Navigation – Plan du site
1999
84

La planification régionale en Haïti

Regional planning in Haiti

Ernst A. Bernardin

Résumés

Depuis la promulgation de la loi sur la Régionalisation et l’Aménagement du Territoire en 1982 et le vote de la Constitution du 29 mars 1987, le système traditionnel de Planification sectorielle et globale, sans préoccupation spatiale, est mis en question en Haïti au profit d’une nouvelle approche s’articulant autour de la nécessité d’intégrer la dimension spatiale dans l’élaboration des Plans et Programmes de développement économique et social. Contrairement aux anciennes pratiques axées sur la centralisation excessive, l’article 81 de la nouvelle Constitution dénote une réelle volonté décentralisatrice : "le Conseil départemental élabore le Plan de développement du département, avec l'appui de l'Administration publique». C’est dans ce contexte que s’inscrit la problématique actuelle de la planification en Haïti dont l’une des exigences réside, sans conteste, dans la participation active des collectivités territoriales et locales aux prises de décisions les concernant.Somme toute, la planification territoriale en Haïti est confrontée à certains problèmes : la Constitution a établi, depuis 1987, les mécanismes à mettre en place pour favoriser l’émergence de la décentralisation dans le pays, mais jusqu’à présent le nouveau système de planification décentralisée est encore en gestation. Les structures prévues à cet effet, même quand elles existent, ne sont pas fonctionnelles. C’est pourquoi aucun Plan départemental n’a encore vu le jour, malgré les impératifs de la Constitution, vieille de douze ans. La présente étude met en évidence un diagnostic de la situation économique et sociale d’Haïti et passe en revue le cadre méthodologique et les instruments nécessaires à l’élaboration des Plans départementaux en Haïti. Elle insiste sur le fonctionnement adéquat d’un Cadre national de planification (Schéma national d’Aménagement du Territoire) devant servir de guide à l’élaboration des Schémas d’Aménagement départementaux et des Plans départementaux.

Haut de page

Texte intégral

1Haïti, comme la plupart des pays en voie de développement, se trouve confrontée à nombre de problèmes qui sont, en grande partie, la résultante de données historiques et socio-politiques qui ont valu au pays une organisation spatiale inadéquate qui a contribué à accentuer, au fil des ans, les disparités et déséquilibres régionaux. La mauvaise répartition de la population, des activités économiques, des infrastructures et équipements est, de plus en plus, manifeste à travers l’espace national.

2La planification introduite en Haïti, depuis les années cinquante, est restée, pendant longtemps, globale et sectorielle, sans préoccupation de localisation spatiale, jusqu’à ce que les instances décisionnelles du pays aient compris la nécessité d’y apporter une nouvelle dimension, en y intégrant une composante régionale et spatiale avec la création de la Direction de l’Aménagement du Territoire et de la Protection de l’Environnement en 1976 et la promulgation de la loi du 19 septembre 1982 sur la Régionalisation et l’Aménagement du Territoire. La Constitution du 29 mars 1987 fera obligation à l’Etat de mettre en place tous les mécanismes propices à l’émergence d’une réelle décentralisation en Haïti. Il s’agissait, avant tout, d’établir un cadre cohérent devant assurer le moyen d’arriver à long terme à un développement régional ou spatial plus équilibré et plus harmonieux.

Problématique générale

3L’organisation spatiale actuelle du pays est le résultat d’un long processus qui a conduit à l’approfondissement de déséquilibres flagrants à tous les niveaux. La croissance démographique accélérée (2.05 %/an) entraînant le problème de la dégradation des conditions de vie de la population, la faible productivité agricole, le faible niveau d’industrialisation, le taux élevé d’analphabétisme (80 %), le sous-équipement généralisé, l’inégale répartition des revenus (1 % de la population concentre 49 % des revenus), le chômage endémique (70 %), la balance commerciale déficitaire (8.138. 000.000 de gourdes en 1996, d'après le Rapport annuel 1996/Mai 1997 de la Banque de la République d’Haïti), l’accentuation de la pauvreté et du phénomène de bidonvillisation, sont autant de problèmes inhérents à la nature même du sous-développement et dont la prise en compte permettra de mieux appréhender la problématique de l’organisation spatiale en Haïti, en vue d’élaborer des Plans départementaux qui tiennent compte de la nécessité d’améliorer le cadre de vie de la population.

Répartition spatiale déséquilibrée de la population, des activitéséconomiques, des infrastructures et des équipements

4La répartition de la population par zones urbaines et rurales montre une nette prépondérance de ces dernières avec 70 % de la population totale du pays. Pourtant, le milieu rural est très défavorisé et souffre de la carence des infrastructures et services de toutes sortes, ce qui explique le fort courant migratoire qui s’opère continuellement des campagnes vers des centres urbains mieux équipés et offrant de meilleures possibilités d’emploi. Les campagnes haïtiennes se dépeuplent au profit de Port-au-Prince et d’autres villes secondaires, telles que le Cap-Haïtien, Gonaïves, Les Cayes, Saint-Marc, Verrettes, Jérémie, Port-de-Paix etc.(cf. tableau 1). Ce phénomène, à n’en point douter, n’a jamais constitué une priorité pour les Pouvoirs Publics en Haïti et nonobstant les diverses études qui lui ont été consacrées, aucune mesure concrète n’a été prise, au cours de ces quarante dernières années, pour limiter son ampleur par la création, en milieu rural, d’activités économiques génératrices d’emploi, ainsi que des infrastructures sociales de base répondant aux besoins des populations rurales.

Tableau 1 : Evolution de la population des principales villes d'Haïti de1950 à 2005

Sources : I.H.S.I. - Recensements de 1950, 1971, 1982 / Tendances et Perspectives de la population d’Haïti au niveau régional - 1980-2005 - DARD - juillet 1992.

La forte concentration de la population, des activités économiques, des infrastructures et équipements à Port-au-Prince et dans sa zone métropolitaine

5Il n’existe pas en Haïti une définition précise du concept de ville, mais un certain nombre de critères permettant de juger si telle ou telle agglomération peut être qualifiée d’urbaine, eu égard à sa fonction sur le plan administratif, économique et social. La ville est considérée comme un ensemble constitué par un milieu, un paysage, un espace économique, un mode d’occupation, une densité de population. A partir des études d’Aménagement du Territoire initiées en Haïti en 1980, un seuil de population agglomérée de plus de 2000 habitants a été retenu pour définir l’urbain. Mais le critère numérique seul ne pouvant définir la ville, il a été jugé nécessaire de tenir compte de certaines fonctions structurantes (fonctions essentielles élémentaires et fonctions secondaires) basées sur un minimum d’infrastructures et d’activités économiques, aussi bien non agricoles qu’agricoles. Il s’agissait de déterminer les agglomérations qui pouvaient déjà être classées comme villes et celles qui avaient vocation à le devenir, car l’Aménagement du Territoire a justement pour objectif d’arriver à une structuration adéquate du territoire, en s’appuyant sur des centres urbains forts et dynamiques.

6Haïti comprend 9 départements géographiques (Nord, Nord-Est, Nord-Ouest, Artibonite, Centre, Ouest, Sud, Sud-Est, Grand’Anse), 41 arrondissements, 133 communes et 565 sections communales. Les douze villes les plus importantes sont :

  • Chefs-lieux de départements : Port-au-Prince, Cap-Haïtien, Gonaïves, Cayes, Jacmel, Jérémie, Port-de-Paix, Fort-Liberté et Hinche ;

  • Chef-lieu d’Arrondissement : Saint-Marc ;

  • Chefs-lieux de communes : Petit-Goâve et Petite-Rivière de l’Artibonite.

7En Haïti, la fonction administrative est prépondérante dans les différentes villes, mais à chaque niveau de la hiérarchie urbaine correspondent divers degrés de concentration d’activités ou de services administratifs. Port-au-Prince, capitale nationale et chef-lieu du département de l’Ouest, est le siège central de toute l’Administration publique et de la quasi-totalité des sociétés commerciales et industrielles, alors que les autres chefs-lieux ont un rôle administratif très faible.

8Le système urbain d’Haïti comprend 133 villes représentant environ 25 % de la population totale du pays. L’aire métropolitaine de Port-au-Prince, à elle seule, concentre 55 % de la population urbaine, ainsi que la majeure partie des investissements publics et des infrastructures de base du pays (plus de 35 % des écoles primaires et secondaires, près de 75 % des écoles supérieures et des facultés), plus de 50 % des hôpitaux, plus des 2/3 des banques, 80 % de la capacité électrique et plus de 70 % des industries manufacturières. Cette macrocéphalie urbaine de Port-au-Prince a entraîné de graves conséquences au niveau de l’organisation de l’espace urbain : dépérissement des villes de province ; prolifération de bidonvilles à travers tout le pays (1.500 personnes par hectare et même plus) ; accentuation de la crise de logement ; carence, inadéquation voire inexistence d’infrastructures de base (eau potable, électricité, équipements sanitaires et scolaires) dans certaines villes du pays.

9La population disposant de l’eau potable est estimée à 34 % pour l’ensemble du pays, dont 54 % pour le milieu urbain et 25 % pour le milieu rural. La consommation d’énergie électrique per capita est de l’ordre de 72 kW/h. en Haïti, alors qu’elle est évaluée à 1.518 kW/h. à Cuba, 1.120.à la Jamaïque, 4.000 à Puerto-Rico et 728 en République Dominicaine (Bernardin, 1995). Bien que la majeure partie de la population (80 %) réside à la campagne, la plupart des écoles sont situées en ville. Seule une partie de la population a accès à l’enseignement (taux net de scolarisation en 1991-1992 : 44.05 %). Le personnel médical disponible dans le système hospitalier se répartit comme suit: 2 médecins, 0,17dentiste, 1 infirmière et 3 auxiliaires pour 10.000 habitants. Il existe un lit d’hôpital pour 1.384 habitants.Ce problème d’équipement freine ou empêche totalement le développement de régions entières, contribuant ainsi à leur isolement. C’est l’une des raisons qui justifie l’insertion de la dimension spatiale dans notre Système National de Planification avec la promulgation de la loi du 19 septembre 1982 sur la Régionalisation et l’Aménagement du Territoire, ainsi que l’émergence de la Planification Départementale avec le vote de la Constitution du 29 mars 1987.

Tableau 2 : Evolution de la population d'Haïti(1950-1995)

Sources : I.H.S.I. - Recensement de 1950, 1971, 1982 / Tendances et Perspectives de la population d’Haïti - op.cit.

Approche théorique utilisée

10Tout d'abord, il importe de souligner que c’est à partir de l’élaboration de la théorie de l'économie spatiale que les concepts d’Aménagement du Territoire et de Développement Régional ont vu le jour et se sont imposés à partir de la deuxième moitié du vingtième siècle. De Cantillon et Ricardo jusqu'à François Perroux, en passant par Pierre Moran, Walter Isard, Von Thünen, Alfred Weber, Andreas Predöhl, Walter Christaller, Auguste Lösch pour ne citer que ceux-là, les approches théoriques spatiales ont connu un lent cheminement et se sont renouvelées, au fil des ans, au contact de la réalité concrète.

11Le système de planification territoriale en Haïti s’est inspiré particulièrement de la théorie de Walter Christaller, en ce qui a trait à la hiérarchisation des centres axée sur une armature urbaine et rurale fonctionnelle permettant de définir une grille d’équipements et de services compatibles avec l’importance et le niveau des divers centres urbains et ruraux, en vue de favoriser, à moyen et long terme, l’amélioration du cadre de vie de la population. Cette approche est fort utile pour l’Aménagement rural et l’établissement des Plans Directeurs d’urbanisme.

Le Sous Système de planification spatiale et ses composantes

12Un système est un ensemble cohérent de structures et d’organes destinés à produire un résultat. Un système rationnel et efficace produit des résultats satisfaisants, alors que le dysfonctionnement d’un système engendre, généralement, l’incapacité d’atteindre les objectifs fixés. C’est à la lumière de ces considérations qu’il faudrait évaluer tout système, tant politique, économique que social.

13L’Organisation regroupant à l’échelle nationale toutes les approches de Planification en usage constitue le Système National de Planification. Chaque type de Planification qui traite d’une composante, à partir de mécanismes institutionnels articulés à tous les niveaux géographiques du territoire national, constitue un Sous-Système de Planification. Chaque Sous-Système est en interaction constante avec les autres.

14Le Système National de Planification comprend quatre composantes :

  • Le Sous-Système National de Planification Globale ;

  • Le Sous-Système National de Planification Sectorielle ;

  • Le Sous-Système National de Projets ;

  • Le Sous-Système de Planification Spatiale.

15Dans le cadre de ce travail, nous analyserons le Sous-Système de Planification Spatiale dont les composantes sont les suivantes :

  • La Planification Spatiale Nationale ou Aménagement du Territoire ;

  • La Planification Départementale (9 Départements), incluant la Planification Communale (133 communes) et la Planification Locale (565 sections communales). A noter que la loi du 22 octobre 1982 sur l’Organisation Communale fait obligation aux Maires d’élaborer le Schéma d’Aménagement de leur Commune.

16Le Sous-Système de Planification Spatiale est concerné par la localisation et la répartition de la population, des activités économiques, des infrastructures et équipements à tous les niveaux géographiques (National, Départemental, Communal et Local). Il étudie les vocations et les potentialités du pays, en recherchant leur utilisation optimale pour arriver à moyen et long terme à l’amélioration du cadre de vie de la population. Il vise également l’intégration et l’articulation physique du territoire à tous les niveaux géographiques, en vue de favoriser les échanges de biens et services.

17Le Sous-Système de Planification Spatiale n’analyse pas les secteurs en soi, comme dans le Sous-Système de Planification Sectorielle, mais les étudie en fonction de leur répartition à travers l’espace. De même que les projets n'ont une importance pour la Planification Spatiale qu’en fonction de leur localisation, de leur répartition et de leur impact sur le plan spatial, les grands agrégats macro-économiques, tels que l’emploi, le revenu, l’investissement, le crédit, intéressent également, la Planification Spatiale dans la mesure où ils peuvent contribuer pleinement au développement et à l’amélioration des conditions de vie de la population à tous les niveaux géographiques. Certains pays qui ont une longue tradition, dans le domaine de la Planification Spatiale, ont pu même arriver à établir des Comptes Régionaux.

18Depuis les années 80, un système d’informations géographiques est mis en place à partir des enquêtes réalisées périodiquement au niveau des 9 départements du pays par les Directions départementales sectorielles (Santé, Education, Agriculture, Commerce et Industrie) et les Directions départementales et de l’Aménagement du Territoire du Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (M.P.C.E.). C'est l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (I.H.S.I.) qui informe le sous-système de planification spatiale. Il se pose actuellement un problème d’actualisation des données de base relatives à la production agricole régionale, au revenu régional et à l’emploi régional. La nécessité de la mise en place d’un système d’informations géographiques actualisées se fait de plus en plus sentir. C’est actuellement l’une des préoccupations des Pouvoirs Publics qui ont déjà pris les dispositions nécessaires, en vue de l’élaboration d’un "Plan National de développement spatial" qui servira de guide à la préparation des Plans départementaux, suivant le voeu de la Constitution de 1987. C’est dans cette optique qu’un Séminaire-Atelier sur la Planification Décentralisée a été organisé à Port-au-Prince du 30 novembre au 4 décembre 1998.

19En général, les géographes, les économistes, les sociologues, les aménagistes participent toujours à l’élaboration des Plans de développement ou des Schémas d’Aménagement du Territoire en Haïti. Ils sont partie prenante des aides à la décision, mais il y a tellement à faire dans un pays aussi sous-développé qu’Haïti que les faibles moyens dont on dispose ne suffisent pas à résoudre les problèmes les plus cruciaux qui s’amplifient au fil des ans, d’autant plus que le pays a toujours vécu dans une situation de crise politique, économique et sociale quasi permanente.

Du plan national au plan départemental (la constitution de 1987)

20La Constitution du 29 mars 1987, tant du point de vue de son esprit que de sa lettre, manifeste une volonté réelle de créer tous les mécanismes propices à l’émergence d’une véritable décentralisation en Haïti avec la participation effective de la population aux prises de décision la concernant. En effet, la nouvelle Charte, en son article 81, confie la responsabilité d’élaborer les Plans de développement du Département au Conseil Départemental qui devra collaborer en cette matière avec l’Administration Centrale. Ce Conseil a, non seulement, un rôle de conception, mais également de gestion et d’exécution du Plan Départemental. Il dispose, pour cela, des moyens financiers les plus grands, soit provenant du budget de l’Etat, soit de ressources locales directes, fiscales et d’emprunt. Il administre ses ressources financières au profit exclusif du Département (cf. Art. 83).

21La Constitution de 1987 fait obligation à l’Etat de prendre toutes les dispositions nécessaires pour améliorer le cadre de vie de la population. Les articles 22, 23 et 87.4 sont très explicites à ce sujet:

"L’Etat reconnaît le droit de tout citoyen à un logement décent, à l’éducation, à l’alimentation et à la sécurité sociale" (Art. 22)

"L’Etat est astreint à l’obligation d’assurer à tous les citoyens dans toutes les collectivités territoriales les moyens appropriés pour garantir la protection, le maintien et le rétablissement de leur santé par la création d’hôpitaux, centres de santé et de dispensaires"(Art. 23)

"La décentralisation doit être accompagnée de la déconcentration des services publics avec délégation de pouvoir et du décloisonnement industriel au profit des Départements"(Art. 87.4)

22La concrétisation de toutes ces dispositions de la Constitution de 1987 suppose l’existence d’un cadre de Planification Nationale :

  • Pour assurer la cohérence des Plans Départementaux entre eux, comme à l’égard des grands équilibres internes et externes ;

  • Pour assurer une conformité des Plans Départementaux à l’égard des options nationales en matière d’Aménagement du Territoire et des autres objectifs nationaux éventuels ;

  • Pour programmer et exécuter certains investissements publics qui dépassent le seul cadre départemental, par exemple, en matière de transports (routes, aéroports, ports) ou d’enseignement supérieur ;

  • Pour effectuer des études techniques ayant une portée nationale : études sectorielles verticales intéressant, par exemple, des choix de filières ou études horizontales : crédit, commerce extérieur, prix et revenus relevant de la politique économique.

23La Constitution du 29 mars 1987 a envisagé un certain nombre de garde-fous aux fins d’asseoir les bases de la décentralisation en Haïti. L’article 66 stipule que la Commune a l’autonomie administrative et financière. Le Département est également autonome (Article 77) et les finances du pays sont décentralisées (Article 217) : une portion des revenus publics doit être attribuée aux collectivités territoriales.

24Le Plan Départemental devra, autant que possible, tenir compte des grandes orientations et objectifs nationaux ; et surtout, il faut dépasser une approche trop limitée dans l’espace qui ne pourrait que buter sur une utopique autarcie départementale et condamner à la stagnation les Départements moins favorisés réduits à leurs seules ressources. Il n’est, pour eux, de salut que dans des manifestations concrètes de la solidarité nationale, sous forme de transferts technologiques et financiers, seuls susceptibles de rompre le cercle vicieux de la pauvreté et d’amorcer le décollage de leur économie. Certes, il convient de rechercher, dans tous les cas, les solutions adaptées aux problèmes spécifiques de chaque Département et une analyse approfondie des structures et des flux départementaux constitue le préalable souhaitable à toute action d’envergure.

25Il est évident que l’on ne saurait prétendre à une politique autonome de développement économique départemental. Celui-ci ne peut valablement se concrétiser que comme une partie articulée d’un tout. Seule l’intégration fonctionnelle permet durablement l’augmentation du revenu des habitants du Département parce qu’il est lié à la croissance harmonisée d’un ensemble d’un ordre supérieur. L’Aménagement du Territoire doit définir l’utilisation de l’espace national, assurer et choisir les compatibilités des désirs des Départements. Il ne saurait exister de politique départementale valable qui ne s’inscrive dans une perspective nationale d’Aménagement du Territoire. Ainsi, veiller à la cohérence interne des actions de développement entreprises au niveau départemental et assurer leur cohérence avec la politique nationale de développement constitue donc l’impératif technique de toute politique d’Aménagement du Territoire. Cela signifie que les actions de développement départemental ne doivent pas être envisagées ponctuellement, mais doivent s’insérer dans une politique d’ensemble.

Instruments méthodologique d'élaboration du plan départemental

26L’élaboration d’un Plan Départemental suppose certains pré-requis comme :

  • L’inventaire et la disponibilité des ressources humaines qualifiées dans le domaine de la Planification Spatiale ;

  • L’inventaire des potentialités économiques du Département ;

  • L’inventaire démographique ;

  • L’inventaire socio-économique (enquête budgets de consommation) ;

  • L’inventaire des moyens financiers disponibles pour permettre au Département de décider des actions à entreprendre.

27Les instruments de Planification Départementale sont les suivants :

  • Les grandes orientations économiques et sociales au niveau national ;

  • Le Schéma National d’Aménagement du Territoire ;

  • Le Schéma d’Aménagement départemental ;

  • Le Schéma d’Aménagement communal ;

  • Le Schéma d’Aménagement urbain ;

  • Le Schéma d’Aménagement rural.

28Tout Plan Départemental doit contenir, au moins, les éléments suivants :

  • Le cadre physique et administratif du département,

  • Le diagnostic départemental,

  • Les objectifs départementaux,

  • Les stratégies et politiques départementales,

  • Les programmes et projets départementaux.

Rôle des instances sectorielles de planification des collectivités territoriales

29Les instances sectorielles de planification, ainsi que les collectivités territoriales ont un rôle primordial à jouer dans l’élaboration du Plan Départemental. Les Directions Techniques des ministères et des organismes autonomes établies à l’échelle départementale doivent servir de courroie de transmission de toutes les informations disponibles au niveau central et dont le Conseil Départemental aura besoin pour l’élaboration du Plan Départemental. Elles constituent, avec les Directions Départementales du Ministère de la Planification et de la Coopération Externe, le noyau technique qui collaborera étroitement avec le Conseil Départemental pour l’élaboration du Plan Départemental.

30En ce qui concerne les Collectivités Territoriales, elles comprennent la Section Communale, la Commune et le Département (Article 61). Comme chacune de ces entités possède une Assemblée (Communale, Municipale et Départementale) et un Exécutif (Conseil d’Administration de la Section Communale, Conseil Municipal, Conseil Départemental), la concertation pourra se faire à partir de l’identification des besoins de la population à des niveaux différents. Un consensus devra être trouvé, en vue de l’intégration des diverses actions pour former un ensemble cohérent et solidaire.

31Ces entités devront également se concerter avec le Délégué Départemental, représentant de l’Exécutif, assurant la coordination et le contrôle des services publics (Article 86), ainsi qu’avec le Conseil Interdépartemental qui, de concert, avec l’Exécutif, étudie et planifie les projets de décentralisation et de développement du pays, au point de vue social, économique, commercial, agricole et industriel (Art. 87.2). Ainsi, toutes les structures publiques sus-mentionnées devront obligatoirement rechercher la participation de la population civile et du secteur privé dans le processus d’élaboration du Plan Départemental.

32Les divers pré-requis mentionnés aux points III et IV ont été mis partiellement en place. Seul l’inventaire démographique et des potentialités économiques des départements a été réalisé, mais les informations devront être actualisées. Le même problème se pose pour le Schéma National d’Aménagement du Territoire qui date de mars 1981. Tous les mécanismes prévus par la Constitution de 1987, tels les Conseils Départementaux et Interdépartementaux (qui doivent élaborer les Plans départementaux et choisir les projets à mettre en place), les Assemblées départementales, les Assemblées communales et les Assemblées des sections communales (qui doivent assurer la participation de la population aux prises de décision la concernant) ne sont pas encore mis en place.

33Depuis le vote de la Constitution de 1987 qui prône la décentralisation, le pays a connu une période de 4 ans de transition vers la démocratie avec l’élection du Président Aristide qui prêta serment en février 1991. Après 7 mois de gouvernement, il fut victime d’un coup d’Etat militaire, le 30 septembre 1991, qui dura trois ans. De retour au pouvoir en octobre 1994, le Président Aristide passa un an et quatre mois à préparer les élections législatives et présidentielles. Le Parlement a été renouvelé en 1995 et en février 1996, le pouvoir fut transmis au Président Préval. Depuis environ 20 mois, le pays connaît une crise politique sans précédent. Trois Premiers Ministres désignés par le Président de la République ont été rejetés par le Parlement. Ce n’est qu’en décembre 1998 qu’un nouveau Premier Ministre a été ratifié par les deux chambres. Il devra former son gouvernement et présenter sa déclaration de politique générale pour qu’il puisse entrer en fonction s’il est agréé par le Parlement.

34Dans cette atmosphère de crise généralisée, depuis environ dix ans, on n’a pas pu réaliser grand chose au niveau des départements en terme de mise en place des structures décentralisées. Tout au plus, le gouvernement actuel a pu réaliser certains travaux au niveau des secteurs suivants : Education (construction et rénovation de plusieurs lycées), Travaux Publics (infrastructures routières et construction de ponts), Agriculture (Réforme agraire dans les départements de l’Artibonite et du Nord-Est, augmentation de la production de riz dans la Vallée de l’Artibonite, grâce à l’aide d’une mission chinoise de Taïwan). Des fonds sont fournis par le Ministère de l’Intérieur aux Collectivités Territoriales pour les aider à réaliser certains micro-projets.

Conclusion et perspectives

35Les perspectives qu’ouvre la Constitution du 29 mars 1987 sont intéressantes, à plus d’un titre. Si les moyens financiers nécessaires sont mis à la disposition des Collectivités territoriales et locales, si ces dernières sont en mesure de les gérer efficacement et honnêtement au niveau de l’exécution de projets de développement spécifiques, si la structure organisationnelle départementale prévue est effectivement mise en place, si les ressources humaines qualifiées et compétentes sont utilisées pour dynamiser les structures prévues et si, enfin, la volonté politique de changement anime les Responsables à tous les niveaux de la hiérarchie administrative, il est indéniable que le progrès économique et social se matérialisera à brève échéance, au bénéfice de la nation toute entière.

36La nouvelle approche permettra de généraliser le développement sur l’ensemble du territoire national, grâce à des actions de développement mieux encadrées, mieux coordonnées et mieux intégrées. Il s’agit, en fin de compte, d’harmoniser les ressorts territoriaux des services déconcentrés de l’Etat, de manière à faciliter une meilleure utilisation des ressources disponibles et à favoriser la convergence des actions répondant aux intérêts et aspirations des populations.

37Enfin, l’élaboration du Plan Départemental permettra de créer un processus dynamique dans notre système traditionnel de planification, en rendant possible la mise en place de Programmes d’actions à l’échelle départementale et locale avec la participation pleine et entière des collectivités concernées, car ces Programmes conçus en fonction des spécificités de chaque département, de ses potentialités, des besoins et aspirations de sa population ont un impact beaucoup plus positif sur le développement que lorsqu’ils sont élaborés au niveau central sans préoccupations spatiales.

Haut de page

Bibliographie

Bernardin (E.A.), 1995, "L’Espace Caraïbéen", L’Evolution économique des Grandes Antilles de 1950 à nos jours, Editions des Antilles S.A.

Banque de la République d'Haïti, Rapport annuel 1996/1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ernst A. Bernardin, « La planification régionale en Haïti », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 84, mis en ligne le 16 mars 1999, consulté le 27 août 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/4840 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4840

Haut de page

Auteur

Ernst A. Bernardin

Docteur en Géographie
Université de Bordeaux III
Doyen
Faculté d’Ethnologie (Haïti)
Professeur
Université d’Etat d’Haïti (U.E.H.)
Professeur
Université Quisqueya (Uniq)

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page