Navigation – Plan du site
1998
55

Quelques remarques à propos de la géographie culturelle

Some thoughts on cultural geography
Béatrice Collignon

Résumés

Le 3 novembre 1997 s´est tenu à Paris un colloque organisé par le CNRS autour des travaux de la "section 39". Au cours de celui-ci la question "géographie et cultures" a donné lieu à un vif débat entre les deux rapporteurs chargés de faire le point sur l´orientation des travaux en cours, débat prolongé ensuite par les réactions non moins vives du public, constitué en grande majorité de chercheurs et enseignants chercheurs en géographie humaine.
Le texte qui suit a été écrit en réaction aux propos tenus alors. Il souligne l´urgente nécessité de dépasser les oppositions méthodologiques, qui ne constituent pas, quoiqu´on en dise, le fond du problème ; tente d´expliquer le malaise grandissant des jeunes générations face à des oppositions qui semblent pour une bonne part héritées d´une époque révolue ; s´interroge sur les origines des spécificités de la géographie culturelle "à la française" (patrimoniale et historique) et appelle à un effort de formalisation méthodologique de la part des tenants de la démarche empirique.

Haut de page

Texte intégral

1Le 3 novembre dernier s´est tenu à Paris un colloque d´une journée organisé par le CNRS et consacré aux activités de la "section 39" qui, sous l´intitulé "Espace, Territoires et Sociétés", regroupe la plupart des chercheurs en géographie humaine, ainsi qu´un certain nombre d´architectes, d´urbanistes et de sociologues. Il s´agissait de dresser un état des lieux de la section, dont les principales orientations thématiques étaient présentées tour à tour. Pour chacune d´elles, deux rapporteurs jouant un rôle actif dans leur développement avaient été chargés par le président de la section de préparer un compte rendu. Leur intervention était à chaque fois suivie de celle d´un expert étranger, invité à réagir afin de mettre les recherches françaises en perspective.

2La question "géographie et cultures" a fait l´objet d´une présentation qui a suscité une discussion assez vive - entre les rapporteurs d´abord puis avec la salle - en partie fondée sur les remarques formulées par la professeur Anne Buttimer (Université de Dublin) qui soulignait, en sa qualité d´expert étranger, quelques aspects spécifiques de la géographie culturelle "à la française". Il semble opportun de prolonger le débat sur Cybergéo et je souhaiterais pour ma part réagir sur trois points.

31. La communauté des géographes dans son ensemble reconnaît le fait culturel comme une dimension essentielle de notre discipline, et ce depuis longtemps. Cependant, au-delà de cet accord de principe, les divergences se révèlent fortes. Si fortes qu´elles ont suscité, fait exceptionnel au cours de la journée du 3 novembre, une présentation en deux temps de la question "géographie et cultures", les deux rapporteurs n´ayant pu se mettre d´accord, en partie par manque de temps il est vrai, sur un texte commun. Il est frappant de constater que, dans leur dialogue dont l´assistance était le témoin, les rapporteurs ont présenté leur désaccord de fond comme étant d´abord une opposition entre deux méthodes : géographie quantitative et modélisatrice d´un côté, géographie empirique de l´autre. Il y aurait inadéquation entre l´objet culturel et la méthode quantitative pour les uns, entre empirisme et géographie culturelle sérieuse pour les autres, pour lesquels une telle démarche conduit à écrire une géographie "confinant alors à la théologie" (B. Hourcade, 1997). La géographie culturelle est ainsi en passe de devenir le nouveau champ d´affrontement entre deux "écoles", alors que les principaux protagonistes de celles-ci reconnaissent eux-mêmes la nécessité de considérer les différentes approches comme complémentaires et non pas concurrentes.

4Si le débat est très animé, et si nombre d´entre nous ressentent une grande difficulté à s´y positionner, c´est sans doute que l´on n´en a pas assez clairement posé les termes. Il me semble reposer sur une triple opposition, et non sur une seule : opposition entre géographie quantitative et géographie qualitative, entre démarche déductive et démarche empirique, entre géographie nomothétique et géographie idiographique. A l´intérieur de cette triple opposition, de très nombreuses combinaisons sont possibles, d´où la grande diversité des positions des chercheurs et le malaise ressenti face à une présentation un peu trop simplificatrice des rapporteurs chargés de présenter la géographie culturelle française aujourd´hui. Toute géographie quantitative n´est pas modélisante, la modélisation prend aussi en compte des variables qualitatives, l´approche empirique n´empêche pas de tendre vers l´abstraction, etc.

5Au cours de la discussion avec la salle, il a été ainsi rappelé fort justement que la démarche empirique, comme la démarche déductive, peut déboucher sur des développements théoriques, qui conviennent autant à la géographie culturelle qu´aux autres géographies. Le risque qu´il y aurait à limiter les études de géographie culturelle à un inventaire de la diversité des Situations à la surface de la terre était par là même souligné. Il importe d´aller au-delà, quelles que soient les méthodes employées pour parvenir à ce dépassement. Les étiquettes dont on a trop abusé dans la géographie française depuis au moins une vingtaine d´années sont certes pratiques mais elles n´ont, en fait, guère de signification.

6En témoigne la vive réaction dans le public de l´une d´entre nous, exprimant l´énervement d´un certain nombre - notamment parmi les générations plus jeunes (moins de 40 ans) - devant cette difficulté de la géographie française à sortir de cette opposition caricaturale et aujourd´hui assez vaine entre deux écoles. Il en résulte une grande réticence, chez les jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs, lorsque vient pour eux le temps de s´insérer dans un laboratoire ou une équipe. En effet, chacun redoute que son choix lui vaille d´être classé de façon fort réductrice, enfermé pour toujours dans une catégorie dans laquelle il ne se retrouve pas.

72.Pour sa part, la professeur Anne Buttimer a souligné à quel point la dimension historique et patrimoniale sont des champs privilégiés de la géographie culturelle "à la française". Elle apparaît ainsi souvent nostalgique, reproduisant cet attrait pour les permanences, les traditions, qui a beaucoup marqué la géographie classique. Comment expliquer cette tendance ? Au-delà du prolongement de problématiques bien ancrées dans la géographie française, il me semble que c´est aussi, notamment en ethnogéographie, l´effet de l´influence de l´ethnologie sur cette partie de notre discipline.

8L´ethnologie est née d´une volonté de sauver des cultures que l´on croyait, à tort ou à raison, en danger de disparition. Le sauvetage consistait en l´enregistrement d´un maximum d´informations de tous ordres sur ces cultures, et non en une réflexion sur les moyens à mettre en oeuvre pour éviter cette disparition. De façon très significative, les ethnologues ont d´abord été associés à des musées, dans lesquels ils travaillaient notamment aux côtés des archéologues. L´approche matérielle était privilégiée, pour laquelle la culture intellectuelle ne constituait qu´un objet parmi d´autres. Pendant longtemps, l´ethnologie a accordé l´essentiel de son attention à ce qu´il y avait de plus ancien et de plus menacé dans les cultures qu´elle étudiait. Les méthodes élaborée alors étaient tournées vers le recueil des traditions. Ce n´est que récemment que l´ethnologie s´est intéressée aux cultures contemporaines et aux dynamiques internes aux cultures "traditionnelles".

9Les ethnogéographes ont le plus souvent emboîté le pas des ethnologues et repris à leur compte cet intérêt pour le "traditionnel", souvent considéré comme ce - qui est véritablement endogène dans une culture. Il faut bien convenir qu´il y a chez la plupart une réelle réticence à travailler sur le présent et les changements culturels, sur les nouveaux savoirs, nouvelles pratiques, nouvelles représentations. De la sorte, se dessine une certaine idée du culturel, où ne serait digne de cette reconnaissance que ce qui existe depuis déjà longtemps. Le temps légitime les pratiques, qui accèdent alors, et alors seulement, au rang de pratiques culturelles. Ainsi s´expliquerait le faible nombre de recherches consacrées, en géographie culturelle, aux transformations contemporaines des savoirs et des pratiques.

10Il s´agit là d´une question importante, soulignée d´ailleurs dans la discussion: la géographie culturelle, en se concentrant trop souvent sur l´immuable et ce qui est perçu comme endogène, ne risque-t-elle pas d´enfermer les peuples dans leurs cultures en leur refusant toute possibilité d´ouverture, de mixage, en niant le fait que la culture est un ensemble dynamique, qui se reformule en permanence ? Plusieurs travaux récents de géographes et d´ethnologues ont pourtant montré que la tradition elle-même est vivante, elle ne cesse d´être transformée pour répondre aux situations nouvelles auxquelles une société se trouve confrontée. Le danger de folklorisation de la culture côtoie celui de l´incompréhension et donc, au final, de l´inefficacité de ces recherches.

11Cette réticence à penser en termes de transitions plutôt que de traditions est sans doute aussi liée à une difficulté méthodologique : rares sont pour l´heure les travaux proposant une réflexion sur les moyens d´appréhender les phénomènes culturels dans leur dimension dynamique.

123. Nous retrouvons alors le premier problème évoqué : l´opposition dans le champ culturel de deux écoles de géographie qui s´affrontent pour une bonne part sur des questions méthodologiques. L´une peut mettre en avant des méthodes très formalisées d´appréhension des phénomènes géographiques, tandis que l´autre répond en revendiquant une approche plus souple, qui s´adapte à son objet en évitant les positions a priori qui risquent d´enfermer le chercheur dans des catégories inadaptées. Alors que la première apparaît comme scientifique car réfutable, la seconde, non réfutable, est de ce fait même très difficile à évaluer et apparaît comme a-scientifique, qualité que certains, d´ailleurs, revendiquent.

13Il convient pourtant que chacun garde présent à l´esprit que toute démarche est subjective, et que toute procédure de recherche repose d´abord sur une intuition. Cependant, la démarche empirique, au risque de perdre sa crédibilité, ne peut faire l´économie de l´explicitation des méthodes mobilisées pour appréhender le fait culturel. De même, sa légitimité dépendra de sa capacité à dépasser l´idiographisme (nécessaire dans un premier temps) au profit de développements théoriques reposant sur les connaissances acquises grâce aux études de cas. Ces deux aspects sont liés, car la fréquente réticence à aborder la question méthodologique pour elle-même est une expression du refus de théorisation.

14Ce n´est qu´au prix de cet effort que l´on parviendra à dépasser un débat qui a déjà trop longtemps envenimé les relations au sein de la communauté des géographes français. Lorsque les deux démarches s´appuieront chacune sur des outils reconnus, cesseront les interrogations sur leur légitimité et s´ouvrira enfin l´ère de la complémentarité...

15Le débat pourra alors se concentrer sur l´essentiel : l´objet de la géographie culturelle. S´agit-il en effet d´étudier les mêmes objets qu´hier, en insistant davantage sur les aspects culturels (auquel cas il n´y a pas de nouveau champ) ou bien la problématique culturelle permet-elle d´intégrer de nouveaux objets dans le champ de la géographie, ouvrant ainsi d´autres perspectives à notre quête d´une meilleure compréhension de la relation que l´homme construit chaque jour avec son environnement ?

Haut de page

Bibliographie

Texte cité : Bernard Hourcade, 3 nov. 1997, "Géographie et Cultures : consensus sur les faits, divergence sur les méthodes", rapport non publié distribué aux participants au colloque de la section 39, CNRS-

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Collignon, « Quelques remarques à propos de la géographie culturelle », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 55, mis en ligne le 07 avril 1998, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5315 ; DOI : 10.4000/cybergeo.5315

Haut de page

Auteur

Béatrice Collignon

Equipe EHGO / Université de Paris I, UFR de Géographie
barc@imaginet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page