Navigation – Plan du site
2000
182

L’excursionnisme à Psérimos :Comment et pourquoi une toute petite île du sud-est de l'Egée est devenue un arrière pays touristique pour les îles de Kalymnos et de Kos (Dodécanèse, Grèce)

Touring in Psérimos : How and why such a small island located in the south-east of the Aegean Sea has become a tourist hinterland for the Kalymnos and Kos islands (Dodecanese, Greece)

Jean Scol

Résumés

En Mer Egée, dans l'archipel grec du Dodécanèse, la petite île de Psérimos accueille chaque jour entre mai et octobre des centaines d'excursionnistes venus profiter de la plage et de la supposée authenticité du lieu. Ces visiteurs, pour l'essentiel étrangers, séjournent dans les îles voisines de Kalymnos ou de Kos pour lesquelles Psérimos est devenue une sorte d'arrière-pays touristique. Le phénomène à l'origine de profits non négligeables, contribue au maintien d'une population locale très impliquée et sensibilisée à la nécessité de préserver un environnement de qualité. Cependant, les acteurs se livrent une concurrence exacerbée, qui pouvant nuire à l'avenir même de l'activité, impose des interventions extérieures et des décisions fixant clairement les règles du jeu.

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les grands archipels qui constituent l’espaces insulaire grec, le Dodécanèse occupe une place prépondérante sur le marché du tourisme international. L’île de Rhodes en est la principale destination mais la pression touristique est encore plus forte à Kos, alors qu’à Kalymnos le manque de plage limite grandement le nombre d’arrivées. Située à mi-chemin entre ces deux dernières îles pour lesquelles elle est désormais un véritable arrière-pays touristique, Psérimos est un lieu prisé par les excursionnistes en quête de plages de rêve et d’authenticité. Ainsi, chaque jour de la belle saison, c’est par centaines qu’ils débarquent et envahissent pour quelques heures la bourgade construite à-même le rivage sableux. Les Psérimiotes qui ont passé des accords avec des propriétaires d'embarcations de tourisme, mais aussi développé quelques structures d'hébergement et surtout la possibilité de se restaurer sur place, sont eux même à l'origine du succès touristique de leur île. La population essentiellement composée de familles de pêcheurs ou d'agriculteurs aux revenus modestes, tire donc directement profits de cette fréquentation et a de surcroît, parfaitement réalisé qu’elle devait préserver et entretenir son unique atout : la plage. Toutefois la concurrence est importante et connaît parfois des conséquences inattendues...

Le Dodécanèse est le premier département touristique de la Grèce

2Le Dodécanèse constitue l’un des archipels grecs les plus peuplés et les plus riches. C'est en grande partie à son rapide développement touristique au cours des années 1980, qu'il doit son actuel dynamisme.

Un espace insulaire éclaté

3Le Dodécanèse ou Sporades du sud, étire son long chapelet d’îles aux confins sud-est de l’Egée, aux marges de l’Europe face à l’Asie, en territoire grec mais à quelques miles seulement de la Turquie. Il se déploie du nord au sud sur plus de 250 km depuis Agathonissi jusqu'à Mégisti encore appelée Kastélorizoet forme l’un des 52 départements grecs (Nome ou Nomos).

  • 1 Une unité insulaire est le regroupement administratif constitué d’une île principale et des îles et (...)
  • 2 Comme souvent l’agglomération principale de l’île porte le même nom que cette dernière. L’île de Rh (...)

4L’archipel, contrairement à ce que laisse penser son nom (Dodécanèse = dodéca : douze + nissa : îles) compte en fait 18 îles habitées et quelques 230 îlots déserts regroupés en quinze unités insulaires.1 L’île la plus importante est Rhodes qui, avec ses 1398 km2 et plus de 93.000 hab. (1991), représente plus de la moitié de la surface des îles habitées (2606 km2) et 60% de la population du département (163.500). La ville de Rhodes2 est l’agglomération la plus importante de l’archipel (44.000 hab.) ; elle est le siège de la préfecture (Nomarchie ou Nomarchia).

Les îles du Dodécanèse leur population (1991) et le nombre de touristes accueillis en 1999

Des montagnes sur la Mer Egée

5Les îles du Dodécanèse présentent toutes un relief tourmenté. Sur les plus petites les altitudes ne dépassent que rarement 200 à 300 m mais à Kalymnos où les sommets flirtent avec 700 m, on parle déjà de montagnes aux pentes vigoureuses. A Kos, le mont Dikéos atteint quant à lui plus de 800 m et l’Attaviros domine Rhodes du haut de ses 1215 m. Les versants sont le plus souvent marqués par l’aridité et la présence de végétation xérophile ; cependant à Kos le versant nord du Dikéos est encore très largement recouvert par une forêt d’épineux, alors qu’à Rhodes le sommet désertique de l’Attaviros émerge au dessus d’une vaste forêt de type méditerranéen.

Des activités traditionnelles en perte de vitesse...

  • 3 Un caïque est une embarcation de pêche ou de commerce traditionnelle de la mer Egée.
  • 4 Kalymnos fut et reste considérée comme la capitale mondiale de la pêche à l’éponge.

6Les hommes et les cultures ont quitté la plupart des hauteurs trop sèches et trop isolées pour se retrouver dans les fonds de vallée, et sur les plaines littorales. Si l’agriculture est encore bien présente à Rhodes, à Kos, à Karpathos ou à Kalymnos (Vigne, arboriculture, élevage...), dans les îles plus petites, il est bien difficile de maintenir la population autour de cette activité peu rentable. Ainsi les terrasses de Tilos, de Nissiros et de bien d’autres furent-elles peu à peu abandonnées et ces îles partiellement désertées. Il en est de même pour la pêche ; car si la Mer Egée est riche en variétés de poissons, les quantités sont faibles. D’ailleurs l’Union Européenne distribue des primes au déchirage des caïques3. Quant à l’éponge qui assura jadis une notoriété internationale à Xalki, Symi et surtout à Kalymnos4, elle fut victime de la concurrence de produits artificiels et des conditions très difficiles de sa pêche car les accidents de plongées sont nombreux et leurs issues souvent dramatiques. Aussi n’est elle guère aujourd’hui qu’une activité presque anecdotique ne faisant plus vivre que quelques dizaines de familles kalymniotes. L’industrie n’étant que très peu développée dans les îles, le tourisme apparaissait alors comme la solution idéale - ou la seule solution - pour sortir l’archipel d’un déclin inexorable et stopper la véritable hémorragie migratoire qui, jusqu'à l’aube des années quatre-vingt le vidait de sa population et affaiblissait ainsi les positions de la Grèce dans cette partie très disputée de l’Egée.

...relayées par le tourisme

  • 5 Le Dodécanèse est le premier département touristique de Grèce en termes de nuitées de touristes étr (...)
  • 6 En 1997 le Dodécanèse accueilli près de 40 000 touristes russes, hongrois, polonais et surtout tchè (...)

7Si le Dodécanèse reste bien moins connu en France que les Cyclades, la Crète ou les Iles Ioniennes, l’archipel constitue cependant le tout premier département touristique de la Grèce5. Sa fréquentation est essentiellement assurée par les touristes allemands, britanniques, scandinaves, néerlandais ou italiens mais la quasi-totalité des pays d’Europe sont représentés et les ressortissants des ex-pays communistes, en particulier les Russes et les Tchèques y sont de plus en plus nombreux depuis la chute du rideau de fer6. On notera aussi avec intérêt la présence grandissantes des touristes israéliens. En 1997 plus de 1,3 millions de touristes étrangers auront ainsi séjourné dans l’une des quinze unités insulaires qui composent l’archipel ; la plupart d’entre eux à Rhodes ou à Kos (98%), les autres îles se contentant d’une fréquentation de séjour résiduelle ou des flux d’excursionnistes au départ des deux îles principales. C’est dans ce contexte que nous nous proposons d’analyser le fonctionnement du tourisme dans la toute petite île de Psérimos et de montrer comment elle constitue une sorte d’arrière-pays pour ses voisines insulaires.

Psérimos : Entre tourisme confidentiel et tourisme de masse

8Située quasiment à mi-chemin entre Kos et Kalymnos à laquelle elle est administrativement rattachée, Psérimos tel un bastion vers l’Orient, fait face à la Turquie dont les eaux territoriales sont à moins de 3 km. Cette toute petite île, au paysages arides et faiblement peuplée, possède quelques belles plages et une certaine authenticité qui attirent les excursionnistes internationaux.

Une petite île authentique...

9Avec une superficie très réduite d’environ 27 km2, Psérimos ne se situe qu’au 13éme rang parmi les 18 îles habitées de l’archipel. Elle présente pour l’essentiel un paysage de collines arides classique de l’archipel égéen. L’altitude maximum est d’environ 270 m mais la plupart des sommets ne dépassent pas 200 m. La végétation arbustive est quasi-absente des versants mais le figuier, l’amandier, le pin et surtout l’olivier recouvrent largement la partie sud de la vallée centrale. Comme partout dans la région le climat est caractérisé par des hivers doux et surtout par une longue saison chaude et sèche particulièrement propice au tourisme balnéaire. L’île compte encore près de quatre-vingts habitants permanents ; ils vivent de l’agriculture (olivier, élevage caprin et ovin, apiculture...), de la pêche, notamment celle de l’éponge et du tourisme qui apporte aux familles un complément de revenu non négligeable parfois essentiel mais difficilement quantifiable. En effet de la mi-avril à la fin d’octobre, à l’époque des grandes migrations vers les plages et le soleil, Psérimos se voit quotidiennement et de façon quasi rituelle envahir en quelques minutes et pour quelques heures seulement par les hordes organisées des excursionnistes ou daily-trippers (sic). Le phénomène, par son importance quantitative et les effets qu’il engendre sur l’espace et la population psérimiotes, mérite d’être observé...

... paradis insulaire ...

10Il est 10h30. après une bonne heure de traversée sur une mer calme, le gros caïque qui assure quotidiennement la navette régulière depuis Pothia (la principale agglomération et port de Kalymnos) entre dans la petite baie de Psérimos. La jeune famille de touristes qui débarquent enfants dans les bras et sac sur le dos, se félicite de son choix ; la plage est certes petite, mais très belle, pratiquement déserte de vacanciers et semble, ce qui n’est pas toujours le cas dans la région, bien entretenue. La bourgade, qui ne compte que quelques dizaines de constructions, respire un calme et une sérénité à peine troublés par les cris de quelques enfants jouant pieds nus dans le sable, les aboiements d’un chien et les tintements de cloches d’un troupeau de chèvres parqué dans un enclos tout proche. Aucun bruit de circulation ! et pour cause à Psérimos il n’y a pas de route donc pas de voiture. L’endroit paraît parfait pour un séjour ; d’autant que la vingtaine de chambres ‘chez l’habitant’ sont de bonne facture, d’un prix très raisonnable de l’ordre de 5000 à 6000 drachmes la nuit (soit entre 100 et 130 francs pour quatre personnes avec parfois les petits déjeuners compris),et très rarement occupées dans leur totalité, sauf pour la semaine du 15 août et la fête de l’Assomption. Une question cependant se pose : pourquoi tant de tavernes ? elles ne sont pas moins de huit le long des 150 à 200 m de plage ! A quelle clientèle si nombreuse s’adressent-elles ? C’est entre 11h et 11h30 qu’est apportée la réponse...

...ou piège à touristes ?

11Les quelques touristes séjournant dans l’île se partagent alors la plage sans risque d’empiéter sur le domaine du voisin ; les enfants barbotent en toute sécurité car l’eau est chaude (30° et plus), peu profonde, le fond sablonneux est en pente très douce et le courant presque inexistant. Quant aux parents, ils s’adonnent aux joies du bronzage sur un sable particulièrement propre...le paradis sur terre... Soudain la sirène stridente d’un navire retentit : un caïque s’apprête à accoster...

12L’embarcation longue de dix mètres environ est particulièrement élégante ; toute construite de bois vernis, son dessin rappelle celui des rapides navires de commerce à voiles qui parcouraient l’Egée jusqu’au début de notre siècle. La coque est fine et basse, la cabine occupe une position centrale, la proue effilée est tendue vers l’horizon au contraire des caïques de pêche à la proue arrondie ; le tout est dominé de deux mâts supportant chacun une voilure repliée. Cette dernière n'est d'ailleurs que purement décorative, puisque la propulsion est assurée par un puissant moteur diesel. Alors que le navire effectue sa manoeuvre, la cinquantaine d’occupants qui profitaient jusqu’alors des ponts lambrissés pour parfaire leur hâle, se préparent à débarquer. A peine ont-ils posé pied à terre, qu’un second navire annonce son arrivée ; celui-ci n’est pas encore amarré qu’un troisième puis un quatrième apparaissent... En moins d’une demi-heure, il ne s’agit pas moins de douze bateaux qui débarquerons chacun de 20 à 100 voire 150 passagers. C’est en rang serré un rien martial, chaque groupe derrière son capitaine, que la troupe d’excursionnistes remonte maintenant le quai du petit port et s’apprête à envahir la plage de rêve. En quelques minutes, le sable jusqu’alors presque désert, disparaît sous les nattes et serviettes de plage, l’espace vital de chacun se réduit à la portion minimale. Sur environ 150 à 200 m long et 15 à 20 m de large au maximum, la plage supporte 500 à 750 personnes soit une densité de 1 touriste pour 3 à 5 m2 ! Pour la famille jalouse de sa tranquillité la solution pourrait résider dans la fuite, dans la recherche d’autres plages ; malheureusement celles de Vathi, de Panaghia ou de Marathonda (cf. carte) bien que peu éloignées dans l’absolu (1 à 2 km) ne sont accessibles qu’après une bonne demi-heure de marche par d’étroits chemins à chèvres localement très escarpés et brûlés par le soleil. Par ailleurs si ces trois plages sont parfaitement désertes, elles en subissent les avantages mais aussi les inconvénients, aux premiers rangs desquels on citera l’absence totale de points ombragés et d’eau potable, mais aussi les problèmes depollution engendrés par la fréquentation sauvage des sites, la proximité d’une décharge à Marathonda ou par l’orientation des vents et courants qui chargent la plage de Vathi en détritus lors des tempêtes hivernales.

13Les terrasses des tavernes ont subi elles aussi l’assaut, les places libres sont rares. Chaque groupe est guidé vers l’établissement tenu par un parent ou un associé du ‘kapitanios’ ; un rafraîchissement au choix et un repas standard supposé typique (salade grecque dite ‘du village’ en Grec ‘koriatiki’, composée de tomates, olives, oignons, fromage de brebis ‘fêta’ et en plat principal des brochettes de viande de porc ‘souvlaki’) est servi à chacun. Le prix de la collation est compris dans le forfait de l’excursion...

14La belle quiétude matinale des lieux n’est déjà plus qu’un lointain souvenir, lorsque vers 15h la sirène d’un premier caïque annonce le rassemblement de ses troupes. Dès lors, en quelques dizaines de minutes, la plage se vide ; les ‘daily-trippers’ regagnent leurs embarcations et s’étalent de nouveau sur les ponts afin d'y poursuivre leur séance de bronzage jusqu'à la prochaine étape. Dans la petite bourgade et sur la plage, aussi promptement désertées qu’elles n’avaient été investies quelques heures plus tôt, la fièvre touristique est retombée brutalement. Les quelques touristes qui séjournent, peuvent enfin, jusqu'à la tombée du jour, profiter seuls de leur plage. Le soir venu, ils seront avec les habitants les rares clients à fréquenter les deux ou trois tavernes encore ouvertes. Cependant, le lendemain vers 11h...

15Ainsi se déroule l’été à Psérimos. Chaque jour et selon un rythme d’apparence immuable, les hordes du ‘fast-tourism’ et de ses rites incontournables viennent perturber la douce quiétude de l’île et les quelques voyageurs soucieux de dépaysement de calme et d’ambiance insulaire authentique. Le phénomène connaît une explication assez simple ...

L’origine du phénomène et ses conséquences inattendues

16La totalité des flux d’excursionnistes à Psérimos sont le fait de vacanciers séjournant à Kos ou secondairement à Kalymnos. Pour ces deux îles, Psérimos est une sorte d’arrière-pays venant combler les carences du paysage touristique de celles-ci. La qualité de sa plage est l’unique atout de l’île. La population locale en est consciente et, fait rare dans la région, en a elle-même pris en charge l’entretien. Cependant la rude concurrence que se livrent les ‘professionnels’ fini par nuire à leur propre activité.

Psérimos est un arrière-pays touristique !

17Psérimos répond en effet à deux aspirations essentielles exprimées par la grande majorité des vacanciers présents dans la région, à savoir : le binôme plage/mer et le mythe de l’authenticité qu’une unité micro-insulaire semblerait plus apte à concrétiser que des îles plus grandes, plus peuplées et plus fréquentées. Bien des touristes sont par ailleurs enthousiastes à l’idée d’une ballade sur un bateau «qui fait authentique» d’autant que la mer est très calme en cette période de l’année. Or Psérimos est justement de ce point de vue, idéalement située entre Kalymnos au nord et Kos au sud, à environ 2,5 miles de la première et 1,8 miles de la seconde soit respectivement une heure de traversée depuis Kalymnos et 45 minutes depuis Kos...

  • 7 Il s’agit là du nombre de passagers sur vols charters (donc en principe étrangers) débarqués sur l’ (...)

18Kalymnos (111 km2 et 16.000 Habitants. Psérimos y est administrativement rattachée.) est une destination touristique secondaire à l’échelle du Dodécanèse. En 1997 l’île avait accueilli 6187 touristes étrangers soit environ 0.5% du flux affectant l’archipel ; cette performance modeste lui confère cependant le 5ème rang derrière Rhodes, Kos, Karpathos et Patmos. La principale limite à un plus fort développement touristique de l’île est la rareté et la trop rapide saturation des plages de sable. Kos (250 km2 pour 26.000 Habitants) au contraire est très largement pourvue en plages de qualité ; cependant l’île avec plus de 526.000 visiteurs officiellement recensés en 19977, laisse à certains un sentiment de frustration en matière d’authenticité. C’est pourquoi sont proposées aux départ de ces deux îles, et surtout depuis Kos, des excursions à la journée (daily-trip dans la terminologie anglo-saxonne utilisée sur place), qui dans la quasi-totalité des cas feront de Psérimos leur étape principale. Les autres escales du ‘trip’ emmèneront immanquablement les touristes à Plati. Voisine immédiate de Psérimos, Plati est une île totalement déserte, longue de

192 km pour une largeur maximum de quelques 600 m ; son relief est, comme son nom l’indique, parfaitement plat et sa couverture végétale particulièrement pauvre. Outre la quiétude qu’elle offre tout naturellement, les seuls intérêts de Plati sont une toute petite plage et des eaux particulièrement propres et claires. Comme il est quasiment impossible d’accoster, les candidats à la baignade plongent directement du bateau et nagent jusqu’à la terre ferme à quelques brasses de là. Certains caïques poursuivront ensuite leur périple jusqu'à Rhina le petit port de pêche de la très pittoresque bourgade de Vathis, au sud-est de Kalymnos. Pour les excursions au départ de Pothia, Vathis constitue d’ailleurs très souvent la première étape de la journée ; c’est là dans l’une des cinq tavernes du port que seront servies les collations avant de reprendre la mer vers Psérimos puis Plati. Enfin quelques caïques bien moins nombreuses aborderont la désertique et microscopique Néra (0.5 km2), une autre île satellite de Kalymnos au sud-ouest de cette dernière.

  • 8 Il existe 289 agences ou bureaux de tourisme dans le Dodécanèse, dont 77 à Kos et 15 à Kalymnos

20La très grande majorité des séjours dans l’archipel sont de type organisé, et ces excursions à la journée sont souvent comprises dans les forfaits proposés par les voyagistes. Cependant, les ‘kapitanios’ qui sont propriétaires de leur caïque peuvent aussi proposer directement leurs services aux vacanciers. Dans ce cas, le programme et les modalités du ‘trip’ sont affichés sur chaque embarcation ou sur des panneaux à quai et le capitaine assure lui-même la vente des billets sur le port, la veille ou au moment du départ. La commercialisation des excursions peut aussi être en partie assurée par une des très nombreuses agences de voyages locales8. A l’image des accords les liant avec les restaurateurs psérimiotes ou vathiotes, ceux passés entre les capitaines et les agents de voyages locaux sont eux aussi très souvent de nature familiale.

21A Psérimos la fréquentation touristique faute d’équipements lourds, n’a pas profondément bouleversé le paysage. Par contre elle est à l’origine d’un profond changement du comportement des habitants, en particulier vis-à-vis de l’environnement.

Une conscience environnementale nouvelle...

22En débarquant à Psérimos, le visiteur est immédiatement et très agréablement surpris par la propreté exemplaire de la plage. Cette surprise est d’autant plus grande que l’on sait l’importance de la fréquentation par les excursionnistes et qu’il n’existe aucun service municipal chargé du ramassage des détritus. En fait, celui-ci est assuré en fin d’après-midi, après le départ des derniers caïques, à tour de rôle par chaque exploitant de taverne. Les poubelles et déchets collectés sur la plage sont alors chargés sur l’unique camionnette ‘pick-up’ du lieu et conduites jusqu'à la décharge à un bon kilomètre du village. Les Psérimiotes semblent donc avoir parfaitement réalisé tout l’intérêt d’entretenir au mieux leur principal capital touristique : leur plage. Ce phénomène est d’autant plus remarquable, que dans nombre de cas, à Kos ou Kalymnos entre autres, les professionnels assurés d’une fréquentation suffisante, se contentent souvent de ‘cueillir’ la clientèle et se soucient peu de l’état des plages pourtant supports essentiels de leur activité.

...mais une concurrence acerbe aux conséquences inattendues

23En règle générale, l’entretien incombe ainsi aux municipalités qui en échange perçoivent une taxe sur la location des lits de plage très répandue dans cette région. A Psérimos, la collectivité n’intervient pas et ne devrait donc percevoir aucune taxe sur une éventuelle exploitation. Pourtant, cette plage reste étonnamment déserte de transats et parasols de location ! Il n’en fut cependant pas toujours ainsi car l’absence des fameux lits de plage ne résulte pas d’un choix délibéré des Psérimiotes mais d’une décision du maire de Kalymnos. Jusqu'à l’été 1997, la plage de Psérimos était elle aussi occupée par de très nombreux transats qui ne laissaient que peu de place aux amateurs de bronzage à même le sable. Un accord passé entre la municipalité et les professionnels locaux dispensait ces derniers de taxes sur les lits en échange de quoi ils s’engageaient à entretenir eux même la plage, à pratiquer des tarifs de location raisonnables (de l’ordre de 16 fr. la journée), à offrir une boisson gratuite à chaque client et à laisser un espace de plage libre suffisant pour ne pas imposer - de fait - l’utilisation des lits. L’accord qui semblait préserver les intérêts de tous, n’aura cependant pas survécu à l’appât du gain facile ni aux conflits qui opposaient les exploitants. Chacun voulait toujours plus de lits donc plus d’espace et n’hésitait pas à empiéter sur celui alloué au voisin. La concurrence s’envenimait, l’ambiance s’électrisait et la plage disparaissait sous les parasols... Au cours de l’été 1997, alerté par le problème, le maire débarqua à Psérimos pour mettre de l’ordre dans les affaires. Il fut tellement exaspéré par cette situation inextricable, qu’il décréta l’interdiction pure et simple de la location des lits de plage. Aujourd’hui ces derniers finissent leur carrière entreposés dans les arrière-cours ,peut être dans l’espoir de jours meilleurs, mais beaucoup sont aussi utilisés pour renforcer les enclos à chèvre ou les poulaillers...

24A Psérimos toute petite île du Dodécanèse, au sud-est de l’Egée et quelques encablures de l’Asie, le tourisme c’est surtout l’excursionnisme balnéaire pratiqué par les estivants du nord de l’Europe à la recherche de belles plages et d’authenticité gréco-insulaire. L’île constitue ainsi une sorte d’arrière-pays pour Kalymnos, trop pauvre en plages et pour Kos, un peu trop fréquentée. Les impacts spatiaux de ce tourisme sont ici bien peu perceptibles et se résument à quelques constructions ou réaménagements d’édifices anciens en établissements commerciaux de taille modeste en bordure immédiate de la plage. On pourrait cependant s’interroger à propos de la production supplémentaire de déchets par les touristes ; ces déchets, entreposés à ciel ouvert sont sujet à l’éparpillement par les vents et participent à la pollution des petites criques au nord de l’île. Mais les effets les plus marquants affectent avant tout les Psérimiotes eux-mêmes. Le tourisme a modifié leurs rapports au temps et à l’espace. Ils vivaient jadis au rythme des récoltes et de la pêche, leur année est désormais segmentée par une avant-saison, une saison et une après-saison touristique, leur journée par l’arrivée et le départ des caïques remplis d’excursionnistes. L’activité était centrée sur la terre ferme ou sur la mer ; elle est maintenant regroupé à l’interface de ces deux milieux, le long de la plage. Le tourisme, malgré les faiblesses et le caractère basique du produit psérimiote, participe, en améliorant de façon sensible son niveau de vie, au maintien de la population de l’île. Grâce au tourisme, Psérimos n’est pas une île vide d’habitants et les visiteurs exportent vers l’Europe l’image d’une île grecque peuplée par des Grecs et non d’un caillou désertique ; il s’agit là d’une affirmation non négligeable face aux volontés d’expansion vers l’Egée qui s’expriment de l’autre côté de la frontière toute proche...

Figure 1 :Le système touristiquePsérimiote et son environnement

Figure 1 :Le système touristiquePsérimiote et son environnement

Figure 3

Haut de page

Bibliographie

Kolodny, E. 1974 : «La population des îles de la Grèce : Essai de géographie insulaire en Méditerranée orientale», Thèse, Aix en Provence, 3 tomes, 340p + 490p + 1 atlas.

Marinou, P. 1993 : «Le tourisme dans l’archipel ionien». Thèse, Université d’Aix - Marseille II, Institut de Géographie et d’Aménagement. Aix en Provence.

Margaris, N.S. 1987 : «Désertification in Aegean island». Ekistics n° 323-324. (mars/avril - mai/juin 1987). pp 132-136.

O.N.H.T.- Rhodes. 1998 : «Statistiques du tourisme dans le Dodécanèse en 1997.»

Spilanis, I. 1985 : «Tourisme et développement régional : le cas de la Grèce.», Thèse, Etudes Européennes et Internationales, Université des sciences sociales de Grenoble.

Scol, J. 1994 : «Les relations touristiques entre l’Europe du Nord-Ouest et l’archipel du Dodécanèse : Mise en œuvre, nature et conséquences du tourisme international sur un espace insulaire de Méditerranée Orientale». Thèse, Université de Lille I, U.F.R de Géographie et d’Aménagement, 2 tomes, 450p.

Tsartas, P. 1998 : «La Grèce : du tourisme de masse au tourisme alternatif», L’Harmattan, coll. Tourismes et sociétés, Paris. 237p.

Yangakis, G.C. 1998 : «Psérimos et Imia» . Emm .Ev.Neofytos Publications, Néa Liocia (Grèce). 43p.  

Haut de page

Notes

1 Une unité insulaire est le regroupement administratif constitué d’une île principale et des îles et îlots périphériques habités ou non : par exemple l’unité insulaire de Kalymnos comprend outre Kalymnos elle-même, les îles habitées de Télendos et de Psérimos et une bonne dizaine d’îlots déserts tels Néra, Kalolimnos ou Imia.

2 Comme souvent l’agglomération principale de l’île porte le même nom que cette dernière. L’île de Rhodes compte 43 municipalités.

3 Un caïque est une embarcation de pêche ou de commerce traditionnelle de la mer Egée.

4 Kalymnos fut et reste considérée comme la capitale mondiale de la pêche à l’éponge.

5 Le Dodécanèse est le premier département touristique de Grèce en termes de nuitées de touristes étrangers devant les Cyclades, Athènes et les quatre départements crétois.

6 En 1997 le Dodécanèse accueilli près de 40 000 touristes russes, hongrois, polonais et surtout tchèques (plus de 26000) alors qu’aucun d’entre eux n’était comptabilisé de façon distincte jusqu’en 1995.

7 Il s’agit là du nombre de passagers sur vols charters (donc en principe étrangers) débarqués sur l’aéroport Hippocrate de Kos. Le nombre de touristes stricto sensu, est de 434 110 dont 37 102 nationaux

8 Il existe 289 agences ou bureaux de tourisme dans le Dodécanèse, dont 77 à Kos et 15 à Kalymnos

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4513/img-1.png
Fichier image/png, 16k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4513/img-2.png
Fichier image/png, 53k
Titre Figure 1 :Le système touristiquePsérimiote et son environnement
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4513/img-3.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 2
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4513/img-4.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Scol, « L’excursionnisme à Psérimos :Comment et pourquoi une toute petite île du sud-est de l'Egée est devenue un arrière pays touristique pour les îles de Kalymnos et de Kos (Dodécanèse, Grèce) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 182, mis en ligne le 13 décembre 2000, consulté le 25 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4513 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4513

Haut de page

Auteur

Jean Scol

Jscol@pop.univ-lille1.fr
Laboratoire de géographie humaine - Université de Lille 1

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page