Navigation – Plan du site

La publication scientifique en ligne et le libre accès. Pourquoi tant de retard ?

12 mai 2005
Christine Kosmopoulos
Traduction(s) :
Scientific publishing online,and the question of open access. Why such a long delay?

Notes de la rédaction

nous souhaitons rendre hommage ici à notre précédent webmestre, Ky Nguyen, qui a fondé Cybergeo et veillé sur son évolution jusqu’au moment de faire valoir ses droits à une retraite bien méritée

Texte intégral

1En octobre 2003, une vingtaine de responsables d'instituts européens de recherche (CNRS, INSERM, Max Plank Institut), ont ratifié à Berlin une Déclaration sur le Libre Accès à la Connaissance en Sciences exactes, Sciences de la vie, Sciences humaines et socialesdans laquelle ils s'engagent à soutenir toutes les initiatives qui s'appuient sur le paradigme du libre accès via Internet. En février 2005, la conférence de Berlin3 qui s'est tenue à Southampton encourage les chercheurs à publier dans les revues en libre accès. Mais, alors que ce modèle se développe de plus en plus dans les sciences " dures ", la numérisation et plus particulièrement l'"open access" restent très déficitaires en sciences humaines. C'est devant ce constat que des organismes en France (CNRS, Ministère de la recherche) ont décidé d'apporter une aide à la mise en ligne des revues scientifiques en Sciences humaines et sociales (SHS). Cependant force est de constater que les revues françaises en SHS présentes sur le web sont très majoritairement en accès payant. Seul l'accès aux numéros anciens remontant à un ou deux ans est gratuit. Publication en ligne ne signifie nullement libre accès.

2On observe donc deux approches de la publication scientifique en ligne. La première s'inscrit dans la continuité des échanges marchands de l'édition papier, par l'intermédiaire de grands éditeurs ou de sociétés savantes, la seconde voit dans le développement des nouvelles formes d'édition la possibilité de réformer la diffusion de la connaissance scientifique. Il s’agit d'une part de restituer à la communauté scientifique le résultat de ses travaux et d'autre part de faire bénéficier de son savoir l'ensemble des internautes, jusqu'aux plus pauvres évidemment incapables de supporter la charge des abonnements aux revues. C’est là une épreuve de force, mais pour avoir choisi la voie du libre accès, nous restons déterminés quant à la justesse de notre décision et confiants pour l'avenir.

3En effet, Cybergeo, toujours pionnière dans le cyberespace scientifique et qui fête cette année ses 9 ans d'existence, se porte de mieux en mieux : les soumissions d'articles ont quadruplé en 5 ans, l'origine des auteurs est de plus en plus variée (signe que la revue touche un public géographiquement large), les délais de publication sont divisés par 4 par rapport aux délais d'une revue papier, nos articles sont accessibles et lisibles dans des formats libres depuis les moteurs de recherche généraux, mais également scientifiques comme Scirus. Notre intégration dans la base Scopus devrait accroître très nettement notre facteur d'impact. Au total c'est un choix qui nous paraît justifier pleinement l'investissement de temps que les membres de notre comité de rédaction international lui consacrent généreusement. Outre la satisfaction de participer à un mouvement de diffusion de la science annonciateur d'une nouvelle ère de la communication scientifique, ils peuvent se féliciter de la reconnaissance internationale que notre revue est en train d'acquérir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Kosmopoulos, « La publication scientifique en ligne et le libre accès. Pourquoi tant de retard ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 12 mai 2005, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/589

Haut de page

Auteur

Christine Kosmopoulos

christine.kosmopoulos@parisgeo.cnrs.frcnrs-umr 8504 geographie-cites

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page