Navigation – Plan du site
1998
58

La réception du modèle graphique de Burgess dans la géographie française des années cinquante aux années soixante-dix

Pascal Clerc et Jacquemine Garel

Résumés

On recourt fréquemment aujourd’hui au modèle graphique du sociologue américain Ernest W. Burgess pour formaliser les structures de l’intra-urbain. Il fut élaboré dans les années vingt ; il est connu dans la géographie française dès la fin de la décennie. Il s’est diffusé grâce aux articles du sociologue français Maurice Halbwachs et des géographes américains Harris et Ullman. Nous dressons ici un panorama des réceptions françaises de ce modèle. Nos intentions sont modestes : signaler l’existence d’un matériau de recherche intéressant mais méconnu, esquisser une problématique. Nous analysons la réception comme le produit d’une confrontation entre deux grilles d’analyse de l’espace urbain, associées à deux ensembles de catégories épistémologiques : les géographes français ont "traduit", selon leurs grilles conceptuelles, les recherches graphiques du sociologue américain qui leur étaient étrangères - à divers titres. Nous étudions les transformations graphiques du modèle concentrique, qui mettent en évidence ce travail d’appropriation intellectuelle.

Haut de page

Texte intégral

1On pense communément que le langage scientifique est un langage privilégié, permettant une communication sans équivoque. Les énoncés scientifiques transiteraient ainsi de groupes de chercheurs à groupes de chercheurs, sans transformation de forme ou de signification. Ce n'est pas ce que l'on observe, en particulier dans le langage graphique en géographie. Ainsi, les auréoles du modèle de Burgess, et celles des modèles concentriques ultérieurs ne désignent pas les mêmes types d’espaces urbains et, en dernière analyse, ne se fondent pas sur une même conception de la société urbaine - même si Burgess était la référence explicite. En outre, les formes épurées que Burgess dressait, désignaient quelque chose de "réel", pour lui et ses collègues ; au contraire, certains géographes français n’ont vu dans les schémas concentriques que des signes «vides».

  • 1 Les géographes français se sont intéressés au travail de Burgess dès les années vingt (Siegfried, 1 (...)

2Notre panorama, inédit, recouvre tous les géographes français ayant retranscrit la forme graphique du modèle de Burgess1 jusqu’aux années soixante-dix : Pierre George (1952), Jacqueline Beaujeu-Garnier (1963) et Jean-Bernard Racine (1971). Comme leur référence à Burgess ne s’est jamais appuyée sur les seules sources originales, nous nous sommes aussi attachés à ceux qui les avaient introduits au modèle concentrique : Maurice Halbwachs (1932), C. Harris et T. Ullman (1959). La réédition de l’article de ces deux géographes, «The nature of cities», constitue une césure essentielle dans la réception du schéma concentrique. D’une part, leur nouvelle expression formelle du modèle, en triptyque, a été quasi systématiquement reprise par la suite - ainsi J. Beaujeu-Garnier, J.-B. Racine ont reproduit leurs dessins alors que P. George se référait à l’article d’Halbwachs. D’autre part, Harris et Ullman mirent l’accent sur les modalités de construction du schéma ; après eux, les géographes français s’intéressèrent à la valeur épistémologique du modèle graphique - auparavant, P. George avait utilisé le modèle pour composer une cartographie du paysage urbain de Chicago, sans autres considérations. A partir des années soixante-dix, le modèle de Burgess est largement diffusé, que ce soit par le biais d’articles, tel celui d’A. Bailly (1972) dans L’Espace géographique, ou de manuels anglo-saxons tel L’analyse spatiale en géographie humaine de P. Haggett, traduit en français en 1973 grâce à P. Pinchemel.

  • 2 Nous nous référons ici à l’édition française d’après la traduction publiée par Y. Grafmeyer et I. J (...)

3Il importe de rappeler brièvement les analyses de Burgess2 pour apprécier les transformations que des interprétations successives lui ont fait subir.

Deux schémas à l’origine

4Dans «La croissance de la ville - introduction à un projet de recherche" (1925), Burgess a fixé les directions de recherche des sociologues de Chicago. Ceux-ci ont cherché à comprendre comment les migrants - qu’ils soient venus des fermes du Middle West, des campagnes ou des villes de l’Ancien Monde - s’intégraient à la société urbaine américaine. A partir d’observations faites dans le "laboratoire" qu’était Chicago, Burgess a avancé l’existence de deux processus concomitants : après un afflux d’immigrants, l’expansion de la ville se fait suivant un ordre concentrique - c’est le processus de succession ; parallèlement, cette arrivée de populations ignorant la culture urbaine accroît temporairement la désorganisation sociale mais relance également un processus d’intégration sociale. Ces deux analyses font intervenir cinq zones différenciées par «la résidence et le métier» de leurs habitants (Figure 1). Le processus de succession décrit la croissance par débordement, à partir du Loop,de chacune des zones sur la suivante ; les espaces de chevauchement voient un mode d’habitat et un type social succéder à un autre. Un processus de différenciation culturelle et professionelle est concomitant (Figure 2). Burgess a décrit des itinéraires socio-spatiaux de groupes d’immigrants - le sens de ces itinéraires marque une intégration sociale croissante. Dans les auréoles centrales se regroupent par nationalités les populations les plus récemment arrivées. Elles sont les plus pauvres, ne possèdent pas de spécialités professionnelles leur donnant une valeur sur le marché du travail américain. Elles souffrent d’une «désorganisation (...) des attitudes et des conduites» (p. 139). Inversement, plus on progresse vers la périphérie, plus les populations sont riches et mieux intégrées, plus leurs aptitudes professionnelles sont diversifiées. La population de chaque "aire urbaine" se renouvelle en permanence : chaque arrivée de migrants déclenche dans le centre une compétion qui pousse leurs prédécesseurs à se spécialiser et à se déplacer d’une aire d’habitation à la suivante. Et ainsi de suite. L’itinéraire des Juifs d’Europe centrale est exemplaire : " C’est là [en zone III] que l’on s’établit après avoir fui les bas quartiers. C’est le Deutschland de la famille ambitieuse venant du Ghetto. (...) Mais les habitants de cette aire regardent à leur tour vers la "Terre promise" (IV) située au delà (...)» (p. 136). Burgess a mis en avant la valeur générale de ses schémas - il a affirmé que les «aires urbaines» se retrouvaient dans toutes les villes américaines - tout en soulignant leur caractère idéal.

«Les cercles du bois d’un tronc d’arbre»

5Jusqu’aux années soixante, des études développées du travail de Burgess sont rares dans la géographie française - André Meynier (1946), George Chabot (1948) n’en ont extrait que des informations de détail. Mais, même quand des analyses relativement fouillées existent - citons le Cours de géographie humaine sur l’habitat de Jean Tricart (1951) - le modèle graphique n’est pas forcément reproduit. On le retrouve seulement chez P. George et chez deux sociologues, M. Halbwachs et P. H. Chombart de Lauwe.

6Nombre de géographes français ont connu Burgess grâce à une monographie de M. Halbwachs sur Chicago. Dans "Chicago, expérience ethnique" (1932), article publié dans les Annales d’histoire économique et sociale, il fait une revue critique des travaux des sociologues de Chicago. Il a remanié le second schéma de Burgess (Figure 3), à commencer par ses légendes. Il a traduit les dénominations des zones et surtout a transformé le titre du schéma : les "Aires urbaines" sont devenues la "Vue schématique d’une grande ville". Le premier titre amenait à voir dans le dessin la traduction spatiale d’une notion sociologique - les aires urbaines. Le second intitulé ne fait appel qu’à des notions morphologiques, ce qui pouvait amener à confondre le schéma concentrique avec un plan de ville simplifié - confusion qui n’existe cependant pas dans le texte d’Halbwachs. Halbwachs a retracé plus précisément le tracé de la ligne de côte et s’est efforcé de situer exactement le Loop : la traduction géographique manifeste un souci de repérage absent chez Burgess. On mettra en rapport cette attention avec la double perplexité exprimée par Halbwachs. Pourquoi donner un titre général alors que ce qui est représenté "n’est pas une autre ville que Chicago elle-même» (p. 289) ? Quel avantage y aurait-il à schématiser la structure de Chicago plutôt que de la cartographier, comme Halbwachs le fait quelques pages plus loin (Figure 4)? Il reconnaît cependant au dessin schématique un avantage pour la communication : avec une carte de Chicago, Burgess n’aurait peut-être pas aussi bien fait passer l’idée qu’il avait cherché à représenter des processus de dynamique urbaine - et pas seulement la distribution des quartiers : «Toutefois en représentant ainsi les régions successives par des zones concentriques, on met peut-être mieux en lumière les fonctions diverses qu’elles remplissent et l’on aide à mieux comprendre les relations qui s’établissent de l’une à l’autre» (p. 289).

  • 3 La seconde représentation de l’intra-urbain est un plan de Saint Louis représentant des quartiers d (...)

7Comme collègue d’Halbwachs à l’université de Strasbourg, H. Baulig avait collaboré à l’élaboration de la «Carte ethnique de Chicago» qui illustre cette monographie. Dans le tome de la Géographie universelle sur l’Amérique septentrionale que Baulig a rédigé (1936), on peut lire une étude sur Chicago (p. 414-418). Il s’est référé à «Chicago, expérience ethnique» mais n’a repris que la «Carte ethnique...» , et non le schéma concentrique. L’a-t-il trouvé absurde, simpliste ? De manière générale, les représentations de l’intra-urbain sont rares dans le volume, deux sur soixante-quinze figures, dont la «Carte ethnique...»3.

  • 4 P. George ne mentionnant aucun ouvrage de Burgess, on fait l’hypothèse qu’il a fondé son schéma sur (...)

8Dans La ville - le fait urbain à travers le monde (1952) fut le premier manuel de géographie urbaine français après celui de Chabot (1948). P. George y a décrit, entre autres, «les villes neuves des pays neufs». Il s’est attaché au cas de Chicago et a représenté un schéma concentrique largement remanié (Figure 5). Il a composé une «Esquisse du zoning empirique en auréoles concentriques» de Chicago à partir du schéma concentrique de Burgess4 et d’une carte ethnique similaire à celle d’Halbwachs. George a doublement transformé le schéma concentrique représenté par Halbwachs. Tout d’abord, il est parti d’une conception autre de la société. Les auréoles ne traduisent plus un processus d’intégration des étrangers ; elles manifestent une hiérarchie sociale associée à une division fonctionnelle. Elles sont les divisions fixées d’un «paysage urbain». La légende a été refondue. Les zones ne désignent plus des étapes dans un itinéraire socio-spatial : il n’est plus question de zone de transition, de zone de seconde installation. D’une part, elles sont distinguées par la distribution des groupes sociaux (les "riches", les "classes moyennes" et les "ouvriers") - les groupes ethniques constituant désormais un cas à part. D’autre part, les zones isolent des aires d’activité : le centre administratif et commercial, les parcs, et aussi un "secteur" industriel. Les critères d’analyse du social des urbanistes ont été substitués à ceux des sociologues. Le nouveau titre, "Chicago, esquisse d’une zoning empirique en auréoles concentriques", fait en effet référence à une notion reprise aux urbanistes (le zoning désigne la différenciation de l’espace urbain selon que des bureaux, des résidences, des industries, etc. , l’occupent). Mais ce qui était chez les urbanistes un principe guidant leur pratique, est devenu chez les géographes une différenciation spontanée, «empirique» . P. George a transformé d’une seconde manière le schéma de Burgess : il l’a rattaché à la ville de son élaboration, Chicago. Autrement dit, il n’a pas cherché à considérer, comme Burgess ou Halbwachs, la portée générale de la structure discernée dans Chicago. Les localisations sont sans équivoques grâce au carroyage. Les auréoles ont été déformées selon une configuration propre à Chicago : elles se calquent sur le maillage administratif et statique de comptage des populations. Et, toute contournée qu’elle soit, cette carte apparaît encore trop sommaire à P. George : elle est une «Esquisse» de zoning empirique. Dans sa description des espaces urbains, P. George est descendu à un niveau de détail bien différent de celui de Burgess : chez ce dernier, les quartiers étaient les plus petits espaces ; P. George est allé jusqu’à représenter certains bâtiments remarquables (abattoirs, université, etc. ).

  • 5 Plus exactement à deux autres dessins : celui de droite est reproduit quelques pages plus loin, sup (...)
  • 6 H. Hoyt a conçu en 1939 un modèle sectoriel de distribution et de croissance des zones résidentiell (...)

9Représentant le schéma concentrique, aucun géographe n’a mentionné le travail de P. H. Chombart de Lauwe sur Burgess. Dans Paris et l’agglomération parisienne - l’espace social d’une grande cité (1952) - (Figure 6), ce sociologue reproduisait, puis transformait le modèle américain. Cependant, cet ouvrage était connu des géographes de l’époque, notamment de P. George ; c’est principalement à ce titre que nous nous intéressons à lui. En outre, P. H. Chombart de Lauwe y a pratiquéé une modélisation graphique dont on ne trouvera de semblables exemples que vingt ans plus tard en géographie. Il s’agissait, pour lui et son équipe, de savoir si l’on pouvait reconnaître une organisation concentrique semblable à celle de Chicago dans le cas de l’agglomération parisienne. Chombart de Lauwe est l’auteur de notre corpus qui est l’interprète le plus fidèle à la visée du travail de Burgess : il l’a présenté comme l’élaboration inductive d’un schéma à valeur générale à partir d’observations faites sur un cas particulier, Chicago. Les auréoles distinguaient des «milieux» différents, «la spécialisation de certains quartiers suivant les niveaux de vie et les classes» (p. 40). Et le schéma concentrique a été reproduit à l’identique - à la traduction près. Mais il a été associé à un autre schéma5 Son statut a complètement changé : il était aboutissement de la recherche de Burgess; il est «hypothèse» de départ pour Chombart de Lauwe - d’après le titre même du dessin. Le modèle américain est mis en oeuvre pour un autre lieu - Paris. Et pour un autre temps - le travail de Burgess a essuyé diverses critiques, notamment celles de H. Hoyt6, associées à son modèle en secteur. Les espaces du modèle correspondent désormais à des "espaces sociaux" ; les auréoles sont combinées avec des secteurs.

Modèle abhorré... Modèle adoré

  • 7 C’est le cas de P. Claval (1968).
  • 8 L’article de Harris et Ullman n’a pas été traduit en français.
  • 9 Le Loop - littéralement La boucle - est le coeur de Chicago. Il est ainsi nommé parce qu’une ligne (...)

10A partir des années soixante, le modèle de Burgess est quasiment toujours étudié avec sa formulation graphique7 L’article de Harris et Ullman (Figure 7),»The nature of cities» (1945), apparaissait comme une référence obligée pour quiconque décrivait le modèle de Burgess. J. Beaujeu-Garnier et J.-B. Racine l’ont lu dans une compilation américaine d’articles de géographie urbaine, Readings in urban geography (1959). Harris et Ullman présentaient brièvement des modèles de croissance urbaine à des fins d’aménagement. Ils évaluaient les apports de Burgess et Hoyt avant de présenter leur propre modèle polynucléaire. Ils ont transformé le premier schéma concentrique. Le référent des auréoles n’est plus le même : elles désignent différents types d’utilisation du sol («land-use patterns» ). Les aménagements du schéma en témoignent. Tout d’abord il est associé - et aligné - sur les modèles de Hoyt, Harris et Ullman. Légende et dessin ont été modifiés de manière à ce que les trois schémas désignent les mêmes espaces. Les zones sont nommées à l’aide d’une typologie standardisée; les qualificatifs sociologiques mettent l’accent sur des variations dans la stratification sociale - et non sur des différences d’intégration. Ainsi ce qui était chez Burgess la « zone de transition» est scindé en une «zone d’industries légères»8et une zone de «résidence des classes populaires». Le schéma concentrique compte désormais six zones. Le statut du schéma est lui aussi modifié : Burgess faisait l’hypothèse que la structure qu’il avait dégagée pour Chicago était valable pour toutes les villes américaines ; pour Harris et Ullman la portée générale du schéma est acquise. Il a désormais le titre de «Generalization of internal structure of cities» et le commentaire de la figure indique que «la théorie des zones concentriques est une généralisation pour toutes les villes»; ce qui dans la légende faisait référence à un quartier de Chicago, le Loop9, a disparu : la zone centrale est nommée désormais «Central business district».

11J. Beaujeu-Garnier a publié en 1963 avec G. Chabot un Traité de géographie urbaine. Elle y a rédigé dans une perspective urbanistique un chapitre sur les «Problèmes urbains». La résolution de ceux-ci supposait la possession de représentations des différenciations de l’espace urbain. C’est à ce titre que J. Beaujeu-Garnier a examiné les «théories» de Burgess, Hoyt, Harris et Ullman. Elle reprend exactement les trois schémas de Harris et Ullman, à la traduction près (Figure 8). A la suite de ces géographes, elle a assimilé la démarche de Burgess à celle de ses successeurs. Par contre, pour elle, le schéma concentrique n’a pas de référent dans la réalité. En conséquence, elle a éliminé le commentaire indiquant que «la théorie des zones concentrique est une généralisation pour toutes les villes».J. Beaujeu-Garnier ne concevait pas que ces schémas soient des généralisations d’observations ; ils étaient pour elle des «conceptions a priori» (p. 285) car les structures urbaines qu’on pouvait observer étaient manifestement irréductibles à des «figures géométriques simples» - les structures «observées» étant, par exemple, celles que J. Beaujeu-Garnier avait cartographiées pour Chicago (Figure 9). Elles suivaient les contournements des divisions administratives, il ne s’en dégageait effectivement aucune organisation géométrique.

12Pour J.-B. Racine (1971), dans son article sur «Le modèle urbain américain - les mots et les choses», la géographie urbaine française devait suivre la méthode américaine et adopter une démarche qui lui permît de soumettre ce qu’elle avançait à l’épreuve de l’expérience. En l’occurrence, il s’agissait de concevoir des modèles graphiques des structures urbaines et d’en vérifier l’existence grâce à des analyses factorielles. Dans cette perspective, J.-B. Racine a retracé l’histoire exemplaire de la géographie urbaine américaine depuis l’élaboration des premières représentations à valeur générale des structures urbaines, avec Burgess notamment, jusqu’à l’évaluation de ces modèles par l’écologie factorielle dans les années soixante. Il a aussi repris les trois schémas de Harris et Ullman (Figure 10) mais avec une modification de la légende - Racine a appelé la seconde auréole «Zone de transition», dénomination que Harris et Ullman avaient abandonnée : un retour aux sources s’est donc amorcé. Mais le travail de Burgess est encore méconnu : J.-B. Racine n’a dit rien de la problématique sociologique de Burgess et a vu dans les auréoles une intuition de la distribution concentrique des structures familiales révélées par l’écologie factorielle. Contrairement à J. Beaujeu-Garnier, J.-B. Racine a accordé une valeur descriptive certaine au «modèle graphique» (p. 399) de Burgess. Le nouveau titre en témoignait, qui mettait l’accent sur son caractère éprouvé : «Les trois modèles classiques de la structure intra-urbaine».

13Ainsi, des années trente aux années soixante-dix, circulant parmi les géographes et les sociologues français, le modèle graphique de Burgess a été continûment réinterprété et remanié. Cependant, à la suite de la lecture de l’article de Harris et Ullman, le dessin est stabilisé et les «légendes» ne sont plus que peu modifiées. Cette normalisation de la forme est associée à une transformation de la place du schéma dans la réflexion de ceux qui le reprennent. Jusqu’aux années cinquante, en exceptant M. Halbwachs, le modèle est utilisé, recontextualisé : P. H. Chombart de Lauwe et P. George se fondent sur lui pour représenter le Paris et le Chicago de l’immédiat après-guerre. Mais le sociologue, la différence du géographe, conçoit ce que nous appelerions aujourd’hui un modèle localisé. Les auréoles ne sont plus associées aux mêmes notions que chez Burgess : elles représentent les divisions d’un paysage urbain chez George et la répartition des groupes sociaux chez Chombart de Lauwe - mais ceux-ci sont définis selon des critères différents de ceux du sociologue américain. Les transformations formelles sont de même type : les auréoles sont déformées et un fond (topographique, ethnique) est en surimposition, apportant des éléments de localisation; de nouvelles légendes apparaissent, manifestant le renouvellement des notions. Dans les années soixante/soixante-dix, le schéma concentrique est «cité» comme modèle exemplaire, et non plus retravaillé : il vaut comme document illustrant un panorama des modèles d’utilisation du sol (Harris et Ullman, J. Beaujeu-Garnier) ou un historique de la recherche urbaine américaine (Racine). Il est présenté comme un modèle général - que l’auteur adhère ou non à la modélisation. La forme a été épurée de ses éléments particuliers : les auréoles sont tracées de manière régulière, elles ne sont pas juxtaposées à un fond. Le travail de J. B. Racine a constitué une rupture essentielle : les géographes français reprenaient désormais à leur compte les méthodologies américaines, les modèles graphiques… la New Geography.

Figure 1 : le premier schéma de Burgess (1925)

Figure 1 : le premier schéma de Burgess (1925)

Figure 2 : le second schéma de Burgess (1925)

Figure 2 : le second schéma de Burgess (1925)

Figure 3 : le second schéma de Burgess vu par Halbwachs (1932)

Figure 3 : le second schéma de Burgess vu par Halbwachs (1932)

Figure 4 : l’espace urbain de Chicago selon Baulig et Halbbwachs (Le dessin de la Géographie universelle reproduit à l’identique celui de la monographie d’Halbwachs)

Figure 4 : l’espace urbain de Chicago selon Baulig et Halbbwachs (Le dessin de la Géographie universelle reproduit à l’identique celui de la monographie d’Halbwachs)

Figure 5 : le schéma de Burgess vu par George (1952) ( la chaîne de diffusion : Halbwachs/ George)

Figure 5 : le schéma de Burgess vu par George (1952) ( la chaîne de diffusion : Halbwachs/ George)

Figure 6 :le schéma de Burgess vu par P. H. Chombart de Lauwe (1952)

Figure 6 :le schéma de Burgess vu par P. H. Chombart de Lauwe (1952)

Figure 7 : le schéma de Burgess vu par Harris et Ullman (1945)

Figure 7 : le schéma de Burgess vu par Harris et Ullman (1945)

Figure8 : le schéma de Burgess vu par J. Beaujeu-Garnier (1963)  (la chaîne de diffusion : Harris et Ullman/ Beaujeu-Garnier)

Figure8 : le schéma de Burgess vu par J. Beaujeu-Garnier (1963)  (la chaîne de diffusion : Harris et Ullman/ Beaujeu-Garnier)

Figure9 : l’espace urbain de Chicago selon J. Beaujeu-Garnier (1963)

Figure9 : l’espace urbain de Chicago selon J. Beaujeu-Garnier (1963)

Figure10 : le schéma de Burgess vu par J. B. Racine (1971) (la chaîne de diffusion : Harris et Ullman/ Racine)

14    

Haut de page

Notes

1 Les géographes français se sont intéressés au travail de Burgess dès les années vingt (Siegfried, 1928) mais c’est le sociologue M. Halbwachs qui fut le premier à s’intéresser à l’aspect graphique en 1932. Sans être sûrs de l’exhaustivité de notre travail, nous pensons néanmoins qu’il n’omet guère de géographes français.

2 Nous nous référons ici à l’édition française d’après la traduction publiée par Y. Grafmeyer et I. Joseph (1979). Le texte d’Halbwachs fut réédité dans le même volume - c’est cette édition que nous citons.

3 La seconde représentation de l’intra-urbain est un plan de Saint Louis représentant des quartiers différenciés par l’activité et par la densité de l’habitat.

4 P. George ne mentionnant aucun ouvrage de Burgess, on fait l’hypothèse qu’il a fondé son schéma sur le seul travail d’Halbwachs qui est, lui, cité.

5 Plus exactement à deux autres dessins : celui de droite est reproduit quelques pages plus loin, superposé à un fond topographique

6 H. Hoyt a conçu en 1939 un modèle sectoriel de distribution et de croissance des zones résidentielles

7 C’est le cas de P. Claval (1968).

8 L’article de Harris et Ullman n’a pas été traduit en français.

9 Le Loop - littéralement La boucle - est le coeur de Chicago. Il est ainsi nommé parce qu’une ligne de chemin de fer surélevée en fait le tour.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5332/img-1.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure 1 : le premier schéma de Burgess (1925)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5332/img-2.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure 2 : le second schéma de Burgess (1925)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5332/img-3.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure 3 : le second schéma de Burgess vu par Halbwachs (1932)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5332/img-4.png
Fichier image/png, 306k
Titre Figure 4 : l’espace urbain de Chicago selon Baulig et Halbbwachs (Le dessin de la Géographie universelle reproduit à l’identique celui de la monographie d’Halbwachs)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5332/img-5.png
Fichier image/png, 100k
Titre Figure 5 : le schéma de Burgess vu par George (1952) ( la chaîne de diffusion : Halbwachs/ George)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5332/img-6.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 6 :le schéma de Burgess vu par P. H. Chombart de Lauwe (1952)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5332/img-7.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 7 : le schéma de Burgess vu par Harris et Ullman (1945)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5332/img-8.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure8 : le schéma de Burgess vu par J. Beaujeu-Garnier (1963)  (la chaîne de diffusion : Harris et Ullman/ Beaujeu-Garnier)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5332/img-9.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure9 : l’espace urbain de Chicago selon J. Beaujeu-Garnier (1963)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5332/img-10.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Clerc et Jacquemine Garel, « La réception du modèle graphique de Burgess dans la géographie française des années cinquante aux années soixante-dix », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 58, mis en ligne le 22 mai 1998, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5332 ; DOI : 10.4000/cybergeo.5332

Haut de page

Auteurs

Pascal Clerc

EHGO, IUFM de Lyon

Articles du même auteur

Jacquemine Garel

EHGO, allocataire de recherche

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page