Navigation – Plan du site
Rapport de la mission d’expertise et d’évaluation du système de santé pendant la canicule 2003

A propos de la canicule… Aléa et vulnérabilité

Paul Caseau

Texte intégral

1La vague actuelle de chaleur et de sécheresse (qui n'est pas encore terminée) a fait émerger un grand nombre d'interrogations. Ces interrogations ne sont pas nécessairement nouvelles, mais elles ont, au cours du dernier mois, perdu leur caractère d'hypothèses un peu théoriques pour devenir, au moins partiellement, réalité.

2La question centrale (au moins jusqu'au moment où le déferlement médiatique a tout emporté) était simple, mais elle opposait l'opinion publique, qui souhaitait savoir, aux experts, qui ne souhaitaient pas répondre. Cette question peut être formulée ainsi: "Que signifie, pour l'avenir, la canicule que nous sommes en train de subir? S'agit-il d'une sorte de "répétition générale" de ce que seront les mois d'été dans une vingtaine d'années ?"

3On peut (et on doit) préciser la façon dont la question est formulée, avant d'entreprendre de faire l'état de ce que nous savons aujourd'hui. L'enregistrement des températures (moyennes annuelles) au cours des années passées montre que la France connaît, tous les 5 ou 10 ans, un épisode de canicule qui se détache nettement du "fond moyen" . Cette température de fond connaît, elle-même, une tendance à la hausse de presque 2 degrés en trente ans. Ce que nous avons connu est tout à fait exceptionnel, mais se situe dans un "trend" qui rendait, en fait, assez probable le fait que cela se produise une année ou l'autre. On peut donc reformuler la question initiale, et se demander si 2003 ne correspond pas aux canicules décennales (5 à 10 ans) auxquelles nous devons nous préparer pour le début du 21ème siècle.

4La communication entre le public et les diverses communautés d'experts a été particulièrement défaillante sur ce point. Des réponses circonstanciées ont été données, mais elles n'ont circulé qu'au sein de cercles de décideurs restreints. Pour ce qui concerne le grand public, par contre, les intimidations habituelles ont fonctionné: il ne serait pas scientifique de relier un point isolé de l'espace-temps (la France de juin à septembre 2003) à une évolution planétaire portant sur plusieurs siècles.  La question du réchauffement climatique est considérée comme trop polémique pour qu'on accepte de la poser clairement, et pour qu'on ne préfère pas montrer à quel point il est impossible d'y répondre.  

5Le résultat est que, au moins au niveau du public, la question centrale du risque climatique n'a pas été instruite. Et cela, au moment même où ce public, qui n'est pourtant pas habitué à commenter l'équation < risque = aléa x vulnérabilité >, avait néanmoins compris que nous venions de recevoir une sorte de leçon (particulièrement amère) concernant la vulnérabilité. Et qu'une meilleure compréhension de cette vulnérabilité allait permettre de mieux définir les événements redoutés, et donc l'aléa.

6Situation nouvelle, il faut le souligner. Que l'on se rappelle les vantardises de quelques "skeptical environnementalists" célèbres: "Je ne vois pas ce qu'une augmentation de 1 ou 2 degrés de la température moyenne peut avoir de grave". Nous voilà entrés dans une période où la réponse à cette interrogation rhétorique nous est donnée, et où nous voyons "ce que ça peut avoir de grave". Du coup, nous pouvons réfléchir à ce qui peut être fait : à ce qui peut être prévu à l'avance, et aux mesures de protection qui pourraient rendre notre système moins vulnérable.

7On trouvera, dans les lignes qui suivent, quelques réflexions concernant d'abord l'aléa. Comment le caractériser par des indicateurs? Est-il prévisible quelques mois à l'avance? Concernant la vulnérabilité, on n'a pas essayé (par manque de compétence) de parler de la santé publique et de l'agriculture. On s'est contenté de réfléchir sur l'énergie et sur les bâtiments. Il est clair, néanmoins, que ce dernier point a un grand impact sur la santé publique.  

Climatologie et Météorologie. Quels indicateurs?

8Il existe, bien évidemment, des chroniques très complètes de la température en France. La question que l'on peut se poser est: a-t-on défini des indicateurs permettant d'extraire, à partir de ce corpus de données, le signal ou les signaux "qui nous intéressent"?

9L'agriculture et l'énergie (voir plus loin) permettent de définir des indicateurs. Il doit en être de même pour l'impact des températures élevées sur la population. Je crois, en effet, que nous avons pu constater deux choses:

  • d'une part, que les bâtiments sont capables (et le seront de plus en plus) de fonctionner comme des "intégrateurs". Ils protègent durant le jour, et sont des fours durant la nuit, restituant une température qui est proche de la moyenne jour nuit . C'est donc cette température qui est la plus représentative.

  • d'autre part, que le "stress" que nous avons ressenti est lié à la durée de l'épisode chaud, tout autant qu'à son intensité. Par analogie avec ce qui se fait en écotoxicologie, on peut définir un "nombre de jours où la température moyenne a dépassé" le seuil de 22, ou 24, ou 26 degrés. Les cartes établies par MeteoFrance donnent ce type d'information (mais elles concernent  les températures maximales et minimales).

10A partir de ce type d'indicateurs locaux, on peut définir des indicateurs globaux: par exemple, l'aire (en jours * km2) de dépassement d'une valeur. Cet indicateur est probablement plus sensible que la moyenne des températures en France, qui permet déjà de voir beaucoup de choses

11Pourquoi est-il réellement important de travailler sur la question des indicateurs? Parce que ce sont les outils qui nous feront progresser sur deux questions essentielles: l'inter comparaison entre les années (et la détection de "trends") d'une part, l'évaluation de ce que peut apporter la prévision saisonnière d'autre part.

12Inter Comparaison et "événements extrêmes"

13Nous avons aujourd'hui les éléments qui doivent nous permettre de définir ce qu'est une période de canicule et de la caractériser par des indicateurs. A partir de là, comme nous sommes certains que la chronique que nous observons n'est pas stationnaire, il ne sert à rien de rechercher des "canicules centennales" (ou des points extrêmes observés pendant un jour ou une heure) : savoir comment évolue la décennale est tout à fait suffisant. Et la chronique que nous pouvons observer aujourd'hui doit conduire à une vigilance accrue.

14Evaluation plus exacte de ce qu'apportent les prévisions saisonnières.

15Tant que l'objectif poursuivi n'est pas défini clairement, on a tendance à traiter les prévisions saisonnières comme des prévisions journalières de mauvaise qualité. Le critère de réussite est toujours (implicitement) la norme (dans L2 si l'on veut) de l'écart entre les cartes prévues et observées. Il en irait différemment si on admettait que la prévision saisonnière est faite pour prévoir des "fonctionnelles" (et non des valeurs de la fonction), et en particulier des indicateurs

Retour sur les Prévisions saisonnières

16L'insatisfaction, la déception de tous ceux qui attendaient que les prévisions à trois mois apportent une information significative est particulièrement nette. A quoi servent les efforts faits si un phénomène d'une telle ampleur ne peut être prévu? Il faut, évidemment, commencer une analyse rétrospective pour comprendre les raisons de cet échec. La situation, sommairement décrite, est la suivante:

  • Au mois de Mai, les modèles saisonniers américains n'avaient rien prévu pour l'Europe. A partir de Juin, ils ont indiqué un été chaud

  • Les modèles de Reading et du Met Office n'ont rien prévu de significatif

  • Le modèle Arpège a prévu, à partir du mois de Mai, un été plus chaud que la moyenne.

  • Les prévisions concernant l'océan (modèle Mercator) n'ont pas été utilisées dans les modèles généraux

17On dispose donc, aujourd'hui, de plusieurs séries concernant les canicules de 1976, 1983, 2003, et on peut analyser rétrospectivement le comportement des modèles.  Est-ce que la température de l'océan a été mal prédite? Ou est-ce que (ce qui serait une très mauvaise nouvelle pour les études climatiques en général) la liaison océan-atmosphère joue un rôle secondaire, et est trop mal comprise pour être modélisée de façon efficace? Ces questions, et d'autres analogues (concernant le rôle des surfaces continentales), sont maintenant sur l'agenda de la communauté.

18Revenant à la notion d'indicateurs, on voit bien que ce que l'on cherche à savoir concerne les dommages possibles, indépendamment des lieux et des dates précises, indépendamment d'une translation dans l'espace ou dans le temps. L'échec ne vient donc pas de ce que la date (même à la quinzaine près) de la canicule n'a pas été prédite: elle aurait pu avoir lieu en Juillet, et concerner l'Italie du nord, que cela n'aurait rien changé. On espère donc ne plus avoir à entendre quelques météorologues nous expliquer (comme à des enfants attardés) qu'il ne sera jamais possible de prévoir en Mai le temps pour le 15 Août. L'opinion publique mérite mieux que ce genre de déclaration.  

La Vulnérabilité : Le système énergétique et les Bâtiments

19Il est clair que l'été 2003 a montré que des évolutions extrêmement significatives sont à attendre, aussi bien du côté de la demande d'énergie que du côté de l'offre, pour s'adapter à des périodes chaudes analogues à celle que nous avons connue.

Du côté de la demande

20Les responsables ont pu constater que la climatisation, définitivement installée dans les voitures (on a vu des familles circuler dans leurs voitures climatisées pour échapper à leurs logements transformés en fours), avait pris pied dans les bâtiments. De sorte que la "pointe d'été", notion familière aux japonais et aux américains mais quasi-inexistante en France, s'est imposée avec une croissance de la consommation électrique de l'ordre de 10%. On a constaté une sensibilité à la température de l'ordre de 250MW/degré, de l'ordre du cinquième de la sensibilité (inverse) observée en hiver. Et ce n'est, bien entendu, qu'un début. Par analogie avec les pays déjà cités, on peut penser que le développement de la climatisation conduira à une sensibilité de 750MW/degré et à des possibilités de pointes de consommation de + 30% lors des étés très chauds.

Du côté de l'offre

21Les chiffres qui viennent d'être cités concernent avant tout la puissance qui doit être disponible à la pointe, plutôt que l'énergie. Mais ils devront conduire à une re-évaluation du système français et européen. Que constatera-t-on lorsqu'on entreprendra cette re-évaluation?

  • Que les énergies renouvelables (hydraulique au fil de l'eau et éoliennes) ne peuvent jouer aucun rôle pendant les périodes de canicules. Un "retour d'expérience" à l'échelle européenne est nécessaire sur ce point.

  • Que les énergies thermiques rencontrent une limite, liée à la capacité maximale de réfrigération, limite qu'on avait eu tendance à oublier. Ceci entraînera des conséquences sur la gestion prévisionnelle et, à plus long terme, sur le choix des sites.

22Au total, la capacité du système énergétique à passer les étés chauds peut prendre, dans la planification et la gestion de ce système, un poids comparable à celle qu'il doit avoir de passer des hivers froids.

Le Parc immobilier français

23La première leçon qu'on peut tirer de la canicule, c'est que le parc des bâtiments, et en particulier des logements est tout à fait inadapté. Du coup, une idée simple semble s'imposer: l'isolation thermique, qui permet de faire d'importantes économies d'énergie, doit permettre également de se protéger en été.

24Ce raisonnement est exact, mais il est insuffisant, comme chacun a pu le constater. En fait, c'est le "trépied" isolation - inertie thermique - ventilation qui doit être complètement repensé. Lorsqu'il s'agit de traverser des périodes de 15 jours avec une moyenne jour-nuit supérieure à 25 degrés, l'évacuation des calories fatales (cuisine, éclairage, produits bruns, etc. ) devient une question essentielle. Le stress imposé à la population est largement imputable au fait que la température des logements ne retrouvait une valeur acceptable que vers 4 heures du matin

25La conclusion qui peut être tirée en matière d'économies d'énergie est double:

  • d'une part, les normes devront être repensées pour diminuer, non seulement les pertes d'énergie en hiver, mais également les températures en été: ce qui correspondra à des économies sur la climatisation.

  • d'autre part, l'enjeu que représente le parc des bâtiments déjà construits est véritablement énorme, infiniment plus important que celui des seuls bâtiments neufs. Il devrait donc faire l'objet d'une priorité renforcée.

Retour d'expérience

26Ce terme est familier à tous ceux qui sont responsables de grands systèmes, et de systèmes présentant des risques. Ils savent que la vulnérabilité ne peut diminuer que lentement, en tirant parti de tous les événements et de toutes les  réactions du système que l'on peut observer. La collecte d'informations et l'analyse rétrospective sont donc essentielles. Et l'on sait également que la recherche trop exclusive des responsabilités est l'une des méthodes les plus sûres pour que cette collecte échoue, pour que l'analyse se fasse avec des œillères, et pour que de nombreuses voies d'amélioration ne soient pas explorées.  

27Nous en avons un exemple aujourd'hui. Les causes profondes de l'inadaptation de la France à une canicule qui pourrait être le modèle de ce que nous aurons à connaître tous les 5 ou 10 ans sont liées aux infrastructures et à la culture qui a prévalu jusqu'à aujourd'hui. Elles ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Les causes immédiates, elles, sont liées à une mauvaise gestion. La polarisation sur le second point risque de nous faire oublier le premier et, en dépit des apparences, de nous fragiliser.

28Il faut donc donner toute leur importance aux efforts de long terme et à des analyses de vulnérabilité les plus larges possibles.  

29La culture française n'a jamais identifié les dangers venant de la chaleur, mais toujours ceux associés au froid. Les exemples de ce biais culturel sont très nombreux. Au début de chaque hiver, nous sommes mis en garde contre les risques des vagues de froid (les victimes possibles, le devoir de solidarité), mais presque rien n'est fait (en dehors du danger d'insolation) au début de l'été. La comparaison de ce que peut être la vie courante en Espagne et en Italie, et de l'indifférence française à la chaleur est très parlante. C'est pourquoi une étude de vulnérabilité approfondie est à la fois nécessaire et très difficile à faire: il est probable que nous aurons tendance à oublier des choses que nos voisins verraient immédiatement.  

30Concernant les infrastructures, les conclusions sont analogues: ni les logements, ni les lieux de travail, ni les transports (hormis les voitures climatisées), ni les villes en général ne sont adaptées. Si les vacances scolaires n'avaient pas déchargé les écoles, les collèges et les lycées de toute responsabilité, on aurait découvert à quel point leur architecture était inadaptée. Comme le sont les maisons de retraites et les hôpitaux. On voit donc que l'état des lieux ne peut pas se restreindre à la gestion de la crise et à l'organisation des urgences.  

Conclusion provisoire

31L'impact de la canicule 2003 a été trop important pour qu'il ne déclenche pas un ensemble d'opérations destinées à faire l'état des défaillances et à y pallier pour l'avenir. Ces opérations devraient être menées en considérant que l'on traite d'une canicule "normale", destinée à revenir tous les 5 ou 10 ans. Ce qui entraîne, à mon avis, deux conséquences:

  • d'une part, que la recherche sur les vulnérabilités doit être très large et très approfondie. Toutes les "valeurs crêtes" concernant la température devront être revues, qu'elles concernent la santé publique, le fonctionnement des aéroports, ou l'agriculture..

  • d'autre part que, pour échapper au biais culturel qui est le nôtre, les comparaisons internationales devraient être privilégiées.

Haut de page

Notes

 On peut consulter sur le site de Meteo France une note de synthèse où ces chiffres sont présentés et commentés.

 Nombreux sont ceux qui ont adopté les habitudes des pays chauds et secs : dormir hors de son appartement, sur son balcon, sa terrasse et, pour ceux qui le pouvaient, dans son jardin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Caseau, « A propos de la canicule… Aléa et vulnérabilité », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Rapport de la mission d’expertise et d’évaluation du système de santé pendant la canicule 2003, mis en ligne le 12 septembre 2003, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5383

Haut de page

Auteur

Paul Caseau

paul.caseau@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page