Navigation – Plan du site
1999
4èmes Rencontres de Théo Quant, Besançon, France 11-12 février 1999

Analyse spatiale des phénomènes géographiques

Spatial analysis and geographical phenomena
Jean-François Hangouet

Résumés

L'expression "analyse spatiale" est vague en géographie, mais deux champs de pratiques complémentaires aident à la préciser : il y a d'une part l'analyse spatiale exploratoire, qui est, comme l'illustre la chorématique, le questionnement de quelques données géographiques mystérieuses (quel sens ont-elles ?), d'autre part, peut-être moins intentionnelle, quoique la généralisation cartographique en fournisse un exemple intensif, l'analyse spatiale constitutive, ou l'acceptation des données dans leur disposition spatiale (ces signes sont en relation cartographique). L'une et l'autre analyses sont fertiles car le scientifique, géographe ou cartographe, loin de se contenter des données, ressent immédiatement à travers elles ce qu'elles représentent du monde réel, les prend naturellement comme manifestations de phénomènes géographiques. Leur automatisation en revanche est rendue délicate par le fait que les données numériques n'évoquent rien à l'ordinateur et que leur indigence (des traces au lieu de formes, des listes au lieu de répartitions) les éloigne des référents attendus par l'utilisateur. Le sens géographique des données numériques, s'il n'est pas stocké, se laisse cependant rappeler à partir d'elles grâce à l'attitude du chercheur en Sciences de l'Information Géographique, attitude que nous décrivons ici, d'un point de vue d'ordre épistémologique, sous le nom de phénoménologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Hangouet, « Analyse spatiale des phénomènes géographiques », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 16 juin 1999, consulté le 30 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5145 ; DOI : 10.4000/cybergeo.5145

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page