Navigation – Plan du site
1999
71

Pour une géographie des milieux sonores

Frédéric Roulier

Résumé

Cet article a pour sujet la présentation d'objets de recherche encore peu abordés jusqu'à présent en géographie : les sons. Après un rapide panorama de l'état de la recherche en sciences sociales sur cette question, le texte pointe et développe ensuite quelques approches envisageables par le géographe. Géographie du bruit, géographie des bruits et géographie des milieux sonores apparaissent ainsi comme trois entrées de choix pour la discipline.

Haut de page

Texte intégral

"Pourquoi cette impression que la voix des peuples du sud de l’Europe est plus sonore que celle de leurs voisins du nord  ?"
M. Schafer, Le paysage sonore

1Jusqu’à présent, l’interprétation géographique des distributions spatiales s’est essentiellement fondée sur une saisie visuelle du monde. N’est-ce pas là une réduction considérable de notre champ de recherche ? Pourquoi ne pas envisager une géographie du bruit ou encore une géographie des sons ?

2L’entreprise peut paraître insolite de prime abord, tant la perception optique du monde s’impose à nous. Que nous souhaitions nous souvenir d’un voyage et ce sont les fragments visuels qui vont surgir en premier à la mémoire. De même, communiquer une description de notre environnement, c’est mettre le plus souvent en avant le visible aux dépens de l’audible. Ainsi que le rappelle J-F Augoyard, dans notre culture, la seule énonciation du mot "paysage" entraîne l’exercice du voir. L’espace sonore est pourtant indissociable de l’espace visuel. Il s’étend comme lui à l’horizon. Où que nous soyons, à chaque instant, l’espace sonore nous enveloppe et nous informe. On ne sait par ailleurs si l’univers s’est créé dans un grand fracas, mais la science moderne ne peut s’empêcher de recourir à une terminologie sonore pour évoquer la création de l’univers ("Big Bang") et sa destruction ("Big Crunch").

3D’évidence, la question posée plus haut par le musicien Murray Schafer est d’ordre géographique. Mais comment y répondre ? L’espace sonore a rarement su éveiller l’intérêt des géographes. Il est vrai que décrire le monde "à l’oreille" est une opération malaisée. Alors que l’image est collée à l’objet, les bruits parviennent à se détacher de leur source ; ils ricochent et rebondissent à une vitesse fulgurante ; ils se répètent dans l’écho puis disparaissent brutalement ; ils s’éloignent, se rapprochent, se mélangent et fusionnent... Pour insaisissable qu’il soit en apparence, l’espace sonore existe pourtant bel et bien et semble lancer comme un défi aux géographes.

4De fait, les travaux géographiques sur le sujet sont encore bien peu nombreux. Qu’il s’agisse de la géographie classique, fondée au début du siècle en France par Vidal de La Blache, ou des nouvelles géographies (quantitative, radicale, humaniste...), force est de constater que le sens visuel a toujours su imposer sa tyrannie dans notre "saisie" du monde. Les manuels de géographie urbaine ou de rares articles abordent bien quelquefois le sujet... mais systématiquement sous l’angle des transports ou du moins sous celui des nuisances. Que penser de l’absence de ce thème dans l’ouvrage de 1996 consacré à l’environnement et publié sous l’égide du Comité national de géographie ?

5Les sons de notre environnement définissent un champ de recherche nouveau et interroge le géographe : Que deviennent, envisagés à travers une dimension si éloignée de l’espace visuel, les objets de recherche habituellement manipulés en géographie : espace, territoires, paysages, milieux, etc.  ?

6Toutefois, une question précède toutes les autres : Comment aborder en géographie le monde sonore ?

Les sciences sociales et la recherche sur l’environnement sonore

7La recherche sur l’environnement sonore est bien entendu largement orientée sur la question du bruit. Après une période active, la recherche sur la question semble s’essouffler depuis 1980 comme le suggère le dernier rapport du Conseil économique et social. Les crédits de recherche attribués par l’État sont eux aussi en baisse malgré une demande sociale forte.

8La réflexion des sciences humaines s’est développée dans ce contexte relativement récemment puisque jusqu’en 1970, le bruit est abordé exclusivement par la recherche fondamentale notamment à travers les domaines acoustiques et auditifs (audiologie, acoustique des salles ou musicale).

9À partir de 1970, l’État sous la pression d’une demande sociale grandissante va dynamiser et diversifier les études via plusieurs programmes de recherche. Ces derniers contrairement à d’autres types de pollution comme l’air et l’eau vont favoriser d’emblée la recherche appliquée. Cette deuxième série de programmes concerne à la fois les aspects auditifs et non auditifs du bruit : l’urgence est d’évaluer le danger représenté par la menace sonore, de le normer. C’est la recherche médicale et les sciences de l’ingénieur qui vont tout naturellement représenter le contingent le plus important de réponses à ces premiers appels d’offre qui se répartissent globalement comme suit  : un tiers sur le bruit dans les logements (gêne, isolation phonique), moins d'un tiers sur les effets du bruit sur le sommeil, le reste portant sur le coût social et les effets généraux du bruit sur l’homme.

10De par sa charge subjective, la notion de gêne due au bruit va se révéler terriblement difficile à évaluer. Ce sera un axe important de la seconde phase de recherche. Mais les travaux du CSTB par exemple ne sauront pas identifier des marqueurs stables de la gêne au bruit dont l’origine est très souvent à rechercher parmi des explications purement individuelles. La gêne apparaît dès lors difficilement prédictible. Le bruit se présente comme un objet de recherche complexe qu’il faut sans doute envisager de manière plus globale et pluridisciplinaire.

11Depuis 1983, le bruit est envisagé plus clairement au sein de ses contextes sociaux et spatiaux : gestion du bruit, rapports entre acteurs, processus de plaintes deviennent les thèmes centraux d’une troisième phase de recherche. Le programme lancé en 1990 "Gestion de l’environnement sonore" est caractéristique de cette période. Cette fois, c’est le bruit "in situ" qui se trouve dans le "collimateur" du ministère. Les municipalités vont enfin pouvoir contribuer à l’effort de compréhension d’une pollution les concernant au premier chef. La Ville d’Angers a ainsi répondu au programme GEUS II par la mise au point d’un questionnaire destiné à mieux comprendre les problèmes de bruit occasionnés par les bars et les discothèques. Le CRESSON pour sa part propose une méthode de diagnostic et d’analyse de l’environnement sonore à l’usage des gestionnaires de la ville et des techniciens du son. Le GERS, quant à lui, propose une étude consistant à mettre en relation les ambiances sonores de la ville de Nantes avec les sensations des usagers.

12J. F. Augoyard relève deux apports des sciences humaines à la compréhension de l’environnement sonore :

  • relativiser la question du bruit. Alors que les sciences dites "dures" ont concentré jusqu’ici leurs efforts sur le bruit, les sciences humaines se proposent d’élargir la connaissance du monde sonore.

  • placer le bruit dans son contexte. La recherche sur le son s’est d’abord consacrée à la mesure en laboratoire ("in vitro") des signaux acoustiques et des réactions psychologiques. Cependant, les mécanismes de la gêne demeurent extraordinairement complexes à comprendre en raison de la subjectivité du phénomène. Le contexte d’émergence de la gêne est alors fondamental, indissociable de l’approche purement acoustique. Les sciences humaines permettent d’appréhender la question du bruit non pas sous l’angle d’une vibration physique mais sous celui de la gêne vécue en situation, qui reste finalement la cible ultime de la lutte contre le bruit.

13Ces deux repères définissent finalement un premier cadre pour notre interprétation du monde sonore. Mais quelle est au fond la spécificité de l’approche géographique au sein des sciences sociales ?

Un espace sonore variant

14Le monde des sons n’est pas uniforme. Il présente au contraire, pour qui veut bien tendre l’oreille, de grandes disparités tant sur le plan temporel que sur le plan spatial. L’analyse de ces variations justifie l’entrée géographique et fonde les recherches dans la discipline.

  • Les bruits du passé ont en effet pour beaucoup disparu. Cela est particulièrement vrai en ville. La diffusion de la technologie, le développement de l’urbanisation, la restructuration permanente, la densité des réseaux de transport, l’accroissement de la population, l’évolution des pratiques sociales et économiques, etc. ont par exemple composé peu à peu un nouvel environnement sonore depuis un siècle. Aussi sûrement que les bruits d’aujourd’hui nous renseignent à leur manière sur la ville, les anciennes sonorités nous révèlent elles aussi, une forme de vie urbaine aujourd’hui disparue.
    Mais l’effet du temps sur l’espace sonore peut se mesurer à d’autres échelles que le siècle. Ainsi les bruits diurnes sont-ils souvent bien différents des bruits nocturnes. Jean Michel Deleuil, insiste à ce propos sur la dualité jour/nuit des ambiances sonores à Lyon. Les rues lyonnaises ne présentent d’ailleurs pas le même "profil sonore" durant la semaine, ainsi que le confirme un gérant d’établissement  : Lundi, mardi, mercredi, c’est mort, mort, mort  ; ça commence à bouger le jeudi  ; le vendredi ça va à peu près, le samedi c’est plein, le dimanche c’est terminé. Les bruits suivent aussi les saisons et le chant des cigales l’été, l’éveil de la nature au printemps, se distinguent sans peine du calme hivernal. P. Sansot évoque à ce propos le silence du mois de janvier quand les bêtes s’immobilisent, que la neige recouvre les champs, que la terre s’est gercée et que la nuit recouvre la vie.

  • Mais ce qui nous intéresse au premier chef du point de vue géographique, ce sont bien sûr les variations spatiales des bruits. Ainsi, la transition de la campagne vers la ville révèle déjà un contraste saisissant sur le plan sonore. Mais au coeur de la ville et malgré la mécanisation à outrance de l’espace sonore urbain, des disparités persistent sur le plan sonore. Ainsi, le bruit des voitures varie avec la configuration de l’espace, la quantité de véhicules, l’éloignement de la source, etc. Selon l’endroit, ces bruits fusionnent avec les vestiges de chants d’oiseaux ou les manifestations d’une présence humaine résiduelle. Dans les parcs et jardins, la tranquillité et les sons naturels parviennent parfois à reconstituer localement un îlot de calme. Des espaces spécialement aménagés pour le piétons constituent comme des enclaves sonores au milieu du bruit de la circulation...

15Ce sont là encore des variations existant à une échelle précise, celle de la ville. Mais il en est de l’espace comme du temps sur le plan des disparités sonores. Cohabitent donc également au niveau géographique, des micro-variations et des macro-variations.

  • La configuration d’un appartement, d’une rue, d’une place, la présence d’un obstacle, la nature des matériaux, etc. définissent des modifications acoustiques fines de l’environnement sonore.

  • L’espace sonore présente enfin des macro-variations. Ainsi que le suggère M. Schafer, les différences de climat jouent déjà un rôle important : La géographie et le climat donnent sa tonalité propre au paysage sonore d’une région. Dans les grands espaces du Nord, le bruit de l’hiver est celui de l’eau qui gèle, de la glace et de la neige... La glace et la neige donnent une tonalité particulière aux régions continentales du Nord, comme la mer donne la sienne à la vie maritime. Le site est également déterminant : chacun sait que le son ne se propage pas de la même façon dans une cuvette, une vallée encaissée, un plateau ou une plaine, un environnement boisé ou la proximité d’une chaîne montagneuse.

16Précisons que notre approche géographique est celle de la géographie sociale ; une géographie qui se définit de la manière suivante selon Paul Claval  : L’ambition de toute géographie sociale, c’est de décrire et d’expliquer les aspects de la vie en société qui contribuent à la différenciation du monde. Robert Hérin précise : Science de l’organisation spatiale des sociétés humaines, la géographie sociale part de la constatation que les faits sociaux ont, par leurs localisations et leurs manifestations, des dimensions spatiales et que les faits géographiques comportent des aspects sociaux qui concourent à leur compréhension et à leur évolution. Géographie des faits sociaux, et sociologie des faits géographiques, la géographie sociale consiste fondamentalement en l’exploration des interrelations qui existent entre les rapports sociaux et les rapports spatiaux, plus largement entre sociétés et espaces.

17La géographie sociale étudie tout particulièrement :

  • les produits de la relation espace/société : insertion/exclusion, mobilité, territoires et enjeux territoriaux, paysages...

  • les variations géographiques de ces produits selon les échelles d’analyses et les groupes sociaux.

18Il nous semble que la géographie sociale, ainsi sommairement définie, peut pratiquer trois entrées sur l’environnement sonore :

  • la géographie du bruit ;

  • la géographie des bruits ;

  • la géographie des milieux sonores.

Une géographie du bruit...

19Cette première entrée est aussi la plus évidente car le bruit est devenu ces dernières années un véritable phénomène de société largement médiatisé. L’opposition entre les pays du nord et du sud de l’Europe à propos de l’exposition des populations au bruit constitue déjà une remarquable expression géographique du bruit. On observe par exemple les taux suivants d’exposition à plus de 65 dB(A)  :

  • Pays-Bas : 4,1%

  • Allemagne : 12,5 %

  • France : 16,6 %

  • L’Espagne (23 %) et la Grèce (20 %) comptent parmi les pays les plus bruyants du continent...

20Éclipsé par moments d’un point de vue médiatique par la pollution de l’air, le bruit demeure la première nuisance dont souffre les Français. Ainsi, l’INSEE, dans un sondage récent sur l’évaluation par les Français de leur environnement, révèle que le bruit est, pour 40 % des ménages questionnés, la principale préoccupation, la pollution de l’air ne concernant, quant à elle "que" 18 % des personnes interrogées. De même un sondage SOFRES de 1992 cherchant à identifier les critères de choix d’un logement pour les 20 prochaines années confirme que l’isolation au bruit est le premier critère (47 %) devant la taille du logement (45 %), la qualité du quartier (28 %) ou l’ensoleillement (28 %).

21Le bruit produit des effets tout à fait concrets sur l’individu. Il est une réalité matérialisée par des effets physiques et psychologiques (surdité, stress, maladies cardio-vasculaires, dépressions nerveuses...). Gardons à l’esprit que le sujet qui nous intéresse ici est le plus souvent synonyme de souffrance. Les pouvoirs publics montrent un intérêt grandissant pour les nuisances sonores, non seulement à cause des effets sur l’individu mais également parce que le bruit coûte à la société  : dépréciation des logements, investissements recherche visant à réduire le bruit des véhicules selon les normes CEE, protection des routes, surdité (la première maladie professionnelle en terme de coût  ; 50 % du budget total des indemnisations)... Le bruit a coûté 25 à 30 milliards de Frs en 1992 selon Pierre Schmeltz (dévalorisation de biens, absentéisme, frais de sécurité sociale...). Si le bruit n’est pas la première cause de maladie professionnelle, c’est celle qui revient le plus cher à la sécurité sociale (8 millions de Frs de rentes nouvelles). Le coût des travaux nécessaires pour les 370 000 logements les plus touchés par le bruit a été évalué par ailleurs à 11 milliards de Frs.

22La lutte contre le bruit a véritablement commencé en France en 1980. Les pouvoirs publics et les industriels ont oeuvré depuis 20 ans pour réduire les nuisances sonores et compenser le retard que le pays avait accumulé en la matière. Mais le rattrapage des situations les plus critiques est trop lent. Il reste encore beaucoup à faire, comme le souligne le rapport du Conseil économique et social dans un rapport adressé au gouvernement en avril 1998 : L’organisation institutionnelle de lutte contre le bruit est trop complexe. Elle ne traduit pas une véritable volonté politique et manque de lisibilité, de cohérence, de moyens... Faute d’une volonté politique suffisante nationale et locale et en raison de la méconnaissance par nombre d’élus et d’agents publics des possibilités qui leur sont offertes, certaines mesures votées restent peu, pas ou mal appliquées.

23La géographie du bruit s’intéresse particulièrement aux contextes et aux effets situés des nuisances sonores :

  • contexte de la lutte administrative. Les politiques nationales de lutte contre le bruit varient d’un pays à l’autre. Les législations sont à ce titre très révélatrices. Certains pays sont en avance, d’autres moins. Au niveau local, les municipalités appliquent à leur échelle des politiques particulières, favorisant tel ou tel aspect de la lutte, innovant aussi par des moyens nouveaux...

  • contexte d’émergence de la gêne. La gêne est un phénomène pour partie subjectif. Le contexte de l’individu est à ce titre déterminant. Nous savons que la situation personnelle de l’individu ou la représentation mentale de la source sonore jouent un rôle. Mais quel est l’effet du contexte spatial ? Qu’en est-il des trajectoires résidentielles, de l’idée que l’on se fait de son logement, de son quartier ?

  • contexte des enjeux à propos de l’espace sonore. Le bruit extrême est capable localement de déclencher des enjeux collectifs à propos de l’espace. Il devient le catalyseur de lutte entre des riverains et des compagnies de transport aérien, des gérants de discothèques, des concessionnaires d’autoroutes... La presse s’est largement fait l’écho par exemple d’affaires comme celle de DHL ou de l’extension par deux pistes supplémentaires de l’aéroport de Roissy d’ici l’an 2 000. Il y a là, d’évidence, matière à faire de la géographie : prenant le cas des nuisances sonores de l’aéroport du plateau d’Orly ou de celui d’O’Hare (Chicago), M.J. Bertrand insiste par exemple sur le caractère répulsif du bruit entraînant des variations du prix du sol, des dépréciations et des discriminations sociales.

24Par les enjeux qu’il soulève, le bruit fait l’objet d’une surveillance des pouvoirs publics. Les sources d’informations ne manquent pas et le géographe sera ainsi particulièrement intéressé par :

  • la distribution géographique des points noirs du bruit (exposition à plus de 70 dB(A) ;

  • la cartographie du bruit routier par département instituée par la loi de 1992 ;

  • le taux de population exposée au bruit dans les pays observés par l’OCDE ;

  • le projet d’évaluation nationale des plaintes dues au bruit par les DASS ;

  • les dépréciations dues au bruit (0,4 % par dB(A) à partir de 55 dB(A), 1 % par dB(A) à partir de 60 et 10 % à partir de 70 dB(A)) ;

... une géographie des bruits

25L’indéniable intérêt d’une géographie du bruit ne doit pas masquer une approche plus sensible des bruits de l’environnement sonore. En effet, le terme de bruit est équivoque dans la langue française car il désigne à la fois une nuisance et des sonorités agréables. Luigi Russolo souligne la contradiction contenue dans le mot de cette manière : D’aucuns objecteront que le bruit est nécessairement déplaisant à l’oreille. Objections futiles que je crois oiseux de réfuter en dénombrant tous les bruits délicats qui donnent d’agréables sensations. Pour vous convaincre de la variété surprenante des bruits, je vous citerai le tonnerre, le vent, les cascades, les fleuves, les ruisseaux, les feuilles, le trot d’un cheval qui s’éloigne, les sursauts d’un charriot sur le pavé, la respiration solennelle et blanche d’une ville nocturne... Entre bruit et bruits la frontière peut apparaître bien fine, tant ces notions se prêtent à la subjectivité.

26La géographie des bruits emprunte donc une démarche tout à fait différente de la géographie du bruit. C’est la variété de sons qui est ici objet de recherche et non la nuisance mesurée en décibels. La géographie des bruits peut être abordée de deux manières :

  • Une interprétation de la société par sa production d’espace sonore. Quels enseignements tirer d’une écoute attentive de l’environnement sonore ? Les sons ne nous renseignent-ils pas aussi bien que les images sur les différences des modes de vie, des économies, des comportements de la société ?

  • Les représentations différenciées de l’espace sonore. Comment l’espace sonore apparaît-il à l’esprit des individus ou des groupes sociaux ? Quels effets ces représentations ont-elles sur les pratiques quotidiennes de l’espace ? Cette approche remet en selle la question des contextes car selon l’endroit, le groupe social, l’âge, etc., ces représentations de l’espace sonore ne sauraient être les mêmes.

Les milieux sonores comme approche géographique privilégiée

27Mais finalement, comment explorer concrètement le domaine sonore ? Que l’approche choisie soit celle du bruit ou bien celle des bruits, une difficulté persiste : la saisie directe du monde sonore.

28Parce que le géographe est homme de terrain, il aura un penchant naturel pour l’observation directe de l’espace sonore. Cependant, en tant que dimension perceptive, l’espace sonore est fort différent de l’espace visuel. Si nous pouvons, au cours d’un cheminement dans la ville discerner à l’oreille les principaux contrastes, il nous faut bien admettre que les caractéristiques intrinsèques de l’espace sonore entravent l’écoute fine.

29Trois facteurs viennent compliquer l’observation directe.

  • Premièrement, l’espace sonore a plus à faire avec le temps qu’avec l’espace. L’espace sonore c’est du "temps qualifié" : il ne prend forme qu’en fonction de la durée des événements sonores, de leur succession. L’espace n’est qu’accessoire pour le paysage sonore. B. Lassus, à propos d'un aménagement sonore commente : Dans ce projet le temps lui-même donne la profondeur, introduit l’espace imaginaire suggéré par l’absence de bruit. C’est, dans ce projet, le temps qui construit littéralement le paysage sonore.

  • L’espace sonore est un espace fragmenté : il n’est ni homogène ni continu ; l’espace sonore n’est en cela pas forcément superposable à l’espace géographique habituel, celui des formes visuelles. Les cartes mentales sonores apparaissent comme une succession de types de sons isolés, peu repérés dans l’espace "c’est un çà et là" organisé selon une logique principalement qualitative. Pour A. Moles, la perception sonore d'une rue s'apparente à un couloir percé de fenêtres...

  • Enfin et surtout, l’espace sonore, en particulier celui de la ville, est un espace métabolique dans le sens où les formes qui le composent prennent alternativement la fonction de fond sonore difficile à identifier et celle de figures sonores repérées et détachées. Il est difficile de comparer alors le paysage sonore avec le paysage visuel qui peut être bien plus facilement analysé par les objets placés en perspective, les lignes de fuite, etc.

30M. Schafer parle volontiers à ce ce sujet de paysages Lo-Fi (low fidelity). Il définit ainsi cette abréviation : Appliqué à l’étude du paysage sonore, un environnement lo-fi est celui dans lequel les signaux sont si nombreux qu’il en résulte un manque de clarté ou un effet de masque. Apparus avec la révolution industrielle, ces paysages sonores sont caractéristiques des villes et révèlent une "congestion sonore", une abondance sonore telle que "le rapport signal/bruit est égal à un ; à ce stade, il devient impossible de savoir, lorsqu’il y a message, ce qu’il faut écouter... Un son clair disparaît dans le bruit général... La perspective s’évanouit. A un carrefour, dans une cité moderne, la distance est abolie, seule reste la présence.

31Tout cela rend bien inconfortable une approche directe de l’espace sonore.

32Pour dépasser la difficulté à saisir directement l’espace sonore, pourquoi ne pas tenter de comprendre les relations qui l’unissent à la société ? Nous regroupons l’ensemble de ces relations sous le terme de milieu sonore.

33Le milieu a vu son sens évoluer au cours des siècles de manière étrange. Désignant au départ le milieu du lieu, la moitié du lieu, il a fini par représenter le lieu lui-même et ses alentours. La notion de milieu a connu bien des vicissitudes en géographie. Utilisé à l’époque de Vidal de La Blache et jusque dans les années soixante, le terme de milieu a commencé par désigner l’environnement physique de l’homme. D’une conception clairement déterministe à ses débuts, le terme s’est vu utilisé ensuite par la géographie humaine. Mais faute de clarté et victime de sa polysémie, il laissa place au concept d’espace géographique dans les années soixante-dix. Cependant, le terme de milieu est aujourd’hui envisagé par certains dans un sens particulier ; celui de la relation de la société à l’espace. Nous retiendrons cette définition de base généralement admise en géographie. Cependant certains soulignent tel ou tel aspect du milieu.

34R. Brunet insiste sur la nature relative du milieu : Un milieu se définit toujours par rapport à un lieu, au moins à une activité ou un groupe social, une personne, le milieu n’existe pas en soi, il est milieu de quelque chose ou de quelqu’un.

35Pour P. George le milieu géographique se définit comme étant l’espace naturel ou aménagé qui entoure un groupe humain, sur lequel il agit et dont les contraintes climatiques, biologiques, édaphiques, psychosociologiques, économiques politiques, etc. retentissent sur le comportement et l’état du groupe.

36Enfin A. Berque définit le milieu de la manière suivante : Relation d’une société à l’espace et à la nature. Cette relation est à la fois physique et phénoménale.

37Nous nous appuyons sur cette dernière formulation pour définir ce qu’est pour nous le milieu sonore : l’ensemble des rapports matériels et abstraits entre une société de référence et son environnement sonore.

38Cette définition s’approche de celle de P. Amphoux qui considère le milieu sonore comme l’ensemble des relations fusionnelles, naturelles et vivantes qu’entretient un acteur social avec le monde sonore, le milieu sonore est l’expression du monde sonore à travers des pratiques, des usages, ou des coutumes habitantes, lorsque s’y exerce l’ouïe, c’est-à-dire une écoute flottante, ordinaire, en acte, qui est dépourvue d’intentionnalité particulière mais à laquelle personne ne peut échapper. Ainsi, P. Amphoux restreint ces relations à la notion de confort sonore ; les représentations ou perceptions sensibles et esthétiques de l’espace sonore sont pour l’auteur exclues du milieu sonore.

39Nous préférons étendre la notion de milieu à l’ensemble des rapports société/environnement. Terriblement vaste dans cette acception, le milieu sonore constitue néanmoins pour nous un champ d’étude géographique privilégié pour appréhender le monde sonore. Il apparaît comme un champ de recherche transversal, intégrant une grande partie de la géographie du bruit et de la géographie des bruits.

40Le géographe s’attachera à comprendre comment l’espace s’articule avec les produits du milieu sonore :

  • gêne due au bruit ;

  • représentations mentales de l’espace sonore ;

  • plaintes/pétitions/mouvements associatifs ;

  • production sonore (individus/industries/transports/établissements de loisirs, de sports...) ;

  • législation ;

  • évaluation (mesures sonométriques)/cartographie ;

  • communication/sensibilisation ;

  • aménagements ;

  • traitement des plaintes...

Conclusion : à la recherche du sens des milieux sonores

41Le bruit et les bruits de la ville sont liés à sa morphologie, son urbanisme, son architecture. Les sons de la ville ne sauraient être les mêmes à Tokyo, à Londres, à Kinshasa, au Caire, à Rome ou à Anvers. Les types d’économie, les comportements sociaux, la pénétration de la technologie, la densité de la population, etc. induisent des variations qui font que chacune de ces villes possède une identité sonore qui lui est propre. Comment ne pas imaginer des différences culturelles sur le sujet ? La législation sur le bruit témoigne bien de cette disparité des rapports à l’espace sonore. Les chiens apparaissent par exemple comme une nuisance particulière pour les pays du Nord. En revanche en Amérique latine, seules les radios et les hauts parleurs sont, dans la plupart des villes, visés par la législation ; celle-ci cherche généralement à en réduire l’usage parmi les marchands et les entreprises installés en plein air. Alors que la Suisse préserve systématiquement dans sa réglementation la tranquillité du dimanche, ce n’est pas du tout le cas dans les pays chrétiens (San Salvador par exemple) où les hauts-parleurs sont autorisés à l’occasion des fêtes religieuses du lundi au samedi (12 à 22 heures), les dimanches et jours de fête (8 heures-22 heures), les 24 et 31 décembre de 8 heures à 5 heures du matin...

42Ne parlons nous pas ici d’une géographie des milieux sonores, une géographie de synthèse qui emprunterait à la fois à la géographie du bruit et à celle des bruits ?

43Travailler sur les rapports de la société à l’espace sonore nous préserve d’une approche cloisonnée et limitée soit à l’environnement sonore, soit à la gêne due au bruit, soit au paysage sonore, soit à la politique urbaine, soit à tout autre fragment du milieu sonore... Cette lecture ambitieuse du monde sonore nous incite à découvrir un caractère commun à toutes les composantes relationnelles du milieu. Elle nous invite finalement à en découvrir le sens.

44La question du sens du milieu est abordée par A. Berque sous le terme de médiance associée à tout une terminologie dont nous ne ferons pas état ici. Ce qui importe selon l’auteur c’est de maîtriser le sens du milieu, de manière à concevoir des paysages cohérents. Pourtant A. Berque n’évoque jamais l’espace sonore. Le milieu sonore, tel que nous l’avons défini, n’aurait-il pas lui aussi une signification : sens du paysage sonore (qu’il soit réel ou idéel), sens de la législation sur le bruit, sens de la gêne et de la plainte, sens de la communication sur le bruit... ? En posant cette question, nous définissons ce qui dans le milieu sonore présente pour nous un intérêt géographique :

  • le rôle de l’espace dans la "logique" des milieux sonores ;

  • les disparités de ce sens selon les lieux, les cultures, les époques.

45    

Haut de page

Bibliographie

AMPHOUX P., 1993, L’identité sonore des villes européennes. Guide méthodologique, tome 1, CRESSON, IREC.

AUGOYARD J-F, 1989, "Réflexions autour de la notion de parasite sonore, in Urbanités sonores", Actes du séminaire Urbanités sonores, Paris, Ed. RATP.

AUGOYARD J-F, 1991, "La vue est-elle souveraine dans l’esthétique paysagère ?", Le débat, n° 65, Paris.

AUGOYARD J-F., 1995, "L’environnement sensible et les ambiances architecturales", L’Espace géographique, n°4.

BAILLY A. et al., 1991, Les concepts de la géographie humaine, Masson, Paris.

BERQUE A., 1990, Médiance, de milieux en paysages, Reclus, Montpellier.

BERTRAND M-J., 1978, Pratique de la ville, Masson, coll. géographie, Paris.

CORI B., CORTESI G., COSTA M., MASI G., SPINNELLI G., MAUTONE M., BORDONE L., SALGARO S., 1988, "Circulation et fait urbain  : l’exemple des villes moyennes italiennes", L’Espace géographique, n°3.

CRENNER E.,1996, "Le cadre de vie, comment le perçoit-on  ?", INSEE PREMIERE, n°476.

DELEUIL J-M, Lyon la nuit, lieux, pratiques et images, Presses universitaires de Lyon, coll. transversales.

GUALEZZI J-P., 1998, "Le bruit dans la ville, avis et rapports du Conseil économique et social", Journal Officiel de la République française.

HERIN R., FREMONT A., CHEVALIER J., RENARD J., 1984, Géographie sociale, Masson, Paris.

LASSUS B., 1991, Le paysage comme organisation d’un référent sensible, in Le Débat, n°65, Paris.

MOCH A. 1998, "Evolution du paysage sonore urbain", in PUMAIN D., MATTEI M-F, Données urbaines, Economica, col. Villes, Paris.

NEBOIT-GUILLOT R., DAVY L., 1996, Les Français dans leur environnement, Comité national français de géographie, Nathan.

OCDE.,1991, Lutter contre le bruit dans les années 90 .

ROULIER F., 1998, Le milieu sonore d’Angers. Essai d’une géographie du bruit, thèse de Doctorat en géographie, 434 p., 80 cartes, Angers.

RUSSOLO L., 1975, L’art des bruits, L’âge d’homme, Lausanne.

SANSOT P., 1983,Variations paysagères, Librairie des Méridiens.

SCHAFER M., 1979, Le paysage sonore, Lattès, Paris, (trad.fr.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Roulier, « Pour une géographie des milieux sonores », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 71, mis en ligne le 21 janvier 1999, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5034 ; DOI : 10.4000/cybergeo.5034

Haut de page

Auteur

Frédéric Roulier

Docteur en géographie
Laboratoire CARTA, UMR CNRS ESO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page