Navigation – Plan du site
Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?

Quand l’INSEE projette d’enterrer le recensement de population... et la Géographie avec !

When INSEE is about to dig in the population census … and geography as well !

Michel Bussi

Entrées d’index

Mots-clés :

France, population, recensement
Haut de page

Texte intégral

1On croyait le recensement de population, créé par Napoléon il y a près de deux siècles, institutionnalisé à jamais, comme un élément récurrent de notre culture française laïque et républicaine. On se trompait ! Le recensement exhaustif de 1999 est bien parti pour être le dernier de l’histoire de France.

2Selon l’INSEE, avec le recensement de 1999, " les limites de l’exercice dans une France urbaine ont été atteintes ", aussi bien au niveau du coût (qui obligea à repousser le recensement de 97 à 99, entraînant une période intercensitaire record), des relations politiques (avec des mairies dont l’investissement dans le projet fut fort variable), ou de la gestion sociale (avec les agents recenseurs...).

3Cette lourde machine serait remplacée par " une estimation continue organisée ", planifiée selon un calendrier serré : après une loi votée en 2000, cette estimation continue débuterait en septembre 2001, à la suite des élections municipales.

4Dans ce projet, le territoire français serait divisé en deux : les communes de moins de 10 000 habitants et celles de plus de 10 000. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, , une commune sur cinq serait enquêtée chaque année, soit au bout de cinq ans 100% des communes et des habitants. Pour les communes de plus de 10 000 habitants, un cinquième du territoire serait choisi chaque année (au niveau de l’immeuble, et non plus de l’îlot), dont on sonderait 40% des habitants, soit 8% de la population " urbaine " chaque année, et 40% au bout des cinq ans.

5L’idée forte de l’INSEE est de gagner en " fraîcheur " de l’information : des estimations fiables de la population deviendraient annuelles pour le territoire national et quelques " Grandes Zones Géographiques " (d’au moins un million d’habitant). A un niveau plus fin, la fraîcheur des informations serait de trois ans : toute la méthode repose en fait sur une interpolation spatiale, qui permet de passer d’une information collectée à cinq dates différentes à une seule. L’INSEE utilisera, pour " réajuster " les données, les fichiers locaux annuels et exhaustifs issus de la taxe d’habitat, et surtout les fichiers informatisés de l’assurance maladie (grande nouveauté encore jamais testée en France). Bien entendu, aucune interconnection de fichiers informatiques nominatifs n’est envisagée : bien que ces pratiques, à des fins de recensement, soient courantes dans d’autres pays, notamment en Scandinavie, la loi française les interdit.

6Ce projet, qui permet incontestablement de réduire la période intercensitaire, sans augmenter le coût de collecte, tout en simplifiant son organisation, pose néanmoins beaucoup de questions aux géographes.

7Il semble tout d’abord étonnant de séparer deux France, celle des communes de moins 10 000 habitants, où 100 % des français sont enquêtés, et celle des communes de plus de 10 000 habitants, où seuls 40% des français le sont !

8Au delà de cette inégalité de traitement, il est surprenant de déterminer ce seuil en s’appuyant sur les populations communales, sans aucunement tenir compte de l’intercommunalité. On " oppose " petites et grandes communes, alors que les projets de loi Chevènement et Voynet se rejoignent au contraire dans leur désir de voir, à travers les pays et les communautés d’agglomérations, les centres urbains et les périphéries rurales s’associer dans la gestion territoriale. En d’autres termes, en une période où tous les acteurs s’accordaient enfin pour voir les questions d’aménagement gérées dans le cadre de " territoire de projets " dépassant les communes, l’INSEE propose des instruments de mesures allant dans l’esprit inverse.

9Second problème, 40% de sondés tous les cinq ans dans les villes, c’est peu... C’est incontestablement un recul vis à vis de l’ancien système : 100% tous les 7 ans ! Ce sera un recul pour l’analyse urbaine et infra urbaine, ce qui peut sembler un comble au vu de la demande sociale actuelle... De plus, les " exclus ", les " marginalisés ", ceux qui avaient déjà du mal à ouvrir leur porte aux agents recenseurs, risquent fort de l’ouvrir encore moins... Puisqu’il n’y aura plus d’exhaustivité, il n’y aura plus non plus " d’obligation " de réponse : " Pourquoi moi ? Allez plutôt sonder mon voisin ! ". On dépassera vraisemblablement les taux de refus actuels (de 1990), de 1.8% des français (2.6% des urbains).

10Cet handicap pour l’analyse urbaine est d’autant plus dommageable que l’INSEE effectue parallèlement des progrès considérables en matière de systèmes d’information géographique. En " interne ", elle géoréférencera désormais ses données urbaines non plus à l’îlot, mais à l’immeuble ! Ceci autoriserait à s’affranchir complètement, au niveau intra urbain, des limites administratives.

11Enfin, dernière question que peut légitimement se poser le géographe : que donneront les " extrapolations spatiales ", encore actuellement à l’état de test pour l’INSEE ? La photographie statistique d’une zone sera-t-elle crédible à un temps " T ", sachant qu’elle est issue de données collectées à cinq dates différentes ? Comment pourra-t-on " extrapoler " les migrations alternantes entre des communes sondées à cinq ans d’intervalle ? Comment avoir une vision cohérente d’un territoire qui a connu la construction d’un équipement structurant majeur (implantation ou transfert d’entreprise, projet immobilier etc), sachant que certaines communes ont été sondées avant cet équipement, et d’autres après ?

12L’extrapolation à partir des fichiers administratifs annuels sera utile, et sans doute valide pour réajuster le nombre total d’habitant de chaque territoire. On ne saurait oublier que l’un des buts premiers du recensement est de définir la population légale, utilisée entre autre pour calculer la DGF, les découpages et seuils électoraux... La nouvelle méthode constitue incontestablement sur ce point un grand progrès. L’extrapolation semble par contre moins crédible dans une exploitation locale d’évolutions sociales (âge, précarité, emploi, mobilité...).

13Dans cette nouvelle méthode de recensement, le progrès en fraîcheur de l’information semble donc être gagné " sur le dos " de la finesse, et surtout de la cohérence géographique. Lors de la présentation de ce projet, le 22 Avril 1999, on pourra au moins noter un motif d’optimisme : le projet souleva un certain nombre de réactions négatives, de la part d’élus, d’agents territoriaux locaux, de développeurs, d’associations (et aussi de géographes universitaires), s’inquiétant, après cette " estimation continue ", de ne plus pouvoir reconstituer " leur territoire ", et donc de ne plus y effectuer les cartographies et les analyses géographiques... Auxquelles ils avaient donc pris goût !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bussi, « Quand l’INSEE projette d’enterrer le recensement de population... et la Géographie avec ! », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?, mis en ligne le 20 juin 1999, consulté le 17 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5531

Haut de page

Auteur

Michel Bussi

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page