Navigation – Plan du site
1997
Colloque "3O ans de sémiologie graphique"
145

La sémiologie graphique à l’épreuve du froid. L’introduction de la sémiologie graphique en Norvège. Réflexion d’un acteur

Graphic semiology towards coldness : a producer view point in Norway

Axel Baudouin

Entrées d’index

Mots-clés :

sémiologie graphique
Haut de page

Texte intégral

1Mon but dans cette intervention est d'une part de raconter l'introduction de la sémiologie graphique en Norvège au début des années 80, et d'autre part d'en estimer l'impact, pour essayer de contribuer à la discussion plus large sur la manière dont la sémiologie graphique a été acceptée, à quel niveau et dans quels milieux, ici ou ailleurs.

Rappel des faits, le premier contact

2Etudiant en géographie rue St Jacques mon premier contact avec la sémiologie graphique s'est produit à l'occasion de quelques heures de cours données par Jacques Bertin dans le cadre du cours de cartographie de Fernand Joly en 69-70. Nous avions été quelques uns dans le groupe d'étudiants dont je faisais partie à être à la fois provoqués (les cours de Bertin étaient animés) et attirés par cette approche des images qui nous apportait quelque chose comme une méthode générale permettant d'un côté l'analyse et la critique des cartes existantes (Fernand Joly en fit les frais quand il nous demanda d'analyser certaines des cartes produites dans son laboratoire) et fournissant une méthode générale d'élaboration des cartes, ce que j'appellerai le premier volet de la sémiologie graphique limité à la transcription graphique de l'information contenue dans les données à cartographier. La sémiologie graphique fut un des rares livres dont je fis l'acquisition au cours de mes études. Il faut aussi préciser le contexte pratique de l'époque. Nous n'avions pas d'ordinateurs à disposition. Les méthodes quantitatives venaient tout juste d'être introduites dans l'enseignement de la géographie (cours de Durand Dastès). Le second volet de la sémiologie concernant le traitement de l'information à l'aide de matrices graphiques et de fichiers images nous semblait une solution à nos problèmes de traitements.

La pratique

3Mais il passa pas mal de temps avant de me lancer, au milieu des années 70, dans la réalisation de mon premier fichier image pour mettre en pratique la sémiologie de façon plus systématique, avec le traitement de l'information, en plus de la transcription graphique, dans un cours de cartographie donné en Norvège. Je ne peut pas dire, à part la réaction et l'intérêt de 2 ou 3 collègues, que ce que j'essayais de faire eu beaucoup d'effet. Les étudiants appliquaient sagement, plutôt amusés ce que je leur demandait de faire (beaucoup de découpages) et puis voilà, passé le cours, terminé, on n'en parlait plus, ce qui compte c'est l'examen. L'introduction rédigée (Baudouin, 1980)sur la sémiologie graphique n'avait non plus mobilisé les foules, ni provoqué de discussion, quelques collègues s'y intéressaient, sans plus.

4En fait c'est un peu par hasard que la sémiologie que j’utilisais dans mon cours de méthode pour étudiants de première année soudainement, à l'occasion d'un séminaire sur l'Atlas national de Norvège provoqua des réactions et un intérêt renouvelé. Première remarque : Le public, l'occasion ont un effet important sur la diffusion d'une idée ou d'une théorie.

5L'intérêt renouvelé trouvé dans une autre audience tenait à deux faits selon moi. Tout d'abord, un facteur événementiel, que le milieu cartographique (NGO, Statens Kartverk) se trouvait en face d'un problème concret, le lancement du nouvel atlas national. Le milieu était peu préparé, sans méthode, trop engoncé dans les séries cartographiques établies où les problèmes de "design cartographique"ne se posaient pas puisque il s'était peu à peu défini et raffiné sur des dizaines d'années. Un exposé sur les cartes thématiques reprenant les principes de Bertin (Baudouin, 1981) tombait à pic et semblait constituer une réponse aux questions posées par la mise en route de l'Atlas national.

6Le deuxième facteur étant que la cartographie assistée par ordinateur progressant rapidement en Norvège était à la recherche d'un modèle des données applicable à la modélisation des objets cartographiques.

7Le séminaire dont j'ai parlé marqua le début d'une série d'activités, autres séminaires et cours divers (NKTF, et Nordisk Sommerkurs) et d'un projet dont le but était d'envisager l'application de la sémiologie en cartographie assistée par ordinateur, on ne parlait pas encore de SIG à l'époque. Il en résulta une publication limitée à un rappel de la théorie qu'à son application ; la tâche était trop importante vu le temps et le financement alloués (Baudouin, Anker, 1984). C'est au cours de ce travail que m’apparut la convergence entre la sémiologie graphique et la cartographie américaine au cours des années 70.

8Convergence qui s'exprime dans les ouvrages de Robinson et Petchenik, les travaux de Muerckhe...dans le manuel de Robinson (Robinson, 4ème édition ???), dans "The nature of maps" (Robinson, Petchenik, 1976) dans cet article de Petchenik (Robinson, Petchenik, 1979) où la conscience de la différence fondamentale entre carte à lire et cartes à voir est formulée autour des concepts de place and space, reconnaissant la qualité essentielle de certaines cartes de montrer l'espace, donc les relations spatiales entre objets cartographiés.

9A la même époque en France, la diffusion de la sémiologie graphique dépassait les bornes du laboratoire de l'EHESS, comme à Rouen (M. Brocard, L. de Golbéry) et autres lieux. Une autre étape, en ce qui concerne la Norvège, et moi-même, a été un séminaire des géographes norvégiens en 1984 à Oppdal, consacré à la cartographie où par hasard on retrouva dans l'assistance des décideurs de Miljøvern Departement (le ministère de l'environnement), le ministère de tutelle de Statens kartverk (l'institut cartographique national norvégien) et l'initiateur des réformes engagées ; ainsi que le professeur Ormeling et un de ses collègues de l'Association Cartographique Internationale. Ormeling était encore le directeur de l'ITC à Enschede, et il était un des partisans de la sémiologie graphique, l'ITC a été au niveau international un des lieux de la diffusion des principes de la sémiologie graphique. Les géographes de Trondheim ayant prouvé leur intérêt pour la cartographie et la sémiologie il a été par la suite décidé de donner à Trondheim un poste en ce qu'on appelle aujourd'hui la géomatique. Le premier poste dédié à la cartographie et l'infographie dans un institut de géographie. Ici encore il est intéressant de noter que l'impulsion venait d'en dehors du milieu académique, de la part des milieux professionnels de la production cartographique.

10Ce qui me frappe avec le recul des ans c'est d'abord le fait que la diffusion de la sémiologie graphique en pratique se limite en Norvège à son premier volet, malgré quelques essais de mettre en route le deuxième volet, le traitement des données. Ensuite c'est une curieuse situation combinant une acceptation de la théorie tandis qu'aucun débat ne s'était engagé.

11En Norvège, il n'y a jamais eu en fait de discussion sur la sémiologie graphique. Je continue de m'interroger sur la raison de ce phénomène. C'est peut-être du fait que les milieux universitaires soient restreints. C'est peut-être lié aux us et coutumes. Un collègue hésite à se prononcer sur ce que produit un autre de ses collègues si il n'est pas lui-même déjà impliqué dans un travail sur les mêmes thèmes, s'il ne se considère pas comme lui aussi compétent en la matière. Il y a peut être une raison dans la sociabilité des milieux universitaires

12Ce qui me pousse à m'interroger d'autre part sur :

  • sur le niveau d'acceptation, de compréhension, de diffusion d'un "paradigme" car la sémiologie graphique est un paradigme de la cartographie

  • sur les formes et les raisons de cette diffusion : sur le temps qu'elle prend, sur l'importance et les caractéristiques des milieux concernés par cette diffusion, sur la manière dont les choses se sont passées en France comme ailleurs.

13Car il est un fait que la sémiologie graphique bien qu'acceptée, officialisée, l'a été de façon partielle en France comme ailleurs. Ce qui a été accepté et qu'on retrouve partout, je veux dire dans la plupart des manuels de cartographie c'est le concept des variables visuelles et de leur utilisation dans la transcription graphique des données. Un exemple récent est le livre Cartography. Visualization of spatial data où il est dit élégamment : "It was the french geo-cartographer Bertin who placed the various sensations created by the variations of graphical aspects in a logical structure" (Kraak, Ormeling, 1996 : 120)

14Ce qui est moins bien passé dans la pratique est le traitement des données.

15Le modèle de l'expression graphique des données qui est la base de la sémiologie, s'est répandu internationalement à été accepté et repris (parfois avec des erreurs) par le milieu des cartographes. Malgré tout, si la graphique est connue(même à un niveau élémentaire dans le milieu des cartographes et géographes et sciences humaines/sociales elle reste inconnue de la plupart des autres disciplines et du grand public. Ceci malgré la multiplication de publications diverses comme l'Atlas de la population française (IGN/INSEE, 1980) et autres publications. Les méthodes du traitement de l'information ont de leur côté subi un sort beaucoup plus discret et une mise en œuvre très limitée.

16Même la composition trichromique pour la combinaison de 3 variables est peu utilisée, alors qu'une de ses variantes en télédétection est d'un emploi systématique dans les combinaisons colorées.

17Est-ce une question de difficulté de mise en œuvre des règles de traitement de l'information dans les programmes informatiques ou une incompatibilité de fond entre la graphique et la statistique multivariée ? Il est tellement facile à partir de n'importe quel tableur de produire instantanément un choix de graphiques du plus bel effet, esthétiquement parlant, alors que la manipulation de l'information selon les principes de la graphique demande un minimum d'efforts de conceptualisation préalable et une conscience claire du but poursuivi par le traitement. La mise en œuvre d'un traitement graphique traditionnel, manuel, est coûteux en temps de travail et ne peut concourir avec les logiciels existants tant qu'il n'y a pas de logiciel intégrant les règles de la graphique

18Hypothèse : la sémiologie débouche sur le marché au même moment où l'informatique va se développer, les traitements statistiques

19La graphique n'a pas encore pénétrer les milieux informatiques. Il y aurait une pénétration , une diffusion à des rythmes différents selon les milieux.

20La sémiologie graphique aurait donc, à part quelques essais confinés au milieu académique raté son passage à l'informatique

21Ou est-ce que ce sont les limitations intrinsèques des méthodes proposées comme pour les matrices ordonnables qui ont empêché leur diffusion. La matrice ordonnable possède des limitations (de taille)que la statistique ignore. Mais l'application de la graphique au traitement des données et à la cartographie que je nommerai "cartographie de synthèse" par facilité est beaucoup plus que la seule question des matrices ordonnables. Les fichiers, les collections de graphiques et diagrammes. Les règles d'élaboration des diagrammes. La synthèse d'un petit nombre de variables 2 ou 3, tout ceci en fait partie.

22Et pourtant ici on a toujours cette coupure "extraordinaire " entre l'offre des logiciels du marché et les voies ouvertes par la graphique depuis plus d'un quart de siècle..

23Autre hypothèse à envisager la perception graphique varie selon les individus

24Pas seulement la question de percevoir les images mais d'être capable de les manipuler.

25Il y a eu quelques études sur les matrices ordonnables et les traitements automatiques

26(Muller, 1984 ; Gronoff, 1981 et 1982) ou sur la comparaison entre méthodes statistiques et méthode graphique (article dans l'Espace Géographique .........) Excepté le logiciel de Gronoff resté à l'état expérimental aucun logiciel n'a vu le jour, à ma connaissance, qui intègre les possibilités du traitement graphique.

27La aussi il faudrait s'interroger sur le pourquoi de cette situation.

28Je n'ai pas de réponse bien définie, j'ai un constat. Peut-être que certains d'entre vous peuvent nous apporter des éléments de réponse. Néanmoins au delà de cette question, d'un intérêt aujourd'hui historique, il importe de définir une stratégie, un cahier des charges pour enfin réaliser l'intégration graphique-statistique, permettre la mobilité des données et l'interactivité entre utilisateur et programme, pouvant par étapes, et en solutionnant des opérations partielles mener à un système expert de traitement des données. Des occasions ont été manquées, beaucoup de temps a passé, le moment est venu de relancer la question. Un programme de recherche sous la forme d'un partenariat entre la recherche et les entreprises éventuellement intéressées me semble la forme optimale. Ainsi l'expression graphique de l'information pourrait sortir de son carcan esthétisant redondant et ridicule ou elle est plongée quand exprimée dans les logiciels qui dominent le marché. On accéderait ainsi à un âge du traitement objectif des données et de la communication de leur contenu.

Haut de page

Bibliographie

Baudouin, Axel, 1980, Grafisk kommunikasjon, En inledning til grafikk som vitenskap, Trondheim, Geografisk Institutt, 27 p.

Baudouin, Axel, 1981, Temakart som informasjonsmedium, Trondheim, Arbeider fra Geografisk Institutt, 16, 13 p.

Baudouin, Axel, 1984, Persepsjon av kart : kartets svake og sterke sider, Kartografi og geografi, Norsk Samfunnsgeografisk Forening, 12, 15 s.

Baudouin Axel, Anker, Peder, 1984, Kartpersepsjon og EDB-assistert kartografi, Norwegian computing Center, publ.nr. 744, 59 p. Oslo.

Bertin, Jacques, 1978, Theory of communication and theory of the graphic. International Yearbok of Cartography, XVIII,

Gronoff, Jean Daniel, 1982, Le logiciel EURISTA : Un outil d'aide à l'interprétation des données en sciences humaines, EHESS, Marseille.

Gronoff, Jean Daniel, 1981, Traitements algorithmiques et traitements décisionnels, EHESS, Marseille,

Keates, J.S., 1996, Understanding maps, (2nd.edition), Longman, Harlow, 334 p.

Kraak, Menno Jan ; Ormeling Ferjan, 1996, Cartography : Visualization of spatial data. Longman, Harlow, 222 p.

Muller, J.C., 1984, Sériation visuelle et sériation automatique. International Yearbok of Cartography, XXIV, pp.131-148

Petchenik, Barbara B., Robinson Arthur A., 1979, From place to space. The psychological achievment of thematic maps. The American Cartographer, 6(1), 5-12.

Robinson, Arthur A. ; Petchenik, Barbara B., 1976, The nature of maps. Essays toward understanding maps and mapping. Univ. of Chicago Press, 138 p.

Article l'Espace géographique...information géographique sur comparaison méthodes statistiques et matrice ordonnable........

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axel Baudouin, « La sémiologie graphique à l’épreuve du froid. L’introduction de la sémiologie graphique en Norvège. Réflexion d’un acteur », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 145, mis en ligne le 17 novembre 2000, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/493 ; DOI : 10.4000/cybergeo.493

Haut de page

Auteur

Axel Baudouin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page