Navigation – Plan du site
Apartheid et Israël-Palestine : enseignements et contresens d’une analogie

Comparaison n'est pas raison…

Yves Guermond et Nicole Mathieu

Texte intégral

1Dans le contexte très politisé de la question palestinienne il est difficile de séparer l’analyse scientifique des réactions passionnelles, et l’utilisation de l’apartheid comme repoussoir peut donner l’impression de dédouaner le gouvernement israélien. C’est d’ailleurs un peu semble-t-il l’intention de Frédéric Giraut quand il écrit que « l’usage radical et systématique de l’analogie vise à condamner l’Etat d’Israël et le sionisme dans leur nature même ». « Cette approche infondée » serait , selon lui, « aisément réfutable »…

2Ce texte risque d’apparaître ainsi plus comme un texte de position politique que comme une analyse scientifique. Les informations données sur l’Afrique du Sud sont intéressantes, mais elles évacuent complètement l’analyse géographique de la stratégie territoriale d’Israël par rapport aux Palestiniens. Il existe plusieurs « techniques » pour assurer un contrôle politique. La plus extrême est le nettoyage ethnique, tel que les Serbes l’ont tenté sans succès au Kosovo. Plus généralement les dominants utilisent plutôt des variantes de l’indirect rule. C’était le système employé par les Chinois dans le Sud mal contrôlé, où les han étaient minoritaires : yi yi zhi yi (utiliser des barbares pour contrôler des barbares). C’est ce que les nazis ont tenté avec le régime de Vichy et ce que les Romains avaient tenté il y a 2000 ans en Palestine, et ce fut aussi le système des bantoustans.

  • 1  « Palestine : d’un espace sans identité à une identité sans espace ». Colloque de Géographie Socia (...)

3La technique israélienne est différente, et en un certain sens innovante : c’est la cantonisation et la percolation, l’objectif étant de supprimer, pour les Palestiniens, l’espace géographique lui-même, en tant qu’espace d’interrelations produit par une société humaine, tout en investissant progressivement cet espace physique transformé (ce que nous avons appelé dans un  autre texte « l’éradication de l’espace » 1). Il s’agit d’une stratégie de destruction de toute interaction spatiale qui ne soit pas sous le contrôle des Israéliens. Il n’est pas dit cependant que la solution de l’indirect rule ne puisse être tentée aussi avec la disparition d’Arafat, en donnant des pouvoirs locaux un peu élargis à la bourgeoisie palestinienne avide de calme, et en la laissant affronter elle-même, avec quelques moyens militaires, les extrémistes rassemblés dans les camps de réfugiés.

4L’un des problèmes posés par l’article de Frédéric Giraut est la distinction entre les « arabes israéliens », auxquels est principalement consacré l’article, et « les autres » (les autochtones des territoires occupés, les réfugiés, la diaspora), qui relèveraient, selon l’auteur, « d’une communauté transnationale hétéroclite dans les statut et les situations », mais pouvant (tout de même…) « partager certaines aspirations nationales communes ». C’est liquider un peu vite le sentiment communautaire palestinien, qui est précisément le produit de cette négation. Il ne se développe que parce qu’il est nié.

5Est-on d’ailleurs si loin du bantoustan quand on regarde la situation de la bande de Gaza, avec une zone tampon sur la frontière et sur le littoral, dont l’auteur nous précise lui-même « qu’elle priverait cet espace de contact direct avec tout autre voisin qu’Israël ». On se souvient de la destruction par l’armée israélienne en 2001 des installations portuaires qui y avaient été commencées, grâce à des crédits de l’Union Européenne… On pourrait même considérer, avec Frédéric Giraut d’ailleurs, que l’apartheid était une situation beaucoup plus favorable que la politique israélienne : certains bantoustans avaient des frontières communes avec l’étranger, et, qui plus est, afin d’assurer une continuité territoriale aux bantoustans, certains grands domaines confisqués aux blancs leur avaient été attribués, si bien qu’à la fin de l’apartheid la superficie des homelands bantous est passée de 9 à 15 % de la superficie du pays, alors que la superficie de la Palestine se réduit d’année en année.

6Il n’est donc pas vraiment possible de considérer qu’Israël soit une véritable démocratie, qui « se rapprocherait d’une conception communautaire des rapports à la société de type américaine », ni que la situation des arabes israéliens « s’apparente à celle de nombreuses communautés minoritaires et dominées dans les pays occidentaux », et ce n’est pas une excuse de dire que les catégories qui stipulent la communauté d’origine et permettent une juridiction différenciée « s’inspirent de la tradition héritée des techniques juridiques de l’empire ottoman » ! On n’est plus au 19° siècle.

7Pour les territoires occupés, «  le contrôle étroit des déplacements », le contrôle de l’approvisionnement énergétique (électricité, pétrole) et de l’approvisionnement en eau représentent des situations qui ne sont tout de même pas très éloignées de celles des bantoustans. Les déplacements de population ont été massifs, comme en témoignent les camps de réfugiés. La comparaison stricte avec l’Afrique du Sud est toutefois peu pertinente, ne serait-ce qu’en fonction de l’exiguïté du territoire Israël/Palestine. Il vaudrait mieux que l’analyse géographique s’applique à révéler la stratégie et la forme nouvelle d’oppression que constituent, dans un pot pourri de moyens, le mur, les check-points, les nouvelles colonies, la restriction de liberté de circulation, et surtout la puissance de la diaspora. Certes la presse israélienne peut critiquer le gouvernement, mais si la situation est aussi libre que cela, il faudrait qu’on nous explique pourquoi le Dr. Jad Isaac, directeur de l’Applied Research Institute de Jerusalem n’a pas été autorisé à quitter le pays pour assister au séminaire géographique que nous avions organisé à Paris l’année dernière et pour lequel le voyage était payé par le Ministère français des Affaires Etrangères.

8Certes ce n’est pas l’apartheid, mais après tout  cela y ressemble…

Haut de page

Notes

1  « Palestine : d’un espace sans identité à une identité sans espace ». Colloque de Géographie Sociale. UMR CNRS ESO. Rennes (2004)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Guermond et Nicole Mathieu, « Comparaison n'est pas raison… », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Apartheid et Israël-Palestine : enseignements et contresens d’une analogie, mis en ligne le 15 novembre 2004, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5466

Haut de page

Auteurs

Yves Guermond

Université de Rouen
yves.guermond@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Nicole Mathieu

CNRS. UMR LADYSS
mathieu@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page