Navigation – Plan du site
1999
102

Cartographie des milieux naturels et semi-naturels du littoral de Corse du sud

Vegetation mapping of South Corsica coastal area

Frédéric Bioret et Françoise Gourmelon

Résumés

A la demande de l’Office de l’Environnement de la Corse, est réalisée la cartographie des unités de végétation de la façade littorale située entre Sartène et Porto-Vecchio. Cet état initial, qui s’inscrit dans le cadre du projet de parc international marin des bouches de Bonifacio, a pour objectif d’évaluer la valeur patrimoniale et la diversité des habitats naturels et semi-naturels. La méthodologie est fondée sur un travail de photo-interprétation au 25 000ème validé sur le terrain et intégré à une Base d’Information Géographique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette étude a été commandée par l’Office de l’Environnement de la Corse dans le cadre du projet de Parc Marin International des Bouches de Bonifacio. Les documents graphiques ont été réalisés par E. Giraudet (Géosystèmes UMR 6554 CNRS) que nous remercions vivement.

Texte intégral

1A partir de 1993, les Etats français et italien proposent la création du parc international marin des Bouches de Bonifacio. Les caractéristiques naturelles et culturelles exceptionnelles de cette zone maritime, entre la Corse et la Sardaigne, justifient pleinement le projet (Maciocco, 1994). C’est dans ce contexte que cette étude est menée en 1997, dans le cadre d’un contrat réalisé par le laboratoire Géosystèmes (UMR 6554 CNRS), pour l’Office de l’Environnement de la Corse. Le secteur cartographié couvre près de 9000 hectares et s’étend sur 120 km de façade littorale, de Roccapina (Sartène) à l’Ouest, à la Punta di a Chiappa (Porto-Vecchio), à l’Est (figure 1). Ses limites, côté terrestre, correspondent en partie à celles des futures Zones Spéciales de Conservation Z.S.C. (Directive Habitats, Faune, Flore) et incluent la partie terrestre des îles et îlots des réserves naturelles des Iles Cerbicale et des Iles Lavezzi. En dehors des Z.S.C., la profondeur de la bande littorale est déterminée par la largeur de la zonation de la végétation littorale jusqu’au maquis à genévrier de Phénicie ; celle-ci peut varier de plus de 2 km dans les sites les plus exposés à moins de 100 m dans les sites les plus abrités. En revanche, dans les secteurs où l’urbanisation littorale s’étend jusqu’au trait de côte ou à proximité immédiate de celui-ci, la profondeur de la bande cartographiée est parfois nettement plus réduite.

2Les paysages littoraux de Corse du Sud sont marqués par un relief accidenté et des caractéristiques géologiques très hétérogènes. Ainsi la frange littorale concernée traverse le plateau calcaire de Bonifacio et les massifs cristallins notamment de La Trinité à l’Ouest et de la presqu’île de Capicciolu à l’Est. Sur la façade orientale, des cordons littoraux ferment les golfes de Santa Giulia et de Santa Manza, en y délimitant des étangs. Une partie de la zone d’étude a connu en août 1994, un incendie important qui explique la présence de stades dynamiques de végétation caractéristiques.

Fig.1 : Localisation

3L’objectif de cette étude est de dresser un état initial de la distribution spatiale des grandes unités de végétation de manière à estimer la valeur patrimoniale et la diversité des habitats naturels et semi-naturels (Bioret et Gourmelon, 1997). Le choix de l’échelle (1 : 25 000) est déterminé par l’approche globale souhaitée par les gestionnaires et la cohérence de cette information avec d’autres sources déjà intégrées à une base d’information géographique pilotée par le logiciel Map Info à l’Office de l’Environnement de la Corse. Cette contribution présente les résultats cartographiques en insistant sur la méthodologie mise en œuvre et sur l’intérêt de la démarche pour l’évaluation patrimoniale d’un espace protégé.

Méthodologie

4La production des données est basée sur un travail de photo-interprétation de 14 clichés aériens en couleurs naturelles de l´Institut Géographique National, mission de l´été 1996, à l’échelle de 1 : 25 000. Une campagne de terrain ayant pour objectif de définir une typologie des unités de végétation a précédé la phase de cartographie proprement dite. Les descriptions botaniques et phytosociologiques réalisées au cours de la dernière décennie sur certains sites remarquables à grande échelle (1 : 2 000) par G. Paradis et coll. (Université de Corte), ainsi que la récente synthèse phytosociologique de la végétation du littoral de la Corse (Géhu et Biondi, 1994), ont servi de base à la reconnaissance des différentes associations végétales rencontrées. La phase d’identification des différentes phytocoenoses a eu lieu d’avril à juin 1997, en période d´optimum de la végétation. Plusieurs sites représentatifs de la diversité des signatures colorées des types de végétation ont été prospectés finement, alors que l’ensemble du territoire d´étude a fait l´objet d´une approche générale en suivant des radiales de la mer vers l´intérieur. A chaque fois, plusieurs relevés phytosociologiques ont été effectués pour chaque phytocoenose rencontrée selon la méthode sigmatiste (Géhu, 1986)  ; ces relevés ont ensuite été comparés aux données de Paradis et coll. et de Géhu et Biondi, afin de les rattacher aux associations végétales décrites par ces auteurs. Compte tenu de l’échelle de travail (1 : 25 000), des regroupements entre associations proches ou appartenant aux mêmes unités supérieures (essentiellement Classes phytosociologiques) ont été faits. C’est notamment la cas pour les sites présentant une grande diversité phytocoenotique, tels que les pointes rocheuses et les hauts de falaises, les massifs dunaires, et les zones humides littorales ; des simplifications importantes ont été effectuées, pour des phytocoenoses ayant une physionomie ou une structure commune, ou appartenant à un même compartiment écologique. Dans le cas des végétations distribuées en mosaïque, il était impossible de les dissocier spatialement à l’échelle du 1 : 25 000, au risque d´une perte de lisibilité de la carte finale. Deux cas de figure ont été retenus : soit regrouper l’ensemble des végétations sous une unité synthétique (végétations halo-chasmophytiques et garrigues basses semi-halophiles, végétation des sables littoraux), soit retenir une unité de végétation particulière (maquis littoral à genévrier de Phénicie en mosaïque avec du pré-maquis et des zones dénudées).

5La figure 2 indique la correspondance entre la nomenclature phytosociologique et les unités de végétation retenues qui sont présentées par grands types de milieux : au total, 20 unités de végétation. Sur le terrain, les limites des grandes unités de végétation ont été reconnues en positionnant l´observateur sur des points hauts remarquables, à partir desquels une vue d´ensemble était accessible.

Fig. 2 : Typologie

6Une fois les unités de végétation repérées sur les photographies aériennes et validées sur le terrain, les opérations suivantes sont menées au laboratoire : scannage des photographies aériennes, rectification géométrique et projection cartographique des fichiers-image, production d’une mosaïque numérique, contrôle de la rectification, numérisation des contours des entités thématiques et saisie des attributs descriptifs. Le scannage, réalisé à la résolution de 300 points par pouce, consiste à produire des fichiers numériques à partir des 14 photographies aériennes. Les phases de rectification géométrique et de projection cartographique des fichiers-images dans le système Lambert IV Corse sont réalisées en appliquant la méthode polynomiale par choix de points d´appui (amers) choisis sur les cartes correspondantes de l’I.G.N. à 1 : 25 000. Une mosaïque est alors produite. La qualité de la rectification est ensuite testée en lui superposant un produit Spotview (Spot Image), qui correspond à une mosaïque d’images satellitaires acquises en mode multispectral en juillet 1997 et livrée dans un niveau de pré-traitement géométrique d’une précision 2B. La procédure de rectification est réitérée jusqu’à ce que l’ajustement des images aériennes soit optimal. Du fait de leur qualité géométrique, l’utilisation d’orthophotographies numériques aurait été préférable (Quessette et al., 1997) mais leur production n’a pu s’envisager dans cette étude pour des raisons de coût lié à l’obtention d’un Modèle Numérique de Terrain sur l’ensemble de la zone. La constitution d’une couverture vectorielle a ensuite impliqué la numérisation des contours des entités surfaciques sur fond d´image (par référence au document de terrain), la création d’une topologie de polygones et la description des objets par deux attributs concernant respectivement l’unité de végétation et le type de milieu auquel elle se rattache.

Evaluation patrimoniale

7Les principaux types de milieu naturel cartographiés présentent les caractéristiques suivantes (figure 3).

Fig. 3 : Habitats terrestres des milieux naturels du littoral de la Corse du Sud

8Les végétations halo-chasmophytiques et garrigues basses semi-halophiles sont inféodées aux rochers littoraux calcaires ou siliceux. Soumis à l’action du vent et des embruns, les groupements semi-halophiles à immortelle à petites feuilles et les garrigues basses sont caractérisées par un port bas souvent en coussinets.

9Les végétations sur substrat sableux concernent deux unités de faible recouvrement spatial. Les végétations des sables littoraux correspondent aux groupements annuels nitro-halophiles des laisses de mer, aux groupements vivaces à chiendent et le groupement à oyat de la dune vive, et aux groupements psammophiles divers d’arrière-dune sur substrat sableux plus stabilisé. Ces deux premières catégories sont caractérisées par une grande diversité de phytocoenoses à forte valeur patrimoniale, strictement inféodées à des conditions écologiques particulières. Le pré-maquis à Halimium halimifolium sur sableest caractérisé par cette espèce et par le ciste à feuilles de sauge, pouvant dépasser un mètre de hauteur.

10Les maquis littoraux bas à genévrier de Phénicie correspondent à différents faciès mais sont toujours caractérisés par la présence du genévrier de Phénicie qui imprime fortement la physionomie de l’ensemble. Sur sable, il est associé à la dune boisée à Pin parasol ou Pin maritime. Sur substrat dur, le maquis littoral bas se développe au contact supérieur des garrigues semi-halophiles basses sur une frange plus ou moins profonde en fonction de l’exposition. En situation semi-abritée, il peut également se développer sur le rebord des falaises rocheuses.

11Les maquis hauts avec feuillus sclérophylles et résineux correspondent à trois stades boisés du maquis à genévrier de Phénicie : à chêne vert, à chêne liège ou à Pin d’Alep (planté). Ils se développent sur plus de la moitié de la surface cartographiée, dans des conditions climatiques plus abritées et sur des sols plus profonds. Le maquis à lentisque peut être associé aux autres faciès ou constituer un type de maquis particulier sans genévrier de Phénicie.

12Le maquis post-incendie est un maquis à ciste de Montpellier, de recolonisation après incendie du maquis à genévrier de Phénicie qui peut être associé aux chênes liège lorsqu’ils ont résisté au feu.

13La chênaie verte à oliviers est un habitat identifié uniquement dans la région calcaire de Bonifacio, en situation abritée de fond de vallée.

14Les végétations prairiales, localement pâturées ou fauchées, regroupent des parcelles démaquisées parfois plantées d’oliviers et la prairie mésophile ou méso-hygrophile de grande diversité floristique (pelouses à orchidées).

15Les végétations hygrophiles, sont représentées par les végétations des bords d’étangs, des marais salés ou saumâtre, la tamariscaie, parfois en mélange avec les roselières, l’aulnaie rivulaire et les végétations amphibies des mares temporaires qui constituent un habitat de grand intérêt patrimonial du fait de la présence de nombreuses espèces végétales rares et protégées.

Discussion

16Cet inventaire révèle que les sites d’intérêt phytocoenotique majeur correspondent aux pointes rocheuses de la côte occidentale et aux massifs dunaires parfois associés à des zones humides rétro-littorales et aux mares temporaires. Une évaluation spatiale plus poussée de leur diversité, nécessiterait la mise en place d’un suivi à long terme de la dynamique de la végétation à une échelle plus fine, complétant ainsi le travail réalisé par Paradis et coll. (Lorenzoni et al., 1994 ; Paradis et Piazza, 1994). De même, en raison de ses spécificités floristiques et phytocoenotiques, le plateau calcaire de Bonifacio pourrait faire l’objet d’une cartographie à grande échelle, de la frange littorale de Paragan à Sperone. Plus globalement, le suivi de la dynamique de recolonisation du maquis dans les phases post-incendie permettrait de comprendre les cinétiques et les potentialités de recolonisation des secteurs incendiés.

17Suite à cette première approche cartographique, certains îlots des réserves naturelles des Îles Lavezzi et des Îles Cerbicales ont fait l’objet d’un inventaire permettant d’évaluer la qualité phytocoenotique de la végétation terrestre. Cet état des lieux est réalisé dans le cadre d’un suivi à long terme de la dynamique de la végétation, où l’influence des populations d’oiseaux marins nicheurs est un facteur écologique majeur concernant l’ensemble des îlots marins en Réserve Naturelle (Bioret et Gourmelon, 1999). En raison de la taille restreinte des espaces (de 2.5 à 14.3 ha), de la finesse des processus dynamiques en cause, et de la fréquence du suivi (pas de temps de 5 ans), l’échelle d’analyse retenue est le 1 : 3 000, et une typologie spécifique a été élaborée. Chaque unité de végétation identifiée sur le terrain est caractérisée par ses espèces dominantes ; elle est rattachée à une série de végétation (Ozenda, 1982) et attribuée à un stade dynamique (Bioret et al., 1988, 1991) (figure 4).

18L’exploitation de cette information spatialisée permet, par exemple, de produire des cartes de la dynamique du tapis végétal réalisées à partir du regroupement des différentes unités appartenant au même stade dynamique, quelles que soient leurs séries d´appartenance. Cette information obtenue à partir des unités de végétation, permet une présentation synthétique de l´état du tapis végétal, en quantifiant l´étendue spatiale des différents stades sur une même île. Elle permet en outre une synthèse objective de l´état de santé du tapis végétal, à travers des documents cartographiques accessibles aux gestionnaires de réserves naturelles, non spécialistes ou non phytosociologues (figure 5). L’analyse de ces documents permet d’élaborer le diagnostic suivant pour les îlots corses en réserve naturelle. Sur certains îlots de faible superficie (moins de 5 ha) et présentant parallèlement une faible diversité des séries dynamiques, la pression par les oiseaux marins nicheurs semble plus forte et se traduit par une proportion importante de l´extension spatiale du stade 3 par rapport aux stades 1 et 2 ; ce qui est le cas de Porraggia aux Lavezzi. En revanche, sur les îlots de plus grande taille, les stades 1 et 2 sont largement dominants par rapport au stade 3 ; sur Piana, ils représentent 96% de la surface végétalisée, et sur Maestro Maria et Pietricaggiosa, le stade 3 occupe moins du quart de la surface végétalisée.

Fig. 4 : Les quatre stades dynamiques pris en compte

Fig. 4 : Les quatre stades dynamiques pris en compte

Fig. 5 : Les stades dynamiques de la végétation

Conclusion

19Ce travail qui a permis de cartographier les unités de végétation caractéristiques des milieux littoraux de Corse du Sud constitue la phase descriptive de l’état initial d’un espace protégé. Cette cartographie peut contribuer à l’évaluation patrimoniale, préalable indispensable à la définition des objectifs de gestion conservatoire d’un site. Elle constitue en outre un état de référence dans le cadre du suivi à long terme de la dynamique de la végétation littorale, qui devra se faire à une échelle appropriée à la diversité et à la complexité phytocoenotique de chaque site. Du point de vue de la démarche méthodologique, il est indéniable que le traitement numérique de l’information au sein d’un S.I.G. contribue à la valorisation des connaissances de terrain notamment collectées dans le cadre d’études consacrées au littoral (Pottier, 1993  ; Gourmelon et al., 1998). Ainsi, il permet une meilleure description géométrique des objets géographiques et une approche statistique et spatiale des composantes environnementales. De plus, les possibilités offertes par les outils cartographiques de ces systèmes procurent une souplesse de restitution intéressante. Bien évidemment, l’apport des méthodes de traitement ne se limite pas à l’élaboration et à l’analyse d’un niveau unique d’information, comme c’est le cas dans notre étude. L’intérêt de la démarche n’est réelle que dans un cadre pluri-thématique et dynamique. Or, le contexte institutionnel (parc international marin des bouches de Bonifacio) garantit la faisabilité du projet en assurant la pérennité du suivi scientifique. Il permet aussi la mise en place d’un S.I.G. qui, dans ce cadre s’avère un outil tout à fait pertinent (Briggs and Tantram, 1997). En effet, face aux objectifs de conservation de la nature et d’accessibilité au patrimoine d’un parc international, il s’impose du point de vue de la connaissance du fonctionnement et de l’évolution de l’environnement (mise en évidence spatiale des changements), en tant que support de gestion des ressources et des milieux, et enfin, comme outil de valorisation (Bridgewater, 1993).

Haut de page

Bibliographie

BIORET F., BOUZILLE J.-B., GEHU J.-M. et GODEAU M., 1991, "Phytosociologie paysagère du système pelouses-landes-fourrés des falaises des îles ouest et sud armoricaines. " In Actes du Colloque Phytosociologique, 17, Versailles, 1988, pp. 129-142.

BIORET F., BOUZILLÉ J.-B. et GODEAU M., 1988, " Exemples de gradients de transformation de la végétation de quelques îlots de deux archipels armoricains. Influence de zoopopulations." In Actes du Colloque Phytosociologique, 15, Strasbourg, 1987, pp. 509-531.

BIORET F. et GOURMELON F., 1997, Cartographie des habitats terrestres des milieux naturels et semi-naturels du littoral sud de la Corse, de Roccapina (sartène) à la Punta di a Chiappa (Porto-Vecchio), Rapport inédit, Office de l’Environnement de la Corse/Géosystèmes UMR 6554 CNRS.

BIORET F. et GOURMELON F., 1999, "Cartographie dynamique de la végétation terrestre des îlots marins en réserve naturelle", Braun Blanquetia, n° spécial, à paraître

BRIDGEWATER P.B., 1993, "Landscape ecology, geographic information systems and nature conservation", in : Haines-Young R. et al., Landscape ecology and GIS, Taylor & Francis, pp. 23-36.

BRIGGS D.J. and TANTRAM D.A.S., 1997, Using GIS for countryside management : the experience of the National Parks, Rapport, Nene Centre for Research/Nene College Northampton.

FICHAUT B. et HALLÉGOUET B., 1990, "Banneg  : une île dans la tempête", Penn Ar Bed, n° 135, pp. 36-43.

GEHU J.-M., 1986, "Des complexes de groupements végétaux à la phytosociologie paysagère contemporaine", Informatore Botanico Italiano, n° 18 (1-2-3), pp. 53-83.

GEHU J.-M. et BIONDI E., 1994, "Végétation du littoral de la Corse. Essai de synthèse phytosociologique", Braun-Blanquetia, n° 13.

GOURMELON F., ROBIN M. et BIORET F., 1998, "Comparaison de bases d’information géographique sur le thème des friches agricoles insulaires", Revue Internationale de Géomatique, vol. 8, n°4, pp. 319-330.

LORENZONI C., PARADIS G. et PIAZZA C., 1994, "Un exemple de typologie d’habitats littoraux basée sur la phytosociologie  : les pourtours de la baie de Figari et du cap de la Testa Ventilegne (Corse du Sud)", Colloques Phytosociologiques, XXII , Bailleul (1993), pp. 213-296.

MACIOCCO G., 1994, Les lieux de l’eau et de la terre. Rapport de synthèse de l’étude de définition du Parc Marin International de l’Archipel de la Maddalena et des Bouches de Bonifacio, Rapport, Regione Autonoma Della Sardegna/Office de l’Environnement de la Corse/Commission de la Communauté Européenne.

OZENDA P. , 1982, Les végétaux dans la biosphère. Ed. Doin.

PARADIS G. et PIAZZA C., 1994, "Etude phytosociologique et cartographique du littoral sableux du site de la Rondinara (sud de la Corse)", Res Mediterranea, n° 1, pp. 25-52.

POTTIER P., 1994, "Urbanisation littorale et SIG. Plaidoyer pour le renforcement de l’approche thématique dans l’application SIG", Revue de Géomatique, vol. 3, n°4/93, pp. 405-414.

QUESSETTE J.A., BENMLIH S. et MAUMONT M., 1997, "Réflexions sur l’orthophotographie numérique", Revue XYZ de l’Association française de Topographie, n° 71, pp. 82-86.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4912/img-3.png
Fichier image/png, 35k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 4 : Les quatre stades dynamiques pris en compte
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/4912/img-5.png
Fichier image/png, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Bioret et Françoise Gourmelon, « Cartographie des milieux naturels et semi-naturels du littoral de Corse du sud », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Cartographie, Imagerie, SIG, document 102, mis en ligne le 06 juillet 1999, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4912 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4912

Haut de page

Auteurs

Frédéric Bioret

Géosystèmes : UMR 6554 CNRS, Institut Universitaire Européen de la Mer, Université de Bretagne Occidentale
Frederic.Bioret@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Françoise Gourmelon

Géosystèmes : UMR 6554 CNRS, Institut Universitaire Européen de la Mer, Université de Bretagne Occidentale
Francoise.Gourmelon@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page