Navigation – Plan du site
Chronique d'économie géographique

Les cultures du privé et les choix de localisation

Jean Bouinot

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Note de recherche - Avril 2005

Texte intégral

1Les choix de localisation dans le secteur privé sont des décisions multicritères. La liste des facteurs d’implantation est assez bien identifiée. En revanche de nombreux travaux de recherche restent à accomplir pour comprendre leurs mécanismes d’influence. L’année 2004 aura été riche d’investigations approfondies sur le rôle des facteurs culturels en regard des choix de localisation des entreprises.

2A partir de ces recherches nous proposons de mettre un peu d’ordre dans la lecture des résultats d’une littérature florissante mais peu lisible.

3On individualisera en premier lieu le rôle des cultures d’entreprises (section1). En second lieu on se penchera sur les cultures nationales de la gestion privée (section 2).

4La troisième et dernière partie essaiera d’éclairer les résultats discordants des travaux sur les finances locales (section 3) en s’appuyant sur la théorie traitant les biens public comme des facteurs de production.

Le rôle des cultures managériales

5L’existence de courants de pensée divers en matière de management des entreprises est un fait connu et étudié de longue date. Ce qui l’est moins c’est l’incidence d’une école donnée sur les choix de localisation des entreprises. Peter DOERINGER, Christine EVANS-KLOCK et David TERKLA (2004) semblent avoir été les premiers à investir cette voie en rassemblant les multiples courants de pensée en deux groupes : l’école de pensée traditionnelle, l’école de la performance (hight performance management).

6L’école de la performance est caractérisée avant tout par l’importance des ressources humaines, ce qui ajoute un complément d’argumentation sur la minoration du facteur bas salaires dans les délocalisations (voirCybergeo 20/03/2005).

7Liste des caractéristiques retenues à titre de définitions du management tourné vers la performance (p. 595) :

  • sens du travail en équipe,

  • formation ad hoc des individus après la décision de recrutement,

  • entraînement à des postes différents,

  • réunions quotidiennes de « brain storming »,

  • cercles de qualité,

  • contrôle de qualité.

8La différence de vision de chaque école se traduit sur le poids des facteurs de localisation attribué par chacune d’elle. A partir de 48 interviews, les auteurs notent que « … le taux de rémunération, la pression fiscale et les aides territoriales étaient rarement considérés par les interviewés comme des éléments décisionnels importants » (p.595). A contrario sont fortement valorisés le sens de l’éthique, la constitution d’un vivier de relations inter-personnelles à l’échelle locale avec l’espoir de prévenir le turn over d’une main d’œuvre entraînée. Une attention particulière est portée au taux de « syndicalisation » i.e. au risque de grève dont on esquisse prévisionnellement le coût (p.602).

9In fine rappelons la grille de référence communément admise. Celle-ci comporte quatre « portails » d’entrée regroupés comme suit :

10Π= β1 Demande +β 2 coûts + β 3 nombre de firmes + β 4 mesures incitatives

11Π est un indice de profitabilité. Dans leur article de 1999 sur l’implantation d’entreprises japonaises en Europe, J.L. MUCHIELLI et T. MAYER prennent en compte le niveau géographique (région, pays). Ainsi le coût du travail est un critère de choix de la région plus que d’un pays (p. 163). Bref le même critère de choix n’a pas le même poids suivant que l’on se réfère à la culture d’une région ou à celle d’une nation.

L’incidence des cultures nationales

12Sur ce thème le travail le plus récent est sans doute celui de Mathieu CROUZET, Thierry MAYER, Jean-Louis MUCHIELLI (2004). Les auteurs ont analysé sur une période de 10 ans un échantillon de 4 000 investissements étrangers en France dans le secteur manufacturier ; suivant leur hypothèse principale la nationalité de l’investisseur étranger pèse sur son comportement décisionnel par exemple sur sa sensibilité aux effets d’agglomération (voir LFT, même chronique, n° juin à septembre).

  • Les facteurs d’attraction sont à nouveau regroupés en quatre groupes (voir l’équation précédente). Ils sont agencés dans un modèle de maximisation du profit Π.Premier résultat mis en évidence : les choix de localisation se portant à la proximité de la frontière avec France qui correspond à une proximité culturelle.

  • Les résultats économétriques sont pour l’essentiel les suivants :a) influence positive de la taille du marché français (volume démographique des villes constitutives de ce marché préalablement pondéré par la distance avec le siège social de l’investisseur étranger),
    b) influence négative des coûts salariaux,
    c) influence positive de la présence de concurrents près du site envisagé (pression de la concurrence et effet d’agglomération). Si le concurrent est français, l’investisseur étranger espère apprendre plus rapidement les caractéristiques du marché français. Les externalités spatiales de savoir jouent un rôle majeur dans ce processus d’apprentissage.

  • Si l’on analyse les résultats en fonction de la nationalité de l’investisseur on constate tout d’abord que celle-ci joue un rôle majeur et contrasté. Ainsi l’Italie et les Pays-Bas accordent une importance réduite aux effets d’agglomération.Ces deux pays ainsi que la Belgique sont plus sensibles au niveau des coûts salariaux alors que les investisseurs américains recherchent de la main d’œuvre productive, même si les rémunérations sont élevées.

  • L’effet de la distance entre le siège social de l’investisseur potentiel et le site d’implantation envisagé diminue avec le temps tandis que la variable taille du marché potentiel français ne cesse de prendre une influence croissante (effet de familiarisation).

  •  Sont testées les caractéristiques du secteur industriel dans lequel opère l’investisseur étranger en particulier leur tendance plus ou moins forte à s’agglomérer ; la tendance positive au regroupement est vérifiée dans 76 secteurs sur 80. Plus précisément une augmentation de 10 % du nombre d’entreprises appartenant au même secteur et regroupées dans le même département administratif (Conseil général) accroît la probabilité d’y investir de 40 %.Les branches industrielles particulièrement sensibles aux effets positifs d’agglomération accordent moins d’importance au niveau des coûts salariaux.

  • L’impact des aides publiques territoriales telles que la PAT (prime à l’aménagement du territoire) n’est pas négligeable mais il reste inférieur à l’effet centrifuge d’agglomération d’une part, de taille du marché potentiel d’autre part (cf. p. 40). Les résultats de la PAT en fonction du pays d’origine de l’investisseur sont positifs uniquement pour 3 d’entre eux : la Belgique, l’Allemagne et l’Italie. Comme d’autres recherches l’avaient déjà observé, les aides européennes donnent des résultats médiocres.

Les finances locales comme déterminants des choix de localisation des entreprises

13L’effet du « panier » des finances locales (services municipaux offerts et charge fiscale correspondante) vu par les décideurs locaux a tendance à être négatif ; le taux de la taxe professionnelle en particulier serait un facteur clef d’attraction ou de répulsion suivant qu’il est moins élevé ou plus élevé que celui des villes concurrentes.

  • Les chercheurs, pour leur part, ont rarement trouvé une incidence significative de la charge fiscale locale sur les choix de localisation. Pourquoi ? – Parce q’aux yeux des chefs d’entreprise une charge fiscale élevée est compensée par une offre consistante de services publics. T. BARTIK (1992), reprenant les résultats de 48 recherches publiées entre 1979 et 1991, estime qu’une augmentation de la charge fiscale de 10 % entraîne une diminution de 2,5 % du volume d’activité de la ville.

  • Tout récemment Todd M. GABE et Kathleen P. BELL (2004) ont tenté de mesurer le « trade off » (compensation) entre fiscalité locale (taxes sur la propriété immobilière) et dépenses publiques locales comme facteur de localisation à partir de 3 763 décisions d’implantation dans l’Etat du Maine entre 1991 et 1995. Ils font tout d’abord remarquer que certaines dépenses publiques sont particulièrement bien perçues, telles les dépenses d’éducation ou de sécurité.

14Le modèle de localisation retenu conduit à choisir le site qui donne le profitΠ maximum. Les différents facteurs de localisation sont répertoriés en 3 groupes :

  • les coûts, dont la charge fiscale,

  • la distance au marché potentiel,

  • les effets d’agglomération.

15Les résultats qui méritent d’être soulignés sont les suivants :

  • les entreprises préfèrent, pour se localiser, les municipalités dont le niveau de dépenses publiques est élevé ;

  • ce comportement est particulièrement net en faveur des dépenses d’éducation. Une augmentation de 10 % de ces dernières augmente d’environ 7 % les implantations nouvelles ;

  • cet effet est particulièrement intense dans les municipalités qui se sont dotées de « high school » (p.34).

16Au total les entreprises seraient attirées par les municipalités qui dépensent des montants élevés en biens et services publics locaux, même si le financement est assuré par un alourdissement des taxes locales. D’où des effets contre-intuitifs sur l’incidence d’une baisse de la charge locale per capita.

Conclusion

17La qualification de la main d’œuvre prime les bas coûts salariaux dans l’esprit des dirigeants amenés à sélectionner de nouveaux sites d’implantation. C’est une manière de confirmer que les biens publics locaux, notamment l’investissement public dans l’élévation du niveau de formation, constituent bien des facteurs de production performant (voir Jean BOUINOT, 2004).

Haut de page

Bibliographie

BARTIK, Thimoty (1985) : "Business Localisation, Decisions in the United States : Estimates the effects of Unionization, Taxes and other Caracteritics of States", Journal of Business and Economic Statistics, n° 3, 14-22.

BOUINOT Jean (2002) : La ville compétitive, Paris, éditions Economica.

CROZET Mathieu, MAYER Thierry, MUCCHIELI Jean-Louis (2004) : "How do firms agglomerate ? – A study of FDI in France", Regional Science and Urban Economics, vol 34, 27-54.

DOERINGER Peter, EVANS-KLOCK Christine, TERKLA Daniel (2004) "What attracts high performance factories ? – Management culture and regional advantage". Regional Science and urban Economics, vol.34, 591-618.

GABE Todd M., BELL Kathleen P. (2004) : “Tradeoffs between local taxes and government spending as determinants of business location”, Journal of Regional Science, vol.44, n° 1, 21-41.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bouinot, « Les cultures du privé et les choix de localisation », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Chronique d'économie géographique, mis en ligne le 09 mars 2007, consulté le 24 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4958

Haut de page

Auteur

Jean Bouinot

Professeur à l’Université Paris 1

Jean.bouinot@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page