Navigation – Plan du site

Les tentations de la bibliométrie : mesure et démesure

12 septembre 2004
Denise Pumain
Traduction(s) :
The Temptations of Bibliometry: measure and excess

Texte intégral

1Ecrire pour être lu, s’afficher sur la toile pour être vu, et puis mesurer son audience. Tout nous y invite désormais, si l’on en juge la place consacrée aux palmarès des citations par le numéro spécial des Papers in Regional Science qui fêtait en ce début d’année 2004 les 50 ans de cette Association bien connue des géographes, jusqu’aux initiatives prises en France par le CNRS et pour l’Europe par la Fondation Européenne pour la Science, afin de créer un système de référence et d’évaluation des revues qui rende mieux compte de l’état des lieux en sciences sociales que ne le fait le Citation Index de Philadelphie.

2A ce compte, Cybergeo n’est pas en reste. Depuis la création de la revue en 1996, plus de 400 publications ont été mises en ligne. Depuis quatre ans, le nombre des articles publiés ne cesse d’augmenter (14 en 2001, 16 en 2002, 23 en 2003, et 31 pour les huit premiers mois de 2004). Toutes les rubriques de la revue sont régulièrement alimentées. Cybergeo accueille aussi des colloques, avec en cours cette année une grande variété de thèmes : Echelle et territoires, Offre urbaine et expérience de la mobilité, Gestion des paysages de montagne pour un développement durable, un séminaire sur l’eau, et deux colloques internationaux de Géographie Théorique et Quantitative. L’actualité parfois brûlante est discutée dans les « points chauds » : élargissement de l’Union européenne, nouvelles pratiques spatiales des entreprises, élections en France, la langue, les sciences et le marché etc…

3Au total, nous sommes vus à raison de plus de 300 000 visites et 10 millions de requêtes par an, ce qui représente le double des mêmes statistiques en 2002. Mais… !!! l’audience internationale des revues se mesure au nombre des citations ! Dûment comptabilisées par une entreprise privée américaine qui ne met aucun empressement à répertorier les revues européennes, même si elles sont à comité de lecture et se donnent la politesse de traduire leurs présentations en anglais, voire même de publier dans d’autres langues ! Alors, allons-nous contribuer à l’inflation galopante et demander à nos lecteurs, à nos auteurs, de bien citer Cybergeo dans leurs références ? Peut-être après tout !

4Mais nous leur demanderons surtout, membres du comité de rédaction international, lecteurs fidèles ou occasionnels, de continuer à veiller à la qualité des articles, à la sûreté des informations, au respect des antériorités, et à nous faire bénéficier de leur connaissance des meilleurs travaux en cours. De cette participation active de chacun à la nouvelle communication dépend le maintien d’une vraie qualité scientifique. Il s’agit d’éviter que, sur Internet comme ailleurs, la mauvaise monnaie ne chasse la bonne. Entre l’individu local et le monde global, il faut des institutions intermédiaires. Chacun aujourd’hui peut publier individuellement ses écrits, comme y invite cette heureuse autre initiative du CNRS qui propose aux chercheurs le site du CCSD (http://hal.ccsd.cnrs.fr). Mais il faudra toujours des entreprises collectives, comme celle de Cybergeo, et le travail d’évaluation par les pairs dans un comité de lecture, en somme, une structure intermédiaire, pour donner sens et référence à cette production.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Les tentations de la bibliométrie : mesure et démesure », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 12 septembre 2004, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/593

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Université Paris I Panthéon-Sorbonne,UMR Géographie-cités, France

pumain@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page