Navigation – Plan du site
2007-2006
Ambulantage et métropolisation

Ambulantage et métropolisation

Jérôme Monnet

Texte intégral

  • 1  Pour une présentation contextualisée de ce néologisme, cf. Monnet, J., « L’ambulantage : représent (...)

1« L’ambulantage1 » renvoie bien sûr au commerce ambulant, mais ce néologisme a pour but de dépasser la vision trop restrictive qui se concentre exclusivement sur les vendeurs ambulants en les associant le plus souvent à l’économie dite informelle ou souterraine. Cependant, il ne s’agit pas ici de nier l’importance de cette économie, que les conditions de la globalisation postfordiste et du capitalisme flexible semblent favoriser. De fait, les articles réunis dans ce dossier parlent tous de vendeurs informels, qui opèrent dans les rues de New York, de Mexico ou de Rio de Janeiro.

2En parlant d’ambulantage, nous voulons attirer l’attention sur un champ plus large, celui des relations marchandes qui s’effectuent dans les espaces de circulation ouverts au public. Aux côtés des vendeurs, ce sont donc les autres usagers et acteurs de la rue qui apparaissent enfin dans nos analyses : les clients ambulants, d’abord, issus du flux des voyageurs du quotidien, qu’ils soient automobilistes, piétons ou passagers des transports collectifs ; mais aussi les représentants des autorités publiques ou privées, policiers ou vigiles, ainsi que les entreprises, petites ou grandes, ayant pignon sur rue ; sans oublier les médias, qui contribuent à structurer la représentation publique de ces espaces partagés et des transactions qui s’y déroulent.

  • 2 Cf. Ethington, Ph. & Schwartz, V. (eds.), Atlas of Urban Icons: Studies in Urban Visual History. Mu (...)

3Ces divers acteurs se distinguent, entre autres dimensions, par la variété de leurs échelles et de leurs processus de territorialisation. A New York, l’emblématique carrefour de Times Square voit non seulement converger des foules de touristes et badauds avec des citadins qui vaquent à leurs occupation, mais il est aussi la scène d’un subtil chassé-croisé entre les forces de l’ordre (qui relèvent ici d’un partenariat public-privé) appliquant la nouvelle politique de « redéveloppement » du quartier, et des camelots issus de l’immigration sénégalaise et appartenant à la diaspora mouride (article de Tonnelat). Ce micro-territoire urbain inscrit dans un macro-territoire réticulaire est aussi une icône urbaine2 relayée globalement sur les chaînes de télévision et sur Internet, via les caméras qui filment le site en continu.

4Ce chassé-croisé devient un ballet réglé par la corruption et/ou la tolérance des autorités à Mexico, lorsque les policiers font semblant de faire déguerpir les vendeurs ambulants appelés localement « toreros » (article de Monnet, Giglia & Capron). L’histoire urbaine montre néanmoins que la violence est souvent présente, dans la rue comme dans les médias (article de Alba, Exbalin & Rodríguez sur Mexico, article de Gomes & Reginensi sur Rio de Janeiro).

  • 3  Cf. Ascher, F., Métapolis ou l’avenir des villes. Paris : Odile Jacob, 1995, 348 p. ; Lacour, C. (...)
  • 4  Cf. Allemand, S., Ascher, F. & Lévy, J. (coords.), Les sens du mouvement. Modernité et mobilités d (...)

5Les conflits reflètent une tension exacerbée par les conditions dans lesquelles se réalisent actuellement la métropolisation. Les transformations économiques, sociales et spatiales3 des villes induisent, entre autres conséquences, une intensification des mobilités4 qui entraîne à son tour une demande de biens et services par les voyageurs du quotidien (information, alimentation, achats opportunistes, etc).

  • 5  Cf. Lautier, B., « Le léopard et la panthère écossaise. Mondialisation, éclatement spatial et frac (...)

6Ces transformations impliquent également une flexibilisation et une précarisation du travail5 qui débouchent en partie sur ces emplois de colporteurs qui répondent à des demandes de la clientèle. Or, cette adéquation entre une demande et une offre ambulantes se produit dans un contexte où l’action publique est plus (Mexico, Rio) ou moins (New York) dépassée par les événements : d’une part parce que la légitimité de l’intervention publique est questionnée par les entreprises qui voient dans l’ambulantage un marché potentiel, d’autre part parce que ce commerce offre à ses clients des services et à ses vendeurs des emplois qu’ils ne trouvent pas ailleurs.

7C’est pourquoi, dans le contexte de la métropolisation contemporaine, il nous semble important d’élargir l’analyse des transactions ambulantes à l’ensemble du champ des relations entre commerce, espace public et mobilités urbaines. Ce champ est dynamique, chacun de ces termes connaissant une redéfinition sociale permanente de ses formes et de ses significations. L’une des vertus de l’article de Alba, Exbalin et Rodríguez est précisément de remettre en perspective sur trois siècles les représentations sociales iconographiques des vendeurs ambulants et de leur interaction avec l’environnement urbain. Cette perspective nous oblige à sortir des causalités simples, comme celle qui fait du marchand ambulant, soit une victime de la pauvreté, soit au contraire un délinquant, et nous permet de le réinsérer dans un tissu dense de relations sociales.

8Bref, il s’agit ici, en historicisant l’ambulantage, de le « resocialiser » et de le « reterritorialiser ». Les carrefours de Mexico ou de New York, tout comme la plage de Copacabana à Rio, offrent alors des points d’entrée dans le système socio-urbain, ce qui permet de dépasser l’anecdotique et le particulier pour saisir des processus qui « travaillent » toutes nos villes.

  • 6  Centre d’Etudes Mexicaines et Centraméricaines (CEMCA), Universidad Autónoma Metropolitana-Iztapal (...)

9Les articles qui composent ce dossier de Cybergeo ont été tirés de communications présentées au Séminaire international « Commerce et mobilités urbaines à l’heure de la métropolisation » (Mexico, 11-13 juillet 2005)6. Ces textes ont été soumis à la procédure normale de validation par la revue, avec une double évaluation scientifique. Avec ce dossier, Cybergeo contribue au programme d’activités qui accompagne l’exposition « La rue est à nous… tous ! », organisée par l’Institut pour la Ville en Mouvement à l’Ecole d’Architecture de Paris-Val de Seine (www.larueestatous.com)

10Sommaire

Haut de page

Notes

1  Pour une présentation contextualisée de ce néologisme, cf. Monnet, J., « L’ambulantage : représentations du commerce ambulant ou informel et métropolisation ». CyberGEO : Revue européenne de géographie n°355, 17 oct. 2006, 20 p. [http://193.55.107.45/articles/355.pdf]

2 Cf. Ethington, Ph. & Schwartz, V. (eds.), Atlas of Urban Icons: Studies in Urban Visual History. Multimedia Companion to Special Issue of Urban History, May 2006, vol. 33, n°1 [http://journals.cambridge.org/fulltext_content/supplementary/urban_icons_companion/index.htm]

3  Cf. Ascher, F., Métapolis ou l’avenir des villes. Paris : Odile Jacob, 1995, 348 p. ; Lacour, C. & Puissant, S. (coord.), La métropolisation : croissance, diversité, fractures. Paris : Anthropos, 1999

4  Cf. Allemand, S., Ascher, F. & Lévy, J. (coords.), Les sens du mouvement. Modernité et mobilités dans les sociétés urbaines contemporaines. Paris: Belin/ Institut pour la Ville en Mouvement/ Colloque de Cerisy, 2004, 336 p ; Bondue, J.P. (dir.), Temps des courses, course des temps, Lille : Université des Sciences et Techniques, 2004, 333 p.

5  Cf. Lautier, B., « Le léopard et la panthère écossaise. Mondialisation, éclatement spatial et fractionnement social dans les métropoles latino-américaines », in : Osmont A. & Goldblum Ch. (dir.), Villes et citadins dans la mondialisation. Paris : Karthala/GEMDEV, 2003, p.51-89 ; Lipietz, A., "Avoiding Megapolization : the Battle of Île-de-France", European Planing Studies, vol.3, n°2, 1995 [http://lipietz.net/?article573]

6  Centre d’Etudes Mexicaines et Centraméricaines (CEMCA), Universidad Autónoma Metropolitana-Iztapalapa, Universidad Iberoamericana.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Monnet, « Ambulantage et métropolisation », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 21 avril 2007, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5565 ; DOI : 10.4000/cybergeo.5565

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page