Navigation – Plan du site

Cartographie et intelligence artificielle

15 novembre 2005
Denise Pumain
Traduction(s) :
Cartography and Artificial Intelligence

Texte intégral

1Le monde complexe dans lequel nous évoluons est aussi paradoxal : ainsi, que peut-on prédire quant à la diffusion du savoir faire des géographes en termes de cartographie et de visualisation de l’information géographique ? On voit surgir toujours plus d’instruments et d’occasions de se repérer et d’admirer des images de la terre, mais il n’est pas sûr que cela fasse progresser dans le public la connaissance des cartes et de leur interprétation.

2Prenons l’exemple du repérage, par GPS, et bientôt Galileo : si ces outils simplifient le travail du géomètre sur le terrain, et celui du chauffeur de taxi grâce aux systèmes de navigation, ils menacent aussi la pratique de la lecture des cartes. Les cartes topographiques et les cartes routières deviendront-elles bientôt superflues ? Oubliera-t-on même d’apprendre à les lire, lorsque des systèmes embarqués de plus en plus intelligents vous diront de tourner à gauche puis de prendre la deuxième à droite, ou de contourner la première crête avant de vous engager tout droit sur le glacier ?

3Les systèmes d’information géographique aussi gagnent en intelligence : avec les systèmes experts, puis les systèmes multi-agents et de nombreux autres modèles de simulation, on fabrique des outils d’aide à la décision qui font parler les cartes. L’utilisateur n’a plus besoin d’apprendre à lire et comprendre le message d’une carte, c’est par toute une batterie d’adjuvants (clics, bulles, animations) que lui est transmise l’information dont il a besoin. Toute la belle sémiologie mise en place si laborieusement par des générations de cartographes, les croquis de synthèse régionale et autres modèles graphiques survivront-ils à l’irrésistible ascension de l’interactivité en cartographie ?

4La télévision nous habitue à voir la terre, au moins sous les cartes météo, Internet nous donne accès aux images satellite de tous les coins du monde, mais à condition qu’on ait autorisé leur diffusion, et peut-être filtré l’information utile ou inédite qu’elles recèlent… Le savoir géographique et cartographique est plus que jamais une composante des libertés démocratiques, il convient de l’entretenir par l’éducation pour éviter que le fossé ne se creuse davantage entre producteurs et utilisateurs de l’information géographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Cartographie et intelligence artificielle », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 15 novembre 2005, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/591

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Université Paris I Panthéon-Sorbonne,UMR Géographie-cités, Francepumain@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page