Navigation – Plan du site
Festival International de Géographie de St-Dié-des-Vosges

Carnet de voyage en terre déodatienne

Festival International de Géographie, Saint-Dié-des-Vosges, du 4 au 7 octobre 2001
Eric Breton

Entrées d’index

Mots-clés :

voyage
Haut de page

Texte intégral

11507, loin de la façade Atlantique qui s’est ouverte au Nouveau Monde quelques années plus tôt, l’Amérique est, pour la première fois dans l’histoire, cartographiée, identifiée sur un planisphère ; C’est à St-Dié-des-Vosges que l’événement a lieu. Innovation.

22001, le F.I.G. s’interroge sur la " Géographie de l’innovation ". Il offre à Françoise Héritier, ethnologue, professeur honoraire au Collège de France et à l’E.H.E.S.S., la charge de la présidence de cette douzième édition. Avec son regard d’anthropologue, l’académicienne relève que cette géographie n’a de limites à ses déclinaisons que notre champ conceptuel, notre " point aveugle ", celui qui nous fait imaginer les Indes sans concevoir cette Amérique par exemple. Il va donc falloir " penser l’impensable " (J.Levy. Université de Reims). Il va falloir oublier sa boussole, son sextant, ne pas chercher de triangulation avec un quelconque soleil, un zénith ; cette géographie a pour horizons lointains des " terres d’incertitudes " mais pas dans le sens qu’Olivier Dolfuss leur a donné.

3Alors que retenir d’un tel festival ?

4Tout d’abord que tous les actes pourront être consultés sur le site Internet de l’Académie de Reims : http://xxi.ac-nice-reims.fr/​fig-st-die/​. Certains le sont déjà, mais il faudra attendre le mois de janvier 2002 pour avoir accès à leur intégralité.

5Le lecteur sera certainement impressionné par la richesse, la variété des interventions. Plus d’une centaine au total, en incluant les croustillants " cafés géographiques ". Si bien que tout festivalier de base ne pouvait matériellement assister qu’au cinquième des communications. Frustrant. " C’est la loi du genre " comme le rappelait Gérard Dorel, Président du directoire scientifique du F.I.G. Ainsi, les observations qui suivent ne portent que sur une fraction de cette " géographie de l’innovation ", leur seul objectif est d’inciter à consulter l’intégralité des conférences qui auront retenu davantage l’attention.

6Cette année, c’est la Pologne qui était le pays invité d’Honneur. Une exposition et de nombreuses communications lui étaient consacrées avec comme problématique fondamentale : La Pologne est-elle prête à intégrer l’Union européenne ? Oui, si l’on en croit les représentants du pouvoir politique qui avaient fait le déplacement. La réponse est par contre beaucoup plus nuancée de la part des géographes et des historiens ( MC Maurel CNRS Paris, B. Kostrubiec Université de Strasbourg, Y. Richard Université de Paris I) : Le poids de la paysannerie dans l’électorat est encore très important, les structures agraires pèsent dans les mentalités, l’agriculture intensive, productiviste sur des exploitations beaucoup plus vastes inquiètent ; la fermeture des frontières à l’est n’est pas bien perçue par une population polonaise qui a conservé des liens familiaux étroits avec leurs proches vivant en Biélorussie et en Ukraine ( cf les modifications territoriales de l’après-guerre) ; la volonté d’être une terre d’accueil ou de passage pour les populations scandinaves.

7Dans le cadre de la conférence consacrée aux  " grandes métropoles, lieux privilégiés des innovations ", on retiendra plus particulièrement la prestation de R. Marconis ( Université de Toulouse le Mirail). Il retrace l’histoire des liens entre Paris et les métropoles régionales, la façon dont les innovations parisiennes ont rejailli sur les grandes villes de province, avec leurs limites. Il relève que l’innovation ne se fait pas nécessairement dans les métropoles d’équilibre mais dans des centres régionaux comme : Grenoble, Montpellier, Nice. Il revient sur les conséquences fondamentales de la décentralisation engagée à partir de 1982 et démontre les effets du transfert des compétences de l’Etat aux collectivités territoriales ainsi que les synergies développées grâce au dialogue enfin établi entre universitaires et industriels.

8Une autre conférence mérite d’être relevée : " La guerre et la géographie : innovations et permanences dans la maîtrise du territoire " par J.D. Merchet ( journaliste au quotidien Libération, spécialiste de défense). Rendant hommage à Y.Lacoste avec son célèbre " La géographie, cela sert à faire la guerre... ", l’auteur insiste sur quelques notions essentielles : la guerre " ... qui consiste à faire usage de moyens violents à des fins politiques " est aujourd’hui " déterritorialisée ", il ne s’agit plus de conquérir des espaces mais plutôt de contrôler des réseaux. Or cette guerre là " ...les militaires ne savent pas la faire. ", c’est davantage du ressort des services de police, de gendarmerie ( corps rattaché à l’armée certes), des douanes, des renseignements dont le travail sur les réseaux constituent le quotidien. Toutefois, ce mode de combat n’exclut pas les affrontements " traditionnels ". Ainsi, prenant appui sur les attentats du 11 septembre 2001, J.D. Merchet insiste sur la connaissance et la maîtrise de deux échelles : la petite, celle qui est planétaire et permet de comprendre le " réseau Ben Laden " ; la très grande, celle qui aboutira peut-être à son éradication :  " ...Il ne s’agit pas d’effacer une ville, ni même un quartier, ni même une maison mais la pièce dans laquelle se trouve l’agresseur... " la numérisation de tout l’espace concourt à gagner ce type de guerre. Le journaliste rappelle que les Français installés à Mitrovica avait cartographié, appartement par appartement la nationalité des occupants ( Serbes, Kosovars, etc.). Concernant le binôme guerre/aménagement de l’espace, on relèvera que le fait militaire n’aménage plus l’espace comme auparavant, étant donné que c’est la maîtrise de l’espace aérien qui prime, là aussi changement d’échelle : les manoeuvres aériennes Françaises n’ont de sens que si elles couvrent l’intégralité de la métropole ! A plus grande échelle, cela relève du jeu vidéo...

9On pourra lire aussi avec profit l’exemple d’ " un technopôle arctique : Oulu (Finlande), fief de Nokia  " proposé par M.Lohez (Paris) où le déterminisme héliotropique n’a guère de sens. C’est dans un contexte de " Finlandisation " que l’industrie de cette région située au fond du golfe de Bothnie s’est développée bien avant que l’on parle de technopôle. L’Armée a été le premier acteur en passant commande d’une téléphonie portable dès le début des années 1970 ; Nokia, entreprise industrielle née à la fin du XIX ème siécle s’est vu confier ce projet. Le développement du portable au début des années 1990 a fait le reste. Depuis, l’entreprise a essaimé - elle joue le rôle d’incubateur- et suscité l’installation de nombreuses sociétés " high-tech ". Cela dit, il faudra encore attendre avant que cette étude de cas soit totalement validée. Une contribution à lire intégralement tant ce résumé altère la qualité de l’intervention.

10Enfin,Il est vivement conseillé de lire les interventions suivantes : " Innovations et territoires " J.L. Guigou ( D.A.T.A.R. ) ; " Les grandes figures de la géographie. Humboldt " A.Buttimer (Université de Dublin) ; " L’innovation dans les relations internationales " F.Loncle (Président de la Commission des Affaires Etrangères de l’Assemblée Nationale) ; " Géographie et anthropologie : comment innover en sciences sociales " avec F.Héritier et J.Levy ; " Recherche universitaire et territoire : invention, innovation et développement. Le cas de l’Université de La Rochelle " P.Guerry, doctorant ( Université de La Rochelle).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Breton, « Carnet de voyage en terre déodatienne », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Festival International de Géographie de St-Dié-des-Vosges, mis en ligne le 20 octobre 2001, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4772

Haut de page

Auteur

Eric Breton

Professeur d’histoire-géographie

Centre International de Valbonne. Sophia Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page