Navigation – Plan du site
2007
372

Le rayonnement spatial des villes tunisiennes à travers la diffusion des entreprises multi-établissements pour l’innovation

The Spatial Influence of the Tunisian Cities through the diffusion of innovative multiplant firms
Amor Belhedi
Traduction(s) :
The spatial influence of Tunisian cities via the diffusion of innovative multi-site companies

Résumés

Le rayonnement spatial des villes se manifeste à travers la diffusion des innovations, des activités modernes et rares et du réseau des sociétés à établissements multiples. L’analyse de la diffusion  nous éclaire sur la dynamique spatiale récente en Tunisie,  les modèles de cette diffusion, les changements apportés à la hiérarchie urbaine et le déclassement inéluctable de certains centres au profit d’autres.

Ce texte analyse la diffusion des activités novatrices, modernes et rares en Tunisie et leurs réseaux d’établissements entre 1997 et 2004. Il montre que la diffusion spatiale suit un schéma hiérarchique  au niveau national tandis qu’au niveau régional, c’est la proximité qui joue le plus. Sur un autre plan, la ville de Sousse paraît  renforcer sa place par rapport à  la seconde ville de Sfax alors que  le littoral se trouve toujours privilégié par ce processus préfigurant ainsi l’espace de la Tunisie de demain.

Haut de page

Texte intégral

1La dynamique spatiale exprime l’ajustement incessant de l’espace pour répondre aux besoins sans cesse revisités de la société et de l’économie, aux sollicitations des acteurs sociaux et des forces en présence et aux modifications de la hiérarchie urbaine et des zones d’influence correspondantes. Cette dynamique peut être exprimée par de nombreux indicateurs et étudiée selon diverses problématiques et approches (Belhedi A. 1992a, 1996b, 2004, 2005), la diffusion spatiale des services et des innovations et l’implantation des représentations des entreprises en constituent une des voies privilégiées, utilisée pour analyser le rayonnement spatial des villes.

2La diffusion est à la fois l’action et le résultat de se répandre et de se propager dans le temps et l’espace, elle s’exprime par le déplacement des innovations quelque soit leur nature dans l’espace et le processus de leur expansion. L’implantation d’une nouvelle activité ou forme, d’un nouvel équipement ou service dans un ou plusieurs lieux correspond à une diffusion spatiale qu’il convient d’étudier pour comprendre la logique, les étapes, les formes et les processus et en relever les effets sur l’espace, les villes et le système urbain.

3Pour exprimer cette dynamique, nous avons retenu la diffusion spatiale des activités qui répondent à trois critères conjointement ou séparément : les activités modernes comme les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication), les activités rares comme la haute couture, la mode, les bureaux de Conseil et le matériel médical ou les nouvelles activités implantées récemment comme les Conseils d’Etude et d’Emploi à l’Etranger. Ces activités sont l’apanage des centres les plus dynamiques du pays, leur implantation spatiale est sélective et reflète l’attractivité différentielle des villes et des espaces. L’analyse de la localisation de ces activités nous renseigne sur les ajustements opérés dans le système urbain tant au niveau de la hiérarchie que des relations tissées entre les différents centres.

4La diffusion des innovations technologiques, loin d’être assimilée au processus de modernisation qui recouvre une signification plus large intégrant les mentalités, le comportement et les pratiques, est de nature à nous renseigner sur les centres et les espaces les plus réceptifs et attractifs du pays. Il s’agit simplement d’analyser le schéma d’implantation et de diffusion de ces innovations en relation avec le système urbain et la structure spatiale du pays.

5D’autre part, les entreprises et les sociétés à représentations (agences, établissements, filiales et revendeurs) constituent un moyen d’encadrement spatial à travers la mise en réseau des lieux permettant aux sièges sociaux et aux villes qui les abritent d’être à la tête de véritables réseaux. Ces réseaux d’entreprises constituent une des facettes non négligeable de la hiérarchie urbaine qui n’est que la combinaison de nombreux réseaux imbriqués et diversifiés d’institutions, d’influences, de personnes, d’organisations et d’entreprises aussi bien privées que publiques, anciennes et modernes, relevant d’activités banales et anomales à la fois.

6L’analyse des étapes de diffusion spatiale de ces activités et de ces réseaux nous permet de saisir les schémas de diffusion, de suivre les changements apportés à la hiérarchie urbaine notamment à son sommet et de relever la dynamique différentielle des villes à travers le processus de reclassement, même relatif, quipréfigure l’ordre spatial de demain.

7Comment s’opère la diffusion spatiale des innovations et selon quels canaux s’opère-t-elle? Comment se fait la diffusion spatiale des représentations des entreprises et comment se distribuent leurs revendeurs ? S’agit-il d’un schéma de diffusion hiérarchique par percolation descendante et par sauts à travers le système urbain ou plutôt d’une diffusion par proximité, par contagion dans le voisinage où la distance joue le rôle de friction?

8La notion de diffusion est associée à celle de l’innovation qui s’exprime par l’introduction du nouveau, encore inconnu dans un ordre déjà établi, un milieu dont l’évolution ne peut être qu’affectée irréversiblement. La littérature est suffisamment abondante en la matière pour trop s’y attarder depuis les travaux de T. Hägerstrand (1952, 1966) jusqu’aux travaux plus récents d’études spécifiques de certains cas (Agossou N. S-A.N. 2004, Assalin S. 1999, Aydalot Ph. 1984, Berry B. J.L. 1992, Dumolard P. 1999, Eliot E. 1999, 2000, Ferderwisch J. et Zoller G.H, Foltête J. Ch. 2002, Gay J. Ch. 2001, Haggett P. 1973, Hudson J.C. 1972, Planque B. 1984, Remy G. 2002…).

9Il est certain que beaucoup d’aspects seraient à envisager tellement la question est complexe comme la nature des entreprises et leur structure, l’analyse nuancée selon les activités et le statut juridique, l’emploi commandé ou la production réalisée... On se limitera dans ce texte à étudier le processus de diffusion spatiale des activités modernes, récentes et rares et la mise en place des réseaux d’entreprises en Tunisie en essayant d’en relever, à la fois, les retombées spatiales futures et les inerties passées sur le système urbain et le fonctionnement spatial. Auparavant, il y a lieu de préciser la méthode utilisée pour analyser le processus de diffusion et saisir le rayonnement spatial des villes.

Méthode d’approche

10Les activités modernes et rares marquent l’espace et préfigurent celui de demain. C’est le cas par exemple des NTIC, la mode, les grandes surfaces, les cosmétiques et la haute couture, les surfaces spécialisées, les universités et la formation ciblée, les finances et le leasing, les activités de conseil et d’études, la formation à distance et le télétravail… Elles sont le vecteur de l’ordre spatial naissant, sont très liées au marché de consommation (concentration de la population et son niveau d’urbanisation) et au niveau de vie des populations.

11Ces activités organisent l’espace par leur système de représentation (succursales, agences, filiales, établissements, revendeurs…) qui assure la mise en réseau des lieux et la polarisation différentielle de l’espace au profit de certains centres qui abritent la tête de ces réseaux (les sièges sociaux) ou en assurent le relais (succursales, filiales, agences...).

  • 1 - La plupart des journaux et magazines ont été dépouillés pour relever la localisation des entrepri (...)
  • 2 - Les premiers éléments de ce travail ont été exposés dans A. Belhedi - 2001 : Littoralisation et m (...)

12Dans ce texte, on se propose d’analyser la diffusion spatiale des activités modernes, rares et récentes et leurs réseaux d’implantation sur une période de sept ans, allant de 1997 à 2004 sur la base d’un dépouillement systématique de la presse nationale1, des Pages Jaunes, des annuaires économiques et téléphoniques de la Tunisie2. Le travail a consisté à noter les lieux d’implantation et leur évolution, le lien avec l’entreprise (siège, établissement, agence, succursale, filiale, SAV, Show Room, revendeur). Les nouvelles implantations requièrent un intérêt particulier même si la nature de l’activité est ancienne comme les chaînes de distribution de grandes surfaces à l’instar de celles des magasins Monoprix ou Magasin Général dans la mesure où leur réseau d’implantation répondait aux préoccupations des années 1960 et 1970 beaucoup plus qu’à celles de la dynamique urbaine actuelle. Les créations des années 2000 reflètent la dynamique urbaine et spatiale actuelle et portent en elles-mêmes la configuration de l’espace de demain.

  • 3 - L’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA).
  • 4 - Sommet Mondial de la Société de l’Information, la première phase a eu lieu en Suisse, la seconde (...)

13Il est vrai que les sources utilisées ne sont pas exhaustives mais l’analyse des données du Patronat3, montre que la représentativité de notre base de données est de près de 60%. L’Annuaire Tunisien des Entreprises TIC, publié à l’occasion du SMSI 2 de Tunis en novembre 20054 a mentionné la présence de 625 entreprises dans le domaine des TIC dont 325 dans les services et l’ingénierie informatique avec un emploi de 6124 personnes. Il dresse la liste de 360 entreprises ce qui nous donne un taux de représentativité de 57,6% du secteur si on se base sur le chiffre avancé par l’Annuaire (MTC, 2005).

14Au niveau de la qualité de l’information, nous estimons que la plupart des importantes entreprises se trouvent bien représentées dans la mesure où elles figurent au niveau de la publicité de la presse écrite, dans les Pages Jaunes mais aussi dans l’Annuaire ci-dessus indiqué.

15On a distingué trois niveaux hiérarchiques de représentation :

  • les sièges sociaux des entreprises, qu’elles soient à établissement unique ou à multi-établissements,

    • 5 - Le Service Après Vente de l’entreprise qui peut être dissocié du siège ou des autres établissemen (...)

    les représentations directes des entreprises qui regroupent les établissements, les succursales, les agences, les filiales, les show-room et les SAV5,

    • 6 - La filiale est une entreprise créée par l’entreprise mère et a souvent une raison sociale, totale (...)

    les revendeurs6.

16La distinction entre ces niveaux nous permet de nuancer la nature des liens qui se tissent entre les centres urbains en l’absence d’autres données comme l’emploi, l’investissement ou la production, susceptibles de mieux saisir l’intensité du commandement économique (Hayder A.1985, Belhedi A.1992a). Les données disponibles ne nous permettent pas non plus dans la plupart des cas d’analyser le phénomène de rayonnement et de diffusion en fonction de la nature de l’entreprise (publique ou privée, anonyme, sarl, familiale…).

17Si le lieu de localisation des sièges sociaux des entreprises et leur nombre expriment l’intensité du rayonnement spatial des centres urbains qui les abritent, les représentations (toutes formes confondues) permettent de cerner cet espace de rayonnement et la mise en réseau de l’espace. En moyenne, une entreprise à représentations correspond à 3.6 établissements (Siège social, agence, établissement, SAV ou show-room…) ce qui permet au lieu qui abrite le siège social de l’entreprise de rayonner sur plus de trois lieux commandés et de se doter ainsi d’un certain pouvoir sur les lieux commandés.

18Dans la plupart des cas, la concentration des populations, leur niveau de vie et la taille des centres urbains semblent être derrière cette dynamique spatiale, l’implantation différentielle des innovations et la mise en place des réseaux d’entreprise. La diffusion de ces innovations est certes liée aux clivages spatiaux passés et actuels, elle préfigure aussi l’ordre spatial de demain.

Du clivage Nord-Sud au clivage Est-Ouest

19A l’inégalité Nord-Sud, plutôt imputée à la nature et à l’histoire (peuplement, colonisation), s’est substituée une inégalité Est-Ouest plus marquée et symbolique de la Tunisie indépendante (Belhedi A. 1992a, 1999, 2005).

20La Tunisie est passée en l’espace d’un demi siècle d’un clivage fondamentalement Nord-Sud à un clivage marqué par l’opposition Est-Ouest. Le clivage Nord-Sud est façonné par la nature, notamment les ressources pédo-hydro-édaphiques qui régressent du Nord au Sud selon les trois régions naturelles (Tell, Steppes et Sud), l’opposition Est-ouest existe mais est moins marquée et a une origine plutôt historique liée à l’ancienneté du peuplement sur le littoral notamment oriental. La colonisation qui a concerné le Nord en particulier là où il y a les terres les plus fertiles, a renforcé ce gradient Nord-Sud tandis que l’ancienneté de l’occupation explique le gradient Est-Ouest. La carte des densités de population reflète clairement cette double gradation Nord-Sud et Est-Ouest du peuplement et la distribution des densités n’a pas été trop bouleversée depuis (carte 1).

Carte 1 : Densité de la population par gouvernorat

21L’évolution de la Tunisie indépendante a été marquée par un double clivage spatial : le développement du littoral et le renforcement de la Capitale Tunis (Belhedi A. 1992a) que ce soit sur le plan agricole, industriel ou sur celui des services et des infrastructures (tourisme, ports et aéroports…).

Carte 2 : Urbanisation et villes de plus de 8000 hab. en 2004

  • 7 - De nombreux indicateurs expriment ce clivage notamment en matière de dépense, de niveau de dévelo (...)

22Le taux d’urbanisation peut constituer un indicateur synthétique du niveau de développement socio-économique atteint par une région ou un espace donnés en dépit de toutes les réserves qu’on peut formuler. La carte du taux d’urbanisation exprime clairement ce clivage Est-Ouest7 avec une situation intermédiaire du Sud où l’habitat groupé et le semis urbain sont importants (carte 2).

23Sur un autre plan, la distribution des villes montre clairement ce clivage littoral-intérieur et la concentration des villes sur le littoral oriental, notamment au Nord autour de Tunis et au Centre autour de Sousse, tandis que la seconde ville Sfax reste isolée (carte 2).

24Que ce soit la densité de peuplement ou le niveau d’urbanisation, la consommation apparaît au centre de la dynamique de la diffusion des innovations, des activités modernes et rares et derrière le développement des réseaux d’entreprises.

Des activités modernes, anomales et de haute technologie

25La majorité des activités retenues expriment en fait, un triple processus : la diffusion des innovations, l’amélioration du niveau de vie de la population et la satisfaction de nouveaux besoins sociaux :

    • 8 - Fournisseurs de Services Internet.

    Certaines activités expriment la diffusion des innovations à travers les nouveaux produits et les services nouveaux et rares comme les NTIC : l’informatique, les sites web et l’internet (les Publinet, les cybercafés, les clubs informatiques pour enfants…), les FSI8 (Planet, Globalnet, Topnet, Hexabyte, Tunisnet…), les télécommunications et la téléphonie mobile (Netphone, Starphone, Syscom, TTA, ElectroCom, FonoGSM, GSM House, GSM Services, Maalouf Telecom…), les logiciels (GPS, SIM, Ideryet, Majoul…).

  • D’autres activités expriment plutôt l’amélioration du niveau de vie de la population et le développement de la consommation comme c’est le cas de l’électroménager, la climatisation, la vente de voitures, les cosmétiques, la haute couture ou le prêt à porter (Makni, Du Pareil au Même, Fantasia, Gasoil, M Barkous, Mabrouk…) avec des marques mondialement connues comme Celio, Benetton, Certo, Yves Saint Laurent, Yves Rocher, Dior ou les activités de finance et de leasing (Tunisie Leasing, ATL…).

  • Le système commercial a répondu à cette tendance par le développement du commerce spécialisé et intégré à la fois comme les magasins spécialisés qui ont fait leur apparition tout récemment, particulièrement dans la Capitale Tunis. C’est le cas par exemple des magasins spécialisés (ABC…) dans le bricolage, les piscines, le jardinage (Espace Vert, NaturLand), les bateaux de plaisance ou l’informatique (Media Stores,…).

26Certaines activités reflètent plutôt la situation d’un marché de l’emploi saturé où les diplômés du supérieur ont commencé depuis quelques années à rencontrer des problèmes pour trouver du travail. Il faut signaler que l’université tunisienne délivre annuellement plus de 40000 diplômes ce qui dépasse largement les capacités du marché de l’emploi. Dans ce cadre, des programmes d’aide à l’insertion des diplômés du supérieur ont été mis en place depuis plus d’une dizaine d’années. Ainsi, de nombreux services ont vu le jour récemment pour répondre à ces nouveaux besoins, c’est le cas par exemple des Conseils pour l’Emploi (CE) ou l’Emigration (en direction du Canada en particulier).

27Le processus a même touché le domaine des études supérieures ou spécialisées et de nombreux bureaux de Conseil pour les Etudes à l’Etranger (CEE) ont fait leur apparition notamment pour les études en Ukraine, en Russie, puis au Canada et plus récemment en Allemagne et en France : TunisAfrica Services, WSC, El Faouz, CEE, Acces Canada, Mahfoudh International Services… Ce sont plutôt les espaces lointains qui ont suscité d’abord l’intérêt et le besoin de créer de tels services d’approche du fait des difficultés rencontrées par de telles démarches pour ceux qui veulent poursuivre leurs études à l’étranger mais ce sont aussi de nouvelles destinations pour les Tunisiens qui ont vu les pays d’accueil traditionnels fermer hermétiquement leurs portes depuis le début des années 1970, particulièrement la France qui constitue la destination privilégiée du fait de la langue, de la présence d’une importante communauté tunisienne et des liens historiques qui se sont tissés entre les deux pays.

28Il faut signaler que les études à l’université tunisienne sont régies depuis le milieu des années 1970 par un système d’orientation au baccalauréat ce qui fait que beaucoup de bacheliers n’obtiennent pas les filières qu’ils souhaitent et ceux qui ont les moyens matériels préfèrent continuer leurs études à l’étranger dans des filières que leur score ne leur permet pas d’obtenir en Tunisie comme la médecine, la pharmacie ou le sport... Comme l’obtention d’un visa et l’inscription à l’étranger posent des problèmes parfois insurmontables, de nombreux bureaux de conseil ont été créés pour assurer de tels services (constitution du dossier, inscription, logement, assurance…). Un processus similaire concerne aussi l’emploi à l’étranger et l’émigration définitive (sélection, visa, contrat de travail, papiers…).

29Les données montrent l’importance du secteur de la téléinformatique et l’apparition de nouvelles formes de commerce (tab.1) qui étaient absentes de la scène il y a quelques années, notamment à Tunis où le processus est plus avancé que dans les autres grandes villes tunisiennes comme Sfax, Sousse, Gabes ou Nabeul… L’annuaire des TIC a relevé une cinquantaine de centres d’appels implantés surtout dans la capitale (MTC, 2005).

Tableau 1 : Distribution des entreprises selon les secteurs d’activité

  • 9 - Il s’agit surtout de l’informatique, des télécommunications, d’Internet, du matériel scientifique (...)
  • 10 - Il s’agit essentiellement de la climatisation, l’électroménager, la haute couture, les voitures e (...)
  • 11 - Elles sont représentées par les magasins spécialisés, les conseils études et emploi, la sécurité (...)

30Près des deux tiers des entreprises correspondent à trois champs d’activité : les activités modernes et hightech9 représentent près de 26%, les activités liées à l’amélioration du niveau de vie de la population10 avec 27% tandis que les nouvelles formes commerciales11 forment 13%, les autres activités représentent près de 34% (tab.1). Sur un autre plan, aussi bien les sièges sociaux que les établissements correspondants se trouvent très concentrés dans l’espace privilégiant le sommet de la hiérarchie urbaine et le littoral.

Un espace de commandement et de diffusion très concentrés  

31L’espace de commandement exprimé par les sièges sociaux et l’espace commandé représenté par les établissements, les représentations ou les filiales sont très concentrés au profit de la capitale Tunis et les premières villes du pays.

La totalité des sièges sociaux dans les trois premières villes  

32La totalité des entreprises recensées se répartit entre les trois premières villes de Tunis, Sfax et Sousse exprimant une forte concentration des sièges sociaux (115 entreprises en 2002 et 135 en 2004). La Capitale accapare 87% de ces sièges sociaux laissant peu de chose aux deux autres villes de Sousse et Sfax qui n’arrivent à capter que 7% et 6,1% respectivement (carte 3).

33Aucun autre centre urbain n’émerge et des villes comme Gabes, Bizerte ou Nabeul n’attirent aucun siège social. Si on assiste à un desserrement en bas de l’échelle suite aux processus de déconcentration et de décentralisation administrative et universitaire entamés dès le début des années 1970 et à la diffusion des services et des équipements de type banal, on constate que la concentration est très claire au niveau des activités modernes, de pointe, de haute technologie ou rares. Au niveau des sièges sociaux des sociétés à représentations, Sousse apparaît légèrement plus attrayante que Sfax (7% contre 6,1%) dont la place semble reculer par rapport à la situation des années 1970 et 1980 (DAT 1973, Belhedi A. 1992a) ce qui est susceptible de modifier les rapports entre les villes du sommet de la pyramide urbaine suite probablement à une dynamique plus élevée de Sousse en matière de sièges sociaux.

Carte 3 : Sièges sociaux et établissements commandés par les villes de Tunis, Sfax et Sousse

34L’espace d’implantation des établissements commandés par la Capitale est représenté par les établissements dont le siège social est à Tunis et sont implantés soit dans la ville même (carte 4, cercle vide), soit dans les autres centres (cercles pleins). Il se concentre sur la façade littorale, plus particulièrement à Sfax et Sousse.

Carte 4 : Etablissements commandés par Tunis

Avancée relative de Sousse ou recul relatif de Sfax ?

35La ville de Sousse semble attirer plus de sièges sociaux d’entreprises à représentations que Sfax (carte 5), même si la différence reste tout de même fort négligeable en nombre. Cette légère avance de la ville de Sousse est relativement nouvelle si on examine l’évolution des deux villes jusque là pour de nombreux autres indicateurs socio-économiques et d’équipement socio-collectifs étudiés par différentes sources (Belhedi A. 1992, DAT 1973, COGEDRAT 1985, DGAT 1996). Elle exprimerait probablement un peu le blocage de la seconde ville du pays (Sfax) et/ou la relance toute relative certes de la troisième ville (Sousse).

  • 12 - Les établissements universitaires privés qui sont habilités depuis 2004, reçoivent les étudiants (...)

36L’écart observé n’est pas encore très important, voire négligeable, mais on peut y voir le début d’un processus de remodelage du système urbain tunisien, même limité, où Sousse gagne un peu de terrain comparativement à Sfax. Cette situation se retrouve confirmée aussi par la création d’établissements universitaires privés12, l’installation d’une radio privée en 2006.

37Sur un autre plan, les centres touristiques (Hammamet, Sousse, Jerba) montrent aussi de leur côté, une attractivité relativement élevée comparativement à leur taille ou leur position dans la hiérarchie urbaine nationale (carte 7, cf. § 5.2). Le développement touristique de Sousse (station touristique de Kantaoui), n’est pas étranger probablement à cette relative attractivité de la ville comparativement à Sfax.

38Nous estimons qu’on a là une piste très sérieuse de recherches futures susceptibles d’éclairer la situation de l’armature urbaine tunisienne, de déceler son évolution récente et de saisir les mutations actuelles et latentes.

Carte 5 : Commandement de Sousse et Sfax en 2006

Un espace de diffusion concentré à son tour : 77% dans les 3 premières villes

  • 13 - Ils sont 465  au début de l’année 2005

39L’espace de commandement de ces entreprises est constitué par l’espace d’implantation des représentations correspondantes, des établissements et des filiales. La distribution des 415 établissements commandés13 montre que 45 % se concentrent à Tunis, 19% à Sfax et 13% à Sousse.

Tableau 2 : Distribution des 415 établissements selon les villes

40Les trois premières villes du pays représentent 77% des établissements commandés ce qui exprime une forte concentration de l’espace commandé. Le hiatus est très important entre la capitale et les deux villes de Sfax et Sousse. Il l’est aussi entre ces dernières villes et les autres villes tunisiennes, Bizerte n’attire que 14 et Nabeul seulement 13 établissements (tab. 2).

41En réalité, la distribution des sièges sociaux et des établissements de ces activités reflète d’une manière très claire la hiérarchie urbaine tunisienne caractérisée par une très grande primatie de Tunis et la faiblesse des villes intermédiaires (Belhedi A. 1992, 2004). Le tableau 3 montre un rapport étroit entre le poids démographique des principaux centres urbains et le nombre des établissements commandés qu’ils abritent.

Tableau 3 : Population 2004 et nombre d’établissements commandés par les principaux centres urbains

  • 14 - La relation est la suivante : E = 0,0943 P + 0,3794 avec E : Le nombre d’établissements, P : la p (...)

42L’analyse des vingt premières villes, dont la plupart sont des chefs-lieux de gouvernorat, des centres touristiques (Hammamet, Jerba, Monastir, Zarzis) ou des centres industriels et actifs (Zarzis, Ml Bourguiba, Moknine, Msaken), montre que le nombre d’établissements est fortement corrélé avec la taille de la ville avec une corrélation de 0,96 et une variance expliquée de 93,2%14. Des villes comme Gabes, Kairouan, Gafsa, Mednine, Zarzis  Ml Bourguiba apparaissent sous représentées par rapport à leur population tandis que Bizerte, Nabeul, Hammamet et Monastir, des centres touristiques et proches de Tunis ou de Sousse, ont un nombre élevé comparativement à leur taille. La faiblesse de Moknine, Ml Bourguiba et Zarzis trouverait probablement son explication dans la proximité de centres plus importants représentés par Monastir ou Sousse, Jerba et Bizerte.

43Cette concentration urbaine se double aussi d’une forte concentration spatiale au profit du littoral tant au niveau des lieux d’implantation que de la qualité des représentations.

Une dynamique littorale

44L’analyse de la localisation des sièges sociaux des entreprises uni- ou multi-établissements montre que la dynamique se focalise sur le littoral.  

Une concentration littorale

  • 15 - Les entreprises informatiques y comprises.

45La carte 4 montre la prépondérance du littoral oriental en général et la place privilégiée de la Capitale, Sfax et Sousse dans l’implantation des entreprises informatiques (carte 6.1) et des sociétés à représentations15 (carte 6.2). Les villes intérieures n’apparaissent même pas pour l’informatique, timidement pour les entreprises à représentations. En outre, l’évolution de la distribution spatiale des sociétés à représentations depuis 1997 (carte 8) montre clairement que les foyers littoraux se sont renforcés davantage.

Carte 6 : Répartition des entreprises informatiques et à représentations

Place privilégiée des centres touristiques 

46Les centres touristiques comme Jerba, Hammamet attirent une dizaine d’établissements (tab. 2) et viennent avant des centres largement plus importants comme Gabes, Nabeul, Bizerte ou Kairouan qui n’abritent que 7 à 8 établissements. Cette situation s’explique par le marché de consommation des villes touristiques qui attirent ce type d’activités liées à un niveau de vie, de consommation et de communication plus élevé. L’exemple des cosmétiques en est représentatif, la ville de Hammamet par exemple abrite deux magasins Biogénie pour un à Jerba et un autre à Tunis. La carte 4 montre deux exemples de diffusion spatiale littorale : l’une concerne les GSM Motorola, la seconde est liée aux centres touristiques (Tunis, Hammamet, Sousse et Jerba) et intéresse les cosmétiques (Biogénie et Chevignon).

Carte 7 : Deux exemples d’implantation spatiale

Faiblesse des villes intérieures, un clivage significatif et symbolique

47La faiblesse des villes intérieures est sans conteste. La première ville intérieure qui émerge du lot est Kairouan avec 7 établissements tandis que Sidi Bouzid, Kef ou Beja n’arrivent à attirer que 3 établissements seulement. Gafsa, au Sud Ouest, n’arrive qu’en dernière position avec un seul établissement. Sur un total de 415 établissements, seulement 20 se trouvent implantés dans une ville intérieure, soit  4,8% du total  ce qui exprime un décalage d’autant plus grave qu’il concerne les activités modernes et rares qui esquissent l’espace de demain. L’annuaire tunisien des TIC à la fin 2005 recense 13 sur un total de 345, soit 3.8% (MTC, 2005).

48Le clivage littoral-intérieur est hautement symbolique de la Tunisie actuelle et celle de demain, il est appelé à se creuser encore davantage avec l’insertion croissante du pays dans l’économie mondiale et l’ouverture des frontières sur l’Union Européenne prévue pour 2008. Les différentes cartes montrent bien la primauté du littoral et le clivage Est-Ouest. La Chaîne de grande distribution de détail Bonprix n’est présente que sur la bande littorale tandis que la marque informatique Aster exprime autrement ce clivage littoral-intérieur dans la mesure où l’entreprise Aster (siège et agences) se localisent sur le littoral tandis que ses revendeurs se trouvent plutôt à l’intérieur et au Sud.

49L’analyse de la localisation des sièges sociaux des entreprises en 1997 (carte 8) et en 2003 (carte 6) montre qu’il y a un processus de concentration plus poussé entre ces deux dates.

Carte 8 : Sièges sociaux des entreprises à représentations en 1997

50Ce clivage Est-Ouest ne fait que reproduire, en réalité, le schéma de diffusion séculaire en Tunisie des différentes innovations depuis plus d’un siècle et un espace dual à évolutions divergentes : un espace arrimé extraverti sur le littoral et une marge délaissée à l’intérieur (Belhedi A.1980, 1996c).

La reproduction d’un modèle de diffusion

51Dans une étude sur le rail (Belhedi A.1980), nous avons montré que le tracé des voies ferrées en 1902 (carte 8) préfigurait déjà l’espace tunisien futur et la route (carte 9b) allait suivre le chemin déjà tracé par le rail (Miossec JM et Signoles P. 1976, Belhedi 1981).

  • 16 - Le réseau autoroutier, qui ne date que des années 1980, reprend exactement le même schéma littora (...)

52L’analyse des différents réseaux comme le réseau routier (carte 9b) et autoroutier ensuite16, montre que les mécanismes d’accumulation spatiale jouent fortement en faveur des espaces nantis et équipés et se trouvent derrière les processus de divergence spatiale entre le littoral et l’intérieur d’un côté, la Capitale Tunis et le reste du pays de l’autre (A. Belhedi 1992, 2005).

Carte 9a – Diffusion du réseau ferroviaire 1980-1930

Carte 9a – Diffusion du réseau ferroviaire 1980-1930

Carte 9b – Diffusion du réseau réalisé en 1930 (Sce : A. Belhedi 1981)

  • 17 - Avant cette date, Tunisie Télécom  jouissait du monopole dans le secteur des communications fixes (...)

53L’examen de la diffusion actuelle du réseau du second opérateur de téléphonie mobile (Tunisiana) installé au début de 200317, montre un schéma de diffusion analogue à celui du rail, de la route et de l’autoroute : un axe littoral oriental avec des pénétrantes est-ouest suivant la vallée de Mejerda au Nord et l’axe diagonal Tunis-Gafsa vers le Sud-Ouest (cartes 10a, b et c). Un schéma esquissé en l’espace de deux ans seulement contre cinquante années pour le rail et trente pour l’autoroute…

54A différentes échelles, la diffusion des innovations privilégie toujours, à des degrés divers certes et à défaut de correction spatiale, les espaces les mieux placés ce qui instaure un cercle vicieux de convergence spatiale entre les espaces centraux, utiles et dynamiques et les espaces marginalisés, périphériques et délaissés ce qui permet à certains centres de se doter d’un certain pouvoir à travers leur rayonnement territorial et leur commandement économique.

Carte 10 : Evolution du taux de couverture du réseau GSM Tunisiana 2003 – 2004

(a) mai 2003 (a), (b) juin 2003 (b), (c) 2004

55Cette primauté du littoral et des premières villes du pays reconduit les clivages spatiaux à travers le rayonnement spatial différentiel des villes et des espaces qui se trouvent mieux outillés pour commander le reste du pays. Elle instaure une certaine inertie spatiale au profit des espaces nantis et mieux placés au niveau de l’interface des divers systèmes socio-économiques (économie mondiale/économie locale, têtes des divers réseaux, foyers récepteurs-émetteurs d’innovations…) assurant à ces centres une large assise au niveau du rayonnement économique territorial.

Le rayonnement économique territorial 

  • 18 - On pourrait aussi ajouter les revendeurs qui constituent un maillon de représentation indirecte d (...)

56Le rayonnement économique territorial d’une ville peut être mesuré par le nombre de représentations commandées par les sièges sociaux des entreprises qu’elle abrite : agences, établissements, filiales… Le réseau de représentations d’une entreprise peut être subdivisé, au moins, en trois segments formés par  le siège social de l’entreprise, les agences et les établissements de la même entreprise, les filiales18. Le rapport entre ces différents niveaux exprime le degré de rayonnement et la capacité d’encadrement territorial d’une entreprise donnée et par conséquent de la ville du siège social où elle est implantée. Plus ce rapport est élevé et plus l’entreprise (la ville) rayonne sur son environnement et commande des espaces plus étendus et des centres plus nombreux à travers les ordres donnés (production, commercialisation…) mais aussi l’emploi commandé, les salaires distribués, les revenus drainés ou l’investissement effectué sur les lieux mêmes d’implantation de ses représentations, établissements, annexes, voire les revendeurs de ses produits et services.

57Tunis détient le rôle central dans cet encadrement territorial national, elle abrite 87% des sièges, 45% de l’ensemble des établissements et 42,4% des établissements commandés, le rapport  entre le nombre d’établissements et celui des sièges sociaux est de 1,87. Lorsqu’on sait que la plupart des établissements tunisois relèvent d’entreprises locales, on peut dire qu’en moyenne une entreprise enferme deux établissements dont un est souvent localisé sur le même lieu que le siège. Ce qui est différent pour les deux autres villes, où le niveau élevé de ce rapport (11,3 pour Sfax et 6,75 pour Sousse) exprime plutôt une forte dépendance des entreprises dont le siège est situé souvent à Tunis.

58La place de Sousse apparaît relativement plus confortable comparativement à Sfax puisque le rapport établissements/sièges y est de 6,75 contre 11,3 (tab. 4). Si le nombre de sièges est quasiment identique (7 et 8), ce rapport montre que Sfax est un espace plus commandé par Tunis que Sousse au niveau du nombre des établissements par siège social (in situ ou hors siège). Cette situation confirme probablement la relative attractivité de Sousse constatée ci-dessus (cf. § 4.2).

Tableau 4 : Sièges sociaux, nombre total d’établissements et établissements commandés à Tunis, Sfax et Sousse

59L’implantation spatiale différentielle des innovations en matière d’infrastructure de communication matérielle (rail, route, autoroute…) et immatérielle (GSM) et la mise en place des réseaux de représentations des entreprises oeuvrant dans les activités modernes, récentes et rares à la fois sont à l’origine d’une dynamique spatiale différenciée à l’échelle nationale, régionale et urbaine. L’analyse du schéma de diffusion spatiale dans le temps est de nature à nous éclairer davantage sur ce processus.

Les processus de diffusion: la hiérarchie d’abord, la proximité ensuite

60L’analyse de la diffusion dans le temps de plusieurs activités et réseaux d’entreprise montre que le modèle dominant de diffusion spatiale est plutôt hiérarchique. Il est cependant souvent perturbé par l’intervention du processus de diffusion par proximité notamment autour des principaux centres récepteurs-émetteurs comme Sfax ou Sousse.

Le processus hiérarchique agit au niveau national

  • 19 - La chaîne Batam est un exemple tunisien de réussite fulgurante récente de la grande distribution (...)

61La diffusion s’opère à travers la hiérarchie urbaine qui représente le vecteur principal de diffusion des innovations et des représentations par percolation. Tunis constitue le foyer de base d’émission de l’innovation et joue le rôle de relais de l’étranger pour la  plupart des innovations qui sont introduites de l’extérieur (représentations de certaines marques informatique, de cosmétiques…). C’est le tour ensuite et dans la plupart des cas de la seconde ville Sfax suivie par Sousse. On retrouve ensuite des villes comme Bizerte ou Gabes et des centres parfois plus petits pour certaines activités plus ubiquistes et moins rares comme le secteur de la distribution (réseau Monoprix et Magasin Général…) ou de téléphonie mobile. L’exemple des réseaux des Magasins Fatales (cosmétiques) et Media Stores (magasins informatiques de la chaîne Batam19), quoique très limités à quatre villes, représentent bien ce schéma de diffusion hiérarchique (carte 11).

Carte 11 : Etapes d’implantation des Magasins Fatales. Diffusion hiérarchique

62Des écarts à ce schéma hiérarchique sont observés cependant au profit de certains centres comme Sousse ou Kairouan ou aux dépens d’autres villes moins importantes et qui s’expliquent par l’intervention de nombreux facteurs comme l’origine géographique des chefs d’entreprises et les liens familiaux.

La diffusion par proximité à l’échelle régionale et locale

63Au niveau régional et local, la diffusion se fait ensuite par proximité ou voisinage, de proche en proche, autour des grands centres récepteurs, devenus à leur tour des centres d’adoption et d’émission des innovations.

64Dans ce cadre, Tunis rayonne tout autour en s’appuyant sur les villes de couronnes comme Bizerte, Nabeul, Hammamet, Slimane, Fahs, Mateur ou Grombalia, voire plus loin encore des villes comme Beja, Bousalem, Jendouba et Kef. La ville de Sousse se trouve relayée dans la région du Sahel par des centres proches comme Monastir, Mahdia, Msaken, Ksar Helal ou Sahline tandis que la ville de Sfax s’appuie sur les centres proches de Hencha et Mahres ou plus lointains et plus importants à la fois comme Gabes, Gafsa ou Sidi Bouzid.

65Au niveau régional, le processus de voisinage l’emporte alors qu’au niveau national, c’est le processus hiérarchique qui domine donnant lieu souvent à un schéma assez complexe.

Un schéma de diffusion assez complexe

66En réalité, le processus de diffusion est loin d’être simple, régi par une seule logique qu’elle soit économique ou spatiale, hiérarchique ou de proximité. Il y a en fait plusieurs facteurs qui y interfèrent donnant souvent lieu à un schéma mixte.

Une combinaison des deux schémas

67Les deux mécanismes de diffusion se trouvent souvent  imbriqués dans le temps et dans l’espace rendant le schéma de diffusion assez complexe et nuancé d’une ville à l’autre, et d’une activité à l’autre. Le mécanisme de proximité joue au niveau régional tandis que le schéma hiérarchique est plus privilégié au niveau national. La diffusion à partir de la Capitale Tunis de trois réseaux est indicative de la combinaison de ces deux processus à la fois :

  • L’exemple des Magasins Bonprix (Chaîne de Distribution de Grandes Surfaces) est significatif de l’évolution de l’économie (chaînes commerciales et holdings), de la société (développement de la consommation et fréquentation des Grandes Surfaces) et de l’espace (mise en réseau de l’espace) en Tunisie au cours de ces dernières années. La diffusion du réseau s’est opérée à partir de Tunis (carte 12) selon un schéma hiérarchique touchant la seconde ville du pays Sfax dans un premier temps, pour s’implanter ensuite dans des centres plus proches de Tunis comme Bizerte, Nabeul et Hammamet dans une seconde étape. La troisième étape a concerné un centre plus proche encore (Zaghouan) pour toucher en quatrième phase des villes plus éloignées comme Sousse, voire encore plus comme Jerba et Mahdia successivement en 5° et 6° étapes. Cette diffusion s’est faite néanmoins en parallèle avec le renforcement des noyaux déjà en place à Tunis, Sfax et Sousse.

Carte 12 : Schéma de diffusion mixte. Réseau des magasins Bonprix

  • Le réseau de représentations d’Aster (matériel informatique) montre qu’après une diffusion hiérarchique à travers les trois villes de Tunis, Sfax puis Sousse, il y a une diffusion au profit des centres proches de Tunis comme Bizerte et Hammamet.

  • L’exemple de Fujitsu-Siemens (matériel informatique) est indicatif aussi de cette interférence entre les deux processus de diffusion. Le principe hiérarchique a guidé l’implantation du réseau d’abord à Tunis, puis Sfax et enfin Sousse. Dans une étape postérieure, le réseau s’est implanté autour de la ville de Sousse en particulier à Monastir et Kairouan (carte 13).

  • L’exemple des représentations et des revendeurs d’Aster (informatique) appartient aussi à ce schéma mixte.

Carte 13 : Schéma mixte de diffusion. Revendeurs de Fijutsu-Siemens

L’origine géographique des responsables

68L’appartenance géographique des responsables d’entreprises explique à son tour certaines déviations dans ce schéma de diffusion en donnant la priorité à certaines localités situées en bas de l’échelle urbaine ou assez éloignées des foyers récepteurs-émetteurs, que ce soit en termes d’étape de diffusion (dans le temps), d’importance (taille ou nombre d’établissements implantés) ou d’espace d’implantation (plusieurs lieux choisis). Des villes comme Grombalia, Nabeul, Mateur, Jerba, Sahline, Msaken ou Mahdia apparaissent ainsi sur certains réseaux alors que ni la hiérarchie urbaine, ni leur proximité, ni l’économie locale, ni le niveau de vie n’expliquent une telle position privilégiée dans le processus de diffusion. L’origine géographique de certains responsables de l’entreprise concernée introduit ainsi un certain biais dans le schéma de base simple (hiérarchique ou de proximité) ou combiné.

Conclusion

69La diffusion spatiale des activités modernes et rares, au même titre que la mise en place des réseaux d’entreprises à représentations (agences, établissements, filiales, SAV, Show-room, revendeurs) exprime la dynamique spatiale à l’oeuvre dans l’espace tunisien. Elles esquissent, dans une certaine mesure, l’espace de demain et expriment les forces en présence et la dynamique différentielle des centres urbains.

70L’analyse de l’implantation des différents réseaux a montré que l’espace de rayonnement et de commandement des sièges sociaux est très concentré dans la capitale qui dépasse de très loin les villes de Sfax et Sousse avec une dynamique, relative et limitée certes, de Sousse comparativement à Sfax. En outre, le clivage entre le littoral et l’intérieur est appelé à s’aggraver dans les années à venir avec l’ouverture croissante du pays sur l’économie mondiale et la mise en place définitive de l’Union Douanière avec l’Europe prévue pour 2008 (Belhedi A. 2001).

71L’étude a révélé aussi que la diffusion spatiale suit plutôt le schéma hiérarchique au niveau national avec une diffusion de proximité à l’échelle régionale et locale. L’origine géographique de certains responsables ou patrons d’entreprise intervient pour expliquer l’implantation dans certains lieux qui ne sont ni importants dans la hiérarchie, ni proches des centres de commande ou d’émission si ce ne sont par les affinités d’appartenance, d’allégeance ou de clientélisme qu’il faudrait étudier plus en détail.

72L’examen de la diffusion des infrastructures de communication en cours ou projetées comme le réseau autoroutier ou le réseau de téléphonie mobile de l’opérateur Tunisiana ont permis de voir clairement que ce qui se fait de nos jours n’est que la reproduction de l’ordre spatial passé et présent et préfigure dans une certaine mesure celui de demain. Le projet autoroutier n’est que le support de la mobilité de demain, mobilité de la frange motorisée de la population qui privilégie plutôt les centres les plus connectés et les mieux placés sur ce réseau autoroutier même s’il reste limité tout en contribuant à déclasser, même faiblement, les centres non reliés. La carte de diffusion du réseau Tunisiana prend le pays en écharpe, donnant la priorité au littoral et aux axes pénétrants Est-Ouest le long de la Mejerda au Nord et de la GP3 en direction du Sud Ouest, reproduisant l’espace le plus dense et le plus dynamique de tout temps, en constituant une réplique de l’ordre spatial déjà instauré auparavant par le rail et la route, avec la différence que le rythme s’accélère.

Haut de page

Bibliographie

Agossou N. S-A.N. – 2004 : Dynamique spatiale à Porto-Novo : les effets de la diffusion des produits pétroliers Kpayo. L’Espace Géographique, n° 4, 265-281.

Assalin S. – 1999 : Les directions des migrations : la diffusion des noms de famille de la France du Sud-Est. Mappemonde, Fasc. 56, n° 4, p 6

Aydalot Ph. – 1985 : Economie régionale et urbaine. Economica.

Belhedi A. – 2005 : Dynamique économique régionale. Traits et tendances récentes. Analyse structurelle-résiduelle. Cybergeo, n° 310, 09/05/2005. http://193.55.107.45/articles/310.pdf

Belhedi A. - 2004 : Le système urbain tunisien. Analyse hiérarchique démo-fonctionnelle sur la base de la loi rang-taille. Cybergeo, N° 258, 09/02/2004, 22 p. http://193.55.107.45/articles/258.pdf

Belhedi A. – 2001 : Littoralisation et mondialisation. L’état des lieux et les enjeux. Revue Tunisienne de Géographie, 30, 1996, pp : 9-52

Belhedi A. – 1999a : Les disparités spatiales en Tunisie. L’état des lieux et les enjeux. Méditerranée, 1-2.

Belhedi A. – 1999b : Les niveaux de développement en Tunisie. Analyses comparatives de trois méthodes classificatoires. Revue Tunisienne de Sciences Sociales  119, 11 – 38.

Belhedi A. – 1998 : Les niveaux de développement socio-économique régional en Tunisie. Cahiers du CERES (Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales), série Géographique, n° 20, 15 – 78.

Belhedi A. – 1996a : Développement régional, rural, local. Cahiers du CERES, Série Géographique n° 17, 351p, Tunis

A Belhedi – 1996b : Urbanisation, polarisation et développement régional. RTSS, 110, 1992, pp : 111-144

Belhedi A. – 1996c : Littoralisation et mondialisation. L’état des lieux et les enjeux. RTG, 30, 1996, pp : 9-52. En fait le texte est publié en 2000.

Belhedi A. – 1992a : L’organisation de l’espace en Tunisie. Publications de la FSHS, Tunis.

Belhedi A. – 1992b : La système urbain tunisien. Croissance urbaine et structuration hiérarchique. RTG, 21/22, pp : 177-191.

Belhedi A. – 1992c : Urbanisation, polarisation et développement régional. RTSS, 110, 1992, pp : 111-144

Belhedi A. – 1980 : Transport et organisation de l’espace : Chemin de fer et espace tunisien. PUT, FLSH. Tunis.

Belhedi A. – 1981 : La simulation : méthode d’expérimentation en sciences sociales et humaines : l’exemple des réseaux de Transport. Revue Tunisienne de l’Equipement. Tunis, n° 35, Pp : 50-64.

Berry B. J.L. – 1972 : Hierarchical diffusion : The basis of development filtering and spread in a system of cities. In Hansen N. (eds) “growth centers in regional economic development” Free Press

COGEDRAT – 1985: Schéma National d’Aménagement du Territoire. Volume national. Tunis.

DAT – 1973 : Villes et développement en Tunisie. Tunis. 5 Volumes.

DGAT – 1996-1997 : Schéma National d’Aménagement du Territoire (SNAT). 1 ère et 2ème Phases.

Dumolard P. – 1999 : Accessibilité et diffusion spatiale. L’Espace Géographique, 205-214

Eliot E. – 2000 : La propagation du VIH en Inde : test d’un modèle de gravitation. L’Espace Géographique, 255-262.

Eliot E. – 1999 : La diffusion du Sida en Inde. Mappemonde, fasc. 3, p 1.

Federwisch J. et Zoller G. H.  (eds) : Technologies nouvelles et ruptures régionales. Paris, Economica.

Ferras R. – 1987 : La diffusion spatiale de l’innovation. L’Espace Géographique, XVI, 240.

Foltête J. Ch. – 2003 : Reconstitution d’une diffusion spatiale à partir d’une succession d’états. L’Espace Géographique, 4, 171-183.

Gay J. Ch. – 2001 : La diffusion du tourisme dans l’archipel comorien. Mappemonde, fasc. 64, n° 4, p 15.

Hagerstrand T – 1952: The Propagation of innovation waves. Lund Studies in Geography, Serie B, Human Geography, 4, pp. 3-19. cité in Haggett P 1973

Hagerstrand T. – 1966: Aspects of the spatial structure of the social communication and the diffusion of information. Papers and Proceedings of the Regional Science Association. PPRSA

Haggett P. – 1973 : Analyse spatiale en géographie humaine. A Colin, Paris.

Hayder A. – 1985 : Le commandement des entreprises et l’organisation de l’espace en Tunisie. in RTG, n° 14, pp : 95 – 143.

Hudson J. C. – 1972: Geographical Diffusion Theory. Northwestern University Studies in Geography, n° 19, 179 p.

INS : Recensement de la population et de l'habitat  1984, 1994, 2004

La presse: Différents journaux quotidiens et hebdomadaires La Presse, Le Temps, Essabah, Essahafa, Les Annonces, Le Quotidien, Réalités, L’Expert, L’Economiste....

MESRST - 2004 : Guide de l’orientation universitaire 2004. DAE.

Miossec J.M. et Signoles P. - 1976 : Les réseaux de transport en Tunisie. Cahiers d’Outre-Mer., 114, pp : 151-194.

MTC – 2005 : Annuaire tunisien des entreprises TIC. UTICA, SMSI, Tunis, 167p.

Planque B. – 1984: Technologies nouvelles et réorganisation spatiale. in Aydalot Ph. (édit) « Crise et espace ». Economica.

PTT : Pages Jaunes, Annuaire téléphonique.

Pumain D. – 1990 : Analyse des distributions spatio-temporelles, application à l’épidémiologie. L’Espace Géographique, XIX-XX, 187-188.

Ravel L. – 1996 : La diffusion du football de haut niveau en France. Mappemonde, fasc. 2, p: 14

Remy G. – 2002 : Mobilité des personnes et diffusion du Sida en Afrique de l’Ouest. L’Espace Géographique, 253-263

Tunisie Télécom : Annuaire téléphonique de différentes dates (Tunis, Tunisie), 1997, 2000, 2004, 2006

UTICA : Annuaire Economique de la Tunisie. 1997-2005

Haut de page

Notes

1 - La plupart des journaux et magazines ont été dépouillés pour relever la localisation des entreprises, leurs représentations, filiales ou revendeurs : La Presse, Essabah, Es Sahafa, Le Renouveau, Le Temps, Les Annonces, Le Quotidien, Réalités, L’Expert, L’Economiste...

2 - Les premiers éléments de ce travail ont été exposés dans A. Belhedi - 2001 : Littoralisation et mondialisation. L’état des lieux et les enjeux. RTG, 30, 1996, pp : 9-52.

3 - L’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA).

4 - Sommet Mondial de la Société de l’Information, la première phase a eu lieu en Suisse, la seconde à Tunis.

5 - Le Service Après Vente de l’entreprise qui peut être dissocié du siège ou des autres établissements.

6 - La filiale est une entreprise créée par l’entreprise mère et a souvent une raison sociale, totalement ou partiellement, différente tandis que la représentation est une agence de l’entreprise mère, une direction régionale ou locale. Le revendeur est une entreprise indépendante qui assure la revente et la distribution des produits d’une autre entreprise qui porte une raison sociale différente.

7 - De nombreux indicateurs expriment ce clivage notamment en matière de dépense, de niveau de développement, des équipements socio-collectifs et des ménages. Cf. A. Belhedi 1999a & b, 1998.

8 - Fournisseurs de Services Internet.

9 - Il s’agit surtout de l’informatique, des télécommunications, d’Internet, du matériel scientifique et médical.

10 - Il s’agit essentiellement de la climatisation, l’électroménager, la haute couture, les voitures et les cosmétiques.

11 - Elles sont représentées par les magasins spécialisés, les conseils études et emploi, la sécurité et le gardiennage, la photo et la plaisance.

12 - Les établissements universitaires privés qui sont habilités depuis 2004, reçoivent les étudiants bacheliers selon un système d’orientation qui ne concernait jusque là que l’université publique. Dans le guide de l’orientation universitaire 2004, on relève 13 établissements et 11000 étudiants à Tunis, 2 et 1165 à Sousse, 2 et 825 à Sfax (MESRS, 2004).

13 - Ils sont 465  au début de l’année 2005

14 - La relation est la suivante : E = 0,0943 P + 0,3794 avec E : Le nombre d’établissements, P : la population en milliers d’habitants (cf. tab. 3).

15 - Les entreprises informatiques y comprises.

16 - Le réseau autoroutier, qui ne date que des années 1980, reprend exactement le même schéma littoral avec des pénétrantes transversales comme l’a fait déjà le rail, il y a plus d’un siècle. L’ossature de base étant constituée par la voie littorale de Tunis à Msaken qui va être prolongée vers Gabes jusqu’à la frontière libyenne (11ème Plan 2007-2011). En 2004, la liaison Tunis-Bizerte vient d’être achevée et une transversale le long de la moyenne vallée de Mejerda en direction de Beja et Jendouba est ouverte en 2006.

17 - Avant cette date, Tunisie Télécom  jouissait du monopole dans le secteur des communications fixes et mobiles et assurait la couverture de l’ensemble du territoire. En 2003, un opérateur privé a été introduit sur le marché, représenté par Orascom  (Egypte) qui commercialise le label Tunisiana.

18 - On pourrait aussi ajouter les revendeurs qui constituent un maillon de représentation indirecte de l’entreprise dans les lieux où elle ne peut pas être présente. Le cas du réseau de l’entreprise Aster par exemple est significatif. Les agences de l’entreprise se localisent sur le littoral (Tunis, Sfax, Sousse, Hammamet, Bizerte) en plus de Kairouan à l’intérieur tandis que ses revendeurs se trouvent essentiellement à l’Ouest (Kef, Gafsa), au Sud (Gabes, Jerba) en plus des centres littoraux de Tunis, Sfax, Mahdia, Monastir.

19 - La chaîne Batam est un exemple tunisien de réussite fulgurante récente de la grande distribution et des magasins spécialisés (elle a connu plus récemment de grandes difficultés). Elle dispose d’une chaîne variée de Grandes Surfaces (Bonprix), de produits électroménagers (Kindeland), de produits pour enfants (FuturKids) et de matériel informatique (Media Stores).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-3.png
Fichier image/png, 28k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-4.png
Fichier image/png, 148k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-5.png
Fichier image/png, 274k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-6.png
Fichier image/png, 218k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-7.png
Fichier image/png, 26k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-8.png
Fichier image/png, 38k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-9.png
Fichier image/png, 200k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-10.png
Fichier image/png, 154k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-11.png
Fichier image/png, 193k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-12.png
Fichier image/png, 257k
Titre Carte 9a – Diffusion du réseau ferroviaire 1980-1930
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-17.png
Fichier image/png, 15k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-18.png
Fichier image/png, 194k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-19.png
Fichier image/png, 178k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5607/img-20.png
Fichier image/png, 194k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amor Belhedi, « Le rayonnement spatial des villes tunisiennes à travers la diffusion des entreprises multi-établissements pour l’innovation », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 372, mis en ligne le 16 avril 2007, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5607 ; DOI : 10.4000/cybergeo.5607

Haut de page

Auteur

Amor Belhedi

Faculté des Sciences Humaines & Sociales, Université de Tunis Amor Belhedi, Faculté des Sciences Humaines & Sociales de Tunis. 94, Boulevard 9 avril 1938. 1007 - Tunis. Tel : (+216) 71560950 – Fax : (+216) 71567551amorbelhedi@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page