Navigation – Plan du site
Des évolutions dans les comportements spatiaux des entreprises

Les comportements spatiaux des entreprises en 2004. Les délocalisations entre mythes et réalités

Jean Bouinot

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Note de recherche, février et mars 2005

Avertissement : cette note actualise l’analyse présentée dans Données urbaines n°3 (chapitre « Les nouvelles logiques d’entreprises : des effets territoriaux contrastés » in troisième volume de Données urbaines, coordonné par Marie-Flore MATTEI et Denise PUMAIN, Paris, Anthropos, 2000 : pp 227-234).

L’examen des années suivantes (2001, 2002, 2003) est exposé dans Cybergeo.

Texte intégral

Avant-propos : la réalité des délocalisations

1Le thème des délocalisations a occupé une place majeure aussi bien dans les déclarations des dirigeants politiques que dans celles des managers du privé en 2004. Pour nombre d’entre eux, on tient la clef d’explication de la langueur économique de la vieille Europe. Avec un regard par trop simpliste, le bouc émissaire était trouvé : un examen plus approfondi nuance les conclusions hâtives et partielles (1ère partie). C’est aussi passer sous silence les multiples contre poids au magnétisme des bas salaires (2ème partie)

1ère partie : Au-delà de l’argument des bas salaires

Introduction : des controverses enrichissantes

2Notre étude annuelle des comportements spatiaux des entreprises, depuis l’exercice 2000, a pris un tour nouveau en 2004. Des débats intenses se sont développés à la suie de la publication de l’ouvrage de Nicolas BAVEREZ, La France qui tombe, (Paris, 2003, éditions Perrin, 137 pages). Hors les controverses très techniques sur la valeur des statistiques en pouvoir d’achat standardisé d’EUROSTAT,les oppositions de points de vue qui se sont exprimées sur les délocalisations et sur la désindustrialisation ont eu le mérite de développer avec plus de finesse des arguments jusque là mal dégrossis et souvent erronés en s’appuyant sur des évidences premières.

3L’examen des arguments alimentant les controverses sera conduit en deux parties :

  • les biais de raisonnement sur les délocalisations (1ère partie) ;

  • les contrepoids aux délocalisations (2ème partie).

La subordination d’une décision de délocalisation

4On conviendra de qualifier de délocalisation toute décision de transfert spatial ou toute création ex nihilo d’un établissement (d’un site) d’une entreprise multi-établissement de son pays d’origine vers un pays étranger.

Une approche globale

5Première réalité : un choix de localisation (ou de délocalisation) est une décision subordonnée à la stratégie de l’entreprise, la croissance interne ou organique d’une part, la croissance externe par le rachat de concurrents d’autre part. Bref, de la stratégie découle la décision d’investissement. Cette dernière, à son tour, « balise » la décision de localisation.

6Dans cette perspective l’argument des bas salaires intervient au mieux en dernier lieu pour choisir le « point de chute ». Intervient-il du reste de manière significative ? La question mérite d’être posée même si la réponse paraît trop évidente ; dans l’univers des décideurs, le principal déterminant d’une localisation est la proximité de la demande finale soit le marché « géographique » dont l’entreprise souhaite conquérir une part déterminée.

7Raisonnons sur un exemple fictif d’un bien produit à 100 € l’unité, la masse salariale représentant 50 % du prix de revient soit 50 €. Délocalisons dans un pays où la masse salariale chuterait de moitié soit 25 € (gain comparatif). La productivité étant moindre, la masse salariale locale nécessaire sera de 35 € et le gain réel se réduira de 10 €. L’encadrement est assuré par des expatriés dont les salaires sont doubles ou triples de celui qu’ils percevraient s’ils n’accompagnaient pas la délocalisation. Le gain tombe à 5 €. Avec des coûts de transport maritimes multipliés par 5 en 2004, le gain recule encore plus avec une série de coûts supplémentaires : transport de l’outil productif, approvisionnement aléatoire en eau et en électricité …etc.

Le mythe des bas salaires

8Bref, même avec le gain de bas salaires, le bénéfice d’une délocalisation est loin d’être assuré. Il peut aussi être rapidement annulé par une « surchauffe » des salaires. C’est ce qu’on observe actuellement en Chine dans les grandes villes côtières abandonnées par les investisseurs au profit des régions de l’intérieur pourvoyeuses de main-d’œuvre toujours à bon marché.

9Seul l’argument conquête de marchés reste donc incontestable surtout s’il s’agit de pays émergents où le taux de croissance annuel est proche d’un nombre à deux chiffres. Pour les entreprises qui ont saturé leurs marchés nationaux, cette démarche est inévitable, avec pour cible majeure mais périlleuse l’Inde et la Chine. Une surabondance d’investisseurs s’installe dans des pays, surtout l’Empire du milieu où le système bancaire est fragile, l’information financière fantaisiste, et les surchauffes de salaires affectent les zones les plus prisées.

Le paradoxe de la création d’emplois

10Le cabinet de conseil B.C.G. (Boston Consulting Group) a montré dans un rapport publié le 15 juin 2004 que les délocalisations de grands groupes français leur ont profité, chiffres à l’appui. Ainsi Peugeot a vu son effectif passer de 112 000 personnes à 123 000 (11%) entre 1995 et 2003, la croissance internationale sur la même période ayant été de 13 %. L’internationalisation bénéficie aux ventes sur les marchés extérieurs récemment conquis par délocalisation.

Le salut des productions haut de gamme

11En 2004-2005, la destruction des emplois du fait des délocalisations semble « effacée » par une spécialisation des usines délocalisées dans les produits à forte valeur ajoutée.  

12Mais dans un avenir très proche on va découvrir que les pays émergents forment des ingénieurs en quantité équivalente à celle des Etats-Unis et n’ont pas l’intention d’en rester au bas de l’échelle de qualité pour la fabrication d’un produit donné. En 2004-2005 les industriels français ont pris sérieusement conscience des insuffisances de la recherche française, des retards pris dans la recherche des bio-technologies notamment, alors que dans le même temps les produits nouveaux remplaçaient à une vitesse fulgurante les produits anciens que les pays émergents étaient tout aussi bien aptes à mettre au point ; ainsi les appareils de photographie numériques ont gagné en deux ans la moitié du marché mondial, l’autre moitié, celle des appareils argentiques, voyant sa part de marché fondre à la même vitesse.

13En contrepartie tous les pays émergents seront obérés par une hausse progressive des salaires.

14Plus que jamais, en 2004, les hommes politiques ont néanmoins dénoncé le rôle destructeur d’emplois des délocalisations, tant cet impact paraît évident. Nombre de rapports ont été commandés à des économistes professionnels. De ces examens scientifiques il ressort une conclusion bien plus nuancée.

15Prenons pour le comprendre le cas de SMT électronics, groupe franco-italien qui s’est développé à partir de ses installations de Grenoble, avec un objectif de mondialisation. De fait ses effectifs mondiaux ont crû de 17 000 personnes en 1987 à 50 000 en 2004 dont 50 % en Europe ; dans l’Hexagone les chiffres sont passés de 3 400 personnes en 1982 à 10 500 à la mi-2004. En se développant à l’international les emplois créés en France ont été multipliés par 3. Le vice-président de SMT électronics attribue ce succès aux facteurs suivants :

  • avoir su investir dans la recherche-développement (SMT y consacre 16 % de son chiffre d’affaires) ;

  • un terreau favorable ; … « dans les industries capitalistiques la qualité de l’environnement des usines importe finalement davantage que le coût de la main d’œuvre ». (ici le pôle de nanoélectronique avec son dense tissu d’entreprises, d’universitaires, de chercheurs).

16La création d’emplois par les délocalisations n’est pas l’apanage des grandes entreprises. Ainsi l’entreprise MONTAGUT en Ardèche, implantée depuis 25 ans en Chine, réalise 70 % de son chiffre d’affaire en Asie et exporte de France la moitié de ce qu’elle vend en Chine (vêtements). FACOM pour sa part produit aussi en France ce qu’il vend aux industriels chinois.

Le chantage à la délocalisation

17Début 2004 le patronat allemand s’inquiète de la perte de compétitivité de son pays, en partie du fait de salaires élevés. Des plans de réduction des coûts sont élaborés. Ceux-ci comportent des engagements de non délocalisation si les employés acceptent de travailler plus sans augmentation de salaires. (en Allemagne de l’Ouest le temps de travail de référence est de 40 heures par semaine, à l’Est de 37 heures). C’est la voie empruntée par MERCEDES, OPEL, VOLKSWAGEN, par MICHELIN en Allemagne …etc. Ainsi SIEMENS signe le 24 juin 2004 un accord avec le puissant syndicat I.G. Metall comportant les points suivants :

  • SIEMENS renonce à délocaliser 3 000 emplois vers l’Europe de l’Est et la Chine ;

  • Le régime des 35 heures est abandonné, laissant place au retour des 40 heures, sans augmentation de salaires ;

  • Pour assurer la crédibilité de ces engagements la direction s’engage à moderniser des sites allemands qui, initialement devaient fermer au profit d’implantations en Hongrie.

  • En revanche Siemens France renonce à la démarche précédente : « En France le groupe fabrique des produits de forte valeur ajoutée qui font que le siteFrance reste encore attractif » (déclaration du PDG de Siemens France qui rappelle que « son entreprise dispose de 9 centres dont le savoir-faire est difficilement délocalisable »).

18Chez Robert BOSCH, la méthode est parée des vertus de la démocratie directe. Sur le site de Vénissieux en France le personnel est invité à voter le renoncement aux 35 heures sans hausse salariale pour éviter une délocalisation en République Tchèque (le 19 juillet 2004 on dénombre 98 % des voix pour le renoncement aux 35 heures. Mais on peut supposer que la méthode restera limitée en France, les syndicats ne voulant pas passer pour les « tombeurs » des 35 heures.

Délocalisation des services et externalisation dans l’industrie

19A l’aune des personnels employés les effectifs dans l’industrie ont fondu depuis 1973. En revanche, si l’on mesure la production industrielle en volume (à prix constants), cette dernière est restée remarquablement stable.

Des mesures statistiques approximatives

20L’effectif de la main d’œuvre travaillant dans l’industrie est décompté grossièrement par les statistiques. A cela au moins trois raisons :

  • d’abord on passe des biens aux services suivant un continuum qualifié de tertiel ; il n’y a pas de frontière nette ;

  • le classement d’un individu peut dépendre de son statut juridique. Un architecte exerçant en salarié auprès d’une seule entreprise industrielle sera décompté dans le secteur industriel et non tertiaire ;

  • un produit industriel vendu suivant un prix incorporant une gamme étendue de services (dont le service après vente) forme un tout indissociable. Comment dès lors traiter l’entreprise qui le produit ? Peut-on en totalité la rattacher à une seule branche de classification ? La réponse technique n’arrive pas à suivre l’analyse théorique.

La montée en puissance de la délocalisation

21D’ores et déjà la délocalisation des services représente 60 % des investissements transnationaux (En 2003, environ 560 milliards de dollars)

222004 aura été l’année de l’externalisation pour les grandes entreprises de l’Europe continentale de l’U.E. Sont plus spécialement délégués à des entreprises tierces : la gestion des ressources humaines, la gestion des systèmes informatiques … et les centres d’appel. Les entreprises anglo-saxonnes ont pris un temps d’avance dans cette pratique de la délocalisation dont les premiers bénéficiaires furent l’Irlande, le Canada, Israël, la Tchécoslovaquie, puis les pays de l’Afrique du Nord, enfin l’Asie du Sud-Est.

23L’Inde est devenue le leader des pays d’accueil pour les centres d’appel grâce à une main d’œuvre qualifiée, parlant l’anglais et faiblement rémunérée, ce qui constitue dans le cas présent un avantage concurrentiel fondamental en raison de la structure du prix de revient de ce type de services.

24Elle fut sans doute le premier cas important de délocalisation tertiaire en accueillant les services comptables de SWISSAIR au début de la décennie précédente.

Conclusion de la 1ère partie : nomadisme des usines et volatilité des marques

25Il n’est pas rare que les grandes entreprises ferment et en même temps ouvrent des usines dans le même pays ou dans des pays différents (délocalisations intra nationales versus délocalisations classiques entre pays différents).

26A l’exemple pionnier de NESTLE les groupes procèdent à la mesure de rentabilité de chacun de leurs sites. Cetterentabilité dépend de l’adaptation de l’usine à l’évoluion de la demande laquelle devient de plus en plus difficile à saisir. En effet l’année 2004 aura été marquée par une prise de distance croissante des consommateurs à l’égarddes marques d’industriels (Le Monde, 1er janvier 2005), ceci au bénéfice des marques de distributeurs.

27Ainsi COLGATE PALMOLIVE s’apprête à fermer un tiers de ses usines. Pourquoi ? L’offre est devenue trop complexe : dans un hypermarché 50 000 produits sont proposés. En outre apparaissent des « alter consommateurs » pour lesquels la marque n’affiche plus un statu social.

2ème partie : Contre localisations et alternatives aux délocalisations

Introduction : les mouvements compensatoires

28Les effets des localisations sont contrebalancés en premier lieu par lesrelocalisations (3) mais aussi et surtout par les investissements étrangers, indicateur de la compétitivité des pays d’accueil (4).

29L’inernationalisaion d’une eneprise élagit cete appoche (5). In fine on jeera un coup d’œil critique sur la Chine qui joue sur tous ces claviers (6).

Les relocalisations

30L’exemple le plus riche d’enseignements est celui du Japon à l’égard de la Chine. Les entreprises nippones employaient environ 500 000 chinois au début de 2004. Les mois suivants, un reflux s’est amorcé pour les raisons générales suivantes.

31Principal « épouvantail » : le pillage du savoir faire. En cause un droit chinois de la propriété intellectuelle élastique qui laisse la contre-façon prospérer. En 2004, CANON a commencé à renverser la vapeur en décidant d’investir sur les 3 ans à venir non plus en Chine mais au Japon.

32S’y ajoute un ressentiment pérenne de Pékin contre Tokyo engendré par l’expansion nipponne entre 1931 et 1945.

Les investissements étrangers en France

33Selon une étude du cabinet ERNST & YOUNG présentée le 27 juin 2004, le Royaume-Uni et la France arrivent toujours en tête des pays européens y compris les pays de l’Europe centrale pour les investisseurs étrangers.

34L’AFII (agence française pour les investisseurs internationaux) évalue à 27 000 les emplois (créés ou sauvegardés) par les investissements étrangers pour l’exercice 2003 ; en avril 2005 on connaîtra les résultats pour 2004 mais les grandes tendances ne devraient guère changer.

35Si l’on considère l’origine géographique des investissements sur le sol français, les Etats-Unis occupent toujours la première place, suivis de l’Allemagne.

36Les activités concernées sont plutôt traditionnelles : la construction automobile, les services commerciaux ou financiers, l’informatique, …etc. (cf supra).

37Les régions privilégiées restent les mêmes : l’Ile-de-France, Rhône-Alpes, Nord-Pas-de-Calais, Midi-Pyrénées.

38En l’absence des statistiques nécessaires on ne peut pas dire si le volume des emplois générés (cf supra) compensent ou non les emplois supposés détruits par les délocalisations. L’investissement immatériel à réaliser n’est pas très coûteux en regard des enseignements que l’on pourrait en tirer.

Délocalisations pour acheter et implantations pour vendre

39Suivant l’approche la plus classique, une entreprise française par exemple, se délocalisera pour écouler sur ses marchés traditionnels ses productions habituelles à un coût moindre. Elle peut aussi s’implanter à l’étranger pour conquérir directement des marchés ou des clients nouveaux. Dans la pratique les deux objectifs peuvent coexister d’où la difficulté à disposer de statistiques fiables. On peut toutefois dégager de grandes lignes à partir de l’observation de faits politico-économiques qui ouvrent des possibilités nouvelles d’internationalisation. On songe notamment à la chute du Mur de Berlin, (novembre 1989), l’élargissement de l’U.E. à 10 nouveaux membres le 1er mai 2004, la suppression à partir du 1er janvier 2005 des quotas de production dans le secteur textile-habillement, quotas institués en 1995 par l’accord multifibres (AMF).

L’attrait de la Pologne

40Bien avant son intégration à l’U.E., la Pologne avait attiré des investisseurs étrangers principalement les industriels de l’Allemagne de l’Est, les deux pays ayant une frontière commune sur 258 km, la frontière Oder-Neisse instituée au détriment de l’Allemagne. Dans leur inconscient les polonais redoutent un rejet de ce tracé par leurs voisins. Les vieilles peurs sont toujours présentes. De même que les attraits de la Pologne : des salaires trois fois inférieurs à ceux de leur voisin germanique mais surtout une grande flexibilité du temps de travail.

41La France aussi occupe les lieux grâce surtout à l’implantation de grandes entreprises de service (Carrefour, Auchan, Accor …).

L’Europe élargie

42Si l’on s’intéresse maintenant à l’ensemble des nouveaux adhérents, on constate que la France représente 5,3 % de leurs importations ; l’Allemagne domine avec une part de marché de 25 % ; l’Autriche fait presque aussi bien que la France. Il est vrai que l’Hexagone avait pris l’habitude de nouer des relations avec les pays du Maghreb aboutissant à des délocalisations dans le textile et en 2004 dans les centres d’appel.

La volatilité des sites d’implantation

43Un bon exemple est donné par les maquiladores, usines tournevis mexicaines créées à la frontière avec les Etats-Unis. Pour la première fois en 2001, leurs exportations stagnent (elles représenteraient 47 % du total des exportations mexicaines) ; autre donnée : en 2003 le nombre de maquiladores dans le textile a été divisé par deux. L’explication est claire : la demande s’est écroulée avec le ralentissement de l’économie américaine. On connaît le proverbe : « mieux vaut ne pas mettre tous les œufs dans le même panier ».

La muraille de Chine

44Elle n’est plus infranchissable, surtout depuis l’adhésion de la Chine à l’Organisation Mondiale du Commerce (O.M.C.) et elle est devenue attirante par son taux de croissance à 2 chiffres concernant un marché domestique de 1,3 milliards d’habitants. Mais les entreprises françaises occupent une part modeste, ne représentant que 1,5 % des importations du nouveau géant économique (le score comparable des entreprises allemandes est de 4,4 %)  lequel a pris la place de la France comme 4ème exportateur mondial.

45Dans « l’atelier du Monde » la plupart des grandes entreprises sont présentes (par exemple Carrefour emploie 28 000 personnes et s’apprête à doubler cet effectif en 2004-2005). Le plus encourageant est de voir des P.M.E. françaises s’implanter dans l’Empire du milieu ; début 2004 on en comptait 500, employant 150 000 personnes et réalisant au total plus de 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Ceci représente une politique d’implantation plus solide que celle des grands contrats.

46L’avenir sera certainement difficile car les entreprises chinoises découvrent leur marché intérieur ; il leur faut donc créer des réseaux de distribution et des marques. Pour y parvenir rapidement il suffit d’acheter des entreprises étrangères connues pour leur activité, notamment dans le haut de gamme : c’est dans cet esprit que l’entreprise chinoise LTC a récupéré 55 % de la branche téléphonique mobile d’Alcatel fin décembre 2004. Le succès ou l’échec de ce rapprochement jouera un rôle-clef sur le résultat d’opérations similaires et sur leur degré d’avancement technologique.

47Autre exemple significatif de cette volonté de puissance : l’achat toujours différé d’Airbus en 2004. Début 2005 les chinois ont fait comprendre qu’ils deviendraient des acquéreurs si le prix payé comprenait une part d’acquisition de savoir-faire.

48Plus globalement la Chine se préoccupe de former des ingénieurs, la voie alternative pour mieux se positionner sur l’échelle de qualité et tente de devenir le laboratoire du monde.

Conclusion de la 1ère et de la 2ème partie : Le cycle des délocalisations

49Un pays sera terre d’accueil pour la fabrication d’un produit sous réserve de satisfaire deux conditions nécessaires et une condition suffisante.

50La première condition nécessaire signifiera que la production concernée soi intense en faceur main d’œuvre etla seconde qu’elle se contente d’une main d’œuvre peu qualifiée (image de l’usine tournevis).

51Si le territoire d’accueil réussit progressivement, dans son effort d’attraction, condition suffisante, les coûts salariaux von augmenter ; de même que sa qualification : son champ de bataille sur l’échelle de qualité des produits va s’élever, laissant la place sur le bas de l’échelle à des pays moins avancés (voir supra, section 6)

52La compétition inter-firmes se porte progressivement sur la compétence du personnel tout en ménageant au sens large, la proximité: disance physique, valeus collectives, langue(s) pratiquée(s), environnement juridique, etc.

53Les premières délocalisations significatives ont été intra européennes principalement en faveur de l’Espagne et de l’Irlande. Le succès du Tigre vert à tirer parti d’une politique d’aide aux entreprises, largement soutenue par Bruxelles, a été d’une rapidité telle qu’il perd, pas à pas, son éligibilité au Fonds de Cohésion (fonds créé par le Traité de Maastricht en faveur des paysadhérents les plus pauvres).

54La deuxième vague de délocalisations dont on aperçoit déjà la fin a favorisé un immense pôle Elbe-Danube et se poursuit par une troisième vague, hésitante rassemblant les 10 nouveaux de l’UE (1er mai 2004)  

55A l’échelle intercontinenale le cas de l’Asie, excepté Hong Kong et Singapour qui s’inscrivent dans des réseaux d’échanges internationaux, illustre une progression rapide vers le rôle « d’usine du monde » dont le centre directeur est la Chine (voir supra).

56L’Inde, plus discrète joue fermement lacarte de la formation pour accéder à la position decentre mondial des activités teriaires. On dit que Bangalore fait déjà jeu égal avec laSilicon Valley.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5374/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bouinot, « Les comportements spatiaux des entreprises en 2004. Les délocalisations entre mythes et réalités », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Des évolutions dans les comportements spatiaux des entreprises, mis en ligne le 29 mars 2005, consulté le 24 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5374

Haut de page

Auteur

Jean Bouinot

Université Paris I jean.bouinot@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page