Navigation – Plan du site
Débats sur le Web

Universités : courage fuyons !

Entrées d’index

Mots-clés :

lmd, web
Haut de page

Notes de la rédaction

Texte rédigé par un collectif d’universitaires et dont Pierre Beckouche a suggéré la mise en ligne dans Cybergeo

Texte intégral

1L’échec récurrent de la création d’une Maison de la Géographie en région parisienne ne laisse pas de surprendre, en Ile-de-France comme dans les autres régions. Le Ministère de l’Education Nationale avait demandé aux universités parisiennes de s’associer pour présenter un dossier unique qui rassemblerait des unités de recherche faiblement dotées en locaux et dispersées dans la région. Nous l’avons fait : les universités parisiennes poursuivent depuis une dizaine d’années un axe stratégique commun, la réalisation de la Maison de la Géographie. Elles ont fondé une Ecole Doctorale de Géographie de Paris, contribuant à la valorisation de la recherche dans l’enseignement de la discipline, dans le supérieur comme dans le secondaire.

2Le CNRS avait demandé une mutualisation des moyens de recherche afin d’éliminer les doublons et viser une masse critique de dimension internationale. Nous l’avons fait : le projet mobilise 350 personnels de recherche (ITA, chercheurs, enseignants-chercheurs sans compter les doctorants), associe intimement les six Unités Mixtes de Recherche (laboratoires CNRS-universités) de l’Institut de Géographie de Paris et une Unité Mixte de Service ayant pour vocation de fédérer les recherches françaises sur l’aménagement du territoire européen.

3La Préfecture d’Ile-de-France avait demandé que ce projet fût porté aux services instruisant les dossiers du contrat de plan Etat-Région d’Ile-de-France. Nous l’avons fait : le projet a été inscrit au présent CPER. Mais le contrat de plan va se terminer sans, nous a-t-on fait savoir, que le projet n’ait fait l’objet de la moindre étude de faisabilité.

4La première explication de cette impossibilité tenace pourrait être la dimension limitée de la discipline. L’explication ne tient pas : la géographie est plébiscitée dans le secondaire (voir le récent sondage diligenté par l’IGN), le succès du Festival International de Géographie de Saint-Dié des Vosges ne se dément pas. Elle a su développer les nouveaux outils d’analyse spatiale utilisés par un nombre croissant de secteurs d’activité (comme les SIG dans le commerce, le tourisme, les transports ou la protection de l’environnement). Elle travaille de plus en plus avec les autres disciplines qui ont compris le rôle du territoire dans les transformations sociales (avec les économistes et les juristes en aménagement et en environnement, avec la science politique et l’histoire contemporaine en géopolitique, avec les anthropologues sur les questions de développement dans les pays pauvres etc). D’où que le projet ait changé de nom pour adopter le terme de Maison des Sciences du Territoire, affichant clairement son ouverture aux autres sciences sociales, aux préoccupations des décideurs politiques et des citoyens comme en témoigne la mise en place en 2004 d’un Observatoire des territoires sous l’égide de la Datar et du Premier ministre.

5Serait-ce alors le mot de « Paris » qui fâcherait ? Il est bien vrai que, dans ce projet, les universités motrices sont parisiennes ; mais d’une part elles travaillent en étroite collaboration avec les universités de la couronne, d’autre part elles participent à des réseaux qui sont nationaux et internationaux – GIS et GDR nationaux, « centres de compétences thématique », « réseaux d’excellence européens », …. Il est désormais acquis que la limitation des forces de recherche en région parisienne fragilise la position nationale, plutôt qu’elle ne favorise celle des autres régions ; rappelons à cet égard que le GIP Reclus abrité par la Maison de la Géographie de Montpellier a été supprimé il y a dix ans. L’aménagement du territoire, et c’est heureux, s’est mis à l’heure des réseaux et n’oppose plus de manière simpliste Paris à la province comme il le fit trop longtemps. Cybergeo : Revue européenne de géographie, 15 novembre 2004

6L’explication de fond est malheureusement plus grave. La Maison des Sciences du Territoire n’est qu’un des multiples exemples des renoncements universitaires des gouvernements successifs, de gauche comme de droite. Les choix récents de la réforme LMD le montrent : les écoles dites grandes, les écoles de commerce et autres instituts d’études politiques, sélectifs et bien dotés, peuvent désormais délivrer des masters ; ils concurrencent ainsi les universités qui doivent et veulent, avec des moyens infiniment plus faibles, assumer à la fois l’excellence, l’interdisciplinarité, et la prise en charge – bien peu lucrative au regard des droits d’inscription qui se pratiquent dans les autres pays – des étudiants quelles que soient leurs origines culturelles et sociales. Ces écoles qui, il faut le répéter, sont loin de toutes présenter les mêmes garanties de compétence que les universités en matière d’équipes pédagogiques et de recherche, ont les moyens financiers et immobiliers d’attirer les meilleurs universitaires (dont le salaire de base restera payé par l’université) voire les meilleures équipes de recherche (dont l’essentiel des équipements sont financés par l’université et le CNRS). Un véritable marché des transferts est en train de s’ouvrir qui risque de déséquilibrer le délicat partenariat qui associe les universités aux écoles, et d’entériner la dualisation rampante de l’enseignement supérieur français.

7On veut bien croire que l’université soit en partie responsable : elle paie le prix de sa lourdeur administrative, de sa difficulté à agir de manière stratégique, de sa faible capacité à se constituer en lobby. Mais lorsqu’elle fait la démonstration, en géographie ou ailleurs, qu’elle sait être stratégique et innovante, qu’elle organise ses laboratoires pour accueillir des masters compétitifs et qu’elle répond à des besoins professionnels puissants, le manque de répondant des tutelles ne peut être interprété que d’une façon : l’université ne doit plus être le centre de gravité de l’enseignement supérieur et de la recherche français. Si c’est le cas, qu’on le dise !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Universités : courage fuyons ! », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Débats sur le Web, mis en ligne le 15 novembre 2003, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5367

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page