Navigation – Plan du site
1998
54

Les mots justes1 de Jean Gottmann

Jean Gottmann's Geographic Glossa

Luca Muscara

Texte intégral

  • 1 L'expression est de Jean Gottman, qui dit à plusieurs reprises rechercher le "mot juste".
  • 2 Jean Gottmann, 1993. "Le cloisonnement du monde: théories et faits", postface à Jean-Paul Hubert, 1 (...)

"Je crois que la pensée humaine a subi vers le milieu du siècle (entre 1945 et 1960) une inflexion notable due aux effet des chocs successifs de la bombe d´Hiroshima, du Sputnik, des radios de poche et de la première vague d´ordinateurs. L´humanité fut amenée à reconsidérer ses propres capacités envers l´Univers et envers elle-même. Elle s´est mise à réviser bien des méthodes et des concepts ; chacun s´est posé la question de son rôle dans le monde physique d´une part et dans le monde, très différent, des relations humaines de l´autre. Cette révision est loin d´être conclue, mais elle a creusé un fossé (un vacuum ?) entre ma génération et celle de M. Hubert, un fossé sur lequel il nous faut construire des ponts"2 .

 Une pensée géographique du XXe siècle

  • 3 Miyakawa Y., 1997. "The Orbit of Jean's Geography", Ekistics, Athènes (in press). Le rôle des idées (...)

1Bien que les écrits de géographie urbaine et de géographie politique de Jean Gottmann soient depuis longtemps appréciés respectivement par la communauté des architectes et par celle des spécialistes en relations internationales, ses réflexions sur les concepts et les méthodes de la géographie humaine et régionale n'ont pas encore terminé d'apporter leur contribution à la profonde révision méthodologique qui caractérise les sciences sociales de notre siècle, et la géographie en particulier. De ce point de vue l'ampleur de sa bibliographie - à peu près 400 titres sur six décennies de travail scientifique - pourrait paradoxalement constituer une limite. Il ne s'agit pas de la relative formalisation de ses écrits théoriques, dans lesquels il développe ses réflexions autant en français qu'en anglais. La vraie raison de la diffusion encore relative de sa pensée, peut être expliquée par le caractère nomade de sa vie. Tout en se considérant Français, deux migrations forcées par des raisons politiques et sa transhumance incessante entre les deux côtés de l'Atlantique ont contribué à faire de Gottmann un géographe qui était chez lui à Paris comme à Jérusalem, aux États-Unis et à Naples, à Oxford ou à Nagoya. Cependant, il n'appartenait jamais complètement à une seule ville ou à un seul pays: il faisait partie d'un réseau international, néanmoins son cosmopolitisme au lieu de contribuer à la diffusion de ses idées devint en quelque sorte une limite. Néanmoins, les réflexions de Miyakawa, héritier spirituel du grand géographe, et celles des amis et collègues de Gottmann (de Laponce à Gay, de C. Muscarà à Claval, de Psomopoulos à Corey, de Scargill à Lowenthal) et les récents travaux de Hubert, Johnston, Sanguin et Prevelakis, ont contribué à montrer l´actualité de ses réflexions géographiques3.

2L´approche scientifique de Gottmann s'explicite sous plusieurs aspects, en premier lieu en raison du lien entre géographie et histoire et aussi à cause des fortes influences d´autres disciplines des sciences humaines, comme le prouvent ses écrits allant de la philosophie à la littérature, de l´art à l´architecture, du droit international aux sciences politiques, de la médecine à la théorie des sciences économiques. Un arrière-plan théorique si extensif ne doit pas être entendu comme un savoir abstrait. Gottmann considérait toujours la géographie comme une connaissance pratique, et en suivant une tradition que des géographes distingués ont établie, de Demangeon à Bowman, dans les années les plus importantes de sa vie, Gottmann a été conseiller du Cabinet Mendes-France et directeur de recherche aux Nations Unies. Son éducation classique à Paris avant la guerre suivie de la rencontre avec le "gotha" de la physique moderne à Princeton avaient forgée en lui une pensée toujours soutenue par l´observation directe des faits.

3Une analyse complète de son oeuvre avec les moyens de la critique contemporaine prendrait un temps considérable. Le style de Gottmann était presque narratif, et sa prose agréable à lire, même si parfois elle est moins systématiquement formalisée. Dans chaque article, Gottmann discutait des idées nouvelles en proposant, dans des formes reconnaissables mais variées, ses sources et ses concepts principaux. Ainsi donne-t-il au lecteur l´impression de s´être confronté toute sa vie avec une question centrale à l´apparence changeante, qu´il essaie de décrire de différentes façons afin de l'adapter à la compréhension de réalités régionales différentes.

4Dans son livre de 1971 sur la société et le milieu dans la géographie française, Anne Buttimer a classé Gottmann avec Cholley, Le Lannou et Gourou, comme les derniers "vidaliens" qui ont représenté une approche compréhensive, holistique dans la recherche géographique (Buttimer: 149). Plus récemment Johnston (1996: 184) remarque: "C´était un géographe qui cherchait à généraliser. (...) Il procédait du particulier au général".

5Il est vrai que Gottmann était à la recherche constante des principes profonds et globaux sur lesquels reposent l´organisation de l´espace géographique, c´est-à-dire, l´espace accessible aux activités humaines. Dans cette perspective, il a gardé les êtres humains comme centre et but de sa géographie, selon la formule de Demangeon: "la géographie comme étude de l´homme, occupant de la terre" (Buttimer: 139). Pendant sa vie, Gottmann essaya de comprendre "les façons dont les sociétés humaines organisent la terre spatialement" (Johnston 1996: 184), et avec ses lectures et interprétations du dessin territorial humain, il a contribué à la compréhension de l´évolution des sociétés.

  • 4 Par exemple dans Orlando F., 1978. Towards a Freudian Theory of Literature (with an analysis of Rac (...)
  • 5 La sélection des textes considérés apparaît dans la bibliographie à la fin de cet essai. Elle a néc (...)

6Le travail présent vise surtout les écrits de Gottmann en géographie politique. En tentant de concevoir le développement du système conceptuel de sa géographie, on a employé une méthode en usage dans la critique littéraire contemporaine4. À partir d'une sélection de 30 publications différentes on a décidé de conduire une comparaison intertextuelle fondée sur la détection de constantes-variantes pour les mots-clés de mouvement et d'iconographie, sur lesquelles sa théorie du cloisonnement de l´espace se fonde5. Cette méthodologie nous a aidé à comprendre comment la pensée de Gottmann s´est développée et a évolué dans le temps, et donc à déceler dans son travail les directions possibles pour comprendre la carte politique de l'Europe en changement.

 La théorie du cloisonnement de l'espace

7Dans le système géographique de Gottmann, le cloisonnement de l´espace géographique est le phénomène fondamental et la raison d´être de sa discipline. Ce n´est pas une pure coïncidence si Gottmann a adopté un tel concept pour commencer deux de ses oeuvres les plus théoriques: La Politique des Etats et The Significance of Territory. Selon le géographe, la répartition de l´espace traite de l´idée fondamentale de la différence et de la diversification sur la surface de la terre. "La terre n´est pas une boule de billard". Comme il l´a répété en de nombreuses occasions, pour lui, le cloisonnement de l´espace découle de la diversité de la géographie humaine, plutôt que de la géographie physique. Ses divisions principales apparaissent en fait dans l´esprit des individus. Du point de vue de la géographie humaine, c´est le flux de la circulation qui organise l´espace et qui le différencie - ce qui souligne d'un coté, l´impact de la psychologie humaine et de l'autre, celui de l´accessibilité :

  • 6 "La psychologie humaine était bien sûr à la racine du sujet ; ... l´accessibilité est le problème c (...)

"Human psychology was, of course, at the root of the matter ; […] Accessibility is the central and most permanent problem, as well as the indirect reason for the partitioning of space, regulating the conditions of access. A community fences a territory off to control the access of outsiders to its land, people and resources. Still, the same community wants to enable its members to gain some access to the space, peoples, and resources of the outside world. Thus, within the common environment that geography studies and politics manipulates, defined as the space accessible to human activities […] a constant conflict exists between the political purposes of greater security on the one hand and broader opportunity on the other." (1973: 9)6

8Dans le même livre, Gottmann propose une définition formalisée de l´espace géographique identifié par les six caractéristiques suivantes: il doit être continu, limité, en expansion, diversifié, organisé et cloisonné. Il garde cette définition dans ses textes suivants avec peu de variations (L. Muscarà 1997).

9Une source certaine d´inspiration pour Gottmann était Claude Bernard, le biologiste français du XIXe siècle. Celui-ci croyait que la santé de l´individu était le résultat des interactions dans l´évolution de deux sphères: la sphère intérieure, ou sphère physiologique et la sphère extérieure, ou sphère "cosmique". Gottmann considéra la dialectique entre ces deux sphères comme une clé possible pour la compréhension d´une relation collective entre les humains et leur environnement. Cela explique son intérêt pour les études de Bowman qui illustrent la coalescence de forces enthousiastes dans différentes sociétés comme cycliquement convergeant dans le pioneer fringe.

10De plus, il semble que le concept non-déterministe de "la vie psychologique" aurait pu à lui seul expliquer les relations changeantes des êtres humains avec les territoires: comme nous le verrons plus loin, cette idée renforce le concept d´iconographie ainsi que le concept de territoire psychosomatique.

11De toute façon, il importe de se rendre compte que Gottmann conçoit le cloisonnement du territoire comme un fait psychosomatique - définition que nous interpréterions sous l´angle du sens de l´extension du corps humain d´après McLuhan et comme une métaphore de l´esprit humain. Une interprétation correcte du "psychosomatique" implique le fait que le territoire reproduit les projets d´organisation d´une société, aussi bien que les projections inconscientes qui se manifestent dans les structures spatiales et dans la répartition de l´espace.

Le facteur du mouvement

12Selon Gottmann, le mouvement est avec l´iconographie une des deux forces principales formant l´espace géographique. Néanmoins, une analyse plus approfondie des écrits de Gottmann montre qu´un tel concept a été formulé comme une entité individuelle et n´est associé qu´à partir de La Politique des États (1952a) au concept d´iconographie. Comme explication partielle, on devrait considérer que le concept de mouvement ressort directement du concept de circulation, aspect individuel de la géographie vidalienne, développé par de nombreux géographes français "de la deuxième génération", aspect qui a acquis un sens plus compréhensible et plus global avec Gottmann.

13Déjà en 1938 dans "L'homme, la route et l'eau en Asie Sud - occidentale" Gottmann explique le recul de la population en Orient par l'histoire de la circulation mondiale, de la grandeur et de la décadence commerciales, dont l'archéologie nous a révélé les traits fondamentaux, au lieu de se contenter de l'hypothèse de la désertification et d'une oscillation climatique qui serait difficile à dater.

14Dans son essai théorique de 1947, qui est une source possible pour la compréhension de son concept, Gottmann suggère que la théorie d´Isaiah Bowman de pioneer fringe aurait une relation avec la définition d´une identité régionale et semblerait être cyclique. Gottmann introduit les idées de Bowman dans la discussion des idées sur la population de Demangeon. Puis, il affirme clairement son intérêt pour le facteur dynamique en géographie humaine dans un très beau passage où le mouvement est représenté par une métaphore des dynamiques des fluides:

  • 7 Ainsi que Miyakawa l'a observé, The Significance of territory était destiné surtout au public des r (...)

"Le caractère premier et capital est cette fluidité, ce mouvement perpétuel qui anime la masse, mouvement qui se décompose en une quasi-infinité de mouvements particuliers et dont ni l´ensemble ni les divers éléments ne semblent suivre les règles d´un système. Cette circulation constante des foules qui se déplacent de continent à continent, de pays à pays, de campagne à ville et de ville à ville, considérée dans l´espace comme dans le temps, n´apparaît pourtant chaotique. De grands courants, des tendances plus ou moins stables se dégagent des études nombreuses dont on dispose aujourd´hui. Cette circulation des hommes et de leurs produits, c´est la grande dynamique humaine qui rend si passionnantes les études de peuplement et qui renouvelle constamment la géographie humaine et économique. Elle se présente ainsi dans un rôle semblable à celui que la circulation de l´eau tient dans la nature."7

15Si les différents flux constituent la base de l´identité culturelle d´une région, et marquent les origines des carrefours et des villes, Gottmann se réfère explicitement dans le même texte à un concept puissant aidant à expliquer une définition du facteur mouvement associé à l´iconographie. Sa source d´inspiration était Henri Bergson qui a élaboré l´idée de forces opposées - Gottmann le mentionne pendant qu´il discute la vague notion de carrefour.

Or, les propriétés vitales ne sont jamais entièrement réalisées, mais toujours en voie de réalisation ; ce sont moins des états que des tendances. Et une tendance n´obtient tout ce qu´elle vise que si elle n´est contrariée par aucune autre tendance: comment ce cas se présenterait-il dans le domaine de la vie, où il y a toujours implication réciproque de tendances antagonistes ?" (Henri Bergson, L´Evolution créatrice, Paris, 1909: 13, cité dans Gottmann, 1947: 8-9)

16Si en 1947 Gottmann avait seulement énoncé le principe des tendances antagonistes pendant la discussion du facteur mouvement, quelques années plus tard, il est allé plus loin pour incorporer ce principe de Bergson dans le couple binaire de forces opposées, responsables d´une régionalisation politique de l´espace, maintenant familière pour nous. Ce principe dialectique soutient aussi l´autre couple binaire dans la pensée de Gottmann, comme c´est le cas pour le territoire, conçu comme une source de survivance/secours et comme une planche d´appel pour opportunités aussi bien que le couple binaire centre - périphérie.

"L´examen des rapports entre la géographie et la politique de ces régions politiques dites États nous fit observer à maintes reprises l´importance fondamentale de systèmes de mouvement et de systèmes de résistance au mouvement: les systèmes de mouvement forment tout ce que l´on appelle la circulation dans l´espace ; les systèmes de résistance au mouvement sont plus abstraits que matériels, ils consistent en nombre de symboles, nous les avons appelés les iconographies" (1952a: 214).

17Dans cette nouvelle formulation, le facteur mouvement prend son caractère plus spécifique: il est une force de changement et d´instabilité géographique. Son action se matérialise en échanges en circuits ou en transferts univoques. Suivant l´unité de l´espace géographique, il apparaît comme un tout, "infiniment fluide, infiniment ramifié". Le statut de mouvement/circulation devient responsable de la position géographique d´une place ou d´un territoire et les contraintes de géographie physique deviennent déterminantes par leur impact sur le mouvement/circulation: la circulation devient le premier facteur déterminant dans les relations spatiales (cf. 1952a: 215).

18Déjà dans De la méthode d´analyse en Géographie humaine, Gottmann était conscient de la différence qualitative entre la géographie physique et humaine en ce qui concerne les sujets et les méthodes. Même s´il était profondément conscient des risques inhérents au déterminisme culturel, il était fasciné par les achèvements de la physique du XXe siècle qu´il considéra comme une source possible d´inspiration. En 1947, dans son article théorique, il relate l´intérêt précoce de Bowman dans la "thermodynamique sociale".

L´utilisation de quelques principes de physique, en particulier de certaines lois d´énergie, pourrait aider à améliorer notre méthode. Nos moyens d´analyse en seraient vite enrichis, à la condition indispensable que l´on oublie pas de bien faire la différence de la matière inerte, champ principal de la physique expérimentale, et de la matière humaine, vivante et agissante "(1947: 4-5).

19Loin de tout déterminisme, l'influence de la physique chez Gottmann est due à l´époque fertile qu´il a passé à l´Institut of Advanced Study de Princeton dont il était membre plusieurs fois entre 1942 et 1965, où il fut en relation avec d´éminents physiciens impliqués dans le projet Manhattan. Avec Flexner et Oppenheimer, par exemple, il avait l´habitude de discuter son travail géographique au moment du déjeuner, et peut-être la rencontre avec ces physiciens a-elle contribué à ce saut d'échelle qui aboutit entre autre à travers une magistrale géographie des flux économiques, téléphoniques et des transports, en l'identification de Mégalopolis.

20Dans Mégalopolis, la cité des idées, mouvement et iconographie ne sont pas interrogés explicitement, mais ils sont incorporés dans le nouveau concept urbain - ils sont pourtant reliés aux iconographies - et le facteur mouvement joue comme principe dynamique de la société, ce qui est visible dans le flux d´information et dans la transition dans les structures d'activité des blue collars aux white collars, ou "dans les migrations de travailleurs cherchant une meilleure situation professionnelle en traversant les frontières internationales" (1973: 139).

21Le couple binaire de mouvement et d'iconographie réapparaît au milieu des années soixante dans La Géographie Politique où Gottmann focalise plus sur les interactions réciproques entre les deux facteurs et leur résultat en ce qui concerne la stabilité. L´iconographie utilise la circulation afin d´établir et d´étendre son autorité, tandis que la circulation essaie de changer l´iconographie dans tous les compartiments de l´espace qu´elle traverse.

  • 8 Voir par exemple aux pages 10-12 et 147.

22Le couple binaire de mouvement et iconographie n´est pas mentionné explicitement dans The Significance of Territory probablement à cause de la destination spécifique de ce livre6. Le mouvement est connu comme un principe dynamique dans l´expansion de l´espace géographique ainsi que dans le cloisonnement et dans l´organisation de l´espace8 .

23À la fin des années 70 et au début des années 80, Gottmann revient à la géographie politique (1980a, b). Le facteur mouvement est encore très abstrait: il est vu en termes de relations interdépendantes parmi les lieux où la centralité fluctue à travers l´histoire, et il est mentionné clairement comme une source d´instabilité politique (1980c ; 1982).

  • 9 "Les dilemmes principaux sont les mêmes, sauf les accélérations du momentum cinétique" (1980: 224).

"The basic dilemmas are the same, except for the acceleration of the kinetic momentum"(1980: 224)9.

24Par cette démarche, le géographe met l´accent sur l´accélération du mouvement historique due à une ouverture générale de l´espace géographique aux flux de mouvement et de communication résultant de causes concurrentes, par exemple la "plus grande liberté de mouvements des individus" (1980b: 219). Dans cette formulation, notre couple binaire pourrait bien expliquer la perception du centre et de la périphérie (1980: 223).

  • 10 "Un réseau complexe est ainsi formé, remodelé constamment dans quelques secteurs, et l´ensemble est (...)

"A complex web is thus formed, constantly reshaped in some of its sectors, and the whole is animated by flows and currents. Hence the predominating impression of fluidity and instability. Perhaps one ought to begin formulating a kinetic theory of political geography."(1980: 219)10

25Pendant sa dernière conférence en public à l´occasion du 30ème anniversaire de la Community Study Foundation à Tokyo, Gottmann retourne explicitement au couple binaire original, mais avec une variation: l´accent est maintenant sur la liberté du mouvement due au progrès technologique:

  • 11 "la liberté du mouvement est largement le résultat du progrès technologique, ce mouvement plus libr (...)

"freedom of movement is largely the result of technological progress ; this freer movement has overcome distance and other natural barriers ; it has permeated many standing political partitions, which are thicker and more numerous than the natural barriers… movement works for change, for more fluidity across the partitioned space"(1994:13-4)11 .

26Le mouvement est lié à sa racine originelle, la population, prenant la forme de migrations et de diasporas, qui créent de nouveaux liens à travers l´espace et des réseaux dynamiques parmi les villes à un niveau global. (1994: 23)

  • 12 "... la globalisation n´est pas seulement une question de commerce, de transport et d´information f (...)

"…globalization is not only a matter of trade, transport and information flowing more freely around the globe. It is also and most importantly a movement of people migrating and mixing in large numbers, following more varied currents than had ever been the case… Future historians may recognize the years 1940-1990 as a period of more massive resettlement than the peopling of the Americas in any previous century. The diversity of currents in these migrations is also unprecedented. There is hardly a country in the world that is not sending settlers to the United States and Canada. Vietnamese are found everywhere. Filipinos are coming to Italy. Turks and Albanians abound in Germany, Moroccans in France, Iranians in Japan, Trinidadians and Indians in England, and so forth" (1994: 17-8)12 .

27Le facteur mouvement vient premièrement du concept de la circulation de Vidal et il a été renforcé par le pionnier fringe de Bowman, incorporé à travers le concept bergsonien de forces opposées dans le couple binaire mouvement/iconographie et il a été analysé à la fin comme une source d´instabilité politique, ensuite il revient aux racines de la liberté individuelle et de la migration diaspora.

L'iconographie

28Comme nous l´avons vu, l´iconographie est un facteur de résistance que les communautés opposent aux dynamismes du mouvement. Ce concept peut être relié à une branche majeure de la géographie humaine dans la tradition des études de paysage: elle contient la racine ‘icon´ et véhicule l´idée que les croyances abstraites se matérialisent, dans une certaine mesure, dans des objets visibles et reconnaissables. Pour cette raison les iconographies nationales peuvent être utilisées par les géographes comme instrument d'analyse culturelle.

29L´iconographie est identifiée par un autre trait distinctif important: l´interrelation étroite entre la géographie et la politique ce qui a souvent eu comme effet que les iconographies ont été utilisées par des forces politiques pour atteindre des buts politiques spécifiques.

"Pour fixer les hommes à l´espace qu´ils occupent, pour leur donner le sentiment de liens qui unissent la nation et le territoire, il est indispensable de faire entrer la géographie régionale dans l´iconographie. C´est ainsi que l´iconographie devient en géographie un môle de résistance au mouvement, un facteur de stabilisation politique". (1952a: 221)

30Avant de discuter l´utilisation politique des iconographies, il serait utile de rappeler les origines de ce concept: il a été formulé en 1951 et développé en 1952 quand Gottmann présentait les raisons de la géographie à un public de chercheurs internationaux. Dans la première des deux définitions, Gottmann reflète les diversités régionales et rejette la relation déterministe entre l´environnement physique et le comportement des nations qui y vivent. La différenciation de l´espace géographique et le cloisonnement politique qui en dépend est due aux différences culturelles et spirituelles, et Gottmann décrit l´esprit national et régional avec des attributs similaires à ceux qu´il va utiliser plus tard pour définir l´iconographie.

  • 13 "... parce que l´esprit de chaque nation est si différent de l´esprit des autres nations. Ceci est (...)

"…because the spirit of each nation is so different from the spirit of the other nations. This is especially true of neighbour-countries: boundaries between them exist because each country feels it is different from the other. This national or regional spirit is always made of many components: a historical background, and its interpretation, common to the members of the community, but alien to those beyond the border. The common link is preserved and often reinforced by the education that family and school give to the younger generations. The local environment always plays a part among the foundations of such national or regional spirit, but the important thing is what people are taught to see in the physical and social conditions they live in." (1951:162-3)13

31Gottmann mentionnera plus tard le concept d'iconographie comme déduit du concept d´esprit de la nation, mais il lui substituera "iconographie" parce qu´il considérait "esprit" comme trop ambigu:

  • 14 "La force abstraite d´un ordre existant est enracinée dans l´esprit d´une nation ou d´un groupe de (...)

"The abstract strength of an existing order is rooted in the spirit of the nation or of the group of nations involved. "Spirit" is another difficult notion, the use of which may appear rather unscientific. What it signifies here is a psychological attitude resulting from a combination of actual events with beliefs deeply rooted in the people's mind." (1952b: 516)14

32La géographie a déjà remarqué que les langages et les religions sont des traits culturels fondamentaux, qui ont diversifié les communautés humaines. Dans La Politique des États Gottmann a analysé l´importance qualitative du facteur population dans les relations internationales et a développé le concept d´iconographie comme réalisation du "genre de vie" ou du "type national" de Vidal. Pour cette raison, même avant de développer le couple binaire, l´iconographie était un concept déjà qualifié comme renforcement d´une perception du monde par un groupe en particulier et il trouva sa raison d´être dans le besoin d´identité et de solidarité culturelle d´une collectivité. Cette perception abstraite de l´identité doit être vue principalement en termes de continuité historique et elle caractérise la cohésion tenace d´une communauté.

"Cette cohésion même n´a pas besoin d´une continuité territoriale pour être forte, mais elle a besoin d´une grande foi en l´iconographie officielle et aussi d´un sentiment de justice sociale réalisée ou en voie de réalisation." (1952a: 159)

33Une iconographie particulière dans sa relation identifiante d´un groupe est définie par la transmission de symboles, de valeurs et d´idées à travers les générations. Les gens "... se souviennent du passé et choisissent la forme dans laquelle cet arrière-plan historique est transmis aux générations suivantes." (1952b: 514). Pour cette raison, une iconographie change très lentement d´un point de vue historique même si Gottmann prend en considération son évolution possible et son adaptation.

34Ce besoin abstrait d´identité pourrait contenir un "sentiment d´appartenance", ce qui peut être exprimé en termes d´espace, comme un territoire spécifique devient l´objet de projections spatiales. Comme les frontières et les cloisonnements les plus difficiles existent dans l´esprit des gens, et les mouvements des gens dans un territoire ont été limité dans le passé, il n´est pas difficile à comprendre que "la portée d'une iconographie est limitée dans l´espace". La proto-notion de l´iconographie comme "l´esprit de la nation" était en fait déjà défini spatialement comme ‘national ou régional´.

35Pour un géographe humain, la cartographie des iconographies dans le territoire peut être un moyen pour produire de la cartographie culturelle des groupes. Selon Gottmann, une iconographie est constituée de trois éléments fondamentaux:

  • 15 "... essentiellement une conviction forte fondée sur une croyance religieuse, un point de vue socia (...)

"…essentially a strong belief based on some religious creed, some social viewpoint, or some pattern of political memories, or a combination of all three. Thus regionalism has iconography as its foundation." (1951:163)15

"Il y a eu chez les peuples une symbiose entre trois éléments essentiels constitutifs de toute société et de toute iconographie régionale: la religion, le passé politique et l´organisation sociale." (1952a: 220)

36Comme les langages et les religions, les iconographies émergent de "la vie en commun dans un compartiment donné de l´espace" (1952a:153), même si elles sont renforcées par des raisons politiques jusqu´à être créées artificiellement, comme l´analyse des iconographies nationales le prouve.

"Cette ‘iconographie du groupe´ comporte des éléments multiples allant du drapeau ou de la forme des clochers à la structure sociale acceptée, aux croyances religieuses, aux principes éducationnels. Elle inclut les intérêts investis officiels comme les idées populaires sur ce que le groupe peut et doit faire de son milieu local" (1966: 1762-3).

37Ceci est la raison pour laquelle le contenu de l´iconographie n´est pas aussi important que son fonctionnement dans le réseau de toutes les relations établies entre un groupe et son espace géographique. La force d´une iconographie ne doit pas être jugée par rapport à sa composition, mais sur ses effets politiques. En fait, l´action politique d´une iconographie nationale n´est pas neutre au point de vue territorial.

"Iconography works towards preservation of the established order and the strengthening of standing divisions". (1994:14)

  • 16 "L´iconographie tend vers une préservation de l´ordre établi et vers un renforcement des divisions (...)

"The preservation of an iconography could also dictate the closing of national space" (1980b:222)16

"L´iconographie facilite aussi le maintien de certaines structures sociales. ... L´iconographie tend à écarter de la nation dont elle fait l´unité et l´originalité les étrangers et mêmes les influences étrangères. Elle exerce une action limitative des contacts, donc de la circulation. On conçoit ainsi qu´elle soit dans la grande dynamique humaine la fondation des cloisons spirituelles et politiques". (1952a: 221)

38Si la géographie culturelle du monde entier n´était pas aussi diversifiée et si le comportement des groupes humains dans le monde n´était pas aussi affecté par le facteur mouvement, il n´y aurait pas eu probablement besoin de concevoir des iconographies. Telle n´est pas la réalité: l´accélération du siècle soulignée par Gottmann, ainsi que l´explosion démographique, les migrations à longue distance et d'énorme ampleur ainsi que leurs conflits à tous niveaux requièrent l´utilisation d´un tel concept.

39Les populations se mélangent à des civilisations nouvelles et différentes pour créer un nouveau groupe original avec de nouvelles iconographies et cela arrive en particulier dans les carrefours. À cause de l´action du facteur mouvement, les iconographies doivent se confronter mutuellement et, comme résultat, peuvent se choquer ou changer, peu importe à quelle vitesse.

"Les iconographies ne sont pas inamovibles ; elles se déplacent, tout en évoluant un peu à chaque transplantation, avec les courants de migration et autres faits de circulation." (1952a: 158)

40Il est plus facile de suivre un tel changement lent dans un pays à histoire relativement récente où, parfois, il prend la forme d´une stratification hiérarchique d´iconographies. Ainsi Gottmann écrivit:

"... ainsi les États-Unis, le Brésil, l´Argentine, l´Afrique du Sud, Israël. Dans ces nations de récente constitution, une curieuse stratification tend à s´opérer, établissant une hiérarchie sociale selon les origines ; le sommet est occupé par les gens originaires ou descendants des pays dont l´iconographie l´emporte dans la tradition nationale. Ce sont en général les premiers venus qui s'organisèrent dans le pays ; aux États-Unis, on l´appelle la strate sociale du Mayflower, le navire qui amena les Pèlerins fondateurs de Boston et du Commonwealth de Massachusetts. " (1952a: 158)

"Il faut un brassage énergique et souvent un transfert dans une région neuve, pour créer un creuset où les éléments d´iconographies variées se fondent en un alliage nouveau. Les États-Unis sont un exemple de ce processus: encore leur iconographie nationale porte-t-elle une empreinte particulièrement visible d´origine britannique, car la construction du pays commença dans le cadre de l´Empire Britannique." (1952a: 220-1)

41Le mélange des personnes et des iconographies qu´elle transportent impose pour Gottmann la question de la possibilité d´une iconographie unifiée, c´est-à-dire d´une communauté mondiale ou d´une ‘Ecumenopolis´, comme Doxiadis l´appelle."On n´imagine guère l´humanité politiquement unifiée, si ce n´est par la fusion en une seule de toutes les grandes iconographies existantes" (1952a: 221). Mais une iconographie unifiée ne pourra pas être réalisée par une décision abstraite:

"L´organisation internationale ne peut réussir qu´à condition de ne pas heurter toutes les croyances ; chaque peuple est bien persuadé que sa foi religieuse, son drapeau, son organisation sociale, ses techniques, son pays sont les meilleurs qui puissent être. Comment y croirait-il autrement ?" (1952a: 221)

Conclusions

42Ces termes fondamentaux dans le système conceptuel de Gottmann appellent quelques questions que nous poserons en guise de conclusion pour l´étude présente. Si le territoire est un phénomène psychosomatique, nous devrons interpréter le monde bipolaire de la guerre froide avec ses iconographies opposées et modèles de réalités, avec sa séparation en deux blocs opposés, comme le reflet d´une dissociation psychologique collective, selon laquelle les sociétés impliquées dans la deuxième guerre mondiale étaient incapables de supporter le choc de la guerre, l'holocauste, la bombe atomique, les millions de morts et l'accélération qui en résulte. Maintenant, après la fin de la guerre froide et la chute du mur de Berlin, la dichotomie entre l´Est et l´Ouest se transforme éventuellement dans une nouvelle dichotomie entre le Nord et le Sud. Est-ce là le résultat de notre incapacité à gérer le changement ? Bien sûr le bipolarisme n'est pas la seule configuration possible des équilibres en géographie politique.

43S´il est vrai que les iconographies sont liées au besoin de résistance au changement, la nécessité de renforcement d´une iconographie - et en particulier d'une iconographie européenne aujourd'hui - correspondrait alors à un haut degré d´instabilité dans nos sociétés, une instabilité que nous ne sommes sans doute pas capable de gérer, même en termes culturels. L´Europe de l´Ouest n´a pas participé directement à la guerre froide comme l'Union Soviétique et les États Unis: elle était ainsi protégée par un équilibre relatif entre les deux superpuissances. Des nouvelles instabilités causées par des changements à l'échelle globale ont à présent produit une modification dans les frontières de l´Est et dans la circulation. La fragmentation iconographique et linguistique en Europe - résultat de notre histoire - est notre héritage et en même temps notre richesse et notre malédiction. Si la présence des iconographies fortes est une réaction à un haut degré d´instabilité, notre capacité de retenir la mémoire de nos origines, ainsi qu´un certain niveau de diversité culturelle et de fragmentation territoriale reflétés dans de multiples iconographies, seront la mesure de notre force interne et de notre stabilité.

"Au carrefour nous avons donc trouvé la réunion de la circulation, de l‘iconographie et de la police, cette dernière symbolisant l´organisation politique et, de nos jours, l'État. Cette triple association fut fructueuse. Elle explique la différenciation de l´espace et son organisation. Elle permet de comprendre que le cloisonnement du monde tient plus aux barrières qui sont dans les esprits et aux orbites de rayonnement des carrefours qu´a toutes caractéristiques physiques inscrites dans l´espace. Les symboles de l´iconographie ne sont d´ailleurs pas rivés au sol. Ils circulent avec la diffusion des idées et les mouvements des hommes. Cette circulation des iconographies accroît encore la fluidité de la carte politique". (1952a: 223)

44Ce n´est pas une question de frontières nationales, plutôt le contraire. Comme Gottmann le savait déjà pendant les années 50, quand il abandonna la géographie politique pour l´étude de Mégalopolis, le défi politique se placera à un niveau urbain et l´instabilité sera plus grande aux carrefours où les forces du changement se réunissent, même au niveau des quartiers. Notre capacité à gérer ce challenge reposera principalement sur notre respect pour des iconographies différentes et distantes et sur notre capacité à leur apporter le même soin que celui que nous avons déjà mis en oeuvre pour les iconographies représentant l'héritage de notre histoire passée.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie sélectionnée de Jean Gottmann

1937. "L'homme, la route et l'eau en Asie sud-occidentale". Annales de Géographie, Paris.

1942. "The background of geopolitics". Military Affairs, Journal of the American Military Institute 6, (4): 197-206.

1947a. "De la méthode d'analyse en géographie humaine", Annales de Géographie, Paris LVI,301: 1-12.

1947b. "Doctrines Géographiques en Politique". Les Doctrines Politiques Modernes, Brentano's, New York 1947 (322 pp.): 17-40

1951. "Geography and International Relations", World Politics, Vol. II, no.2: 153-73.

1952a. La Politique des États et leur géographie, Paris, A. Colin.

1952b. "The Political partitioning of our World: an attempt at analysis", World Politics, Vol. IV, no 4: 512-9.

1955. Éléments de géographie politique, Paris, Les Cours du Droit, Fascicules I et II.

1961a. "L'urbanisation dans le monde contemporain et ses conséquences politiques". Politique Étrangère 6: 557-71. Reprinted in 1966b, charter VII.

1961b. Megalopolis: The Urbanized Northeastern Seabord of the United States. New York. The Twentieth Century Fund.

1963. "La politique et le concret", La politique étrangère, Paris, 28eme année, no. 4-5: 273-302.

1965. "La géographie politique", Die modernen Wissenschaften und die Aufgaben der Diplomatie, Vienne, Verlag Styria: 141-60.

1966a. "Géographie Politique". In: Géographie Générale - Encyclopédie de la Pléiade" NRF Gallimard, Paris: 1749-65.

1966b. Essais sur l'aménagement de l'espace habité, Paris, Mouton.

1968. The growing city as a social and political process. Transactions of the Bartlett Society, London, University College, 5: 11-46.

1973. The Significance of Territory, Charlottesville, University Press of Virginia.

1975. "The evolution of the concept of Territory", Social Science Information, Paris, 1975, XIV-3/4: 29-47.

1980a. "Confronting Centre and Periphery", in Centre and Periphery: Spatial Variation in Politics (ed. J.Gottmann), Beverly Hills and London, SAGE Publications: 11-25.

1980b. "Organizing and reorganizing space", in Centre and Periphery: Spatial Variation in Politics (ed. J.Gottmann), Beverly Hills and London, SAGE Publications: 217-24.

1980c. "Spatial partitioning and the politician's wisdom". International Political Science Review, SAGE, Beverly Hills, 1 (4): 432-55

1982. "The basic problem of Political Geography: the organization of space and the search for stability" Tijdschrift voor Econ. en Soc. Geografie, 73, no. 6: 340-9.

1983. La città invincibile. Franco Angeli, Milan.

1984. "Space, Freedom and Stability", International Political Science Review, SAGE, Beverly Hills, 5 (2): 117-24

1990. "Urban Growth and Politics", Ekistics 340/341, January-April.

1993. "Le cloisonnement du monde: théories et faits", postface à Jean-Paul Hubert, 1993, La discontinuité critique. Essais sur les principes a priori de la géographie humaine. Paris, Publications de la Sorbonne.

1994. Beyond Megalopolis, Tokyo, The Community Study Foundation. (Reprint in English and Italian 1996. Sistema Terra, V, 1-2, Laterza, Rome).

Avec Harper R., 1990. Since Megalopolis. The Urban Writings of Jean Gottmann, The Johns Hopkins Univ. Press, Baltimore - London.

Avec Muscarà C., 1991. La città prossima ventura.. Laterza, Rome.

Autres références bibliographiques

Bergson, H., 1909. L'Evolution créatrice, Paris.

Buttimer, A., 1971. Society and Milieu in the French geographic tradition. Published for the Association of American Geographers by Rand McNally, Chicago, IL.

Claval, P., 1980. "Centre/Periphery and Space: Models of Political Geography", in Centre and Periphery: Spatial Variation in Politics (ed. J.Gottmann), Beverly Hills and London, SAGE Publications: 63-71.

Corey, K. E., 1995. "In memoriam: Jean Gottmann, 1915-1994". Annals of the Association of American Geographers, vol. 85, n°2:356-65.

Demangeon, A., 1942.Problèmes de géographie humaine, Paris: 25-34.

Gay, F.J., 1994. Jean Gottmann (1915-1994). Norois, t. 41, n°163, Poitiers: 361-5

Hubert, J-P., 1993. La discontinuité critique. Essais sur les principes a priori de la géographie humaine. Paris, Publications de la Sorbonne.

Johnston, R., 1996. "Jean Gottmann: French regional and political geographer extraordinaire". In Progress in Human Geography , 20, 2: 183-93.

Le Lannou, M., 1959. La géographie humaine, Paris, Flammarion: 11-2 ;

Mazzetti, E., 1996.(ed.) Megalopoli/Ecumenopoli, La città come destino o come sfida, dalla Megalopoli di Filone all'Ecumenopoli di Gottmann, Giannini Ed., Naples.

Miyakawa, Y., 1997. "The Orbit of Jean's Geography", Ekistics, (in press).

Muscarà, C.,1982 "Introduzione", in Gottmann J., La città invincibile, Milan, Angeli: 11-40.

___________,1991."Nuove categorie della centralità urbana", in Gottmann J. and Muscarà C. La città prossima ventura, Laterza, Rome: 43-67.

___________, 1996. "La geografia dei trasporti e delle telecomunicazioni tra teoria dello spazio geografico e dialettica locale- globale", in, Geografia delle Comunicazioni. Reti e strutture territoriali, Capineri C. e Tinacci Mossello M. (ed.s), Torino, Giappichelli: 3-19.

Muscarà, L., 1985."Intervista a Jean Gottmann", Marco Polo, Venise.

___________, 1994. "Being and Space".Sistema Terra, III, 1, Laterza, Rome: 85-7.

___________,1996."Innovazione tecnologica, spazio e rappresentazione: appunti per una telegeografia". Geotema, 6 Anno II : 46-56

Orlando F., 1978. Toward a Freudian Theory of Literature (with an analysis of Racine's "Phedre"), The John Hopkins University Press, Baltimore.

_________, 1983. Le costanti e le varianti, Einaudi, Turin.

Prévélakis, G., 1994. Les Balkans. Cultures et géopolitique. Paris, Nathan.

Patten, J. (ed.), 1983. The expanding city: essays in honour of Professor Jean Gottmann. London. Academic Press.

Rimbert, S. 1994. "Jean Gottmann n'est plus". Sistema Terra, III, 2, Laterza, Rome: 84.

Sanguin A.-L., Prévélakis G., 1996. "Jean Gottmann (1915-1994), un pionnier de la géographie politique". Annales de Géographie 587, Janv.-Fév. 96: 73-8.

Haut de page

Notes

1 L'expression est de Jean Gottman, qui dit à plusieurs reprises rechercher le "mot juste".

2 Jean Gottmann, 1993. "Le cloisonnement du monde: théories et faits", postface à Jean-Paul Hubert, 1993, La discontinuité critique. Essais sur les principes à priori de la géographie humaine. Paris, Pub. de la Sorbonne, p. 200.

3 Miyakawa Y., 1997. "The Orbit of Jean's Geography", Ekistics, Athènes (in press). Le rôle des idées de J.G. dans la géographie française est analysé par Sanguin A.-L. et Prévélakis, G. 1996. "Jean Gottmann (1915-1994), un pionnier de la géographie politique". Annales de Géographie, 587, pp. 73-8. Le diffèrent succès de Mégalopolis et de ses écrits de géographie politique et régionale dans la géographie anglaise a été analysé par Ron Johnston, 1996. "Jean Gottmann: French regional and political geographer extraordinaire". Progress in Human Geography 20, 2, pp. 183-93. Le rôle de Gottmann dans la géographie américaine est considéré par Corey K. E., 1995. "In memoriam: Jean Gottmann, 1915-1994". Annals of the Association of American Geographers, vol. 85, n°2, pp. 356-65.3

4 Par exemple dans Orlando F., 1978. Towards a Freudian Theory of Literature (with an analysis of Racine's "Phedre"), The John's Hopkins University Press, Baltimore ; et Orlando F., 1983. Le costanti e le varianti, Einaudi, Torino.

5 La sélection des textes considérés apparaît dans la bibliographie à la fin de cet essai. Elle a nécessairement été le fruit de différentes composantes. Notre connaissance directe du géographe et notre travail comme traducteur en langue italienne ont inévitablement contribué au choix des textes. Conduit à partir des indications bibliographiques offertes dans un appel à communiquer à un colloque consacré à J. Gottman en 1996 à Paris, il a également reçu les précieux conseils et l'encouragement de madame Bernice Gottmann. Une connaissance plus approfondie de la pensée gottmanienne nécessiterait aussi l'analyse d'autres mots-clé: Mégalopolis, carrefour, orbite, momentum, territoire psychosomatique sont des mots-concept qui jouent aussi un rôle important dans son oeuvre.

6 "La psychologie humaine était bien sûr à la racine du sujet ; ... l´accessibilité est le problème central et le plus permanent, aussi bien que la raison indirecte de la partition de l´espace, régulant les conditions de l´accès. Une communauté établit un territoire avec des barrières afin de contrôler l´accès de tout ce qui vient de l´extérieur du pays: gens et ressources. La même communauté veut rendre possible pour ses membres l´accès à l´espace, aux gens et aux ressources du monde extérieur. Au sein de l´environnement commun que la géographie étudie et que la politique manipule, défini comme espace accessible aux activités humaines, un conflit constant existe entre les buts politiques de plus grande sécurité d´un côté et de plus grande possibilité de l´autre" (1973: 9).

7 Ainsi que Miyakawa l'a observé, The Significance of territory était destiné surtout au public des relations internationales. Pour cette raison Gottmann a probablement évité d'y mentionner explicitement le concept d'iconographie, qui aurait paru peu compréhensible par rapport à la formation juridique de ce type de lecteurs.

8 Voir par exemple aux pages 10-12 et 147.

9 "Les dilemmes principaux sont les mêmes, sauf les accélérations du momentum cinétique" (1980: 224).

10 "Un réseau complexe est ainsi formé, remodelé constamment dans quelques secteurs, et l´ensemble est animé par des flux et des courants. De là ressort l´impression prédominante de fluidité et d´instabilité. Il faut peut-être commencer à formuler une théorie cinétique de la géographie politique". (1980: 219)

11 "la liberté du mouvement est largement le résultat du progrès technologique, ce mouvement plus libre a surmonté la distance et d´autres barrières naturelles. Elle a laissé passer beaucoup de répartitions politiques fixes qui sont plus épaisses et plus nombreuses que les barrières naturelles... le mouvement travaille pour le changement, pour une majeure fluidité à travers l´espace cloisonné". (1994: 13-4)

12 "... la globalisation n´est pas seulement une question de commerce, de transport et d´information fluctuant plus librement autour du globe. Elle est aussi, et de façon plus importante, un mouvement de gens migrant et se mélangeant en grand nombre, suivant des courants plus divers que jamais ... Les futurs historiens verront peut-être les années 1940-1990 comme une période de regroupement plus massif encore que celui des Amériques au siècle précédent. La diversité de courants de ces migrations n´a pas eu d´équivalent antérieur. Rares sont les pays sur terre qui n'envoient pas d'émigrants aux États-Unis ou au Canada. Des Vietnamiens peuvent être trouvés partout. Des Philippins sont en Italie. Des Turcs et des Albanais sont nombreux en Allemagne, des Marocains en France, des Iraniens au Japon, des Trinidadiens et des Indiens en Angleterre et ainsi de suite." (1994/ 17-8)

13 "... parce que l´esprit de chaque nation est si différent de l´esprit des autres nations. Ceci est particulièrement vrai pour des pays voisins: les frontières entre les deux existent parce que chaque pays a le sentiment de ses différences vis à vis de l'autre. Cet esprit national ou régional consiste toujours en deux composantes: un arrière-plan historique et son interprétation partagée par les membres d´une communauté, mais étrangères à ceux de l´autre coté de la frontière. Le lien commun est préservé et souvent renforcé par l´éducation que la famille ou l´école donnent aux jeunes générations. L´environnement local joue toujours un rôle dans les fondements d´un tel esprit national ou régional, mais la chose la plus importante est que les gens sont éduqués à considérer les conditions physiques et sociales dans lesquelles ils vivent." (1951:162-3)

14 "La force abstraite d´un ordre existant est enracinée dans l´esprit d´une nation ou d´un groupe de nations impliquées. "L´esprit" est une autre notion difficile dont l´usage pourrait apparaître peu scientifique. Ce qu´elle signifie ici est une attitude psychologique résultant d´une combinaison d'événements actuels avec des croyances profondément enracinées dans l´esprit des gens." (1951: 162-3)

15 "... essentiellement une conviction forte fondée sur une croyance religieuse, un point de vue social, un dessin de mémoires politiques, ou une combinaison des trois éléments. Ainsi donc le fondement du régionalisme est l´iconographie". (1951: 163)

16 "L´iconographie tend vers une préservation de l´ordre établi et vers un renforcement des divisions existantes" (1994:14) ; "La préservation d´une iconographie peut aussi dicter la fermeture d´un espace national". (1980b: 222)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luca Muscara, « Les mots justes de Jean Gottmann », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 54, mis en ligne le 26 mars 1998, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5308 ; DOI : 10.4000/cybergeo.5308

Haut de page

Auteur

Luca Muscara

muscara@unive.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page