Navigation – Plan du site
1997
Colloque "3O ans de sémiologie graphique"
147

Aux sources de la sémiologie graphique

Where does semiology graphic comes from ?
Gilles Palsky et Marie-Claire Robic

Résumés

L’innovation représentée par la Sémiologie graphique s’ancre dans l’itinéraire d’une personnalité douée d’un véritable génie du visuel. Celui-ci s’est épanoui à travers des expériences cruciales de recherche et l’implication dans la demande d’information statistique territoriale des années soixante. La Sémiologie graphique résulte de recherches développées par J. Bertin à partir des années cinquante, en rupture avec le contenu classique de son éducation à la cartographie. Ce traité est publié dans un contexte d’expansion de la sémiotique, notamment celle des images. Il synthétise des règles issues d’une pratique et privilégie le sens de la vue pour le traitement et la représentation des données.

Haut de page

Texte intégral

1En 1967 parut chez Gauthier-Villars un gros livre à la jaquette quelque peu vasarélienne, au titre énigmatique - Diagrammes, réseaux, cartographie. Sémiologie graphique - et au style carto-graphique inusité avec, notamment, ses cartes en noir et blanc et... ses points (Figure 1). D’ailleurs les Annales de géographie ne surent, dans un premier temps, qu’en accuser réception.

2Pour évaluer la singularité de l’ouvrage, on peut le comparer aux autres livres qui, dans le même champ de la carte ou de la graphique, s’adressent alors aux géographes. Les uns, de portée didactique, se vouent au "croquis", à l’"exercice", et à la "géographie régionale". Tels sont Le Croquis de géographie régionale et économique de Roger Brunet (1962) et Initiation aux exercices de géographie régionale de Françoise Cribier, Michel Drain et François Durand-Dastes (1967), tous deux publiés aux éditions universitaires du SEDES. Par la place qu’ils accordent au "croquis de synthèse" et à la région, ils s’inscrivent dans la tradition de l’Ecole française de géographie. Mieux, ils la perfectionnent en mettant à disposition des étudiants des savoir-faire statistiques de base (développés surtout dans le livre de R. Brunet) et, que ce soit en noir ou en couleurs (le livre des géographes parisiens y a droit), en exposant des principes généraux de figuration destinés à représenter efficacement les "faits géographiques" essentiels. Qu’il s’agisse du choix de la légende ou de l’exécution du croquis le problème est double : être lisible, alors que l’on superpose des phénomènes, puisque la région est une "combinaison", et être pertinent, c’est-à-dire sélectionner les thèmes à représenter et les hiérarchiser correctement au vu de leur importance dans la "synthèse" régionale. La difficulté de la lecture, comme l’a relevé humoristiquement Jacques Bertin, est à la hauteur de l’ambition de l’exercice : elle commence par... comment faire pour enregistrer la légende ? (figure 2)

3D’autres livres sont à mille lieues, voire en d’autres lieux, dans cette géographie des années soixante qui, Outre-Atlantique, esquisse la "new geography". Regardant le monde d’un nouvel oeil (le nomothétique et l’espace), un William Bunge met la carte au coeur de l’analyse spatiale (figure 3) : objet de mesure, support d’échantillonnage, forme par excellence du méta-langage exigé par la Theoretical geography.

4Il existe en France une autre voie, didactique elle aussi, mais à l’écart de la géographie classique : les Leçons de cartographie thématique de Sylvie Rimbert (1967) empruntent un chemin de traverse. Sous le terme de leçon, on pourrait retenir surtout un aspect majeur du livre : l’intuition d’une nouvelle entité, qui a pour nom information. L’auteur exprime aussi l’idéal d’une "grammaire graphique" et, à titre d’exemple, corrige des cartes classiques, des représentations si admises que l’on n’en voyait pas l’illisibilité (figure 4).

5C’est de cette singularité du travail de J. Bertin que l’on essaie ici de rendre compte. Son livre ne se décodant pas aisément de l’intérieur car l’apparat critique y est peu présent, nous nous sommes appuyés sur une double enquête : entretien avec l’auteur sur la genèse de l’oeuvre, et recherche des traces de l’élaboration d’une innovation engagée dans un contexte, dans des interactions avec d’autres scientifiques, dans une humeur d’époque.

D’une formation classique à une pratique innovante

6L’invention de la sémiologie graphique s’ancre dans une formation classique puisque J. Bertin fait partie des premières générations d’élèves de l’Ecole de cartographie créée à l’Institut de géographie par Emmanuel de Martonne en 1934. L’objectif était d’y former des cartographes qui soient aussi géographes. Ils devaient acquérir les techniques classiques de l’époque : projection, tracés, lettre, couleur... La gradation des travaux s’achevait dans la réalisation d’une planche d’atlas, véritable chef d’oeuvre comportant une carte de synthèse entourée de divers cartons analytiques. La formation était orientée vers l’édition. C’est là que commença la vie active de l’un des deux premiers étudiants entrés à l’Ecole : chez Hachette.

7Nous avons retenu trois hypothèses conjointes pour expliquer le passage d’une formation classique à l’innovation. La première retient l’expérience d’une rencontre cruciale effectuée dans le monde de la recherche. Une interaction décisive semble s’être produite très tôt par rapport à la publication du livre, au début des années cinquante, lorsque J. Bertin, jeune chercheur au CNRS, participe à une équipe de recherche pluridisciplinaire dirigée par Paul-Henri Chombart de Lawe. Celui-ci mène une étude sur l’espace social de la région parisienne. Les nouveautés de la cartographie, les explications sur la nature du travail collectif, tout converge pour penser qu’une recherche cartographique spécifique a été induite par ce travail (figure 5). Nous y voyons trois facteurs, et d’abord les exigences d’un travail d’équipe, porteur d’une demande de langage commun : un langage qui soit le plus transparent possible afin de faciliter la communication entre chercheurs. Par ailleurs les sensibilités propres aux participants ont pu valoriser le rôle de la représentation visuelle : on connait l’intérêt que Chombart de Lawe a lui-même accordé à la vue verticale de la terre, comme en attestent, sur le registre de la sensibilité, l’éblouissement dont il a fait part en rappelant ses expériences visuelles de pilote d’avion et, sur le registre cognitif, son analyse des découvertes permises par la "vision aérienne". Vision aérienne, vision cartographique, visions panoptiques et sélectives... La troisième forme d’interaction reposerait sur l’analogie que l’on peut établir entre le projet cartographique de J. Bertin et la production théorique de Chombart de Lawe : d’un côté la conviction que le cartographe doit produire logiquement une synthèse, non pas en superposant les données sur un même fond, mais en produisant par la comparaison des cartes une démonstration logique ou du moins graphique ; de l’autre l’orientation du travail conceptuel du sociologue, qui traite de l’"espace social", comme d’un feuilletage ou d’une composition d’espaces différenciés : ceux du travail, de la résidence, des déplacements, etc.

8La deuxième piste situe la recherche de J. Bertin par rapport à une demande d’information territoriale normalisée. Celle-ci s’amplifie durant la décennie soixante, comme en témoignent les publications statistiques liées aux travaux du Plan et diverses réflexions consacrées à l’aménagement du territoire. Ainsi, publiée sous l’égide de la DATAR et de l’INSEE, Statistiques et indicateurs des régions françaises est l’une des premières revues officielles qui diffusent une cartographie standardisée en noir et blanc. Elle tranche vivement avec la réalisation d’atlas régionaux à laquelle tous les Instituts de géographie sont associés pendant la même décennie. La nouveauté du SIRF est telle qu’un "Avertissement cartographique" figure en tête de la publication : le nom de J. Bertin, "directeur du laboratoire de cartographie de l’Ecole pratique des hautes études" y est associé au "traitement graphique des informations" (figure 6). Ailleurs, dans d’autres observatoires de la vie politique comme l’Institut français d’opinion publique, l’usage d’une cartographie dite "automatique" se répand également. Une nouvelle ère de l’observation spatiale quantifée est ouverte.

9La troisième hypothèse accorde à la personne de Jacques Bertin sa responsabilité propre, celle d’un génie du visuel. Elle est confortée par des éléments biographiques : l'entrée de J. Bertin à l'école de cartographie relève pour une part du hasard, puisqu'il rencontre Emmanuel de Martonne sur l'insistance de sa mère, mais dans ce choix interviennent aussi des antécédents familiaux, un père peintre et un arrière grand-père architecte célèbre, Nicolas Ledoux. Enfin, on y ajoutera des dispositions certaines pour le dessin et la cartographie, matières qui valent au jeune Bertin un prix d'honneur en 1929 !

Le cheminement

10Si la Sémiologie Graphique se pose d'emblée en oeuvre majeure et accomplie, elle est le fruit d'une maturation progressive à partir des

11années cinquante, marquée par des moments de cristallisation de la réflexion. Ce cheminement peut être retracé à travers des publications peu connues.

12Une première étape, évoquée plus haut, correspond au travail réalisé autour de Chombart de Lauwe en 1952. J. Bertin, chargé de la "recherche graphique", veut résumer l'expression graphique en "quelques règles simples, confirmées par l'expérience", auxquelles s'ajouteraient un peu de technique et de l'esprit critique.

13Dans cette étude, on voit poindre le concept d'image à travers l'idée

14d'une "unité visuelle" vers laquelle il faut tendre. La réflexion s'organise beaucoup autour des figurés, mais la notion de variable visuelle est implicite à travers l'énoncé de trois "critères distinctifs des signes" : forme, valeur et scintillement (figure 7). Les propriétés des variables sont également abordées, "fusion" et de "sélection" préfigurant l'associativité et la sélectivité.

15Le nombre de variables s'élève progressivement. On en trouve cinq dans un document de 1954 (figure 8). Puis, dans une petite plaquette réalisée pour l'école Estienne en 1957, J. Bertin présente six variables sensibles, avec leur nom définitif (la "dimension" exceptée, qui deviendra la taille) et développe l'étude de leurs propriétés. En 1963 enfin, pour Gens d’image, il construit le tableau définitif des huit variables, tel qu'il figure plus tard dans son traité.

16D'autres aspects théoriques sont plus tardifs, ainsi en 1965, dans un article sur les conventions de forme publié dans Etudes Rurales, on rencontre une analyse de l'information en termes de composantes et d'invariant (avec l'exemple du cours d'une action), et surtout l'idée des questions pertinentes qui peuvent être posées à propos d'une construction graphique. J. Bertin décrit ici l'emboîtement des niveaux de lecture : élémentaire, régional ou global.

17Inutile de multiplier ces moments importants. L'étude du cheminement conduit surtout à souligner l'originalité et la personnalité du travail, dans sa construction progressive. L'article de 1965 dans Etudes Rurales nous paraît bien le symboliser, à travers le décalage considérable entre ce qu'on attendait de J. Bertin, à savoir un commentaire classique sur un "manuel international de signes et symboles pour l'agriculture", et ce qu'il rédige, une forte démonstration théorique sur les qualités de l'image.

Un ouvrage sans sources, mais qui rencontre plusieurs traditions

18Comme il a été remarqué à l'occasion de plusieurs recensions, la Sémiologie Graphique est un livre à part, surprenant, en particulier par son absence de notes et de bibliographie. Des sources sont cependant mentionnées par J. Bertin, dans le corps de l'ouvrage. On relève par exemple la référence aux travaux de Georges Zipf sur le langage, permettant d'introduire la notion d'efficacité, de coût mental, ou encore la mention de contributions sur le traitement par diagramme triangulaire, la réalisation des stéréogrammes, les méthodes de projection...

19Cependant, la réflexion de J. Bertin s'est moins édifiée à partir d'autres auteurs que d'une pratique. En ce sens, les sources essentielles seraient plutôt les nombreux documents graphiques qui illustrent le traité, construits par J. Bertin et ses collaborateurs du laboratoire de cartographie de l'Ecole pratique des hautes études, ou, au contraire, choisis pour symboliser les représentations inutiles et inefficaces. La sémiologie graphique relève aussi de la maîtrise d'un "métier", de l'expérience du dessinateur. Pour autant, cela ne coupe pas court à toute tentative d'épistémologie historique. L'ouvrage, au-delà de sa nouveauté, de son absence de références, peut être interprété à partir d'un contexte scientifique et intellectuel.

L'expansion de la sémiotique

20Avec Bertin, écrit Georges Mounin, la communication graphique a trouvé son Saussure. La comparaison est éloquente : le livre de J. Bertin s'inscrit dans le mouvement de réflexion sur la communication engagé avec le Cours de linguistique générale (1911), et correspond plus particulièrement à une expansion de la sémiotique dans les années 1960 et le début des années 1970. La sémiologie visuelle en est une des dimensions nouvelles et essentielles.

21Ainsi en 1961, se réunit à Milan une conférence internationale sur l'information visuelle, qui projette de créer un conseil international de recherche scientifique sur l'information visuelle. La période correspond à la parution de nombreuses contributions fondamentales, parmi lesquelles la Rhétorique de l'image et les Eléments de sémiologie de Barthes en 1964, les études de Louis Marin, Christian Metz, Bourdieu (sur la photographie), Gombrich et Panovsky (sur l'image artistique), etc. "La signification devient le mode de penser du monde moderne, un peu comme le "fait" a constitué précédemment l'unité de réflexion de la science positive".

22Plusieurs concepts ou expressions de l'ouvrage de J. Bertin pourraient être "traduits" en des termes empruntés à la linguistique, ou à la sémiotique générale. Ainsi l'information en plan du signifié, les moyens du système graphique en signifiant, les figurés en syntagmes, la longueur d'une variable en degrés discrets, etc. Pourtant C. Metz, qui rend compte de l'ouvrage de Bertin en 1971, pour les Annales E.S.C., souligne que l'auteur n'a pas éprouvé le besoin de se situer par rapport au mouvement général des théories et des procédures sémiologiques, ni d'utiliser un vocabulaire permettant ouverture et dialogue. J. Bertin le reconnaît d'ailleurs dans une réponse à C. Metz, en précisant que ses efforts pour appliquer les éléments de systèmes préalables ont été infructueux.

23Il reste que même si J. Bertin se refuse à s'y rapporter, son traité appartient définitivement à l'histoire de la constitution du champ sémiotique, et est cité comme tel dans les travaux modernes de philosophie ou d'analyse du langage visuel. Par ailleurs, J. Bertin faisait déjà effectuer à l'expression graphique un saut de l'empirique au théorique. On peut concevoir que la théorie générale de l'image, voire du signe, soit restée étrangère à son propos. Construire la discipline primait alors sur le dialogue entre les disciplines.

La vue, sens "actif et puissant"

24Autre processus innovateur de diffusion rapide, dans ces années soixante et soixante-dix, l'analyse mathématique et statistique dans les sciences sociales. Or J. Bertin propose, dans le cas des informations à plusieurs composantes, un traitement essentiellement visuel des données, par "matrices ordonnables" et "fichiers-images". Ce parti-pris du traité (et des publications postérieures) a été souligné et parfois reproché à l'auteur. Ainsi en 1975, Sylvie Rimbert écrit que dans la Sémiologie graphique, "des mots comme information, composante, niveau de l'ordre, réseau qui, pour certains, évoquent immédiatement l'entropie, l'analyse factorielle, l'échelle ordinale ou la théorie des graphes, gardent ici une simple valeur de description littéraire. Cette position de l'auteur a le grand avantage de rendre son livre accessible au lecteur non mathématicien (...), mais bien des chercheurs regretteront que tant d'excellentes idées n'aient pas bénéficié d'une bonne maîtrise de la statistique (...)".

25Le choix de J. Bertin relève-t-il d'un rejet des mathématiques ? Celles-ci faisaient partie de sa formation de cartographe, à travers la géographie mathématique (la géodésie et les projections), enseignée par Lambert. Bien qu'il ait trouvé cet enseignement trop lourd et peu utile, J. Bertin conçoit d'ailleurs plusieurs méthodes de projections dans les années cinquante. Mais incontestablement, il s'inscrit dans une autre pratique que la "quantitative". Le discours sur les diagrammes et les cartes est, depuis le XVIIIe siècle, traversé par une valorisation de la vue. Ainsi l'écossais W. Playfair, à la fin du XVIIIe siècle, explique l'utilité des diagrammes par la supériorité de l'oeil et qualifie la vue de sens "actif et puissant". En témoigne encore Alexandre de Humboldt, qui estime que les moyens graphiques jettent de la lumière sur les phénomènes, portent dans l'esprit "cette conviction intime qui accompagne toujours les notions que nous recevons immédiatement par les sens."

26J. Bertin développe une philosophie semblable. On relève dans sa contribution à l'ouvrage de Chombart de Lauwe les expressions : "il faut que la donnée soit visible", "il faut susciter l'intérêt visuel", obtenir "la meilleure visibilité critique"... Il s'en remet à l'oeil, "l'oeil du peintre", celui qui ne pose jamais une touche sans regarder en même temps ce qu'il y a autour. Etre cartographe, c'est savoir dessiner avant tout. L'oeil, la main et l'esprit se forment ensemble, comme il était affirmé au XVIIIe siècle dans les écoles de dessin, ou au XIXe dans le cadre des formations aux arts mécaniques et aux métiers. Jacques Bertin accorde à la vue le même rôle essentiel dans le traitement des données - question de tradition, et question de sensibilité.

27Il n'est pas question ici d'apprécier la sémiologie graphique a posteriori, à l'aune de connaissances ou de tendances actuelles. Le recul historique nous fournit des clés, et aide surtout à relativiser certains discours de spécialistes de la carte, peut-être trop absolus ou trop positivistes. Le traité de J. Bertin apparaît à la fois fermé et ouvert. Fermé, parce que l'auteur expose un système fini, sans introspection ou états d'âme, sans questions ou hypothèses. Le ton est celui de l'assertion, puisqu'il s'agit d'exposer des résultats et des règles. Mais un discours scientifique, si élaboré soit-il, n'est qu'un moment de la pensée. La variable temps est une dimension fondamentale du savoir. Notre analyse renvoie ici aux développements de Bruno Latour, sur l'opposition entre la "science faite" et la "science en train de se faire". L'exemple des variables est significatif. Leur tableau n'est pas donné, complet et absolu, d'emblée et une fois pour toutes. Il s'est construit et complété. Il comprend des variables dites naturelles, et d'autres élaborées. Cette seule notion implique d'ailleurs que l'on peut, ou pourra, en élaborer d'autres. Ceci conduit au second point : le traité est ouvert, demande à être relu, complété, prolongé. Il appelle des développements nouveaux de la part des disciples comme des hérésiarques. C'est en évitant un propos conforme, ou conformiste, et en abordant certains de ses axiomes comme des hypothèses heuristiques, que l'on rendra le mieux hommage à cet ouvrage majeur qu'est la Sémiologie graphique, trente ans après sa première publication.

(Extrait de la jaquette du livre de J. Bertin, Diagrammes, réseaux, cartographie. Sémiologie graphique, 1967).

Figure 1. Des points...

Figure 1. Des points...

 (Extraits de R. Brunet, Le Croquis de géographie régionale et économique, 1962 et de J. Bertin, "Recherche graphique", in P.-H. Chombart de Lawe et al., Paris et l’agglomération parisienne, t. 2, 1952).

Figure 2. De la légende...

Figure 2. De la légende...

(Figures de W. Bunge, Theoretical geography, 1962).

Figure 3. Carte et méta-carte...

Figure 3. Carte et méta-carte...

(Extrait de S. Rimbert, Leçons de cartographie thématique, 1967)

Figure 4. Pour une grammaire logique...

Figure 4. Pour une grammaire logique...

(Extrait de P.-H. Chombart de Lawe et al., Paris et l’agglomération parisienne, t. 1, 1952).

Figure 5. Recherche cartographique...

Figure 5. Recherche cartographique...

(Page de Statistiques et indicateurs des régions françaises, Projet de loi de finances 1969).

Figure 6. Cartographie automatique...

Figure 6. Cartographie automatique...

(Extrait de J. Bertin, "Recherche graphique", in P.-H. Chombart de Lawe et al., Paris et l’agglomération parisienne, t. 2, 1952).

Figure 7. Trois critères distinctifs...

Figure 7. Trois critères distinctifs...

(Extrait d’un "tirage laboratoire", 1954, communiqué par J. Bertin)

Figure 8. Cinq variables...

Haut de page

Table des illustrations

Crédits (Extrait de la jaquette du livre de J. Bertin, Diagrammes, réseaux, cartographie. Sémiologie graphique, 1967).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 1. Des points...
Crédits  (Extraits de R. Brunet, Le Croquis de géographie régionale et économique, 1962 et de J. Bertin, "Recherche graphique", in P.-H. Chombart de Lawe et al., Paris et l’agglomération parisienne, t. 2, 1952).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/554/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 2. De la légende...
Crédits (Figures de W. Bunge, Theoretical geography, 1962).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/554/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3. Carte et méta-carte...
Crédits (Extrait de S. Rimbert, Leçons de cartographie thématique, 1967)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/554/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 4. Pour une grammaire logique...
Crédits (Extrait de P.-H. Chombart de Lawe et al., Paris et l’agglomération parisienne, t. 1, 1952).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/554/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 5. Recherche cartographique...
Crédits (Page de Statistiques et indicateurs des régions françaises, Projet de loi de finances 1969).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/554/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 6. Cartographie automatique...
Crédits (Extrait de J. Bertin, "Recherche graphique", in P.-H. Chombart de Lawe et al., Paris et l’agglomération parisienne, t. 2, 1952).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/554/img-7.png
Fichier image/png, 8,6k
Titre Figure 7. Trois critères distinctifs...
Crédits (Extrait d’un "tirage laboratoire", 1954, communiqué par J. Bertin)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/554/img-8.png
Fichier image/png, 9,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Palsky et Marie-Claire Robic, « Aux sources de la sémiologie graphique », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, Colloque "3O ans de sémiologie graphique", document 147, mis en ligne le 17 novembre 2000, consulté le 01 août 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/554 ; DOI : 10.4000/cybergeo.554

Haut de page

Auteurs

Gilles Palsky

Université de Paris-Val-de-Marne

Articles du même auteur

Marie-Claire Robic

CNRS, Epistémologie et histoire de la géographie (E.H.GO), URA 1243 (Université de Paris I, CNRS) 9 rue Malher, 75181 Paris cedex 04

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page