Navigation – Plan du site
1999
105

Quelques remarques sur la géographie urbaine au Japon depuis 1970

A few remarks about urban geography in Japon since 1970

Akio Onjo

Résumés

Cet article a pour objectif de réfléchir à l’évolution de la géographie urbaine au Japon depuis les années 1970. Après la "Révolution quantitative", la géographie urbaine au Japon a transformé ses thèmes et objets de recherche. Mais pendant longtemps elle n’a guère touché à la réflexion épistémologique concernant les concepts et notions qu’elle a pu mobiliser dans les études empiriques, notamment espace et lieu. Toutefois, après 1990, certains géographes tentent réfléchir les problèmes implicites, en liant les études sur le terrain et refléxion épistémologique.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article a pour objectif de réfléchir à l'évolution de la géographie urbaine au Japon entre 1970 et aujourd'hui. Les études consacrées à la localisation des villes et à la structure urbaine attirent de nombreux géographes japonais à partir de la Deuxième Guerre mondiale. Comme nous le verrons ci-dessous, ils s'efforcent de multiplier les thèmes et les méthodes pour mieux approfondir la connaissance des phénomènes sociaux et urbains concrets, au Japon et à l'étranger. Les recherches empiriques et théoriques s'accumulent.

2Pourtant, ce qui me paraît essentiel, c'est que pendant longtemps ils n'abordent pas un problème très important, celui de la réflexion épistémologique sur les concepts ou notions qu'ils emploient pour analyser leurs objets. On peut constater que les investigations épistémologiques sont en général absentes dans la géographie urbaine. Malgré les efforts de certains géographes, ces insuffisances ne sont pas confinées à ce domaine  : c'est aussi un problème grave pour la géographie japonaise en général. Et cet " oubli " ou ce " désintérêt " de la part des géographes limite sans doute les horizons dans lesquels se déploie la pensée géographique au Japon. Par exemple, le Prof. K. Takeuchi, de l’Université de Komazawa, regrette que la géographie japonaise n'ait pas fait l'expérience de la mutation intense de la géographie contemporaine (la révolution quantitative puis la critique radicale), ni du débat entre diverses positions (géographie humaniste, etc.) (Takeuchi, 1993). En ce sens, il me semble qu'une investigation sur l'histoire de la géographie urbaine vaut aussi pour connaître la situation de l'étude géographique au Japon.

3Je ne ferai donc pas une simple présentation, mais plutôt une analyse critique.

La portée de la " Nouvelle géographie " : les années 1970

4Tout d'abord, nous jetterons un coup d'oeil sur des études urbaines antérieure à la " Nouvelle géographie " ou la " Révolution quantitative ". Selon le livre de l’association des géographes japonais paru en 1970 (AJG, 1990), les géographes spécialistes de l’urbain se sont consacrés aux thèmes suivants  : l'urbanisation et la population, l'utilisation du sol et le paysage, la structure interne des villes, les activités économiques et fonctionnelles dans les villes, les problèmes urbains et l'aménagement, les études historiques. A cela on peut ajouter les rapports villes / campagnes et les lieux centraux. On peut remarquer deux points à ce propos. En premier lieu, la plupart des travaux que menaient les géographes sont demeurés empiriques et descriptifs et l'analyse morphologique a tenu une grande place dans leurs études. Par ailleurs, certains géographes ont commencé à pratiquer l'analyse des aspects fonctionnels de la ville, comme la fonction " basique/non-basique ". Et ils mettaient en oeuvre très activement les techniques et les méthodes d'analyse quantitative depuis le milieu des années 1960. Cela a établi les bases de la " Nouvelle géographie " au Japon (notons toutefois que certains géographes avaient déjà employé une méthode statistique pour mesurer la distribution des villages dès les années 1930).

5Après la grande vague de la " Révolution quantitative ", les géographes spécialistes de l’urbain ont appliqué les théories importées des Etats-Unis et de la Grand-Bretagne aux cas des villes et des réseaux urbains japonais. Par exemple, la théorie des lieux centraux de B. Berry (" Géographie des marchés et du commerce de détail "), l'analyse des systèmes urbains de A. Pred, la théorie de la diffusion spatiale élaborée par T. HŠgerstrand, etc. Mais la construction et l'élaboration des nouvelles théories sur l'espace géographique étaient insuffisantes. S’agissant des techniques, la géographie urbaine a parfois employé l'analyse factorielle pour analyser la différenciation résidentielle et fonctionnelle dans la ville et pour faire une comparaison entre certaines métropoles. En outre, l'analyse de réseau (" network analysis ") et l'analyse de surface de tendance ("Trend-surface analysis ") ont été souvent utilisées. La " Nouvelle géographie " a donc offert aux géographes des outils qu'ils ont mobilisés dans les études urbaines. Puis de plus en plus nombreux ont été les géographes qui se sont intéressés à la place de la théorie et du processus de théorisation dans le discours géographique (par exemple le changement de la méthode inductive à la méthode déductive), bien que la discussion fût demeurée élémentaire.

6En conséquence, il est certain que la " Nouvelle géographie " a transformé la géographie urbaine au Japon sur le plan des thèmes et des méthodes. Cependant, en ce qui concerne les possibilités et les limites de la géographie quantitative et de la théorisation de l'espace géographique, la discussion entre spécialistes de géographie urbaine est demeurée à un niveau rudimentaire. Ils ont commencé à employer la notion d’  " espace " plus que jamais pour désigner leur objet de recherche. Pourtant, ce qui me paraît important, c'est qu'ils n'ont guère entamé, comme l'avaient fait D. Harvey dans son livre Explanation in Geography (1969) et R. Sack dans ses articles sur le " séparatisme spatial " (spatial separatism) au début des années 1970, la réflexion ontologique et épistémologique sur la notion de l'espace en-soi. Et le débat sur la méthodologie n'est pas parvenu, comme l'avait fait le Groupe Dupont (" Géopoint ") en France, à développer des réflexions fondamentales sur le rôle de la théorie (le problème de l'abstraction) et sur l'objet théorique dans la géographie contemporaine. La plupart des études épistémologiques de la géographie en France ou en Suisse restent inconnues au Japon jusqu'à aujourd'hui, d'autant plus que les travaux des géographes français voient leur influence sur la géographie japonaise décroître petit à petit après la révolution quantitative. C'est à partir du milieu des années 1980 que les géographes ont entrepris cette réflexion épistémologique au Japon.

La diversification des thèmes : les années 1980

7A partir de la fin des années 1970, une série de recherches a concouru à dessiner dans la géographie japonaise, en général, et dans la géographie urbaine, en particulier, un domaine jusque-là inconnu, celui touchant à l'étude des perceptions et des comportements humains dans l'espace urbain  : géographie cognitive et géographie du comportement, géographie du temps ("Time geography " inventé par T. Hägerstrand). Tandis que certains des géographes de la génération précédente étaient mécontents de ce changement ( " ce n’est pas de la géographie... "), les jeunes géographes ont très activement développé ces nouveaux thèmes. Ils ont étudié les caractéristiques des cartes mentales, les images de la ville ou de quartiers, la déformation de la distance et la direction cognitive, les comportements des habitants dans le cadre de la vie quotidienne, la reconstruction de l'espace vécu dans le roman, les préférences résidentielles, etc. Puis les approches comportementales ont été appliquées aux activités économiques  : les processus de décision en matière de choix de la localisation des bureaux ou des succursales et des établissements par l'entreprise (" Géographie de l'entreprise "). Certains spécialistes de la ville et de l'économie ont commencé à étudier les rapports entre la centralité de la ville et la localisation de l'entreprise (la ville et son territoire).

8Au total, les géographes spécialistes de l’urbain se sont investis non seulement dans les phénomènes économiques ou les classements fonctionnels de la ville ( la sphère de la production), mais encore dans les activités quotidiennes (la sphère de la "reproduction"). Autrement dit, ils ont tenté d'étudier la " vie sociale " des hommes et des femmes dans son sens le plus total. Ce changement d'intérêt ne s'est pas restreint à la géographie, il concerne aussi l'histoire (par exemple, l’" histoire sociale ") et la sociologie etc. Il me semble que c'est la transformation de la société japonaise et de la structure de l'industrie après la crise pétrolière (particulièrement, la fin de la " Haute croissance " de l'économie, l'informatisation et la mondialisation de l'industrie) qui a conduit les chercheurs à changer leur point de vue.

9En fait, les problèmes posés par la perception et le comportement devaient pousser les géographes à reconsidérer deux points au moins, celui du renversement de la perspective et celui de la transformation de l'échelle de l'unité observée. Pour ce qui concerne le premier point, le renversement de la perspective est très profond et très important, parce que les géographes ne doivent pas partir d'un espace objectif, mais qu'ils doivent aborder la représentation et la pratique de ce qu'on appelle l’ " espace ". Il s'agit de la transformation ontologique de la notion de l'espace, mais la plupart des géographes n'ont pas noté l'importance de cette transformation.

10Il est certain que pendant les années 1980 (après le colloque de l'Union géographique internationale à Kyoto), l'histoire de la pensée géographique et les problèmes épistémologiques de la géographie ont suscité, comme jamais auparavant, un grand intérêt parmi les géographes japonais. Mais cette tendance n'est pas partagée sérieusement par un grand nombre de géographes. Il n'y a pas eu de dialogue entre les spécialistes de la pensée géographique et ceux de géographie urbaine. Ceux-ci ont évité de s'engager trop avant dans la question épistémologique, parce qu'ils ne pensaient pas que la réflexion philosophique fût nécessaire pour faire de la recherche sur le terrain. Certes la traduction des travaux de L. Althusser et de M. Foucault était disponible, mais elle n'a pas exercé une influence majeure sur les études qu'ont menées les géographes. Autrement dit, il est très rare qu'ils aient mis en cause la prémisse de la concordance entre les mots et les choses, bien qu'il aient pu utiliser une approche de sémiologie sociale pour analyser l'espace ou le paysage urbain comme système de signes.

11Quant au deuxième point, le passage de l'échelle " macro " à l'échelle " micro " pose un autre problème, à savoir  : comment nous représentons-nous la société  ? Mais les travaux sur la perception et le comportement soulèvent des problèmes méthodologiques relatifs aux rapports entre les représentations individuelles et collectives. Il me semble que la géographie cognitive mette l'accent sur la dimension individuelle des images, et qu'elle ait tendance à considérer une société ou un groupe comme une unité homogène. Elle a traité de la société et des individus qui la constituent sans considération des relations sociales, économiques et culturelles. Ces limites ont été critiquées par la géographie radicale et par la géographie humaniste. La géographie radicale a particulièrement mis les problèmes micro/macro dans un nouveau contexte, en considérant la production et la reproduction de l'espace urbain dans le cadre de la reproduction de la société capitaliste. Et cette approche attire l'attention des géographes et sociologues au Japon depuis la fin des années 1980.

Vers la réflexion sur la problématique implicite : les années 1990

12Depuis la fin des années 1980, certains spécialistes de géographie urbaine tentent de mettre en cause, enfin, la problématique implicite de la géographie humaine. Nous pouvons distinguer deux positions dans ce courant.

13D'une part, les tenants de la géographie " théorique " (ce n'est plus simplement la géographie " quantitative " ) se mettent à reconsidérer les notions d'espace et de système que la géographie urbaine et quantitative n'avait pas prises en compte. Il s'agit de la " relativité " de l'espace au lieu de l'espace " absolu " et de l'espace " homogène ". Ils essaient de construire la théorie qui peut expliquer la genèse de l'espace urbain et des réseaux urbains, en appliquant à la ville, considérée comme phénomène complexe, le modèle de l'auto-organisation. Les travaux de l'école de Bruxelles (la théorie de la dynamique des lieux centraux) exercent une profonde influence sur les géographes japonais. Mais je regrette que les travaux de Mme D. Pumain et son équipe ne soient guère connus au Japon, à cause de la barrière de la langue.

14D'autre part, il s'agit des travaux de la géographie radicale ou marxiste. Ils font référence à des travaux de H. Lefebvre, de D. Harvey (1985) et de M. Castells, etc., et s'appuient sur la problématique de l'espace comme produit social et sur la notion de production de l'espace. Les problèmes de l'interface ou de l'articulation société/espace deviennent le thème fondamental. Ces études ont une spécificité  : elles analysent le processus de production de l'espace urbain et les pratiques spatiales de la vie quotidienne, du point de vue du pouvoir.

15Il est certain que ces approches s'appuient sur différentes positions, mais ce qui me semble intéressant, c'est qu'elles aient certains points communs en dépit de leurs différences. En premier lieu, elles critiquent le déterminisme simple (la causalité simple ), elles soulignent l'importance de la notion d'aléatoire et les multiples interactions qui relient les divers instances du social. En second lieu, elles s'essaient à la théorisation du processus ou de la genèse des phénomènes sociaux et spatiaux.

16En outre, les études sur les villes étrangères (pays développés et pays en voie de développement) se multiplient petit à petit. Ces expériences sur le terrain permettent aux géographes de réfléchir sur la position de leur discipline. Ils mettent en cause l'éthique relative au terrain et les connaissances géographiques comme l'" orientalisme " (E. Sa•d). Maintenant, pour surmonter ces difficultés, certains géographes tentent de jeter un pont entre le travail sur le terrain et l'étude épistémologique.

17Enfin, je voudrais ajouter un mot. Pendant les années 1980-1990, nous avons expérimenté une grande transformation de l'espace urbain au Japon. Par exemple, on a réalisé un nombre considérable de projets de réaménagement urbain qui ont produit de nouvelles formes urbaines, liées à l'exclusion des anciens habitants de certains quartiers et au processus de " gentrification " (ce processus que l'on a décrit à propos des Etats-Unis se retrouve-t-il au Japon  ?). Parallèlement, le taux d'immigration a augmenté rapidement à Tokyo, qui est devenue "une ville mondiale ou globale" (S.Sassen,1996). Surtout, les nouvelles technologies (la "révolution informatique") changent les relations sociales et spatiales et perturbent profondément la vie sociale. Les rapports entre le local et le global ou entre la stabilité et le déplacement sont très compliqués et conflictuels. Cette mutation inédite suscite nombre de recherches centrées sur les problèmes de l'espace et du lieu (ou du " non-lieu "), alors que ceux-ci ne s'y s'intéressaient guère auparavant. Paradoxalement, la géographie japonaise traverse une crise face à cette situation, parce que les géographes ont négligé la réflexion épistémologique de ces notions fondamentales de la géographie. Je pense que la géographie japonaise ne réussit pas à fournir aux spécialistes des autres sciences sociales la conception qui leur permettrait d'analyser la situation actuelle. Par exemple, les travaux du Prof. A. Berque sont souvent abordés et discutés par des philosophes et des architectes plus que par des géographes.

18Le Prof. C. Raffestin (1997) fait remarquer qu'il n'y a pas de critique dans la géographie humaine. Inutile de dire que les géographes japonais doivent se résoudre à cette critique.

Haut de page

Bibliographie

Abe K., 1996, Urban geography In Postwar Japan. Geographical Review of Japan 69 (Ser. B) : 70-82.

AJG (The Association of Japanese Geographers), 1970, Japanese cities : A

geographical approach. Special Publication 2. The Association of Japanese Geographers.

Harvey D., 1985, Urbanisation of capital. Johns Hopkins U.P.

Raffestin,C., 1997, Une géographie buissonnière. Espaces/Temps 64-65 : 87-93.

Sassen S., 1996, La ville globale. Descartes & Cie.

Takeuchi K., 1993, Toporogu (Miscellanea of geography). Tokyo, Kokon Shoin (J).

Wakabayashi Y., 1996, Behavioral studies on environmental perception by Japanese geographers. Geographical Review of Japan 69 (Ser. B) :83-94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Akio Onjo, « Quelques remarques sur la géographie urbaine au Japon depuis 1970 », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 105, mis en ligne le 24 septembre 1999, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4925 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4925

Haut de page

Auteur

Akio Onjo

Université de Kyushu

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page