Navigation – Plan du site
1998
65

Des appareils photo jetables au service d´un projet de développement : représentations paysagères et stratégies des acteurs locaux de la montagne thiernoise

Yves Michelin

Résumés

Dans le but d´élaborer une méthode simple d´analyse des représentations du paysage par des habitants, une expérience a été conduite dans la montagne thiernoise auprès de six élus locaux. Chacun a reçu un appareil photo jetable et une liste de questions concernant le paysage de sa commune qu´il devait illustrer par ses propres clichés. Un entretien individuel utilisant ces clichés comme support a ensuite permis de mieux cerner les différentes dimensions du paysage (intime, identitaire), les éléments jugés négativement et les tendances évolutives. Les réactions très positives à ce premier travail montrent que le paysage peut être un élément mobilisateur des élus locaux. Même si cette technique reste à améliorer, elle peut déjà aider des agents de terrain non spécialistes à mieux comprendre le poids des représentations paysagères dans les motivations et les actes des acteurs locaux pour lesquels ils travaillent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis quelques années, les collectivités locales, poussées par une demande de plus en plus pressante, cherchent à maîtriser et à organiser l'évolution de leurs paysages. Mais pour ces gestionnaires, le passage à l'acte reste problématique. D'une part, la demande sociale n'est pas clairement formulée et rarement commune à tous les groupes sociaux, d'autre part il est difficile de mobiliser les acteurs locaux autour d'un projet paysager dont la notion reste abstraite et vide de sens pour beaucoup. Comme le dit J. Cuisenier (1989), la notion de paysage serait-elle étrangère aux habitants du lieu ? Nous ne le pensons pas. Cette difficulté qu'ont les habitants à formuler leur conception du paysage ne signifie pas pour autant qu'ils s'en désintéressent mais ils ont souvent du mal à traduire par des mots les émotions qu'ils ressentent en contemplant l'étendue d'espace qui s'offre à leur vue (G. Lenclud, 1995). Le discours peut être en contradiction avec les pensées intimes, nous avons pu le constater lors d´un travail concernant l´analyse des représentations du paysage dans la chaîne des Puys (A. Madec, Y. Michelin, 1990, non publié). Le mot même de paysage, que les habitants utilisent rarement, ne permet pas d´accéder facilement aux représentations qu´ils s´en font.

2Malgré ces difficultés, l´étude des valeurs personnelles et culturelles que les habitants portent à l´image de leur pays peut jouer un rôle pédagogique non négligeable dans la prise de conscience de l´identité de leur paysage et contribuer ainsi à l´élaboration de politiques paysagères concertées (J. Cloarec, 1995). Dès 1979, G. Sautter soulignait qu´on ne pouvait "prétendre aménager les lieux , ou simplement rendre compte de ce qu´ils sont sans prendre en charge cet élément essentiel : le regard des habitants."

3C'est pourquoi nous avons cherché à mettre au point une méthode simple, applicable par n'importe quelle petite collectivité, pouvant être mise en oeuvre par des non spécialistes et destinée à aider un opérateur de terrain à explorer ce monde obscur des représentations afin de l'aider à comprendre les réactions et motivations profondes des acteurs avec lesquels il aura à élaborer un projet paysager.

Présentation de la zone d´étude et des méthodes engagées

4Nous avons travaillé dans un secteur rural de la montagne thiernoise, sur la communauté de communes de Chabreloche. Située à une dizaine de km à l'est de Thiers, à une altitude moyenne de 800 m, cette collectivité regroupe les communes de Viscontat, Arconsat et Chabreloche. Son territoire, boisé à plus de 70 % est totalement inclus dans le parc régional du Livradois-Forez. Nous bénéficiions ainsi de la double animation assurée par les agents du parc et par l'animatrice de la communauté de communes. Cette action s´intègre dans un programme pluridisciplinaire de recherche appliquée destiné à élaborer des outils de mobilisation des acteurs locaux autour du paysage. Intitulé "enjeux paysagers et logique d'acteurs", il est conduit par des géographes, économistes et sociologues de l'université de St Etienne, des paysagistes de l'ENSP de Versailles et des agronomes de l'ENITAC de Clermont-Ferrand (Joliveau T., Michelin Y., 1997).

5La notion de paysage recoupe des dimensions multiples que de nombreux auteurs ont tenté d´approcher. Ces différentes écoles de pensée, loin de s'opposer, apportent à l'aménageur un certain nombre de méthodes qui peuvent être utiles en matière d´aménagement.

6D´un côté, le paysage exprime, indépendamment de tout observateur, une réalité : la façon dont un espace est organisé par les sociétés qui l´habitent et le gèrent. La lecture de paysage aide à déceler des pratiques non visibles mais qui sont à l´origine des situations observées (J.P. Deffontaines, 1988). Dans une première phase, non détaillée ici, notre équipe s'est attachée à étudier l'organisation de l'espace, l'impact des activités agricoles et forestières sur la structure et l'évolution du paysage que nous avons décrite sur la période 1830-1996.

7De l´autre, cette image de la réalité est décodée en fonction des représentations que s´en font ceux qui la recoivent. Celles-ci dépendent d'abord de l'individu, de son état esprit, de son caractère mais elles sont aussi fortement influencées par des jugements de valeur extérieurs plus ou moins puissants, de la famille, du groupe social, de l´époque auxquels il appartient (Y. Luginbuhl, 1989). Ainsi, la même forêt est-elle appréciée par un citadin qui y voit le symbole de la nature préservée et totalement rejetée par un agriculteur qui considère que "un arbre de plus, c'est un homme de moins". Bien entendu, ces représentations s'appuient sur la perception qu'ont ces différents acteurs de l'espace qui les entoure. Cette perception dépend de critères physiques de visibilité : effet d'écran dû au relief, à la présence de forêts, aux conditions atmosphériques, à l´existence de points de vue...et de critères spécifiques aux individus (accuité du regard, plus ou moins grande mobilité sur le terrain...). Ainsi, dans un relief peu marqué, en creux et bosses comme en Artense, la forêt est perçue comme très présente car le moindre boisement, souvent situé sur le sommet des bosses occulte la vue tandis que dans la chaîne des Puys, où celle ci se cantonne sur les puys, à distance des villages, sa présence est à peine notée alors que le taux de boisement y est deux fois plus élevé qu'en Artense. Pour simplifier, les images appréciées généreront des demandes de protection, celles considérées comme mauvaises susciteront une demande d´intervention pour éradiquer ces "points noirs" ou si cela n´est pas possible pour les masquer à la vue.

8Notre travail étant destiné à faciliter l´émergence d´un projet global de développement intégrant une dimension paysagère, il nous fallait d´abord comprendre les réticences, les motivations, les blocages que l'on rencontrait chez les acteurs concernés par l'avenir de leur paysage. (F. Dubost, B. Lizet, 1995). Pour cela nous avons relié les paramètres descriptifs du paysage (formes du relief, végétation, structures humaines) définis dans la première phase, aux représentations que les acteurs s'en faisaient, même si celles-ci n´étaient pas explicitement paysagères.

9Mais cette analyse est difficile. A la suite des travaux conduits ces dernières années, notamment ceux initiés par la mission du patrimoine ethnologique (C. Voisenat, 1992), nous voulions éviter trois écueils.

10Le premier, déjà évoqué en introduction, concerne la difficulté d´accéder aux représentations paysagères par les mots. Y. Luginbuhl (1989, 1991) sugère d´utiliser les photographies, cartes postales, images comme support lors des entretiens. Les travaux que nous avions conduits dans d'autres régions du Massif central (Chaîne des puys, 1990  ; Artense, Michelin Y., 1997) nous avaient montré qu´en réalisant des entretiens in situ ou en utilisant des images présentant l´organisation et le fonctionnement du paysage (dessins, blocs diagramme, photographies) nous avions obtenu des informations beaucoup plus riches concernant les rapports qu´entretiennent les habitants avec leur espace qu'à partir d´une enquête qui ne se serait intéressée qu´aux discours. Nous avons retenu l´idée d´appuyer notre analyse sur des photographies.

11Mais nous voulions aussi éviter le plus possible d´influencer les habitants en leur imposant involontairement, par l´intermédiaire de ces clichés notre propre regard. En 1991, M. de la Soudière s´inquiétait déjà de la possibilité d´impliquer la propre subjectivité du chercheur dans un travail prétenduement objectif.

12Enfin, derrière notre présentation fonctionnelle des paysages apparemment rationnelle, nous risquions de transmettre sans le dire nos propres références esthétiques, procédé décrit très clairement par J. Debroux (1995).

13Pour toutes ces raisons et en reprenant l´idée de la mission photograhique de la DATAR, plutôt que de montrer nos clichés aux habitants, nous leur avons demandé de nous présenter leur propre regard à partir de photographies qu´ils auraient eux-même réalisées au moyen d´appareils photos "jetables", faciles à utiliser, peu encombrants que nous leur avons remis à cette occasion.

14Nous ne reviendrons pas sur le débat de l´existence ou non d´une représentation paysagère chez les habitants d´un lieu. Dans le domaine de la gestion des territoires, ce qui nous intéresse d´abord, c´est le rapport des gens à l´espace. Nous avons donc centré nos interrogations autour de 4 points clés, préalables à notre avis indispensables à une action sur l´espace ou le paysage :

151 : quelle est la part intime, affective du paysage, dans laquelle se reconnaît chaque habitant, celle que chacun porte en lui comme élément de son identité. Est-elle partagée ou spécifique à chaque individu ?

162 : A l'opposé, quels sont les éléments rejetés, sur lesquels toute amélioration donnera de la gestion paysagère une image positive ?

173 : Quels éléments sont reconnus par les habitants comme constitutifs de leur paysage ou de leur pays et qu'ils considèrent comme suffisamment représentatifs pour accepter de les montrer :

  • à des descendants de leur famille. Cette question doit permettre de caractériser une vision plus identitaire du paysage, moins individuelle que celle du point 1

  • à des touristes pour les attirer. Cette interrogation est destinée à explorer les représentations que se font les habitants de la façon dont leur paysage peut être vécu par les visiteurs.

184 : Quelle conscience ont les habitants des évolutions paysagères en cours, comment les ressentent-ils, que souhaitent-ils pour le futur ?

19Le travail s'est déroulé en trois étapes :

Formulation des questions :

20Pour éviter toute confusion, nous avons préféré l´emploi du mot "pays" au mot "paysage". Les cinq questions ont été exprimées de manière identique auprès de chaque interlocuteur sous forme d´un texte remis avec l´appareil dont le contenu est présenté ci dessous.

21Thème n°1 :

22Si vous deviez quitter votre pays et ne deviez garder que 3 images de celui-ci, lesquelles emporteriez vous ?

23Thème n°2 :

24Il y a certainement autour de vous, dans votre village, votre commune, votre vallée, des images qui vous choquent, que vous trouvez horribles, voire insupportables. Photographiez les pires.

25Thème n°3 :

26Si vous deviez décrire votre pays à un cousin éloigné qui veut connaître les origines de sa famille, que choisiriez vous de lui montrer ?

27Thème n°4 :

28Le syndicat d'initiative a besoin de photos pour présenter votre pays à une manifestation touristique destinée à attirer des touristes. Quelles images proposeriez vous ?

29Thème n°5 :

30Dans 15 ans, il y aura sûrement des changements dans votre pays. Photographiez les secteurs qui vous paraissent les plus sujets à évolution.

31Remarque : Les clichés peuvent être des vues éloignées, rapprochées, des panoramas, des détails. Il ne s'agit pas de réaliser une oeuvre d'art mais d'illustrer au mieux la question.

32Le mot pays est entendu comme l'endroit où l'on habite, dans lequel on se sent "chez soi".

Distribution d'un appareil photo jetable

33et d'une feuille récapitulant les cinq questions posées à chaque personne retenue. Le choix des personnes s'est fait sur quatre critères : élu local impliqué dans la démarche de gestion de l´espace conduite par la communauté de communes, lieu d'habitation (deux par commune), motivation par rapport au paysage, représentativité par rapport aux différentes catégories sociales (un agriculteur aubergiste, un agriculteur retraité, le président du syndicat mixte de gestion forestière, un instituteur, un président d'association de randonnée, une secrétaire de mairie). Pour une première expérimentation, nous ne pouvions travailler que sur un petit échantillon. Nous avons privilégié la diversité des regards de personnes motivées pour tester la méthode en sachant que les résultats ne pouvaient être qu´indicatifs.

Entretien individuel à partir des photos

34permettant de localiser géographiquement les lieux de prise de vue, d´analyser le contenu de chaque cliché, de formaliser leur sens et ainsi d´aider chaque personne à exprimer plus clairement son point de vue sur le paysage et à le faire partager. Pour l´analyse des enquêtes nous avons utilisé les approches développées par les chercheurs qui utilisent le support photographique (Y. Luginbuhl, 1989, F. Dubost, 1995).

Validation des analyses individuelles auprès d'un groupe plus élargi.

35Une réunion de validation a eu lieu auprès des maires et conseillers municipaux de la communauté de communes avec présentation des résultats de ce travail et discussion.

36Les appareils ont été distribués au début du mois de février 1997, les enquêtes ont été réalisées par des étudiants de troisième année de l'ENITAC dans le cadre d'un module "agriculture et paysage" en mars 1997. La réunion s´est tenue en mars 1997

Résultats

Tableau n° 1 : Inventaire des thèmes et sujets abordés par les six personnes enquêtées

37Les six personnes se sont prêtées au jeu très facilement et ont réalisé les prises de vues dans un laps de temps très court (moins de quinze jours). Une seule personne a eu des difficultés à répondre aux questions posées. Lors de l'entretien, il a fallu insister pour qu'elle relie ses clichés aux cinq thèmes proposés. Cependant, dans l'ensemble, les entretiens ont permis d'engager le dialogue, de préciser le contenu des clichés et d'appréhender les motivations du photographe.

Thème 1 : le paysage intime

38(planche n° 1)

39"J'ai choisi des choses auxquelles j'étais très attaché, mon patrimoine, mon paysage naturel". A l'instar de ce témoignage, les six personnes ont privilégié le patrimoine bâti local auquel ils étaient personnellement liés  : l'école où ils avaient passé leur enfance (2/6), la rue, la maison, le village où ils habitaient (5/6), la fontaine (1/6) ainsi que des vues générales plus ou moins rapprochées de leur village (6/6). Une personne, native de la Loire, n'a pas photographié les lieux où elle vivait mais ceux dont elle était originaire.

Thème 2 : les éléments qui défigurent le paysage

40(planche n° 2)

41La forêt est au coeur des préoccupations de l'échantillon (5/6), désignée comme un envahisseur (1/6), "un écran qui masque la vue que l'on avait des Alpes" (1/6). L'abandon des terres, la progression des friches sont aussi très mal ressentis (4/6) surtout à proximité des maisons. " Il faudrait dégager autour des villages, que l'on puisse respirer un peu. "

42Chez tous, on retrouve le rejet d'un paysage mal entretenu  : décharge (1/6), cours d'eau envahis (2/6) et pollués (1/6), ruines (2/6), abords de bâtiments "sales" (1/6) et constructions non intégrées (4/6) telles que porcherie, maisons neuves, locaux techniques.

43Ont aussi été citées une fois, l'autoroute qui ne s'intègre pas dans le paysage et la mauvaise organisation de la randonnée dans la forêt (balisage disparate, équipements vandalisés).

Thème 3 : la terre de ses ancêtres

44(planche n° 3)

45L´unanimité s'est faite pour présenter des vues générales (6/6), dans lesquelles ont peut distinguer l'habitat, les bois, le relief et des vues plus rapprochées détaillant les ruisseaux, la forêt et le parcellaire agricole (3/6). L'architecture traditionnelle  : village, ferme, église, rue principale est aussi présentée comme gage d'authenticité ainsi que les sites historiques ou pittoresques (2/6). Trois photographes ont voulu évoquer l'évolution économique avec la progression des ruines, l'abandon de la coutellerie, la fermeture des commerces.

Thème 4 : le paysage pour les touristes

46(planche n° 4)

47Les réponses à cette question sont beaucoup plus hétérogènes. Sont montrés en priorité les équipements sportifs et de loisir (5/6) : plans d'eau, étangs, chemins de randonnée et les paysages (5/6) considérés comme les seuls atouts pour le tourisme. L'eau est présente en bonne place (4/6) car "l'eau c'est la vie". Certains évoquent les possibilités d'hébergement (1/6), des équipements culturels ou muséographiques : maison des abeilles (1/6), coutellerie (1/6), église (1/6), mais "il y a peu d'attraits culturels. Il faudrait réhabiliter les rivières et baliser les sentiers.". Très curieusement, les vues ne présentent la plupart du temps aucune recherche esthétique ou de cadrage particulier.

Thème 5 : le paysage en mouvement

48(planche n° 5)

49On note là encore une grande hétérogénéité des réponses que l'on peut regrouper en trois catégories :

  • l'avancée de la forêt, visible dans l'abandon des parcelles agricoles, l'encerclement des maisons et la fermeture des paysages. "Les résineux ont des sous-bois vides où il ne fait pas bon se promener" ;

  • l'avenir incertain des usines de couteaux. "Dans cette usine, il y avait cent cinquante personnes. Il en reste trois et aujourd'hui le bâtiment est à vendre. C'est un énorme gâchis." ;

  • la mort des villages

50un quatrième thème, l'apparition de nouvelles constructions et de lotissements est l'objet d'avis contradictoires : lieux de vie pour les uns, "les lotissements, c'est mieux que la friche", éléments mal intégrés dans le paysage pour d'autres.

Commentaires

Le paysage intime

51Sur les 24 clichés, seulement 2 ne présentent aucun élément humain. ils ont été choisi par deux personnes atypiques. L'une originaire du département voisin a privilégié une vue de ce qu'elle estime être le paysage de ses racines, l'autre président d'une association de randonnée a retenu un site naturel particulièrement pittoresque où elle aimait se rendre.

52Toutes les personnes souhaitent emporter avec elles une image des lieux dans lesquels elles ont l'habitude de vivre mais aussi là où elles ont passé leur enfance. "Toutes les semaines, en revenant d'Ambert où je faisais mes études, je voyais ce paysage."

533 photographes ont réalisé des clichés de leur village de plus en plus rapprochés, allant pour deux d'entre eux jusqu'à des éléments ponctuels, symboles du pays  : la fontaine, le moulin, le ruisseau.

54Malgré le caractère personnel des choix, il se dégage une tendance générale homogène. Le paysage intime est représenté par le village dans son cadre paysager ainsi que par son architecture. En revanche, le paysage "naturel" est peu présent, comme s'il était moins chargé d'émotion que les lieux de vie.

Le paysage de ses ancêtres

55Pour quatre d'entre eux, plusieurs prises de vue éloignées sont réalisées du même point d'observation que pour la question précédente, mais les clichés sont cependant très différents. Le cadre naturel est beaucoup plus présent (9/25) comme si les photographes avaient voulu insister sur le décor dans lequel vivaient leurs ancêtres. "J´aurais voulu photographier des ruisseaux, quelque chose de particulier, facilement reconnaissable, qui restitue bien le pays."

56Par rapport au paysage intime, il n'y a que peu de différences. On retrouve les villages, l'eau, l'architecture traditionnelle. Par contre la forêt, discrète dans les images intimes (2/24), est ici affichée plus clairement comme une composante majeure (5/25)." Tout est boisé aujourd'hui alors qu'avant, la vallée était pâturée."

Le paysage pour les touristes

57L'eau resurgit dans ce thème (11/30) alors qu'elle n'est qu'à peine évoquée dans les thèmes précédents (thème 1 : 3/ 24  ; thème 3 : 4/ 24). Cette eau n'est pas seulement celle qui actionne les moulins des couteliers ou les turbines des barrages. On retrouve le traditionnel plan d'eau artificiel et la rivière "bucolique" qui sont considérés comme les seuls appâts à touristes. "C'est les activités qui attirent le touriste". La nature, sans aucune trace de bâti, avec une activité humaine réduite, est aussi très présente (9/30) pour cinq des six photographes. A l'exception de la personne originaire de la Loire, qui a choisi de montrer son pays d'origine, "plus ouvert, plus accueillant", les images que les enquêtés ont décidé de montrer aux touristes sont différentes à la fois de celles qu'ils emmèneraient et de celles qu'ils montreraient à un familier.

58Les photographes n'ont donc pas privilégié seulement ce qui leur paraissait le plus caractéristique de leur pays mais ce qui semblait répondre aux idées qu'ils se faisaient des attentes des touristes (loisirs, randonnée, pêche, sport, baignade, activités culturelles)

Le paysage défiguré

59Ce thème, le plus prisé (37 vues), privilégie la friche et le développement de la forêt (17/37) puis les problèmes de pollution et de dégradation du milieu (9/37). Les lieux de prise de vue sont différents des autres thèmes, preuve que les personnes enquêtées avaient déjà exploré leur territoire. Cette attitude confirme le fait que cet échantillon n'est pas représentatif de la population. Certains clichés, particulièrement soignés dans leur cadrage, témoignent de la volonté des auteurs d'être démonstratifs, (ruine au milieu des arbres, maison abandonnée dans un village...).Ces clichés ont servi de support à une discussion longue et passionnée. "La forêt avance et le village disparaît en même temps que les exploitations agricoles et les prairies."

Le paysage en mouvement

60Le sentiment général oscille entre pessimisme par rapport à l'avancée de la forêt (5/20) et l'espoir d'un renouveau économique et démographique. L'homme et ses activités sont très présents dans les clichés (15/20). Le paysage est donc ici vécu par rapport aux activités socio-économiques qui le sous tendent. Il devient alors un support privilégié pour se projeter dans l'avenir et apprécier la distance entre les évolutions probables et celles souhaitées." Il faudrait aider les petites exploitations traditionnelles qui produisent de la qualité. Ainsi les enfants reprendraient (les fermes) et ils conserveraient le paysage en l'entretenant."

61A noter : deux personnes ont réalisé la même photo au même endroit avec le même cadrage pour illustrer le même thème (boisement en timbres poste). La personne originaire de la Loire a illustré les thèmes 1-3-4 avec des vues de son pays natal et les thèmes 2 et 5 avec des images de son pays d'adoption, illustrant ainsi la complexité du rapport de chacun au paysage.

Les enseignements

62Ils sont de trois ordres :

A l'échelle de la communauté de communes

63Cette expérience éclaire les représentations que se font les élus locaux de leur paysage. On note chez ces élus une véritable convergence de points de vue. Le résultat de l'enquête aurait sans doute été très différent si nous nous étions adressé à d'autres catégories de population. Pour cet échantillon, le paysage n'est pas un décor immobile. Il est façonné par les activités économiques (agriculture, forêt, coutellerie) et change au gré de leur évolution. Pour ces habitants impliqués dans la gestion de leur territoire, un paysage vivant est un paysage ouvert où l´eau, synonyme de vie naturelle et économique (coutellerie) est omniprésente. Le programme d´actions qu´ils envisagent concerne d´abord la lutte contre la progression de la forêt ressentie comme une agression, le soutien à une agriculture jardinière de l´espace qui entretient les dernières clairières. Mais le paysage passe au second plan face à leur volonté de tout faire d´abord pour sauvegarder l´industrie coutellière, génératrice d´emplois et d´habitants. Lors des réunions de restitution, le débat a rapidemment délaissé la dimension paysagère pour se concentrer vers la recherche de solutions à la dégradation de leurs conditions de vie qui transparaît dans la lecture qu´ils font de leur paysage. Le tourisme vert peut-il être une alternative à la coutellerie ? Les mesures agri-environnementales peuvent-elles aider les agriculteurs à gérer ce territoire alors que les jeunes ont intensifié les bonnes terres, délaissé les plus diffciles et investi dans des élevages hors sol ? En partant de leurs photographies de paysages, les élus n´ont pas évacué le débat politique, bien au contraire. Cette approche distanciée les a aidé à mieux comprendre ce qui les touchait vraiment, ce à quoi ils étaient le plus attachés. Elle a le mérite de maintenir la dimension paysagère dans le débat sur le développement. La référence aux paysages voisins de la Loire, "plus ouverts, plus vivants" montre ce qu´il est possible d´envisager pour le futur et aide à visualiser le paysage idéal qui surgirait si la politique mise en oeuvre est efficace. En outre, chaque élu ne connaissait que sa commune. Il a découvert par cette méthode comment le territoire de la communauté de communes était vu et ressenti par ses collègues, quelles étaient les similitudes et les différences. Ces documents pourraient être utilisés pour aider cette collectivité à mieux cerner son identité. Enfin, la juxtaposition de clichés illustrant ce qu´ils n´aimaient pas dessinait, pour leur territoire, le portrait du scénario du pire et lui donnait une réalité qu´aucun discours n´aurait pu atteindre.

Dans le domaine des représentations

64Le fait que les prises de vues aient été réalisées rapidemment est à notre avis un indice de l´existence d´une véritable conscience paysagère de la part de ces élus. La vision intime du paysage s'attache d'abord à des lieux de vie impregnés de l'histoire personnelle de chacun. L'enfance y occupe une place privilégiée (l'école, le trajet du car scolaire...). La "nature" est peu présente. En revanche, le paysage que l'on montre à un cousin éloigné, celui que l'on considère comme caractéristique du pays, intègre beaucoup plus des points de vue plus larges où l'on peut apprécier l'agencement des bois et des champs, les villages dans leur cadre ainsi que des éléments ponctuels caractéristiques (les fontaines, les commerces...). Cette vision ressemble beaucoup aux descriptions classiques des analyses des paysagistes. Ce n'est pourtant pas ce visage qui est choisi pour attirer le touriste. Est-ce la peur de dévoiler son identité ou l'idée que celle-ci n'intéresse pas le visiteur ? Il faudrait approfondir cette question. Toujours est-il que ce qui est montré au touriste relève de l'idée que l'on se fait de ce qu'il aime (sports, culture, hébergements...)

65Ce décalage entre le paysage "patrimoine" que l´on réserve à la famille et le paysage "public" que l´on propose au touriste aide à comprendre la difficulté de la mise en place d´une promotion touristique sur ce massif. Un débat très constructif peut naître chez les élus de la présentation côte à côte de ces deux regards (planche 3 et planche 4) afin de les aider à mieux formuler leur stratégie de communication.

Sur le plan de la méthode

66La technique des appareils photos jetables peut constituer un très bon support pour appréhender la dimension affective du paysage, dégager les éléments que les habitants considèrent comme le plus représentatifs et engager un dialogue sur l'avenir. Le support photographique sert de fil conducteur à l´entretien. L´enquêté s´appuie beaucoup sur l´image pour exprimer ses idées. En outre, les questions l´ont obligé au préalable à s´interroger, à aller voir sur place la réalité de ce qu´il avait envie de montrer. Lors de l´entretien, il est donc beaucoup plus motivé, et son propos est plus précis.

67Les thèmes 1 et 3 aident à dégager les éléments forts du paysage, à prendre conscience de l'esprit des lieux. Ils peuvent contribuer à l'émergence des fondations du projet paysager. Il serait intéressant de confronter cette vision intime à une analyse paysagère extérieure.

68Le thème 4 éclaire la part du paysage que les habitants sont prêts à montrer spontanément. En confrontant celle-ci au paysage intime, on peut aider les acteurs à mieux cibler leur communication et leur stratégie d'ouverture.

69Le thème 2 est un sujet très mobilisateur qui permet de mieux cerner ce qui est mal vécu et d'en connaître les causes (par exemple : les "sapins" ne deviennent insupportables que lorsqu'ils s'approchent trop près des maisons.) Il contribue à formaliser le scénario de l'inacceptable. On peut alors matérialiser cette vision "repoussoir" et contribuer par la négative à définir les grandes lignes de ce qui serait souhaitable.

70Le dernier thème envisage l'avenir. Il est aussi très mobilisateur. En s´interrogeant sur les paysages qui vont changer, on peut deviner les contours des scénarios probables et des hypothèses les plus souhaitables qui serviront de base à l´élaboration d´un projet paysager.

71En fait, le paysage devient très vite un prétexte pour aider l´enquêté à mieux formuler le projet de développement qu´il envisage pour son pays, en y incorporant les dimensions de représentation dont il vient de prendre conscience.

72Cependant, un certain nombre de limites doivent être évoquées. D'une part l'échantillon retenu, très motivé, ne permet pas de généraliser le propos. Nous ne pouvons affirmer que des individus moins concernés par la gestion des territoires réagiraient aussi positivement au même exercice.

73D'autre part, l'analyse des représentations mériterait un travail ethnologique beaucoup plus poussé. Il n'était pas envisagé dans cette étude mais il faut le prévoir dans une étape suivante afin de valider les hypothèses présentées dans cette première approche.

74Pour aller plus loin , les problèmes méthodologiques existants devront être résolus, à savoir :

  • valider les interprétations du premier échantillon par une population plus large. Une solution simple consisterait à exposer dans un lieu public les photos prises par l´échantillon et à faire voter une population plus large pour désigner pour chaque thème les trois photos les plus représentatives. Une synthèse pourrait ensuite être présentée en réunion publique et servirait de base à un débat.

  • mettre au point un guide d'entretien simple et une grille de dépouillement permettant de caractériser la façon dont les paysages sont lus et interprétés afin de dégager des modèles et des motifs paysagers ( I. Chiva, 1991) clairement identifiés par les habitants.

  • confronter les réponses aux thèmes 2, 3, 4, 5 à une approche externe de paysagistes et de visiteurs, en particulier pour les comparer aux modèles précédemment définis.

Conclusion

75L´étude conduite à Viscontat met en évidence le lien qui existe entre les représentations que se font les acteurs locaux de leur paysage et leurs objectifs prioritaires en matière de gestion de l´espace. Même si elle doit être reproduite avec des échantillons plus vastes et analysée plus précisément, cette première expérience laisse présager dès à présent , grâce à sa simplicité de mise en oeuvre et son faible coût, des possibilités intéressantes qui découlent de l'exploration des dimensions subjectives du paysage chez les élus locaux pour faciliter la mobilisation locale autour d´un projet collectif.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chiva I., 1991 : "Pour une grammaire du paysage agraire", Etudes rurales, 121-124 : 21-26

Cuisenier J.,1989 : "A l´ombre des Carpathes", Ethnologie française, 19 (3) : 244-252

Debroux J.,1995 : "Enquête sur un étrange succès : l´analyse paysagère dans le massif de Belledonne", Paysages au pluriel : pour une approche ethnologique des paysages, cahier 9 : 209-218

J. Cloarec, 1995 : "Un village se enche sur son paysage", Paysages au pluriel : pour une approche ethnologique des paysages, cahier 9 :195-208

Deffontaines, J.P., 1988, "Réflexion sur les unités d'analyse. relations entre taxonomies différentes", in De la touffe d'herbe aux paysages, Versailles, INRA : 13-28.

Dubost F. avec la collaboration de L. Clergues, 1995 : Mon paysage. Le paysage préféré des Français, Ed. Malval, Paris

Dubost F., Lizet B., 1995 : "Pour une ethnologie du paysage", Paysages au pluriel : pour une approche ethnologique des paysages, cahier 9 :223-240

Joliveau T., Michelin Y., 1997 : Enjeux paysagers et logique d'acteurs dans les zones en déprise du Massif central, méthodes d'analyse de la structure et de la dynamique paysagère pour une gestion du territoire, rapport intermédiaire prog. recherche développement : gestion des territoires sensibles en montagne humide, commissariat à l'aménagement et au développement économique du Massif central, CRENAM- ENITA, t1 : rapport, 34p, t2 : figures , 40 p, t3 note de synthèse : 20 p + fig.

de la Soudière, M., 1991 : "Payage et altérité : en quête de cultures paysagères : réflexion méthodologique", Etudes rurales, 121-124 : 141-150

Lenclud G., 1995 : "L´ethnologie et le paysage : questions sans réponses", Paysages au pluriel : pour une approche ethnologique des paysages, cahier 9 : 3-17

Luginbuhl Y., 1989 : "Au delà des clichés...la photographie du paysage au service de l´analyse", Strates 4 : 11-16

Luginbuhl Y.,1991 : "le paysage rural", Etudes rurales 121-124 : 27-44

Michelin Y., 1997 : "Articulations entre différentes échelles d´espaces et de temps dans la gestion patrimoniale d´un paysage. L´exemple de l´Artense" , Ingéniérie-EAT-1997 ; prospective et environnement ; 83-96

Sautter G., 1979 : "Le paysage comme connivence", Hérodote 16 : 40-67

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Voisenat C., 1992 : "A propos de paysages : compte rendu d´une réflexion collective", Terrain 18
DOI : 10.4000/terrain.3040

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5351/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Michelin, « Des appareils photo jetables au service d´un projet de développement : représentations paysagères et stratégies des acteurs locaux de la montagne thiernoise », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 65, mis en ligne le 07 décembre 1998, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/5351 ; DOI : 10.4000/cybergeo.5351

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page