les conduites d´eau. Je préférais encore lorsque c´était en terre, au moins c´était naturel et donnait un plus bel aspect à l´oasis. Le paysage s´en est trouvé complètement transformé. L´intérêt de ces canaux est purement économique et est loin de procurer une esthétique satisfaisante. Ils ont dépensé sept milliards pour des résultats aussi médiocres. Il est probablement vrai qu´il y a moins de perte d´eau  ; mais l´eau n´est plus apparente, c´était tellement plus agréable lorsqu´elle était courante à Ras-El-Aîn. Aujourd´hui cet endroit ressemble à un cimetière de palmiers, c´est une vraie hécatombe. Avant, l´eau courante jouait aussi un rôle de régulateur thermique, elle adoucissait le climat. En été, on pouvait se baigner dans le wadi, l´eau y était profonde, maintenant tout cela est bel et bien fini. "

36Exploitant, 55 ans, originaire de Tozeur.

"Les nouvelles installations sont très mal perçues et vécues par la population. On estime qu´elles ne sont pas garantes d´un équilibre qui dure depuis 700 ans, et qu´elles ne sauraient garantir une équité dans le partage de l´eau. En plus, le nouveau système n´arrête pas de tomber en panne pour différentes raisons techniques, alors que le système ancestral, lui, n´est jamais tombé en panne. J´ajouterais que l´eau était gratuite et qu´elle est devenue payante"

37Expert de l´oasis, 74 ans, originaire de Tozeur.

"Le bétonnage des conduites du système d´irrigation ne nous permet plus de voir l´eau couler librement. On ne peut plus l´entendre sourdre, cela n´est possible qu´à l´intérieur même des jardins, alors qu´auparavant quelque soit l´endroit où l´on était dans l´oasis, on pouvait entendre l´eau ou la deviner. En plus, tout ce béton est inesthétique. Il a défiguré l´oasis"."Certains des poèmes d´Abou-Kacem-Al-Chabbi donnent des descriptions de paysage. Il allait souvent à Ras-El-Aîn. C´était le plus beau site de Tozeur, c´est l´endroit d´où jaillissaient les sources. Il s´asseyait souvent sur un promontoire que l´on appelle "le Rocher du poète" pour composer ses vers. C´est l´endroit le plus haut de Tozeur qui permet d´avoir une vue panoramique  ; la palmeraie s´étend à perte de vue. C´est un endroit qui marque beaucoup les gens qui y vont. Toute notre oasis baigne dans la verdure. C´est aussi le meilleur endroit pour voir le coucher du soleil."

38Pilote de montgolfière, 26 ans, originaire de Tozeur.

"L´ingénieux dans ce système est l´équité qui existe dans la répartition de l´eau dans les différentes parties de l´oasis. Personne ne s´est jamais plaint d´une injustice liée à l´eau. On peut dire qu´Ibn Chabatt a appliqué la Loi de Newton avant même que ce dernier n´existe (...). Les matériaux utilisés sont toujours pris dans l´oasis (bois) ou de la périphérie (gravier multicolore). Tous ces matériaux doivent former un ensemble harmonieux qui s´intègre dans l´environnement oasien sans perturber son ordre. L´harmonie et l´esthétique deviennent alors les maîtres mots de l´oasis"

39Instituteur, 60 ans, originaire de Tozeur.

  • 29 Ce système date de 1282 et fut réalisé par l´ingénieur local Ibn al-Chabatt, il s´agit d´une amélio (...)
  • 30 Dans un contexte différent, Berbard Picon a relevé le même type de représentation en Camargue. Cf. (...)

40La polémique qui entoure la nouvelle gestion hydraulique se traduit par la peur de manquer d´eau et de l´inconnu. On comprend qu´en 700 ans d´existence le système d´irrigation traditionnel29. soit devenu "naturel" pour les habitants de la région. Il a acquis une qualité exceptionnelle  : en place depuis toujours, il doit rester identique pour toujours. Cette façon qu´ont les oasiens de voir ce système s´inscrit dans un processus d´idéalisation, où ce qu´ils ont toujours vu est naturel30.. Le nom même de ce système "taksim al-miyah l´Ibn al-Chabbat´´ révèle un contenu symbolique, celui d´un âge prospère, où Tozeur donnait naissance à de brillants savants. Ainsi, le nom affiche le contenu de ce qu´il recèle, il devient plus qu´un emblème, plus qu´un site, il est l´élément paysager fort de l´oasis de Tozeur.

  • 31 Dans les représentations locales, l´oasis est considérée comme une forêt de palmiers. Ghabba : forê (...)

41L´ordre, la propreté, l´organisation du travail et de l´irrigation sont des critères qui permettent aux oasiens de reconnaître une belle ghabba31. d´une autre. Ce sont donc des critères esthétiques en même temps qu´ils sont des critères distinctifs entre les palmeraies bien entretenues de celles qui ne le sont pas. Le palmier, l´eau et le système traditionnel d´irrigation constituent le fil "constructeur" de l´architecture oasienne, participant à l´édification du modèle paysager local.

42L´enquête révèle le même constat émis par Y Luginbühl en Beauce :

  • 32 Cf. Y. Luginbühl, Le paysage rural. La couleur de l´agricole, la saveur de l´agricole, Mais que res (...)

"C´est ainsi que le paysage beauceron est un beau paysage parce qu´il ne s´y décèle aucune trace d´improductivité, ni de désordre. L´assimilation entre beauté, productivité et propreté sont caractéristiques d´une vision largement partagée par les populations agricoles et par les populations rurales autochtones32."

  • 33 Un interlocuteur nous a présenté une théorie sur l´intelligence et le génie des habitants de Tozeur (...)

43Trois raisons participent à l´instauration du système d´irrigation en modèle. D´une part, il est l´œuvre d´un djéridi, ce qui renforce le sentiment d´ingéniosité locale33.. Ensuite, c´est un système équitable et enfin il a été réalisé avec des matériaux locaux et naturels (pierre, terre, tronc de palmier etc.) qui s´intègrent parfaitement dans le site, créant une harmonie que le nouveau système est loin d´égaler. Chez les djeridi, une opération mentale de reconnaissance paysagère se fonde sur la réalité historique locale et une utilisation sociale qui implique une charge symbolique. Ras-El-Aïn, le point haut de Tozeur, permet d´embrasser le panorama qui s´offre à l´observateur et évoque l´image du poète Abu Kacem al-Chabbi. Al-Berqa renvoie à l´image d´une eau libre qui coule sans aucune entrave. Le Chott-El-Djerid assimilé au Lac Triton de l´antiquité, participe à la construction de paysage historique et mythique, etc. Ainsi, une portion du spectacle qui s´offre quotidiennement à la vue peut s´investir de sensibilité paysagère, puisqu´il s´agit d´un site infiniment prisé et jalousement gardé et approprié. Certes, la grande majorité des oasiens entretiennent cet espace, le préservent, l´embellissent et le soumettent à un ordre inscrit dans leur imaginaire. Parallèlement, il existe des analogies et des modèles qui insèrent des jugements de valeur visuelle produisant une approche sensible du territoire.

44Cependant, les transformations hydrauliques réalisées et la création de nouveaux périmètres irrigués pour aider les populations nomades à se sédentariser, créent des tensions entre les deux communautés :

"Les nouvelles oasis ont été conçues au départ pour aider à la sédentarisation des bédouins. Ces nouveaux périmètres concurrencent l´oasis traditionnelle sur plusieurs plans, la densité de plantation des palmiers y est moins importante. C´est un espace agricole monovariétal, consacré exclusivement à la production de la Dégla, et il vient par conséquent nous concurrencer au niveau de l´eau et de la production. Ces nouvelles mises en valeur ont drainé toute la main d´œuvre qui était rattachée à l´oasis traditionnelle, et elles réduisent les quantités d´eau qui lui revenaient. Il est certain qu´ils ont provoqué un dysfonctionnement et une détérioration au niveau de la gestion de l´oasis traditionnelle. Voilà pourquoi on assiste aujourd´hui à l´abandon et au délaissement de la vieille palmeraie au profit des nouvelles. Il est certain qu´il y a plus à gagner dans les nouveaux périmètres : les terres sont jeunes et l´Etat donne des aides et des subventions pour la mise en valeur des terres blanches".

45Exploitant agricole, 50 ans, originaire de Tozeur.

46Indépendamment des caractéristiques du système d´irrigation traditionnel, d´autres particularismes confèrent à l´oasis sa dimension paysagère. Il s´agit notamment, d´un espace de détente, de rêverie et de loisirs réservés aux hommes qui peuvent s´y retrouver autour d´un verre de thé. D´un lieu propice à l´émergence d´un tourisme thermal où les sources chaudes sont des bains publics de plein air. L´organisation sociale induit une fréquentation des lieux qui se répartit en une moitié de la journée pour les femmes et l´autre pour les hommes.

47L´enquête met en évidence que la vision de l´oasis par les hommes et les femmes est différente. La tradition locale interdit aux oasiennes la fréquentation de cet espace exclusivement masculin. D´après leurs témoignages, elles ne connaîtront l´oasis que depuis les terrasses de leur demeures, d´où elles ont une vue panoramique, appréciant son étendue et sa luxuriance. La photographie représentant l´oasis vue depuis une montgolfière a suscité un vif intérêt chez les interlocutrices, elles y lisaient leur propre vision de l´espace oasien, une masse verte qui s´étend à perte de vue.

48On assiste donc à deux types de représentations, l´une qui se fait de façon interne, depuis l´oasis même, propre aux hommes et où le paysage olfactif et sonore est très important dans le processus perceptif. L´autre, externe à l´oasis et inhérente aux femmes et où le paysage est surtout visuel.

Les sédentaires et l´horreur du désert

"Le désert est un espace pour les bédouins et les nomades, pas pour des citadins. Du fait même de notre culture citadine, nous n´avons pas de contact direct avec le désert et son mode de vie. Les bédouins y vivent avec leurs troupeaux et s´y déplacent. Ils cultivent aussi des céréales sur les flancs montagneux, pour leur consommation et celle de leur bétail. Ils se rendent saisonnièrement dans différents endroits comme à El-Gouifla. Les bédouins qui se sont établis dans notre région, habitent El-Ghribett en périphérie de Tozeur. Ils sont de la tribu des Rkarka et des Chtawa. Nous ne nous mélangeons pas à eux et nous ne marions pas nos filles à leurs fils. Nous n´entretenons avec eux que des rapports commerciaux, et de bon voisinage. Aujourd´hui, ils se sont reconvertis dans le tourisme. Pour le citadin, le désert n´est qu´un lieu de passage forcé".

49Enseignant retraité, exploitant, 65 ans, originaire de Tozeur.

"Le désert c´est le sable et cela fait peur à cause des problèmes de désertification et de sécheresse. Cela cause beaucoup de dégâts ce qui n´arrange pas notre agriculture, d´où le sentiment de peur. Sur les photos que vous me montrez, les palmiers sont morts, c´est un espace condamné".

50Exploitant, 35 ans, originaire de Tozeur.

"Avec mon travail de pilote de montgolfière, et mon contact avec le patron qui est français et les touristes, j´ai appris à avoir une autre vision du désert. Avant je n´y allais jamais, parce que je pensais qu´il n´y avait rien à voir et je ne comprenais pas ce que les autres y faisaient. Maintenant, quand j´ai du temps libre j´y emmène parfois des amis pour leur faire découvrir cet espace. La plus belle chose dans ce métier c´est de pouvoir survoler la région, de voir les Chotts, l´oasis et les dunes de sable depuis le ciel. On voit des paysages magnifiques qu´ils soient urbains ou naturels, c´est vraiment très beau".

51Pilote, originaire de Tozeur.

52Espace de chaos, le désert évoque la peur. Il opère dans l´imaginaire local comme un espace répulsif, mais est considéré comme un "paysage touristique" car il draine une masse importante d´étrangers. Parmi les sédentaires qui entretiennent une relation avec le désert, certains ont été amenés à modifier leur perception de cet environnement à la suite de différents processus. S´il travaille la terre et se considère comme un jardinier, l´oasien habite et vit à la ville. Le désert semble être devenu le chant de sirène d´un tourisme nouveau. Mais cette nouvelle approche, que l´oasien commence à assimiler, lui est extérieure. Devenu un espace paysager, le désert draine les organisateurs de rallye et les touristes, en quête de dépaysement. Cependant, l´enquête révèle que les oasiens font une dissociation nette entre le tourisme oasien et le tourisme saharien. Les images de dromadaires emblèmes des régions désertiques soulèvent une vive protestation dans la population locale qui considère le palmier et l´eau comme l´image emblématique la plus significative de leur région :

"Le dromadaire est l´emblème des nomades et du Nefzawa, en aucun cas il n´est celui du Djerid".

53khammess, 36 ans, busten al-Manchar, originaire de Tozeur.

"Les touristes viennent ici surtout pour voir "le pays des palmes". Notre région est différente du reste de la Tunisie. Nous avons un mode de vie, des paysages et un mode de travail très spécifique. Pour voir la mer, les touristes n´ont pas besoin de venir en Tunisie, la Côte d´Azur remplit très bien ce rôle. C´est pour cela que nous avons maintenant un aéroport, cela évite aux touristes de traverser tout le pays avant d´arriver ici. Maintenant le dépaysement est assuré dès la descente de l´avion, il est immédiat. Les touristes sont directement en contact avec un autre monde, celui de l´oasis qui, par définition, est un espace de tranquillité et de quiétude. Les gens, ici, sont généreux et serviables. "

54Philosophe, 60 ans, originaire de Tozeur.

  • 34 Michel Conan, "L´invention des identités perdues" In : Cinq propositions pour une théorie du paysag (...)

55Ainsi comme le montre Michel Conan34 :

"chaque groupe exerçant un rapport de propriété sur un territoire est susceptible de faire du territoire lui-même son emblème".

56Toute une représentation du Sahara pur et dur, minéral et mystique, renaît et prend place dans l´imaginaire local, représentation à laquelle, malgré tout, Tozeur répond parfaitement. Béchir Khraif, écrivain et poète originaire de Tozeur le dit fort bien :

"Situé à l´extrémité sud-ouest de la Tunisie, le Djerid est comme une maison au fond d´une impasse pointue. Seuls y viennent ceux qui le prennent expressément pour destination".

Les nomades sédentarisés et l´attachement au désert.

"Nous connaissions le désert dans ses moindres recoins, par instinct, mais aussi par apprentissage. L´interprétation des signes, les changements de végétation, la proximité des Chotts, la nature du sol et du relief, sont autant d´éléments et de points de repère qui nous permettaient de nous déplacer et de nous orienter aisément. Vous, vous savez vous déplacer dans votre ville, votre village ou votre jardin sans problème. Nous, nous déplaçons dans le désert avec autant d´aisance. Toutes nos chansons portent sur le désert et la femme. Nous regrettons le temps où nous étions libres et heureux de vivre dans le désert. "

57Doyenne d´une famille de nomades sédentarisée (Rkarka), 95 ans.

58Les quelques lignes écrites par V. de Paradis résument à mon sens le sentiment profond des nomades rencontrés

  • 35 V. De Paradis, Tunis et Alger au XVIIIe siècle. Mémoires et observations rassemblées et présentées (...)

"Ils campent toujours, ou dans les déserts ou près des déserts pour respirer l´air de la liberté, qui leur tient lieu de toutes les jouissances des villes35.".

59Désormais condamné à la sédentarité, ce groupe fut orienté vers les cultures irriguées et l´arboriculture, de telle façon que, fixé au sol, le bédouin finit par remplacer sa tente par une maison de pierre. En créant un nouveau cadre de vie, l´Etat pouvait mieux les contrôler, en les regroupant autour d´une cité et de services publics.

60Parmi eux se trouve une catégorie qui s´est tournée vers le tourisme, le commerce artisanal etc. Leur vrai milieu reste le désert. Des représentations sont liées à cet espace qui peut être porteur d´une esthétique particulière. Ce groupe a une double approche de l´espace  : la première est liée au déplacement sur un vaste territoire où chaque composante du paysage parcouru revêt une importance capitale. Ce sont des paysages repères servant à l´orientation en l´absence de boussole ou de GPS. Ils opèrent comme des signaux de reconnaissance des lieux. La seconde est une image changeante se transformant au gré des saisons. Durant les périodes pluvieuses, le désert offre la renaissance d´une végétation éphémère qui revêt une grande importance. Tout s´ordonne autour des deux dimensions horizontale et verticale, et des variations de la lumière et des couleurs. Le paysage se révèle par contraste  : le caché devient évident, tandis que les éléments paysagers les plus visibles habituellement s´éclipsent momentanément. Ainsi ce style de vie fondé sur le déplacement offre-t-il la possibilité de voir des paysages en continuels mouvements. Ils ne sont jamais tout à fait les mêmes, plaçant le nomade en situation d´observateur assidu.

61En définitive, chaque groupe social s´est attribué un emblème pour se démarquer de l´autre. Le palmier représente une société sédentaire dont les activités tournent autour de la vie de l´oasis. Le dromadaire représente une société nomade ou qui le fut, et dont les activités tournaient autour de l´élevage, et maintenant du tourisme. Ces deux composantes forment une ligne de démarcation entre ces deux groupes sociaux.

Les représentations liées au tourisme.

62Le tourisme dans le Djerid a contribué à modifier ou à enrichir la lecture du paysage au contact des populations étrangères. Il existe plusieurs niveaux qui suscitent des interprétations différentes :

Les images publicitaires touristiques.

"Les images publicitaires ne reflètent pas la réalité ; du moins est-elle transformée et déformée par la succession des choix opérés au niveau des images, et des cadrages qui occultent ce qui ce passe autour. Ces photos restituent et reflètent une certaine réalité, mais pas toute la réalité. Elles présentent des paysages existants mais sélectionnés. D´ailleurs le paysage reste une chose fondamentalement liée à la nature et à la perception que l´on peut en avoir, il ne peut être fragmenté".

63Jeune femme, pilote de montgolfière, 30 ans, originaire de Tozeur.

"Pour moi le paysage doit d´abord être réaliste, c´est à dire qu´il ne doit ni embellir ni enlaidir la réalité d´un lieu ; il doit la restituer telle quelle. Il doit être conforme à ce qu´on perçoit. La publicité est mensongère car elle déforme la réalité par la sélection".

64Entrepreneur, 50 ans, exploitant, originaire de Tozeur.

  • 36 Initiation à la sémantique de l´image. Les cahiers de l´audiovisuel, B. O n°30 bis (27-7-78). éd. S (...)

65Dans la série photographique présentée aux personnes interrogées, deux proviennent d´une revue de tourisme décrivant le mérite d´un voyage dans les oasis d'Egypte. Présentés aux oasiens, elles ont fait l´objet d´une triple interprétation : premièrement, elles ont été assimilées à des paysages qui peuvent se trouver dans le Djérid, ensuite elles ont été vivement critiquées à cause de la forte connotation touristique, puisqu´elles véhiculent une image stéréotypée récurrente dans la sémantique publicitaire36. Enfin, ces images renvoient à des valeurs identitaires comme la bédouinité et l´arabité. Il semble que le rejet de la connotation stéréotypée est essentiellement dû à ce qu´elles sont perçues comme une déformation de la réalité et ne véhiculent pas la richesse culturelle locale. Elles sont des clichés dévalorisants, ou du moins qui transmettent une image amputée de son essence et réductrice. La beauté de ces paysages n´est réellement perçue qu´à travers les valeurs culturelles arabes que ces images laissent apparaître.

Les paysages autres que ceux des milieux désertiques :

66Le seconde niveau de lecture se traduit par un rapport à des lieux autres que ceux du Djerid qui présentent d´autres caractéristiques sur le plan du relief, des plantes, et des composantes géomorphologiques. Ce sont des paysages vus par les oasiens dans d´autres régions de la Tunisie complètement différents de leurs paysage familier. Le rapport entre le paysage vécu et le paysage vu est net. Ces paysages les ont marqués et sont utilisés comme références :

"...la beauté de la nature et des paysages qu´elle génère fait partie de notre vie quotidienne. On y vit et on y évolue, il n´y a donc pas besoin de les fixer sur un support graphique. Mais dans chaque maison on trouvera la photo d´un palmier. Beaucoup de personnes ont chez elles des tableaux ou des posters représentant des paysages côtiers comme ceux de Sousse ou de Sidi Bou Saïd ou montagneux comme ceux d´Aïn Draham. Cela représente de nouveaux paysages qui nous changent de ce que nous pouvons voir dans notre espace quotidien. Ils ont plus d´attrait parce qu´ils représentent autre chose que le Djerid. Pour moi un paysage est une scène ou une vue qui attire l´œil par son originalité et sa beauté. Si le paysage est vraiment exceptionnel, il sera inscrit dans ma mémoire parce qu´il m´aura frappé. Par contre s´il est banal ou commun, il ne sera pas retenu comme une image de référence".

67Infirmière, 33 ans, originaire de Tozeur.

"...l´intérêt de tous ces endroits reste pour moi la découverte. J´aime découvrir mon pays et ses ressources, et toute la palette de paysages divers qui le composent. Je cherche à voir ce que la nature peut créer à différents endroits : comment le sable avance, comment il transforme les dunes, comment l´eau façonne les choses, comme à Chébika et Tamerza... ".

68Jeune femme, pilote de montgolfière, 30 ans, originaire de Tozeur.

69La présence française en Tunisie, les projets économiques et sociaux mis en place, ont laissé leurs empreintes tant sur le plan de l´aménagement du territoire, sur la gestion des ressources naturelles, sur le rôle de l´Etat dans la sauvegarde ou la transformation des paysages, que sur l´orientation de la politique agricole. La période coloniale a, d´une part, modifié la gestion et l´aménagement du territoire, d´autre part, introduit de nouveaux modes de représentations qui, avec l´avènement du tourisme, ont survécu sous la forme de ce que les oasiens qualifient de paysages touristiques. Ceux-ci sont aussi construits grâce à la puissance des médias (télévision, cinéma etc.), aux affiches touristiques, à la présence des touristes, et au développement de plus en plus important du réseau hôtelier. Cette terminologie est employée en langue française par la population locale pour désigner les paysages extérieurs et différents des paysages locaux. La terminologie arabe existe, mais n´est pas employée, pour bien montrer qu´il s´agit de paysages différents.

Plantes ornementales et paysages touristiques :

70Le troisième niveau fait apparaître les plantes d´ornements comme spécifiques aux espaces touristiques, en l´occurrence les hôtels. Elles ne jouissent pas d´une place dans l´espace agricole oasien : elles n´offrent qu´un aspect esthétique largement compensé par les qualités multiples des plantes utiles :

"Pourquoi voulez-vous que l´on plante des choses qui ne peuvent nous servir ?. Le palmier, le figuier, les pruniers, etc. nous procurent la nourriture, le plaisir de l´œil et l´ombre. Il n´y a pas plus beau que les arbres. On ne veut pas planter des plantes ornementales car elles concurrenceraient nos cultures. Nous ne plantons que ce qui peut-être bénéfique pour nous. De toute façon la beauté et l´esthétique d´un lieu sont largement procurées par nos plantations. Il n´y a pas plus satisfaisant qu´un arbre en pleine floraison ou lorsqu´il est chargé de fruits. Il procure l´ombre, la verdure qui sont source de plaisir et il nourrit son propriétaire. Dans ce cas, on concilie l´aspect utilitaire de l´arbre, qui est un besoin physique et la beauté, qui est un besoin spirituel. "

71Khammess, 50 ans, ghabet bardounich, originaire de Tozeur.

  • 37 V. De Paradis, op cit, p. 67.

Curieusement, déjà au XVIIIe siècle, Venture de Paradis a émis le même constat : "Dans les jardins même des plus grands personnages, on voit des vergers touffus d´arbres fruitiers de toute espèce mais pas une allée de peupliers pour se promener. Au devant de la maison, il y a des treilles qui mettent à l´abri du soleil et sous lesquelles on s´asseoit pour respirer l´air. Dans toute l´Afrique et l´Asie on ne sait pas ce que c´est que de marcher sans nécessité et la seule promenade qui est bonne est celle qui se fait à cheval37.".

Les médias et l´influence occidentale :

72Les différents niveaux d´analyse des paysages touristiques, qui ne sont pas tous abordés dans cet article, semblent inciter les oasiens à porter de plus en plus d´attention à leur environnement parce que cela représente une vitrine de leur culture aux yeux du monde.

  • 38 Canal 7 est une chaîne de langue arabe, qui présente des documentaires sur la nature ; Canal 21, ch (...)
  • 39 Cf. Latiri, op cit, t1, p. 76.

73Les photographies de nature sauvage, par exemple, ont surtout frappé de jeunes personnes, car elles représentent des espaces de fuite vers la grande nature. On note une forte influence des reportages occidentaux sur la nature diffusés par la télévision tunisienne, comme celle de J. Y Cousteau. Cela n´est pas surprenant, puisque les programmes de cette chaîne sont diffusés en langue arabe et française38. Par le biais du tourisme et des médias, le paysage à l´occidental commence à prendre de l´ampleur dans la société locale. Cependant, la notion de nature n´est pas perçue de la même façon. Quand les oasiens parlent des espaces naturels sauvages, ils commencent toujours par prononcer le nom de Dieu "soubhana Allah". Ils assimilent ces espaces à la grandeur divine39. D´ailleurs, l´analyse des ouvrages des géographes arabes confirme cette assimilation. Dans le Djerid, cette représentation existe et persiste depuis des siècles. Pris dans le processus de la mondialisation, qui agit à tous les niveaux, l´oasien assimile de nouveaux modes de représentation sans pour autant évacuer les modèles paysagers ancestraux.

Déprise agricole et représentation.

Le modèle défaitiste.

  • 40 L´un des fonctionnaires du CRDA (centre de recherche et de développement agronomique), qui n´est pa (...)

74Outre le modèle du paradis, les paysages locaux et ceux véhiculés par le tourisme, on assiste à l´émergence d´un modèle récent qui représente les perturbations socio-économiques et culturelles que vivent les djeridi par rapport à la modernité. Il est en lien direct avec la gestion des ressources naturelles et donne une nouvelle image du paysage du Djerid, celui du chaos conduisant à la mort de l´agriculture oasienne40 :

"D´ici 5 à 10 ans l´oasis traditionnelle sera morte".

75Exploitant, 80 ans, originaire de Tozeur.

76Ce constat annonce l´avenir de l´agriculture oasienne pour le XXIe siècle. Des études récentes et moins récentes ont déjà prévu des scénarios catastrophes et soulignent les implications de ces processus sur les plans humains, géographiques, écologiques et leurs incidences dans la gestion des espaces oasiens et les paysages qui s´y rattachent.

  • 41 Terre inculte
  • 42 Lieu-dit. C´est le point de départ de la source.
  • 43 Lieu-dit qui correspond au point de partage de l´eau entre les différents secteurs de l´oasis.

77En ce qui concerne leur espace de vie, tous les oasiens déplorent et continuent de déplorer la transformation des éléments constitutifs de leur "paysage". Certains voient dans la progression des terres blanches41 et des sebkhas, dans la canalisation de l´eau et la diminution de son débit, une sorte de faute de goût liée aux aléas de l´histoire récente de leur région, au dépeuplement, à l´abandon des palmeraies et au développement d´une économie inadaptée. On a répondu : "ce n´est pas beau" en parlant de la transformation du système d´irrigation traditionnel. Ce propos énonce les sentiments et les associations qu´il suscite. Il exprime bien que l´espace oasien est perturbé, du point de vue de l´ordre qui devait régir la succession des différents sites, Ras-El-Aïn42, al-berqa43 (photo) , les Ghabbas et leurs aménagements, et que les canalisations bétonnées sont fortement ressenties comme des éléments étrangers perturbant l´ordre pré-établi. Les oasiens perçoivent ces transformations comme une anomalie dans le paysage ancestral.

78Dans la vision des oasiens, le désordre que subit le système traditionnel accompagne la déchéance ressentie. C´est dans le changement du mode de répartition de l´eau que les oasiens reconnaissent le moment fatidique de leur histoire dont daterait le début de leur ruine. A leurs yeux, il s´agit d´une atteinte irréparable à l´ordre traditionnel. Au présent qu´on refuse, s´oppose un passé qui revêt tous les attraits d´un âge d´or. Y sont liées les plus hautes valeurs  : équité, solidarité et sentiment communautaire au moment des travaux d´entretiens de la palmeraie. Sans doute cette exaltation passéiste d´un âge d´or, ces différentes facettes d´une nostalgie éperdue, sont-elles le signe de quelque chose de révolu. Le système traditionnel devient le paysage local par excellence, reflet de cet âge prospère où tous les sédentaires de souche se reconnaissent. Sans doute ce dernier modèle provient-il de l´éclatement des anciennes structures sociales, qui étaient échafaudées sur des pratiques cohérentes et fondées sur une gestion familiale de l´exploitation. Ces groupes sociaux ont puisé dans leur histoire passée pour créer leur cadre de vie. Ils étaient guidés par la nécessité de reproduire, par la transmission de savoir-faire, des modèles d´aménagement de l´espace agricole existants depuis Pline l´ancien. Il est vrai aussi que la société oasienne a participé, tout au moins en partie, à la mise en application du nouveau système agronomique créé par les agronomes coloniaux et tunisiens, fondé notamment sur la culture monovariétale du palmier, sur la suppression des cultures étagées et des pratiques communautaires. Cependant, ce n´est pas pour autant que tous les oasiens ont suivi la politique de l´Etat en plantant uniquement des palmiers de la variété Dégla dans des parcelles aux contours géométriques avec des distances de plantation aux normes. Si certains d´entre eux ont participé à la restructuration de l´oasis, ce n´était pas dans le but de créer de hauts lieux paysagers mais seulement dans le souci d´améliorer leur moyen de subsistance, de répondre au désir de moderniser leur exploitation et de rentrer dans l´ère de l´agriculture industrielle en rupture avec les pratiques du passé. Mais le prix à payer serait-il l´épuisement des ressources naturelles, la transformation radicale des paysages locaux et la mort de l´agriculture oasienne parce que mal adaptée aux pratiques sociales locales et aux exigences des projets agronomiques modernes ?

Conclusion

  • 44 A travers un certain nombre de témoignage, il s´avère que la présence des touristes dans la palmera (...)

79La politique gouvernementale tunisienne, qui vise à rentrer dans le circuit économique mondial, est dotée d´un projet socio-économique qui touche l´ensemble de la société. Tous les outils techniques modernes sont mis à contribution pour réussir ce pari. Cependant, cette politique ambitieuse tend à imposer des procédures de mise en valeur et d´exploitation étrangères aux pratiques sociales locales. Cette nouvelle manière de gérer les ressources naturelles, l´aménagement du territoire, le rôle de l´Etat dans la sauvegarde ou la transformation des paysages locaux, l´orientation de la politique agricole en milieu désertique, hérités de la période coloniale française, sont remis en cause par la société djéridi. Sa réticence est décelable à travers leur refus du nouveau système de partage des eaux, des contradictions récurrentes dans son discours à propos de la présence des touristes44 dans la palmeraie, etc. Les processus contemporains de mondialisation et d´échange entre nations, perturbent les pratiques sociales ancestrales et créent des tensions dont il faut comprendre les mécanismes et les conséquences tant sur le plan humain que sur celui du paysage. Dans le monde musulman, ces changements donnent aujourd´hui à l´ensemble des questions de paysage un intérêt encore plus important, car en l´absence d´études et d´analyses sérieuses sur la question, il n´est pas aisé de prendre du recul afin d'appréhender les problèmes fondamentaux que peut vivre une société dans ses pratiques et donc dans ses représentations.

80Les difficultés socio-économiques que rencontrent les djeridi aujourd´hui, posent le problème du rapport de la société locale à son agriculture et à son environnement : c´est à partir du moment où la société djéridi est en prise directe avec les différentes orientations des politiques gouvernementales, qu´apparaissent des discours dont le contenu semble vouloir se rattacher à des concepts et à des pratiques anciens qui reflètent à ses yeux l´âge d´or. Cette harmonie fragile qui s´est établie entre le savoir ancestral et les pratiques sociales, s´est trouvée perturbée par les exigences d´une agriculture moderne, qui modifie les rapports sociaux, les pratiques sous-jacentes et le paysage qui en est issu.

Paysages : Oasis de Chebika et Vue aérostatique de Tozeur

Paysages : Oasis de Chebika et Vue aérostatique de Tozeur

Lieu-dit : El Berqa

Haut de page

Bibliographie

Al-Munjid fi lugha wal I´lam, éd. Dar al-Machreq, Beyrouth, 1986, version arabe.

Berque, Médiance, de milieux en paysage. éd. Elysées Reclus, Montpellier, 1990.

Cheikh Si Hamza Boubaker, Le Coran, éd. Maisonneuve & Larose, 1995

Bruno de Cessole, Naipaul, Un sceptique aux pays des croyants, Valeurs actuelles, N°3210, 6 au 12 juin 1998.

Ibn Khaldun, Discours sur l´Histoire universelle, Al-Muqaddima. Traduit de l´arabe, présenté et annoté par Vincent Monteil. éd. Sindbad, 1997.

GRIDAO, l´agriculture d´oasis, Bibliographie, éd. CIRAD 1993.

G. Marçais, La berbérie musulmane et l´Orient au Moyen-Age, éd. Afrique Orient, 1991.

N. Mathieu, les nouveaux enjeux d´appropriation et d´usages des Causses : que dire depuis le Causse Méjan ?.

Mounged, Dictionnaire moderne, français-arabe, éd. Dar al-Machreq, Beyrouth, 3ème éd. 1972.

Latiri Lamia, La mise en paysage des systèmes d´irrigation dans les oasis du sud tunisien, Thèse de doctorat, Université de Paris I. 1999. t1, t2.

Y. Luginbühl, Paysage élitaire et paysage ordinaire. Revue d´ethnologie française, XIX, 1989.

Y. Luginbühl, Paysages : textes et représentations du paysage du siècle des lumières à nos jours., éd. La Manufacture, Barcelone, 1989.

Y. Luginbühl, Le paysage Rural, la couleur de l´agricole, la saveur de l´agricole, mais que reste-t-il de l´agricole ? Etudes Rurales, n°121-124, Janv-Dec 1991.

G. Lunclud, l´ethnologie et le paysage, questions sans réponses. Paysages au Pluriel. Coll. Ethnologie de France. Cahier n°9. éd. La Maison des Sciences de l´Homme, Paris, 1995.

V. De Paradis, Tunis et Alger au XVIIIe siècle. Mémoires et observations rassemblés et présentés par J. Cuoq. éd. La Bibliothèque Arabe, Sindbad, Paris 1983.

Lévy-Provençal, L´Espagne musulmane au Xe siècle, Institutions et vie sociale, rééd. Maisonneuve et Larose, 1996.

M. Raffeau, Les arbres de la liberté. Rapport d´étude pour la mission du paysage, mai 1986, S. Schama, Le paysage et la mémoire. Trad. de l´Anglais par Josée Kamoun. éd. Seuil, 1999. non publié.

Haut de page

Notes

1 Région du sud-ouest tunisien, dont la partie nord porte le nom du Djerid "pays des palmes" et dont la partie sud-est porte le nom du Nefzawa.

2 .Cf. N. Cadiou et Y. Lugunbühl, Modèles paysagers et représentations du paysage en Normandie-Maine. In Paysage au pluriel, pour une approche ethnologique des paysages. Collection Ethnologie de la France. Cahier n°9. éd. Maison des sciences de l´homme, paris, 1995,

3 Ibid.

4 Les personnes qui ont participé à l´enquête ont été choisies au hasard des rencontres. Certaines d´entre-elles pouvaient présenter d´autres interlocuteurs de leur connaissance estimant qu´ils étaient détenteurs de l´histoire ancestrale de leur territoire. Les femmes, dans une proportion de 1/4, ont aussi été concernées par l´enquête. Elles ont une perception du paysage différente de celle des hommes, comme on le verra plus loin. L´enquête s´est déroulée en langue arabe ; les entretiens enregistrés ont fait l´objet d´une transcription et d´une traduction en langue française en prenant le plus grand soin pour ne pas dénaturer les propos recueillis.

5 Lors d´un premier voyage de reconnaissance du terrain, une série de photographie a été prise des paysages de la région. Lors de la préparation de l´enquête, certaines de ces photographies ont été choisies pour des raisons esthétiques, pour la qualité intrinsèque des sites, ou en raison de certaine connotation historique. A ce corpus ont été jointes des photographies découpées dans des revues de voyage pour leur connotation touristique. Enfin, d´autres photographies prises lors de voyage antérieur, représentant des jardins à l´occidental (Angleterre), ont fini de compléter la série. Le but de cette diversité était de pouvoir étudier le discours et les réactions des personnes interrogées et la connotation que pouvait revêtir les paysages à leurs yeux en fonction de chaque cas de figure.

6 Dans la traduction stricte, il s´agit de celui qui perçoit le 1/5 de la récolte à la place d´un salaire, on peut aussi traduire par "métayer".

7 L´entretien avec ce groupe s´est déroulé en langue arabe comme pour les sédentaires. A aucun moment de l´entretien une revendication identitaire berbère n´a été observée chez les uns,ou chez les autres.

8 Pour la définition du mot "paysage" dans la langue arabe voir Thèse, op-cit, pp. 12 et article à paraître dans Natures-Sciences-Sociétés.

9 Ibn Khaldun, Al Muqqadima. p. 90

10 Voir les explications du Cheikh Si Hamza Boubaker,Le Coran, éd. Maisonneuve & LaRose, 1995, pp. 75-76

11 Cf. S. II, 26.

12 Habitants du Djérid.

13 Les propos du prophète Mahomet.

14 Cf. Valeurs actuelles, N°3210, 6 au 12 juin 1998. Naipaul, Un sceptique aux pays des croyants, par Bruno de Cessole, pp. 82 à 84.

15 Cf. Le Bulletin du comité français d´histoire de la géologie. Ce point de vue est le lieu commun des géologues et de certains géographes physiciens. Il était déjà en usage au XVIIIe siècle.

16 Cf. A. Berque.

17 La comparaison entre les mécanismes des représentations dans le monde occidental et musulman a fait l´objet de la 3ème partie de ma thèse. T2. Chap. VIII. pp. 344. Ce sera l´objet d´un prochain article consacré exclusivement à cet aspect de la question.

18 Terme employé par les oasiens pour désigner la forêt.

19 Les statistiques montrent un rapport de 4 sur 1, c-à-d, quatre palmiers pour un arbre fruitier d´une autre essence.

20 Nous le retrouvons dans les Sourates suivantes : S. VI, 99, 141, S. XVIII, 42, S. XX, 71, S. XXVI, 148, S. L, 10, S. LIV,20, S. LV,11,68, S. LXIX, 7, S. LXXX, 69, S. XIX, 24, 25, S. II, 266, S. XIII, 4, S. XVI, 11, 67, S. XVII, 91, S. XL, 19, S. XXXVI, 34.Cf. Al-Baqyi Mohamed Fwadi, Al-Mu´jam al-Mufahras, alfadh al-Qoran al-Karim, éd. Dar al-Andalus, 1945.

21 Le plus connu des Hadith est celui où il préconise d´être généreux avec lui comme s´il était un membre de la famille (une tante, amma), car il est de noble extraction.

22 Cf. Latiri, ibid., t1, p. 128.

23 Hadith fort connu dans les milieux de musulmans pratiquants.

24 Om Kalthoum fut une chanteuse égyptienne très appréciée dans le monde arabe. Abdel Basset est un lecteur de Coran fort prisé en Orient pour sa voix.

25 Y. Luginbühl, Paysages, textes et représentations du paysage du siècle des Lumières à nos jours, éd. La Manufacture, Barcelone, 1989. p. 116. Cf. Michèle Raffeau, Les arbres de la liberté. Rapport d´étude pour la mission du paysage, mai 1986, 42 pages, non publié.

26 Il a été démontré dans la thèse que le Coran et la tradition donnent au musulman les règles qui régissent son rapport à la nature et à son milieu. Cf. t1, p.29

27 Ibid., t1, p. 99. Le chap. III traite des modèles paysagers présents dans la géographie arabe des VIII-XIe siècles.

28 Cf. Y. Luginbühl,  ibid., p. 246.

29 Ce système date de 1282 et fut réalisé par l´ingénieur local Ibn al-Chabatt, il s´agit d´une amélioration du système d´irrigation d´origine romaine.

30 Dans un contexte différent, Berbard Picon a relevé le même type de représentation en Camargue. Cf. L´espace et le temps en Camargue. éd. Actes sud, 1988.

31 Dans les représentations locales, l´oasis est considérée comme une forêt de palmiers. Ghabba : forêt.

32 Cf. Y. Luginbühl, Le paysage rural. La couleur de l´agricole, la saveur de l´agricole, Mais que reste-t-il de l´agricole ? in Etudes Rurales. De l´agricole au paysage. Janvier-Decembre 1991, 121-124. 27-44.

33 Un interlocuteur nous a présenté une théorie sur l´intelligence et le génie des habitants de Tozeur. Cette particularité locale est liée, d´après lui, au cadre de vie, au climat et à l´atmosphère ambiante propices au développement de l´intelligence.

34 Michel Conan, "L´invention des identités perdues" In : Cinq propositions pour une théorie du paysage. éd. champ Vallon, 1994.

35 V. De Paradis, Tunis et Alger au XVIIIe siècle. Mémoires et observations rassemblées et présentées par J. Cuoq. éd. La Bibliothèque Arabe, Sindbad, Paris 1983. p. 49.

36 Initiation à la sémantique de l´image. Les cahiers de l´audiovisuel, B. O n°30 bis (27-7-78). éd. Service Audiovisuel de la Ligue Française de l´enseignement et de l´éducation permanente. Cf. L. Latiri., Généalogie de la représentation picturale dans le Vexin Français. Mémoire de DEA, Jardins, Paysages, Territoires, 93-94. Ecole d´Architecture de Paris La-Villette, EHESS.

37 V. De Paradis, op cit, p. 67.

38 Canal 7 est une chaîne de langue arabe, qui présente des documentaires sur la nature ; Canal 21, chaîne conçue pour les jeunes, diffuse en langue française et à partir d´une certaine heure ; elle inclut les programmes de la chaîne antenne 2. Ceux qui possèdent une antenne parabolique ont accès aux émissions d´Ushuaia, et Faut pas rêver, puisqu´ils les ont cités. Antenne 2 diffuse sur Canal 21 à partir de 8 heures du matin, elle s´interrompt à 15 heures pour être relayée par les programmes de Canal 21. Elle reprend la diffusion à partir de 19 heures jusqu´à la fin des programmes. Sur Canal 7, sous la rubrique documentaire on trouve des émissions en langue arabe sur la nature, telle l´émission de Mustapha Mahmoud "al-´Ilm wal-Iman, la science et la foi" qui explique les phénomènes naturels à la lumière des découvertes scientifiques et du Coran. Canal Horizon qui est l´équivalent de Canal+, diffuse ses programmes dans les deux langues, français et arabe.

39 Cf. Latiri, op cit, t1, p. 76.

40 L´un des fonctionnaires du CRDA (centre de recherche et de développement agronomique), qui n´est pas originaire du Djerid semble partager le même point de vue que cet exploitant. Les raisons en sont différentes et ne peuvent être exposées dans le cadre de cet article. L´enquête a aussi concerné, le maire, les directeurs des services techniques du génie rural, hydrolique, etc. du CRDA

41 Terre inculte

42 Lieu-dit. C´est le point de départ de la source.

43 Lieu-dit qui correspond au point de partage de l´eau entre les différents secteurs de l´oasis.

44 A travers un certain nombre de témoignage, il s´avère que la présence des touristes dans la palmeraie est ressentie comme une violation de la propriété privée.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Paysages : Oasis de Chebika et Vue aérostatique de Tozeur
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4405/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lamia Latiri, « La societe oasienne du Djerid et les représentations paysagères », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 133, mis en ligne le 11 mai 2000, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4405 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4405

Haut de page

Auteur

Lamia Latiri

latiri@pagefrance.com
France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page