Navigation – Plan du site
Elections en France

Les principaux enseignements du 1er tour de l’élection présidentielle de 2007 en cartes

Stéphane Leroy

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Présentation

1Avec une participation de plus de 84%, soit 13 points de mieux qu’en 2002, et presque autant qu’en 1965 pour la 1ere élection au suffrage universel direct, les résultats du 1er tour de l’élection présidentielle 2007 ont déjoué les pronostics les plus pessimistes en révélant une France qui a repris le goût de la politique. L’autre enseignement majeur est la volonté de tourner la page du 1er tour de l’élection de 2002 qui avait vu le candidat du Front National arriver en seconde position devant celui du Parti Socialiste, et la candidat de tête, le Président sortant, Jacques Chirac, recueillir moins de 20% des suffrages exprimés. En 2007, les Français ont opté pour un affrontement « classique », entre le candidat de la droite républicaine Nicolas Sarkozy (UMP), qui recueille 31,1% des suffrages exprimés et la candidate socialiste, Ségolène Royal, première femme a accéder à la « finale » d’une élection présidentielle en France, qui en totalise 25,8%.

2Quelques cartes à l’échelle des départements dévoilent les enseignements importants que l’on peut tirer de ce 1er tour de l’élection présidentielle et les principales différenciations géographiques du vote des Français.

3Où sont passés les électeurs de Jean-Marie Le Pen ? Si le candidat de l’extrême droite maintient des scores élevés dans certaines régions, comme le quart Nord-Est et le littoral méditerranéen (11 départements lui ont donné au moins 15% des voix), son effritement, généralisé, profite presque exclusivement à Nicolas Sarkozy. Celui-ci récupère les 34 départements qui avaient placé le FN en tête en 2002 (carte 1).

4Le score du candidat de l’UMP dépasse 40% des suffrages dans plusieurs départements. Dans plus de 70 d’entre eux, il devance la candidate socialiste, plus ou moins largement. Dans un quart des départements, son score est supérieur de plus de 10 points à celui de Ségolène Royal (carte 2).

5L’autre vainqueur de cette élection, même s’il échoue à la 3e place, est le candidat de l’UDF, François Bayrou, avec plus de 18,5% des suffrages exprimés. 6,75 millions d’électeurs ont voté pour lui, contre moins de 2 millions en 2002. A l’exception de la Corse, le candidat centriste dépasse partout les 13,5% et il frôle même les 30% dans son fief des Pyrénées-Atlantiques (carte 3).

6Un autre enseignement important est celui de la poursuite du déclin du Parti Communiste Français. Sa candidate, Marie-Georges Buffet, n’atteint pas 2% des suffrages exprimés. Sa défaite est d’autant plus cruelle qu’elle est dépassée dans tous les départements (plus fortement dans la moitié nord du pays) par son « ennemi » Olivier Besancenot, le candidat de la Ligue Communiste Révolutionnaire qui, avec 4,1% est le seul « petit » candidat a s’en sortir honorablement et à avoir résisté au vote « utile » (carte 4).

7Les cartes précédentes révèlent des comportements différenciés des électeurs suivant les départements où ils vivent. Plutôt que de dresser chacune des cartes correspondant aux scores des 12 candidats dans les départements, nous proposons de résumer ces différenciations départementales en termes électoraux à l’aide d’une technique statistique courante : l’analyse en composantes principales.

8La structure géographique du vote du 1er tour est assez complexe mais les oppositions sur les 2 premiers axes de l’analyse en composantes principales portant sur les scores de chacun des 12 candidats dans chaque département sont assez bien lisibles (graphique 1). L’axe 1 oppose les départements qui votent plus à gauche que la moyenne, Sud-Ouest, Centre-Ouest et Nord de la France à ceux qui ont donné leur voix au candidat de l’UMP et/ou à celui de l’UDF (carte 5).  La candidate des Verts, assez bien implantée dans certaines terres de droite (Alpes, Alsace, périphérie parisienne) se retrouve dans ce dernier groupe. L’axe 2 oppose la France de droite et d’extrême droite (Sarkozy et Le Pen), aussi bien urbaine que rurale, tertiaire qu’industrielle (d’où le score positif d’Arlette Laguiller sur cet axe ?) à celle du centre et de la gauche (Bayrou et Royal). Le candidat altermondialiste José Bové, qui bénéficie d’une aura relative dans les marges méridionales du Massif Central se raccroche à ce groupe (carte 6). Au-delà des 2 premiers facteurs, aucune structure géographique n’apparaît clairement, ce qui montre la complexité de la géographie électorale de la France de 2007. Une classification ascendante hiérarchique sur les résultats de ces élections en fait une synthèse (carte 7).

Illustrations

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Leroy, « Les principaux enseignements du 1er tour de l’élection présidentielle de 2007 en cartes », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Elections en France, mis en ligne le 30 avril 2007, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/5827

Haut de page

Auteur

Stéphane Leroy

EA 3482 C.R.E.T.E.I.L., Université Paris XII-Val de Marnest.leroy@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page