Navigation – Plan du site
Les grandes villes
16

Pitié pour les grandes villes !

Big Cities Blues: myth or reality ?
Jérôme Monnet

Texte intégral

1Roger Caillois disait, en 1938, qu´il existe "une représentation de la grande ville, assez puissante sur les imaginations pour que jamais en pratique ne soit posée la question de son exactitude, créée de toute pièce par le livre, assez répandue néanmoins pour faire partie de l´atmosphère mentale collective et posséder par suite une certaine force de contrainte"(Le mythe et l´homme, p.156) [c´est lui qui souligne].

2En 1996, la presse française a consacré dossiers et articles à "Habitat II ", la conférence de l´ONU à Istambul sur l´urbanisation du monde. A cette occasion, il semble nécessaire de rappeler les mots de Caillois, et de se demander si "le livre" n´a pas été remplacé par "les médias" pour répandre la représentation des phénomènes urbains qui s´impose, qu´elle soit exacte ou non. Je dirais même: qui s´impose d´autant plus qu´elle est moins exacte.

3Le quotidien Le Monde, bien qu´il soit un modèle de sérieux professionnel, peut servir ici d´illustration à l´affirmation qui précède. Dans le dossier "Villes géantes" daté du 06 juin 1996, on apprend par exemple que Lagos est un "monstre [...], le corps déformé de mille excroissances bizarres [...] avec une colonne vertébrale de voitures bloquées [...], une queue fourchue de bidonvilles [...], un organisme couturé de cicatrices ". Parlant du Caire le 23 octobre 1992, le journal décrivait "le grand corps malade et pustulé de [la] capitale [...], une cité qui souffre déjà d´éléphantiasis chronique [...] ville-femelle, trépidante et couturée, vieille reine malade, infirme, essoufflée, bronchiteuse, dégoûtante, fascinante ". Le 08 décembre 1990, on lisait: "si l´enfer ouvrait une succursale au Mexique, il exposerait ses grils à Chalco ", banlieue déshéritée de Mexico.

4Que se passe-t-il pour que nous ayons ainsi le sentiment que les journalistes se recopient mutuellement, qu´il existe une description toute faite de l´enfer urbain, du monstre mégapolitain, une prose déjà écrite où les villes concrètes paraissent interchangeables, un archétype hégémonique qui ne laisse pas de place à la réalité locale? Serait-ce que les règles du lyrisme journalistique -ou du sensationalisme, ce qui revient peut-être au même- s´imposent à celles de l´observation attentive de ce qui fait la vérité des lieux? Croit-on ainsi rendre service aux citadins soumis aux mille difficultés effectives de la vie en ville, en substituant à la description soigneuse et attentive de ces difficultés une généralisation qui emprunte surtout au patrimoine littéraire? Davantage que le véritable travail d´enquête, les clichés poétiques à valeur "universelle" auraient-ils la vertu de mieux nous faire comprendre les grandes villes et nous permettre d´agir sur elles?

5La métaphore organiciste (qui conçoit, depuis les "physiocrates" du XVIIIe siècle, la ville comme un organisme avec ses artères -bouchées-, son cœur -saturé-, ses poumons -verts et insuffisants-, etc.) s´est associée au XXe siècle à la crise du Progrès (le remplacement d´une conception positive et linéaire du temps et du développement par l´idée que le chaos nous guette, que nos actions servent à empêcher ou à retarder la catastrophe) pour produire la figure du monstre urbain : “La pieuvre polluante qui asphyxie Delhi” (Libération, 21-I-97). La mégapole est devenue "monstruopole ", un organisme sauvage ayant échappé à tout contrôle et dévorant les terres et les hommes: "les grandes métropoles d´hier organisaient leur territoire et le contrôlaient. Les mégapoles actuelles semblent dévorer l´espace qui les entoure"(Le Monde, 06-VI-96); "les cités satellites qui ceinturent la grande ville [du Caire] et qui avalent en se multipliant de grasses et rares terres agricoles"(Le Monde, 23-X-92).

6A propos d´exactitude, pour parler comme Caillois, on opposera à la première citation que la vision "positive" des grandes métropoles d´hier n´était pas partagée par les contemporains de l´urbanisation et de l´industrialisation européenne du XIXe siècle: l´analyse de Caillois présentée en exergue portait précisément sur le mythe littéraire qui fit de Paris ou de Londres les "Babylones" perverties du Monde moderne, à la suite d´une tradition qu´on peut faire remonter, d´une part, à la critique antique de Rome et, d´autre part, à la condamnation biblique de la "Grande Prostituée ", Babylone, ou Babel, symbole du chaos. La deuxième citation pourrait se voir contestée aussi, parce que, au Caire, les "cités satellites" ont été systématiquement construites sur les plateaux désertiques, à plusieurs kilomètres de la vallée du Nil.

7A quoi aboutissent ces descriptions peu marquées par le souci d´exactitude géographique ou historique? A nier la qualité urbaine de ces objets méconnaissables: "ce ne sont plus des villes au sens traditionnel du terme, mais des conglomérats urbains aux limites de plus en plus floues"(Le Monde, 06-VI-96). Mais qu´est-ce, une ville, au sens "traditionnel" du terme? Ce à quoi font souvent allusion les journalistes, des "villes à échelle humaine ", des "quartiers-villages "? Il semblerait qu´une double nostalgie organise le regard sur les villes d´aujourd´hui, comme si on regrettait d´une part le temps où les villes avaient des limites nettes, le temps des murailles et des cathédrales, le temps béni de la ville pré-industrielle à échelle humaine, et, d´autre part, le temps d´une convivialité rurale parée de toute les vertus, où chacun se connaissait, où toute la communauté était solidaire, le temps d´avant l´exode massif qui a vidé les campagnes.

8Passons sur l´exactitude, mais arrêtons-nous aux contradictions internes de ce discours. Nos sociétés développées sont-elles devenues folles d´avoir quitté leurs chères campagnes et fait exploser leurs précieuses villes historiques? Les habitants des pays pauvres sont-ils stupides de faire la même chose? En opposant la nostalgie des sociétés rurales d´hier au chaos urbain actuel, on se prive alors de comprendre pourquoi nous sommes toujours plus nombreux à vouloir vivre dans des villes pourtant de plus en plus grandes. En focalisant sur les dysfonctionnements, en ne fournissant comme éléments de description et de compréhension des conditions de la vie urbaine aujourd´hui que des clichés sensationnalistes, on se prive de décrire et de comprendre pourquoi et comment ces villes fonctionnent, certes pas au bénéfice de tous, mais quand même et malgré tout.

9On se prive de comprendre que nous ne sommes pas encore dans un monde urbanisé, au sens où l´on aurait atteint un état, mais dans un monde en cours d´urbanisation, où nous avons à inventer de nouvelles formes de vie ensemble, de partage de la ville. La nostalgie du passé et les clichés journalistiques ne nous aident pas à penser la ville d´aujourd´hui. Outre les travaux de chercheurs, dont un petit nombre, parmi beaucoup d´autres, est signalé dans la bibliographie indicative ci-dessous, seul le lyrisme de puissants créateurs peut nous être d´une grande aide pour penser le passé, le présent et l´avenir de notre vie urbaine, ou celle des autres. C´est le cas de Naguib Mahfouz pour Le Caire, de Carlos Fuentes pour Mexico, de James Ellroy pour Los Angeles, de Patrick Chamoiseau pour Texaco, etc.

10Dans les villes d´aujourd´hui, certains se plaisent à ne voir que les "monstruopoles" qui nous menacent. Sachons y voir et y développer les "cosmopoles" dont nous avons besoin, ces villes qui doivent déjà et devront toujours plus gérer la diversité et générer l´unité.

11Pour prendre connaissance des textes médiatiques originaux concernant Le Caire et Mexico, voir l´article de Jérôme Monnet : “Villes-monstres et obsessions littéraires : Le Caire-Mexico” (publié en français dans la Lettre d´information de l´Observatoire urbain du Caire contemporain, num.38, pp.25-29, octobre 1994, Le Caire: CEDEJ, Ambassade de France en Egypte).

Haut de page

Bibliographie

BAIROCH (Paul), 1985, De Jericho à Mexico. Villes et économie dans l´histoire, Paris: Gallimard, 710 p.

BATAILLON (Claude) & GILARD (Jacques), coords., 1988, La grande ville en Amérique latine, Toulouse : Centre régional de publication du CNRS.

BATAILLON (Claude) & PANABIERE (Louis), 1988, Mexico aujourd´hui. La plus grande ville du Monde, Paris: Publisud, 245 p.

Caillois (Roger), 1938-1989, Le mythe et l´homme, Paris: Folio-Gallimard, 190 p.

DAVIS (Mike), 1992, City of Quartz. Excavating the Future in Los Angeles, New York : Vintage Books, Random House, 462 p.

MONNET (J.), 1990, “Poésie ou urbanisme? Les modèles de villes dans les descriptions de Mexico (XVIe-XXe siècles)”, Acta geographica, n°81, p.3-30, Paris: Société de Géographie

1993, La ville et son double. La parabole de Mexico, Paris : Nathan, collection Essais & recherches.

MORICONI-EBRARD (François), 1994, Geopolis. Pour comparer les villes du monde, Paris : Anthropos, 246 p.

Paquot (T.), dir., 1996, Le Monde des villes. Panorama urbain de la planète, Bruxelles: Complexe, 700 p.

Rome. L´espace urbain et ses représentations, 1992, Paris: Presses de l´Université de Paris-Sorbonne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Monnet, « Pitié pour les grandes villes ! », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Les grandes villes, document 16, mis en ligne le 18 février 1997, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5387

Haut de page

Auteur

Jérôme Monnet

monnet@cict.fr
Université de Toulouse-Le Mirail / Institut universitaire de France. Getty Research Institute for the History of Art and the Humanities (Los Angeles), United States of America

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page