Navigation – Plan du site
2007-2006
Ambulantage et métropolisation
368

Vendeurs ambulants à Rio de Janeiro : expériences citadines et défis des pratiques urbaines

Street Vendors in Rio de Janeiro: civic experience and urban social practices
Maria De Fatima Cabral Gomes et Caterine Réginensi

Résumés

Notre article vise à apporter des éléments de connaissance du commerce ambulant dans différents espaces de la métropole de Rio de Janeiro. Qui sont ces vendeurs ? Comment utilisent ils leurs relations et leurs réseaux pour mettre en place leur activité économique ? Enfin comment entrent-ils en conflit avec le pouvoir public pour négocier l´espace de travail au quotidien ? Sont les principales questions que nous avons abordées.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article reprend une communication présentée au Séminaire international “Commerce et mobilités urbaines à l’heure de la métropolisation”, Mexico, 11-13 juillet 2005 (Centre d’études mexicaines et centraméricaines, Universidad Autónoma Metropolitana Iztapalapa, Universidad Iberoamericana D.F.) et fait partie du dossier thématique « Ambulantage et métropolisation » (coord. Jérôme Monnet) publié par CyberGEO.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Cette recherche est liée à un accord de coopération entre deux laboratoires de Rio de Janeiro et u (...)

1Cet article rend compte partiellement d´une recherche intitulée Commerçants ambulants dans les espaces publics à Marseille (France) et Rio de Janeiro (Brésil) : expériences et ambiances urbaines confrontées au développement urbain durable1. Notre propos consiste à comprendre comment se construit l’identité professionnelle et sociale du commerçant ambulant dans les rues, places et plages de Rio de Janeiro. Notre analyse va prêter attention au travail au quotidien des vendeurs mais également aux différentes stratégies développées par ces commerçants ambulants qui sont confrontés aux politiques de développement urbain.

2Les hypothèses de travail qui ont guidé notre démarche sont les suivantes :

    • 2  Les dichotomies formel/informel, légal/illégal (à ce propos voir Lautier, B. 2004)doivent être rem (...)

    Considérant le commerce ambulant comme faisant partie du marché informel du travail mais aussi que le développement de cette activité est en étroite relation avec le marché formel 2 jusqu’à devenir la principale source de revenus pour de nombreuses familles, nous nous sommes demandées : En quoi les conseils, les informations, les exemples de leur entourage familial, amical ou encore d’autres liens ou d’autres ressources (matérielles et/ou symboliques) facilitent – ils ou pas le développement de ce travail de commerçant ?

  • Par ailleurs, face aux formes diverses d’institutionnalisation des pratiques de commerce ambulant et aux formes de répressions de la part du pouvoir public, les vendeurs répondent de façon contrastée. N’ y a-t-il pas un risque de voir s’affaiblir « l’esprit inventif et entreprenant » de ces commerçants de la rue et à la rue ? Comment participent- ils de l’économie urbaine souterraine et que révèlent les modes d’organisations collectives qu’ils mettent en place ?

3Une première partie de notre article présente une réflexion sur le travail informel dans le contexte de la métropole de Rio de Janeiro, en s’appuyant sur les résultats d’une enquête menée auprès de 101 vendeurs. Sur la base de ce travail empirique, nous allons mettre l’accent sur l’étude des réseaux sociaux qui peut être à la fois une technique de terrain utile et un outil d’analyse pour comprendre l’expérience des vendeurs ambulants.

4Une deuxième partie propose un débat sur le thème du conflit pour l’usage de l’espace, sur le défi des formes d’institutionnalisation des pratiques de vente ambulante dans la ville. Les différents acteurs qui mettent en œuvre le développement de la métropole et, y compris les habitants, affrontent plusieurs défis tels que l’urbanisation des quartiers de favelas, l’institutionnalisation de pratiques liées aux commerces et services informels et enfin, la participation à la vie politique de l’échelle du quartier à celle de la ville.

5Nous nous sommes interrogées sur le rôle des marchés populaires dans les quartiers, sur celui des Gardes municipaux ou encore sur les formes d’action collective que les vendeurs mobilisent, en utilisant des entretiens auprès des différents acteurs et une lecture suivie de la presse locale. Nous avons, suite à des observations répétées, déterminé trois lieux dans la ville (voir Carte de localisation des lieux d’enquête) :

  • Copacabana qui est un lieu emblématique, la « carte postale » de la ville, où la présence de vendeurs ambulants se manifeste sur la plage, sur les trottoirs et dans les espaces des foires à l’artisanat (Feira do Lido : 172 stands et la Feira nocturna : 284 stands ;

  • Lemarché populaire de Uruguaiana, appelé Camelódromo et situé dans le centre-ville à proximité du quartier des affaires, des banques et de la toute puissante industrie Petrobras ;

  • Rocinha, favela devenue officiellement quartier en 1992 (cf. www.rocinha.com.br), qui compte parmi ses habitants de nombreux migrants originaires du Nordeste, développant une activité de commerce ambulant dans les rues et dans un nouvel espace : le marché populaire Mercado Popular da Rocinha qui comprend 166 box (cf. www.arcoweb.com.br).

Source : Institut Pereira Passos, modifiée par nos soins

Carte de localisation des lieux d’enquête

6Sur chaque lieu, nous avons sélectionné, de manière aléatoire, des vendeurs sur l’espace institutionnalisé (marché, foire) et des vendeurs dans les interstices, sur les trottoirs, sur le sable. Nous avons procédé à une enquête par questionnaire auprès de 101 vendeurs ambulants. Ce questionnaire se compose de différents points qui abordent : les données concernant l’individu (âge, sexe, niveau d’études, situation familiale, lieu de résidence au moment de l’enquête), la trajectoire professionnelle du vendeur ambulant sur les 5 dernières années, ses conditions de travail, de déplacements, de revenus, sa participation ou non à un syndicat d’ambulants au moment de l’enquête, sa connaissance ou non de projets concernant sa profession. Un point est uniquement consacré aux relations. Cette partie comporte deux formulaires : un qui comprend les noms des personnes citées par l’ambulant (générateurs de noms) et intègre le type d’aide reçue, les discussions autour du travail ainsi que de la fonction de la personne citée. Enfin le deuxième formulaire va reprendre les deux premiers noms cités et développer quelques questions complémentaires. Les données recueillies, une fois traitées, ont servi à alimenter une base de données pouvant être actualisée régulièrement.

7Par ailleurs, nous avons procédé à des entretiens auprès des acteurs chargés de « légaliser » les pratiques des vendeurs ambulants dans les espaces publics (services de la Mairie de Rio) et auprès du leader du Mouvement Uni des Camelots.

La construction de l’identité du vendeur ambulant à Rio de Janeiro

8Il existe une tradition importante de commerce ambulant au Brésil, qui trouve ses origines à l’époque coloniale. Ainsi les colporteurs qui vendaient et achetaient à domicile étaient appelés “pregoeiros” parce qu’ils s’annonçaient en criant le nom des marchandises. Ces marchandises étaient proposées, au quotidien, au domicile du consommateur et offraient un choix de produits très divers, allant du charbon en passant par les fruits et légumes, les glaces et sorbets, ou encore le lait frais, le pain ou des petites sucreries de différentes types (gâteaux, petits fours...) et, la plupart du temps, ces marchandises étaient cultivées ou fabriquées par le propre vendeur ambulant. Dans le cas de l’achat de produits, il s’agissait principalement de bouteilles vides et de journaux que le marchand récupérait aux domiciles des consommateurs.

9Au fil du temps, on perçoit une décadence de cette forme de vente due à l’industrialisation et à la commercialisation des produits de consommation au travers des grands réseaux de distribution et des chaînes de supermarchés qui vendent ces produits meilleur marché ; en outre, le consommateur “moderne” préfère faire ses courses pour le mois ou la semaine et rentabiliser son temps au quotidien.

  • 3  Chaussons farcis avec de la viande, du poulet, des crevettes, coeurs de palmier, fromage...

10Par ailleurs, les vendeurs qui récupéraient les bouteilles et les journaux ont aujourd’hui disparu car ce travail est assuré par les services municipaux qui recueillent les ordures ménagères et les déchets pour les recycler. Cependant, malgré ces évolutions, certaines traditions du commerce ambulant se perpétuent car il existe une vraie culture de manger dans la rue, notamment des plats typiques originaires du Nordeste brésilien et surtout de Bahia et on trouve toujours différents points de vente qui proposent ces plats en même temps que d’autres plus industriels comme les hot-dogs, gâteaux ou empadas3. On trouve aussi des produits industrialisés de marque locale parmi lesquels, par exemple, les glaces de la marque Kibon.

11Au fil de notre réflexion sur le commerce ambulant, nous avons considéré que ce type de commerce appelé informel ou ambulant pouvait être vu sous l’angle de services et qu’il n’était pas un objet précis mais au contraire imprécis et fluide (Monnet : 2001) et nous avons considéré que l’économie de services trouve aussi sa place dans la ville. Ainsi, il est courant de trouver, dans les rues, à proximité de magasins, des jeunes qui distribuent des prospectus et autres publicités pour entraîner la clientèle vers tel ou tel magasin. En relation avec la violence urbaine, de nouveaux services ambulants sont offerts (que nous n’avons pas étudié dans cette recherche) comme la surveillance de véhicules qui restent en stationnement dans les rues commerçantes. Sur ce point, le formel et l’informel s’imbriquent car la Mairie a un service de gardiens de voitures, les magasins aussi, et certains individus travaillent pour leur propre compte ou encore pour des entreprises privées.

Ambulants, camelots, informels : des catégories à déconstruire

S’il est vrai que partout s’étend et se précise le quadrillage de la surveillance, il est d’autant plus urgent de déceler comment une société entière la détourne, quelles procédures populaires jouent avec les mécanismes de la discipline.

Michel de Certeau (1990)

Une spatialisation des pratiques sociales du commerce ambulant

12On entend souvent dire « les ambulants sont partout dans Rio et que, suivant les périodes de l’année, leur présence dans les rues, places de la ville devient intense». Certes les ambulants sont partout mais nous ajouterons : pas n’importe où ! En effet, leur installation près des établissements bancaires, des magasins, des arrêts de bus, des foires à l’artisanat, des marchés, sur les plages de la ville, est en relation avec les flux de clients qu’ils sont susceptibles de capter.

13Nous remarquons aussi que plusieurs manières de nommer le vendeur ambulant existent : ambulant (ambulante), ambulants des sables (ambulantes da arreia), camelot (camelô), forain (feirante). Et ces dénominations sont souvent en lien avec le lieu : ambulants dans les rues et les plages, camelot au centre-ville et forains dans les marchés et foires. Ensuite sont apparues plusieurs appellations pour désigner leur support de travail, que nous avons tenté de traduire, d’une manière encore très approximative : kiosque (banca), point de vente plus ou moins mobile ou étal (ponto), stand (barraca), box (Boxes) en dur de 1m50 sur 1m50 , fermé par des grilles ou des rideaux de fer.

14Nous avons, suite à ces observations répétées et la lecture de travaux récents sur la question du commerce ambulant au Brésil et à Rio (Sena : 2002, Andrade & Gomes : 2003, Dernoncourt : 2003, Castañeda : 2003), réfléchit à la façon de caractériser les pratiques de vente ambulante et de prendre en compte, dans la construction de l’identité du vendeur, tout un ensemble de relations sociales qui se jouent dans les espaces urbains. Nous devons considérer - outre le fait que les relations se construisent dans une dimension symbolique, autrement dit avec l’image que les uns et les autres se fabriquent dans l’interaction - que les échanges marchands se situent dans la confrontation de trois types d’espaces : un espace physique, matériel caractérisé par de certaines ambiances, un espace de relations complexes, un espace du politique. Ces espaces participent à la construction des identités urbaines et certaines pratiques produisent un type d’identité collective. L’ensemble de ces différents espaces constituant un espace public, ouvert à tous où chacun devrait pouvoir circuler librement. C’est sur ce point que les difficultés surgissent considérant que l’espace public est un espace qui fournit aux citoyens des outils pour exprimer des droits fondamentaux : liberté de la presse, droit de manifester ses opinions et droit de se réunir (Claval, in Ghorra-Gobin : 2001) ; droits fondamentaux à toute démocratie ce qui est un véritable paradoxe au Brésil (Peralva : 2002). Par ailleurs, on ne mentionne jamais le droit d’exercer une activité commerciale ; or, une grande partie des espaces ouverts au public sont transformés en lieux d’activités marchandes, en lieu de l’action collective (Joseph : 1993), transgressant ainsi l’ordre du politique.

  • 4  Ces deux auteurs indiquent très justement que l’usager se distingue de l’utilisateur car sa relati (...)

15Dans notre recherche, la première tâche a été de sélectionner des lieux pour montrer la spatialisation des pratiques et une de nos préoccupations a été de définir les différents espaces choisis en fonction du vécu des acteurs. Nous avons admis la notion de mise en scène de la vie quotidienne dans le sens de Goffman (1973) comme moyen d’analyse théorique de cette quotidienneté. Nous proposons une première lecture par séquences des lieux où se trouvent en coprésence : ambulants, passants, clients, touristes, Gardes municipaux et où se croisent des flux piétonniers et de véhicules (cf. annexe : schémas d’implantation du commerce ambulant et des flux). Cette approche des dispositifs matériels de l’espace de travail des ambulants nous a permis de commencer une exploration de l’espace public comme espace de conflits et de régulation, qui mériterait d’être systématisée et approfondie en y ajoutant la notion d’ambiance, définie comme situation sociale autorisant la sensibilité à l’autre (Amphoux, Thibaud, Chelkoff : 2003). Notre but est d’apporter une compréhension plus large des appropriations de l’espace par les usagers (Mello, Vogel : 2002, p. 164)4 que sont, entre autres, les vendeurs ambulants.

Le commerce ambulant, travail informel : des notions à discuter

Nous considérons que le commerce ambulant est un phénomène croissant dans les grandes métropoles démontrant une adaptation des services urbains au capitalisme flexible qui a comme résultat une restructuration du travail (rôle croissant de la logistique et de la sous-traitance, précarisation de l´emploi) et du processus de reterritorialisation des activités productives (Cocco, 2000).

16Au Brésil, selon les données disponibles de l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques, 2000), 45% des travailleurs des principales régions métropolitaines du Pays sont employés dans le secteur formel, contre 55% dans le secteur informel, ce qui correspond à une grande partie de la population active du pays.

  • 5  On doit comprendre Etat dans le sens de pouvoir public incluant les différentes échelles politique (...)

17L’informalité doit être ici comprise non seulement comme faisant référence à des aspects du marché du travail, comme le sous emploi par exemple, mais aussi en rapport avec tout un éventail de situations qui montrent l’absence de régulation et/ou en dernier lieu l’absence d’intervention de l’Etat5. Dans ce sens, il s’agit de relations de travail qui n’offrent pas de protection sociale, et dont le cadre juridique est souvent flou et qui, de nos jours, ont tendance à augmenter et à se consolider. Les principaux acteurs sont des travailleurs qui sont en dehors des relations de travail salarié et qui occupent des activités de travailleur indépendant ou de salarié non déclaré. Dans notre recherche empirique, cette catégorie apparaît clairement ; la plus grande partie des vendeurs ambulants se sont déclarés indépendants et se sont plaints du coût élevé des prestations notamment pour prétendre à une retraite.

18La thématique de l’informalité a connu un intérêt croissant qui se reflète dans de nombreuses études, à partir des années 1980, dans le contexte de la flexibilisation du travail et de la restructuration de la production. L’impossibilité de généraliser le salariat selon le modèle fordiste a fait s’étendre de manière considérable les poches de pauvreté dans les métropoles brésiliennes et a augmenté le volume déjà important de l’économie de survie. De nos jours, cette question de l’informalité se complexifie et, en référence à la mondialisation, de nouvelles formes d’informalité apparaissent venant s’ajouter à cette économie, plus ancienne, de survie. Cependant, il convient de montrer que cette informalité agit de manière diversifiée et selon des modalités diverses dont une est l’intégration, partielle mais néanmoins croissante, des populations considérées comme « pauvres », au marché.

19En réalité, on observe, ces dernières années, que la « modernité » s’imbrique à la « tradition » et que dans le secteur informel les deux formes vivent bien ensemble. Dans ce sens, on peut dire que des formes dites traditionnelles sont « recréées », en prenant des caractéristiques spécifiques, différentes de celles qu’elles avaient par le passé mais agissant en conformité avec le système économique et social en vigueur. Ainsi, l’informel et la survie font partie de ce scénario bien que leur existence soit niée (Theodoro : 2004). C’est dans ce contexte que Martins (2003) fait remarquer les incertitudes et les défis que représente la question de l’exclusion sociale au Brésil. Il faut aussi souligner le rôle de l’idéologie néolibérale qui a contribué à revaloriser l’informalité, voire à défendre la thèse selon laquelle le problème se trouve dans le marché formel et non pas dans l’informalité (De Soto : 1987).

  • 6  Nous nous référons au concept d’exclusion entendu comme un processus qui interagit toujours avec u (...)

20Suscitant de grandes discussions, l’informalité a révélé les différentes facettes du débat. Une manière d’aborder cette question consiste à situer cette économie sous l’angle de la production et de montrer ses relations avec l’économie formelle ; une autre façon de voir les choses est de relier l’informalité à la question de l’accès à l’espace public ou encore au débat sur l’exclusion dans le cadre de la globalisation de l’économie. Sur ce dernier point, nous insistons pour dire que la problématique historique de l’exclusion6, dans le cas du Brésil, a une relation directe avec le phénomène appelé informalité. Et nous défendons l’idée que l’augmentation de l’activité de commerce ambulant est liée à l’absence d’emploi et à l’aggravation du chômage structurel dans le marché de travail formel ainsi qu’à la diminution du travail salarié et au recul des luttes syndicales.

21En revenant à la question des vendeurs ambulants, on peut dire qu’ils occupent une partie du débat qui traverse à la fois les institutions publiques responsables de la gestion de la ville, les médias qui, d’une certaine manière reproduisent le malaise que cette activité de la rue provoque chez les classes dominantes et aussi le monde académique qui s’en mêle en voulant, outre comprendre, proposer des « solution » pour ce phénomène ancien qu’est le commerce ambulant, qui prend une nouvelle dimension dans un contexte de crise économique initiée dans les années 1970. Les données que nous avons recueillies dans cette recherche, montrent que le chômage structurel est le principal responsable de l’éviction des camelots du marché de travail formel. Cependant, cette activité peut aussi être perçue comme une stratégie de résistance à des formes de travail plus subordonnées et mal rémunérées. Dans cette approche, au delà de l’exclusion on fait apparaître la création de nouvelles formes d’action dans le monde du travail, à la recherche d’alternatives, malgré les conditions de précarisation qui conditionnent l’activité des vendeurs ambulants. Ainsi, il convient de faire ressortir du discours des camelots eux-mêmes les points qu’ils considèrent positifs dans l’activité qu’ils déploient et dans l’autonomie à laquelle ils accèdent dans la réalisation de leur travail, en terme de flexibilité d’horaires et de revenus qui sont toujours supérieurs au salaire minimum. Il devient alors visible que cette activité est une alternative aux conditions de travail très précaires dans le marché formel, notamment en ce qui concerne la rémunération.

22Nous considérons les ambulants comme des acteurs de la vie urbaine brésilienne qui, malgré les processus d’exclusion, de déguerpissement et de vulnérabilité auxquels ils sont confrontés au quotidien, démontrent leur capacité à occuper de nouveaux espaces dans les villes et à développer de nouvelles activités provoquant une réorganisation spatiale de la distribution.

23Ces pratiques informelles, et particulièrement le commerce ambulant impliquent des modes de vie et de travailler qui s’entrecroisent et, de fait, au jour le jour, les vendeurs ambulants coproduisent des façons de vivre et de travailler indissociables l’une de l’autre. On peut ainsi mieux comprendre les longues journées de travail décrites par nos interviewés. D’autre part, l’analyse des dimensions symboliques de la vie des vendeurs ambulants et des relations qu’ils tissent dans la ville devient fondamentale pour comprendre comment se configure l’activité qu’ils développent.

Une approche par les relations et les réseaux

24Les vendeurs ambulants constituent un groupe social particulier dont les formes d’insertion urbaine sont diversifiées. La plupart d’entre eux apprennent à évaluer les ressources disponibles dans l’espace urbain et mettent en jeu des compétences d’individus qui s’appuient sur des expériences et des savoirs faire, mais aussi sur des réseaux sociaux. Notre approche a privilégié le capital social (Bourdieu : 1980, Lin : 1995) et les ressources actuelles ou potentielles du vendeur ambulant. Nous avons essayé d’appréhender le réseau personnel des ambulants c’est à dire l’ensemble des relations qui leur permettent d’accéder à différentes ressources (informations, argent, objets, protection..), mais également l’ensemble des liens qu’ils tissent dans le milieu urbain (Barnes, in Mitchell : 1969).

25Dire que les individus ont des relations semble aller de soi. Plus encore au Brésil qui est une société basée sur les relations personnelles (Da Matta, 1989) et où l’appartenance à un réseau de relations (voisins, parents, amis) constitue une ressource et parfois même une richesse plus significative que le revenu que possède l’individu. Une relation c’est du temps passé ensemble (des interactions répétées) qui produit de la confiance, des émotions (plus ou moins intenses) et des échanges de services (Grossetti : 2002). Que signifient ces liens que l’analyse de réseaux nomment « faibles ou forts » (Ganovetter : 1973) ? Les liens faibles représentent les liens entre deux acteurs comportant une faible intensité émotionnelle ; les liens forts sont des liens entre deux acteurs comportant une grande intensité émotionnelle. Dans notre enquête, les vendeurs ambulants vont privilégier des relations permettant, dans l’interaction, d’accéder au minimum à des informations qui peuvent évoluer en ressources (matérielles, financières ou symboliques), permettant des échanges et parfois servir à réguler quelques conflits.

  • 7  Sur les 101 individus interrogés par questionnaires 22 ont été sélectionnés pour répondre aux ques (...)

26Notre analyse porte sur 19 vendeurs révélant 78 relations7. Les individus ont été interrogés sur les trois espaces urbains (Copacabana, Uruguaiana et Rocinha), mais c’est à Rocinha que nous avons administré les questions sur les réseaux en plus grand nombre (au total 12 sur 19), quasiment sur la moitié de l’échantillon total (30 questionnaires sur 101 ont été administrés à Rocinha car nous avions plus de connaissance du milieu pour effectuer notre enquête).

La taille des réseaux, le type d’aide mobilisée, l’évolution des relations

27 Aucun individu n’a de réseau de taille zéro. Un individu a cité 1 seule personne avec qui il a obtenu des informations, un appui matériel et financier et avec qui il est toujours en relation, depuis le début de son activité comme ambulant : c’est son fournisseur. Un autre individu citera 6 personnes.

Un parcours dans la ville, un choix de vie, une compétence :

  • 8  1 real brésilien équivaut à 0,33 euros (avril 2005) ; un salaire minimum mensuel est égal à 260 re (...)

N.., a 39 ans il est originaire de l’Etat de Bahia. Il sait juste lire et écrire. Il habite depuis plus de 20 ans à Rio, au nord de la ville, à l’Ilha do Governador Il a travaillé comme maçon, emploi déclaré (com carteira assinada) et cela pendant 12 ans. Il gagnait l’équivalent de 5 salaires minimum8. Mais il y a un peu plus de deux ans, il a décidé de changer d’activité et de devenir vendeur ambulant pour faire ce qui lui plaît, décider de ses horaires et son choix s’est porté alors sur la plage qui offre une clientèle importante de touristes locaux et internationaux. L’hiver, il travaille à Copacabana et l’été, il va à Barra. Il a sélectionné son produit et son fournisseur : il vend des maillots de bain féminins et a étudié « le marché » : en fait, très vite il s’est aperçu qu’il y avait un problème avec les bikinis, la plupart du temps les femmes ont besoin d’une taille pour le haut et d’une autre pour le bas ! (Il a d’ailleurs une carte de visite tout à fait en rapport avec son analyse).

A partir de cette constatation, il a développé son activité économique. Tout d’abord, il a sillonné le quartier de Copacabana et a cherché des fournisseurs potentiels qui accepteraient de fabriquer des bikinis adaptés, cela lui a pris un certain temps car il voulait aussi que le maillot soit de bonne qualité : « quand on vend un bon produit, on a toujours des clientes ! » dit-il. Il finit par faire affaire avec un fournisseur qu’il considère comme un ami, c’est la relation qu’il citera en précisant ne le rencontrer que dans le cadre du travail. C’est chez ce fournisseur qu’il entrepose son stock et à qui il achète, chaque semaine, une centaine de maillots pour 1200 réais, maillots qu’il revend entre 20 et 25 réais pièces. Il explique aussi qu’il s’est constitué une clientèle fidélisée de femmes habitantes de Copacabana ou d’Ipanema et il va vendre à domicile. Il dira à ce propos : « j’ai des relations de confiance et malgré la violence dans la ville, mes clientes m’ouvrent leur porte ! »

Il se déplace de son quartier à la plage, sauf s’il pleut auquel cas il ne travaille pas, en bus (environ une heure trente de trajet). Il passe une heure à monter son parasol qui lui sert de présentoir pour les maillots qu’il accroche avec un système ingénieux, en fil de fer, autour des baleines du parasol. Il travaille de 9h à 17h en parcourant la plage. Une bonne journée ? C’est gagner 450 réais, un mois représente 3500 réais. Il pense qu’il y des choses simples à faire pour améliorer le quotidien des vendeurs ambulants comme par exemple avoir un badge et être enregistré à la mairie et, en contre partie, le vendeur devrait payer une taxe pour avoir le droit de vendre.

28Parmi les 19 vendeurs interrogés, nous avons une répartition par sexe de 10 femmes et 9 hommes. Les femmes vont citer 8 femmes et 7 hommes parmi leurs relations alors que les hommes vont citer 9 hommes et une seule femme. Les femmes citeront cependant plus de personnes de leur famille et en premier lieu leur mari ou compagnon du moment ou encore leur fils.

29Aucune caractéristique sociale précise n’est véritablement déterminante dans la taille des réseaux.

  • 9  Recherche PUCA 2002- Habiter quelle ville? Situations d’homogénéisation résidentielle et (re)défin (...)

30Le lieu d’origine avant l’installation à Rio est cependant un facteur à souligner et joue un rôle (à affiner) dans la taille des réseaux : en effet, la majorité des vendeurs qui ont répondu aux questions sur les réseaux étaient originaires du Nordeste brésilien (des Etats du Ceara, Pernambuco, Paraiba et Bahia) et on peut confirmer l’hypothèse que c’est dans la mobilité que se constituent les ressources des individus (Reginensi : 1996). Dans tous les cas, cette origine confirme le fait que les individus, en provenance de cette région la plus pauvre du Brésil, ne se trouvent pas dans un milieu impersonnel quand ils viennent habiter à Rio. Nous avons pu voir lors d’une enquête précédente9 que les différentes rencontres des individus, dans les rues de Rocinha, réactivent des liens de parenté ou de voisinage (au sens de voisins de la région de provenance et non pas du voisin actuel, avec qui nous le verrons les liens ne s’établissent pas, du moins dans l’aide apportée pour l’activité économique). Ces rencontres sont autant d’occasions pour transmettre de l’information mais servent aussi, de manière plus symbolique, à reconnaître le lien d’identification avec un proche ou une connaissance qui, à son tour reconnaît aussi ce lien. Il existe une véritable mise en commun de ces liens.

31Cependant, il convient de nuancer l’aspect « communautaire » de Rocinha. Il est vrai que les réseaux primaires à base familiale (Lomnitz : 1975, p.27) y jouent un rôle dans l’accès au logement ou aux services urbains et traduisent concrètement ce que l’on nomme communément le lien social. Mais, nous avons rencontré un nombre faible de personnes originaires du Nordeste, vendant sur le marché dit des nordestinos, ou marché de Boiadeiro. De plus en plus, Rocinha représente, par le fait de sa localisation, un lieu potentiellement intéressant pour le commerce ; des populations originaires de Rio ou de l’Etat de Rio et en situation précaire, viennent vendre au marché le dimanche et ont une autre activité de vendeur ambulant dans d’autres lieux de la ville. Autrement dit, le marché fait réseau et comme le soulignent Véronique Manry et Michel Peraldi, dans le cas de Marseille (2004 : p. 51) il lie les acteurs du dispositif marchand, tout autant que les réseaux préexistants reposant sur des appartenances communautaires. S’il existe une surreprésentation des vendeurs ambulants de populations issues de migrations interrégionales et en particulier du Nordeste l’explication n’est peut être pas à chercher dans des stratégies communautaires mais plutôt dans les nombreux liens qui permettent aux commerçants de la rue de mobiliser leurs relations sans être nécessairement redevables de solidarités organiques (Manry, Peraldi, op. cit.).

32Dans les réseaux, nous avons aussi considéré le type d’aide, au moment de commencer l’activité de vendeur ambulant (Tableau 1). L’analyse des aides apportées par les personnes citées par le vendeur ambulant indique aussi une différence entre hommes et femmes. Les hommes ont un réseau qui les aide pour monter leur activité et ils aident en retour en donnant des informations, en aidant financièrement ou matériellement. Les femmes ont évoqué plus souvent « l’appui, le soutien moral » que les hommes. Cela est en rapport avec les liens forts de référence (Tableau 2) : les femmes vont citer plus de membres de leur famille parmi les personnes qui les ont aidées et qu’elles aident. Ensuite, parmi les personnes citées viennent un autre ambulant ou un ami parfois, les deux se confondent ! On note aussi que dans les relations citées, les personnages politiques sont cités à nombre égal aux amis ; une de nos enquêtées a cité exclusivement trois personnes du système politique et a refusé de se considérer comme individu mais a replacé la question des liens dans une dimension collective : le groupe des ambulants. Si l’on ajoute le nombre de relations constituées par les membres de syndicats, les fonctionnaires de la ville et les fournisseurs, on obtient un nombre (7) quasiment égal à celui du cercle des amis (8). Ce qui suggère que les relations sont aussi, dans le démarrage de l’activité, constituées de liens autres que la famille. Aucun membre appartenant à une église n’a été mentionné, ni aucun voisin.

Tableau 1 : Le type d’aide

Tableau 1 : Le type d’aide

Tableau 2 : Les liens

33Ensuite, nous avons considéré que les ambulants forment certes des projets individuels mais que les coopérations, les accords sont indispensables pour se maintenir dans l’activité. Les réseaux sont avant tout un échange verbal et sont engagés dans le quotidien, au « le jour le jour » du vendeur ambulant. C’est au cours de cet échange que se constituent les ressources, que se forgent des opinions pour prendre des décisions, pour améliorer les conditions de travail ou encore pour résoudre des problèmes. Les relations des vendeurs s’établissent avec le temps et sont remises en cause régulièrement. La relation marchande, toujours selon Peraldi, est une relation de face à face mais il faut cependant comprendre que cette négociation permanente dépasse l’acte individuel et qu’elle intervient dans un contexte de rôles, de règles et de rapports de pouvoir. N’importe qui peut-il devenir ambulant à Rio ? On pourrait répondre oui à cette question mais en fait, tout un apprentissage de codes lié à l’appartenance aux réseaux est indispensable pour exercer la profession, pour y conserver une place voire acquérir une qualification (Sorj, cité par Lautier : 2004, p. 56).

34On peut voir ainsi dans le tableau 3que les relations que le vendeur établit avec certaines personnes de sa famille ou d’autres ambulants ou encore des individus proches du pouvoir public vont l’aider surtout à résoudre des problèmes. Et cela est en rapport avec le système d’arrangement permanent pour, entre autre, garder sa place sur l’espace de la rue comme nous le verrons plus en détail dans la deuxième partie de notre article.

Tableau 3 : Discussions autour du travail

35Les contextes des relations sont aussi à évoquer : parmi les personnes citées, nous avons développé le type de relations pour les deux premiers noms cités. Nous avons demandé aux personnes interrogées : « comment avez-vous rencontré cette personne ? L’âge de cette personne ? Son niveau d’étude, sa profession, son lieu de résidence ? Où et à quelles occasions se produisent les rencontres ?  »

36Nous avons regroupé quatre catégories de contextes : l’univers familial, le cercle des amis, le voisinage et la rue. Les données recueillies ne permettent pas d’entrer dans le détail des relations mais suggèrent des points de repères. La famille est désignée comme le milieu principal des rencontres vient ensuite le travail dans la rue et enfin le cercle des amis. La plupart des proches vivent dans le même quartier, voire dans la même maison (dans le cas des époux ou des mères/fils ou filles), ou viennent chaque jour sur le même lieu de travail que le vendeur interrogé. Les réseaux personnels ont donc une structure spatiale. Mais il est apparu que les proches ayant apporté une aide financière ou matérielle au démarrage de l’activité de l’ambulant peuvent aussi avoir déménagé dans un autre quartier voire une autre ville ou bien retournent une grande partie de l’année dans l’Etat du Nordeste d’origine.

37Il est assez difficile dans les résultats obtenus de définir la complexité des mobilités, l’élément principal est la confirmation du fort caractère local (à l’échelle du quartier et de la ville) des relations sociales. L’explication première est certainement dans le processus de la fabrication des relations et dans la force des liens familiaux. La fréquence des rencontres est le quotidien même. Les lieux de rencontre privilégiés sont le domicile ou encore les bars à proximité du lieu de travail. L’importance des services rendus est surtout évoquée au démarrage de l’activité mais néanmoins elle perdure quand il s’agit d’un parent ou d’un autre ambulant On s’entraide au quotidien, mutuellement et sur la durée. Lorsqu’il s’agit d’un ami ou d’un membre d’une association l’aide obtenue ne continue pas après le démarrage de l’activité et même la relation n’existe plus dans plus de 30% des cas. Il s’agit là sans doute d’un effet de lieu, le Brésil est un grand pays et les individus ont des parcours de vie très contrastés, de plus le terme « ami » peut s’employer aussi pour une personne qui, dans un contexte plus européen, ne serait qu’une simple relation ou un parent.

La définition du profil des vendeurs ambulants

Le commerce ambulant selon le sexe des enquêtés

38L´activité des vendeurs ambulants semble être une activité masculine. Ainsi 61,4% de notre échantillon sont des hommes contre 38,6% de femmes. Ceci semble confirmer les données par sexe de l´étude de l´IPEA (op. cit) qui montre que la participation des hommes dans ce type d´activité commerciale se situe autour de 60% de manière constante depuis les années 1990.

39Dans notre enquête nous avons essayé, dans chaque lieu choisi, d´avoir un nombre égal d´hommes et de femmes mais cela n´a été possible que dans le cas de Rocinha (Caminho do Boiadeiro). Dans les autres sites, en particulier dans le centre-ville et principalement dans les rues autour du Camelódromo, les hommes sont plus nombreux ; les femmes présentes ont soit refusé de répondre au questionnaire, soit étaient employées d´un patron ou épouses du vendeur et n´ont pas souhaité répondre directement. Il convient de souligner que cette activité dans la rue n´est pas sans risques : vols, disputes pour conserver sa place et, surtout dans le centre, la violence policière de la Garde municipale envers les camelots sont autant de facteurs qui contribuent à rendre les hommes plus visibles sur ces espaces. Cependant, nous verrons plus en détail la présence des femmes et notamment celle des leaders du Mouvement Uni des Camelots.

40Nous avons ensuite considéré la variable sexe par « type » d´ambulants rencontrés (nous avons considéré les vendeurs fixesdans un lieu, les vendeurs se déplaçant dans un même lieu et enfin, ceux qui se déplacent sur plusieurs lieux). Les femmes sont plutôt vendeurs fixes (sur les foires) mais aussi itinérants dans un même espace, se déplaçant en fonction de la présence et pression qu’exerce la Garde municipale. Par ailleurs, à Rocinha, dans le cas de la Foire du Boiadeiro, celles qui peuvent être considérées comme ambulantes/fixes au moment de l’enquête, ont aussi déclarées, pour la plupart, travailler sur d’autres espaces de la ville d’autres jours de la semaine. Il convient donc, au vu de la complexité des situations, d’être très prudents quant à établir une caractérisation des vendeurs suivant une typologie précise.

41Enfin, la plus grande partie des hommes et des femmes enquêtés se sont identifiés comme chef de famille et considèrent leur travail d´ambulant comme le revenuprincipal de la famille. Nos résultats vont aussi dans le sens de l´étude de l´IPEA déjà mentionnée mais également dans celle des recherches menées au Brésil auprès de vendeurs ambulants (Sena : 2002, Reginensi : 2004).

Le commerce ambulant selon l´âge des enquêtés

42Une des représentations sociales conventionnelles du vendeur ambulant désigne souvent celui-ci comme une personne âgée et retraitée. Or, notre enquête ainsi que l´étude de l´IPEA (Melo & Teles, op. cit) montrent une réalité bien différente : le groupe d´âge le plus important est compris entre 25 et 45 ans.

Graphique 1 : Tranches d’âge

43Les deux tranches d’âge les plus importantes montrent un profil d´adulte, en âge d´être actif et travaillant dans le secteur informel ; plus de 45 % d´entre eux affirment avoir cherché un emploi dans le secteur formel mais ne pas en avoir trouvé, ce qui les a conduit à occuper une activité dans la rue. Il est intéressant de noter qu´en ce qui concerne la tranche d´âge de 46-55 ans le manque d´emplois formels est aussi une des raisons de l’occupation comme ambulant et de plus, cette activité n´est pas une manière de compléter des ressources insuffisantes mais une source principale de revenu ; au contraire, les vendeurs âgés de plus de 60 ans, que nous avons rencontrés, ont affirmé compléter leur modeste retraite (quand ils en possédaient une) ou leurs économies par le travail de camelot.

Les vendeurs ambulants selon le niveau d’études

44Les hommes comme les femmes de notre échantillon ont au moins accompli des études primaires et la moitié du cycle secondaire. 15% des hommes ont continué des études jusqu’à la fin du cycle secondaire et seulement 12% des femmes. Ces données indiquent un niveau de scolarité assez bas mais pas autant que d’autres enquêtes auprès de vendeurs dans d’autres villes comme Belém (Sena, op. cit). Il convient aussi de regarder le parcours professionnel de l’individu, son origine géographique pour mieux considérer ces niveaux d’études. En effet, la plupart des individus ont commencé à travailler à l’âge de 10 ans voire plus jeune, ce qui correspond à une entrée précoce dans le marché du travail. C´est aussi souvent le cas des migrants venus d´autres Etats, en particulier du Nordeste pour le cas de la majorité de nos enquêtés à Rocinha.

Graphique 2 : Ambulants selon le sexe et le niveau d’études

Le parcours professionnel des vendeurs

45Nous avons travaillé sur le parcours de l’individu dans sa vie au travail. Un certain nombre de questions visait à retracer la trajectoire professionnelle du vendeur ambulant sur les 5 dernières années (au moment de l´enquête). Dans cet itinéraire, une question consistait à faire préciser à l´enquêté s´il avait occupé un emploi déclaré (com carteira assinada) : 70% de notre échantillon a répondu avoir occupé ce type de travail souvent dans les secteurs de services et de commerce et plus de 32% ont occupé un ou plusieurs emplois formels sur une durée allant de 1 à 5 ans. La rémunération se situait entre 2 et 4 salaires minimums. Ensuite, une question visait à connaître leur manière d´envisager leur futur professionnel et nous avons demandé à chacun :« s’il pouvait travailler dans le marché formel déclaré, abandonnerait-il son activité de vendeur ambulant ? » 59% des enquêtés ont répondu oui, mais ensuite, ils ont indiqué les conditions à ce retour : en première position vient l´obtention d´un meilleur salaire et ensuite la possibilité de bénéficier des garanties de l´emploi (sécurité, retraite...).

4625% de notre échantillon occupait un emploi de vendeur ambulant depuis plus de 2 ans et 22% depuis plus de 5 ans. Ceci indiquant un parcours de travail dans cette activité qui aurait tendance à se stabiliser.

Graphique 3 : Activité passée comme ambulant au moment de l’enquête

Graphique 3 : Activité passée comme ambulant au moment de l’enquête

Graphique 4 : Comment avez-vous réussi à travailler comme ambulant ?

47Mais ce qui nous parait important de souligner c’est comment ils sont arrivés à travailler comme ambulants : ils avaient le choix entre plusieurs réponses : « en passant un accord avec un parent », « en passant un accord avec une autre personne », en « devenant propriétaire de leur outil de travail : stand, chariot, petit kiosque »… ou « autre ». Dans les réponses nous avons obtenu 77 % de « autre »(Graphique 4 : Comment avez-vous réussi à travailler comme ambulant ?) Il n’a pas été toujours facile d’avoir une idée précise des codes, des accords et arrangements qui sont la « loi » de la rue (thèmes que nous aborderons dans la 2ème partie de cette communication), ce qui explique la réponse « autre ».

Le travail actuel de l´ambulant

48Sur ce point, nous avons prêté attention à la journée de travail, au moyen de déplacement (du lieu de résidence au lieu de travail), à la caractérisation et au dispositif matériel de l´outil de travail du vendeur ambulant plus ou moins fixe, du « statut professionnel ».

49Plus de 39% des enquêtés ont répondu travailler tous les jours de la semaine et 37% du lundi au samedi, ce qui représente des semaines de travail autour de 50 heures. Nous avons inclus dans les horaires de travail non seulement les heures passées sur un lieu ou plusieurs mais aussi le temps passé à aller s´approvisionner ou à confectionner les produits vendus.

5058 % des enquêtés vont sur le lieu de travail en bus. Ce qui est un indicateur intéressant de mobilité de ces travailleurs qui se déplacent sur de longs trajets (en temps et en distance).

51Par ailleurs, il convient de souligner que les lieux où travaillent les vendeurs conditionnent les horaires effectués. Ainsi, lorsqu´il s´agit d´un marché il existe des horaires d´ouverture et de fermeture qui demeurent assez souples ; dans la rue ou sur la plage plusieurs paramètres sont à distinguer pour pouvoir décrire et préciser les horaires et jours de travail :

  • en premier lieu, les conditions de température : la pluie par exemple est considérée par les ambulants comme une difficulté pour travailler,

  • en deuxième lieu, les contrôles « musclés » des Gardes municipaux empêchent souvent le vendeur d´effectuer une journée de travail en continu ; certains vendeurs ont expliqué qu´ils attendent que les gardes aillent déjeuner pour occuper l´espace pendant une heure et remballent leur marchandise pour aller plus loin dès que les gardes réapparaissent ; d´autres disent travailler le samedi et/ou le dimanche sur les plages et le restant de la semaine, durant la journée, au centre ville et le soir dans un autre quartier (Tijuca) en fonction du passage des Gardes municipaux (exemple Maria dos Camelôs, entretien avril 2005 ),

  • en troisième lieu, les conditions d´accès au lieu de travail par bus ne permettent pas d´avoir des horaires fiables, le trajet moyen pour se rendre du lieu de résidence du vendeur à la plage ou dans une rue du centre se situe entre 45 minutes et 1h 30,

  • certaines femmes ont évoqué le fait de s´occuper de leurs enfants : les conduire à l´école par exemple, comme un élément pouvant interférer dans leur horaire de travail.

52Dans le cas des marchés, les vendeurs ont un box en dur (1m50 x 1m50) dans lequel ils exposent et entreposent leurs marchandises – Camelódromo, Mercado Popular da Rocinha. Sur les foires à Copacabana –Feira nocturna e Feira do Lido- les artisans et autres camelots disposent de structures métalliques recouvertes d´une toile plastifiée. Ces structures sont entreposées dans un dépôt et sont montées en fin de journée tous les jours vers 17h30 pour la foire nocturne et, le vendredi soir, pour la foire du Lido.

53Les vendeurs de rue ou de plage utilisent une grande variété de supports pour effectuer leur activité et c’est alors la rue des inventions (Pereira : 2003) qui s’anime :

    • 10  Boisson rafraîchissante obtenue par infusion de feuilles de la plante mate (du quechua Mati).

    Sur la plage : parasols comme présentoir de bikinis ou de paréo, planche en contreplaqué ou polystyrène pour étaler les lunettes de soleil ou les bijoux, chariots pour vendre les glaces, sacs de voyages, des bidons sur une épaule pour le vendeur de boisson (Mate10) et des verres en plastique dans une main, des cintres tenus à la main pour vendre des robes ou autres vêtements, des glacières portables pour vendre des boissons, des hamacs sur le bras, des grilles en plastique léger pour supporter des produits solaires et autres, un petit brasero portable pour le vendeur de cacahuètes, des fils avec au bout des cerf-volants, un bout de bois où sont suspendus des ballons.

    • 11  Churrasquinho (ou espetinho) : brochettes de viande de boeuf ou de poulet ou de foie de volaille.

    Sur le front de mer : en plus des dispositifs de la plage (sur le sable), on trouve différents vendeurs de plats typiques tels que : le vendeur de popcorn, maïs, churrasquinho, tapioca, cocada, acarajé11.

  • Dans la rue : un simple plastique à même le sol où s´étale la marchandise, un carton, une couverture posée sur le sol ou sur une petite table pliante, des hommes-sandwich qui parcourent les trottoirs, des caddies de supermarché transformés en stand…

54Cependant, malgré cette créativité qui s´affirme voire parfois cette l´ingéniosité, les vendeurs de rue, dans les marchés ou à la plage se confrontent au pouvoir public et, dans le cas de Rio, principalement à la municipalité qui tente d´institutionnaliser les pratiques de vente ambulante. Quels défis affrontent les vendeurs au quotidien est une question à laquelle nous tenterons de répondre dans la deuxième partie de cet article.

Le défi de l’institutionnalisation des pratiques

Conflits pour l’utilisation de l’espace : la résistance des camelots face à la Garde municipale

55L’activité de commerce ambulant implique chaque jour une partie importante de la population et acquiert une certaine visibilité dans la vie citadine contemporaine. Dans la mesure où ces activités se déroulent dans les espaces publics de la ville, elles modifient et qualifient ces espaces. Mais, en même temps, elles sont au coeur de conflits dans la cité.

  • 12  La Région Administrative est une division administrative de la ville qui joue le rôle d’une mairie (...)

56Dans notre recherche, parmi les acteurs impliqués dans ces conflits se détachent : les camelots eux-mêmes, leurs représentants à travers le Mouvement Uni des Camelots, les acteurs du service municipal chargé d’institutionnaliser et légaliser les pratiques du commerce ambulant dans les lieux publics et cela y compris par la force –on insistera plus en avant sur le rôle de contrôleurs chargés de saisir les marchandises de contrefaçons et sur celui de la Garde municipale- et le responsable de la Région Administrative de Rocinha12.

57Nous avons aussi identifié deux autres acteurs importants : ce sont les commerçants établis et leurs associations ; ils sont apparus dans le discours des camelots et des clients (résidents, touristes nationaux ou internationaux) et nous envisageons d’étudier plus en détail leur rôle dans une prochaine étape de notre recherche.

La construction d’une image négative sur fond de marketing urbain

58A l’origine des conflits il faut signaler la volonté politique de la municipalité de Rio de Janeiro de “nettoyer” l’espace public qui est caractérisé comme sale, laid et dangereux du fait de la présence des vendeurs ambulants, ce qui contribue à une image négative des commerçants de la rue.

  • 13  Le projet urbain de la ville s’affiche à travers le Plan Stratégique I, intitulé Rio toujours Rio (...)

59Le projet intitulé Zona Sul Legal (Super Zone Sud!) ainsi qu’un autre en cours de réalisation sont significatifs pour illustrer “la place” qu’occupent les camelots dans la stratégie municipale. Mis en oeuvre pour trouver une solution au problème de la violence dans la Zone Sud (zone résidentielle et valorisée de la ville), et principalement dans le quartier de Copacabana, ce projet accorde aux ambulants le même statut qu’aux mendiants, prostituées et vendeurs de stupéfiants (Castañeda : 2003). Par ailleurs, ce projet s’inscrit dans le Plan Stratégique de la Ville13 qui vise à faire de Rio une ville globale, compétitive et attrayante pour un tourisme local et international.

Informations recueillies par nos soins, le 23 avril 2005, auprès de la personne chargée par l’entreprise Orla Rio de communiquer le projet aux usagers et effectuant des permanences à Copacabana, face à l’hôtel Copacabana Palace, du mercredi au dimanche de 8h à 17h ; à ce Point Info, il est possible de s’informer et de remplir un questionnaire, cet outil vise à connaître l’opinion des usagers.

Le projet Orla Rio est à la fois le nom du projet et le nom de la société privée qui est concessionnaire (pour 20 ans) de la zone. La ville a confié le terrain, son aménagement et sa commercialisation à l’entreprise afin de répondre à une des ambitions de la ville de favoriser dans les projets urbains, le partenariat public/privé.

Ce projet saisit une opportunité, un événement sportif de prestige et international : les jeux PAN américains de 2007 qui doivent se dérouler à Rio pour réaménager le front de mer sur 34 km, soit 9 plages (Leme, Copacabana, Arpoador, Ipanema, Leblon, São Conrado , Barra da Tijuca, Recreio et Prainha) et 309 kiosques (mini commerces, bars existants sur le trottoir).

Le projet en cours consiste à démolir les kiosques existants pour en construire d´autres sur la plage même (bande de sable jouxtant le front de mer) de manière à laisser plus d’espaces aux piétons sur le trottoir. Ces nouveaux kiosques seront équipés de sanitaires et d´un espace de stockage de marchandises en sous sol. Des travaux lourds (impossible d’avoir des informations sur le coût), un coût qui engage l’entreprise sur un temps court pour la réalisation : d’ici août 2005 inauguration des 4 premiers nouveaux kiosques et fin de tous les travaux en juillet 2007 avant les jeux !

Le projet se réalise en accord avec les actuels propriétaires des kiosques qui sont organisés en coopérative. L’entreprise Orla Rio s’est engagée dans un partenariat avec des entreprises telles que Nestlé et d’autres ainsi que des organismes bancaires pour la commercialisation de la zone. Ainsi, tous les propriétaires de kiosques seront contrôlés sur la qualité des produits vendus (notamment en terme d’hygiène) mais aussi en terme de types de produits : un contrat va lier les commerçants à Orla Rio qui stipulera que seuls les produits des entreprises partenaires pourront être vendus dans les kiosques. Les fournisseurs seront également contrôlés. Les propriétaires devront ouvrir les kiosques 24h sur 24 et employer au moins 4 personnes. De plus, dans un souci de sécurité une loi municipale va être mise en place pour interdire toute vente ambulante sur le trottoir.Un système sophistiqué de caméras reliant kiosques, police, pompiers et entreprise Orla Rio, est prévu ainsi que des rondes régulières de vigiles (d’une société privée) sur le front de mer.

60Actuellement, cette représentation n’est pas seulement entretenue par la municipalité mais aussi par les médias qui propagent des informations accentuant le rôle négatif des camelots dans toute la ville. Régulièrement, les camelots font la “une” des journaux. Dans l’amoncellement d’informations véhiculées par les médias et les pouvoirs publics, l’image des vendeurs ambulants est associée à la violence urbaine, à la marginalité et à l’illégalité. Si on prend pour exemple les articles parus dans le journal O Globo, dans les années 2002 à 2004, et dans lesquels les camelots sont les acteurs principaux ou simplement mentionnés, nous avons noté les expressions qui reviennent le plus souvent telles que : commerce illégal, confusion, crime, produits illicites, contrefaçons, marchandises piratées (logiciels, CDs , DVDs...), dépôts de marchandises clandestins.

61Selon Misse (2002) la visibilité négative, surtout depuis les années 1970, de ces commerçants de la rue, tant dans l’univers des médias que dans celui des politiques publiques, suggère de développer “tout un travail social” dans le sens de définir le camelot comme un agent perturbateur de l’espace et de l’ordre public. Une catégorisation se construit, celle du vendeur ambulant perçu comme transitant entre chômage et illégalité.

62A la fin des années 1970, le ”camelot-type” est celui d’un invasor (littéralement un “envahisseur) qui s’installe, pour un temps, voire s’établit dans la zone sud. De nos jours, les journaux mettent en garde contre la généralisation de ce phénomène dans toute la zone et au delà, dans toute la ville. Aussi, le pouvoir public met en scène un personnage chargée d’assurer la sécurité par la force répressive il s’agit du garde municipal plus connu sous le nom de Rapa (du portugais Rapar : Voler ou extorquer par la force, Dictionnaire Aurelio).

  • 14 Lessa J., “Homens, livros e historias”, O globo, Rio Show, 8 avril 2005.

63Cependant il est aussi intéressant de faire ressortir l’opinion de quelques clients ou citoyens vis à vis des camelots. Dernièrement, le journal O Globo a publié des témoignages d’habitants de divers quartiers de la ville qui valorisent et défendent le travail des vendeurs ambulants, notamment ceux qui vendent des livres14. A plusieurs reprises lors de notre enquête, nous avons perçu des mouvements de sympathie ou de compréhension de la part des clients (habitants de Copacabana, de Rocinha, mais aussi touristes étrangers), lors de l’arrivée de la Garde municipale.

O Rapa ou Robocop15

  • 15  La garde municipale, véritable groupe militaire d’intervention, a endossé un nouvel uniforme qui l (...)

64La Garde municipale (G-M) a été crée en 1993 à Rio de Janeiro mais trouve ses origines en 1979 lors de la mise en place du corps de gardes rattaché à la Comlurb (Entreprise chargée du nettoyage et du ramassage des ordures ménagères de la ville). Son champ d’intervention est la surveillance des abords des écoles, des parcs et des jardins à travers une action coordonnée avec les autres services municipaux (…) et doit être préventive (en participant à des programmes sociaux notamment en faveur des sans abris) et répressive dans le cas d’infraction au code pénal (informations recueillies sur le site de la mairie de Rio : www.rio.rj.gov.br). Cependant, il n’existe aucune définition claire de ses tâches au quotidien et de ses relations avec les citoyens sur l’espace public ou avec d’autres organismes (Miranda, Mouzinho, Mello :2003).

65La Garde municipale a été citée, par la majorité de nos enquêtés comme le principal obstacle au développement de leur travail. 42 % de nos enquêtés ont ainsi considéré que les Gardes municipaux ont une très mauvaise action (ruim) : il s’agit là de l’opinion de ceux qui travaillent dans les espaces de la rue (Copacabana et Centro) ; cependant 43% n’ont pas répondu à cette question car ils étaient dans l’espace du camelódromo ou du marché de Rocinha ou encore sur la plage, où les gardes n’interviennent pas ou peu.

Graphique 5 : Opinion de l’ambulant sur l’intervention des Gardes Municipaux

66Par ailleurs, les camelots ont globalement une image négative de la mairie : 55% de nos enquêtés ont qualifié l’action municipale en regard de leur activité comme désastreuse.

Graphique 6 : Opinion des vendeurs ambulants sur l’action municipale à leur égard

67Nous verrons que l’intervention de la Garde municipale s’intègre dans un système de fraude et d’arrangements. A l’échelle de la rue, l’ingéniosité et les parades sont de mises. Dans la rue, à Copacabana, les vendeurs ambulants ont appris à faire face au Rapa afin d’éviter de voir leur marchandise confisquée.

Extrait du journal de terrain

Les premiers vendeurs interpellés alertent les autres et les camelots fuient dans tous les sens. Mais de plus en plus, les vendeurs utilisent le téléphone portable pour prévenir les autres ou encore chargent des enfants ou des adolescents (appelé olheiro = celui qui regarde) de surveiller la zone et de prévenir l’ensemble des vendeurs de l’arrivée du Rapa : “attention, o Rapa arrive!”est une phrase qui circule dans Copacabana où les conflits sont moins systématiques que dans le centre-ville car les gardes ont des horaires plus fixes pour verbaliser. Dans le Centre, il existe une autre stratégie pour alerter de la venue du Rapa c’est l’utilisation de feux d’artifices. On peut aussi ressentir une peur du Rapa, dans la transaction client /camelot, ce dernier a, en permanence, un oeil sur le client et un autre sur les gardes qui patrouillent les rues constamment

Mais ce qui est la parade la plus courante dans les rues de Rio, mais aussi de nombreuses capitales du monde entier (Paris, Barcelone, New York, parmi nos observations, ces dernières années) c’est l’adaptation de leur support de travail. Ils le transforment en outil léger et maniable, de manière à permettre à la marchandise d’être rapidement emballée, de faciliter leur fuite et ainsi d’échapper à la répression : la plupart des camelots attachent des ficelles aux quatre coins d’une simple toile plastique (ou d’une couverture) sur laquelle ils entreposent leurs articles. Dès que la présence du Rapa est signalée, ils se préparent à relever les ficelles et la toile devient un sac contenant toute la marchandise. D’autres utilisent de petites tables pliantes, des sacs de voyages, des valises. Parfois, ils se réfugient dans un magasin, une banque ou encore sautent dans un bus qui passe.

Dans le cas des marchés officialisés les agents de contrôle municipaux provoquent aussi la panique parmi les commerçants qui n’ont pas de licence ou vendent des marchandises de contrebande ; lors de notre enquête au Camelódromo de la rue Uruguaiana, nous interrogions une jeune femme qui vendaient des montres, elle venait juste de nous dire qu’elle travaillait seule et tout à coup l’agent de contrôle surgit en même temps que fusent des cris et qu’une agitation intense s’installe dans tout le marché. Les box se ferment avec un rideau de fer, des hommes s’enfuient avec des sacs, à côté de la jeune femme, un jeune de 17/18 ans apparaît comme par magie et prend un paquet et se sauve. Notre vendeuse est un peu tendue mais sourit et quelques minutes plus tard nous reprenons le questionnaire, elle refuse de dire quoi que ce soit sur ce qui vient de se dérouler, comme si nous avions rêvé...

68Ce personnage du Rapa exerçant la répression et causant la terreur parmi les camelots mais aussi chez les simples passants est évoqué par le Mouvement Uni des Camelots :

Le garde municipal arrive et frappe tout de suite, le camelot saigne et le garde continue de le frapper, parce que la police n’intervient pas, la police devrait les arrêter. (Idison, leader du Mouvement Uni des Camelot, avril 2005)

69Selon ce leader, le maire de Rio est un fasciste, un criminel, il appuie son accusation en montrant différents documents (photos notamment) et témoignages de violences subies par les ambulants en particulier, dans les rues du Centre et dans celles de Copacabana. Il ajoute que les gardes utilisent tous les moyens pour incriminer les camelots allant jusqu’à les accuser du meurtre d’un garde alors qu’il sera prouvé, quelque temps plus tard, que le camelot accusé n’avait rien avoir avec ce crime. Dans ce conflit violent entre rapa et camelots de nombreuses victimes ont été recensées. Maria, une vendeuse est morte brûlée, une autre qui travaillait à Central do Brasil est morte de peur, au premier sens du terme, suite à la forme violente qu’a prise son arrestation ; un autre est resté aveugle après son altercation avec un garde. Beaucoup de nos informateurs ont témoigné que les gardes conservent la marchandise volée et principalement celle qui a de la valeur comme les montres et les sacs de marque. Plusieurs camelots nous ont confirmé ces propos et ont ajouté que, certains gardes, ont des magasins en ville et revendent les marchandises saisies lors des contrôles.

70L’image des Gardes municipaux est celle d’une institution corrompue. L’équipe de recherche, pendant l’enquête a pu observer qu’il y avait des camelots, dans la rue Uruguaiana, en face du Camelódromo qui n’étaient pas inquiétés pas les gardes et que pour cela ils “payaient” les gardes. Nous avons même observé une personne recueillir ces fonds qui devaient, par la suite, être donnés aux gardes.

  • 16  Le Centre est considéré comme un lieu sans loi et les armes utilisées lors des conflits sont de di (...)

71A Copacabana, les Gardes municipaux semblent agir avec plus de réserve car il s’agit d’un quartier résidentiel d’une grande complexité où coexistent, entre conflit et un brin de cordialité, divers “petits mondes” (Velho : 2002) composés pour une grande part de personnes âgées mais aussi de touristes internationaux. Par ailleurs, il s’agit d’un quartier d’intense activité commerciale et de services. De ce fait, il ne serait pas tolérable que des conflits surviennent avec la même violence que dans le centre16. A Copacabana l’utilisation des mêmes méthodes que dans le Centre entraînerait le discrédit total de la Garde Municipale. Les gardes ont donc recours à des formes plus “douces” de répression telles que : discussions et pressions en particulier sur les femmes camelots mais le plus souvent les gardes ferment les yeux moyennant un petit cadeau à savoir une somme prélevée régulièrement à leur attention. En fait, il s’agit bien d’un racket qui s’organise et ceux ou celles qui ne s´y plient pas, voient leur marchandise saisie. Sur cette question, avoir les “bonnes” relations permet aux vendeurs ambulants d’avoir une relative stabilité même si la configuration des réseaux demeure peu apparente (Sorj, op.cit., p.57). Et ceci est valable partout à Rio même si, ces dernières années, le pouvoir public s’est engagé dans un conflit plus ouvert avec les camelots, dans le centre-ville mais aussi à Copacabana, ce qui rend plus visible le système d’extorsion et de fraude. Vraisemblablement cette image négative du camelot et tout le système à l’entrée et pendant le déroulement de l’activité informelle ont toutes les chances de s’amplifier dans les années à venir, compte tenu de la politique de développement urbain de la ville, notamment sur toute la zone sud en front de mer mais aussi dans le centre autour des projets de rénovation urbaine.

Le pouvoir municipal à Rio et les camelots

72Nous avons réalisé des entretiens auprès de représentants de la ville (agent du service du contrôle et des licences et coordonnateur de la région administrative de Rocinha) afin de mieux connaître le rôle de la politique municipale au regard des camelots. Dans le discours, les représentants interrogés admettent que l’augmentation du nombre de vendeurs ambulants est en lien avec la question du chômage et que les camelots sont, selon eux, passés par des difficultés.

73Pour l’administrateur de Rocinha, le discours oscille entre respect du travail des ambulants et préservation de l’environnement, il affirme :

il faut qu’il y ait des espaces adéquats pour que les ambulants puissent commercialiser leurs produits sans déranger le droit d’aller et venir du citoyen et tout en préservant la beauté de la ville (mis en gras par nos soins).

  • 17  Cette déclaration contraste avec celle de Idison, qui mentionne l’expérience de Caxias, autre muni (...)

74Mais plus loin, dans l’entretien, il dira que les ambulants provoquent beaucoup de nuisances, de saletés17 et que la ville n’a pas d’espaces pour satisfaire l’énorme quantité de personnes qui cherchent un emploi dans le commerce informel. Selon cet interlocuteur, il y a eu en 2002, plus de 200 vendeurs recensés et 170 habitants de Rocinha, au chômage qui souhaitaient vendre au marché Populaire, mais leur demande n’a pas pu être prise en compte, faute d’espaces appropriés. Il explique aussi que la ville recherche des partenaires pour former les vendeurs du Marché Populaire auprès du SEBRAE (Service Brésilien d’Aide à la Micro Entreprise) et améliorer leurs conditions de travail.

  • 18  Enfants voleurs ou travaillant pour des voleurs, jeunes voyous urbains.

75L’agent contrôleur de la Mairie, de son côté, reconnaît que la législation en cours n'a pas été actualisée depuis 1992 : elle explique que ce service de la mairie travaille à la réactualisation de la loi, notamment, en ce qui concerne les normes à appliquer pour vendre dans la rue. Elle souligne que le pouvoir municipal vise à supprimer et empêcher le commerce sur la voie publique. Aussi la loi doit établir qui peut être vendeur ambulant, ce qui est déjà le cas (site www.rio.rj.gov.br) ; en effet, peuvent être vendeurs ambulants les catégories suivantes : les chômeurs qui, dans la nouvelle loi, pourraient rester encore deux ans dans la rue, jusqu’à ce qu’ils trouvent un autre lieu ; les anciens détenus ; les plus démunis, c’est à dire des personnes qui sont âgées de plus de 45 ans et ne peuvent pas trouver d’emploi dans le marché de travail formel ; et les handicapés. Or, ce système d’autorisation (les licences) pour occuper un emplacement fixe dans la rue et en principe éviter toute accusation de travail clandestin au regard de l’activité de l’ambulant, ne fonctionne absolument pas et on voit se mettre en place un système de fraude permanente et à différentes échelles de pouvoir (Sorj, op. cit) : fraude fiscale (en payant les agents du fisc), fraude sur l’autorisation (en payant la Garde municipale et la police militaire). A propos des autorisations, on peut observer ce type de tolérance : par exemple, les handicapés cèdent leur autorisation à des « aides » qui la présentent aux gardes qui ne sont pas dupes mais jouent le jeu en recevant une petite somme ; au cours de notre enquête nous avons été témoins de la connaissance des codes urbains et des pratiques de la fraude généralisée non seulement au niveau de simples individus avec la Garde municipale mais aussi dans l’organisation en associations des camelots (sur les marchés à Copacabana, au Camelódromo et au marché de Rocinha) qui prélèvent une taxe aux ambulants, et leur garantissent la place et parfois, reversent de l’argent aux policiers. Les sommes versées par le camelot aux associations sont comprises entre 15 et 20 reais par mois. Parfois, les camelots paient en plus une société privée qui vient surveiller le lieu ; c’est le cas pour la foire nocturne de Copacabana où les ambulants paient 5 reais par semaine pour leur sécurité : ils se plaignent des pivetes18 la nuit et ont contracté une société de surveillance.

76Sur la plage de Copacabana, il existe des stands fixes (structure en toile qui est montée et démontée chaque jour) qui sont les seules, avec les kiosques sur le trottoir, à être autorisées par la mairie à vendre mais là aussi, les vendeurs ont leurs petits arrangements avec le service des autorisations pour ne pas payer la taxe d’emplacement. Par ailleurs, les ambulants qui parcourent la plage toute la journée, ces « ambulants des sables » peuvent vendre, le soir, sur le trottoir, espace qui leur est interdit, grâce à “la protection” d’un commerçant du kiosque qui s’arrange avec les contrôleurs et la police, voire avec des arrangements entre cafetiers, hôteliers de la zone et la police. Selon des enquêtes plus anciennes, la corruption représente à Rio 25 % du chiffre d’affaires des vendeurs ambulants (Sorj, op.cit.).

77Pour revenir à la loi, celle-ci stipule quel type de marchandises n’a pas le droit d’être vendu : les boissons alcoolisées, les armes, les plats cuisinés sur place à l’exception du pop corn et des barbes à papa ; les chaussures, les valises, les vêtements, les oiseaux et autres animaux, les montres, les lunettes, les médicaments et les articles électroniques. Inutile de préciser que toutes ces marchandises se vendent à des prix plus bas que dans les magasins et attirent une clientèle toujours très nombreuse et diversifiée. Par exemple, une paire de tennis de marque Nike coûtera 200 à 300 reais au Camelódromo et 600 à 800 dans une boutique de la ville. Sur la plage, les boissons se vendent entre 1 et 3 reais ; dans un café le prix peut doubler.

78La politique municipale vise à créer des marchés pour fixer les ambulants, dans le style du Camelódromo, mais le service des autorisations et l’administrateur de Rocinha reconnaissent aussi qu’il n’y a pas de place pour toutes les demandes, notamment au centre-ville, et qu’il n’est pas prévu de construire de nouveaux marchés. L’incitation municipale à l’installation de vendeurs ambulants dans des lieux publics comme la rue Santa Luzia, la gare centrale ou à Castelo (dans le centre) est fortement critiquée par Idison qui affirme que, dès la création de ces nouveaux espaces, s’instaurent encore plus de fraudes et de pratiques de corruption.

79L’agent chargé du contrôle et des licences reconnaît qu’il n’existe aucune relation entre les différents secteurs du pouvoir municipal pour mieux coordonner des actions visant à l’amélioration des conditions de travail des camelots. La même personne, lors de l’entretien, reconnaît aussi ignorer les politiques du Secrétariat Municipal du Travail qui pourraient se préoccuper de ce type d’activité commerciale. Actuellement, ce service des autorisations et contrôles procède au recensement des vendeurs ambulants de la plage, ce recensement a commencé en 1995 et n’est toujours pas terminé. Selon notre interlocutrice, les procédures administratives sont très lentes et quand elles aboutissent la réalité est autre sur le terrain : par exemple, le camelot ne travaille plus sur le lieu où il a été recensé, il est parti dans une autre ville ou bien il a trouvé un emploi différent, etc.

80Par ailleurs, toujours le même agent municipal déclare que le Camelódromo est un véritable problème. Tout d’abord, tous les vendeurs sont dans l’illégalité (ce qui vient contredire les déclarations des individus que nous avons interviewés). Elle se réfère à la presse locale qui affirme que dans ce lieu se déroulent crime, prostitution et trafic de stupéfiants et que la Mairie n’arrive pas à y entrer pour recenser les ambulants et les enregistrer. La Garde municipale arrive difficilement à saisir des marchandises piratées. L’agent de contrôle pense que le problème est grave dans ce lieu et dépasse largement les attributions de la mairie et devrait être du ressort de la police.

81Enfin, il convient de comprendre l’inefficacité de l’action municipale à travers la mésentente permanente entre pouvoir municipal et gouvernement de l’Etat de Rio qui se renvoient la balle pour traiter en général du problème de la sécurité dans la ville et, en particulier, de la place des ambulants sur la voie publique.

  • 19  Voir à ce propos l’exemple du travail de formation réalisée avec les gardes municipaux de Niterói (...)

82L’agent de contrôle interviewée considère préoccupante l’attitude répressive et les abus commis par la Garde municipale et elle précise que la ville tente une expérience en matière de formation19 auprès des Gardes municipaux afin qu’ils appliquent la loi tout en respectant les droits fondamentaux des citoyens.

L’organisation des camelots et leur défense

83La violence prédomine en ce qui concerne l’action des Gardes municipaux et cela en toute impunité. C’est le règne de l’arbitraire. La CUT –Centrale Unique des Travailleurs- qui actuellement accueille le Mouvement Uni des Camelots, a en sa possession de nombreux documents qui révèlent la violence et les mauvais traitements à l’encontre des camelots. Ce mouvement n’est pas une entité légalisée mais elle a un rôle d’organisateur favorisant l’union des ambulants, prenant en compte leurs différences et leurs demandes. Selon Maria do Carmo, une leader du Mouvement, la CUT apporte une aide importante au mouvement en fournissant sono et véhicules pour les manifestations de rue et les marches mais aussi en mettant à disposition toute une infrastructure nécessaire au mouvement pour se faire connaître (téléphone, ordinateurs, matériel de bureau, etc.). Par ailleurs, la participation des avocats de la CUT est très efficace pour défendre les camelots arrêtés par la Garde municipale. L’action dispensée par ces avocats permet, dans la plus part des cas, de faire libérer immédiatement les détenus.

84Les camelots peu à peu s’organisent et font connaître leurs revendications à travers des manifestations mais aussi en intervenant dans les audiences publiques de la chambre des conseillers municipaux ; ils tentent d’agir aussi auprès des instances judiciaires en se faisant représenter auprès du Procureur Général de l’Etat. Celui-ci a déclaré la Garde municipale anticonstitutionnelle, car elle est une entreprise municipale de surveillance qui échappe aux critères juridiques établis par la constitution brésilienne. Ainsi, non sans un certain humour, à l’occasion des marches et manifestations publiques les camelots ont fabriqué une banderole disant : La Garde municipale est pirate ! L’organisation du Mouvement Uni des Camelots peut être considérée comme un espace de résistance à la politique répressive du pouvoir municipal.

85Idison, lui, pense qu’il existe une profonde injustice par rapport aux camelots. C’est comme si le pouvoir public faisait payer le prix fort aux plus faibles :

  • 20  littéralement douceurs ; sorte de petits fours très sucrés à base de sucre, miel, lait concentré, (...)
  • 21  Il se réfère à l’Impôt de Circulation des Marchandises et Services (ICMS) inclus dans le prix de c (...)

(...) certaines entreprises (de tissus, de bibelots, de chocolats etc.) nous exploitent indirectement, nous sommes les plus grands vendeurs de doces20 du pays, par exemple, nous sommes employés par eux sans bénéficier d’aucune garantie sociale. Nous gérons des emplois, payons des taxes et des impôts indirectement21 Socialement, nous avons une contribution car il y a de nombreuses personnes impliquées dans ce travail ambulant qui tomberaient dans la criminalité et qui gagnent leur vie honnêtement et, malgré tout nous sommes perçus comme des marginaux (Idison, leader du Mouvement Uni des Camelots).

86Maria do Carmo a un discours qui va dans le même sens : Tout le monde sait d’où proviennent les marchandises piratées. Pourquoi est ce qu’ils ne vont pas les prendre ? C’est plus facile de prendre la marchandise aux camelots et de les culpabiliser.

87Selon Idison, il y a eu diverses tentatives d’organisation. Dans les années 1990, la mobilisation de cette catégorie de travailleurs a permis la mise en place d’une loi que, toujours selon lui, le Maire de Rio ne respecte pas (Loi n°1876/92 qui réglemente le commerce ambulant et dont a parlé le contrôleur du service municipal des licences et autorisations). Pendant cette période d’intense mobilisation, il y a eu de nombreux débats au Conseil Municipal, mais la garde n’était pas à l’époque aussi violente qu’aujourd’hui et les membres du Mouvement n’étaient pas bien informés de la loi, aussi la mobilisation a reculé. Ce même leader reconnaît qu’un autre problème affronté par le mouvement vient d’autres organisations, dont certaines sont, selon lui, dangereuses : parmi celles ci, il souligne le rôle des associations liées au pouvoir municipal à savoir les associations des marchés populaires qui font payer des taxes aux ambulants, comme nous l’avons mentionné pour le Camelódromo et Rocinha.

88Par rapport aux commerçants établis, Idison dira que leur attitude vis à vis des vendeurs ambulants est variable. Certains considèrent les camelots comme semeurs de troubles et faisant de la concurrence déloyale, dans la mesure où ils ne payent pas d’impôts. Cependant, il existe aussi des commerçants qui ont changé de point de vue. Ils sont contre la violence de la Garde municipale qui éloigne la clientèle et d’autre part, ils reconnaissent que la clientèle des camelots vient souvent acheter aussi dans leur magasin.

89Par ailleurs, ce leader affirme que la Mairie s’est montrée, dans la plupart des cas, indifférente à la demande des camelots. Ces derniers ont fait des propositions claires demandant la construction d’espaces de vente, la mise en place d’un service qui recueille les charges sociales, qui devraient être réduites car elles sont très élevées actuellement, un service qui identifie, enregistre et effectue régulièrement les contrôles dans la rue.

90Le Mouvement n’a pas d’interlocuteur à la mairie. Maria do Carmo fait mention de quelques “victoires” obtenues ces dernières années, en terme de visibilité de leur action ce qui a contribué à favoriser des alliances entre camelots et représentants de la ville. Idison ajoute que, grâce à l’aide de la CUT, le mouvement a réussi à se faire entendre au niveau fédéral, auprès du gouvernement du président Lula. Le Gouvernement Fédéral, étudierait une nouvelle manière d’insérer les camelots dans le système de protection sociale à travers l’INSS (Institut National de Sécurité Sociale).

91Tout au long de notre enquête, nous avons pu vérifier une absence de politique de la part du pouvoir municipal en rapport au travail des camelots ; ces derniers ont vu leur action se limiter à la construction de quelques espaces pouvant faciliter leur activité mais toujours sous le contrôle de la Garde municipale. Ainsi, au delà de l’absence de politiques publiques qui est une constante dans l’histoire politique du Brésil, ces dernières années sont marquées par le caractère particulièrement répressif du pouvoir public au regard des vendeurs de la rue. Et nous avons la sensation, parfois, que la question sociale (le chômage par exemple) qui s’exprime au travers d’une augmentation de l’activité de commerce ambulant, devient une question de sécurité publique traitée par l’action répressive de la police. Cela est, sans nul doute, renforcé par la conjoncture sur fond de globalisation, qui signifie que l’Etat doit avoir un rôle limité, voire minimisé dans le domaine social. Mais cela va plus loin et l’approche néolibérale provoque d’autres effets tels que la perte d’un discours plus universel sur les droits de l’homme et l’inclusion (Theodoro : 2004).

Conclusion

92Cet article suggère que les réseaux sont les moyens par lesquels, les vendeurs ambulants réussissent plus ou moins bien à se frayer un chemin dans les flux spatiaux, économiques et sociaux de la métropole. La parenté, en terme de liens forts, sert de fondement à la plupart des réseaux que nous avons décrits mais il s’agit toujours d’une parenté orientée dans les relations marchandes. La logique des réseaux implique de la réciprocité, de la collaboration mais aussi de multiples et permanentes négociations. Nous avons vu que les réseaux des vendeurs ambulants comprennent d’autres personnes que les membres de la famille et, en particulier, d’autres ambulants ; les fournisseurs sont souvent cités comme facilitateurs pour poursuivre l’activité et pour résoudre des problèmes.

93Sans minimiser les difficultés et les situations précaires auxquelles ils font face, notre recherche permet de décrire des groupes de vendeurs ambulants dans leur diversité : ce ne sont pas des exclus passifs mais des individus qui s’adaptent à la mondialisation avec les ressources culturelles et sociales qu’ils ont à leur disposition. Les vendeurs ambulants doivent être vus comme des personnes qui occupent des mondes sociaux qui se recoupent. Ces derniers sont façonnés par les histoires et les intérêts de personnes et des institutions diverses. Les vendeurs ambulants continuent d’appartenir à des groupes de parenté et s’engagent à plus ou moins long terme dans des projets économiques.

94Les options et les occasions dont ils disposent peuvent être très différentes de celles qu’ils avaient dans leur région (par exemple le Nordeste) ou leur pays d’origine, mais cela ne signifie pas pour autant qu’elles sont plus limitées. Malgré les difficultés auxquelles ils doivent faire face, certains vendeurs font un choix de devenir et de rester vendeur ambulant et d’être des entrepreneurs, inventant des mondes sociaux et économiques qui échappent aux Etats. Une « mondialisation par le bas » (Tarrius : 2002) s’opère dans les interstices urbains : ces espaces non définis dans la ville ou encore à la limite, dans les marges des marchés populaires « institutionnalisés » par le pouvoir public.

95Notre article invite aussi à porter un regard sur les cadres sociaux et historiques dans lesquels les relations se construisent. Les vendeurs, décrits dans cet article, sont également aux prises avec les hiérarchies pour occuper une place dans l’espace public et encore plus, pour se maintenir dans l’activité, ils doivent traiter avec le système politico-administratif local. Ces négociations peuvent parfois aboutir à un conflit violent ou à des arrangements ou à des formes de corruption à plus grande échelle. Les vendeurs ambulants, acteurs de l’économie urbaine, se créent peu à peu une identité collective dans un contexte politique, social et culturel qui pèse sur les actions qu’ils entreprennent. Dans le contexte politique de Rio de Janeiro, volonté et gestion politique locale vont à l’inverse de la viabilisation de droits en relation aux travailleurs ambulants. Et cela en dépit du fait que de nombreux représentants des pouvoirs publics au plan local reconnaissent que ce phénomène de l’informalité, même s’il a toujours existé au Brésil, a pris une autre dimension dans un monde où la flexibilité s’est imposée et s’est accompagnée d’une montée des inégalités et d’une généralisation de la précarité.

  • 22  Eduardo Marques (2000) socio-politologue introduit la notion de « perméabilité » de l’Etat qu’il c (...)

96A l’échelle nationale, le Gouvernement fédéral dirigé par le Président Lula a tenté de répondre à certaines revendications des camelots, dénonçant auprès de la Commission des Droits de l’Homme les cas de torture physique observés dans le cadre de l’action répressive de la Garde municipale. Une ligne de crédit a été ouverte par le Gouvernement fédéral en direction des ambulants, leur permettant d’investir dans leur activité. Néanmoins, ces efforts sont loin de répondre à l’ensemble des exigences de cette catégorie de travailleurs et ne permet d’enrayer ni la précarisation de certains d’entre eux, ni l’accroissement de ce domaine d’activité, ni l’exploitation des plus grandes entreprises ou même celle des camelots entre eux. Cependant, nous serions tentées d’ajouter que la construction de l’identité collective des vendeurs ambulants passe autant par des phases de revendications, que par des périodes de critique entre les protagonistes engagés dans l’action ou encore par des moments de découragement et qu’en définitive, les cadres de leur action vont se fabriquer à l’occasion de multiples interactions. Une fois de plus, il convient de souligner l’importance du contexte où la norme dictée par le pouvoir public n’a pas la légitimité sociale qu’elle prend en Europe ou aux Etats-Unis et où l’importance des comportements informels touche l’ensemble de la société brésilienne. Ainsi, la relation individu et institution demeure extrêmement complexe.22

Haut de page

Bibliographie

AMPHOUX P., THIBAUD,J.P., &CHELKOFF,G. 2003. Ambiances en débat. Grenoble : Editions à la croisée.

ANDRADE, E. S. y GOMES, E. T. A. 2003. “O estudo do comércio informal ao longo dos principais eixos de circulação da cidade do Recife - Brasil : a moradia como local de (re)produção do capital, o caso da avenida Recife. Scripta Nova. Revista electrónica de geografía y ciencias sociales. Barcelona : Universidad de Barcelona, 1 de agosto, vol. VII, núm. 146(044). http ://www.ub.es/geocrit/sn/sn-146(044).htm.

BARNES J.A.1969.“Networks and political process”, in MITCHELL J.C., Social networks in urban situations. Analyses of personal relationships in Central African Towns Manchester, University Press. .51-76.

BOURDIEU P. 1980. “Le capital social : notes provisoires”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 3, 2-3.

CASTANEDA FREITAS D. I. 2003. Correndo atrás do pão de cada dia. Um estudo sobre a identidade de trabalhador entre camelôs em Copacabana.Monographie. UFFE/Rio de Janeiro.

CLAVAL P. 2001. « Clisthène, Habermas et Rawls et la privatisation de la ville »in GHORRA-GOBIN(dir.) Réinventer le sens de la ville : Les espaces publics à l’heure globale. Paris : L’Harmattan, 23-31.

COCCO G. 2000. Trabalho e cidadania, produção e direitos na era da globalização. São Paulo, Cortez .

DA MATTA R. 1997. 5 ed. A casa e a rua. Rio de Janeiro, Rocco.

DE CERTEAU M. 1990. L’invention du quotidien. 1.Arts de faire. Paris : Editions Gallimard.

DE SOTO H. 1987. Economia subterrânea : uma análise da realidade peruana. Rio de Janeiro : Globo.

DOS SANTOS SENA A. L. 2002. Trabalho informal nas ruas e praças de Belém : estudo sobre o comércio ambulante de produtos alimentícios, NAEA, UFPA.

GRANOVETTER M. 1973. The strength of weak ties. American Journal of Sociology. Vol 78, nº 6, 1360-1380.

GROSSETTI M. 2002, Relations sociales, espace et mobilités, PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture), Programme « Mobilités et territoires urbains » , Université de Toulouse-le Mirail..

GOFFMAN E., 1973. La mise en scène de la vie quotidienne. (Tome 1 et 2). Paris : Editions de Minuit.

JOSEPH I. 1993. “L’espace public comme lieu de l’action”, Les Annales de la Recherche Urbaine, n°57-58, 210-217.

LAUTIER B. 2004. L’économie informelle dans le Tiers Monde. Paris : La découverte collection Repères n°155.

LIN N. 1995. “Les ressources sociales : une théorie du capital social”, Revue française de sociologie. XXXVI-4, octobre décembre, 685-704.

MANRY V., PERALDI, M. 2004. « Le marché aux puces de Marseille : une aberration économique ? », in BARBE, N., LATOUCHE, S. (dir.) Economies choisies ? Paris : Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Cahier 20 de la collection Ethnologie de la France, 39-59.

LOMNITZ L.1975. Como sobreviven los marginados,Mexico :Ed.siglo XXI.

MARQUES E.C. 2000. Estado e redes sociais : permeabilidade e coesão nas politicas urbanas no Rio de Janeiro, São Paulo, Editora Revan, FAPESP.

MARTINS José de Souza. 2003.A sociedade vista do abismo. Novos estudos sobre exclusão, pobreza e classes sociais. Perópolis : Vozes, .

MELO H. P. & TELES J. Ç. 2000. Serviços e informalidade : o comércio ambulante no Rio de Janeiro : IPEA.

MELLO M.A., VOGEL, A.2002. “Quand la rue devient maison : habito et diligo dans la ville » Paris : Seuil, Communications, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, « Manières d’habiter », N°73, 163-185.

MIRANDA A.P., MOUZINHO G.M., SE MELLO, K., 2003. « Os conflitos de rua entre guarda municipal es os camelôs », Rio de Janeiro, COMUM, vol.8-n° 21-Juillet/Décembre, 39-65.

MISSE Michel. 2002. “O Rio como um Bazar : a conversão da legalidade em mercadoria política” In : Insight –Inteligência. Rio de Janeiro, Julho-Agosto- Setembro .

MONNET J. 2001. “Pour une géographie du fluide et du flou ». La Géographie. Acta Geographica. Paris, Société de Géographie, Hors série, n° 1502 , 89-94.

PERALVA A. 2000. Violência e democracia. O paradoxo brasileiro, São Paulo, Paz e Terra..

PEREIRA GUSMÃO G., 2004. Rua dos inventos : a arte da sobrevivência. Inventions street : The art of survival. Rio de Janeiro : Ouro sobre Azul.

POCHMANN M. & AMORIM, R. (org.) 2003. Atlas da exclusão social no Brasil. São Paulo : Cortez, v.1.

POCHMANN M., AMORIM, R & CAMPOS, A. 2003. Atlas da exclusão social no Brasil. Dinâmica e manifestação territorial. São Paulo : Cortez, v.2.

REGINENSI C. 1996. Vouloir la ville : du business à la citoyenneté en Guyane française, Montpellier, Editions de l’Espérou, Ecole d’architecture.

REGINENSI C. 2004. “O espaço público dos vendedores ambulantes (Guiana francesa, Belém do Pará e Recife, Brasil) : entre negociação e conflito, a procura de sustentabilidade”, VIII Congresso Luso-Afro Brasileiro de Ciências Sociais (Coimbra, Portugal 16,17 e 18 Septembre 2004)-Painel 56,Tema :Isaac Joseph o espaço público e as políticas públicas.

ROULLEAU-BERGER L. 2005. “La rue miroir des peurs sociales et des solidarités”in BRODYJ. (dir.) La rue. Toulouse : presses Universitaires du Mirail, 91-99.

SADER E. (org.) 1995. “A trama do neoliberalismo : mercado, crise e exclusão social” in : Pós-neoliberalismo. As políticas sociais e o Estado democrático. São Paulo : Paz e Terra .

SINGER P. 1998. Economia Política da urbanizaçãoSão Paulo : Contexto.

SORJ B. 1988. Os camelôs do Rio de Janeiro, IFCS,Université de Rio de Janeiro .

TARRIUS A. 2002. La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine. Paris : Editions Balland.

TELLES V.S. 2001. Pobreza e Cidadania. São Paulo : Ed. 34.

THEODORO M. 2004. “A questão do Desenvolvimento- uma releitura” In : RAMALHO, J. P. & ARROCHELLAS M. H. Desenvolvimento, Subsistência e trabalho informal no Brasil. São Paulo : Cortez ; Petrópolis, RJ : Centro Alceu Amoroso lima para a Liberdade- CAALL .

VAINER C. B. 2000. “Os liberais também fazem planejamento urbano?- Glosas ao Plano Estratégico da Cidade do Rio de Janeiro”. In : Arantes, O. et alli, A Cidade do Pensamento Único : desmanchando consensos. Petrópolis, R.J., Vozes.

Haut de page

Notes

1  Cette recherche est liée à un accord de coopération entre deux laboratoires de Rio de Janeiro et un laboratoire de l’Ecole d’Architecture de Toulouse.

2  Les dichotomies formel/informel, légal/illégal (à ce propos voir Lautier, B. 2004)doivent être remise en cause car elles ne traduisent pas véritablement les situations des commerçants ambulants ni d’ailleurs de l’ensemble des situations au travail au Brésil.

3  Chaussons farcis avec de la viande, du poulet, des crevettes, coeurs de palmier, fromage...

4  Ces deux auteurs indiquent très justement que l’usager se distingue de l’utilisateur car sa relation à l’espace n’est pas éventuelle, elle implique un type d’engagement nécessaire, constant et intéressé (op.cit. p.182, note 7).

5  On doit comprendre Etat dans le sens de pouvoir public incluant les différentes échelles politiques au Brésil : l’Etat Fédéral, les Etats (Governos) et le pouvoir municipal (Prefeitura).

6  Nous nous référons au concept d’exclusion entendu comme un processus qui interagit toujours avec un phénomène d’inclusion (Pochmann & Amorim : 2003).

7  Sur les 101 individus interrogés par questionnaires 22 ont été sélectionnés pour répondre aux questions sur les réseaux et seuls 19 ont développé le contexte des rencontres et comment ces relations ont évolué. Nous reviendrons en conclusion sur les questions méthodologiques

8  1 real brésilien équivaut à 0,33 euros (avril 2005) ; un salaire minimum mensuel est égal à 260 reais (environ 86 euros).

9  Recherche PUCA 2002- Habiter quelle ville? Situations d’homogénéisation résidentielle et (re)définition de l’urbain et de l’urbanité dans les Amériques. Voir : CAPRON, Guénola (dir.), Quand la ville se ferme. Quartiers résidentiels sécurisés. Paris : Bréal (d’autre part), 2006.

10  Boisson rafraîchissante obtenue par infusion de feuilles de la plante mate (du quechua Mati).

11  Churrasquinho (ou espetinho) : brochettes de viande de boeuf ou de poulet ou de foie de volaille.

Tapioca (ou beiju) : crêpe fabriquée avec de la fécule de manioc (goma) et fourrée avec de la noix de coco râpée, du fromage...

Cocada : sorte de gâteau sec à base de noix de coco râpée et de caramel.

Acarajé : Boulettes préparées avec une pâte à base de haricot (feijão fradinho) et frite avec de l’huile de palme. Elle est servie avec une sauce très pimentée, de l’oignon et des crevettes séchées.

12  La Région Administrative est une division administrative de la ville qui joue le rôle d’une mairie de quartier avec des services divers : habitat, urbanisme, santé, environnement...

13  Le projet urbain de la ville s’affiche à travers le Plan Stratégique I, intitulé Rio toujours Rio élaboré en 1993 avec l´apport d´experts internationaux et s´inspirant de la politique de projet urbain de Barcelone. A ce premier plan succède le Plan Stratégique II, appelé Villes dans la ville.

Le Plan II est défini comme « une méthode et un processus qui consistent à prévoir, identifier et mobiliser des potentiels disponibles et des conditions favorables pour la mise en place d’actions et de lignes stratégiques afin d’implanter des projets opérationnels. Tout ceci dans le but d’obtenir des résultats satisfaisants pour une ville future compétitive. Les villes compétitives sont celles qui sont capables d’affronter les défis des nouveaux paradigmes introduits par la révolution technologique à l’ère de la mondialisation : villes adaptables, flexibles, réceptives et capables d’innover » (Sources : site Internet de la Mairie de Rio /Plan Stratégique II, avril 2005, http ://www.rio.rj.gov.br). Sur le Plan Stratégique voir aussi VAINER : 2002.

14 Lessa J., “Homens, livros e historias”, O globo, Rio Show, 8 avril 2005.

15  La garde municipale, véritable groupe militaire d’intervention, a endossé un nouvel uniforme qui lui a valu l’appellation de Robocop.

16  Le Centre est considéré comme un lieu sans loi et les armes utilisées lors des conflits sont de diverses sortes : mortiers, jets de pierres, coups de matraques occasionnant des courses effrénées de piétons, des perturbations de la circulation des véhicules et la fermeture des magasins de la zone.

17  Cette déclaration contraste avec celle de Idison, qui mentionne l’expérience de Caxias, autre municipalité, où les camelots ont mené une campagne sur le thème “Ville propre, ville heureuse”. Ils ont fabriqués des teeshirts avec ce slogan et ont installé des poubelles près de leurs stands et ils se chargeaient de sensibiliser les passants dans la rue, afin que tous participent à une ville propre.

18  Enfants voleurs ou travaillant pour des voleurs, jeunes voyous urbains.

19  Voir à ce propos l’exemple du travail de formation réalisée avec les gardes municipaux de Niterói dans le cadre d’un projet (2002) financé par le secrétariat municipal à la sécurité et le ministère de la justice (Etat Fédéral) et mis en place avec le NUFEP/UFF (Groupe de recherche de l’université fédérale fluminense) regroupant des chercheurs des sciences sociales autour des professeurs Roberto Kant de Lima, Michel Misse et Ana Paula Mendes de Miranda (2003).

20  littéralement douceurs ; sorte de petits fours très sucrés à base de sucre, miel, lait concentré, chocolat.

21  Il se réfère à l’Impôt de Circulation des Marchandises et Services (ICMS) inclus dans le prix de chaque marchandise.

22  Eduardo Marques (2000) socio-politologue introduit la notion de « perméabilité » de l’Etat qu’il construit à travers l’analyse de réseaux sociaux. Il établit une carte des interactions entre bureaucrates, techniciens, politiques et entrepreneurs dans la mise en œuvre de la politique d’assainissement de la ville de Rio de Janeiro pour mieux comprendre les relations Etat /société et les frontières public/privé.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : Institut Pereira Passos, modifiée par nos soins
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4870/img-1.png
Fichier image/png, 369k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4870/img-2.png
Fichier image/png, 6,7k
Titre Tableau 1 : Le type d’aide
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4870/img-3.png
Fichier image/png, 9,1k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4870/img-4.png
Fichier image/png, 4,3k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4870/img-5.png
Fichier image/png, 6,4k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4870/img-6.png
Fichier image/png, 6,4k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4870/img-7.png
Fichier image/png, 7,1k
Titre Graphique 3 : Activité passée comme ambulant au moment de l’enquête
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4870/img-8.png
Fichier image/png, 8,8k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4870/img-9.png
Fichier image/png, 4,9k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4870/img-10.png
Fichier image/png, 5,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria De Fatima Cabral Gomes et Caterine Réginensi, « Vendeurs ambulants à Rio de Janeiro : expériences citadines et défis des pratiques urbaines », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 368, mis en ligne le 19 mars 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4870 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4870

Haut de page

Auteurs

Maria De Fatima Cabral Gomes

Université Fédérale de Rio de Janeiro, Ecole de Service Social
cabral.gomes@pesquisador.cnpq.br

Caterine Réginensi

Ecole d’Architecture de Toulouse
creginensi@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page