Navigation – Plan du site
Quel découpage régional pour la France ?

Redécoupage des limites régionales, ou coopération interrégionale ? Le cas de la Bretagne

Jean-Louis Guigou

Texte intégral

Introduction. Les questions de limites ne sont plus stratégiques

1Le terme de redécoupage ne me plait pas du tout. Il laisse croire que l'on pourrait découper les régions comme une galette des rois – dans n'importe quel sens et n'importe comment. C'est stupide, aberrant ! Il s'agit d'une facilité de langage trompeuse, mais commode.

2En effet, l'espace est structuré en territoires vécus et organisés par les hommes à travers leur urbanisation, la distribution des villes et des campagnes ; à travers leurs échanges et leurs mobilités ; à travers enfin l'exercice de leur autorité et leur solidarité. La Nation est l’exemple le plus parfait de ce qu’est un « territoire ». C'est un système de solidarité et d'identification qui reste puissant (« je suis français », « je suis anglais ») parce qu’il s'est façonné au cours de l'histoire à travers des guerres, pour lesquelles il y a eu des morts et pour lesquelles les citoyens paient des impôts. La Commune reste aussi un territoire d'identification très fort. Les territoires – la Nation, les communes – sont des « êtres à sang chaud » dont les frontières sont connues et défendues avec passion. On ne découpe pas un territoire. On le constate.

3A l’opposé, l’espace est une notion fonctionnelle et administrative : on parle d’espace piéton, d’espace aérien, d’espace maritime… Ce sont des étendues homogènes et continues, peu structurées.  Ce sont des « êtres à sang froid » que l’on peut découper, si ce n’est n’importe comment mais à tout le moins en respectant un minimum de règles.

4Entre les territoires vraiment identifiés qui se constatent (Nations, Communes…) et les espaces fonctionnels qui peuvent se découper (espace aérien, espace maritime, espace piéton, espace de la voiture), il y a toute une série de délimitations administratives dont certaines relèvent plus des territoires (les Régions et les Pays) et d’autres d’espaces, purement fonctionnels, comme l’espace départemental ou l’espace intercommunal.

5Mais limitons la réflexion aux seules vingt-deux régions administratives métropolitaines françaises. Le découpage de 1956 est purement fonctionnel, sans aucun respect des identités et des organisations territoriales. Poursuivant une tradition multiséculaire, le pouvoir jacobin d’alors n’avait qu'un principe : diviser pour régner. C’est ainsi que certaines régions renvoient à des dénominations historiques et identitaires fortes comme l’Alsace, la Bretagne, l’Auvergne, la Provence… mais sans en avoir les limites géographiques. Et d’autres sont considérées plutôt comme des espaces fonctionnels comme la région Centre, l’Ile-de-France, Rhône-Alpes, ressemblant plutôt à des additions de départements.

6Des lors, faut-il ouvrir le vaste chantier des découpages régionaux (pour certaines) et celui de la reconnaissance des territoires régionaux (pour les autres) ? Faut il privilégier l’histoire et les identités plutôt que la géographie et l’économie ? Faut-il, comme au Royaume-Uni, privilégier quelques identités fortes (Alsace, Bretagne…) et constituer, pour les espaces interstitiels, des régions résiduelles ? Faut-il tenir compte des limites départementales ou passer outre ? Faut-il entreprendre un vaste chantier de recomposition des territoires en communautés de communes, en communautés d’agglomérations regroupées en « pays » puis revisiter les découpages régionaux ?

7Je défends la thèse suivante : il faut savoir ménager l’audace et la prudence même si la mondialisation des échanges pousse inévitablement la recomposition des territoires régionaux. Il est trop tard pour se lancer dans un redécoupage régional, si ce n’est à la marge, parce que les questions de frontières ne sont plus stratégiques. Les identités régionales historiques constituent certes un élément important mais elles ne sont pas exclusives d’autres déterminants. La meilleure solution, pour tenir compte de l’intégration de la France au sein de l’Europe, serait de préconiser la coopération interrégionale de nos vingt-deux régions au sein de six grandes aires interrégionales qui sont assez proches de nos bassins fluviaux et qui sont articulés autour des six systèmes urbains que la France comporte.

La mondialisation des échanges transforme les régions administratives de 1956 et favorise l’émergence de grandes régions

8Devant la nécessité d’être plus efficace et de réaliser des économies, tous les acteurs – entreprises, administrations, Union européenne etc – adoptent de nouveaux découpages qui maltraitent les frontières de nos vingt-deux régions administratives métropolitaines. Nos régions n’apparaissent plus à la bonne dimension européenne et mondiale, tant par la forme que pour les compétences. Elles sont jugées trop petites et trop faibles sur le plan institutionnel. Voici quelques exemples de forces qui poussent à la recomposition en grandes régions.

9Transformation par les transports et la mobilité. Dans le domaine aérien et maritime se structurent des hubs qui sont des lieux de massification puis d’éclatement des hommes et ou des marchandises afin d’accroître les fréquences et de réduire les coûts. L’Allemagne a bien seize Länder mais elle organise six hubs internationaux et intercontinentaux. Faut-il en France que Paris-Roissy soit le seul hub pour les destinations internationales ? Je ne le pense pas. Il y a de la place pour trois voire quatre hubs internationaux à condition que l’offre de plateformes aéroportuaires suive et que par exemple Rennes-Nantes-Angers accélèrent la mise en service de l’aérodrome de Notre Dame des Landes qui a trop tardé.

10Transformation par les grandes entreprises. Une enquête réalisée en l’an 2000 par mes étudiants de Géographie de l’université Paris 1 auprès des cent plus grandes entreprises françaises qui ont une couverture nationale (Peugeot, BNP, EDF, SNCF, IKEA, Cegetel, Crédit Agricole, Groupama…, fig.1) a montré que celles-ci privilégient à 98% un découpage en cinq, six ou sept grandes régions. Seules 2% respectent les découpages des vingt-deux régions administratives. C’est ainsi que le Grand Ouest incluant les trois métropoles si proches que sont Rennes, Nantes et même Angers, constitue pour les grandes entreprises une unité géographique et économique pertinente. De même le Grand Delta rhodanien incluant la Provence-Alpes-Côte-d’Azur, le Languedoc Roussillon, Rhône-Alpes et l’Auvergne, est clairement identifié par de nombreuses entreprises. Depuis l’arrivée du TGV, il ne faut qu’une heure pour se rendre de Lyon à Marseille, c’est-à-dire une durée de transport assez proche de l’intra urbain. C’est pourquoi entre ces deux métropoles, le TGV se transforme en navette, avec une fréquentation de plus en plus soutenue.

11Transformation des découpages régionaux par les administrations centrales. Rares sont les Ministères qui respectent l’intégralité des vingt-deux régions. Les Académies, les régions militaires, les administrations pénitentiaires, le Ministère de l'équipement, la Gendarmerie nationale, le Ministère de l'agriculture etc, ont tous remis en cause les découpages régionaux (arbitraires) de 1956 sous prétexte de la spécificité de leur département ministériel. La DATAR, en son temps, a montré l'exemple de l’interrégionalité avec les Commissariats de développement économique (Ouest Atlantique) et les Commissariats de massif. Ajoutons que, même pour les élections européennes de 2004, Jean-Pierre Raffarin, alors Premier Ministre, a imposé qu'elles se déroulent dans sept grandes régions (fig.2). Ainsi, l'Etat lui-même ne donne par l'exemple de la cohérence et de la coordination. C'est regrettable d’autant que le mouvement vers la constitution de ces grandes régions se poursuit et s'amplifie dans toutes les administrations centrales sous prétexte, maintenant, de réaliser des économies budgétaires.

12Transformation par la spécialisation des grands bassins (fluviaux) et l’économie du savoir. A coté d’Hollywood, de la Silicon Valley, de la région de Chicago (agro-alimentaire), de Detroit (automobile) partout la mondialisation des échanges conduit à une certaine spécialisation des territoires. A l’évidence, les économies  externes qui sont stratégiques ne peuvent pas convenir à tous les secteurs de l’économie, et donc sont produites par référence à une activité régionale non exclusive bien entendu mais dominante et motrice. Ainsi le Val de Garonne, incluant Midi-Pyrénées, avec Toulouse et l’aérospatial, et l’Aquitaine avec Bordeaux et Dassault, se spécialise dans l’aéronautique et la conquête de l’espace. Pour sa part, le Grand Ouest est tiré par l’agro­alimentaire, le Grand Delta (le 04 de France Télécom) par les nouvelles technologies de l’information. D’ailleurs la DATAR n’avait-t-elle pas, en son temps, engendré six pôles de compétitivité mondiaux ? A l’évidence, il n’y en a pas vingt-deux !

13Transformation par les institutions et les pratiques européennes. Dans leur représentation à Bruxelles, les vingt-deux régions ont ressenti le besoin de se regrouper par affinité et par proximité. De plus, d’un point de vue strictement statistique, la France vue d’Europe ne comporte que huit grandes régions (dont la Corse et l’Ile-de-France au milieu du grand Bassin parisien, fig.3). Plus récemment, en 2002, les politiques interrégionales ont été conduites dans des découpages interrégionaux européens qui ne sont ni historiques, ni fonctionnels, ni économiques, ni culturels. Ces découpages interrégionaux à l’échelle de l’Europe sont proches de l'arbitraire ou de la fantaisie et donc les politiques que en découlent sont peu efficaces.

14Transformation par la culture, les identités, la production de différences et le cadre de vie. Pour étudier ces questions identitaires et culturelles, il est un domaine privilégié, porteur d'information essentielle : l'évolution de la couverture de la presse quotidienne régionale (la PQR.) Il suffit, au niveau national, de suivre les regroupements, les rachats, les fusions et les absorptions pour découvrir les tendances profondes. Là où la PQR est forte et unifiée, l'identité est forte (Ouest France) ; là où la PQR est nombreuse, le territoire a été malmené, meurtri, disloqué (la Bourgogne).

15Bref, parce que le découpage administratif régional n’est pas en adéquation avec la réalité de la structuration du territoire, on observe une tendance à la constitution de grandes régions par regroupement des vingt-deux régions administratives métropolitaines. Ces tendances au regroupement  respectent, me semble-t-il, deux principes forts.

Les deux principes qui sous-tendent la constitution de grandes régions

16L'analyse menée de manière approfondie par la DATAR au cours des années 1995-2002, montre que deux forces sont à l'œuvre et deviennent des principes de regroupement des régions administratives.

Les systèmes urbains structurent les grandes régions qui se dessinent

17C'est le Professeur Félix Damette qui, dans une magnifique étude de 1994, a révélé la clef des évolutions en cours qui tendent à infléchir et à dominer des contraintes que l'histoire jacobine a imposées à nos grandes agglomérations.

18En positif, les villes et agglomérations proches géographiquement ne sont jamais isolées les unes des autres mais se constituent en systèmes urbains organiques avec des spécialisations, des échanges, des hiérarchies, des solidarités et, de plus en plus, des complémentarités. C'est le polycentrisme à l'Allemande. On observe de plus en plus des grappes de villes, des « clusters » associant des agglomérations, des villes moyennes séparées par la campagne. Dans les années 1995, la DATAR avait lancé le concept de réseau de villes proches et complémentaires. Félix Damette a étudié dans le détail ces systèmes urbains à partir de la matrice des appels téléphoniques interurbains. A titre d’exemple voici le réseau des villes – ou le système urbain – de l'Ouest de la France dominé par la capitale polycentrique (Nantes, Rennes, Angers, fig.4). Ce système constitue l'armature, le squelette pourrait-on dire, qui organise la région au sens plein du terme. Ainsi se trouve vérifiée la prophétie de Pierre George (1960) : « Avant, c'était les régions qui faisaient les villes. Maintenant ce sont les villes qui font les régions ». Les frontières externes, l'enveloppe régionale, sont secondaires par rapport au système urbain qui, lui, est structurant. Comme un squelette détermine la physionomie d’un corps, ce qui compte, ce n’est pas la surface apparente (l’épiderme, la frontière) mais bien la forme du squelette. Dans l’économie de la circulation et de la mobilité d’aujourd’hui, le système urbain donne plus que jamais sa structure au territoire. Parce qu’il correspond à 100 % au système urbain de l'Ouest, le découpage retenu par Ouest-France constitue l’exemple même de la performance dès lors qu’il y a adéquation entre le contenant et le contenu (fig.5).

19En négatif, Félix Damette souligne que les systèmes urbains qui structurent la France et organisent donc les « vraies » régions, sont confrontés à une contrainte historique de poids : Louis XIV, ayant pris conscience que des villes bourgeoises, manufacturières et marchandes – comme Nantes, Metz, Marseille – avaient tendance à contester l'autorité de l'Eglise et de la Royauté, et à prendre des positions politiques dangereuses au sein même de l’administration (depuis qu’Henri IV avait rendu possible l’achat d’« offices » c’est-à-dire de fonctions administratives supérieures), développé, à proximité, des « villes d'Etat » telles Rennes, Nancy ou Aix-en-Provence. Au sein des villes d'Etat, il concentra l'Armée, la Justice, le Parlement, l'Université…, tous les pouvoirs régaliens et ceux de l'autorité religieuse, et surtout il éduqua dans la haine et le mépris les « élites de cours » envers les « élites d'argent ». Ainsi, Rennes fut créée et renforcée dans ses pouvoirs pour contrôler et avoir autorité sur le développement bourgeois de Nantes. Ainsi les Nancéens ont longtemps détesté la bourgeoisie de Metz, de même que  Aix-en-Provence n'a que du mépris pour les marchands du savon de Marseille. Ainsi règneront les Rois de France et les Jacobins en suscitant des rivalités culturelles et hiérarchiques entre des métropoles si proches et potentiellement si complémentaires. Désormais, avec la mondialisation et la concurrence urbaine, il faut réconcilier Rennes et Nantes, mais aussi Metz et Nancy et Aix avec Marseille dans des projets qui, seuls, équilibreront l'aménagement du territoire et l'armature urbaine de la France. En suscitant dès 1997 la création de Métropoles polycentriques, telles que Rennes-Nantes-Angers ou Metz-Nancy-Strasbourg, Aix-Marseille-Lyon ou encore Toulouse-Bordeaux, la DATAR travaillait à la recomposition en cours de l'armature urbaine régionale.

20La Bretagne sans Nantes, c’est comme un canard sans tête ! Mais alors que faire de la région des Pays de Loire ? Seule la coopération interrégionale permet de surmonter cette difficulté.

La notion de bassin (hydrologique) est incontournable pour retrouver les bases durables des territoires régionaux et interrégionaux

21Si l'on devait rouvrir le chantier – ce qui n'est pas souhaitable – des découpages régionaux et/ou interrégionaux, trois déterminants devraient être privilégiés.

22Un déterminant historique. Nul ne peut nier la force que confère aux populations un sentiment d'identité régionale. L’Ecosse, le Pays de Galle, le Pays Basque, la Catalogne, l’Irlande… en donnent la preuve. Plus la mondialisation sera à l'œuvre, générant de l'homogénéité, de la mobilité, de l'éphémère, de la massification et de l’isolement individuel, et plus, en retour, elle favorisera la recherche d'hétérogénéité, de sédentarité, de repère, de communauté et de proximité. La régionalisation se nourrit de ce phénomène de valorisation des racines. C'est certain. Mais ce critère historique d'identité régionale, fût-il fort comme en Bretagne, ne doit pas être le seul, loin de là.

23Un déterminant économique. L‘armature urbaine, les systèmes urbains, l'articulation des Métropoles régionales polycentriques avec les villes de rang inférieur, les réseaux de transports, qui souvent pour des raisons de performance suivent les fleuves et les rivières ou les côtes, sont autant d’éléments à prendre en compte. Il est impossible de ne pas tenir compte de la révolution de la mobilité et de l’élargissement des échelles de l’échange, qui sont au cœur des transformations économiques contemporaines.  

24Un déterminant écologique. L'eau, sa production et sa distribution, constituent un enjeu majeur du XXIème siècle. La régulation de l'eau ne pouvant se faire qu'à travers les bassins hydrologiques et fluviaux (SDAGE-SAGE), les formes géographiques que sont les bassins seront privilégiées. Cette idée fut avancée dès 1803 par Pierre Alexandre d'Allent, Officier géomètre de Napoléon 1er : « Un jour sans doute, la dimension du globe en bassins remplacera cette foule de démarcations territoriales diverses et variables chez tous les peuples et dans chaque Etat, et dont l'incohérence revêt le vice fondamental, celui de n'avoir point de base avec la nature ».

  • 1  Aménager la France de 2020. Mettre les territoires en mouvement, La Documentation Française, Nouve (...)

25A partir de ces trois notions essentielles, les bassins versants, les systèmes urbains et les identités régionales, la DATAR faisait dès l'an 2000 des propositions de recomposition territoriale1.

Les propositions de la DATAR de 2002 concernant  la recomposition des territoires

26A partir de la notion de bassins, la DATAR proposait trois niveaux de recomposition :

  • au niveau des 3800 « bassins de vie quotidienne », la recomposition de 3600 communautés de communes ;

  • au niveau de 350 « bassins d'emploi », la recomposition des grandes agglomérations et des pays (regroupement fonctionnels des communautés de communes) ;

  • au niveau des 6 grands bassins fluviaux devraient être définis des espaces de projets de coopération interrégionale articulés sur les 6 pôles mondiaux de compétitivité.

27N°1 - Le Grand Bassin Parisien, articulé autour de l'Ile-de-France (hub) et des rayons (spokes) qui le relient aux villes situées à une heure de Paris et qui sont constituées en association (Caen ­Rouen - Le Havre - Amiens - Reims - Troyes - Auxerre - Orléans - Le Mans - Alençon). Ce grand bassin associerait les régions Ile-de-France, Haute et Basse Normandie, Picardie, une grande partie de la Bourgogne, etc… La Vallée de la Seine serait l’axe central de cette véritable région urbaine mondiale dont il reste à construire l'harmonie et à définir les complémentarités. Si l’Ile-de-France cherchait à affaiblir les villes à une heure de Paris, ce serait préjudiciable à toute la France.

28N°2 - Le Nord, articulé autour de Lille, Roubaix, Tourcoing, Arras, etc… qui, avec les TGV et les autoroutes, a conquis son autonomie en devenant un nœud d'articulation à équidistance de Paris, Londres et Bruxelles. La vallée de l'Escaut en constitue l’axe.

29N°3 - Le Grand Est, articulé autour de la métropole polycentrique (Nancy, Metz, et Strasbourg). L'arrivée du TGV devrait faciliter cette recomposition du Grand Est, si, rapidement, se met en place la navette reliant ces trois métropoles. L'activité économique motrice est la mécanique et les transports. Le Rhin est le fleuve structurant avec la Moselle.

30N°4 - Le Sud ou le Grand Delta, le « 04 » de France Télécom, avec pour axe central le Rhône, le TGV, les autoroutes, et deux grandes villes (Lyon et Marseille) désormais à une heure de TGV et condamnées à coopérer avec quatre régions (PACA, Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes et Auvergne). Valéry Giscard d'Estaing ne nous a jamais pardonné cette dépendance économique de l'Auvergne vis à vis de Lyon. Mais les faits sont là. Les flux d'hommes et de marchandises lient Clermont-Ferrand et Lyon alors que le Puy de Dôme sépare Clermont-Ferrand de Limoges et limite considérablement les échanges. Cette très belle interrégion qu’est ce « 04 » monte en puissance à l'échelle européenne et mondiale. C'est le Midi Méditerranéen et Alpin. L'économie y est tirée par les nouvelles technologies de communication et le génie médical.

31N°5 - Le Grand Sud-Ouest, le Val de Garonne, qui correspond au « 05 » de France Télécom articulé autour de Toulouse et de Bordeaux avec pour dominante économique l'aérospatial. La coopération entre Toulouse et Bordeaux progresse lentement mais sûrement. Le projet « raisonnable » de grand aéroport international situé à mi-chemin entre Toulouse et Bordeaux du côté d'Agen, avec une navette TGV, n'est pour le moment qu'un rêve. Voilà pourquoi les ingénieurs et cadres du Sud-Ouest sont souvent obligés de monter à Roissy ou Orly pour se rendre à l'étranger.

32N°6 - Le Grand Ouest, articulé autour de la métropole polycentrique (Rennes, Nantes, Angers). Cette interrégion regroupe la Bretagne, les Pays de Loire et le Poitou-Charentes. La DATAR y avait créé le Commissariat à l'industrialisation qui, depuis, a été désarticulé. Je le regrette, car cela ne va pas dans le sens de l'histoire. Un TGV devrait, sous forme de navette, relier en continu Rennes, Nantes, Angers et l'aérodrome international de Notre Dame des Landes. Les Universités devraient coopérer  et non se concurrencer. C'est à ce prix, celui de la coopération inter-métropolitaine et interrégionale renforcée, que Paris cessera d'absorber l’essentiel des forces vives régionales. Cette région du Grand Ouest est tirée par l’activité de l’agroalimentaire.

33Ces interrégions sont toutes ouvertes sur la coopération internationale et notamment européenne : le 01 et le 06 avec les Iles britanniques ne particulier, le 02 avec la Belgique et les Pays-Bas, le 03 avec l’Allemagne, le 04 avec la Suisse et l’Italie, le 05 avec l’Espagne.

Conclusion. La France est en position pour moderniser son organisation territoriale

34Je voudrais insister sur le côté politique de la thématique des grandes régions. Soyons clairs. Jusque dans les années 1990, les régions demeuraient des nains politiques, les découpages purement administratifs des années 1956 ne constituaient pas un handicap. Mais avec la mondialisation de l’économie et la généralisation de l’économie de marché, et donc la concurrence, les régions deviennent progressivement, partout dans le monde, des espaces de régulation stratégique dans au moins six domaines : l’environnement et l’eau ; les infrastructures de transport ; l’enseignement supérieur et la formation professionnelle ; la santé ; les grandes filières de développement industriel appuyées sur des pôles mondiaux de compétitivité ; le tourisme.  

35La montée en puissance des régions pose alors clairement la question des découpages régionaux, c’est-à-dire la question de l’adéquation entre l’armature urbaine, les grands bassins versants, les identités historiques avec les découpages administratifs dépassés des années 1950. Nous sommes, en France, confrontés à cette contradiction : alors que tous les acteurs publics et privés adoptent cinq, six ou sept grandes régions chacun séparément et en catimini, sur le plan politico­institutionnel rien ne bouge ! C’est le blocage. Majorité et opposition sont d’accord pour occulter ce débat. Peut-être ont-elles raison. Pourquoi ? Débattre, en effet, sur l’existence en France de grandes régions serait ouvrir la boite de Pandore du fédéralisme latent qui a gagné les autres pays européens. Ce serait envisager la possibilité d’en finir avec l’Etat unitaire. Car à l’évidence, si de telles grandes régions existaient politiquement, elles seraient tentées, comme en Espagne, par des coalitions régionales au sein du Parlement national, dans le seul but d’arracher à l’Etat central des nouvelles prérogatives, des compétences réglementaires accrues, et des ressources financières susceptibles de leur assurer leur autonomie progressive. Même si le fédéralisme est à la mode, n’oublions pas qu’il s’accompagne parfois de violents débats, et pas toujours très constructifs, comme en Italie à travers les positions des Ligues Lombardes, en Espagne dans des revendications qui peuvent être sectaires voire violentes, en Belgique dans le ressentiment, etc.

36Dans le cadre du pacte politique historique passé entre les régions et le pouvoir central au moment de la Révolution de 1789, grâce aux avancées nées de la régionalisation puis de la décentralisation en dépit de leurs limites, la France est un des très rares pays à être en bonne position pour pouvoir ménager une modernisation harmonieuse de ses territoires et de leur rapport à l’Etat.

37La préservation en France de l’Etat unitaire au détriment de l’Etat fédéral, passe par le maintien des vingt-deux petites régions administratives. La bonne façon de donner du tonus aux initiatives locales et de se rapprocher des six grandes régions performantes sans que la menace de fédéralisme soit réelle, consiste à encourager les coopérations interrégionales. Cela permettrait, sur des bases stables, de retrouver peu à peu les six grands bassins, les six systèmes urbains polarisés par les six pôles de compétitivité et les six métropoles polycentriques comme Nantes-Rennes-Angers, et de reconnaître, sans les survaloriser, les identités régionales historiques.  

Figure 1 : Organisation des ministères et des entreprises par grandes régions

Source : France 2020

Figure 2 : Les sept nouvelles régions électorales européennes décidées parJean-Pierre Raffarin en 2004

Figure 2 : Les sept nouvelles régions électorales européennes décidées parJean-Pierre Raffarin en 2004

Figure 3 : La France vue d’Europe

Source : Commission européenne

Figure 4 : Le système urbain de l’Ouest

Figure 4 : Le système urbain de l’Ouest

Figure 5 : Le découpage de Ouest France est conforme à la grande région

Haut de page

Notes

1  Aménager la France de 2020. Mettre les territoires en mouvement, La Documentation Française, Nouvelle édition Février 2002.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2 : Les sept nouvelles régions électorales européennes décidées parJean-Pierre Raffarin en 2004
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 4 : Le système urbain de l’Ouest
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/5641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Guigou, « Redécoupage des limites régionales, ou coopération interrégionale ? Le cas de la Bretagne », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Quel découpage régional pour la France ?, mis en ligne le 18 avril 2007, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/5641

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Guigou

Ancien Délégué à la DATAR, Jean-Louis Guigou est Délégué de l'Institut de Prospective Economique du Monde méditerranéen (IPEMed), 132 Bd du Montparnasse, 75014 Parisjlguigou@ipemed.coopwww.ipemed.coop

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page