Navigation – Plan du site
2000
183

Pour une amélioration de l'utilisation commerciale de la carte sur le web : proposition pour le site de l'office français des forêts

Improving the perfomance of a commercial mapping on the web : proposals for the web site of the french forest authority
Vincent Godard

Texte intégral

Introduction

1L'année 1999 a vu l'arrivée d’Internet dans le mode de commercialisation des ventes de bois des forêts publiques, domaniales et communales, par l'Office National des Forêts (ONF). Basé sur l’utilisation d’un moteur de recherche, ce site permet aux visiteurs de localiser les articles répondant à sa requête (essence, volume disponible, ...). L’unique carte présentée par l’ONF est un document localisant grossièrement l’emplacement des coupes. Il nous a paru pertinent de proposer l’adjonction d’un atlas de cartes pour permettre au vendeur d’augmenter la visibilité des produits qu’il met en vente et au visiteur de rationaliser ses achats. Le résultat est-il efficace ? Un questionnaire est soumis aux lecteurs de Cybergeo.

Foreword

21999 was the first year in which Internet was used as a marketing channel for the ONF (National Forest Office) to sell wood from public, state, and communal forests. Using a search engine, this site enables visitors to locate articles matching their requests (variety, available volume,...). The only map proposed by the ONF is a document indicating roughly the felling location. It seemed appropriate to suggest the addition of an atlas allowing the seller to enhance the visibility of the products for sale and the visitor to rationalize his purchases. Is the result more efficient?  A questionnaire is made available to Cybergeo readers.

Objectifs

3Comment accroître la diffusion de l’information et la transparence de celle-ci en matière de ventes de bois ? Tant que les ventes des bois sur pied des forêts domaniales, ou autres, s’effectuent auprès d’acheteurs situés en périphérie du massif forestier, la diffusion d’un catalogue papier peut sembler suffisante. Dès lors que l’on souhaite toucher une clientèle plus vaste, et/ou plus lointaine (saturation du marché local, par exemple), d’autres moyens de diffusion sont à envisager. C’est notamment le cas à l’issue des tempêtes de décembre 1999.

4Pour marquer sa capacité d’innovation, l’ONF s’est lancée dans la réalisation d’un site Web dédié à deux ventes de bois dans le courant de l’été 1999. Les Directions régionales de Bourgogne et de Picardie ont proposé aux internautes les catalogues des ventes de bois des forêts de l’Yonne et de l’Aisne sur le site de l’ONF (http://www.onf.fr/​vente_bois/​). Cette expérience semble toutefois momentanément à l’arrêt (septembre 2 000). Aucune nouvelle vente n’apparaît à cette adresse ; les ventes de l’Aisne de 1999 ont même été retirées du site.

5Qualifié d’expérimental (ROUZINEAU, 1999), ce catalogue « virtuel », en plus de la reproduction fidèle du catalogue papier traditionnel, propose un moteur de recherche qui permet à l’acheteur éventuel de faire un tri sur les essences, les volumes, les quantités, ..., ainsi qu’une cartographie sommaire de localisation des lots mis en vente. Ce site a été complété après la vente (17 septembre 1999 à Auxerre et 27 septembre 1999 à Laon) par le résultat des adjudications, le nom des acheteurs et le prix des lots.

6L’objectif de l’ONF était de fournir un moteur de recherche permettant l’interrogation d’une base de données relationnelles, à distance et par le plus grand nombre. L’acheteur, grâce au moteur de recherche, pouvait sélectionner les lots qui répondaient à ses besoins via Internet. Cependant, l’apport de la visualisation sur écran est largement sous utilisé. Le pouvoir discriminant de la cartographie n’est pas mis à contribution dans cette expérimentation, lui enlevant, par là même, une bonne part de son efficacité. Les cartes du site ONF ne sont que des cartes de localisation des lots à petites échelles dont l’utilisation sur le terrain doit être assez problématique (le manque d’efficacité de cette première tentative est-il la cause de la non poursuite de l’expérience ?).

7Pour relancer cette expérimentation, nous proposons de renforcer ce premier dispositif par une série de cartes. En effet, l’acheteur, une fois sa requête achevée et ayant localisé le ou les lots qui correspondent à sa recherche, va être tenté de rentabiliser son déplacement sur le lieu de la vente en honorant, à moindre frais, le reste de ses commandes (ou besoins propres). Dès lors, il devient utile, avec un outil synthétique (la cartographie), de lui présenter des lots de bois moins ciblés que les besoins qu’il a initialement exprimés, à savoir : des cartes de synthèses présentant les différents articles de la vente (essences, volume, localisation, etc.) où il va se rendre.

8Notre approche s’avère donc complémentaire de celle de l’ONF, dans la mesure où, nous avons opté pour une présentation cartographique où l’acheteur potentiel doit se déterminer par l’analyse de différentes cartes dont la clef d’entrée est l’essence.

Méthode

9Nous avons, dans un premier temps, sélectionné les essences qui permettaient un traitement cartographique. Celui-ci n’a de sens, à l’échelle du massif, que si le nombre d’articles proposés est suffisant. Cet aspect devra-t être pris en compte dans le cadre d’une opérationnalité future. En effet, sur les secteurs de petits massifs, il n’y a jamais assez de lots mis en vente sur une seule forêt pour que la cartographie soit pertinente (manque de lots). Il conviendra certainement d’établir des cartes en faisant des regroupements thématiques et par lieu de vente (les résineux ou les bouleaux d’une division, etc.)

fig. 1 - Ventes de coupes de bois - Localisation des articles

10Avec seulement 39 articles mis en vente en 1998 et 25 en 1999 (cf. fig. n°1), seules les essences les plus représentées sur le massif sont susceptibles d’être cartographiées. Ainsi, il n’était pas possible de mettre en cartes les peupliers ou les résineux, seulement présents pour un ou deux articles. En revanche, quand cela était thématiquement possible, nous avons eu recours à des regroupements d’essences sous des appellations génériques, comme dans le cas des feuillus précieux qui synthétisent sur une seule carte les érables sycomores, les merisiers et les châtaigniers (cf. fig. n°2).

fig. 2 - Ventes de coupes de bois de feuillus précieux

11Le cas des feuillus durs et tendres est un peu différent, dans la mesure où ces rubriques existent déjà dans le catalogue (cf. tab. n°1, fichier annexe en pdf : Exemple d'une page de catalogue de vente de bois) et regroupent ce que le forestier pense ne pas pouvoir valoriser nominativement. Nous avons simplement réaffecté certaines essences faiblement martelées (désignées à la coupe) à ces deux catégories. Celles-ci sont essentiellement constituées d’aulnes, bouleaux, tilleuls et “ autres feuillus ”, pour les feuillus tendres et de charmes, ormes et robiniers pour les feuillus durs.

12En dehors des feuillus durs, feuillus tendres et feuillus précieux déjà évoqués, les catégories reines, au moins en nombre d’article pour le massif, sont bien évidemment, pour 1999, les chênes (cf. fig. n°3) et les frênes à égalité, avec 24 articles chacun, puis les hêtres, avec 22 articles. Six cartes ont donc été retenues, que ce soit pour 1998 ou pour 1999. Il est toutefois envisageable, pour une autre campagne que certaines essences apparaissent individuellement sur les cartes alors que d’autres disparaissent ou sont regroupées.

fig. 3 - Ventes de coupes de bois de chênes

13Nous avons choisi de représenter deux variables par essence et donc par carte. D’une part le volume en m3 de l’essence considérée par article, et d’autre part le volume de l’arbre moyen, c’est-à-dire, le ratio volume par nombre de tiges de l’essence considérée. Le volume est classiquement transcrit par des cercles proportionnels noirs, alors que le volume de l’arbre moyen est, non moins classiquement, proposé par une montée en valeurs dans une teinte qui diffère d’une essence à l’autre.

14La répartition dans les classes s’est faite par "remplissage égal", autrement dit par classes d’égale fréquence. Toutefois, nous avons adaptés les seuils pour être compatibles avec ceux du moteur de recherche de l’ONF qui offrait des paliers "ronds" comme 0,5 ; 0,75 ; 1 ; 2 m3, etc. par tiges.

15La mise en ligne de cartes et des articles décrits par le catalogue s’est faite à la mi-juillet précédant la vente du 28 septembre 1999, soit en même temps que le catalogue papier était diffusé aux acheteurs “ habituels ”. L’ensemble des pages Internet de cette expérimentation étant hébergé par un serveur de l’Université de Paris 8 (http://www.ipt.univ-paris8.fr/​vgodard/​).

Résultats et discussion

16L’évaluation tant quantitative que qualitative de l’expérimentation est difficile. À notre connaissance, d’une part, l’ONF n’a pas tenté cette évaluation, d’autre part, aucun article de synthèse n’est paru sur le sujet. Nous avions, pour notre part, joint à l’envoi des catalogues des ventes un questionnaire portant sur l’intérêt d’une telle opération. Méfiance ? Désintérêt ? A ce jour, aucun n’est revenu ! Les seules informations, que nous possédions, concernent le nombre de connexions sur le site de l’ONF. L'Office a enregistré entre 500 et 900 connexions selon les sources (PICARDEAU 1999, MAUERHAN 1999b). Cependant, il est impossible de savoir quelle est la part des connexions des personnels ONF, ou “ apparentés ”, et celles des acheteurs potentiels, ce qui relativise l’intérêt qualitatif de cette information. Nous même, n'avons pas installé de compteur d'accès.

17Les seuls retours, entendus ici ou là, concernent essentiellement les souhaits d’acheteurs internautes qui auraient aimé trouver à télécharger des cartes de localisation des lots à une échelle exploitable sur le terrain. Actuellement, ils s’approvisionnent auprès des agents de l’ONF de tirages ozalids du fond IGN avec le parcellaire forestier en surcharge.

18N’est-il pas toutefois possible d’apporter plus d’information via internet ? La première interrogation concerne la cartographie proposée. De facture traditionnelle, est-elle pertinente et adaptée à la lecture sur écran ? Un nouveau questionnaire est joint à cet article pour me permettre de connaître vos appréciations de cyberslecteurs. De plus, ne faudrait-il pas, à l’avenir, réfléchir à la mise en ligne de nouvelles informations dépassant celles contenues dans le seul catalogue des ventes comme celles concernant les difficultés d’exploitation (coupes et débardages) qui devraient être cartographiées prioritairement et ceci à destination des acheteurs les moins familiers du site. En effet, la qualité d’un lot de bois doit être mise en parallèle avec l’accessibilité à la coupe (distance à une aire de débardage), la pente, la durée du ressuyage (issue de la carte des sols), etc. Toutes sortes de paramètres déjà plus ou moins intégrés dans les Systèmes d’Information Géographique de l’ONF ou d’autres centres de recherche. Ce type d’informations est déjà connu de la clientèle locale, mais si l’on souhaite faire venir des acheteurs éloignés, comme le permet Internet, c’est un argument de décision.

19Enfin, il est également possible d’envisager de passer d’une cartographie statique, telle qu’elle a été présentée précédemment, à une cartographie dynamique, où le visiteur, acheteur potentiel, pourrait directement interroger la base de données spatialisées et réaliser ses propres cartes au gré de ses requêtes. Des solutions de consultation, via internet, sont déjà proposées par la plupart des éditeurs de logiciels. Cependant, l’acheteur potentiel est-il prêt à faire le travail du cartographe ou le vendeur (l’ONF ?) doit-il lui préparer ses cartes ?

Conclusion

20La mise à disposition d’un moteur de recherche sur le web (celui de l’ONF dans le cas présent) pour localiser des lots de bois mis en vente, est le signe d’une évolution dans la filière bois. En l’absence de ventes aux enchères en ligne (ce dont il n’est pas question pour le moment), l’acheteur doit se déplacer dans la salle des ventes pour enchérir. Pour le décider, en plus du moteur de recherche, la mise à disposition, en ligne, d’une collection de cartes synthétisant l’ensemble des lots est un atout. Elle permet au vendeur, dans une approche que l’on peut qualifier de marketing, de lui présenter des articles équivalents ou complémentaires de ce qu’il recherche. Offre large que le moteur de recherche, trop précis par ses requêtes, ne peut satisfaire.

21Bien qu’aucune évaluation de la mise en ligne des cartes concernant la vente des coupes de bois des Massifs de Saint-Gobain et de Coucy-Basse (Aisne, France) n’ait été réalisée, il semble que l’accueil soit favorable et qu’il faille poursuivre la démarche. Il parait même utile de proposer, en plus, une carte du parcellaire permettant de se localiser dans le massif pour visiter les lots. De façon plus prospective, tous les massifs devraient être cartographiés avec des informations concernant les contraintes d’exploitation (topographie, délais de ressuyage, ...).

22Pour conclure, alors que le renouvellement de cette expérience est envisagé, nulle échéance n'est pour le moment fixée. Ne faudrait-il pas profiter des difficultés de commercialisation des bois, engendrées par le surcroît de "production" dû aux tempêtes de décembre 1999, pour accélérer le recours à une diffusion par Internet des lots mis en vente. Ceci favoriserait la transparence de l'information et permettrait de toucher des acheteurs plus lointains avec, probablement, un écoulement plus rapide des stocks.

Haut de page

Bibliographie

MAUERHAN (F.) - 1999b - Vente de bois informatisée. L'ONF joue la transparence. Journal du Dimanche, 31 octobre 1999.

PICARDEAU (Ch.) - 1999 - Sylviculture. L'Office national des forêts vend avec Internet. L'Yonne républicaine, 18 et 19 septembre 1999.

ROUZINEAU (P.-E.) - 1999 - Ventes de bois : le catalogue sur Internet. Info ONF, n°7, juillet-août 1999, p. 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Godard, « Pour une amélioration de l'utilisation commerciale de la carte sur le web : proposition pour le site de l'office français des forêts », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Cartographie, Imagerie, SIG, document 183, mis en ligne le 21 décembre 2000, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4839 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4839

Haut de page

Auteur

Vincent Godard

Centre de Biogéographie-Écologie, CNRS-ENS de Fontenay-St-Cloud
vgodard@univ-paris8.fr
http://www.ipt.univ-paris8.fr/vgodard/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page