Navigation – Plan du site
Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?

La rénovation du recensement

Census' renovation

Brigitte Baccaïni

Entrées d’index

Mots-clés :

France, population, recensement
Haut de page

Texte intégral

1Ma position dans le débat autours du projet de rénovation du recensement est un peu particulière. Chercheur géographe, je partage les préoccupations de mes collègues, en particulier en ce qui concerne la prise en compte du " spatial " et les possibilités qu’offrira (ou non) le recensement rénové, pour les recherches en analyse spatiale. Mais, participant depuis plus de six mois à la mise en place de ce projet au sein de l’INSEE, plus particulièrement pour alimenter la réflexion sur l’étude des migrations résidentielles, le regard que je porte dessus est sans doute un peu différent de celui qu’y portent la plupart des chercheurs . Je suis en effet résolument optimiste et convaincue que les géographes ont plus à y gagner qu’à y perdre.

2Tout d’abord, quelques réactions au texte de Michel Bussi.

3L’inégalité de traitement des petites et des grandes communes ne concerne que la procédure de collecte. Elle ne gênera en rien le développement, souhaitable, des travaux prenant en compte l’intercommunalité. Les informations seront en effet diffusées à un niveau fin (infracommunal) et tout regroupement de zones " à façon " sera possible.

4Le système actuel ne fournit pas une information sur 100% de la population tous les 7 ans. D’une part, l’intervalle intercensitaire a eu une fâcheuse tendance à s’allonger (passant à 8 ans entre 1982 et 1992, puis à 9 ans entre 1990 et 1999). D’autre part, les utilisateurs oublient un peu trop souvent que, pour un certain nombre de variables du RP, ils travaillent sur un sondage au quart, les informations n’étant pas toutes exploitées exhaustivement. C’est le cas, en particulier, pour la profession ou les informations sur les migrations résidentielles.

5La procédure actuelle ne permet pas non plus l’exhaustivité lors de la collecte, les taux de non réponse étant par ailleurs variables selon la taille des communes, le type de quartier, les caractéristiques des populations, etc. Ils varient aussi énormément selon les questions (pour le RP90, par exemple : 19% de non réponse pour la position professionnelle, 6% pour la commune du lieu de travail, 4% pour le département du lieu de travail, 2% pour le lieu de résidence en 1982, ...).

6Le recensement rénové permettra probablement de réduire sensiblement le taux de refus. En effet, du fait de la moindre charge instantanée, l’INSEE devrait pouvoir assurer un meilleur suivi et donc une meilleure qualité de la collecte. Par ailleurs, le sondage dans les grandes communes reposant sur une base d’immeubles (mise à jour chaque année), on est à peu près certain que la base est exhaustive ; l’extrapolation est donc solide et sans risque de sous-estimation.

7La méthode d’extrapolation semble inquiéter Michel Bussi. Il convient donc de rappeler quelle est la méthode envisagée, qui n’est pas une extrapolation spatiale.

8Pour les zones de taille importante, les données diffusées à la fin de l’année n, et portant sur l’ensemble des variables du questionnaire, seront référencées au 1/1/n.

9Pour toute autre zone, des données synthétiques référencées au 1/1/n-2 seront diffusées à la fin de chaque année n. Ces résultats détaillés, portant également sur l’ensemble des variables du questionnaire, seront obtenus par synthèse de données collectées sur le terrain durant les années encadrant l’année de référence (n-2) et de données administratives, la synthèse étant réalisée en deux temps :

  • Estimation des effectifs de logements et d’individus à la date de référence pour chaque petite commune et chaque quartier des grandes communes (probablement les Iris 2000). Pour les petites communes et les portions de grandes communes sur lesquelles il n’y a pas eu de collecte l’année de référence, cette estimation s’appuie sur la relation observée entre données collectées et données administratives (sorte de règle de 3), ainsi que sur l’évolution des données administratives après calage à un niveau géographique supérieur sur les estimations issues de la collecte de l’année.

  • Estimation des caractéristiques de ces unités. Sur la base des effectifs ainsi estimés, on repondère les fichiers détail obtenus lors des collectes sur le terrain les années entourant la date de référence.

10D’un point de vue pratique, on obtient chaque année un fichier détail dont les unités sont pondérées. Ce fichier couvrant l’ensemble du champ géographique, il permet les mêmes exploitations que le RP traditionnel.

11Ces résultats porteront sur l’ensemble des variables du questionnaire, y compris les données dites " bilocalisées ".

12La précision des résultats sera principalement liée au sondage et toutes les données publiées seront accompagnées d’indicateurs de qualité.

13Je voudrais maintenant dire quelques mots à propos de la question des migrations résidentielles, qui intéresse bon nombre de géographes.

14Il me semble que l’on se dirige plutôt vers une amélioration des informations disponibles que vers une perte d’information. Rappelons que ces informations sont tirées des réponses à la question " Où habitiez-vous le 1er janvier n ? ", n étant l’année du précédent recensement.

15On oublie un peu trop souvent les multiples problèmes que posent les données issues du recensement traditionnel, pour l’étude de la mobilité et des flux migratoires.

  • Forte sous-estimation des migrations, du fait des migrations multiples et des allers-retours, accrue du fait de la tendance à l’allongement de la période intercensitaire.

  • Impossibilité de calculer des taux de mobilité annuels, à moins d’utiliser des modèles de comportement relativement complexes tels que ceux élaborés par Daniel Courgeau, et donc difficulté pour comparer la mobilité d’une période à l’autre.

  • Aucune information sur les flux réels : on n’a que la résultante des migrations successives des personnes.

  • Problème pour les enfants nés au cours de la période intercensitaire, pour lesquels on induit, le cas échéant, la migration de la mère, même si il est né après cette migration.

  • Aucune information sur les caractéristiques des migrants au moment de la migrations.

  • Aucune information sur la tendance des migrations au cours de la période intercensitaire.

  • Fort retard dans l’analyse du phénomène : on travaille encore, faute de données plus fraîches, sur des migrations qui se sont produites entre 1982 et 1990 ...

  • Difficultés pour les comparaisons internationales, du fait de la durée de la période de référence qui ne correspond pas aux recommandations des Nations Unies (un an ou cinq ans sont préconisés).

  • Erreurs de déclaration, en raison de l’appel à la mémoire. L’allongement de la période intercensitaire ne fait qu’accroître ce risque d’erreur.

16La rénovation du recensement ouvre la possibilité de modifier en profondeur l’approche des migrations et de la mobilité résidentielle. La méthodologie envisagée oblige en effet à remanier le questionnement, sur ce thème.

17La proposition actuelle serait de poser deux questions, sur le lieu de résidence 1 an et 5 ans auparavant.

18On devrait ainsi disposer, pour toute zone, de taux de mobilité annuels (changements de logement, de commune, etc.) de bien meilleure qualité que ceux que l’on élabore actuellement (en un an, les migrations multiples sont en effet rares).

19La méthode d’estimation proposée par l’INSEE, basée sur la (ou les deux) précédentes enquêtes, permettra également de disposer, chaque année, d’informations sur les flux entre zones. La variable " lieu de résidence un an (ou cinq ans) plus tôt " peut en effet être traitée, dans les procédures d’estimation, exactement de la même manière que le seront les autres caractéristiques des personnes. Ayant pu estimer les entrées dans chaque zone et l’origine des migrants, on connaît également les sorties et les destinations.

20Comme actuellement, la précision des informations dépendra de la taille des zones étudiées.

21Les échanges entre régions ou zones fixes de grande taille seront connus avec les résultats du sondage de l’année.

22Les modalités du recensement rénové permettront également d’approfondir des questions importantes (on regrette souvent le caractère succinct du questionnaire du RP), de travailler sur des sous-populations ou des espaces particuliers, grâce à la possibilité d’enquêtes complémentaires.

23La rénovation de la méthode du recensement devrait aussi être l’occasion de mieux adapter le questionnaire aux évolutions de la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Baccaïni, « La rénovation du recensement », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?, mis en ligne le 15 août 1999, consulté le 17 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5514

Haut de page

Auteur

Brigitte Baccaïni

INED et INSEE Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page