Navigation – Plan du site
1999
112

Transformations urbaines : l'influence des politiques municipales d’aménagement
L'exemple de Boulogne-Billancourt et d'Issy-les-Moulineaux

Urban transformation : the impact of urban planning at the city level
The case of Boulogne-Billancourt and Issy-Les-Moulineaux

Marie Burkart

Résumés

La réglementation d’urbanisme française a été conçue pour une urbanisation de terrains vierges. L’adaptation de ses principaux outils, le Plan d’Occupation du Sol (POS) et les Zones d’Aménagement Concertés (ZAC), à encadrer l’activité immobilière des communes déjà urbanisées est remise en question actuellement. Mais les conséquences à court et à long terme des dispositions des politiques municipales d’aménagement sur le développement urbain communal restent largement méconnues. L’objectif de cette recherche est d’analyser comment notamment les règles du POS et les opérations d’aménagement, déterminent l’évolution du tissu urbain. Son originalité consiste à se placer au niveau parcellaire des transformations urbaines grâce à la base de données des permis de construire. L’ensemble du renouvellement immobilier depuis 1980 de deux communes situées dans le secteur ouest de la région parisienne, Issy-Les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt, a ainsi pu être analysé dans sa dimension quantitative et surtout spatiale à un niveau très fin. Il apparaît que les règles de droits à construire et les programmes de ZAC peuvent influer de manière significative sur l’activité immobilière et sa répartition spatiale, toutefois cette influence n’est pas systématique et s’effectue parfois de manière insoupçonnée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Motte A., (1997), «Nîmes : émergence locale d’une pensée globale de l’urbain et pratiques d’aménage (...)
  • 2 Cluzet A., (1992), «Réconcilier le droit et la ville», Etudes Foncières n°57, déc., pp. 15 - 18.
  • 3 Lévy A., (1996), «La composition urbaine : un savoir-faire en crise», in Genestier Ph. (dir.) Vers (...)
  • 4 Piron O., (1996), parle de la «dictature du COS, acceptable pour organiser des secteurs en expansio (...)
  • 5 Pour ces COS dit «qualitatifs» la constructibilité y est définie entre autre non pas en surface hor (...)
  • 6 Par exemple la ville de Rennes, cf. Huet A., (1997), «Le jeu de la règle. La construction locale de (...)
  • 7 Piron O., (1996), p.262,267 op.cit.
  • 8 Castel J.-Ch., (1997), «Quel plan d’occupation des sols pour la ville émergente ?», in Dubois-Taine (...)

1Depuis la crise immobilière de la première moitié des années quatre-vingt-dix, l'heure est aux bilans et remises en question dans l'aménagement urbain. Les POS (Plan d'Occupation des Sols) et les ZAC (Zones d'Aménagement Concertées), qui sont depuis la Loi d'Orientation Foncière de 1967 les deux instruments principaux pour mener une politique d'aménagement communal, suscitent de nombreux débats. Rappelons que le POS traduit les objectifs de la politique urbaine d'une municipalité et fixe les droits à construire à la parcelle, tandis qu'à travers les opérations de ZAC, la commune a la possibilité d'intervenir directement comme aménageur. La deuxième moitié des années quatre-vingts a vu des municipalités développer des projets urbains à long terme, en tentant de transformer le document réglementaire qu'est le POS en plan d'urbanisme prospectif. D'autres établissent un plan de développement urbain informel1 qui, pour certaines villes, sera appliqué au coup par coup par l'intermédiaire de ZAC ou de modifications ponctuelles du POS2. Certaines villes mènent une politique d'aménagement de l'espace urbain à travers un «urbanisme de projet»3qui privilégie la forme urbaine. Les discussions portent aussi sur les directives du règlement d'occupation des sols et principalement sur le COS (coefficient d'occupation du sol)4. Celui-ci est remis en cause et parfois abandonné au profit d'autres techniques réglementaires5 comme dans les cas les plus connus des villes de Lyon et Nancy qui l'ont supprimé sur la majeure partie de leur territoire. Par ailleurs, durant la dernière décennie, certains règlements de POS se sont orientés (ou le projettent actuellement6) vers un excès de détails qui rend leur mise en application très ardue7. D'autres tentent de déterminer un POS d'une ‘troisième génération’8, qui combinerait des directives très précises pour certains quartiers et un règlement très peu contraignant pour le reste du territoire.

  • 9 p. 107 dans l’ouvrage : Roux J.M. (dir.), (1995), Public-Privé. Quel aménagement pour demain ?, DAU (...)
  • 10 Bouteille A., (1995), p. 79 de l’ouvrage Roux op.cit. : «N'est-il pas plus simple de laisser jouer (...)
  • 11 «Nous avons encore besoin d’aménagement. Car si nous laissons jouer les tendances spontanées, même (...)
  • 12 Roux J.M. (dir), (1995), op.cit.

2L'aménagement urbain communal utilisant la procédure de ZAC a été particulièrement critiqué durant cette dernière décennie. A la suite de la crise immobilière, les très nombreuses opérations de ZAC engagées doivent supporter des stocks de terrains et de bâtiments invendus. Une nouvelle réflexion s'engage sur l'aménagement urbain tel qu'il a été pratiqué durant la dernière décennie. Les opérateurs privés se demandent si les collectivités continueront à mener des actions volontaires pour modeler les villes (Roux, 19959) ou s’il ne suffirait pas de laisser se développer l’initiative privée à l’intérieur des limites fixées par les règles du POS (Bouteille, 199510). Malgré les difficultés rencontrées, les partenaires privés restent persuadés que la demande d'aménagement par les municipalités restera forte (Frebault, 199711), les équipes municipales cherchant des voies et des moyens pour conduire l'évolution urbaine à travers des projets volontaires12.

  • 13 A côté d’une politique de réserve foncière, d’implantation commerciale et économique, d’infrastruct (...)
  • 14 Les mutations urbaines peuvent aussi être appréhendées à travers l’inventaire de l’occupation du so (...)

3Malgré ce foisonnement de réflexions et d'études sur les politiques urbaines et l'aménagement de la ville, les conséquences à court et à long terme des dispositions des politiques municipales d'aménagement sur le développement urbain communal restent largement méconnues. L'objet principal du travail dont cet article rend compte, a été d'analyser certaines dispositions précises des politiques municipales d'aménagement urbain, de manière à déterminer comment elles peuvent participer à l'évolution du tissu urbain. Il s'agit d'établir une relation entre deux des instruments à la disposition des communes pour mener une politique urbaine13, à savoir le POS et les ZAC, et l'activité immobilière qui se déploie sur le territoire communal. Quels effets le règlement du POS a-t-il sur l'ampleur et la répartition spatiale de l'activité immobilière ? Les zonages, avec leurs droits à construire différents, peuvent-ils orienter l'évolution urbaine ? Quelles répercussions ont les opérations d'aménagement ponctuelles (ZAC) sur l'activité immobilière de l'ensemble du territoire communal ? Pour une appréhension de ces mutations à la même échelle que les directives de POS, qui établissent avec les COS des droits à construire à la parcelle, les données de permis de construire se révèlent très intéressantes. Elles permettent une analyse de l'activité immobilière communale sur un plan quantitatif et spatial à un niveau très fin. Ces renseignements permettent de connaître les secteurs en mutation14 en évitant l'écueil de la subjectivité liée à la forte médiatisation des opérations ponctuelles d'aménagement.

  • 15 Cet article reprend les conclusions d’une partie de la recherche effectuée pour notre thèse : Burka (...)

4Cette démarche a été mise en application en prenant l'exemple de deux communes de la région parisienne : Issy-Les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt. Celles-ci ont toutes deux fait l'objet d'importantes transformations urbaines avec la libération de grandes emprises industrielles et la forte croissance immobilière des années quatre-vingts/quatre-vingt-dix. Toutefois, comme nous le verrons dans la première partie, les équipes municipales en place depuis 1980 ont suivi des orientations très différentes dans leurs politiques d'aménagement. Elles constituent ainsi un terrain d'investigation fertile pour la mise en relation des politiques urbaines communales avec l'activité immobilière qui s'y est déployée. La seconde partie de cet article s’attachera à faire ressortir l’impact de ces politiques sur le développement urbain communal. La période d'étude couvre les premières applications du POS du tout début des années quatre-vingts jusqu'au milieu des années quatre-vingt-dix15

Les politiques municipales d'aménagement urbain à Issy-Les-Moulineaux et à Boulogne-Billancourt

5Boulogne-Billancourt et Issy-Les-Moulineaux, situées dans le département des Hauts-de-Seine, sont deux grandes communes de la proche banlieue ouest de l’Ile-de-France avec, en 1998, respectivement 105 000 et 55 000 habitants. Elles bénéficient à la fois de la proximité de Paris et de l'attrait de la banlieue ouest pour l'implantation de logements et de bureaux. Avec le processus de déconcentration des entreprises industrielles engagé depuis les années soixante-dix, ces deux communes se sont retrouvées à la fois avec des rentrées fiscales amoindries et de vastes terrains à transformer. Depuis le milieu des années soixante, elles ont dû aussi faire face à une baisse sensible de leur population.

6Les deux communes présentaient au début de cette période de mutation la caractéristique de regrouper à l'intérieur de leurs limites communales des secteurs résidentiels de type pavillonnaire plus ou moins aisé, des vastes espaces à dominante industrielle, et des quartiers mélangeant une activité artisanale en cœur d'îlot à de l'habitat ou du commerce. Le tissu urbain traduisait cette différentiation. Schématiquement, il opposait trois types de secteurs : les quartiers résidentiels aérés, dans lesquels s'inséraient dans les années soixante-dix, surtout pour Boulogne-Billancourt, des groupes d'immeubles de standing ; les grands bâtiments industriels marquant le territoire par leurs volumes ; et un tissu combinant un bâti dense en ordre continu de type parisien, un habitat insalubre et des bâtiments d'activités ou d'entrepôt de type provisoire. Les changements économiques ont engendré des phénomènes de territoires en friche, de bâtiments délaissés, d'immeubles d'habitation en mauvais état, qui renvoyaient une image de déclin de ces anciennes communes à dominante industrielle (excepté une partie des territoires du nord de la commune de Boulogne-Billancourt).

Issy-Les-Moulineaux : des mesures municipales de plus en plus précises

  • 16 Cette situation a été renforcée dans l’après-guerre par la Direction de l’urbanisme de la Préfectur (...)

7Tributaire d'une répartition de son espace entre une plaine industrielle et un plateau résidentiel16, l'objectif de la municipalité dans les années soixante-dix était de freiner la baisse de population et la perte d'emplois grâce à la conception d'opérations d'urbanisme intégrant des programmes de logements, de bureaux et d'activités. Deux projets, la ZAC Rodin-Plateau-Egalité et la ZAC Renan-Lepelletier, avaient été concrétisés tout en se transformant lors des phases de réalisation en ensembles pratiquement monofonctionnels d'habitation.

  • 17 Poursuite d’une coalition UDF-RPR en 1980.

8La politique urbaine menée au début des années quatre-vingts par la nouvelle équipe municipale, sous la direction du Député-Maire A. Santini17, se situait dans une réflexion prospective de l'aménagement urbain. Elle devait faire face à la multiplication de terrains inoccupés et à la poursuite de la baisse de la population. Le plan d'occupation des sols (le premier date de 1982), qui a fait l'objet d'un découpage de plus en plus précis en zones, et la création d'un nombre croissant de ZAC, qui visaient à une restructuration en profondeur du territoire, ont constitué l'essentiel des mesures communales pour orienter les transformations urbaines.

  • 18 Le nombre de secteurs ne correspond pas au nombre de zones existantes. En effet, une zone, avec ses (...)
  • 19 Il s’agit d’îlots dont la rénovation suivant les règles du POS de la zone ne satisfait pas à certai (...)
  • 20 Le ratio logements/bureaux fait l’objet d’une convention passée avec l’Etat. Issy-Les-Moulineaux fa (...)

9Pour stimuler et orienter la construction de bureaux et de logements, la municipalité a modifié les droits du sol édictés par le POS en changeant le classement de certaines zones et en modulant le COS bureaux et logements. Une analyse des POS de 1975 à 1992 (date de la dernière révision partielle) fait ressortir un découpage en un nombre de plus en plus grand de secteurs de taille plus réduite. C'est ainsi que l'on est passé d'une division du territoire communal en 9 secteurs en 1975 à 28 secteurs en 199218. Six de ces secteurs ont été traités sous la forme de plans-masses pour permettre un traitement particulier de l'îlot19. Par ailleurs, le COS a subi en 1992 une augmentation qui concerne presque toutes les zones (entre 10% et 60%), et notamment la zone centrale qui couvre la majeure partie du territoire communal avec un COS passant de 1,6 à 2. Le COS instauré n'a pas établi de différences entre les affectations d'habitat ou de bureaux, à l'exception des zones spécifiquement industrielles ou d'activités, où le COS bureaux a été augmenté pour permettre la reconversion des anciens terrains industriels en secteurs tertiaires. Mais après le déferlement de constructions de bureaux à la fin des années quatre-vingts, la municipalité a affiché une volonté d'équilibrer la construction de bureaux, en s'engageant à atteindre le ratio de 2,5 m2, voire 2,7 m2, de surface de logements pour 1 m2 de bureaux20.

Cartes n° 1 et 2 : Issy-Les-Moulineaux : Le Plan d’Occupation des Sols de 1992 et Issy-Les-Moulineaux : Le périmètre des ZAC approuvées

10A Issy-Les-Moulineaux, le nombre de ZAC a connu une forte progression à partir de la décentralisation. Ces opérations, qui sont prévues pour l'aménagement de secteurs particuliers, ont pris au fil des ans une place de plus en plus importante en tant qu'instrument pour traduire les objectifs de la politique municipale d'aménagement urbain. Après l'aménagement des deux ZAC autorisées dans les années soixante-dix, douze nouveaux périmètres d'aménagement ont été approuvés. La municipalité a profité des multiples opportunités foncières liées au départ d'entreprises industrielles ou d'installations ferroviaires pour développer sa politique d'aménagement. Elle a aussi procédé à des opérations de rénovation urbaine avec la procédure de ZAC dans des secteurs au bâti ancien et dégradé. C'est ainsi qu'en 1997, 25% de la surface urbaine communale ont été englobés durant les dernières vingt années dans un périmètre de ZAC. La localisation géographique de ces périmètres de restructuration s'est diversifiée au courant de la dernière décennie, en passant de situations excentrées à une dissémination sur tout le territoire communal. A travers le suivi détaillé des opérations engagées ou en projet, qui concernent des ZAC publiques ou des grandes opérations immobilières privées, la municipalité cherche à agir sur le nombre et la localisation spatiale des nouvelles implantations d'activités ou d'habitants. Les opérations de ZAC sont utilisées à Issy-Les-Moulineaux comme un moyen pour restructurer en profondeur le domaine bâti et aussi le mode d'occupation des sols en dégageant des nouvelles surfaces immobilières aux affectations très précises (bureaux ou habitations, et type de logement d'après le mode de financement).

  • 21 Les communes disposent des pouvoirs en matière de création de ZAC à partir de 1985.

11La politique de ZAC peut être divisée en trois périodes. Un premier temps a été marqué par l'approbation de deux ZAC au début des années soixante-dix. Ces réalisations correspondaient à l'aboutissement de projets de grands ensembles d'habitation formulés de longue date et qui prenaient place sur des terrains libres de toute construction. Dans une deuxième phase, au cours des années quatre-vingts, mais toujours sous l'impulsion des services étatiques21, il s'agissait de concrétiser les projets de rénovation de l'île St. Germain remontant aux années soixante. L'action se situait sur un autre plan que celle de la décennie précédente. A la construction massive de logements se substituait la résorption de l'habitat insalubre, remplacé par des opérations de faible envergure. A partir de 1990, la politique de création de ZAC a innové sur plusieurs plans : les terrains retenus ne correspondaient pas à des secteurs déjà inclus dans des projets antérieurs de rénovation, ces terrains ont été rapidement mobilisés, et leur rythme de création a été accéléré (six ZAC autorisées en cinq ans).

  • 22 Les zones des POS de Issy-Les-Moulineaux

Tableau 1 : Issy-Les-Moulineaux - les principales modifications de COS entre le projet de POS de 1979 et le POS modifié de 1992 22

Sources : POS de 1979, 1982, 1984 et 1992.

Les appellations correspondent aux secteurs du POS de 1992.

Tableau 2 : Les ZAC créées ou en projet depuis 1974 à Issy-Les-Moulineaux

* Ces ZAC ne sont pas encore achevées en 1998. Sources : POS de 1975 - 1992, dossiers de ZAC.

Boulogne-Billancourt : une politique urbaine basée principalement sur des droits à construire

  • 23 Retracé par le Plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension approuvé en 1932, et les écrits (...)

12L'espace urbain boulonnais a été structuré pendant près d'un siècle par une différenciation spatiale nord-sud entre des secteurs très résidentiels et des quartiers marqués par la création et le développement de grandes entreprises industrielles (automobile, aéronautique ou encore d’armement). A la fin des années soixante-dix, la situation de Boulogne-Billancourt, deuxième commune d'Ile-de-France après Paris, était très différente de celle d'Issy-Les-Moulineaux. Un projet d'aménagement urbain très précis a été exprimé quarante ans auparavant par le maire A. Morizet23. L'organisation du territoire de Boulogne-Billancourt à l'époque de la mise en place du premier POS, approuvé par arrêté préfectoral en 1983, était le résultat de la réalisation d'une partie de ces objectifs. Les projets d'aménagement formulés par la puissance publique dans les années soixante/soixante-dix, avaient permis la réalisation d'importants ensembles de logements et de bureaux et le développement des quartiers périphériques ouest. La politique urbaine menée par la municipalité après la décentralisation (lois de 1983) a perpétué les lignes directrices définies par le POS précédent. Aux anciennes opérations d'aménagement se sont ajoutés tardivement des programmes de construction dus à la libération de vastes terrains après le départ d'entreprises industrielles. La politique urbaine menée, qui consistait principalement à réguler l'activité immobilière à l'aide des règles de droit du sol, donne l'impression d'avoir suivi un processus de croissance qui était déjà largement amorcé.

13Les zones urbaines délimitées par le premier POS de Boulogne-Billancourt ont subi, concernant leurs tracés, peu de modifications jusqu'à l'époque actuelle. En revanche, le COS, utilisé comme régulateur de l'activité immobilière, a été relevé ou abaissé en fonction de la nature des constructions à favoriser. Le POS de 1979/1983, comme la majorité des POS de cette époque, prévoyait pour les zones urbaines un COS de même nature pour les bureaux et les logements (COS de 1,4 pour la majorité des zones). La révision du POS de 1986 a introduit une forte augmentation du COS dans la zone urbaine la plus vaste (Uba) et une différentiation entre le COS bureaux (en Uba, il passe de 1,4 à 2) et le COS habitations (en Uba, il augmente de 1,4 à 2,4). A la suite d'un fort déséquilibre, observé dès fin 1986 avec le début du boom immobilier en faveur des bureaux, la municipalité a envisagé, en 1987, une deuxième révision de son POS avec une diminution du COS bureaux de 2 à 0,8 en Uba. Cette mesure exprime la volonté d'orienter les investisseurs vers la construction de logements en maintenant un COS habitations élevé (2,4). La baisse de la population résidente, constatée régulièrement depuis les années 60, risquait de s'amplifier avec le faible nombre de logements autorisés.

Carte n° 3 : Boulogne-Billancourt. Plan d’Occupation des Sols, 1989

  • 24 L’opération de réhabilitation du square de l’Avre et des Moulineaux, par exemple, un ensemble HBM d (...)
  • 25 Ainsi, le futur aménagement de la place Jules Guesde nécessitera une modification du COS pour perme (...)
  • 26 Le COS du secteur Ubg a été modifié en 1989 pour permettre le développement des activités liées à l (...)
  • 27 Ces exceptions aux règles du POS ont été, par le biais des paiements financiers requis en contre-pa (...)
  • 28 «Je souhaite que l’on revienne progressivement à une application convenable des règles d’urbanisme. (...)

14En plus des révisions du POS, qui concernent le plus souvent l'ensemble du territoire communal ou du moins une grande partie, plusieurs modifications ponctuelles du POS ont été effectuées depuis l'approbation du dernier POS en 1989. Ces modifications concernaient des parcelles précises, pour lesquelles le COS en vigueur n'offrait pas les possibilités de constructions souhaitées. Il pouvait s'agir d'opérations de réhabilitation en secteur dense, où toute destruction partielle aurait entraîné une impossibilité de reconstruire à cause d'une densité trop élevée24, ou encore d'un ensemble de bâtiments projeté qui aurait été incompatible avec le COS de la parcelle. Les raisons invoquées pour justifier l'option architecturale du bâtiment ont été, dans la majorité des cas, d'ordre esthétique25 ou économique26. Depuis 1989, de nombreuses modifications et exceptions ont été autorisées27. Pour éviter la perpétuation de ce régime d'exceptions au coup par coup, la nouvelle équipe municipale, élue en 1995 et dirigée par le Sénateur-Maire J.-P. Fourcade, a voulu accélérer la révision n°3 du POS qui doit prendre en compte des orientations d'urbanisme selon des critères esthétiques28.

Carte n° 4 : Boulogne-Billancourt. Les périmètres de ZAC, 1968-1996

  • 29 Projet d’aménagement, d’embellissement et d’extension de Boulogne, 1929, p.21.

15A côté des modifications de POS, les ZAC ont été aussi utilisées pour remédier à la baisse de la taxe professionnelle et à la diminution du nombre d'habitants. Il s'agissait de réaliser des projets d'aménagement prévus de longue date, comme la réorganisation du centre-ville, ou de saisir des opportunités foncières pour augmenter la surface de bureaux disponible et le nombre de logements. L'aménagement du centre-ville, avec les ZAC de la Belle Feuille et du Centre-Ville, s'inscrivait dans un projet urbain formulé dans l'entre-deux-guerres par le maire A. Morizet. Dans le but de donner «un caractère de cité à la ville»29, des grandes opérations de voirie et la construction de plusieurs équipements publics et culturels devaient favoriser un recentrage de la commune. Ce projet d'aménagement a été repris, en le modifiant légèrement sur certains points, par les équipes municipales successives. Les programmes des trois autres ZAC (Parc, Point du Jour et Silly), mis en œuvre en pleine croissance immobilière dans les années 1988, correspondaient à des aménagements ponctuels de secteurs libérés par les activités industrielles. L'équipe municipale en place comptait aussi profiter d'une dynamique de transformation urbaine engendrée par ces projets d'aménagement pour attirer des secteurs d'activités tertiaires de pointe.

  • 30 Les zones des POS de Boulogne-Billancourt
    UA = zone d’habitat, de commerces, de services et d’activi (...)

Tableau 3 : Boulogne-Billancourt - les principales modifications de COS entre le POS de 1979 et le POS modifié de 1996 30

* COS modifié en 1996. Sources : POS de 1979, 1986, 1989

Tableau 4 : Les ZAC créées ou en projet depuis 1968 à Boulogne-Billancourt

* Ces ZAC ne sont pas encore achevées en 1998
sources: dossiers de ZAC, PAZ.

Les rapports entre les politiques municipales d'aménagement urbain et l'activité immobilière

  • 31 Depuis les premières ZAC des années soixante-dix (terminées à la fin des années quatre-vingts) jusq (...)

16Dans quelle mesure les politiques municipales d'aménagement urbain, c’est-à-dire notamment les documents d'urbanisme (les POS) et la politique d'opérations d'aménagement ponctuelles (les ZAC), ont-elles eu une action sur l'activité immobilière de ces deux communes ? L'action municipale dans le domaine de l’urbanisme réglementaire se situe-t-elle uniquement sur un plan d'encadrement de l'activité immobilière à travers une limitation des droits de construction, ou joue-t-elle aussi un rôle de stimulation de la construction de logements et de bureaux ? Quel est l'impact des opérations de ZAC sur l'activité immobilière de l'ensemble de la commune lorsqu'on observe que dans certaines communes un pourcentage important du territoire (à Issy-Les-Moulineaux jusqu'à 25% 31) se trouve entièrement transformé à travers cette procédure ? Par ailleurs, l'évolution de la construction de bureaux et de logements répond à des logiques distinctes. L'habitat est en grande partie soutenu par les politiques étatiques d'aides à la construction et par les programmes de logements sociaux. La construction de bureaux quant à elle, est le fait d'acteurs privés, dont l'activité est étroitement surveillée par l'Etat.

Transformations urbaines à Issy-Les-Moulineaux : la marque des opérations municipales d'aménagement urbain

  • 32 La député-Maire André Santini est par ailleurs aussi Ancien Ministre et Vice-Président de l’Assembl (...)
  • 33 Nous utilisons ce terme dans le sens défini p. 77 par Bailly A.S., Guesnier B., Paelinck J.H.P., Sa (...)
  • 34 Entretien avec R. Loiseleur directeur de la S.E.M.A.R.I. (Société Anonyme d’Economie Mixte d’Aménag (...)

17L'activité immobilière tertiaire à Issy-Les-Moulineaux se caractérise par des opérations de grande envergure encadrées par la municipalité. Il s'agit soit d'opérations privées d'aménagement, soit de ZAC publiques. Il faut y voir la marque d'une volonté politique de transformation de cette ancienne commune industrielle par l'équipe municipale. Pour attirer des nouvelles entreprises, le maire A. Santini32 a déployé dès la première moitié des années quatre-vingts une démarche de «marketing urbain»33 auprès des entreprises, en profitant de la bonne accessibilité de la commune. La politique du maire a été de faire connaître la ville, de la «vendre» auprès des entreprises34.

  • 35 Nota : la date des données de l’activité immobilière à partir des permis de construire est, sauf me (...)

18Une première période peut être caractérisée par la transformation, en à peine deux décennies, d'anciens terrains industriels situés au nord de la commune en secteur tertiaire uniquement encadrée par les directives du POS. Après l'adoption de la nouvelle réglementation relative à la construction de bureaux en blanc en janvier 1985, la construction de bureaux a connu une envolée spectaculaire. Entre 1985 et 1989, les services municipaux ont autorisé la construction de 280 000 m2 de bureaux, répartis en 24 opérations. Les deux-tiers de ces surfaces ont concerné des vastes parcelles aménagées par six promoteurs immobiliers, à proximité immédiate de Paris et bénéficiant d'une très bonne desserte routière et de transports en commun. Prêts à être libérés dès le début des années quatre-vingts, ces terrains situés en zone d'activités (COS de 3, dont 1 bureaux) ont fait l'objet de dépôts de permis de construire uniquement après le décret de 198535. Certains de ces programmes de constructions étaient en voisinage immédiat avec un secteur d'habitations existant ou en construction. Mais les plus ambitieux d'entre eux étaient situés dans le nord de la commune, isolés de la vie communale et tendaient à créer des quartiers à très forte concentration tertiaire, perpétuant ainsi une séparation des fonctions qui prévalait pour les zones industrielles installées auparavant.

Cartes n° 5 et 6 : La construction de bureaux à Issy-Les-Moulineaux 1985-1990, 1991-1996

  • 36 Le maire d’Issy-Les-Moulineaux, A. Santini, nous a indiqué en 1996 la ligne de conduite de la munic (...)

19Dans un deuxième temps, la construction de surfaces tertiaires a concerné presque exclusivement les secteurs aménagés par la municipalités avec la procédure de ZAC. De 1991 à 1996, de nombreuses ZAC, dont les plus importantes sont la ZAC Forum Seine et la ZAC Garibaldi, sont entrées dans une phase de réalisation avec le dépôt de plusieurs permis de construire. Le nombre de m2 de bureaux projetés hors ZAC est resté à un niveau très faible. Ainsi, parallèlement à la forte chute de la construction de bureaux en Ile-de-France à partir de 1993, les programmes immobiliers tertiaires à Issy-Les-Moulineaux ont atteint un nouveau maximum en 1994. Cette tendance va sans doute se prolonger avec la poursuite du programme de construction de bureaux de la ZAC Forum Seine, le lancement de la ZAC Perspectives Seine (près de 100 000 m2 de bureaux sont prévus en deux tranches) et le nouveau périmètre d'étude «Berges de Seine»36.

20En ce qui concerne la construction de logements, l'espace communal tend à se diviser en deux parties : d'un côté, des secteurs en pleine mutations aménagés à l'aide de ZAC, qui accueillent la majorité des constructions et bénéficient des investissements des maîtres d'ouvrages publics et privés, et de l'autre côté, le reste du territoire communal soumis à la réglementation du POS. Sur ces terrains, les constructions de logements émanent d'investisseurs isolés qui sont des promoteurs privés, des maîtres d'ouvrages sans promotion, ou, plus rarement, des promoteurs publics. Avec, à partir de 1984, un pourcentage entre 50% et 95% de logements construits à l'intérieur des ZAC par rapport à l'ensemble de la construction de logements d'Issy-Les-Moulineaux, nous assistons à une concentration du renouvellement immobilier sans précédent. L'impulsion des phases de croissance de l'immobilier d'habitation est due aux différentes réalisations de ZAC et revient à la puissance publique initiatrice de ces opérations. Ce phénomène apparaît d'autant plus clairement, que la quantité de logements construits hors des périmètres de ZAC ne connaît que de faibles variations durant la période étudiée. A l'attrait des ZAC s'ajoute la réglementation très restrictive du POS avec, pour la zone urbaine la plus étendue, un COS de 1,6 jusqu'en 1992. Le relèvement du COS à 2 par la municipalité lors de la dernière révision traduit une prise de conscience du manque de logements construits dans la zone centrale. Mais la politique menée par la municipalité d'Issy-Les-Moulineaux donne surtout l'impression d'utiliser la réglementation du POS pour contenir tout aménagement plutôt que pour permettre une mutation de l'espace urbain. Par ailleurs, les opérations de construction de logements encadrées par le POS sont de taille restreinte. En effet, les très grand terrains s'ils n'ont pas fait l'objet d'une ZAC ont été mobilisés, au début des années quatre-vingt-dix, pour la construction de bureaux qui procure un rapport net beaucoup plus élevé.

Cartes n° 7 et 8 : La construction de logements à Issy-Les-Moulineaux 1980-1990, 1991-1996

21Au vu de cette évolution, on peut se demander si les ZAC concentrent une activité immobilière existante qui se serait aussi déployée en l'absence de règles d'urbanisme restrictives sur tout le territoire, ou si les ZAC stimulent significativement la construction de logements grâce à des conditions de réalisation facilitées. L'ébauche d'une réponse peut nous être livrée par la comparaison de la construction de logements à Issy-Les-Moulineaux et de celle de la Région Ile-de-France. Les données de la construction de logements en Ile-de-France et dans la France entière, qui évoluent avec similitude, indiquent des phases de croissance et de décroissance pas toujours en phase avec celles d'Issy-Les-Moulineaux (Graphique 1 et 2). La création des ZAC, dotées par ailleurs d'un programme de réalisation comportant fréquemment outre des logements, des activités, des bureaux, des commerces et des équipements publics, semble jouer ici un rôle pour stimuler l'activité immobilière dans le domaine des logements. Cet outil que la politique urbaine de Issy-Les-Moulineaux a privilégié, a permis à la municipalité de garder la maîtrise de l'aménagement d'un secteur et d'attirer les promoteurs privés. Les ZAC lui ont donné la possibilité : 1) d'aménager un espace en mutation récente ou, au contraire, un périmètre pour lequel des projets existaient de longue date, mais ne trouvaient pas d'aboutissement ; 2) d'associer la promotion privée aux projets municipaux sur des secteurs très précis ; 3) de mélanger sur un même site la promotion publique et la promotion privée, ce qui, compte tenu des secteurs de constructions très distincts jusqu'alors, représente une nouveauté ; 4) de stimuler la construction de logements grâce à l'attrait d'un programme inclus dans une structure d'équipements commerciaux, sociaux-culturels et de transport, rendant ainsi l'espace plus attrayant pour les acquéreurs.

22La logique d'action des pouvoirs publics est passée avec l'engagement de onze ensembles urbains depuis 1984, d'une politique de construction de logements à une politique d'aménagement urbain. Mais avec la multiplication des secteurs transformés sous cette forme, il semblerait que l'on s'achemine vers une transformation urbaine quartier après quartier. La question se pose de savoir si une politique d'aménagement sectorielle, telle que nous la voyons pratiquée à Issy-Les-Moulineaux depuis la décentralisation, et qui est nécessairement mise en place au coup par coup, constitue la meilleure réponse pour diriger l'évolution urbaine. La politique urbaine municipale ne disposant pas d'outils de planification, les ZAC sont utilisées comme moyen d'aménagement du territoire municipal, secteur après secteur. Il semble que cette politique de ZAC va concerner peu à peu tout le territoire communal, d'autant plus que le renouvellement immobilier des quartiers hors ZAC est très faible depuis le début de cette politique. A terme va se poser le problème de la cohésion de l'ensemble, car ces secteurs réalisés de toute pièce sont souvent sans liens avec les spécificités de la commune (au niveau parcellaire et architectural) et pourraient contribuer à la fabrication de lieux standardisés.

Graphique 1 : Boulogne-Billancourt et Issy-Les-Moulineaux : la consruction de logements

Source : Direction Départementale de l’Equipement des Hauts de-Seine.

Note : La date considérée est celle de l’autorisation du permis de construire.

Graphique 2 : La construction de logements en France et en Ile-de-France de 1980 à 1996

Source : SICLONE Ministère de l’Equipement.

Note : La date considérée est celle de l’autorisation du permis de construire.

Boulogne-Billancourt : un développement urbain encadré par les règles du POS

  • 37 Les exemples d’opérations de ZAC présentés par le rapport de la DAU, établi sous la direction de J. (...)

23A Boulogne-Billancourt, la réglementation de l'utilisation du sol par le POS occupe, par ses fréquentes modifications et par l'ampleur du territoire communal couvert par ce régime, une place importante dans l'évolution de la construction de bureaux et de logements. L'intervention de la municipalité en tant qu'aménageur d'opérations ponctuelles porte sur uniquement 6% de la surface communale. A une période où les opérations de ZAC sont un élément très utilisé par les communes pour réaliser des transformations urbaines37 - et l'étude d'Issy-Les-Moulineaux en témoigne - cette méthode d'action, volontaire ou par défaut, revêt un intérêt particulier.

24L'activité immobilière tertiaire à Boulogne-Billancourt enregistre à partir de 1986 une très forte croissance qui concerne le volume de surfaces de bureaux autorisées et aussi le nombre d'opérations engagées. Une caractéristique de la construction de bureaux dans cette commune est le grand dynamisme des acteurs privés de la construction sur le marché immobilier (sociétés privées de construction, sociétés civiles immobilières, agences immobilières et plus rarement commanditaires privés). Peu après le décret sur l'autorisation des constructions de bureaux sans affectation, ceux-ci ont lancé de nombreuses opérations qui se répartissent sur environ deux tiers du territoire municipal. L'analyse spatiale de l'activité immobilière tertiaire à Boulogne-Billancourt permet de faire ressortir la coexistence, hors ZAC et tout au long de la période de croissance immobilière, de quatre secteurs de localisation des nouvelles constructions de bureaux qui relèvent de logiques d'implantation différentes de la part des maîtres d'ouvrages. Il s'agit des secteurs traditionnellement résidentiels et à forte valeur foncière du nord de la commune, des anciens périmètres de rénovation urbaine des années 1960, du secteur autour du centre-ville et de deux zones d'activités inscrites dès le premier POS. Des critères de centralité, de caractère architectural, d'animation commerciale et d'accessibilité par le métro jouent un rôle prépondérant dans la localisation des nouvelles constructions de bureaux.

25Face à la demande de bureaux dans les années quatre-vingts et une première progression de la construction de bureaux boulonnaise dès 1985, la politique de la municipalité a consisté à relever, lors de la première révision du POS en 1986, le COS bureaux de 1,4 à 2 pour les zones urbaines denses. Cette augmentation s'était traduite immédiatement par un fort accroissement du nombre d'opérations de bureaux engagées et surtout de la surface moyenne des permis de construire. Cette évolution peut être considérée comme imputable au relèvement de la valeur du COS, aucune opération de ZAC n'étant encore engagée à cette époque par la municipalité. A l'opposé, la baisse de ce même coefficient de 2 à 0,8 et ensuite à 0,4 en 1988 et 1990 dans la majeure partie de la commune (zone UBa), a entraîné une forte réduction de la taille des opérations. Le nombre de permis de construire déposés s’était maintenu durant cette période à un niveau élevé.

  • 38 Durant cette période, on peut noter dans les registres des services municipaux une augmentation des (...)

26Avec la mise en place par la commune, entre 1988 et 1991, de quatre programmes de ZAC, les grandes opérations de bureaux se sont focalisées sur des nouveaux territoires. Cette concentration a atteint un maximum en 1991 avec 50% de la SHON tertiaire autorisée à l'intérieur des périmètres de ZAC. La grande dispersion de l'immobilier tertiaire qui caractérisait cette commune n’a ainsi concerné après 1988 plus que des opérations de moindre ampleur, quoique assez nombreuses. Le début d'une nouvelle politique de baisse du COS bureaux combinée à l'engagement de plusieurs projets de ZAC semblent avoir joué un rôle moteur dans cette évolution. Sur l'ensemble de la période de croissance immobilière, c’est-à-dire de 1986 à 1993, le pourcentage de bureaux autorisés à l'intérieur des ZAC par rapport à la totalité des surfaces tertiaires autorisées sur le territoire communal représente environ 20%. Pour expliquer le haut niveau de projets engagés hors secteurs ZAC, on peut avancer des facteurs tels la forte pression foncière sur les propriétaires fonciers de parcelles occupées par des activités artisanales ou d'habitat individuel38, ou encore l'attrait continu de certains secteurs géographiques comme le nord de la commune en dépit d'un faible COS. Un approfondissement serait nécessaire pour rechercher des éléments explicatifs aux mutations qui se déroulent sur ces territoires en dehors des zones de ZAC. Par ailleurs, l'étude des permis de construire des secteurs limitrophes à des périmètres de ZAC boulonnais montre que des opérations d'aménagement peuvent engendrer une dynamique de renouvellement de la construction dans un laps de temps plus ou moins long. L'éventuelle transformation du quartier dépend de l'emplacement et la typologie du quartier qui répondent ou non aux critères de localisation des opérations immobilières privées.

Graphique 3 : Boulogne-Billancourt et Issy-Les-Moulineaux : la construction de bureaux de 1983 à 1996

Source : Direction Départementale de l’Equipement des Hauts-de-Seine.

Note : La date considérée est celle de l’autorisation du permis de construire.

  • 39 En particulier le projet d’aménagement des terrains libérés par Renault (32ha) qui prévoit 300 000 (...)

27Avec la crise immobilière du début des années quatre-vingt-dix, le niveau de la construction de bureaux à Boulogne-Billancourt se situe, à partir de 1994, à un niveau très bas. La localisation des constructions tertiaires à Boulogne-Billancourt semble évoluer, au vue des projets municipaux actuels39 et des tendances du marché immobilier, vers une très forte concentration à l'intérieur des périmètres de ZAC.

Cartes n° 9 et 10 : La construction de bureaux à Boulogne-Billancourt 1986-1987, 1988-1993

  • 40 Par contre, le nombre de permis de construire autorisés concernant des logements représente le doub (...)

28L'activité immobilière d'habitation représente entre 1980 et 1996 environ la moitié de la SHON de l'ensemble des constructions de bureaux et de logements autorisées40. Mais à partir de 1985, la meilleure rentabilité des opérations de bureaux est venue concurrencer l'investissement dans le logement dans une commune très attractive pour le secteur tertiaire. Par deux fois l'activité immobilière d'habitation a dépassé celle du tertiaire : entre 1988 et 1990, après une politique municipale favorable aux logements et le lancement de plusieurs ZAC, et ensuite à partir de 1993, avec le début de la crise immobilière. Les différents programmes d'aides gouvernementales à la construction de logements ont renforcé cette tendance. La répartition entre les constructions de logements et de bureaux se rapproche ainsi de celle prévalant avant 1986.

  • 41 L’investissement dans l’immobilier d’habitation reste, en Région parisienne, d’un rapport nettement (...)

29Le nombre de logements autorisés durant la période 1988 - 1993 a été très élevé, avec une moyenne annuelle de 1000 logements. Trois opérations d'aménagement, les ZAC du Parc, du Point-du-Jour et de Silly, ont été mises en place à partir de 1988, avec respectivement 570, 500, et 400 logements. Mais ces opérations communales n’ont représenté qu'une part limitée de l'ensemble de la construction de logements. En effet, sur les cinq années qui comptabilisaient des projets de construction de logements en ZAC, ceux-ci concernaient uniquement 20 % de la totalité des logements autorisés à Boulogne-Billancourt. Le faible nombre de programmes de logements en ZAC, associé à une hausse du COS habitations, a eu pour effet de favoriser la dispersion des constructions d'immeubles d'habitations sur l'ensemble du territoire communal. La décision prise par la municipalité de favoriser la construction de logements, par l’adoption en 1988, d’une valeur du COS élevée pour les logements (2,4) et très faible pour les bureaux (0,8), a eu une forte incidence sur la production de l'immobilier d'habitation. Le nombre de permis de construire autorisés a doublé et les programmes de construction ont été d'une ampleur croissante. Il est intéressant d'observer qu'à partir de la baisse de demande de logements en 1993, le nombre de permis de construire annuel a diminué, tandis que la moyenne annuelle du nombre de logements par permis de construire s’est stabilisée à un niveau élevé. Une nette différence entre la valeur du COS habitations et du COS bureaux semble ainsi avoir donné la possibilité à la commune d'agir sur la production de logements, et ceci même dans un contexte favorable à la construction de bureaux. Des dispositions fiscales spécifiques, permettant une hausse de la rentabilité de l'investissement dans l'immobilier d'habitations, n’ont pas suffi pour relancer l'activité sur un territoire donné41, mais ont joué un rôle d'accélérateur des mesures municipales.

Cartes n° 11 - 14 : La construction de logements à Boulogne-Billancourt 1980-1996]

30Tandis que la hausse de la construction de logements avait été soutenue à partir de 1986 et plus encore en 1988 avec la forte baisse de la valeur du COS bureaux par des mesures du POS, la très forte croissance enregistrée en 1988 a été engendrée par des opérations communales d'aménagement (50% des logements autorisés cette année-là sont situés dans un périmètre de ZAC). Les programmes immobiliers communaux des années suivantes, de 1989 à 1992, concernent en revanche un nombre limité de logements. Durant cette période, en moyenne 10% du total des logements autorisés étaient situés à l'intérieur des périmètres de ZAC. Toutefois, la phase de croissance de la construction de logements s’est poursuivie à Boulogne-Billancourt et a atteint un maximum en 1989. Elle provenait d'initiatives privées. L'action de la puissance publique semble avoir donné une impulsion qui a pu se poursuivre dans un contexte économique favorable. Il est intéressant de constater que les projets de transformation, avec le lancement des ZAC et la publicité faite autour de ces opérations, ont suffi à soutenir cette dynamique. En effet, l'approbation des principales ZAC dont les permis de construire ont été déposés en 1988, ne s'est opérée que trois à cinq ans plus tard, entre 1991 et 1993, et la mise en chantier a été encore plus tardive.

  • 42 C.-à-d. non inclus dans un périmètre de ZAC.

31Les opérations d'aménagement urbain jouent un rôle important dans l'évolution urbaine du quartier d'implantation, mais cette influence n'est pas assez mise en valeur. L'analyse de la répartition spatiale des constructions de logements entre 1980 et 1996, et plus particulièrement l’étude de l'activité immobilière «en diffus»42, est à cet égard riche d'enseignements. Les nouvelles constructions de logements se sont réparties durant les années 1980 à 1987, c'est-à-dire avant la mise en place des ZAC, sur une large partie du territoire communal. Il s'agissait de petits ensembles de logements, majoritairement en dessous de 20 logements. Et les opérations les plus importantes se retrouvaient dans les secteurs nord/ouest ou sud/est. Le lancement des programmes d'aménagement du Parc de Billancourt et du Point-du-Jour en 1988, transformait des secteurs situés en périphérie de la commune et ayant eu une activité immobilière très réduite. Après une période d'inertie, une dynamique s’est créée dans le quartier et a favorisé un développement immobilier d'habitation dans les environs de la ZAC. Ce phénomène est encore plus marqué pour les ZAC Centre-Ville et Silly, situées dans des zones à fort renouvellement immobilier. A partir de 1992 - 1993, ces secteurs ouest de la commune ont canalisé une part importante de la construction de logements. Plusieurs années ont été souvent nécessaires pour modifier l'image d'un quartier et renforcer son attrait. Parfois, la seule perspective de transformations futures d'un secteur, concrétisée à la fois par un plan d'aménagement précis et par des permis de construire déposés, a suffi à instaurer une dynamique à l'évolution urbaine. Dans son sillage, des opérations privées ont rapidement renforcé le caractère de rénovation urbaine du quartier. De cette façon, l'implantation d'une opération de ZAC dans un quartier peu attractif a été en mesure d'apporter une impulsion à l'activité immobilière d'habitation et de favoriser le développement du secteur concerné.

Conclusion

32Au vu de cette étude, le rôle joué par les décisions de la politique municipale d’aménagement urbain dans l’évolution quantitative et spatiale de l’activité immobilière apparaît prépondérant. L’analyse des effets de la politique urbaine sur l’activité immobilière communale à Boulogne-Billancourt et Issy-Les-Moulineaux, nous permet de dégager des conclusions que nous pensons pouvoir vraisemblablement retrouver dans les transformations urbaines d’autres communes. Ainsi, cette étude de cas nous a permis d’identifier plusieurs éléments dont deux paraissent essentiels. D’une part, la valeur du COS est importante : ses variations exercent une influence non négligeable sur l’activité immobilière, surtout s’il s’agit de secteurs attractifs pour des investisseurs immobiliers. D’autre part, les opérations d’aménagement réalisées avec les ZAC s’avèrent d’un apport capital pour le développement urbain. Elles interviennent soit dans certains secteurs dégradés qui sans cela auraient beaucoup de difficultés à opérer une transformation, soit comme élément à part entière d’une politique d’aménagement concernant l’ensemble du territoire communal.

33Les outils à la disposition des communes permettent des gestions municipales très différentes du développement urbain. Les politiques urbaines oscillent entre deux attitudes. D’un côté, une politique urbaine stratégique est mise en place ; elle utilise la procédure de ZAC et la multiplie à souhait pour œuvrer à la transformation rapide d’une grande partie du territoire communal. Cette méthode d’action recherche des opportunités foncières libres ou provenant de quartiers insalubres pour réaménager complètement l’espace urbain. Les directives du POS sont utilisées uniquement en «négatif» pour empêcher certaines évolutions non souhaitées. D’un autre côté, nous trouvons une politique urbaine qui s’occupe principalement de la régulation de l’activité immobilière. En laissant une marge de manœuvre suffisamment ample aux opérateurs urbains, l’activité immobilière peut se développer sous réserve que l’environnement urbain présente des caractéristiques suffisamment attractives. La municipalité intervient en modifiant les règles de COS pour s’adapter aux tendances du marché immobilier ou pour contrer une évolution non souhaitée. La commune utilise ponctuellement les opportunités foncières qui s’offrent à elle, sans englober ces différents aménagements dans un plan d’ensemble du développement communal. Ainsi, si les communes ne disposent pas à proprement parler d’outils de planification urbaine, elles utilisent au coup par coup les procédures des ZAC et les règlements du POS pour traduire leurs objectifs de développement. Concernant les directives d’urbanisme fixées par l’Etat, il apparaît qu’une intervention incitative des pouvoirs publics se répercute sur l’activité immobilière si la réglementation communale va dans le même sens. En conséquence, une directive étatique peut stimuler un développement en créant les conditions nécessaires, mais l’ampleur des transformations va dépendre des choix municipaux.

34Enfin, cette analyse peut apporter des éléments à la discussion sur les ZAC. Il nous semble qu’il faut nuancer l’image négative des ZAC colportée durant la dernière décennie. Si en soi, la procédure, le programme, les choix architecturaux et les liens avec le reste de la commune peuvent être remis en question, il ne faut pas négliger la formidable impulsion engendrée par une opération d’aménagement concertée qui se répercute sur tout le reste du territoire communal.

Haut de page

Bibliographie

Ascher F., (1991), «Projet public et réalisations privées. Le renouveau de la planification des villes», Les Annales de la Recherche Urbaine, N°51, 4-15.

Bermache G.-S, Le Goascoz M.-H, 1998, La relance récente de la construction neuve en France. In Bertrand J.-R. et Chevalier J. (dir.) Logement et habitat dans les villes européennes, l’Harmattan, Paris, 250 p.

Campagnac E. (dir.), (1992), Les grands groupes de la construction : de nouveaux acteurs urbains ?, Paris éd. L’Harmattan, 196 p.

Cartie Ch., (1994), Le processus de la production de logements dans la décennie 1980. Systèmes et acteurs. Le cas de Toulouse, thèse, Université de Toulouse, 263 p.

Club des Maîtres d’ouvrage d’opérations Complexes, (1996), L’aménageur urbain face à la crise de la ville, éd. de l’Aube, 254 p.

Cluzet A., (1992), Le POS dans la décentralisation de l’urbanisme : éléments pour un premier bilan, thèse, Université de Paris IV, 440 p.

Comby J., Renard V., (1996), Les politiques foncières, Paris, Presses Universitaires de France, 127 p.

Conseil d’état, (1992), L’urbanisme : pour un droit plus efficace, Paris, La Documentation Française, 150 p.

Delebarre J., (1990), «Renouveau de la planification urbaine», Revue française de droit administratif, n°6 (2), mars-avril, pp. 172-179.

Gaudin J.P., (1993), Les nouvelles politiques urbaines, Paris, Presses Universitaires de France, 127 p.

Grafmeyer Y., (1984), «Les politiques urbaines françaises depuis 1945», Table ronde 1982, Bulletin de l’Institut d’histoire du temps présent.

Guerin-Pace F., (1993), Deux siècles de croissance urbaine - La population des villes françaises de 1831 à 1990, ed.Anthropos, 206 p.

Joly J., (1993), Formes urbaines et pouvoir local. Le cas de Grenoble des années 1960 et 1970, thèse Université de Toulouse, 360 p.

Lacaze J.P., (1995), Introduction à la planification urbaine. Imprécis d’urbanisme à la française, Paris, éd. Presses des Ponts et Chaussées, 400 p.

Motte A., (1996), La résurgence des schémas d’aménagement urbain (1988-1994), Aix-en-Provence, rapport de recherche, CNRS/PIR-Villes/DATAR, 100 p.

Nappi, I., (1994), «L’Observation des marchés de bureaux neufs en France», Revue d’Economie Financière, N°Hors Série, pp.167-180

Padioleau J.G., Demesteere R., (1991), «Les démarches stratégiques de planification des villes - origines, exemples et questions», Les Annales de la Recherche Urbaine, n°51, juillet, pp.28-39.

Piron O., (1992), «Prendre en compte le réel», Etudes foncières, n°57, déc., pp.11-14

Renard V., (1998), «Marchés fonciers, marchés immobiliers et production de la ville». In Pumain D., Mattei M.-F. Données urbaines, éd. Anthropos, 472 p.

Renaud B., (1996), «Le cycle global de l’immobilier 1985-1994 : ses causes et ses leçons», Revue d’Economie financière, pp. 187-215.

Schmit B., (1996), «Faut-il supprimer le COS ?», Diagonal , n°122, déc., pp.48-50.

Taffin C., (1993), «Crise immobilière : une leçon à retenir», Revue d’Economie financière, hors série, pp.151-164.

Vigouroux Ch., (1992), «Libres propos sur le droit de l’urbanisme», Etudes Foncières, N°57, déc., pp.4-10

Voisard J., Lavallard F., (1996), Le développement local à travers l’immobilier d’entreprise et le logement en France métropolitaine de 1969 à 1995, Paris, La Documentation Française, 141 p.

Haut de page

Notes

1 Motte A., (1997), «Nîmes : émergence locale d’une pensée globale de l’urbain et pratiques d’aménagement», in Plan urbain, Qui fait la ville aujourd’hui ? Intervention de la puissance publique dans le processus de production urbaine ?, Paris, Plan urbain, Direction de l’Architecture et de l’Urbanisme, pp. 45-69.

2 Cluzet A., (1992), «Réconcilier le droit et la ville», Etudes Foncières n°57, déc., pp. 15 - 18.

3 Lévy A., (1996), «La composition urbaine : un savoir-faire en crise», in Genestier Ph. (dir.) Vers un nouvel urbanisme. Faire la ville, comment ? Pour qui ?, Paris, La Documentation Française, pp. 225-238.

4 Piron O., (1996), parle de la «dictature du COS, acceptable pour organiser des secteurs en expansion, [mais] pénalisante quand il s’agit de gérer des secteurs d’ores et déjà urbanisés, dans lesquels c’est la notion de volumétrie qui doit dominer.», p.256 «Urbanisme et aménagement, déconstruction, reconstruction», in Genestier Ph. (dir.) op.cit..

5 Pour ces COS dit «qualitatifs» la constructibilité y est définie entre autre non pas en surface hors oeuvre nette (SHON), mais en volume.

6 Par exemple la ville de Rennes, cf. Huet A., (1997), «Le jeu de la règle. La construction locale de puissance publique. L’exemple rennais», in Plan urbain, Direction de l’Architecture et de l’Urbanisme, Qui fait la ville aujourd’hui ? Intervention de la puissance publique dans les processus de production urbaine, pp.141-165.

7 Piron O., (1996), p.262,267 op.cit.

8 Castel J.-Ch., (1997), «Quel plan d’occupation des sols pour la ville émergente ?», in Dubois-Taine G. et Chalas Y., La ville émergente, Paris, Ed. de l’Aube, pp.198-204.

9 p. 107 dans l’ouvrage : Roux J.M. (dir.), (1995), Public-Privé. Quel aménagement pour demain ?, DAU, Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Equipement et des Transports, 133p.

10 Bouteille A., (1995), p. 79 de l’ouvrage Roux op.cit. : «N'est-il pas plus simple de laisser jouer ponctuellement le hasard de telle opération foncière, de telle initiative privée, en s'en remettant à l'encadrement général que constitue le POS pour donner un sens à tout cela ?».

11 «Nous avons encore besoin d’aménagement. Car si nous laissons jouer les tendances spontanées, même bien encadrées par de bons POS, la ville se transformera et évoluera dans le sens contraire aux attentes clairement exprimées par les élus», intervention de Frebault J., (1997), in Club Ville Aménagement Actes des entretiens de l’aménagement, Lille, 23-24 janv. 1997.

12 Roux J.M. (dir), (1995), op.cit.

13 A côté d’une politique de réserve foncière, d’implantation commerciale et économique, d’infrastructures de transports et d’équipements publics, ou encore de stratégies ponctuelles de valorisations de l’espace, qui ne font pas l’objet de cette étude.

14 Les mutations urbaines peuvent aussi être appréhendées à travers l’inventaire de l’occupation du sol (MOS) que l’I.A.U.R.I.F. a mis en place à partir de 1974 pour la Région Ile-de-France. Réactualisé tous les trois à cinq ans environ, il donne des indications sur les changements d’usage du sol au niveau communal, mais les informations collectées ne sont pas assez précises et pas assez fréquentes pour une comparaison avec les politiques communales.

15 Cet article reprend les conclusions d’une partie de la recherche effectuée pour notre thèse : Burkart M., (1997), L’influence des politiques urbaines sur le tissu urbain : une étude à partir des permis de construire. Issy-Les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt, 1968-1996. Thèse de doctorat, Université de Paris-Sorbonne Paris IV, publiée aux Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 1999, 417 p.

16 Cette situation a été renforcée dans l’après-guerre par la Direction de l’urbanisme de la Préfecture de la Seine.

17 Poursuite d’une coalition UDF-RPR en 1980.

18 Le nombre de secteurs ne correspond pas au nombre de zones existantes. En effet, une zone, avec ses règles spécifiques de construction, peut avoir été instaurée à plusieurs endroits différents de la commune.

19 Il s’agit d’îlots dont la rénovation suivant les règles du POS de la zone ne satisfait pas à certaines exigences (telles que l’harmonie des nouveaux bâtiments dans le contexte d’implantation, le traitement spécifique des îlots d’angles), ou encore d’îlots pour lesquels la municipalité souhaite une affectation particulière.

20 Le ratio logements/bureaux fait l’objet d’une convention passée avec l’Etat. Issy-Les-Moulineaux fait partie des 24 communes des Hauts-de-Seine qui doivent réaliser 2 m2 de logements pour 1 m2 de bureaux.

21 Les communes disposent des pouvoirs en matière de création de ZAC à partir de 1985.

22 Les zones des POS de Issy-Les-Moulineaux

UA (qui couvre la majeure partie du territoire) = zone d’habitat et de commerces.
UB = zone d’habitat et d’activités.
UC = zone d’habitat collectif avec espaces verts.
UD = zone d’habitat pavillonnaire et de petits immeubles collectifs.

23 Retracé par le Plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension approuvé en 1932, et les écrits de A. Morizet : (1929) Notice sur le projet d’aménagement, d’embellissement et d’extension de la ville de Boulogne-Billancourt, 12p., et (1936) Comment s’aménage une Ville, Boulogne-Billancourt, une Région, 15 p.

24 L’opération de réhabilitation du square de l’Avre et des Moulineaux, par exemple, un ensemble HBM des années 1930, a nécessité une modification du POS (adoptée en 1996) pour pouvoir insérer 5 000 m2 de bureaux prévus par le POS de 1989.

25 Ainsi, le futur aménagement de la place Jules Guesde nécessitera une modification du COS pour permettre une régularité des bâtiments de cette place.

26 Le COS du secteur Ubg a été modifié en 1989 pour permettre le développement des activités liées à l‘audiovisuel présentes dans ce secteur et qui nécessitent de plus en plus de surfaces de bureaux.

27 Ces exceptions aux règles du POS ont été, par le biais des paiements financiers requis en contre-partie, sources de recettes pour la municipalité.

28 «Je souhaite que l’on revienne progressivement à une application convenable des règles d’urbanisme. (...) Les seules dérogations possibles seront consenties pour les ZAC.» Jean-Pierre Fourcade (UDF-PR), allocution du conseil municipal du 25.1.1996.

29 Projet d’aménagement, d’embellissement et d’extension de Boulogne, 1929, p.21.

30 Les zones des POS de Boulogne-Billancourt
UA = zone d’habitat, de commerces, de services et d’activités.
Uba (qui couvre la majeure partie du territoire) = zone mixte d’habitations et d’activités.
Ubc = zone à dominante de bureaux et activités avec habitat.

31 Depuis les premières ZAC des années soixante-dix (terminées à la fin des années quatre-vingts) jusqu’en 1997.

32 La député-Maire André Santini est par ailleurs aussi Ancien Ministre et Vice-Président de l’Assemblée Nationale.

33 Nous utilisons ce terme dans le sens défini p. 77 par Bailly A.S., Guesnier B., Paelinck J.H.P., Sallez A., (1995), Stratégies spatiales : comprendre et maîtriser l’espace, Montpellier, éd. Reclus, 216 p.

34 Entretien avec R. Loiseleur directeur de la S.E.M.A.R.I. (Société Anonyme d’Economie Mixte d’Aménagement et de Rénovation de la Ville d’Issy-Les-Moulineaux), 1996.

35 Nota : la date des données de l’activité immobilière à partir des permis de construire est, sauf mention spéciale, celle du dépôt du dossier. Ceci afin de pouvoir établir des corrélations temporelles avec les modifications réglementaires des droits à construire.

36 Le maire d’Issy-Les-Moulineaux, A. Santini, nous a indiqué en 1996 la ligne de conduite de la municipalité dans les termes suivants : «L’histoire de cette ville est faite d’anticipations sur l’avenir. Ainsi, en pleine crise immobilière, au moment où les opérateurs sont tétanisés par leurs engagements financiers, j’ai souhaité qu’un schéma d’aménagement des bords de Seine, couvrant 60 hectares, soit élaboré : pendant la crise, il faut préparer la croissance ; Issy-Les-Moulineaux sera prête pour accueillir un nouveau «morceau de ville», avec 15 000 habitants et 25 000 emplois supplémentaires».

37 Les exemples d’opérations de ZAC présentés par le rapport de la DAU, établi sous la direction de J.-M. Roux, (1995), Public-Privé. Quel aménagement pour demain ?, témoignent de cette accumulation d’opérations ponctuelles dans les villes.

38 Durant cette période, on peut noter dans les registres des services municipaux une augmentation des permis de démolir concernant des pavillons.

39 En particulier le projet d’aménagement des terrains libérés par Renault (32ha) qui prévoit 300 000 m2 de bureaux.

40 Par contre, le nombre de permis de construire autorisés concernant des logements représente le double de celui des bureaux.

41 L’investissement dans l’immobilier d’habitation reste, en Région parisienne, d’un rapport nettement plus faible que dans le secteur de bureaux (de l’ordre de 3,5-4% par rapport à 7-8% -DRI, Banque de France, (1991), Le Logement en Ile-de-France. Marchés et financement, parution annuelle 25 p.).

42 C.-à-d. non inclus dans un périmètre de ZAC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Burkart, « Transformations urbaines : l'influence des politiques municipales d’aménagement
L'exemple de Boulogne-Billancourt et d'Issy-les-Moulineaux  », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 112, mis en ligne le 27 octobre 1999, consulté le 20 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/4970 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4970

Haut de page

Auteur

Marie Burkart

Laboratoire de Géographie urbaine, Université de Paris-X200 Av. de la République, 92001 Nanterre Cedex

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page