Navigation – Plan du site
1998
57

Géographie culturelle : remarques sur les remarques...

Yves Guermond

Texte intégral

1Béatrice Collignon semble vouloir, dans son texte Cybergeo n°55, rebâtir une querelle des Anciens (supposés grincheux) et des modernes (supposés calmes et pondérés). Je n´entrerai pas dans ce débat, car je ne pense pas qu´on soit en droit de prendre la parole "au nom des vieux", pas plus qu´on ne l´est "au nom des jeunes". Strabon avait deux cents ans de moins qu´Eratosthène, mais il n´en est pas plus "moderne" pour autant, bien au contraire.

2Ma première préoccupation vient de cette idée de Béatrice Collignon selon laquelle il y aurait "une urgente nécessité de dépasser les oppositions méthodologiques", d´éviter "un champ d´affrontement entre deux écoles". Il me semble au contraire qu´il faut se réjouir qu´il existe des débats, et même des affrontements (courtois...) parmi les chercheurs. C´est dans l´excitation intellectuelle provoquée par ces débats que les choses avancent et l´absence de débat dans la géographie française des années 50 a sûrement été à l´origine, à cette époque, d´un certain engourdissement, que des gens comme Yves Lacoste et Roger Brunet (pourtant eux-mêmes en désaccord comme on sait...) ont su réveiller, et ils ont eu raison. La contradiction est à accueillir avec joie, car elle permet d´affiner ses propres positions, de les améliorer, à condition que les arguments soient de véritables arguments, et non des arguments racistes (du genre vous pensez cela parce que vous êtes jeune, ou parce que vous êtes vieux...).

3Ma seconde préoccupation porte sur la géographie culturelle elle-même. L´idée d´une synthèse entre l´idiographisme et les développements théoriques est bien entendu le souhait de chacun, mais en disant cela, on ne règle rien, car le débat n´est pas propre aux géographes. On le retrouve chez les anthropologues. On sait comment Clifford Geertz s´emporte contre Lévy-Strauss et ces théoriciens "soumettant les croyances étranges et les structures sociales singulières à des lois générales", pour aboutir en conclussion à cette constatation que "l´état actuel de la discipline (anthropologique) est à la fois désordonné et inventif, aventureux et divers". Cette synthèse que les anthropologues ont du mal à faire, je ne vois pas pourquoi les géographes, qui ont un Q.I. équivalent, parviendraient plus facilement à la réaliser. Le fond de la question, comme le souligne ce même Clifford Geertz, c´est que l´anthropologue (ou le géographe "culturel") ne peut plus se présenter "comme le révélateur de ce qu´on ne voit pas, le décrypteur de ce qu´on conçoit mal. Le joyeux "Eurêka" de Malinowski lorsqu´il rencontra les Trobriandais - "c´est à moi qu´il est donné de les décrire, à moi de les créer" - semble, dans le monde de l´OPEP, de l´ASEAN, où un Tongan joue dans l´équipe des Redskins de Washington (sans parler des anthropologues yorubas, cingalais et tewas), non seulement présomptueux, mais aussi carrément comique. Ce qui est devenu irréductiblement curieux n´est plus l´autre, mais la description culturelle elle-même".

4Qu´il y ait actuellement un certain renouveau de la géographie culturelle, c´est probable, et cela mérite qu´on y réfléchisse sérieusement. Il y a un certain effet de mode, lié à une résurgence, du moins en Europe, des nationalismes et des régionalismes, qui sont, en Europe occidentale, un moyen pour certains milieux locaux de se prémunir contre une trop forte homogénéisation liée à la construction économique européenne, et, en Europe de l´Est, un moyen pour les anciens partis communistes de trouver une idéologie de remplacement proche de la base. Mais l´effet de mode ne dispense pas de considérer le problème scientifique, et là on retrouve, qu´on le veuille ou non, des différences (sinon des oppositions) entre les paradigmes scientifiques. Comme cela avait déjà été dit au Colloque précédent de la section 39 du CNRS (celui de 1993...) une problématique culturelle ne peut être qu´une problématique comparatiste, puisque le seul objectif qui vaille la peine est celui qui consiste à isoler l´effet proprement culturel (s´il y en a un, ce qui n´est pas toujours sûr) dans l´évolution d´une société (en gros qu´est-ce qui échappe à "l´analyse spatiale" ?). Ce devrait être aussi une problématique capable d´échapper à la "tradition patrimoniale" d´une certaine géographie pour s´intéresser aux transformations contemporaines des savoirs et des pratiques, capable de "penser en termes de transitions plutôt que de traditions", ainsi que le dit d´ailleurs fort bien Béatrice Collignon, ce qui prouve que malgré son jeune âge, elle est capable de dire aussi des choses très pertinentes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Guermond, « Géographie culturelle : remarques sur les remarques... », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 57, mis en ligne le 22 mai 1998, consulté le 24 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5331 ; DOI : 10.4000/cybergeo.5331

Haut de page

Auteur

Yves Guermond

MTG/Rouen
yves.guermond@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page