Navigation – Plan du site
Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?

La rénovation du Recensement de la Population

Population census' renovation

Michel Isnard

Entrées d’index

Mots-clés :

France, population, recensement
Haut de page

Texte intégral

1L’objectif principal de l’INSEE, dans le cadre de la rénovation du recensement, est de répondre de la meilleure manière possible aux demandes des utilisateurs de ses données et donc des géographes. Il ne s’agit bien sûr pas d’enterrer le recensement et encore moins la géographie, ce qui m’amène à préciser un certain nombre de points, par rapport au message de Michel Bussi.

2A la suite d’un court exposé très clair sur la méthode envisagée (si ce n’est l’expression " interpolation spatiale " qui serait mieux remplacée par " interpolation temporelle "), Michel Bussi relève les avantages de la nouvelle méthode (réduction de la période intercensitaire, population légale plus équitable, ..) mais soulève trois questions.

3Dans la première, il met en cause le principe d’une méthode différenciée de collecte selon la taille des communes. Plusieurs raisons expliquent ce choix. D’abord juridiques, à cause des usages réglementaires des usages du recensement : le Conseil d’Etat a rendu en juillet 1998 un avis au Gouvernement expliquant que devaient être impérativement respectés les principes d’égalité des collectivités territoriales et celui de l’égalité des suffrages, il indiquait que cette distinction ne pouvait être fondée que sur un critère objectif et la taille de la commune semble être le seul à réunir ces conditions. Raison de technique statistique par ailleurs : le recours au sondage, lorsqu’il est possible, permet à coût égal de collecter plus fréquemment auprès des ménages des petites comme des grandes communes ; en gros, pour un coût annuel équivalent à un Recensement Général de la Population (RGP) tous les 8 ans, on peut assurer une couverture glissante de territoire tous les 5 ans. Enfin, la question n’est pas tant " Comment fait-on ? " que " Que produit-on ? " et la méthode doit assurer une qualité comparable pour les petites et les grandes communes. Il revient donc à l’INSEE d’assurer une diffusion de données comparables au niveau spatial, permettant ainsi de répondre aux problématiques gérées dans le cadre de " territoire de projets ".

4La seconde question est celle du principe d’un sondage. Il est utile de rappeler que jusqu’à maintenant les recensements n’ont été dépouillés qu’au Ľ (25% et non 40%) pour les questions difficiles à coder. Certes, le RGP de 1999 va de l’avant avec une restriction du champ de ces dernières à l’analyse familiale et à l’emploi . La proposition de rénovation arbitre en faveur de la fraîcheur de l’information par rapport à la précision liée à l’exhaustivité que l’on souhaite atteindre dans un RGP. Sur ce plan, rappelons que l’analyse du RP90 a fait d’apparaître un taux d’omission brut de 1,8% et un taux de doubles comptes erronés d’environ 0,7%, soit un taux d’omission net de 1,1%. La répartition de ce taux est très hétérogène sur le territoire français et il est beaucoup plus fort dans les grandes agglomérations et pour les ménages comportant peu de personnes. Par ailleurs, il existe des taux de non-réponse sur les différentes variables. Là encore, ce taux varie assez fortement suivant la variable, mais peut atteindre 3% pour le nombre de voitures, voire 4% pour le lieu de résidence antérieure. L’ensemble de ces chiffres est tiré de deux INSEE Méthodes n° 52-53 et 79-80. Utiliser le sondage, c’est à dire concentrer l’effort de collecte d’informations sur un plus petit nombre de personnes devrait améliorer l’ensemble de ces taux.

5La troisième question pose le problème du suivi de l’influence de phénomènes, tels que la construction d’un équipement structurant majeur. Là encore, la rénovation propose un compromis entre la fraîcheur de l’information et sa précision. Si le RGP propose, au moins théoriquement, une description précise de l’influence d’un phénomène, il le fait en fait seulement pour ceux qui se produisent par le hasard du calendrier censitaire à distance raisonnable d’un futur recensement : le RP mesure des situations sociodémographiques qui n’évoluent, en effet, qu’avec un certain retard (plusieurs années) par rapport au phénomène initiateur. Pour les autres phénomènes, ceux placés juste avant un RGP, les nouvelles informations n’ont pu prendre en compte les modifications qui ne sont pas encore intervenues ; quant à ceux qui interviennent juste après un RGP, il convient alors d’attendre longtemps sans pouvoir être sûr à l’arrivée de pouvoir démêler ce qui résulte du phénomène étudié des évolutions qui se seraient de toute manière produites sur une longue période. La nouvelle méthode permettrait un meilleur enregistrement dans des délais totalement maîtrisés et de pouvoir d’apprécier des tendances d’évolution, qui jouent un rôle important dansles politiques d’aménagement du territoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Isnard, « La rénovation du Recensement de la Population », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?, mis en ligne le 15 juillet 1999, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5529

Haut de page

Auteur

Michel Isnard

INSEE Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page